posté le 22/10/09

"La Diagonale du vide", Pierre Péju

    Marc Travenne, designer concepteur d’emballages originaux, a perdu il y a quelque temps son associé, Wolf, mort brutalement.

  Sans doute est-ce une des raisons qui le poussent à décider, un jour, de tout lâcher et de partir se réfugier, seul, au fin fond de la France, dans un gîte au milieu de nulle part, pour se perdre dans la contemplation des paysages et y laisser le temps suspendu, ignorant désormais quelle route prendre.

  Mais surgit une belle et énigmatique randonneuse. Elle ne faisait que passer, pourtant, Marc s’acharne à vouloir croiser à nouveau sa route, sur cette « Diagonale du vide « (bande du territoire faiblement peuplée, courant des Landes aux Ardennes) qu’elle lui a dit être contrainte de parcourir.

  La deuxième rencontre le conduira bien plus loin qu’il ne l’aurait cru, en Afghanistan et à New York, et sur des chemins qu’il n’aurait jamais pensé découvrir…

 

   Une écriture séduisante, tissée de métaphores, une narration en forme de conte, à partir d’un postulat à mon sens attractif, « La Diagonale du vide » commençait sous d’excellents auspices et j’ai aimé suivre Marc sur le chemin de traverse qu’il avait soudain emprunté, quittant le rythme effréné d’un quotidien industrieux éloigné de ses rêves, de ce qu’il avait cru pouvoir faire de sa vie.

   La rupture apportée dans cette parenthèse hors la vie par la belle randonneuse a cependant pris un tour qui a  amené mon goût pour le roman à décroître, au point que mon rythme de lecture a accusé un net fléchissement.

   La randonneuse (dont on perce le mystère) et les personnages qui l’entourent ne m’ont en effet pas paru crédibles : leurs portraits tenaient pour moi de la caricature (certains traits étant parfois tellement forcés que je les ai trouvés à la limite du grotesque), ce qui compromettait directement la vraisemblance et/ou l’impact des épisodes dont ils étaient partie prenante.

L’autre personnage féminin qui surgit ensuite m’a fait la même impression : sa réaction face à la situation dramatique qu’elle vit (l’interprétation personnelle qu’elle en fait) m’est apparue là aussi incroyable, au sens propre du terme.

Quant à l’aveuglement de Marc pour ce qu’elle tente de lui faire comprendre et que le lecteur devine immédiatement, cette fois encore, je n’y ai pas cru.

 

   C’est donc assez désappointée que je suis parvenue au terme d’une lecture dont les aspects à mon sens décevants l’ont finalement emporté sur ceux qui m’avaient initialement plu.

   En s’éloignant du registre du conte pour des récits imbriqués d’une autre facture, il me semble que l’auteur s’est fourvoyé dans des domaines dont il ne maîtrisait pas les codes. Et quand bien même on m’opposerait qu’il se serait tout le temps, au-delà des apparences, tenu sur le terrain du conte, usant de manière allégorique de ses personnages… je me bornerais à constater que, de toute façon, il a perdu mon intérêt en chemin.

 

« La Diagonale du vide », Pierre Péju

Editions Gallimard (280 p)

 

Contrastant avec le mien, les avis de Lily ("J’ai beaucoup aimé.") et Bellesahi ("[…] plus j’avançais dans la lecture plus je trouvais que le livre était bon. Vraiment bon.")                                                                    

 

                                                  

 


Commentaires

 

1. Petite Fleur  le 22-10-2009 à 09:50:38  (site)

Un livre que j'ai vu proposé par Babelio mais qui ne m'avait pas tenté. Je vois à ton avis que j'ai eu raison...

2. cathulu  le 22-10-2009 à 10:56:48

Ah, il me tentait bien...Du coup j'hésite...

3. SD49  le 22-10-2009 à 11:07:01

je l'avais sélectionné pour l'opération masse critique mais ce n'est pas celui là que je vais recevoir. Si je le vois à la bib je le prendrai peut être quand même.

4. leiloona  le 22-10-2009 à 14:12:59  (site)

Le chemin inverse de celui de BelleSahi. Bon, il ne m'intéressait pas plus que ça ... ce n'est pas grave ! Clin doeil

5. emmyne  le 22-10-2009 à 17:30:51  (site)

D'accord, j'étais très tentée, mais là je vais éviter la dérive compulsive Sourire)

6. Neph  le 22-10-2009 à 18:24:49  (site)

J'ai lu Le Rire de l'Ogre, de ce monsieur, et je n'en garde pas un souvenir impérissable... Je crois que je vais passer mon tour !

7. kathel  le 22-10-2009 à 20:06:39  (site)

J'avais pourtant beaucoup aimé La petite chartreuse et donc celui-ci me tentait pas mal... je crois que je vais attendre que ma bibliothèque l'ait !

8. Aifelle  le 22-10-2009 à 20:36:13  (site)

Il me tentait bien au départ et puis j'ai entendu Pierre Péju en parler et j'ai trouvé le sujet bien dur. Avec ce que tu en dis, je ne suis plus sûre du tout d'avoir envie de le lire.

9. brize  le 23-10-2009 à 12:54:25  (site)

@ TOUTES :
Comme d’habitude, ce n’est que mon avis et je ne peux que vous inciter à tenter par vous-mêmes, seul moyen de savoir si vous pencherez plutôt, dans votre appréciation, de mon côté ou bien de celui des lecteurs qui aiment.
C’est une amie qui me l’avait chaudement recommandé (et elle connaît mes goûts), car elle l’avait beaucoup aimé, en arguant précisément de la partie narrative qui m’a, tout compte fait, le moins convaincue !
Je vais faire circuler ce roman dans mon cercle de lecture, où j’espère bien qu’il trouvera son public.

10. Ys  le 23-10-2009 à 16:17:33  (site)

Jamais lu cet auteur. Si je le fais un jour, ce sera avec "La petite chartreuse".

11. sylire  le 23-10-2009 à 19:06:26  (site)

J'avais sélectionné celui-ci et "le sari vert" à l'opé masse critique de Babelio et j'ai eu le 2ème... C'est peut-être mieux.

12. Nanne  le 24-10-2009 à 18:34:43  (site)

J'ai "Le rire de l'ogre" dans ma PAL que je veux lire avant d'entreprendre un autre livre de cet auteur ... J'en ai parlé avec une personne qui a bien apprécié "La diagonale du vide", en raison de cette écriture métaphorique, justement ! Dans tous les cas, j'attendrai certainement qu'il sorte en poche pour me décider.

13. brize  le 25-10-2009 à 12:31:36  (site)

@ Ys : C’est aussi un auteur dont je n’avais rien lu.

@ Sylire : Tu auras peut-être l’occasion de te faire ton opinion malgré tout.

@ Nanne : Les deux personnes que je connais qui l’ont lu ont elles aussi beaucoup aimé (j’étais d’ailleurs embêtée de leur dire que ce n’était pas le cas pour moi).

14. ChoupynettedeRestin  le 25-10-2009 à 16:16:54  (site)

hé bien, merci de soulager ma PAL d'un livre de plus! Sourire

15. brize  le 25-10-2009 à 17:58:48  (site)

Choupynette, faut pas dire ça : si ça se trouve, il te plairait Chat !

16. Titine75  le 03-11-2009 à 09:21:38  (site)

J'avais voté pour 3 livre sur Babelio dont celui-ci et c'est moi qui l'ai reçu!!! C'était mon choix n°3, je viens de le commencer et apparemment je suis dans la bonne partie. j'aime bien ce personnage qui abandonne tout pour faire le point sur ses envies. Je te dirai ce que je pense de la suite!

17. brize  le 03-11-2009 à 20:47:22  (site)

Bonne poursuite de lecture, Titine ! J'espère que le roman continuera à te plaire, c'est toujours mieux comme ça.
A bientôt pour ton avis au final.

 
 
 
posté le 19/10/09

Ollivier Pourriol, ou le cinéma au service de la philo !

    Samedi dernier, j’ai eu le plaisir d’assister à une conférence donnée par Ollivier Pourriol,

« Les écrans de la philo »

 à l'auditorium de la belle et dynamique médiathèque de Viroflay (elle a ouvert ses portes l'année dernière).

   Ce fut pour moi l’occasion de découvrir ce jeune ex-normalien agrégé de philosophie,  ancien professeur, romancier (« Méphisto Valse », « Le Peintre au couteau », « Polaroïde ») et cinéphile averti, qui a trouvé moyen d’illustrer les concepts philosophiques de Spinoza et Descartes, entre autres, en ayant recours à une filmographie variée.

   Ainsi s’est-il, ce soir-là, appuyé sur différents passages de « American Beauty » de Sam Mendes (un film qui fut pour moi marquant) pour étayer sa présentation du concept de joie chez Spinoza (lié à celui d'éternité), au travers de ce qui arrive au héros, Lester. D’autres extraits, tirés cette fois du film « Les ailes du désir », de Wim Wenders, sont venus in fine prolonger cet exposé.

   Si les concepts philosophiques abordés ne m’ont pas paru moins difficiles à appréhender (1), j’ai beaucoup apprécié le parti pris très pédagogique (et ludique) d’amener l’auditeur à mieux les comprendre en se servant d’exemples tirés des films, tels qu’ils sont analysés par Olivier Pourriol.

   Ma grande fille de terminale tout comme l’amie qui l’accompagnait ont elles aussi goûté ce cours de philo d’un genre nouveau.

 

   Pour ceux que l’expérience tenterait, Ollivier Pourriol présente depuis quelques années ce même type de séances, intitulées « Cinéphilo », au cinéma MK2 à Paris (renseignements ici).

   Enfin, vous trouverez un écho de cette approche dans l’ouvrage publié par Ollivier Pourriol l’année dernière :

           « Cinéphilo »

(éditions Hachette littérature – collection Haute Tension - 405 p).

 

(1) extrait de "Cinéphilo" (p 177) :

   "Il n’y a pas d’introduction à Spinoza, de la même manière qu’il n’y a pas d’introduction à la philosophie : soit on reste au bord, soit on plonge. Il n’y a pas de petit bain, c’est directement le grand bain ou rien. On parle de démocratiser la philosophie. La philosophie serait à la mode, serait un phénomène de société. Mais c’est plutôt la société qui est un phénomène de philosophie. On ne comprend quelque chose aux rapports entre les hommes qu’en passant par le détour des idées. La démocratie est là : la philosophie est démocratique car elle est, en droit, accessible à tous, elle s’exprime dans le langage de l’universel, mais elle est aussi difficile pour n’importe qui. Penser est difficile. Comprendre Spinoza est difficile. Alain disait de Simone Weil, une de ses meilleures élèves, qu’elle était si douée qu’elle était bien capable d’avoir compris Spinoza. Ce n’était pas un mince compliment. Toutefois, Spinoza est connu comme le philosophe de la joie. C’est un indice que nous pouvons tâcher de persévérer dans sa connaissance. Pas pour le plaisir fat de devenir des spécialistes de ce philosophe, mais pour la joie de comprendre, de ressentir notre perfection propre, et de tâcher d’expérimenter, comme il dit, que nous sommes éternels…

     Alain a écrit, à destination de ses élèves, un petit livre très clair que je vous recommande, et qui s’intitule sobrement Spinoza. Dans la préface, il regrette le côté un peu scolaire, un peu « exposé », de son livre : « La philosophie est certes une grande chose ; on peut en faire tout ce qu’on veut, excepté quelque chose de plat. » Nous allons faire en sorte de ne pas tomber dans ce travers, même si nous pourrions aisément nous sentir aplatis par la grande ombre de Spinoza. Et c’est en nous appuyant sur l’écran, pourtant plat, du cinéma que nous allons donner du relief, de l’incarnation, du mouvement aux textes de Spinoza, qui certes sont lumineux par eux-mêmes et n’ont pas besoin de cet artifice – c’est nous qui en avons besoin. Mais, nous allons le voir, tout comme Descartes, Spinoza ne renie pas l’aide de l’imagination et de la fiction, il en dit même la fertilité et la richesse. Plongeons donc au cœur de L’Ethique, sans introduction, mais avec l’aide du cinéma. Si nous parvenons, grâce à lui, à ressentir des affects spinozistes, nous serons sur la voie des concepts."

 


Commentaires

 

1. SD49  le 21-10-2009 à 16:04:17

ben dis donc, cela ne nous inspire pas la philo vu le nombre de commentaires !!!!!!!!!!!!!!

2. brize  le 21-10-2009 à 17:02:33  (site)

Oui, c'est ce que je vois smiley_id1992961 !

 
 
 
posté le 17/10/09

"Elle s'appelait Sarah", Tatiana de Rosnay

 Paris, 16 juillet 1942.

  Une fillette est tirée de son sommeil par des coups violents frappés à la porte de l'appartement. Ce sont des policiers français. Ils les emmènent, elle et ses parents, mais pas son jeune frère : au dernier moment, la petite fille a en effet réussi à le cacher dans un placard, dont elle emporte la clé.

Paris, été 2002.

  Julia Jarmond est une journaliste américaine vivant à Paris depuis vingt ans. Son journal la charge d’écrire un article au sujet de la rafle du Vel d’Hiv’, le 16 juillet 1942, dont on va justement célébrer le triste anniversaire, soixante ans après.

  En même temps qu’elle effectue ses recherches, Julia prépare son futur déménagement rue de Saintonge, dans le Marais, dans ce qui fut l’appartement de la grand-mère de son mari, Bertrand.

  Son histoire personnelle va alors croiser l'Histoire au sujet de laquelle elle enquête...

 

   J’avais tellement entendu parler de ce roman (trop, sans doute) qu’il m’a fallu laisser passer un certain temps pour, enfin, avoir envie de le lire.

 

   A mon sens, il y a trois histoires dans « Elle s’appelait Sarah » (dont je préfère le titre original : « Sarah’s key », « La clef de Sarah », tellement plus symbolique), que je vais évoquer dans l’ordre décroissant de l’intérêt qu’elles ont suscité chez moi :

 

- L’histoire de Sarah : je l’ai prise en pleine figure, cette histoire racontée avec beaucoup de talent à hauteur d’une fillette de dix ans, avec tout ce qu’elle voit et tout ce qu’elle ressent, tout ce qui lui est incompréhensible (mais parce que c’est, littéralement, incompréhensible, insensé, ce qui est fait aux Juifs !) qui nous arrive là, comme ça, avec une force inimaginable. Ce récit, en italique, m’a été par moments difficilement supportable et j’ai dû me forcer à en continuer la lecture, pour me rappeler que, malheureusement, la réalité, dans son horreur absurde, peut dépasser les fictions les plus terribles.

 

- L’histoire d’un secret de famille (voire même, quand on y réfléchit bien, de deux secrets de familles, mais je ne fais pas allusion au second dans ce qui suit) : j’ai moins adhéré au thème, parce que je le trouve trop dans l'air du temps. Néanmoins, il prend pour moi davantage de sens et de poids si je le considère comme emblématique d’un secret plus général ou, à tout le moins, d’un silence partiel, celui des Français par rapport à la rafle du Vel d’Hiv, occultant me semble-t-il trop longtemps le rôle actif ou passif qu’ils ont joué dans cette tragédie.

 

- L’histoire de Julia : en comparaison avec celles qui précèdent, cette histoire m’a paru bien fade et dénuée d’intérêt, avec son aspect vaudeville (Bertrand trompe-t-il ou non Julia ?) et son lot de stéréotypes : ce même Bertrand, prototype du Français beau et séducteur ; sa famille de la grande bourgeoisie française coincée ; Julia, l’Américaine grande et athlétique (sa sœur est bâtie sur le même moule, d’ailleurs) , ses deux amis homosexuels branchés , sa fille Zoé tellement-clairvoyante-pour-son-âge … Même le dilemme auquel est confrontée notre héroïne au sein de sa situation personnelle n’est pas parvenu à m’ émouvoir. Et, surtout, je n’ai pas réussi à comprendre jusqu'au bout l'investissement obsessionnel de Julia pour mettre au jour l’histoire de Sarah, ainsi que sa propre implication dans une histoire qui est celle de sa belle-famille, comme s’il s’agissait de la sienne propre : je l’ai suivie sur ce terrain un long moment mais, passé un certain cap, non, même si son acharnement est le moteur du récit puisqu’il nous permet de compléter, in fine, le portrait de Sarah.

 

   Je n’oublierai pas l’histoire de Sarah, la participation ou le mutisme des Français au moment de la rafle du Vel d’Hiv. Mais quant au reste du roman, si, c’est probable.

 

"Elle s'appelait Sarah", Tatiana de Rosnay

Le Livre de Poche (404 p)

 

Les autres avis des blogueurs recensés chez BoB .

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 17-10-2009 à 18:11:43  (site)

Je tourne autour de ce roman depuis déjà un bon moment, sans arriver à me décider.

2. leiloona  le 17-10-2009 à 18:29:47  (site)

J'aurais pu écrire le même commentaire qu'Aifelle !
Ce livre est dans ma PAL depuis longtemps, pourtant je n'ai pas vraiment eu envie de l'ouvrir ...

3. InColdBlog  le 17-10-2009 à 18:30:22  (site)

Un coup de cœur de la blogosphère que je n'ai pas partagé. Trop mièvre malgré son thème.
Son seul mérite, à mon sens, est de rappeler à nos mémoires la tragédie du Vel d'Hiv.

4. SD49  le 17-10-2009 à 18:53:37

Tout à fait d'accord concernant le rappel de cette tragédie, je ne connaissais pas trop ce pan de l'histoire. Mais j'ai bien aimé quand même ce roman dans sa totalité.

5. emmyne  le 17-10-2009 à 22:51:57  (site)

Je n'ai pas regretté de l'avoir lu, mais j'ai vraiment trouvé la démonstration trop appuyée. A la moitié du livre, je commençais à trouver le temps long. ET vraiment, l'histoire de Julia, son épilogue, gâche tout !

