posté le 16/03/10

"éveil", Robert SAWYER

     A quinze ans, Caitlin, aveugle de naissance, vient néanmoins de quitter l’institution pour non voyants où elle étudiait jusque là pour rejoindre un lycée « normal ». C’est aussi une habituée d’internet, qui maîtrise à la perfection la navigation sur le web.

   L’arrivée d’un mail du spécialiste japonais Kuroda va bouleverser sa vie. Il lui propose en effet un appareillage particulier qui lui permettrait de voir !

   Mais l’opération ne donne pas le résultat escompté : au lieu du monde réel, c’est le monde virtuel du web que Caitlin peut percevoir, sous forme d’un maillage mouvant de lignes et de formes brillantes et colorées et, dans celui-ci, quelque chose semble vouloir capter son attention…

 

   "éveil" est un roman de science-fiction dont le développement s’appuie certes sur des théories scientifiques et/ou technologiques (c’est souvent le cas, en SF !) mais en restant très abordable, y compris je pense pour des lecteurs peu familiers du genre (ce qui ne va pas toujours de soi pour les romans lorgnant du côté de la hard SF, même si la complexité a son charme).

   La trame principale tourne en effet autour de Caitlin, une héroïne qui a conscience de ses capacités (sur le net, son pseudo est Calculatrix car elle est très douée en maths), mais sans se la jouer et s'avère surtout une personne attachante car attentive aux gens, ses proches déjà (sa mère, qui lui a sacrifié sa carrière d’économiste et son père, qui l’aime à sa façon, fort peu démonstrative), son amie dans son nouveau lycée puis le Dr Kuroda. La manière dont l'auteur a utilisé sa perception de non voyante mais de familière d'internet pour amorcer le récit m'a semblé très bien trouvée, avec ce côté plausible qui me plaît toujours beaucoup dans la SF.

   A ce fil narratif central s’en ajoutent deux autres. Le premier concerne un drame sanitaire en Chine et met en scène un hacker, Sinanthrope. Le second se rapporte à Chobo, un chimpanzé ayant appris le langage des signes et entouré d’une équipe de scientifiques.

Ces deux récits secondaires mais qui possèdent leur propre richesse croisent celui de Caitlin et contribuent à expliciter l’émergence de celui qu’elle appelle « le Fantôme ».

En arrière-plan, des références à l’histoire d’Helen Keller, que Caitlin connaît sur le bout des doigts, viennent étayer la thématique de l’éveil d’une conscience qui jusque là s’ignorait elle-même, envisagée ici de manière originale et piquant l’intérêt.

   Roman intelligent et sensible, sympathique et enlevé, "éveil" se lit facilement et avec plaisir. C’est le premier volume d’une trilogie et je suis curieuse de découvrir la suite d’une histoire qui n’en est encore qu’à ses prémices mais semble prometteuse.

 

"éveil", Robert SAWYER

éditons Robert Laffont, collection ailleurs et demain (392 p)

Paru en 2010.

 

Les avis de Loula et Zizannette .

 


Commentaires

 

1. Sassenach  le 16-03-2010 à 12:08:49  (site)

Cela fait des années que je n'avais plus vu ces couvertures ... il faut dire que je ne vais plus que très rarement dans les rayons SF ! Mais ce titre, même s'il y a une suite, me redonnerait presque le goût au genre Clin doeil Je le note !

2. SBM  le 16-03-2010 à 13:32:51  (site)

pour une raison absolument obscure, les livres de chez Robert Laffont n'arrivent pas chez moi, mais chez un collègue du GPI qui en a marre de me les renvoyer, ça se comprend... visiblement, celui-là, va falloir que je lui demande de faire un effort...
(PS: je vois tout à fait correctement tes deux billets, l'un sur ce livre, l'autre "hommage")

3. Mango  le 16-03-2010 à 13:43:52  (site)

C'est vrai que ton billet donne sérieusement envie de s'intéresser à nouveau aux histoires de science fiction. J'ai eu une période où , sous influence filiale, je ne lisais presque plus que ça! Sourire Cette 'histoire du livre que tu racontes semble bien intéressante!