6. jumy  le 18-10-2009 à 12:24:40  (site)

J'ai le même avis que toi, j'ai été très touchée par l'histoire de Sarah, car je sais malheureusement que ce n'est pas une fiction...par contre l'histoire de Julia était un peu longue....

7. brize  le 18-10-2009 à 14:28:17  (site)

@ Aifelle et Leiloona : C'est aussi ce que je faisais depuis un moment et j'ai fini par sauter le pas.

@ InColdBlog : Je n'ai malheureusement pas trouvé de billet sur ton blog : j'aurais bien aimé avoir des précisions sur ce que tu entendais par "mièvre", car je n'aurais pas qualifié ainsi le roman (ou bien peut-être voulais-tu dire trop mélodramatique ?). Emmyne parle d'une "démonstration trop appuyée", là je comprends mieux ce qu'elle veut dire.

@ SD49 : C'est aussi ce qu'une amie m'a dit... jusqu'à ce qu'elle se rende compte, lorsque j'ai évoqué certains aspects du roman, qu'elle les avait complètement oubliés ! Mais, effectivement, elle avait comme toi aimé le roman tel quel.

@ Emmyne : L'épilogue m'a fait l'effet d'un cheveu sur la soupe !

@ Jumy : Oui, et j'ai trouvé que c'était au détriment de celle qui méritait qu'on s'y attarde, à savoir celle de Sarah.

8. Hathaway  le 18-10-2009 à 16:44:34  (site)

Il est aussi sur ma liste du challenge Blog o trésor ! Il va donc falloir que je le lise rapidement !

9. Nicolas  le 18-10-2009 à 17:16:38  (site)

Entièrement d'accord avec toi. Et dommage que la partie contemporaine soit si longue!

10. In Cold Blog  le 19-10-2009 à 10:25:24  (site)

En gros (et en version hyper courte), ce que je voulais dire, c'est que c'est le personnage de Julia et tout ce qui va avec que j'ai trouvé mièvre: cette snob des quartiers riches dont le seul problème existentiel est de gérer les travaux de son nouvel appartement (puis le délitement de son couple) et qui essaie de se donner bonne conscience avec l'histoire tragique de Sarah..

11. ChoupynettedeRestin  le 19-10-2009 à 11:37:29  (site)

comme Aifelle, je l'ai dans ma pal, mais des avis très contrastés me font hésiter... En même, ton billet sera l'occasion de faire remonter ce roman sur le haut de la pal, pour "men débarrasser"...

12. brize  le 19-10-2009 à 12:01:36  (site)

@ Hathaway : C’est faisable, tu as jusqu’à la fin de l’année et il n’est pas long à lire.

@ Nicolas : oui (même réponse qu’à Jumy Sourire1 ! ).

@ In Cold Blog : Là, je comprends mieux et je te suis !

@ ChoupynettedeRestin : J’avoue que c’est un peu ce que je ressentais aussi : on en a tellement parlé que tu te sens presque obligée de l’avoir lu ! D’un autre côté, ça te permet de te faire ta propre opinion.

13. sentinelle  le 19-10-2009 à 19:27:00

Je me suis toujours méfiée de ce roman malgré les nombreux commentaires positifs lus sur les blogs. Mais je retiens surtout le tien de commentaire, qui confirme totalement mes doutes. Allez hop, un roman en moins à lire

édité le 19-10-2009 à 19:27:22
édité le 19-10-2009 à 19:27:43

14. brize  le 20-10-2009 à 20:44:05  (site)

Sentinelle, compte tenu de ce que je peux connaître de tes lectures, je suis quasi-certaine que ce roman te décevrait. Donc, oui, tu as raison de passer !

15. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 20-10-2009 à 21:03:27  (site)

j'avais adoré ce roman!! vraiment!
ça m'a beaucoup émue, je suis vraiment rentrée dans l'histoire! un vrai coup de coeur qui m'a donné envie de lire d'autres livres de l'auteur mais qui malheureusement m'ont déçue...

la fiche d'ln, ma co-blogueuse, ici: http://la-ronde-des-post-it.vefblog.net/16.html#Elle_sappelait_Sarah
et mon avis tout frais juste après lecture dans les coms Clin doeil

16. brize  le 20-10-2009 à 21:54:49  (site)

@ La Sardine : l'histoire de Sarah est bouleversante et tous les lecteurs y ont été profondément sensibles, raison pour laquelle le livre a fait une telle impression.

17. manu--  le 24-10-2009 à 10:52:35  (site)

Un roman autour duquel je tourne depuis un bon moment. Il est maintenant dans ma PAL jusqu'à ce que le bon moment se présente !

18. Karine:)  le 24-10-2009 à 13:41:16  (site)

Comme Leiloona et Aifelle, je n'arrive pas à me décider à lire ce livre... J'ai peur de trouver ça "gnangnan" malgré l'histoire de Sarah qui semble très touchante.

19. brize  le 25-10-2009 à 12:33:47  (site)

@ Manu : Il m'avait été donné et j'attendais aussi le bon moment pour le lire !

@ Karine : Je n'ai pas trouvé que c'était gnangnan, mais ce qui ne touchait pas à l'histoire de Sarah proprement dite m'a paru nettement moins marquant.

20. Albertine  le 25-10-2009 à 21:41:22

Un gros coup de coeur pour Sarah moins pour Julia aussi ! Merci pour tes petites mots Brizette !

21. brize  le 25-10-2009 à 22:24:18  (site)

De rien, Albertine : je le dis comme je le pensesmiley_id118675 !

22. liliba  le 26-10-2009 à 09:00:56  (site)

Joli billet ! c'est vrai que le livre est inégale et que toute la partie concernant la petite fille est absolument poignante alors que le reste n'est pas passionnant...

23. brize  le 03-11-2009 à 20:52:23  (site)

Tout à fait !

24. floaimelesmots  le 05-11-2009 à 21:14:16  (site)

Mes impressions à la lecture de ce roman sont les mêmes que toi. Je n'ai pas adhéré à l'histoire de Julia, allant même jusqu'à "sauter" les chapitres la concernant pour retrouver la petite Sarah.

25. brize  le 05-11-2009 à 21:16:21  (site)

Du bon usage du "droit de sauter des pages" Clin doeil1 !

 
 
 
posté le 14/10/09

Un début de semaine très télé !

   Une fois n'est pas coutume, ce début de semaine fut placé sous le signe du petit écran !

   En réalité, cette suite de soirées télévisuelles a démarré dès dimanche soir, avec "Le ciel peut attendre", alias "Heaven Can Wait", vu comme il se doit en en version originale (je l'avais enregistré la veille, vive les décodeurs-enregistreurs !).

   J'avais déjà regardé, il y a un certain nombre d'années, ce film d'Ernst Lubitsch, datant de 1943 et considéré comme un petit chef d'œuvre. Sauf que le seul souvenir que j'en avais c'est, en gros, que je ne l'avais pas trouvé si génial que ça. Mais j'étais décidée à lui donner une deuxième chance (et puis, 3 T sur Télérama, ça ne se boude pas !), en me disant que je n'avais peut-être pas été bon juge.

   De quoi s'agit-il ?

   Henry Van Cleve, la soixantaine, meurt gentiment à la fin d'un bon repas et se présente spontanément au bureau du Diable, persuadé qu'il n'a pas sa place au paradis. 

Le Diable lui demande de lui raconter sa vie, ce que Van Cleve fait.

On apprend alors que, après avoir été un enfant gâté-pourri, Van Cleve a épousé celle pour laquelle il avait eu un coup de foudre et qu'il a aimée sa vie durant. Ce qui ne l'a pas empêché d'être fort peu fidèle...

   Verdict ?

   Eh bien, rebelote, je confirme : non, ça ne passe que moyennement ! Certes, l'arrivée du "héros" dans le bureau du Diable est (diablement) plaisante. Le film revêt de superbes couleurs en technicolor et Gene Tierney apparaît extraordinairement belle (dommage que le réalisateur se soit mis en tête, lorsqu'elle vieillit, de relooker sa coiffure).

   Mais...

   Le comique est lourd : les parents et le grand-père de Van Cleve en adoration devant lui (et les facéties dudit grand-père), les parents de la dulcinée venant de leur Kansas tellement rural etc.

L'argument est faible : un mari volage face à une épouse qu'on ne peut s'empêcher de trouver bien tolérante.

La psychologie des personnages s'avère quasi-inexistante, au motif sans doute qu'il s'agit d'une comédie.

    Le tout m'a paru, à nouveau, bien mené et pas désagréable à regarder, mais au lieu de la fameuse Lubitsch Touch tant vantée, j'oserais évoquer plutôt ici une manière de Kitsch Touch qui ne parvient pas à me séduire ( !).

 

   Pas lassée des comédies, j'ai poursuivi lundi avec le début d'un feuilleton en six parties sur TF1 (mais oui, vous avez bien lu !) : "Mes amis, mes amours, mes emmerdes...". On y fait connaissance d'une bande d'amis maintenant quadragénaires, confrontés à des situations tragicomiques (voire tragiques tout court, au moins pour l'une d'elles).

   Je l'avoue, j'ai passé un moment fort agréable avec les deux premiers épisodes : dans l'ensemble, les acteurs sont plutôt bons, c'est sans prétention et enlevé, assez souvent drôle. Bref, je poursuivrai (même pas honte !) !

   Et puis, il y a Florence Pernel, une actrice que j'ai souvent vue dans des feuilletons ou des films à la télé et que j'aime bien et aussi un acteur qui me plaît pas mal, mais dont je ne retiens jamais le nom (Bernard Yerlès, dit-elle après recherche !).Mais tenez, pour vous en donner une idée, je suis allée pêcher une photo de lui (des deux acteurs, en fait) : vous jugerez par vous-mêmes (il s'est légèrement empâté avec le temps, mais il est encore très regardable, je trouve !) !

 

   Enfin, hier soir, j'ai opté pour le divertissement version culturelle, avec la suite du feuilleton "Un village français" (sous l'Occupation).  Au départ, j'avais moyennement envie de regarder cette suite (pourtant, les six premiers épisodes, diffusés il y a quelques mois, m'avaient plu), précisément parce que je me sentais encore un peu dans mon ambiance comédie, mais je n'ai pas regretté de m'être un peu forcée. J'ai trouvé le début de cette saison 2 encore meilleur que la première, déjà de qualité : les situations deviennent plus complexes et les personnages y gagnent en profondeur. Aucun doute, je continuerai !

 

Et ce soir, me direz-vous ? Poursuite du marathon télévisuel ?

                  Ben, non... le petit écran a été réquisitionné par l'Homme (une sombre histoire de jeu de ballon, je crois !)  !

 


Commentaires

 

1. sentinelle  le 14-10-2009 à 20:31:40

J'ai bien aimé également "Mes amis, mes amours, mes emmerdes..." rougis
Bernard Yerlès est un compatriote, je le trouve bien sympa également, il joue avec beaucoup de naturel !

2. SD49  le 14-10-2009 à 21:01:54  (site)

Idem pour le ballon. et pour moi lundi c était une grande première j'ai regardé X-factor sur W9, je ne regarde jamais ce genre d'émission (style nouvelle star !) mais là il y a la participation d'un groupe dont fait partie le chef de choeur de la chorale dans laquelle je chante. Alors forcément j'ai regardé !!!!! c'est marrant quand on connait quelqu'un !!!! sinon bof bof !!!!

3. brize  le 14-10-2009 à 21:25:04  (site)

@ Sentinelle : Hé, hé ! Je me sens moins seule Sourire !

@ SD49 : Quand j'ai lu "X Factor", j'ai cru qu'il s'agissait d'une série SF (on sent la fille vachement au courant, là !) !
C'est sûr que, si je connaissais quelqu'un parmi les participants, je ferais comme toi, je regarderais !

4. Isil  le 14-10-2009 à 22:12:50  (site)

Je ne me souviens plus du tout de ce film. Est-ce que je l'ai vu d'ailleurs? Du Lubitsch avec Tierney probablement (quand je serai grande, je veux avoir son physique - enfin, sans cette coiffure).
Ça fait bien longtemps que je n'ai pas regardé autre chose que des séries américaines à la tv.

5. LVE  le 15-10-2009 à 08:34:18  (site)

C'est normal de trouver le Ciel peut attendre kitsh, avec des yeux d'aujourd'hui. Il ne faut jamais oublier de se mettre dans le contexte de l'époque où le film a été tourné pour profiter de toutes ses saveurs. Sinon, on loupe le coche.

6. amandameyre  le 15-10-2009 à 09:03:30  (site)

ah Lubitsh... j'ai vu celui-ci il y a longtemps dans une petite salle du 5ème et en Vo. Je pense que ça change tout (même si je ne m'en souviens pas tellement, en fait Sourire
Pour la Télé, nous nous ignorons royalement, elle et moi et je préfère regarder des séries en DVD (ie une saison ou deux saisons par an, vu mon rythme)
MAIS, j'avoue que pour une fois j'ai jeté un oeil sur les pages télé de télérama la semaine dernière et bien m'en a pris car j'ai enregistré la Planète des Singes (avec C. Heston, la vraie version, quoi !)... et je ne l'ai tjrs pas regardée, mais bon, je l'ai !!

7. diane62  le 15-10-2009 à 11:10:01  (site)

J'ai lu tes messages sur le forum, si tu veux voir précisement la provenance de tes visiteurs tu peux mettre gratuitement sur ton blog le gadget que tu trouveras ici : http://feedjit.com/joinjs/
Moi je l'ai sur mon blog et il est très bien, peut être qu'il te sera utile.Pour le comptage il y des compteurs de visite sympas et gratuit sur : http://www.geovisite.com/fr
A bientôt

édité le 15-10-2009 à 11:10:15
édité le 15-10-2009 à 11:10:27

8. brize  le 15-10-2009 à 12:51:49  (site)

@ Isil : La coiffure, là, encore, ça va : c’est après que ça se gâte !
Pour les séries TV américaines, j’adore aussi quand j’en trouve une qui m’accroche bien (pas le cas en ce moment).

@ LVE : J’avais pourtant dit « pas taper » Clin doeil1 ! D’accord avec ce que tu dis sur le contexte mais je suis réceptive à d’autres comédies datant de la même époque, je pense par exemple à « Indiscrétions », de George Cukor : mais ça doit être parce que Katharine Hepburn était une héroïne très moderne !

@ Amanda : Vu en V.O aussi. Dans une salle de cinéma, on est davantage sensible à une certaine qualité d’atmosphère, présente dans le film, je ne le nie pas. N’empêche qu’il ne t’a pas beaucoup marquée !
Et « La planète des singes » vaut le coup d’œil (d’autant que je suis certaine que tu apprécieras le torse de Charlton Heston !).

@ Diane62 : Merci pour ton sympathique commentaire : j’irai regarder les liens.

 
 
 
posté le 13/10/09

"Refaire le monde", Julia GLASS

    Greenie, la trentaine, est une talentueuse cuisinière et pâtissière exerçant à New-York. Son mari, Alan, exerce la profession de thérapeute et ils ont un fils âgé de quatre ans, George.

  Parce que Walter, patron d’un restaurant de renom au profit duquel Greenie travaille, a vanté les mérites de celle-ci auprès du gouverneur de Santa Fe, Greenie se voit soudain proposer un poste de chef cuisinier chez lui, au Nouveau Mexique.

  Sa décision d’accepter cette proposition entraîne des bouleversements notables dans sa vie de couple.

  Parallèlement à l’histoire de Greenie et Alan, on suit celle de Saga (qui va croiser la route d’Alan), une jeune femme qui porte les séquelles d’un grave traumatisme crânien venu bouleverser son existence et vit maintenant auprès de son oncle. Et aussi celle de Walter, le restaurateur ami de Greenie, homosexuel cherchant l’âme sœur et accessoirement disposé à jouer le père de substitution auprès de son jeune neveu rebelle.

  Autour de ces principaux protagonistes gravitent de nombreux autres personnages, amis ou membres de leurs familles, dont les liens tissent la toile de leurs vies…

 

   « Refaire le monde » (titre anglais : « The Whole World Over ») est un roman (choral, vous l’aurez remarqué) que j’ai lu facilement et avec plaisir mais dont je ressors avec une vague impression d’un peu trop lisse, comme s’il y avait manqué, pour moi, ce mordant ou cette fougue qui lui aurait permis d’emporter toute mon adhésion.

   Pourtant je n’ai pas eu envie de le lâcher : attachée modérément au couple Greenie-Alan, mais bien plus à Saga et ensuite à Walter, dont la place s’affermit au fil du récit, je me suis intéressée au sort de tous ces personnages pendant pas loin de 800 pages, sans que l’auteur ait besoin de recourir à d'extravagantes péripéties pour retenir mon attention. Il lui a suffi de me raconter ce qui leur advenait, de son style fluide et à sa manière subtilement prenante, les observant sans les juger, avec délicatesse et affection (« bienveillance », devrais-je dire, puisque c’est un mot mis en exergue dans un passage du roman), remontant à l’occasion avec eux les ramifications du passé où tout prend source et où nous choisissons ou non nos chemins et me suggérant aimablement, à la fin de chaque partie : « Vous reprendrez bien une petite tranche de leur vie ? ».

   Un livre (où il est régulièrement question de nourritures terrestres, ce qui n’était pas pour me déplaire) à la saveur douce, soulignée du zeste d’amertume qui marque toute existence : à garder éventuellement en mémoire pour les périodes où vous avez des envies de tarte au citron !

 

« Refaire le monde », Julia GLASS

Éditions des deux terres (767 p)

 

Ce qu'en ont pensé Cathulu et Armande .

 


Commentaires

 

1. ChoupynettedeRestin  le 13-10-2009 à 11:41:01  (site)

Je viens de lire une chronique élogieuse de Florinette sur un autre roman de cette auteure...qui est donc à découvrir!

2. Titine75  le 13-10-2009 à 11:55:14  (site)

J'avais eu la même impression en lisant son précédent roman "Jours de juin". L'écriture est fluide, effectivement on a l'impression que c'est un peu lisse mais on arrive pas pour autant à lâcher le livre. Et on en redemande car je lirais bien celui-ci!

3. keisha  le 13-10-2009 à 14:53:59  (site)

Oui, c'est Jour de Juin qui me fait envie ...

4. SD49  le 14-10-2009 à 07:19:34

je pense que je vais le nter pour le lire en vacances celui-là. il est quand même assez gros.

5. amandameyre  le 14-10-2009 à 10:05:10  (site)

ah mais tu as réussi à le trouver, donc !!

6. brize  le 14-10-2009 à 13:48:49  (site)

@ ChoupynettedeRestin : Un auteur que j’ai eu plaisir à découvrir, en tout cas, même si je m’attendais à être davantage séduite.

@ Titine75 : Cette fois encore, on se retrouve sur un ressenti de lecture ! Sauf que là, je n’en redemande pas, du Julia Glass : je suis rassasiée pour un moment, je crois !

@ Keisha : J'ai découvert en lisant le billet d'Armande qu'un des personnages secondaires de "Refaire le monde", le libraire Fenno Mac Leod, était un des principaux protagonistes de "Jours de juin". Donc, sans être une suite, "Refaire le monde" est lié à ce précédent opus.

@ SD49 : ça me paraît une bonne idée de lecture de vacances, en effet.

@ Amanda : En fait, je ne l’ai pas trouvé, comme je le souhaitais, en occasion, mais j’ai pu l’emprunter en bibliothèque. Et, tout compte fait, je ne regrette pas de ne pas l’avoir acheté, car même si la lecture a été agréable, ça n’a pas été le coup de cœur que j’escomptais.

7. chiffonnette  le 14-10-2009 à 20:34:57  (site)

Juste pour la gourmandise, je risque d'y jeter un oeil!!

8. brize  le 15-10-2009 à 12:56:09  (site)

Je reconnais bien là la gastronome de "La cuisine du terrier" smiley_id117957 !

9. george  le 15-10-2009 à 13:31:05  (site)

encore un livre de ma PAL... qui me tente beaucoup, j'ai un faible pour les gros romans...

10. brize  le 16-10-2009 à 18:45:14  (site)

C'est chouette, un gros roman, quand on se sent bien plongé dedans smiley_id117724 !

11. Florinette  le 19-10-2009 à 15:27:05  (site)

Il me semble moins captivant que son premier roman "Jours de Juin", mais j'ai quand même bien envie, malgré ses 800 pages, de le découvrir ! ;-)

12. brize  le 19-10-2009 à 18:17:18  (site)

Florinette, c'est l'impression que j'ai eue en lisant ton billet sur "Jours de juin", mais, bien sûr, seule la lecture des deux romans pourrait nous permettre d'en avoir le coeur net !

13. La Nymphette  le 20-10-2009 à 23:33:40  (site)

Pour moi, c'est la couverture, ce superbe vert tendre qui me tentent! Comme en plus, j'ai vraiment bien aimé "Jours de Juin", je le lirai dès que possible (quand à savoir quand ce sera ... :-D)

14. brize  le 22-10-2009 à 20:38:18  (site)

D'autant qu'il ne se lit pas en 5 minutes Sourire1 !

15. manu--  le 24-10-2009 à 10:57:10  (site)

Il semble que cette romancière soit à découvrir. Même si ce n'est pas la lecture du siècle, ça reste plaisant et j'aime ce genre de romans où s'entrecroisent la vie de plusieurs personnages.

16. sybilline  le 25-10-2009 à 11:53:43  (site)

Bien que peu attirée par la tarte au citron, ce roman est certainement à noter, ce que je fais aussitôt!
Merci pour ton soutien et ta gentillesse, Brize Sourire

17. brize  le 25-10-2009 à 12:38:16  (site)

@ Manu : C'est le genre de livre qu'on aime lire à l'occasion : sans être exceptionnel, c'est de bonne qualité.

@ Sybilline : Oh, tu n'aimes pas la tarte au citron ? ça m'apprendra à me lancer dans les métaphores pâtissières !
Je pense bien à toi ...smiley_id118675.

 
 
 
posté le 11/10/09

"Tatanka", Callède - Séjourné - Verney

      États-Unis, de nos jours.

   Tatanka est le nom d’une organisation militant contre la vivisection des animaux. A sa tête, on trouve Geena et Tyrone, frère et sœur issus d’une famille indienne et Kim. Ils ont été récemment rejoints par Brian, dont ils ignorent qu’il est un journaliste en pleine enquête.

   Le groupe a décidé d’investir, de nuit, un laboratoire, pour y libérer tous les animaux. Mais leur opération commando avorte car, une fois sur place, ils découvrent que toutes les cages sont vides. Seul un petit singe est resté et se sauve en les voyant. Ils apprennent peu après que c’est l’armée qui a vidé le laboratoire et qu'elle a placé ses personnels sous surveillance médicale.

   Progressivement, la vérité (au moins partielle) se fait jour : un virus mortel, véhiculé par le singe en cavale et, dans un autre Etat du pays, par un molosse qui agresse les hommes et les bêtes, commence à contaminer les humains. Et il se répand comme une traînée de poudre !

   Mais quelle est la nature exacte de ce virus et pourquoi l’armée s’y intéresse-t-elle à ce point ? En tentant de répondre à ces questions, les membres de Tatanka vont se trouver pris dans une série d’événements de plus en plus dramatiques…

 

   « Tatanka » est une BD que j’avais repérée en librairie il y a trois ans, à la parution du premier tome, mais j’avais hésité, puis vaguement aperçu les tomes suivants, sans oser me risquer à les acheter, peut-être parce que le thème ne me paraissait pas assez original. Aussi mon sang n’a-t-il fait qu’un tour lorsque je suis tombée sur l’intégralité des tomes de ce récit maintenant achevé à la bibliothèque !

   Sur un thème effectivement assez classique, aussi bien en littérature qu’au cinéma (ou dans les séries télé), « Tatanka » offre une variation bien menée (même si elle ne révolutionne pas le genre, je vous l'accorde, mais le tour pris par le récit m'a plu) et je ne vous cacherai pas que j’ai dévoré les albums les uns à la suite des autres (avec par moments de délicieux petits frissons de dégoût !), car pour ce qui est du suspense, on est servi ! Qui plus est, l’histoire tourne autour de protagonistes attachants, dont la personnalité est originale, ce qui ne gâche rien. Quant à la fin, elle m’a laissée un peu frustrée car elle reste ouverte, mais elle se tient.

   Un bon récit, donc, servi par un graphisme élaboré et élégant, dans des planches fouillées et avec une mise en page rythmée : bref, des albums sympas, comme je les aime !

   Conclusion ? Eh bien, pour ceux que le thème attire, aucun doute, cette série BD mérite un détour !

 

« Tatanka » : scénario : Callède – dessin : Gaël Séjourné – couleurs : Jean Verney

tome 1 : « Morsure »

tome 2 : « Contamination »                   

tome 3 : « Mutation »

tome 4 : « Infiltration »

tome 5 : « Cobayes »

Éditions Delcourt.

 


Commentaires

 

1. Karine:)  le 11-10-2009 à 14:02:17  (site)

J'étais super tentée... jusqu'à ce que je vois "virus mortel"... alors non, je passe!!! Je tiens à mon sommeil et à ma santé mentale!!

2. bladelor  le 11-10-2009 à 14:03:00  (site)

Ah tiens, je note, pourquoi pas... Je vais voir s'ils l'ont à bibliothèque, je suis dans une période BD.

3. manu--  le 11-10-2009 à 14:19:46  (site)

Je suis contre la vivisection, mais je ne sais pas si à la fin, la morale me satisfera !

4. Ys  le 11-10-2009 à 15:00:15  (site)

Jamais entendu parler de cette BD mais elle me tente bien.

5. emmyne  le 11-10-2009 à 21:31:49  (site)

Je connaissais pas du tout, mais là je suis tentée.

6. LVE  le 12-10-2009 à 08:36:24  (site)

Ca aurait été 'achement bien si tu avais pu scanner une page, qu'on se rende compte de la forme. Tentant quand même...

7. brize  le 12-10-2009 à 11:00:59  (site)

@ Karine : Et il y a aussi, ensuite, « petits frissons de dégoût »… donc sans doute fais-tu bien, pour continuer à bosser sereinement !

@ Bladelor : Et puis, en bibliothèque, si on est déçu, ce n’est pas grave (et quand c’est un coup de cœur, on peut toujours l’acheter ensuite).

@ Manu : Mais y-a-t-il une morale, à la fin ?!!! Plus sérieusement, le récit s’éloigne progressivement du thème initial et révèle des surprises.

@ Ys et Emmyne : Cette série vaut le coup d’œil !

@ LVE : Bon, allez, puisque tu insistes Sourire1 ! Mais tu as raison, c’est agréable d’avoir un aperçu du graphisme.

8. Laetitia la liseuse  le 12-10-2009 à 21:31:03  (site)

c'est une série que j'ai souvent feuilleté en librairie mais je n'ai jamais passé le pas de me la procurer. La série est donc finie ? je vais peut-être faire comme toi et la lire en bibliothèque.

9. brize  le 13-10-2009 à 11:34:54  (site)

Oui, Laetitia, je te confirme que la série est finie (ou au moins le cycle, si une suite était envisagée, ce qui n'est pas annoncé : au lecteur d'imaginer !).

10. Emmauel  le 14-10-2009 à 13:44:55  (site)

Le début du scénario m'a fait penser au Parfum d'Adam deRufin et puis la suite à un film avec Dustin Hoffman dont je ne me souviens plus du nom. Mais les planches ont l'air sympas alors je te dirai ce que j'en pense après les avoir empruntées.

11. brize  le 14-10-2009 à 13:50:52  (site)

"Le parfum d'Adam", je vois (c'est un roman que j'ai abandonné aux 2/3, parce que je le trouvais trop lent), le film avec Dustin Hoffman, non, ça ne me dit rien. En tout cas, je serai curieuse d'avoir ton avis sur cette BD !

12. Emmanuelblabla  le 06-11-2009 à 21:55:52

Il ne m'en reste plus qu'un à lire ! Mais il n'est pas encore à la bibliothèque. L'arrivée est prévue sous peu. Mais quel suspense, du coup ! Pour le moment je me suis vraiment, mais vraiment régalé. (Pour ce qui est du Rufin, j'ai abandonné très tôt moi aussiClin doeil1 ; et le film c'était "Alerte". Pas mal mais je me demande s'il n'a pas un peu vieilli.

13. brize  le 06-11-2009 à 22:19:32  (site)

Pas entendu parler de ce "Alerte".
Mais ils sont lents, à ta bibliothèque : ils devraient déjà l'avoir acheté ! Pour une fois que tu pouvais lire toute une série de BD sans avoir à attendre entre deux tomes !
Bon sang, j'imagine le suspense !!!

 
 
 
posté le 09/10/09

"Des hommes", Laurent MAUVIGNIER

    Solange, soixante ans, fête son anniversaire et son départ à la retraite dans la grande salle du village, en compagnie de sa famille et de ses amis. Arrive son frère aîné Bernard, alias Feu-de-Bois, le nom qu’on a fini par lui donner lorsqu’il est revenu autrefois, quinze ans après avoir quitté le village.

   Feu-de-Bois est un clochard alcoolique et sa venue met tout le monde mal à l’aise. Et voilà qu’il offre un cadeau à sa sœur, lui qui vit de la charité des autres. Où donc a-t-il trouvé l’argent pour le faire ?

   La tension suscitée par l’incident en amène un autre plus grave et le récit bifurque alors pour retourner vers la cause de tout cela, dans le passé, un passé qui a vu Bernard, jeune homme, partir pour la guerre d’Algérie, comme tant d’autres à ce moment-là …

 

   La première partie m’a donné l’impression d’être filmée au ralenti, néanmoins je l’ai lue sans que mon intérêt diminue, parce que, si l’action ne domine pas, la tension, elle, est omniprésente, comme si Feu-de-bois, cet individu quelque peu inquiétant et toujours à la marge, allait soudain la franchir cette limite, poussé par les circonstances à sortir de ses gonds.

   Plus on avance, plus le récit prend d’ampleur, passant alors de l’individuel au collectif pour retracer ce que Bernard a vécu lorsqu’il a participé à la guerre d’Algérie.

   Le début de la partie « Nuit » m’a fait mal. J’ai dû en interrompre la lecture. C’est une chose de savoir (ou de croire savoir), c’en est une autre de voir … Et il y aura ensuite d’autres occasions pour le lecteur, au cours du récit, de souffrir de ce qui lui est raconté.

   Aucun manichéisme dans le propos. Personne n’est innocent, tous sont « Des hommes » (« Quels sont les hommes qui peuvent faire ça. Pas des hommes qui font ça. Et pourtant. Des hommes. »), avec ce qui peut exister, derrière ces mots, de barbarie insoupçonnable puis inavouée, parce qu’on n'en parle pas, de ces choses innommables qu’on a subies ou qu’on a faites, mais on les porte en soi, toujours, au risque d’être détruits par elle.

 

   Flux de paroles pour raconter le présent, flux de pensées pour le commenter, flux de mots, encore, pour se souvenir, tout dans l’écriture de Laurent Mauvignier, est flux, afflux et reflux. Envahi, encerclé, englué, le lecteur se fond, se noie, dans cette marée de mots qui pose le malaise, le mal-être d’un homme et d’une génération, mieux qu’un documentaire, parce qu’elle fouille au cœur du non-dit, des sentiments pas exprimés, des ressentis pas assumés, des mots qui sourdent, trébuchent, hésitent, des mots comme dans la vie, pas sûrs d’eux, pas sûrs d’avoir le droit d’être dits et pourtant le besoin est là, pressant, urgent, de dire.

   Un livre comme on s’essouffle de ce qu’on a tu trop longtemps.

 

   Sur un sujet sensible (pour ne pas dire casse-gueule), « Des hommes » est un roman profondément tragique, profondément humain, un roman remarquable, pour ce qu’il dit et pour la manière dont il le dit.

 

« Des hommes », Laurent MAUVIGNIER

Les Editions de Minuit (281 p)

 

L'avis d' Aurore et celui de Sylire .

 


Commentaires

 

1. amandameyre  le 09-10-2009 à 12:23:58  (site)

très beau billet qui me donne envie de le découvir, malgrè le thème et la dureté

2. In Cold Blog  le 09-10-2009 à 12:38:46  (site)

Ayant aimé tous les précédents romans de Mauvignier, celui-ci ne devrait pas faire exception. Ce que tu en dis me donne très très envie.

3. Titine75  le 09-10-2009 à 14:39:28  (site)

J'ai très envie de lire ce livre, j'avais lu "Dans la foule" de laurent Muvignier et je m'en souviens encore tellement l'écriture était forte. C'est vraiment un grand écrivain.

4. Aurore sur son etagere  le 09-10-2009 à 14:52:12  (site)

Je suis contente qu'il t'ai plu!! Ce roman est une vraie claque, immense, incroyable, perturbant... Beau billet!

5. cathulu  le 09-10-2009 à 15:19:53

Le style avec ses hésitations volontaires ne t'a pas gênée ?

6. brize  le 09-10-2009 à 17:58:54  (site)

@ Amanda : Merci ! C’est une lecture dure mais je te la recommande : personnellement, je ne la regrette pas.

@ In Cold Blog et Titine 75 : Je découvre cet auteur, donc je ne peux pas comparer ce roman à ses œuvres précédentes, mais c’est un roman fort et marquant.

@ Aurore : Merci ! Ton billet, joint à d’autres échos que j’avais eus de ce roman, m’a incitée à le découvrir.

@ Cathulu : Non, au contraire. Excepté peut-être à deux reprises (dont une correspondant au passage cité par Sylire dans son billet), où j’ai trouvé que ça « coinçait ». Le reste du temps, la respiration-scansion de l’écriture m’a semblé en parfaite adéquation avec le fond et pour moi elle est passée sans difficulté.

7. sentinelle  le 09-10-2009 à 17:58:57

Encore un roman qui devrait me plaire. Et l'occasion de découvrir Laurent Mauvignier que je n'ai encore jamais lu...

8. sylire  le 09-10-2009 à 17:59:50  (site)

Même question que Cathulu. C'est un roman très fort et remarquable dans sa façon d'aborder ce sujet mais j'ai vraiment buté sur le style.

9. brize  le 09-10-2009 à 18:02:16  (site)

@ Sentinelle : Je n'avais moi aussi rien lu de cet auteur, à découvrir, c'est sûr.

@ Sylire : Tu as posté ta question au moment où je répondais à celle de Cathulu Sourire1 !

10. sylire  le 09-10-2009 à 18:02:44  (site)

Je crois que tu as répondu au moment où je rédigeais mon com'. J'en profite pour corriger une faute d'orthographe : j'ai butté et non buté !

11. sylire  le 09-10-2009 à 18:03:49  (site)

Et j'ai réécris au moment où tu me répondais :-))

12. brize  le 09-10-2009 à 18:05:23  (site)

Sylire, là, on a fait fort !

13. Jules  le 09-10-2009 à 18:06:10  (site)

Tu me laisses guère le choix, je devrai le lire!