4. zarline  le 17-03-2010 à 14:28:37  (site)

Je ne lis pratiquement jamais de SF mais tu me tentes presque avec ce livre. Tout arrive ;-)

5. Petite Fleur  le 17-03-2010 à 19:30:08  (site)

C'est mon copain qui l'a entre les mains et qui fera bientôt la critique sur mon blog, mais je peux déjà dire que ce qu'il me laisse entre du roman me donne envie de le lire :-)

6. brize  le 18-03-2010 à 10:36:40  (site)

@ Sassenach : Il y a une suite et on l’attend mais ce premier volume ne s’achève pas sur un suspense insoutenable, donc on peut le lire dès à présent.

@ SMB : Je ne classerais pas ce roman dans la catégorie chef d’œuvre mais il se défend bien dans son genre et il me paraît aussi en mesure de séduire ceux qui sont un peu réfractaires à la SF car sa lecture est aisée.

@ Mango et Zarline : C’est une histoire qui vaut le détour !

@ Petite Fleur : Alors, pour tes propres impressions, faudra attendre ? Ben, on patientera, alors Sourire1 !

7. Mango  le 18-03-2010 à 12:07:17  (site)

HS
Je viens de suivre ton lien vers l'article de Marie Desplechin sur Modiano dans "Le Monde" et je te remercie de l'avoir donné, car c'est vraiment excellent! Non seulement ce qu'elle dit de Modiano me semble très juste mais elle le dit magnifiquement! Il est temps que je la lise aussi!

8. brize  le 18-03-2010 à 12:17:51  (site)

Mango, j'avais été impressionnée par la qualité de l'écriture (outre la pertinence du propos) et je n'avais découvert le nom de l'auteur que tout à la fin de l'article (d'elle, je ne connais que "Verte", un roman jeunesse).
Je suis contente de constater que le lien fonctionne encore, j'avais peur qu'il ne marche que pendant une semaine (au-delà, il me semble que l'accès aux articles du Monde est payant).

9. Theoma  le 18-03-2010 à 17:17:38  (site)

Mais ça m'a l'air très tentant !

10. brize  le 18-03-2010 à 21:03:39  (site)

Théoma, tant mieux si je t'ai tentée Diable !

11. sylvielectures  le 02-04-2010 à 11:50:47  (site)

billet alléchant, je note.

12. brize  le 06-04-2010 à 20:57:17  (site)

@ Sylvie : J'espère que tu auras l'occasion de le lire !

13. GeishaNellie  le 19-09-2010 à 22:58:41  (site)

Ah pas pour moi celui-ci, mais je te propose le cyberpunk comme sous-genre.

 
 
 
posté le 15/03/10

Hommage...

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 15-03-2010 à 13:46:53  (site)

Même si on ne le voyait plus beaucoup, on se rend compte qu'il était resté très présent pour plein de gens.

2. Mango  le 15-03-2010 à 13:58:22  (site)

Cette chanson-là est belle aussi!

3. keisha  le 15-03-2010 à 14:05:57  (site)

Mais oui, celle là aussi elle est bien! Pffou finalement ma mémoire est pleine de ses chansons...
Et je me suis aperçue avec joie que même les plus "jeunes" l'appréciaient...

4. val-m-les-livres  le 15-03-2010 à 19:18:19  (site)

Ca fait du bien de réentendre ses chansons, c'est juste dommage que ce soit pour cette occasion.

5. brize  le 15-03-2010 à 21:56:51  (site)

@ Aifelle : C’est quelqu’un qu’on ne peut pas oublier.

@ Mango : Je la trouve toujours aussi forte.

@ Keisha : La mienne aussi, de mémoire, est pleine de chansons, dont certaines, je m’en rends compte, que je connais encore par cœur.

@ Val-M-Les-livres : Il fait toujours partie de nous, Jean Ferrat, avec des chansons qui nous ont marqués et qu’on connaît si bien.

6. pincureuil  le 17-03-2010 à 10:05:41  (site)

Apparemment nous aimons toutes Jean ferrat ! Je n'ai jamais cessé d'écouter ses CD, et j'ai versé ma petite larme...

7. pragmatisme  le 17-03-2010 à 16:51:06  (site)

c'etait une très belle chanson

8. brize  le 22-03-2010 à 09:08:10  (site)

@ Pincureuil : Oui, nous sommes beaucoup à avoir été marqués par ses chansons.

@ Pragmatisme : Ah, cette fois, tu as mis un lien vers ton blog, ce qui m'a permis d'aller le visiter... et de mettre un prénom derrière cet énigmatique "Pragmatisme" ! Bienvenue "Sur mes brizées", Bénédicte Sourire1 !