14. SD49  le 09-10-2009 à 21:15:17

dans un premier temps je ne l'avais pas noté car cela avait l'air vraiment dur, mais pour finir je le note quand même. Mon père est allé à la guerre d'Algerie mais c'est une periode dont il ne parle pas ou très peu.

15. leiloona  le 10-10-2009 à 10:38:27  (site)

Eh bien, quel beau billet !
En revanche, je ne le note pas ... j'attendrai le bon moment.

16. levraoueg  le 10-10-2009 à 12:53:20

Je crois que ça être un incontournable de cette rentrée. Mais je le garde pour la fin, parce que le sujet n'est facile...

17. brize  le 10-10-2009 à 13:29:19  (site)

@ Jules : J’ai donc dû être très persuasive… sûrement parce que j’étais très persuadée !

@ SD49 : Pour des raisons entre autres personnelles, ce sujet m’intéresse. J’avais déjà lu, il y a assez longtemps, « La question », d’Henri Alleg.

@ Leiloona : Merci ! Tu as raison d’attendre le moment ad hoc : ce n’est pas un livre qu’on aborde facilement, je trouve.

@ Levraoueg : Je te comprends.

18. liliba  le 10-10-2009 à 17:43:46  (site)

Billet superbe, tu donnes vraiment envie d'aller se plonger dans ces mots, même si le sujet semble vraiment dur.

19. Nanne  le 10-10-2009 à 18:47:55  (site)

C'est un roman que j'hésitais à lire, mais en voyant tant de billets positifs et d'articles élogieux (même "Le Masque et la Plume" sur France Inter a été unanime), je sais que je finirai par craquer pour ce livre ! En plus, il parle des non-dits, des silences trop longtemps gardés en soi, des événements difficiles à vivre et à garder pour soi. Tout ce qui peut capter la lecture !

20. brize  le 11-10-2009 à 13:18:31  (site)

@ Liliba : Merci ! Et oui, le sujet est dur...

@ Nanne : Tu as raison, il y avait matière à écrire un roman, mais l'entreprise, à mon sens réussie, était périlleuse.

21. Albertine  le 12-10-2009 à 19:44:24  (site)

encore un à ajouter même si le sujet semble encore une fois difficile, Brize tes billets sont très beaux, je suis fanSourire

22. brize  le 12-10-2009 à 20:24:38  (site)

Merci Albertine smiley_id172963 !

23. liliba  le 26-10-2009 à 09:02:31  (site)

Malgré tous les avis positifs, je n'ai pas très envie de me plonger dans ce livre, dont le sujet me parait bien dur...

24. brize  le 03-11-2009 à 20:51:34  (site)

Oui, Liliba, le sujet est dur et il vaut mieux attendre un moment où tu te sentiras en mesure d'aborder ce roman.

25. val-m-les-livres  le 07-11-2009 à 21:10:37

Merci de ton passage chez moi Brize. Je n'avais pas vu ton billet qui démontre un enthousiasme proche du mien. Je compte bientôt lire un autre roman de Mauvignier, je suis vraiment tombée sous le charme.

26. brize  le 08-11-2009 à 13:49:21  (site)

Val, j'ai cherché ton billet sur ton blog (que j'ai découvert par la même occasion) suite à ton commentaire chez Fashion, parce qu'on était du même avis toutes les deux : ça fait plaisir Sourire !

27. Lapinoursinette  le 08-11-2009 à 22:13:11  (site)

J'ai aimé ce titre malgré quelques réserves et je rejoins le choeur des bloggeuses élogieuses : très beau billet qui m'aurait convaincue de le lire si ça n'était pas déjà fait

 
 
 
posté le 06/10/09

"Quitter le monde", Douglas KENNEDY

    Le jour de l’anniversaire de ses treize ans, au restaurant, après la énième dispute entre ses parents, Jane déclare qu’elle ne se mariera pas et n’aura pas d’enfants. Son père approuve vivement sa déclaration et, le lendemain, quitte le domicile familial. Dès lors, la mère de Jane n’aura de cesse de lui faire endosser la culpabilité de ce départ qui a, selon elle, précipité la mort de son mariage.

   Jane essaie de se construire malgré cette mère vindicative et ce père absent, dont les manifestations épistolaires occasionnelles ne lui apportent que désillusions. Elle démarre une brillante carrière universitaire qu’elle interrompt pourtant pour s’introduire dans le monde des traders, où elle se révèle plutôt douée.

   C’est à ce moment que son père ressurgit et lui demande de lui venir financièrement en aide. La décision prise par Jane entraînera une cascade de conséquences qui s’avèreront toutes, à plus ou moins long terme, funestes pour elle, au point de la pousser à vouloir un jour « quitter le monde »…

 

   De Douglas Kennedy, j’avais lu « L’homme qui voulait vivre sa vie », que j’avais adoré (et aussi « Cul-de-sac », que je n’ai pas aimé du tout, mais il vaut mieux que je n’en parle pas trop, au risque de me faire lyncher sur mon propre blog puisqu’a priori tout le monde a aimé ce roman policier récemment recyclé en « Piège nuptial », fin de la parenthèse). Depuis, au fil des discussions avec les unes et les autres (dans le monde réel comme dans le virtuel), je ne m’étais pas risquée à lire autre chose de lui, car je craignais trop d’être déçue, puisque j’étais apparemment tombée, lors de ma découverte, sur le roman qui recueillait le maximum de suffrages.

   Pourtant, cet été, après avoir parcouru la 4ème de couverture de « Quitter le monde » (qui s’achève ainsi : « Le destin bouleversant d’une femme qui, face aux coups du sort, tente de survivre. A la fois drame psychologique, roman social, road movie, suspense obsédant et peinture sans concession d’une Amérique aux multiples facettes : tout le talent de Douglas Kennedy dans son roman le plus ambitieux à ce jour. »), j’ai été prise d’une irrépressible envie d’acheter ce roman. N’écoutant cependant que ma sagesse (eh oui, au fil des ans, on le devient, sage… à force de s’être débarrassée de livres qu’on a achetés et qui, finalement, nous ont déçue !), j’ai fait un tour sur internet et j’ai constaté que ce roman suscitait des avis très contrastés. J’ai donc réprimé mon envie et attendu de le trouver en bibliothèque.

   Et, l’autre jour, voilà qu’il m’attendait gentiment sur le présentoir (je ne pensais plus à lui, puisque je n’avais même pas eu l’idée de le réserver). Je m’en suis emparée et, sans même avoir relu la présentation de l’éditeur, je l’ai commencé, en ayant globalement oublié ce que j’avais pu lire à son sujet (c’est seulement à la quatrième partie qu’un des thèmes m’est revenu).

   Verdict ?

   Au risque de passer pour totalement incohérente, je dirai que je ne l'ai pas lâché… alors même que je ne l’ai pas trouvé bon !

   Je l’ai en effet lu très rapidement, mais comme j’aurais regardé un téléfilm en trois ou quatre parties sur M6 (si, si, ça peut m’arriver… enfin, ça pouvait, parce que ce n’est plus le cas depuis que j’ai recommencé à lire régulièrement), en constatant que la qualité n’était pas vraiment au rendez-vous mais sans pouvoir m’empêcher de rester scotchée à l’écran, pour savoir ce qui allait se passer, ce qui allait lui arriver à cette héroïne « maudite ».

   Parce que, franchement, elle les accumule, les emmerdes (je ne les détaille pas, pour ne pas spoiler, bien sûr), la pauvre Jane ! A croire que le destin a décidé d’expérimenter sur elle un programme de test de résistance aux vicissitudes de la vie, facilité par la capacité du cobaye à considérer que, de toute façon, c’est toujours plus ou moins de sa faute, le fait qu’il y ait inévitablement quelque chose qui dérape dans son existence.

   Douglas Kennedy ne recule devant rien (et, dans un sens, pourquoi se gênerait-il ? la preuve : je l’ai lu jusqu’au bout !), allant jusqu’à basculer, in fine, dans le thriller, où, comble de la vraisemblance, Jane-est-plus-forte-que-les-policiers-pour-résoudre-une-terrible-enquête-criminelle !

   Des situations et des personnages à mon sens assez peu crédibles mais un talent certain pour entraîner le lecteur dans un roman feuilleton où les (gros) ressorts dramatiques sont bien utilisés : au final, un roman à la lecture facile, traitant pourtant de sujets graves mais sans que ceux-ci soient parvenus à me toucher autrement que superficiellement.

 

« Quitter le monde », Douglas KENNEDY

Editions Belfond (492 p)

 


Commentaires

 

1. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 06-10-2009 à 18:45:16  (site)

ah?? ben zut alors!!
un ami m'en avait fait l'éloge...
je vais essayer de me le procurer pour m'en rendre compte par moi même!

2. brize  le 06-10-2009 à 18:52:13  (site)

@ La Sardine : C'est ce qu'il y a de mieux à faire car j'ai effectivement aperçu des avis favorables au sujet de ce livre. Mais pour ce qui me concerne, j'ai été déçue.

3. amandameyre  le 06-10-2009 à 20:14:52  (site)

j'ai eu une époque DOuglas Kennedy, il y a longtemps... mais "la femme du Vème" fut la goutte d'eau... il ne me tente plus du tout !

4. Restling  le 06-10-2009 à 20:21:31  (site)

Dans mes bras !!! Moi non plus, je n'ai pas du tout aimé Cul de sac et j'ai toujours eu peur de me faire lyncher si je l'avouais !!! Calimero
Sinon, j'ai été plutôt déçue par Douglas Kennedy et La femme du Vème alors je ne me jetterais pas sur celui-ci...

5. brize  le 06-10-2009 à 20:34:23  (site)

@ Amanda : Et avec un billet aussi tentateur que le mien, ça ne va rien arranger !

@ Restling : ENFIN !!! Je rencontre (pour le moment, au moins virtuellement !) quelqu'un qui n'a pas, comme moi, aimé "Cul-de-sac" smiley_id117950 !
Mais CHUUUT Sparadrap ! Je ne voudrais pas susciter de réactions trop négatives smiley_id119167 !

6. SD49  le 06-10-2009 à 21:01:07  (site)

Evidemment après un tel article je me sens tiède pour lire celui-la.
Mais ton avis m'a bien fait sourire.
Après tout si c'est comme un film vu en plusieurs fois j'y arriverai peut-être ! Celui que j'ai préféré de cet auteur je crois que c'est La poursuite du bonheur.

édité le 06-10-2009 à 21:01:32
édité le 06-10-2009 à 21:01:54

7. Hiro  le 06-10-2009 à 22:02:14  (site)

Bonjour Brize,

De passage sur ton joli blog.

J'ai apprécié cette critique très sincère au sujet de ce livre que je n'ai pas lu.

Pour continuer la critique au sujet de Douglas Kennedy, j'apporte un avis plutôt sévère sur un autre roman que j'ai lu (cette fois), je veux parler de La Femme du Ve : l'histoire est peu originale dans sa globalité, les personnages ne sont guère aboutis et un dénouement plutôt décevant.

Pour ma part, je ne vous le conseille pas (note : 2/5, dans mon blog).

8. Aurore sur son etagere  le 06-10-2009 à 22:24:58  (site)

J'avais un très mauvais a priori sur cet auteur jusqu'à que je lise... L'homme qui voulait vivre sa vie. C'est pas mal en fait, pas transcendant, mais bien. Dommage pour ce nouvel opus!

9. SD49  le 07-10-2009 à 07:20:21  (site)

Merci Brize pour la petite info concernant mon blog dans ta rubrique en passant, je suis très touchée !!!!!smiley_id117076

édité le 07-10-2009 à 07:21:05
édité le 07-10-2009 à 07:21:48

10. leiloona  le 07-10-2009 à 08:40:07  (site)

Je ne suis pas surprise par ton billet : Kennedy écrit des livres simples d'accès, dont les ressorts sont assez visibles, mais en même temps, on ne peut le lâcher.
J'aime lire ses bouquins l'été. Clin doeil

11. Emmanuel bis  le 07-10-2009 à 11:53:35

J'ai eu des retours de lecteurs sur ce bouquin qui ressemblent assez au tien. Il ne comble pas toutes les attentes mais il sait y faire, le monsieur, pour acrocher tout de même son lecteur.
Sinon, c'est bon pour le blabla, on a remédié au souci. L'émission sur Bordage devrait être en ligne demain au plus tard (normalement !)

12. Albertine  le 07-10-2009 à 12:48:36

Je l'ai à la maison ! Ton billet m'embête quand-même, je ne sais pas si j'ai envie de le lire...Ton point de vue très bien construit et lanternois me laisse à penser que je vais attendre avant de l'ouvrir

13. belledenuit  le 07-10-2009 à 13:05:10  (site)

Je ne lis les D. Kennedy uniquement pour me détendre. Je vais donc noter celui-là. Et pour être précise et que tu te sentes moins seule sur cette blogosphère, je n'ai pas aimé non plus "Cul-de-sac" alors que j'avais adoré "L'homme qui voulait vivre sa vie". Comme ça on sera deux à se faire lyncher sur ton blog Sourire)

14. brize  le 07-10-2009 à 18:25:12  (site)

@ SD49 : C’est sûr que mon billet n’incite pas forcément à lire ce roman !
Et longue vie à ton bébé blog smiley_id118868 !

@ Hiro : Bienvenue « Sur mes brizées » !
J’avais lu à droite à gauche que « La femme du Vème » avait déçu et tu le confirmes.
De mon côté, je crois que je vais faire une (longue !) pause avec Douglas Kennedy !

@ Aurore : Donc tu te trouves à peu près dans le même cas que moi, avec seulement « L’homme qui voulait vivre sa vie » à ton actif du côté des lectures kennedyesques. Et comme tu l’as moins apprécié que moi, je pense que « Quitter le monde « risque de te plaire encore moins qu’à moi.

@ Leilonna : ça doit être pour cela que, en septembre, j’avais quasiment oublié que je voulais le lire pendant les vacances !

@ Emmanuel : C’est rassurant : ça prouve que les lecteurs ne perdent pas leur clairvoyance en lisant (même si, comme moi, ils le lisent, ce livre !) !
Je vais refaire un tour chez Blabla !

@ Albertine : Ben… honnêtement, il n’y a sûrement pas urgence à l’ouvrir ! (« et lanternois » Quoi )

@ Belledenuit : Grâce à ce billet, tous ceux (enfin, pour le moment, on est trois !) qui n’ont pas aimé « Cul de sac » peuvent se manifester smiley_id118693! On ne dira jamais assez la solitude du lecteur qui va contre l’opinion commune :
Belledenuit, je salue ton courage (enfin, le nôtre !) !

15. Marie31  le 07-10-2009 à 21:51:20  (site)

Exactement comme toi, je n'ai pas vraiment aimé ce roman, l'héroïne m'a bien agacée, et pourtant je n'ai pas pu lâcher ce livre avant de l'avoir terminé !

16. Slo  le 08-10-2009 à 12:30:32

Pour l'instant de Kennedy, je n'ai lu que La poursuite du bonheur que j'ai vraiment beaucoup aimé ! Le prochain sera sans doute Quitter le monde puisqu'on me l'a offert. Ca fait du bien de lire de temps en temps de la lecture facile...

17. brize  le 08-10-2009 à 21:01:38  (site)

@ Marie31 : C'est vrai, le pire est que souvent l'agacement l'emporte sur la compassion !

@ Slo : Oui, il y a des lectures autrement plus exigeantes, donc ça nous change !
(et je serai curieuse d'avoir ton avis sur son roman... en espérant que mon billet ne t'a pas incitée à l'enfouir au fin fond de ta PAL !)

18. Floaimelesmots  le 08-10-2009 à 22:23:20  (site)

Je n'ai pas aimé "les charmes discrets de la vie conjugale" alors je passe sans problème !

19. Titine75  le 09-10-2009 à 14:44:57  (site)

Je ne l'ai pas encore lu, j'hésite beaucoup et quand je te dis je comprends mieux pourquoi!!! Je vais voir si je le trouve à la bibliothèque!

20. liliba  le 10-10-2009 à 17:45:36  (site)

J'ai lu plusieurs Kennedy et j'ai été à chaque fois déçue : ça se lit bien et vite, mais je trouve qu'il n'en reste rien après... D'ailleurs, il y en a un que j'ai lu deux fois, et je ne m'en suis aperçue que vers le milieu du livre, et en allant vérifier ensuite dans mes fiches !!!

21. brize  le 10-10-2009 à 19:22:13  (site)

@ Floaimelesmots : Ce n'est pas un auteur incontournable, même si ces romans sont de bonne tenue.

@ Titine75 : Je ne vois vraiment pas en quoi mon billet peut te conduire à hésiter smiley_id119173 !

@ Liliba : Tu m'as fait rire avec ton anecdote sur le livre dont tu te souviens en cours de lecture que tu l'as déjà lu !

22. manu--  le 11-10-2009 à 14:16:28  (site)

Je n'ai lu que "Une relation dangereuse" et j'ai ri en lisant ton ressenti et ta comparaison avec le mauvais téléfilm (bon moi je dis TF1 car je n'ai pas M6) qu'on ne peut pas lâcher, car j'avais dit exactement pareil à l'époque !!!! Plus jamais essayé cet auteur depuis.

23. Petite Fleur  le 11-10-2009 à 16:07:22  (site)

Encore un avis qui ne me donne vraiment pas envie de découvrir cet auteur ! Bizarrement, je me méfie toujours des écrivains hommes qui parlent des sentiments féminins, surtout lorsqu'ils sortent un livre tous les ans.

24. Florinette  le 12-10-2009 à 10:42:50  (site)

Je ne sais pas pourquoi, mais je n'arrive pas à me lancer dans la découverte de cet auteur...à tort certainement.

25. brize  le 12-10-2009 à 11:09:30  (site)

@ Manu : Ah ben ça, c’est marrant ! De mon côté, la comparaison ne m’est venue à l’esprit que lorsque j’ai essayé de comprendre pourquoi donc je continuais à lire ce roman : là, le parallèle s’est imposé à moi.

@ Petite Fleur et Florinette : De cet auteur, « L’homme qui voulait vivre sa vie » m’avait beaucoup plu. Mais ce n'est pas, tant s'en faut, un auteur incontournable.

26. Lael  le 12-10-2009 à 14:58:25  (site)

zut j'adhère toujours pas à douglas Kennedy, trop de mauvais souvenirs avec la Femme du Veme!

27. brize  le 12-10-2009 à 20:25:52  (site)

Laël, si c'est le seul que tu as lu, je comprends pourquoi tu es réticente car il semble avoir très souvent déçu même les fans de l'auteur.

28. pom'  le 13-10-2009 à 07:45:33  (site)

j'aurai aimé retrouver ses romans en deux parties, bien décrits et passionants, le coté dramatique qui ne fait qu'empirer m'a un peu ennuyé dans ce roman, ce n'est pas 2 mais 4 ou5 partie de plus en plus triste, bof, peut mieux faire!

29. brize  le 13-10-2009 à 11:36:08  (site)

Mais fera-t-il mieux, Pom' ? That is the question !

30. george  le 15-10-2009 à 13:32:42  (site)

Pas lu et pas dans ma PAL j'attends la sortie en poche ! j'avais beauoup aimé "la poursuite du bonheur"...

31. brize  le 16-10-2009 à 18:46:22  (site)

Je pense qu'effectivement tu peux attendre !

32. sylvielectures  le 12-11-2009 à 14:46:12

Il me tentait plus ou moins... Mais je vais passer...Beaucoup d'autres titres en lice en ce moment dont certains déjà chroniqués chez toi à ce que j'ai pu voir... à bientôt alors Sourire

 
 
 
posté le 05/10/09

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur moi et les livres sans jamais oser le demander !

   Dans ce jeu de la patate chaude qu'est le tag (c'est mon quart d'heure de poésie !), Céline (une fille que j'aimais bien pourtant  !), vient de me refiler quelques questions livresques auxquelles,  avec la mignonneté qui me caractérise , je réponds de bon cœur  !

 

- À quel livre dois-tu ton premier souvenir de lecture ? 

 "Oui-Oui au pays des jouets" (et on arrête de se moquer, parce que vous auriez dit quoi, vous, d'abord ?!!!)

 

 

- Quel est le chef-d’œuvre officiel qui te gonfle ? 

 "Le rouge et le noir " , de Stendhal, très mauvais souvenir de lecture du lycée (un vrai pensum).

 

- Quel classique absolu n'as-tu jamais lu ? 

 "Guerre et paix"  de Léon Tolstoï (et je n’ai même rien lu de cet auteur, sans intention immédiate d'y remédier mais on ne sait jamais, je pourrais choisir "Anna Karénine", parce que c'est moins long).

 

- Quel est le livre, unanimement jugé mauvais, que tu as honte d'aimer ? 

 Alors là… j’avoue que rien ne me vient à l’esprit .

 

- Quel livre as-tu le sentiment d'être le seul à aimer ? 

 J'entends peu (ou pas) parler sur les blogs de certains romans comme "De la beauté", de Zadie Smith (je sais, j'insiste, après l'avoir déjà mis dans ma liste de Blog-o-trésors !), ou "La voleuse d'hommes", de Margaret Atwood (sauf que  j'ai appris, grâce aux commentaires du "Tueur aveugle", que Liliba l'avait adoré, comme moi), ce qui ne veut pas dire que personne ne les ait aimés, loin de là. C'est juste qu'ils doivent être aimés plus discrètement que les autres .

 

- Quel livre aimerais-tu faire découvrir au monde entier ? 

 Pas un livre mais tous les livres de Carson McCullers (que je devrais relire, car ces lectures marquantes remontent à de longues années).

 

- Quel livre ferais-tu lire à ton pire ennemi pour le torturer ? 

  "La montagne magique", de Thomas Mann. Deux tentatives, soldées par deux échecs : jamais réussi à dépasser les 200 premières pages (et croyez que je le regrette !) !

 

- Quel livre pourrais-tu lire et relire ?

 La trilogie "A la croisée des mondes", de Philippe Pullman (déjà relue une fois, mais il me semble que je pourrais récidiver… enfin, pas avant quelques années !)

 

- Quel livre t'a fait verser les plus grosses larmes ?  

 "Les quatre filles du docteur March", de Louisa May Alcott (enfin, je pense à un passage du livre, ceux qui l’ont lu verront tout de suite lequel), même si, cette fois encore, c'est une lecture qui ne date pas d'hier.

 

- Quel livre t’a procuré la plus grande émotion érotique ?

 Littérature érotique… connais pas   !

 

- Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ? 

 « Le bricolage pour les Nuls » .

 

 

- De quel livre attends-tu la parution avec la plus grande impatience ?

 Je ne sais pas où en sont Zadie Smith et Marisha Pessl, mais j’aimerais bien les lire à nouveau !

 

- Quel est selon toi le film adapté d'un livre le plus réussi ? 

 Parce que, dans le genre très réussi, c’est ce que j’ai vu le plus récemment, je pense au film "Les noces rebelles", adaptation du roman de Richard Yates, "La fenêtre panoramique".

 

 Voilà, j'ai tout bien répondu  (enfin presque  ) !

 Et à  votre tour d'en faire autant, si vous le souhaitez !

 


Commentaires

 

1. Aurore sur son etagere  le 05-10-2009 à 13:23:26

Pas bête le bricolage pour les nuls!

2. ChoupynettedeRestin  le 05-10-2009 à 13:28:09  (site)

je te rejoins à 200% pour le Thomas Mann, je l'ai lu pour le concours d'entre de Science Po... une horreur!!!

3. sentinelle  le 05-10-2009 à 13:49:48

Pas détesté non plus mais disons que je n'ai aimé que moyennement La voleuse d'hommes Rire

4. bladelor  le 05-10-2009 à 14:01:44  (site)

"Le bricolage pour les nuls" ! Elle est bien bonne ! ;-)

5. emmyne  le 05-10-2009 à 14:12:53  (site)

Dans mes bras !!! Pour le fou rire et pour Pullman Sourire

6. keisha  le 05-10-2009 à 17:57:14  (site)

Je suis venue à bout des Buddenbrook, de Thomas Mann, bouh j'ai eu du mal...
Nous sommes plusieurs à penser lire Guerre et paix en 2010, tu veux???
Le bricolage, oui, bonne idée..
Et j'adore tes petits "emoticons"!

7. brize  le 05-10-2009 à 18:27:58  (site)

@ Aurore : Ben oui, dans le genre utile !

@ ChoupynettedeRestin : En plus, je l’avais acheté en version reliée, « La montagne magique » : j’y croyais, moi ! Mais j’ai fini par le donner et je l’aperçois régulièrement sur les étagères chez mon oncle et ma tante en Auvergne… sans être tentée d’essayer à nouveau de le lire !

@ Sentinelle : Mais même un « aimé moyennement » me fait plaisir !

@ Bladelor : Hé, hé, je l’savais bien, que d’aucuns apprécieraient !

@ Emmyne : On devrait créer une confrérie rassemblant tous ceux qui ont profondément aimé « A la croisée des mondes » (et ravie de t’avoir fait rire, de mon côté je me suis bien marrée en lisant ta 4ème de couverture harlequinesque !).

@ Keisha : Ah, je m’empresse donc de ne PAS noter « Les Buddenbrook » (mais, échaudée par « La montagne magique », je ne crois pas que je m’y serais aventurée) !
Pour ce qui est de « Guerre et paix », c’est un gros morceau aussi j’attendrai d’être saisie d’une envie intense (et non programmable !) de le lire.
Et les emoticons, j’en raffole et il y en a plein de sympas directement accessibles sur vefblog !

8. fersenette  le 05-10-2009 à 18:56:39  (site)

Bluffée par ta mémoire !! ... humour assez sympa aussi ;-))

9. levraoueg  le 05-10-2009 à 19:48:15

Ta réponse sur Un homme qui dort me sidère ! Mais que signifie le petit truc de blonde à côté ?
Sinon pour moi aussi le Rouge et le noir a été un vrai supplice !

10. brize  le 05-10-2009 à 20:09:55  (site)

@ Fersenette : J'ai parlé de "Oui-Oui", mais j'aurais aussi pu parler des "Martine" : je n'ai pas un "premier" souvenir de lecture aussi précis, c'est plutôt un ensemble de souvenirs.

@ Levraoueg : Le "blonde inside" n'est qu'un trait d'humour par rapport à la question posée mais n'a rien à voir avec la réponse que j'ai donnée.
Ravie d'apprendre que "Le rouge et le noir" fut aussi une difficile épreuve pour toi !

11. sybilline  le 05-10-2009 à 20:39:00  (site)

Tu ne manques pas d'esprit, Brize! Bravo pour tes réponses animées (je note l'auteur que tu recommandes...)

12. emmyne  le 05-10-2009 à 21:33:51  (site)

Oh oui oui, j'aime beaucoup le mot confrérie !
J'ai lu Guerre et Paix enceinte, cloitrée pour la bonne cause, fallait ça, et ma fille a bien failli s'appeler Natacha Sourire

13. Albertine  le 05-10-2009 à 22:33:05

Ma petite Brize, je te conseille Anna Karénine, un très beau souvenir pour moi ! Sympa ton petit quizz...

14. Florinette  le 06-10-2009 à 10:06:06  (site)

Hé hé très sympa ce questionnaire, j'adore tous les smileys qui l'accompagnent. "La croisée des mondes" est dans ma PAL et compte bien m'y plonger bientôt...Bonne journée !

15. brize  le 06-10-2009 à 13:18:46  (site)

@ Sybilline : J’ai un faible pour les petits gadgets décoratifs ! (et je te souhaite une belle découverte de Carson McCullers)

@ Emmyne : Ah… il faut être enceinte pour lire « Guerre et paix » ? Bon… alors, c’est raté pour moi ! (ben quoi, si on n’a plus le droit de mettre des commentaires débiles sur son propre blog Fou ! )

@ Albertine : Bon, bon, bon… dit la fille qui n’ose pas trop s’avancer parce qu’en fait elle n’a pas regardé l’épaisseur du volume !

@ Florinette :J’espère que tu t’y plongeras bientôt et, surtout, que ça te plaira (ce n’est pas gagné d’avance car il y a des lecteurs qui n’accrochent pas).

16. Titine75  le 06-10-2009 à 15:45:36  (site)

http://plaisirsacultiver.unblog.fr/2008/08/15/la-voleuse-dhommes-de-margaret-atwood/
http://plaisirsacultiver.unblog.fr/2008/09/13/de-la-beaute-de-zadie-smith/
Et oui tu n'es pas la seule a aimé ses deux romans!!!
Et "Les noces rebelles" est effectivement une très bonne adaptation, je suis bien d'accord!

17. brize  le 06-10-2009 à 18:38:13  (site)

@ Titine 75 : smiley_id118672 Je vois que nous avons des goûts en commun !

18. Restling  le 06-10-2009 à 20:27:23  (site)

Il est sympa comme tout ce tag !
Même 1er livre marquant que toi ! Quand même un grand classique ce Oui-Oui !!!

19. brize  le 06-10-2009 à 20:39:50  (site)

@ Restling : Décidément, on a des points communs (cf "Cul-de-sac" !) ! Comme je le disais plus haut, je n'arrivais pas à identifier précisément un "premier" souvenir de lecture mais, au moment de me décider pour en évoquer un, c'est quand même "Oui-Oui" qui l'a emporté Surprise !

20. Laetitia la liseuse  le 07-10-2009 à 10:37:57  (site)

très marrantes tes réponses avec les émoticones.

21. brize  le 07-10-2009 à 19:29:20  (site)

Laetitia, pour une fois que j'avais matière à les utiliser, j'y suis allée de bon coeur !

22. Karine:)  le 10-10-2009 à 00:43:40  (site)

Pour les 4 filles du Dr. March, je vois touuut à fait de quel passage tu parles!!! j'aime bien ce tag... je ferai un jour, si j'ai le temps de faire mes 20 mille trucs de retard!

23. liliba  le 10-10-2009 à 17:48:00  (site)

Pas évident, hein ce tag ?! je m'y suis collée aussi...
Tu n'as pas lu la Comtesse de Ségur quand tu étais petite ? C'est tout de même plus fun que OuiOui ;-)

24. brize  le 10-10-2009 à 19:25:27  (site)

@ Karine : Je l'ai trouvé coton ce tag, il ne se fait pas en deux minutes !

@ Liliba : J'ai d'excellents souvenirs de la comtesse de Ségur, mais ce sont des lectures postérieures, donc j'ai pensé que ça ne collait pas pour le "premier souvenir de lecture".

édité le 10-10-2009 à 19:25:52

25. george  le 15-10-2009 à 13:34:55  (site)

j'ai "de la beauté" dans ma PAL depuis sa sortie en poche, un jour je le lirai et donc j'en parlerai ! je suis en train de lire "la physique des catastrophes" et.... J'ADORE !

26. Céline de enlivrezvous  le 16-10-2009 à 16:40:24  (site)

Me aculpa :-) Mais tes réponses m'ont bien fait rire, alors comme ça, ce n'était pas inutile ! Si tu m'aimes encore bien, j'ai à nouveau du travail pour toi, cette fois des vrais questions pas intimes qui concernent mon mémoire . L'explication est ici : http://enlivrezvous.typepad.fr/enlivrezvous/2009/10/appel-aux-blogueurs-en-littérature.html
Merci beaucoup !

27. brize  le 16-10-2009 à 18:57:23  (site)

@ George : Chouette, tu aimes "La physique des catastrophes" !

@ Céline : Ah, quand même, tu viens voir le tag que tu m'as infligé smiley_id118662 ! Tu me vois ravie de t'avoir fait rire, c'est déjà ça smiley_id117727 ! Et je t'aime bien quand même... mais c'est bien parce que c'est toi Sourire.
Sinon, oui, j'avais bien vu le questionnaire sur ton blog.

28. Céline de enlivrezvous  le 20-10-2009 à 17:43:53  (site)

Ouf me voilà rassurée :-)

29. Theoma  le 23-10-2009 à 11:53:06  (site)

Je note Carson McCullers, merci !!

30. brize  le 25-10-2009 à 13:41:39  (site)

@ Theoma : Je te souhaite une belle découverte de Carson McCullers !

31. Lucile  le 25-10-2009 à 23:43:59  (site)

Ben je venais justement te tagguer à ce sujet... Tant pis (moi aussi c'est Oui-Oui mon premier souvenir de lecture!! ;-) )

 
 
 
posté le 05/10/09

Sortie en poche

 

 

Sortie en poche (éditions Le Livre de Poche) 

de "Tant que je serai noire", 

 autobiographie

de Maya ANGELOU

   dont je vous parlais il y a peu ici  .

 

vvv

 

 


 
 
posté le 02/10/09

"Julius Winsome", Gérard DONOVAN

    A cinquante et un ans, Julius Winsome est un homme solitaire qui vit dans un chalet perdu dans une clairière au milieu des bois, au cœur des contrées restées sauvages du Maine. Il y a vu le jour et son père l'y a élevé, après la mort de sa mère. C'était un homme peu loquace et amoureux des livres et des mots, vétéran de la seconde guerre mondiale, comme, avant lui, son père l'était de la première. Les seuls compagnons de Julius sont les livres que ce père lui a légués (plus de 3000 !) et son chien, Hobbes.

   Mais lorsque celui-ci est abattu, à bout portant, par un tireur inconnu, la vie de Julius prend un tournant radical : n'ayant de cesse de se venger, il abandonne son existence paisible et routinière pour basculer dans le meurtre.

 

     Je suis passée par toute une gamme d'émotions en lisant ce roman.

    J'ai tout d'abord été infiniment séduite par le style et l'atmosphère, nature sauvage où vit un solitaire entouré de milliers de livres.

     Puis j'ai compati, à la mort du chien, car je constatais que Julius perdait là son unique compagnon et ami.

    Mais tout a volé en éclats et ce mini-coup de cœur initial a été anéanti à partir du moment où le narrateur "dérape". Abasourdie, j'ai continué à lire (malgré tout, la curiosité m'interdisant de laisser cette histoire en plan), oppressée comme je l'ai rarement été par une lecture. Plus j'avançais, plus me venait à l'esprit que j'avais affaire à quelqu'un me rappelant fortement "L'étranger", de Camus, relu il y a seulement une paire d'années (et j'ai constaté a posteriori, puisque je ne l'avais pas parcourue, que la quatrième de couverture du roman faisait elle aussi référence au personnage de Meursault, mais je ne suis pas d'accord avec l'ébauche d'analyse proposée). Chemin faisant, je me suis un peu apaisée (en fait, c'est parce qu'une nuit s'était écoulée entre les deux parties de ma lecture) et j'ai achevé le roman plus sereinement, ayant accepté d'observer les faits et gestes du narrateur en prenant du recul et en essayant de les jauger à l'aune de tous les éléments que je pouvais recueillir concernant son passé et l'éducation qu'il avait reçue.

    Au final, je ressors de ce roman dérangeant avec le sentiment d'avoir lu l'histoire d'un homme qui, soudain, passe de l'autre côté de ce que la vie peut avoir de normal, sans doute parce que la sienne ne l'a jamais vraiment été. L'écriture de l'auteur m'a impressionnée (il sait nous transporter en pleine nature, dans cette région isolée, aussi bien qu'au milieu des livres, dans le chalet, près du poêle), tout comme sa façon de présenter un personnage déroutant mais qu'on aurait pu aimer ainsi que son art consommé de malmener la lectrice que je suis : il me semble que c'est la preuve d'un indéniable talent !