 
 
 
posté le 13/03/10

"La patrouille de l'aube", Don WINSLOW

     A San Diego, tous les matins, ils sont à l’eau, les surfeurs de la patrouille de l’aube.

   Parmi eux, Dave le Dieu de l’amour, sauveteur émérite, Sunny Day, serveuse au Sundowner qui attend la vague, celle qui la propulsera sous le feu des projecteurs, Johnny Banzaï, flic et Boone Daniels, ancien flic reconverti en détective privé du genre je-bosse-quand-il-n’y-a-pas-de-vagues et dont la devise est "Tout a meilleur goût dans une tortilla", mais marqué à jamais par une ancienne affaire de disparition d’enfant non résolue.

   San Diego, c’est la côte, le surf, le luxe et les plaisirs de toutes sortes avec leur cortège de personnages plus ou moins douteux. Ce sont aussi, un peu en retrait, les champs de fraises et les travailleurs clandestins, dont certaines très jeunes…

   Embauché par une compagnie d’assurances pour retrouver une strip-teaseuse amenée à témoigner dans un procès, Boone doit s’accommoder de la belle mais peu amène avocate Petra, alors qu’une seule chose le préoccupe : boucler cette affaire au plus vite pour profiter comme ses amis de la magnifique houle qui se prépare à déferler sur la côte.

   Mais une femme a fait le saut de l'ange par la fenêtre d'un hôtel et l’affaire va s’avérer plus longue à régler que prévu…

 

   Trois moments saisis sur le vif, contrastés, un poétique et deux dramatiques, ont suffi pour capter mon attention dès les toutes premières pages. Ils ne donnent pas le ton mais une idée des tonalités car, dans la foulée, l'atmosphère se détend avec une immersion au milieu des surfeurs de la patrouille de l'aube où les vannes fusent. L'écriture originale, dans l’instant (au présent, excepté pour les quelques retours en arrière), extrêmement rythmée, scandée pour ainsi dire, avec des phrases par moments courtes et sèches en forme de ponctuations, m’a plu et j'ai accroché sans difficulté à ce roman policier.

Je connaissais l'auteur de nom seulement et j'avais repéré cette parution récente grâce à sa couverture (ben oui, des surfeurs, quoi !) et à sa quatrième de couverture (qui ne figure pas ci-dessus, il s'agit de ma propre présentation), laquelle en dit, après relecture une fois le roman achevé, un tout petit peu trop à mon avis mais reflète bien l’esprit du livre.

   "La patrouille de l’aube" est un roman qui conjugue avec aisance une intrigue d’allure simple, un décor fouillé (l’auteur insère quelques parenthèses sur l’histoire de San Diego, une ville qu’il connaît puisqu’il y réside et son évolution actuelle ainsi que sur celle de la côte et de la culture surf) et des personnages bien typés, sympathiques ou inquiétants représentants des différentes origines ethniques qui se mêlent sur place, Pour certains, l’esquisse se fait plus précise, Boone en particulier, un "local" par excellence puisqu'il a passé sa vie à Pacific Beach et dont les qualités (pas seulement physiques !) font qu'on ne peut manquer de s'y attacher.

   L’humour est omniprésent, le héros ne se prend pas au sérieux et le style  est souvent aussi décontracté que lui, si bien que de la vivacité de la narration à une impression de légèreté, il n'y a qu'un pas. Pourtant, au-delà de cette apparence sea, surf and sun, une réalité plus sordide transparaît, de même que le côté cool de Boone dissimule ce qui le mine.

   Dans la seconde partie du roman la tension monte progressivement, comme la houle qui grossit jusqu’à l’arrivée des vagues tant attendues et le bonheur de lecture se teinte d’appréhension alors que la tonalité devient plus grave…

   Une excellente découverte !


"La patrouille de l’aube", Don WINSLOW

Editions du Masque (350 p)

Paru en 2010

 

Lu aussi par J.M. Laherrère , cynic63 , Michel , Pierre Faverolle ...

 


Commentaires

 

1. kp78  le 13-03-2010 à 09:10:39

Lire un billet comme ça donne vraiment envie. D'autant que je ne connais pas du tout l'univers du surf et ne demande aussi qu'à découvrir San diego. Je le note.