 

"Julius Winsome", Gérard DONOVAN

Éditions du Seuil (245 p)

Un roman que j'avais repéré chez Sassenach .

 


Commentaires

 

1. Béné  le 03-10-2009 à 08:11:45  (site)

Pour moi ce fut un véritable coup de coeur!

2. keisha  le 03-10-2009 à 08:50:12  (site)

S'il y a la nature, cela peut me plaire!

3. Emmanuel (ancien BiblioMan(u)  le 03-10-2009 à 09:34:55

J'ai lu plusieurs avis de ce livre qui, à la suite de ta lecture, me donne encore plus envie de le lire. Il va falloir que je freine ma boulimie de lecture actuelle, je prends des tonnes de bouquin à la bibliothèque et bon..., c'est toujours pareil, il faut le temps.Sourire1

4. brize  le 03-10-2009 à 13:35:05  (site)

@ Béné : Je suppose que c'est une lecture d'avant blog, car je n'ai pas trouvé de billet chez toi.

@ Keisha : J'ai idée qu'il te plairait.

@ Emmanuel : (ouf, tu n'es pas tout à fait parti Sourire !) En ce moment, j'essaie de ne plus emprunter trois tonnes de bouquins à la bibliothèque pour les rapporter ensuite sans en avoir lu la moitié. Mais, dans un sens, ce n'est pas grave que nous n'ayons pas le temps de tout lire, car nos emprunts sont excellents pour les statistiques de sorties des bibliothèques !
Et pour en revenir à "Julius Winsome", je pense ne pas trop m'avancer en disant qu'il te plairait.

5. leiloona  le 03-10-2009 à 14:26:29  (site)

Ton billet est assez troublant car il donne envie de ne pas ouvrir ce livre tout en étant tout de même attiré par l'écriture de l'auteur.
Je verrai. J'attends de lire un autre avis. Clin doeil

6. brize  le 04-10-2009 à 10:07:06  (site)

Leiloona, j'ai rédigé ce billet à chaud, juste après avoir lu le roman. Cela fait une bonne dizaine de jours maintenant et je ne regrette pas de l'avoir fait car j'ai l'impression qu'il me marquera.
Je peux rapprocher cette lecture de celle d'"Ailleurs", de Julia Leigh (mais l'effet sur moi a été encore plus fort, pour "Julius Winsome") : c'est une lecture qui m'a dérangée mais les qualités littéraires sont là (écriture, construction) et il me semble donc que ça vaut le coup.

7. manu--  le 04-10-2009 à 11:19:25  (site)

Bon, je suis perplexe. Je ne sais pas du tout si ça me pourrait me plaire !

8. Nanne  le 04-10-2009 à 20:54:47  (site)

J'ai déjà lu un billet sur ce livre de Donovan chez Dominique et ce qui m'avait refroidi c'est la mort du chien ! Je trouvais que cela ressemblait beaucoup aux romans de Jack London, dont "Croc Blanc". Mais si tu dis que ce roman se rapproche de "L'étranger" de Camus que je n'ai pas du tout aimé, je crois que je vais passer mon tour !

9. brize  le 04-10-2009 à 21:36:45  (site)

@ Manu : Te plaire, je ne sais pas, mais sans doute t'intéresser par l'originalité du sujet et la force de son traitement.

@ Nanne : La mort du chien est l'élément déclencheur. Sinon, il y a une parenté, à mon sens, entre le personnage de Julius Winsome et celui de "L'étranger", mais ce sont deux oeuvres très différentes donc ne pas avoir aimé l'une ne signifie pas obligatoirement que tu ne serais pas davantage intéressée par l'autre...

10. sentinelle  le 05-10-2009 à 09:31:11

Je le note, persuadée que je suis d'aimer ce roman Sourire

11. brize  le 05-10-2009 à 12:03:40  (site)

@ Sentinelle : Super, je serai ravie de lire ton billet (et je pense aussi que ce roman te plaira, parce que tu y découvriras d'autres éléments non évoqués dans mon billet et tout à fait dignes d'intérêt : mais il faut bien laisser des surprises au lecteur ! ) !

12. Aurore sur son etagere  le 06-10-2009 à 22:22:24  (site)

Très chouette roman, un bon goût de Nature Writing, c'est d'enfer!

13. brize  le 07-10-2009 à 19:34:16  (site)

Pas trouvé de billet chez toi, Aurore, donc je suppose qu'il s'agit d'une lecture d'avant blog.

14. liliba  le 10-10-2009 à 17:48:58  (site)

Veux tu bien s'il te plait arrêter de nous présenter des livres que tu as tous adorés, comment on fait, nous, pour arriver à tout lire, après ???

15. brize  le 10-10-2009 à 19:28:56  (site)

@ Liliba : Malheureusement, je ne les ai pas tous adorés, les livres que je présente sur mon blog. Ce serait tellement bien si on faisait une pioche parfaite à chaque fois qu'on choisit nos lectures ! Mais bon, je reconais qu'après un sérieux pré-tri, il y a de meilleures chances de lire des romans qui nous conviennent Sourire.

 
 
 
posté le 30/09/09

"A perte de vue", Amanda EYRE WARD

    Caroline, trente-deux ans, est barmaid à La Nouvelle Orléans. Elle vivote, entre un boulot sans intérêt et les soirées arrosées avec les copines. Pourtant, il fut une époque où elle envisageait une carrière de concertiste. Mais c’était avant. Avant que sa jeune sœur, Ellie, alors âgée de cinq ans, disparaisse.

   Une disparition qui a radicalement infléchi l’existence de Caroline, de sa sœur Madeline et de leur mère, car comment continuer à vivre quand on ne sait plus rien d’une petite fille que tout le monde chérissait.

   Aussi lorsque, seize ans après, la mère de Caroline est persuadée d’avoir reconnu Ellie sur une photo prise dans le Montana et parue dans un magazine, Caroline, aussi convaincue qu’elle, décide de traverser le pays pour partir à la recherche de cette jeune fille…

 

   J’ai dévoré ce roman sensible et prenant, à l'écriture vive, où tout sonne juste, les caractères et les ambiances et comment tenter de vivre quand la vie s’est soudain arrêtée avec la perte d’une enfant ou d’une sœur. Je me suis attachée aux différents personnages, l’héroïne en particulier et j’ai voulu comme elle essayer de retrouver Ellie, en même temps que j’en apprenais davantage qu’elle au sujet de la disparition, grâce aux autres fils savamment entrecroisés par l’auteur dans la narration principale.

   Un excellent moment de lecture !

 

« A perte de vue », Amanda EYRE WARD

Editions Buchet Castel (260 p)

et aussi aux éditions Pockett

 

Il y a déjà eu beaucoup de billets sur ce roman. Parmi eux, ceux de Cuné , Manu , Fashion , Papillon  et Hathaway .

 


Commentaires

 

1. Reka  le 30-09-2009 à 20:20:16  (site)

Ca donne drôlement envie !
Je le note Sourire

2. deliregirl1  le 30-09-2009 à 20:21:35  (site)

J'ai mpi-même était conquise par la plume d'Amanda Eyre Ward sur ce livre.

3. Slo  le 30-09-2009 à 20:42:54

Je vais le remonter dans ma PAL alors Clin doeil1

4. Ys  le 30-09-2009 à 22:54:51  (site)

Il faut que je découvre cette auteur, voilà longtemps que je me le dis, rien que pour Amanda qui n'a certainement pas choisi son pseudo pour une mauvaise raison...

5. amandameyre  le 01-10-2009 à 09:09:17  (site)

@ ys : c'est vrai que j'avais son roman sous les yeux quand j'ai choisi mon pseudo !!
@ brize : TRES contente qu'il t'ait plu. Tu dois lire "Le ciel tout autour" maintenant !!

6. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 01-10-2009 à 10:24:26  (site)

lol!!
je viens de poster une fiche sur ce bouquin!!
on a lu chacune une édition différente!! la couv' n'est pas la même, je viens juste de me rendre compte que tu avais posté celui là hier!
c'est rigolo SourireSourire heureuse coïncidence!
et en plus notre avis n'est pas vraiment le même... ^^

7. brize  le 01-10-2009 à 12:38:12  (site)

@ Reka et Slo : J’espère qu’il vous plaira (comme souvent, les avis sur ce livre ne sont pas unanimes, bien sûr, même s’ils me semblent en majorité positifs).

@ Deliregirl : Je découvre cet auteur avec ce roman et je pense que je poursuivrai avec d’autres titres.

@ Ys : A découvrir, effectivement !

@ Amanda : Je le lirai, promis, juré (je ne crache pas, ça va salir le blog !) !

@ LaSardine : Les grands esprits se rencontrent (enfin, pas tout à fait, puisque tu as moins apprécié ta lecture que moi… mais tu as quand même qualifié ce livre de « bon roman ») !

8. keisha  le 01-10-2009 à 18:36:02  (site)

Éventuellement, si je le vois...

9. Lilibook  le 01-10-2009 à 20:00:37  (site)

Celui-ci est dans ma PAL .

10. brize  le 02-10-2009 à 12:01:56  (site)

@ Keisha : Le thème ne me disait trop rien mais j'ai été agréablement surprise par le traitement. Pas un chef d'oeuvre, certes, mais un livre qui m'a bien plu !

@ Lilibook : Y'a plus qu'à le lire Rousse !

11. Petite Fleur  le 02-10-2009 à 13:05:45  (site)

Oula, il me dit bien celui-ci, je le note !

12. Floaimelesmots  le 02-10-2009 à 15:41:06  (site)

Toujours pas lu, il est dans ma LAL depuis un moment pourtant !

13. Céline de enlivrezvous  le 02-10-2009 à 16:31:21  (site)

Un petit tag qui passait par là (http://enlivrezvous.typepad.fr/enlivrezvous/2009/10/des-tags-et-des-livres.html) Sinon, ta note donne très envie !

14. brize  le 02-10-2009 à 18:31:15  (site)

@ Petite Fleur : J’espère qu’il te plaira !

@ Flo : Je l’ai croisé pour la première fois il y a peu de temps sur un blog, ce roman, mais il doit réapparaître régulièrement… au fur et à mesure que celles qui l’ont noté le lisent !

@ Céline : Mais quelle idée il a eue, ce petit tag, de passer par là
james_bond (et voilà, disparu, le tag ! Bon, j'rigole Mexicain ! On va voir c'qu'on peut faire ...) !

15. pom'  le 03-10-2009 à 17:51:53  (site)

je garde un bon souvenir de ce roman

16. manu--  le 04-10-2009 à 11:21:34  (site)

J'avais vraiment aimé ce roman qui a été une véritable bonne surprise !

17. Restling  le 04-10-2009 à 21:38:49  (site)

C'est un des sujets que j'appréhende le plus, la disparition d'un enfant mais si il est bien traité, ce doit être très prenant !

18. brize  le 04-10-2009 à 21:46:46  (site)

@ Pom' : Ce sera aussi le cas pour moi !

@ Manu : Très bonne surprise pour moi aussi et je crois que c'est à toi que je la dois car il me semble que c'est ton billet qui m'avait décidée à noter ce roman.

@ Restling : Je me sens incapable de lire un roman concernant la mort d'un enfant mais là, il s'agit d'une disparition : on ne sait pas ce qu'est devenue cette petite fille, donc il reste un espoir qu'elle soit toujours vivante, même si, avec le temps, cet espoir a quasiment disparu, au moins chez Madeline, la soeur de l'héroïne.

19. liliba  le 10-10-2009 à 17:49:34  (site)

Jamais lu cette auteur, je note...

20. brize  le 10-10-2009 à 19:29:41  (site)

@ Liliba : Je ne l'ai moi aussi repérée qu'assez récemment.

 
 
 
posté le 28/09/09

"Le week-end", Bernhard SCHLINK

    En Allemagne, de nos jours.

  Jörg vient de passer plus de vingt ans en prison, pour actes de terrorisme. Gracié, il est libéré et sa sœur aînée, Christiane, l’emmène passer un week-end dans une maison à la campagne qu’elle habite avec Margarete. Elle y a invité ses anciens amis : Ilse, professeur, Ulrich, devenu prothésiste, avec sa femme et sa fille, ainsi que Karin, maintenant pasteur, en compagnie de son mari et Henner, le journaliste. Sont aussi présents Andreas, l’avocat de Jörg et Marko, dont Christiane ne souhaitait pas la venue mais que Jörg lui a imposé, un jeune homme qui rêve de voir Jörg reprendre le flambeau pour enflammer les troupes actuelles.

 

   Portrait de groupe en week-end, autour d’un homme qui ne sait plus exactement comment il a fait ce pour quoi il a été condamné mais semble croire encore à la pertinence de ses actes, même lorsque l’un de ses anciens amis l’interroge sur l’effet produit sur lui par le premier des quatre meurtres commis dans le cadre de ses activités terroristes.

   Les personnages présents sont esquissés de manière à la fois sobre et juste, dans leur vérité du moment et leurs questionnements. Ce qui se joue ressemble fort à une pièce de théâtre (unité de lieu et de temps), avec des moments de tension puis de relâchement. Une révélation, quelques affrontements, ponctuent assez efficacement ce huis-clos où chacun, l’espace d’une parenthèse hors du quotidien, repense à ce qu’il fut et à ses rêves, tandis qu’un homme à nouveau à l’air libre essaie de donner une signification à son présent.

   Intéressant et bien mené, abordant avec intelligence la question du terrorisme, « Le week-end » est un roman qui m’a plu. J’y ai apprécié, aussi, de beaux aperçus sur le paysage environnant imprégnant l’âme ou l’humeur de certains des protagonistes, la naissance d’un possible amour toute en douceur et sensualité et le passage à l’acte d’écrire d’une femme qui se trouve.

 

« Le week-end », Bernhard SCHLINK

Editions Gallimard (218 p)

 

Les avis des autres blogueurs recensés chez BoB .

 


Commentaires

 

1. Jules  le 28-09-2009 à 13:14:12  (site)

Je suis un peu en arrière dans mes lectures Schlink, Le retour attend son tour... malgré que j'aie très envie de passer à celui-la qui a reçu une bien meilleure critique en général.

2. brize  le 28-09-2009 à 13:17:20  (site)

@ Jules : Je pense aussi que tu devrais te rendre directement à la case "week-end" car ce roman-ci recueille dans l'ensemble de bonnes critiques, ce qui n'est pas la cas pour "Le retour", je l'ai moi aussi constaté.

3. keisha  le 28-09-2009 à 14:05:18

Bon, il va falloir que je lise autre chose de l'auteur, après le liseur. Le week end est mieux que le retour, alors?

4. brize  le 28-09-2009 à 14:07:41  (site)

Keisha, je n'ai pas lu "Le retour", c'est seulement l'impression que je retire des billets aperçus sur les blogs : "Le week-end" semble rencontrer davantage de succès.

5. sybilline  le 28-09-2009 à 15:44:36  (site)

Comme dans le liseur, il n'y a pas de jugement, encore moins de condamnation, mais uniquement une interrogation poursuivie tout au long de ce livre.. Et c'est là une des grandes qualités de l'auteur.
Merci pour ton beau billet, Brize!

6. kathel  le 28-09-2009 à 17:18:14  (site)

J'ai préféré "Le week-end" au "Retour" , je l'ai vraiment trouvé passionnant en même temps que concis...

7. Aurore sur son etagere  le 28-09-2009 à 22:11:34  (site)

Je suis bien tentée, je n'ai lu que Le liseur, et j'adore les huis-clos!

8. brize  le 29-09-2009 à 20:28:30  (site)

@ Sybilline : Tu as tout à fait raison de souligner cette volonté de l'auteur de nous donner à voir en nous laissant apprécier, c'est vrai que c'était aussi le cas dans "Le liseur" (et je suis contente que mon billet t'ait plu !),

@ Kathel : Je me souvenais, effectivement, que tu avais préféré "Le week-end".

@ Aurore : Oui, c'est un huis-clos (avec terrasse et jardin, quand même), ce qui est bien sûr propice aux confrontations.

9. manu--  le 04-10-2009 à 11:23:41  (site)

Il me tente aussi celui-ci ! J'ai bien aimé "Le liseur" et j'aime le sujet !

10. Nanne  le 04-10-2009 à 20:58:42  (site)

Je suis toujours émerveillée par l'écriture de Schlink. J'ai encore "Le Liseur" et "Le retour" à lire avant d'entreprendre à ce roman. Mais j'attendrai qu'il sorte en poche pour me le procurer ... J'aime beaucoup la façon dont cet auteur allemand s'empare de l'histoire de son pays pour en faire des romans très forts !

11. brize  le 07-10-2009 à 19:36:05  (site)

@ Manu : ça vaut le coup de tenter !

@ Nanne : Bonnes (futures) lectures !

12. liliba  le 10-10-2009 à 17:50:21  (site)

J'ai acheté récemment Le liseur, qui trône en haut de ma PAL et dont j'ai lu beaucoup de bien. Un auteur que je ne connais pas encore (un de plus !)

13. brize  le 10-10-2009 à 19:49:35  (site)

@ Liliba : Mais il y en a tant smiley_id118871 !

 
 
 
posté le 25/09/09

"Les petites fées de New York", Martin MILLAR

     Si vous doutiez de l’existence de fées à New York, ce ne sera plus le cas après avoir lu ce roman ! Lorsque Heather et Morag (50 cm de haut, invisibles aux yeux des humains « normaux ») débarquent dans cette grande cité, elles ignorent totalement qu’elles vont en effet se retrouver confrontées, en raison de leurs bourdes répétées, à des fées italiennes, chinoises etc. Si bien que, non contentes d’avoir fui leurs compatriotes, elles se retrouvent poursuivies sur leur territoire de repli.