2. 3meraude  le 14-03-2010 à 10:39:57

On m'a souvent parlé de cet auteur, surtout avec "la griffe du chien". Je ne l'ai jamais lu mais je suis ravie de lire ton avis qui confirme tout ce que j'ai entendu et qui me donne, évidemment, envie de le lire !

3. Mango  le 14-03-2010 à 14:43:33  (site)

Une bonne intrigue traitée avec humour, je devrais aimer: je le note donc!

4. Béné  le 14-03-2010 à 20:14:33  (site)

Ton article me donne vraiment envie!

5. brize  le 15-03-2010 à 19:17:46  (site)

@ KP78 : A découvrir, sans hésiter !

@ Emeraude : Je pense que j’irai voir de plus près cette « Griffe du chien », que j’ai aussi vu citée dans les billets mis en liens.

@ Mango : Et tu fais bien !

@ Béné : Super ! J’espère qu’il te plaira à toi aussi.

6. Sassenach  le 16-03-2010 à 12:06:31  (site)

Je ne connais cet auteur que de nom mais comme je connais un peu San Diego (que j'adore d'ailleurs), voilà un livre qui m'intéresse (d'autant plus que tu as aimé !)

7. brize  le 19-03-2010 à 08:01:58  (site)

Sassenach, j'espère que tu pourras le trouver en bilbiothèque (je sais que tu es comme moi une habituée des bibliothèques !) : de mon côté, j'ai eu beaucoup de chance car, après l'avoir repéré en librairie, j'ai eu l'agréable surprise de le découvrir en feuilletant les pages "nouveautés" du site de la biblio. J'ai réservé... et un coup de fil le lendemain m'apprenait que le livre était revenu et m'attendait !

8. escaleocabannes  le 27-03-2010 à 22:51:45  (site)

Merci pour vos commentaires appuyés et très clair, je cours lire celui-ci !

9. brize  le 30-03-2010 à 20:10:00  (site)

Si tu peux pêcher ici quelques idées de lecture, tu m'en vois ravie !
Bienvenue "Sur mes brizées", esclaeocabanes, et longue vie à ton bébé blog !

10. escaleocabannes  le 30-03-2010 à 21:03:49  (site)

merci beaucoup, je ne me priverai pas de venir.

 
 
 
posté le 11/03/10

"The Ghost Writer", un film de Roman Polanski

      Est-il besoin de rappeler le thème ?

   Un ancien premier ministre britannique (joué par Pierce Brosnan) a recours aux services d’un « nègre » (« ghost writer » = écrivain fantôme) pour l’aider à rédiger ses mémoires.

    Celui auquel il avait fait appel meurt dans des circonstances un peu douteuses (accident, suicide ?) aussi en embauche-t-il un autre (Ewan McGregor), lequel ne peut s'empêcher de commencer à fouiner ici et là pour y voir plus clair dans la disparition de son prédécesseur...

  

   J’avais veillé à ne surtout pas lire les critiques en détail, apercevant juste au passage, dans la presse ou sur les blogs, les cotations très élogieuses données à ce film, que je me réjouissais donc de découvrir.

   Pourtant, même si je l'ai globalement bien aimé, j’en suis sortie un peu déçue.

   Peut-être parce que j’en attendais trop ?

   Je ne crois pas.

   En réalité, j’ai beaucoup apprécié l’ambiance : les lieux choisis comme décors (en extérieur : des landes sauvages en bord de mer ou en intérieur : une maison-cube isolée avec des baies vitrées donnant sur l’océan) et la manière de les utiliser dans la mise en scène, la musique, le jeu des acteurs, tout m’a plu. Et les touches d’humour aussi, dans une atmosphère un peu inquiétante, où on se demande de quoi il retourne.

   Mais justement, c’est là que le bât blesse.

   Parce que, franchement, notre écrivain fantôme y arrive quand même assez facilement, à la conclusion, aussi bien dans les différentes étapes qu’il franchit (ah, Google ! on trouve tout grâce à lui !) que dans son ultime démarche et j’ai déjà vu des puzzles autrement plus compliqués dans des romans policiers. Si bien qu’arrivée au final, à la « révélation », je me suis trouvée toute déconfite : ah bon, ce n’était que ça ! Non que le fond ne soit pas percutant et bien vu, mais il n’y a pas eu cet effet de saisissement que j’escomptais (et j’aurais dû m’en douter puisque tout s’agençait tranquillement au fur et à mesure).