    Mais, auparavant, elles auront fait la connaissance, l’une de Dinnie, un type gras et paumé, sans le sou, violoniste incapable de tirer un son correct de son instrument (à la différence de nos deux fées, instrumentistes émérites) et l’autre de Kerry, jeune femme hippie qui aime les couleurs et les fleurs, mais promène sa tristesse d’être atteinte de la maladie de Crohn et se désespère de jamais arriver à jouer les solos de guitare de Johnny Thunders (dont le fantôme est en quête de la guitare brisée de son dernier concert).

   En même temps, d’autres fugitifs fées sont arrivés à New York, désertant le royaume de Cornouailles où le roi des fées a décidé de transformer le mode de vie en passant à l’industrialisation à outrance. Parmi eux, les deux enfants du roi, que celui-ci veut à tout prix ramener vers leur domicile, n’hésitant pas à envoyer une armée à leurs trousses.

    Les destins humains et féeriques se croisent dans le plus grand désordre, dans Central Park ou les rues de New York, parcourues notamment par Magenta, clocharde et alcoolique invétérée persuadée d’être Xénophon à la tête de ses armées !

 

   J’avais parcouru plusieurs billets, la plupart enthousiastes et quelques uns plus nuancés (voir liens in fine) au sujet de ce roman et, curiosité mise à part, il ne m’attirait pas plus que cela (moi, les fées…). Mais lorsqu’un certain bibliothécaire avec lequel je discute régulièrement SF, Gallmeister et tutti quanti, m’a entendu vanter les mérites d’une certaine grenouille, il n’a eu de cesse de me donner à lire cette histoire de fées, au motif qu’elle était elle aussi déjantée et je me suis retrouvée avec ledit roman sans l’avoir vraiment cherché !

   Bilan ?

   Ben…, bof, j’ai trouvé que ça se laissait lire (encore que je pense l'avoir surtout lu pour être en mesure de dire à celui qui avait insisté pour que je l'emprunte ce que j'en avais pensé), mais je n’ai pas été emballée.

   Il m’est arrivé, occasionnellement, de sourire (voire, une fois, de glousser, lorsqu’une des fées souhaite pratiquer une trachéotomie avec sa petite épée, ainsi qu’elle l’a vu faire dans un feuilleton télévisée), j’ai bien aimé le côté fantaisiste et foutraque de l’ensemble, avec des petites fées bien loin de l'imagerie traditionnelle car très rock and roll, aussi bien dans leurs tenues que dans leur comportement (si j’en crois leur goût prononcé pour l’alcool et les amours), l’aspect dénonciation de la misère sociale dans les rues de New York, (moins les aperçus salaces de la chaîne hot que Dinnie regarde), … mais sans réussir à m’intéresser ni au récit ni aux divers protagonistes (excepté Kerry, personnage attachant et traité avec finesse), dont la psychologie m'a paru taillée à l'emporte-pièce.

   Un roman au rythme vif, voire saccadé, pas vraiment à mon goût.

 

« Les petites fées de New York », Martin MILLAR

Éditions Intervalles (301 p)

 

Elles ont aimé :

- beaucoup : Amanda , Chiffonnette (et bien d'autres...: n'hésitez pas à me donner le lien vers votre billet dans les commentaires si vous voulez que je l'ajoute ici)

- un petit peu moins, mais elles ont passé un bon moment : Fashion , Karine:)

et Cathulu "n'y [a] pas déniché le charme qu'[elle] espérait y trouver".

 


Commentaires

 

1. kathel  le 25-09-2009 à 20:14:36  (site)

Je dois avoir retenu l'avis de Cathulu, car je pensais plutôt "bof" avant de lire ton avis... C'est une confirmation donc, je passe ! Clin doeil1

2. Isil  le 26-09-2009 à 00:38:49  (site)

Je l'ai commandé et normalement je vais le chercher demain. Je crois que c'est Chimère qui m'avait convaincue.

3. amandameyre  le 26-09-2009 à 10:21:40  (site)

on en a parlé ! je crois que parfois le moment ou l'humeur jouent beaucoup Sourire

4. manu--  le 26-09-2009 à 13:21:47  (site)

Je ne suis pas très fées, voire pas du tout. Ce roman me donne envie et pas envie en même temps. Je me demande si je n'aurais pas le même ressenti que toi. Bah si je croise son chemin, pourquoi pas.

5. brize  le 26-09-2009 à 18:25:25  (site)

@ Kathel, Isil et Manu : Ce n’était pas un roman pour moi, je crois que je l’avais plus ou moins senti mais finalement j’ai pu en avoir le cœur net.

@ Amanda : Peut-être qu’il serait mieux « passé » à un autre moment (ou si je n’avais pas eu la grenouille encore trop présente à l’esprit, ce qui n’a pas joué en sa faveur).

6. Laetitia la liseuse  le 26-09-2009 à 20:15:51  (site)

Apparemment ce livre n'emballe pas tant que ça. Ma pile me sera reconnaissante de passer mon tour. Dommage l'histoire a l'air pas mal mais si le reste ne suit pas...

7. leiloona  le 26-09-2009 à 23:49:49  (site)

Tu confirmes l'avis que je me faisais du livre. Pourtant, au départ, j'avais très envie de le lire.
Sourire

8. Karine:)  le 27-09-2009 à 00:05:21  (site)

Comme tu le dis, j'ai aimé, sans être totalement emballée... je pensais avoir affaire à du totalement décalé mais ça l'est sans l'être toootalement (quelle clarté... je m'impressionne moi-même!!!)

9. chiffonnette  le 27-09-2009 à 10:51:56  (site)

Ah dommage!! Mais bon, je comprends! C'est toujours aléatoire avec ce genre de roman!

10. Restling  le 27-09-2009 à 11:03:56  (site)

Ah on vient de me l'envoyer, je vais pouvoir me faire ma propre idée.

11. brize  le 27-09-2009 à 18:43:40  (site)

@ Laetitia : Si, si, il plaît beaucoup, ce livre : je n’ai mis que deux liens vers des avis très favorables mais il y en a bien plus, ils sont en majorité.

@ Leiloona : Dans ce cas, cède à ton envie : nos intuitions nous aiguillent souvent vers ce qui est susceptible de nous plaire !

@ Karine : ne t’inquiète pas, on ne va pas nous demander d’être méga-rationnelles pour parler de ce roman !

@ Chiffonnette : oui, dommage, j’aurais bien aimé être moi aussi emballée par ce roman !

@ Restling : je souhaite sincèrement qu’il te plaise : c’est tellement plus agréable d’écrire un billet enthousiaste qu’un billet-bof !

12. myloubook  le 29-09-2009 à 20:07:48  (site)

Merci Brize ! Il me tentait un peu (je n'étais pas certaine d'apprécier la forme mais le sujet était amusant) mais après ton billet je me dis que je peux bien attendre avant de le lire... tant mieux pour ma PAL ! Je vais même essayer de ne pas acheter de livre en octobre (sauf une pièce de Shakespeare que je devrais aller voir), je croise les doigts ! Sourire

13. brize  le 29-09-2009 à 20:17:24  (site)

Tiens bon, Lou, tu peux le faire ! (et les petites fées peuvent patienter un peu, à mon avis !)

 
 
 
posté le 22/09/09

"Ce que je sais de Vera Candida", Véronique Ovaldé

   Vera Candida revient à Vatapuna. Elle a quitté l'île (ou plutôt elle s'en est enfuie), vingt-quatre années plus tôt.

  A Vatapuna, il y avait sa grand-mère, Rose Bustamente qui, après une longue carrière de prostituée, avait embrassé celle de pêcheuse de poissons volants. Mais un jour, un homme riche et puissant se mit en tête de lui acheter sa petite cabane, parce qu'elle gênait la vue qu'il avait sur la mer depuis la terrasse de sa splendide demeure.

  C'est à partir de ce moment-là que le destin de Rose Bustamente changea et que la fatalité sembla s'en prendre à elle, comme à ses descendantes...

 

   Si tout ce qui concerne Rose Bustamente, femme de caractère qui m'a séduite, m'a bien plu, je n'en dirai pas autant de la suite de cette manière de préliminaire. Il ne s'agit pas là d'une critique objective (le récit se tient et il est rythmé), c'est juste une appréciation personnelle : l'histoire ne m'a pas captivée, elle ne me "parlait" pas.

   Cela ne m'a pas empêchée d'apprécier le beau talent de conteuse de Véronique Ovaldé. Une façon de saisir, en quelques traits esquissés, le corps et l'essence des êtres, des atmosphères (le roman baigne dans une ambiance tropicale, qu'on ressent littéralement), de tisser le cours de vies qui se déroulent, au fil d'une prose parsemée de petites fulgurances, une voix tour à tour piquante et charnelle, dont j'ai aimé la musique.

 

"Ce que je sais de Vera Candida", Véronique OVALDE

éditions de l'Olivier (293 p)

 

Cuné , Marie Albertine  , Amanda (que je remercie pour le prêt), Fashion et Jules : toutes ont aimé ce roman !

 


Commentaires

 

1. Restling  le 22-09-2009 à 20:05:13  (site)

J'ai beau le voir un peu partout, il ne me tente absolument pas.
Ça me fait un peu penser à Le cœur cousu, j'ai fini par le lire et je n'ai pas aimé...

2. Reka  le 22-09-2009 à 20:27:58  (site)

Pour ma part, j'ai hâte de le lire ! J'ai aimé les romans d'Ovaldé même quand ils ne me plaisaient pas vraiment ou me dérangeaient, c'est à n'y rien comprendre ! Je suis envoûtée Sourire
PS : par contre, pour rebondir sur le commentaire de Restling, Coeur cousu ne me tente pas le moins du monde... Comme quoi ! Clin doeil

3. amandameyre  le 22-09-2009 à 20:36:18  (site)

tu as retenu son talent de conteuse et la musique de ces mots, c'est déjà très bien Sourire)

4. brize  le 22-09-2009 à 20:39:16  (site)

@ Restling : Je viens de relire ton billet sur "Le cœur cousu" et je pense que tes réticences à lire "Ce que je sais de Vera Candida" sont fondées car il y a une parenté, me semble-t-il, dans les atmosphères. De mon côté, j’ai d’ailleurs des réticences à aller vers "Le cœur cousu", parce que j'ai l'impression que l'histoire ne va pas m'intéresser même si je crois que je serai sensible au style, comme tu l’as été.
Pour Vera Candida, j'avais aussi vaguement l’intuition que l’histoire n’était pas trop pour moi (mais je m'étais efforcée de survoler les billets pour en savoir le moins possible à son sujet), mais j'avais tellement aimé l'écriture de "Et mon cœur transparent" que je voulais découvrir ce nouvel opus de l'auteur. Et puis, ce n’est pas du tout volumineux comme « Le cœur cousu » !

5. brize  le 22-09-2009 à 20:47:31  (site)

@ Reka : Je ne connais pas Véronique Ovaldé aussi bien que toi, car je n'ai lu que deux romans d'elle, mais elle a une qualité d'écriture remarquable, c'est vrai.

@ Amanda : Ben oui, je trouve aussi smiley_id118675 !

6. Jules  le 22-09-2009 à 21:51:51  (site)

C'est ce qui est bien sur les blogs, on trouve de tout et c'est parfait comme ça! Clin doeil

7. bladelor  le 22-09-2009 à 22:10:26  (site)

Et bien malgré ton impression qui n'est pas pleinement positive il me tente beaucoup celui-ci. J'aime bien ta façon de dire qu'il ne t'a pas parlé, c'est exactement ça. Parfoi on lit un excellent roman mais il n'est pas fait pour les lectrices que nous sommes...

8. Albertine  le 22-09-2009 à 22:37:23

Super, je suis super contente que tu aies apprécié !!! Merci pour le lien, un honneur que de figurer sur ta page !Sourire1

9. sylire  le 23-09-2009 à 06:45:15  (site)

Je n'ai pas encore lu Véronique OVALDE mais j'y compte bien. On en parle beaucoup dans les médias tout comme sur les blogs d'ailleurs.

10. LVE  le 23-09-2009 à 08:11:14  (site)

J'aime bien sa bouille, à Véronique Ovaldé. Ca aide à la dépense...

11. sybilline  le 23-09-2009 à 14:51:00  (site)

Je n'étais vraiment pas tentée par cette lecture, et ton avis me confirme donc dans la voie de l'économie.

12. brize  le 23-09-2009 à 18:36:51  (site)

@ Jules : Ben oui, il y a presque autant de « lectures » d’une œuvre que de lecteurs !

@ Bladelor : Que l’histoire ne m’ait pas spécialement intéressée est effectivement une appréciation toute personnelle et je m’en voudrais que cela dissuade quiconque d’entreprendre la lecture de ce roman, qui a beaucoup pour plaire.

@ Albertine : oui, j’ai apprécié, pas sans réserve (subjective) mais c’est une lecture qui valait le coup. Et pour le lien… euh, mon blog a rougi de confusion blozen en lisant tes remerciements, mais j’espère que ce compliment ne va pas lui monter à la tête !

@ Sylire : Un auteur qu’il faut que tu découvres, c’est sûr.

@ LVE : Ma foi, si, parmi les centaines de livres de la rentrée littéraire, ça peut t’aider à faire ton choix Fillette !!!

@ Sybilline : Honte à moi si je t’ai dissuadée de lire ce roman ! Tu ne veux pas essayer, tout de même (en bibliothèque, comme ça, tu resteras dans la voie de l’économie) ? Si ça se trouve, tu serais davantage que moi sensible à l’histoire. Et puis, ne serait-ce que pour l’écriture, il mérite le détour.

13. Floaimelesmots  le 23-09-2009 à 20:34:58  (site)

Il me tente beaucoup mais la pile de livres en attente sur ma table de nuit me fait encore patienter avant d'acheter celui là.

14. brize  le 23-09-2009 à 20:56:54  (site)

Tu as bien raison, Flo (et je pense que toutes les blogueuses qui se sont lancées le défi de faire baisser leur PAL vont être aussi raisonnables que toi, au moins cette année Sourire1 ) !

15. manu--  le 24-09-2009 à 10:48:14  (site)

Ce livre ne m'attire pas, je suis davantage attirée par les autres titres de l'auteur. En plus si vous le rapprochez du "coeur cousu" qui ne m'attire pas non plus, je passe définitivement !

16. brize  le 24-09-2009 à 10:58:02  (site)

@ Manu : Aïe... Le rapprochement avec "Le coeur cousu" est tout ce qu'il y a de plus intuitif (et donc sujet à caution !), puisque je ne l'ai pas lu.
Au demeurant, si je veux être tout à fait franche, l'écriture de "Ce que je sais de Vera Candida" m'a plu, mais ça n'a pas été le coup de coeur que j'avais eu pour celle de "Et mon coeur transparent". Mais cette écriture (je parle toujours de celle du "coeur transparent" est très spécifique et j'ai bien l'impression qu'on aime ou qu'on déteste, donc oserai-je te recommander la lecture de ce titre (sachant que, pour l'histoire, j'ai là aussi trouvé à redire, je te renvoie à mon billet pour plus de détails ) ?

17. Titine75  le 24-09-2009 à 14:30:34  (site)

C'est un livre que j'ai très envie de découvrir. J'avais beaucoup aimé le précédent livre de Véronique Ovaldé "Et mon coeur transparent".

18. Florinette  le 25-09-2009 à 10:49:28  (site)

Je le lirais certainement, car j'aime beaucoup sa façon de raconter les histoires...

19. brize  le 25-09-2009 à 18:41:06  (site)

@ Titine 75 et Florinette : Bonne lecture à toutes les deux !

20. Aurore-Sur mes étagères  le 26-09-2009 à 19:46:25  (site)

Zutalors! En même temps, c'est presque rassurant de voir que tout le monde n'a pas aimé!

21. leiloona  le 26-09-2009 à 23:47:01  (site)

J'ai très envie de le lire, mais comme tout le monde a aimé, je suis tout de même réticente ... un peu comme un film que tout le monde aurait aimé.

22. Karine:)  le 27-09-2009 à 00:06:32  (site)

Jamais lu cette auteure... mais je vais peut-être tenter le coup avec celui-ci, malgré ton avis mitigé. Bon, plus tard quand même... en poche!!!

23. brize  le 27-09-2009 à 18:49:40  (site)

@ Aurore : L’unanimité se fait rarement autour d’un livre et souvent elle n’est qu’apparente car elle cache tous les lecteurs potentiels qui n’ont pas lu le livre, pressentant qu’il ne leur conviendrait pas. Mais pour Vera Candida, je pense que les avis seront unanimes sur un dénominateur commun : c’est, objectivement, une œuvre de qualité.

@ Leiloona : Je comprends, ça me fait souvent le même effet !

@ Karine : Ou alors, essaie « Et mon cœur transparent », qui vient de sortir en poche, bien qu’il soit moins consensuel.

24. hathaway  le 27-09-2009 à 20:43:52  (site)

Ce livre remporte un vrai succès et pourtant je n'ai toujours pas envie de le lire...

25. brize  le 27-09-2009 à 21:30:52  (site)

@ Hathaway : dans ce cas, il me semble qu'il vaut mieux ne pas forcer, ce serait dommage de ne pas aborder ce roman dans de bonnes conditions.

26. Céline de enlivrezvous  le 30-09-2009 à 12:01:24

Tiens, je pense que c'est la première critique mitigée que je lis sur ce roman... Je pense que je le lirai un de ces quatre, histoire de me faire une idée !

27. brize  le 30-09-2009 à 12:25:56  (site)

Céline, il fallait bien qu'il y en ait une un jour Sourire1 !