   Alors oui, allez voir « Ghost Writer », c’est bien filmé, bien joué, on se laisse porter par l’histoire et on a un peu peur quand même pour le héros… mais ne vous attendez pas à une intrigue captivante, crédible (dans la manière dont elle est menée) et surprenante, car vous courez le risque (enfin, à mon avis !) d’être déçus.

P.S : vous avez, heureusement, le droit de ne pas être du tout d'accord avec moi, d'avoir adoré etc.... mais !

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 11-03-2010 à 21:47:40  (site)

C'est vrai qu'il n'y a pas un suspense extraordinaire, cette intrigue là on l'a vue dix fois, mais il y a quand même une tension permanente, tout s'enchaîne bien, les acteurs sont excellents, la maison est belle, la mer agitée ... bref j'ai aimé.

2. dasola  le 12-03-2010 à 08:38:44  (site)

Bonjour Brize, comme Aifelle, j'ai aimé pour l'ambiance, les acteurs et surtout la réalisation fluide. Une leçon de cinéma. Bonne journée.

3. sylire  le 12-03-2010 à 08:38:47  (site)

Premier avis un peu nuancé que je lis. C'est bien, je mettrai la barre moins haut !

4. Titine75  le 12-03-2010 à 09:30:22  (site)

C'est un film que j'ai beaucoup aimé et que j'ai trouvé assez Hitchcockien et comme tout bon film inspiré du maître l'intrigue n'est qu'un McGuffin! C'est à dire quelque chose d'accessoire, je crois que Polanski s'est beaucoup amusé à créer une ambiance tendue mais que le résultat de l'enquête n'est pas si essentiel. J'ai pris également un grand plaisir à voir les acteurs que j'ai trouvé très bons.

5. Lael  le 12-03-2010 à 10:31:03  (site)

bien envie d'aller le voir celui-ci!

6. Cryssilda  le 12-03-2010 à 15:22:25

Oui je n'ai pas trouvé l'intrigue des plus orginales, mais n'empêche que j'ai été scotchée à l'écran pendant tout le film, pour l'ambiance et totu ce que tu décris.

7. freude  le 12-03-2010 à 15:26:16  (site)

Moi j'ai bien aimé, même si j'ai trouvé la fin un peu grosse...

8. brize  le 12-03-2010 à 20:45:38  (site)

@ Aifelle et Dasola : Oui, c’est un bon film, c’est sûr !

@ Sylire : Il m’a plu, mais c’est vrai que je m’attendais à mieux côté intrigue.

@ Titine 75 : Ah, le Mac Guffin ! Je l’avais complètement oublié, lui ! Je ne sais plus où et quand j’en avais entendu parler mais c’est vrai que le principe en question colle plutôt bien au film.

@ Lael : Alors, n’hésite pas !

@ Cryssilda : Je crois que si je m’étais attendue à quelque chose de cet ordre, côté intrigue, je n’aurais pas du tout été déçue et que je serais restée sur mon impression initiale, lorsque le film a démarré et que j’adorais !

@ Freude : Oui, là, vraiment, j’ai tiqué sur le coup du procédé menant à la révélation !

9. val-m-les-livres  le 13-03-2010 à 17:46:24  (site)

Bizarre, malgré tout le bien que j'en lis, j'ai du mal à être tentée.

10. brize  le 15-03-2010 à 19:18:18  (site)

Val, dans ce cas, il vaut mieux ne pas forcer, je pense !

11. ChoupynettedeRestin  le 16-03-2010 à 13:02:37  (site)

comme toi déçue par ce film dont j'avais entendu tant de critiques élogieuses. COmme le souligne Dasola, c'est fluide, c'est bien filmé, c'est bien joué. Mais franchement, il manque ce petit plus qui rendrait le film vraiment tendu et mettrait le spectateur dans l'action. Là, j'ai vraiment été spectatrice, étrangère au film.

12. manu--  le 20-03-2010 à 08:59:49  (site)

Il m'intéresse mais je le verrai en dvd car je n'aime pas aller au cinéma. Les avis sont en tout cas assez partagés.

13. wonderful  le 20-03-2010 à 11:28:04  (site)

Je n'en attendais rien et j'ai été captée. J'ai vraiment aimé, l'ambiance (l'île, la météo), l'histoire (bien-sûr), les acteurs (dis donc il est super beau Pierce!!!)... Pas d'ennui, contrairement à Shutter où les seuls moments où je n'ai pas somnolé sont ceux où j'ai fulminé contre le grandiloquent Di Caprio...