28. constance93  le 14-12-2009 à 19:28:17  (site)

c'est vrai que le style de Véronique Ovaldé, tout en fantaisie, a parfois du mal à plaire. Pour ma part, Ce que je sais de Vera Candida était le premier livre que je lisais d'elle, et cela n'a pas du trop me gêner puisque j'ai enchaîner avec un plus ancien : Et mon coeur transparent.

 
 
 
posté le 20/09/09

"Chanson sans paroles", Ann PACKER

     Liz et Sarabeth sont amies depuis l’enfance. Il fut même un temps où Sarabeth, adolescente, vint habiter dans la famille de Liz, parce que sa mère venait de se suicider et que son père avait décidé de quitter la ville.

   Devenues adultes, elles mènent des existences très différentes. Sarabeth est restée célibataire, un peu bohème, et gagne sa vie en créant des objets décoratifs ou en améliorant l’apparence de logements mis en vente. Liz se consacre à sa famille, son mari et ses deux enfants, Joe et Lauren, âgée de seize ans.

   Les jours s'écoulent paisiblement jusqu’à ce que Lauren, dont le mal-être était resté quasi-inaperçu, fasse une tentative de suicide…

 

    Si pendant la première partie j'ai lu sans déplaisir mais en trouvant le récit quelque peu insipide, avec une écriture sans relief particulier, si j’ai lu, donc, en restant légèrement en retrait, sans m'impliquer, il n'en a pas été de même ensuite, une fois la crise venue avec la tentative de suicide de Lauren.

    A partir de ce moment-là, je me suis retrouvée en empathie avec les personnages, dont j'ai partagé la vie, les troubles et atermoiements, la manière d'avancer tant bien que mal, en ignorant souvent quelle direction prendre (Liz, renvoyée à son rôle de mère et tenaillée par la crainte de l'avoir mal assumé ; Sarabeth, submergée par les vagues du souvenir du suicide de sa propre mère ; Lauren, qui essaie de comprendre ce qui se passe en elle, tandis que, en contrecoup de son geste de désespoir, les relations entre ses parents semblent se détériorer et celles entre les deux amies marquent, soudain, un temps mort), le tout dépeint par l’auteur avec une extrême finesse.

    Un roman sensible et attachant, dont les thèmes abordés ont trouvé en moi une forte résonance.

 

Extrait :

« Son père, elle le voyait à peine ces temps-ci. En fait non, elle le voyait beaucoup, et cette pensée fit qu’elle se sentit encore plus mal. Ses épaules se mirent à trembler. Maintenant elle pleurait pour de bon. Elle grimpa sur son bureau et regarda par la fenêtre. Du premier étage, il était si facile de tomber ! De sauter, plutôt, et de prétendre être tombée. Elle détestait cette pensée. Ça ne lui était jamais passé par la tête, avant, mais là, elle imaginait des tas de trucs horribles. Et elle pleurait, elle pleurait. Elle se rendit compte que ses poings frappaient ses cuisses. Si au moins elle avait quelque part où aller, ça lui aurait fait du bien. Elle se laissa glisser du bureau, tomba sur les genoux et posa son front sur le tapis. Elle pleura, pleura, le plus silencieusement possible, mais à s’en rendre malade. Ses parents étaient en bas, Joe, dans la salle de bains. Elle n’avait nulle part où aller.

  Alors, une image s’imposa à elle, une image d’elle-même sous une couverture raide et rêche, un peu comme celles de l’armée. Elle la recouvrait, tendue comme un film de cellophane sur une assiette, au frigo. Son corps était un bout de viande en dessous. Aussitôt, elle s’assit et des points lumineux voletèrent autour d’elle. Elle se traîna jusqu’à son placard, se faufila à l’intérieur, ferma doucement la porte, s’accroupit contre le mur, là où elle avait fait de la place pour ses chaussures. Sa stupide robe bleue de l’année dernière lui frôlait l’épaule. La vie était interminable, interminable. »

 

« Chanson sans paroles », Ann PACKER

Editions de l’Olivier (422 p)

 

Le billet de Cuné, qui m’a menée vers cette lecture.

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 20-09-2009 à 20:16:50  (site)

Je l'ai repéré aussi chez Cuné et noté, j'espère bien arriver à le lire.

2. Florinette  le 21-09-2009 à 09:50:46  (site)

Il faut donc passer cette première partie pour bien s'imprégner de l'histoire...j'hésite...Bonne semaine Brize !

3. brize  le 22-09-2009 à 18:48:56  (site)

@ Aifelle : Bonne (future) lecture !

@ Florinette : Ce n'est pas vraiment une question d'imprégnation, c'est juste que je trouvais le récit assez plat, jusqu'au déclenchement de la crise. Mais c'est un avis qui n'engage que moi.

4. ulaz  le 25-09-2009 à 07:44:17

Idem pour moi, je note malgré une petite appréhension pour la première partie. Merci pour ce billet.

5. brize  le 25-09-2009 à 18:52:32  (site)

Ulaz, si les thèmes t'attirent, ça vaut le coup de tenter.

 
 
 
posté le 17/09/09

"La Reine des lectrices", Alan BENNETT

    Parce qu'elle est entrée par hasard dans un bibliobus qui faisait escale dans la cour du château et s'est ainsi crue obligée d'emprunter un livre, la reine d'Angleterre se trouve, de fil en aiguille, contaminée par le virus de la lecture. Au point que ses habitudes protocolaires en sont, par moments, fort contrariées... et son environnement aussi, soucieux du respect des règles en la matière !

 

   Ce petit livre a fait couler beaucoup d'encre sur les blogs mais il ne m'attirait pas vraiment, pas seulement par esprit de contradiction (genre : ce n'est pas parce que tout le monde aime que ça va me plaire !), mais aussi parce que je ne lis pas un livre pour réfléchir sur la lecture (et être, donc, renvoyée à moi-même en train de lire), mais pour plonger dans d'autres univers. Et puis, il me semblait que, ces temps-ci, les livres relatifs à la littérature étaient un peu trop à la mode.

   Bref.

   L'occasion vient pourtant de m'être donnée de découvrir ce court roman et (une fois de plus) la curiosité a été la plus forte (et ça se lit très rapidement), si bien que vous voilà avec un billet de plus à son propos !

   Et, non, je ne jouerai pas les dissidentes, car j'ai, à mon tour, bien aimé !

   J'ai commencé et fini le livre le sourire aux lèvres mais cependant, entre les deux, je n'ai pas toujours trouvé matière à sourire car le ton se fait plus grave, quand la reine est amenée à revoir d'un œil très critique, parce que la lecture l'amène à mieux percevoir ce qui l'entoure, ce qu'elle a vécu jusque là.

   Si, en effet, l'humour est très souvent présent, dans ce roman, il y est aussi question d'une femme qui, dans l'ultime partie de sa vie, prend conscience de ce que celle-ci a pu avoir de formaté et de somme toute assez vain ainsi que de la distance qu'elle a toujours maintenue avec les personnes qu'elle côtoyait.

   Alan Bennett , en proclamant les bienfaits de la lecture, en profite pour dresser un portrait lucide de la monarchie anglaise, à la fois piquant et empathique, comme si la compréhension des limites d'un système trop superficiel n'excluait pas la reconnaissance du travail accompli par une souveraine ayant toujours eu à cœur d'effectuer au mieux les tâches qui lui étaient imparties.

   « La Reine des lectrices » s'avère donc un roman plaisant, où la lecture tient le haut du pavé et sert de révélateur à un esprit qui devient plus clairvoyant, mais, ce faisant, c'est aussi le portrait de la (re)naissance d'une reine.

 

« La Reine des lectrices », Alan BENNETT

éditions Denoël, collection « D'ailleurs » (174 p)

 

Le billet de Sylvie , qui vous mènera vers tous les autres !

 


Commentaires

 

1. leiloona  le 17-09-2009 à 19:25:19  (site)

Ce roman m'avait déçue, car les fous rires annoncés en quatrième de couverture n'ont pas été au rendez-vous. Bof1

2. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 17-09-2009 à 19:29:51  (site)

ha!! voilà quelque chose qui pourrait me plaire!!
je note!
merci SourireSourire

3. Isil  le 17-09-2009 à 20:06:36  (site)

Il pourrait bien me plaire. Je le lirai à l'occasion.

4. Floaimelesmots  le 17-09-2009 à 20:42:51  (site)

Il est à la bibliothèque alors à l'occasion pourquoi pas !

5. Jules  le 17-09-2009 à 23:05:04  (site)

Tout le monde a lu ce livre!! Une lecture plaisante et pas trop longue...

6. SD49  le 18-09-2009 à 08:28:01

moi aussi j'ai apprécié cette lecture, originale

7. keisha  le 18-09-2009 à 14:15:25  (site)

J'aurais juré que tu l'avais déjà lu, tellement il a circulé. mais tu as aimé, bien !

8. Titine75  le 18-09-2009 à 14:41:51  (site)

J'avais bien aimé ce court roman, j'avais trouvé l'idée de départ très amusante et il y a plein d'idées de lectures anglo-saxonnes pour augmenter les PAL!

9. pralinerie  le 18-09-2009 à 19:16:44  (site)

J'avais aussi aimé cette reine qui se découvre une passion.

10. Restling  le 19-09-2009 à 12:55:25  (site)

Je ne l'ai pas encore lu, il ne m'attirait pas du tout. Mais depuis, j'ai lu un autre livre de cet auteur et le ton m'a tellement plu que je vais peut-être changer d'avis...

11. manu--  le 19-09-2009 à 16:28:23  (site)

Il me fait de l'oeil mais je trouve qu'il est cher pour le nombre de pages (surtout vu la taille des caractères) J'attends qu'ils le reçoivent à ma bibliothèque.

12. brize  le 19-09-2009 à 20:44:36  (site)

@ Leiloona : J’ai étonné une amie à laquelle j’ai dit que je ne l’avais pas trouvé, tout compte fait, si drôle que ça, donc je te rejoins dans ton appréciation.

@ La Sardine, Isil, Floaimelesmots : Un livre qui mérite un petit détour, même si sa lecture n’est quand même pas indispensable.

@ Jules : Ben non, finalement, pas tout le monde, comme je le pensais aussi, si j’en crois les commentaires.

@ SD 49 : C’est vrai que l’idée est originale et les Anglais doivent d’ailleurs apprécier le roman d’une autre manière que nous : c’est quelque chose que nous avons du mal à apprécier, comment ces considérations sur la Reine peuvent les interpeller.

@ Keisha : Hé, hé, il m’arrive de ne pas vouloir faire comme tout le monde (parce que j’avais déjà vu ce livre sur le présentoir de la bibliothèque, mais j’avais volontairement détourné les yeux, un peu saoulée par l’abondance de billets à son sujet).

@ Titinet 75 : J’avoue n’avoir noté aucun des titres cités (dit la mauvaise élève !).

@ Praline : Et, compte tenu du « métier » qu’elle exerce, elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de s’en découvrir, une passion.

@ Restling : Moi non plus, il ne m’attirait pas mais finalement ça se laisse (rapidement) lire et ce n’est pas dénué d’intérêt.

@ Manu : Il figure au catalogue des bibliothèques que je fréquente : tu devrais en suggérer l’achat à la tienne.

13. George S  le 20-09-2009 à 10:39:23  (site)

Un bon souvenir de lecture... mais aussi une impression d'insatisfaction que je ne parviens pas à m'expliquer !

14. Midola  le 21-09-2009 à 12:03:18  (site)

Mis à part tout le discours sur la littérature, j'ai également beaucoup aimé le portrait de cette femme qui ouvre les yeux sur ce que toutes les convenances ont fait d'elle. Un petit roman très agréable à lire !

15. brize  le 22-09-2009 à 18:50:50  (site)

@ George S : Tu en attendais peut-être davantage ?

@ Midola : Oui, c'est une femme qui prend soudain du recul sur sa vie, une distance qu'elle n'avait jamais observée jusque là et ce qu'elle découvre ne l'enchante pas.

16. Petite Fleur  le 22-09-2009 à 19:53:05  (site)

J'avais moi aussi beaucoup apprécié : sans prétention et plein d'humour. Ce petit livre m'avait fait passer un agréable moment.

17. Slo  le 22-09-2009 à 22:43:37

Lu cet été, j'ai bien aimé mais je m'attendais à mieux, moi aussi je m'attendais à quelques éclats de rire. Cependant j'ai bien aimé les références littéraires et trouvé l'histoire originale.

18. sybilline  le 24-09-2009 à 09:56:11  (site)

A l'époque de sa sortie, ce livre ne m'a pas du tout tentée, mais le temps passant, on en parle encore, et de très belle façon, si bien que peut-être bien que...?

19. brize  le 25-09-2009 à 18:57:31  (site)

@ Petite Fleur : J'en garderai moi aussi un bon souvenir.

@ Slo : Ah, je vois que nos avis se recoupent pour ce qui est des éclats de rire qui n'étaient pas au rendez-vous ! Mais on aura l'occasion de détailler tout ça de vive voix Clin doeil1 !

@ Sybilline : J'étais dans le même cas que toi, pas du tout tentée. D'ailleurs, je l'avais déjà snobé à la bibliothèque !
Mais je suis tombée sur ce livre alors que je séjournais chez ma mère et il m'a semblé que c'était un petit roman qui pouvait lui plaire, aussi je le lui ai offert. Du coup nous l'avons lu toutes les deux (et nos avis se ressemblaient d'ailleurs beaucoup).

20. chiffonnette  le 27-09-2009 à 10:52:39  (site)

C'est un teès très joli roman! En plus de se lire vite, il fourmille d'idées de lecture et de tendresse!

21. brize  le 27-09-2009 à 18:50:51  (site)

@ Chiffonnette : tout le monde semble avoir retiré quelque chose de sa lecture, c'est ça qui est bien.

22. myloubook  le 29-09-2009 à 20:09:17  (site)

Excellent souvenir pour moi ! Je faisais partie des premières conquises et je ne suis pas étonnée de voir que globalement beaucoup de lecteurs ont passé un bon moment ! ^^

23. brize  le 29-09-2009 à 20:18:34  (site)

@ Lou : Oui, c'est indéniable !

24. Yv  le 03-10-2009 à 14:41:43  (site)

Ouais, bof ! Assez plat et peu drôle !

25. brize  le 07-10-2009 à 19:37:34  (site)

Certes pas un chef d'oeuvre de la littérature, Yv, mais je ne l'ai quand même pas trouvé plat.

 
 
 
posté le 16/09/09

Yellow is beautiful !

   Je pensais avoir subtilement évité ce tag qui hante la blogosphère, un tag en jaune où le tagué doit montrer cinq (voire sept... il y a eu de l'inflation en cours de route !) objets de cette couleur figurant dans son environnement, mais Levraoueg, la traîtresse, m'a taguée !

   Le voilà donc, ce jaune domestique :

 

 

 

 

 

 

 

   Et, dans ma grande mansuétude, je ne tague personne !

 


Commentaires

 

1. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 16-09-2009 à 11:47:18  (site)

mouarf!! c'est vrai que les tags finissent toujours par arriver! lol!
on y a eu le droit aussi! et nous y avons répondu par des livres... jaune ^^
biz!

2. Restling  le 16-09-2009 à 13:20:00  (site)

Très joli le résultat de ton tag !

3. emmyne  le 16-09-2009 à 13:58:56  (site)

Je n'y ai pas échappé non plus, et pourtant je me cache Sourire)

4. keisha  le 16-09-2009 à 15:55:17  (site)

j'ai été taguée, mais le temps passe... C'est aussi une méthode!

5. brize  le 16-09-2009 à 18:24:42  (site)

@ La Sardine : C'est vrai qu'on a vu pas mal de livres à couverture jaune, avec ce tag !

@ Restling : Merci ! En fait, s'il s'était agi d'un tag en orange, j'aurais été un peu plus à l'aise, car c'est une couleur assez présente dans mon environnement.

@ Emmyne : On a beau faire, on est repérées !

@ Keisha : une méthode que j'ai d'ailleurs failli adopter !

6. Lilibook  le 17-09-2009 à 15:33:25  (site)

Et oui il tourne ce tag ;-)
Très joli ton tag jaune.

7. brize  le 18-09-2009 à 07:51:15  (site)

Merci, Lilibook smiley_id118694.

8. sybilline  le 23-09-2009 à 14:57:51  (site)

Comme à l'école quand on se faisait toute petite pour éviter la question, on se fait parfois presqu'invisible pour esquiver un tag!
Mais tu t'en es super bien tirée avec tes bouquets de fleurs et tes cartes notamment Sourire

9. brize  le 25-09-2009 à 19:04:07  (site)

Sybilline, c'est tout à fait ça... mais apparemment je maîtrise encore mal l'art d'esquiver un tag !
Et à droite, ce n'est pas une carte (je sais, ça se voit mal sur le blog), mais un tableau, déniché pendant des vacances et que j'aime beaucoup.

10. Léa.  le 14-10-2009 à 16:55:20

Bonjour Sourire
Je voulais juste dire que j'étais (je suis) une "visitevraie" ^^ (a) ... (ça en fait déjà une... )

c'est joli le jaune, enfin, moi, j'aime bien ... et comme je ne suis pas une grande lectrice (par faute de temps surtout) et bien, fallait bien que je trouve un truc à dire quand même en tant que "vraievisiteuse" ...mmmh
Bonne soirée
Léa

édité le 14-10-2009 à 16:58:16
édité le 14-10-2009 à 16:59:26

11. Léa.  le 14-10-2009 à 16:57:33

c'est vraiment joli le jaune Langue

édité le 14-10-2009 à 16:58:48

12. brize  le 14-10-2009 à 19:33:54  (site)

Merci de ton passage, Léa smiley_id118675 ! Oui, heureusement, les commentaires me prouvent qu'il y a de "vrais visiteurs" sur mon blog Clin doeil1 !

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article