14. brize  le 23-03-2010 à 18:37:16  (site)

@ Choupynette : Oui, pour moi, il manquait quelque chose qui m’aurait davantage « scotchée ».

@ Manu : Au départ, ils étaient unanimement élogieux mais depuis quelques bémols sont apparus.

@ (Wonderful) Juliette : Comment ça, tu ne savais pas que Pierce Brosnan était beau ?! Sache que cela ne m’avait pas échappé : je l’ai à l’œil depuis longtemps, celui-ci !

15. liliba  le 31-03-2010 à 21:31:20  (site)

Tout à fait d'accord avec toi, c'est un film très sympa, mais il manque la petite touche qui ferait que...

16. brize  le 31-03-2010 à 21:46:40  (site)

@ Liliba : oui, on peut argumenter comme on veut, nous, spectateur, on constate ce qui s'est passé (ou pas) avec nous et on ne peut rien y changer.

 
 
 
posté le 10/03/10

"Robe de marié", Pierre LEMAITRE

   Sophie a trente ans et elle sait qu’elle est folle.

   Ça a commencé par des oublis, des pertes d’objets etc. et la situation a rapidement empiré jusqu’à devenir intenable.

   Elle vit seule, maintenant, depuis la mort de son mari. Un petit job de garde d’enfant pour subsister.

  Sauf que…

  Sauf que sa folie ne va pas lui laisser de répit et l’entraîner dans un calvaire encore pire que celui qu’elle a déjà connu !

 

   C’est le genre de thriller où, à mon avis, moins on en sait au départ, meilleure en est la lecture !

   Parce que ce roman, s’il est bien ficelé, n’en use pas moins de ficelles pour certaines assez grosses, si bien que le lecteur un tant soit peu averti risque de deviner trop facilement de quoi il retourne.

   Malgré tout, même si on se doute bien que…, ça fonctionne et, globalement, j’ai tourné les pages sans mollir dans l’attente de ce qui allait se passer. Quelques réelles surprises, dans la seconde moitié du roman, sont d’ailleurs venues pimenter l’ensemble et donner davantage de relief à une construction initialement un peu pesante.

   Un thriller plutôt efficace, donc, dans lequel le lecteur se plaît à jouer les voyeurs avec, il faut bien le reconnaître, une certaine dose de fascination morbide pour ce qui se passe sous ses yeux !

 

"Robe de marié", Pierre LEMAITRE

Editions calmann-lévy (271 p)

disponible en poche

 


Commentaires

 

1. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 10-03-2010 à 09:01:32  (site)

c'est une lecture prévue pour bientôt pour moi, dans le cadre d'une lecture commune
je reviendrai te dire ce que j'en ai pensé SourireSourire

2. sylire  le 10-03-2010 à 09:56:01  (site)

Je dois le lire très prochainement, ta critique est plus mitigée que les précédentes que j'ai lues...

3. La pyreneenne  le 10-03-2010 à 10:21:06  (site)

J' ai hésité , l'ai reposé ... je vais peut-être le reprendre !

4. Sandrine(SD49)  le 10-03-2010 à 10:48:27  (site)

Tout à fait d'accord avec toi, il ne faut pas trop en savoir avant de le lire et c'est pour ça que je l'ai apprécié.

5. Aifelle  le 10-03-2010 à 10:57:36  (site)

Tu es plus tiède en effet que dautres blogueuses, mais il me semble que c'est tout de même un auteur à découvrir, avec l'un ou l'autre titre.

6. pragmatisme  le 10-03-2010 à 11:06:06

le titre me semble un peu emblématique par rapport au résumé que tu fais de ce livre mais je me laisserai bien tentée j'aime bien le thème développé

7. amandameyre  le 10-03-2010 à 11:22:33  (site)

il a rejoint ma biblio cette semaine, je le lirais sans doute bientôt

8. manu--  le 10-03-2010 à 13:08:21  (site)

La publicité bloguesque a bien fonctionné, je compte le lire bientôt aussi ;-)

9. Petite Fleur  le 10-03-2010 à 13:56:23  (site)

Sur la première partie, je n'avais rien compris. Sur la deuxième, bien sûr, le lecteur comprend. Mais c'est là effectivement que c'est fort de la part de l'auteur de réussir à nous rendre addict alors que l'on sait ! j'avais beaucoup apprécié. Je me demande si son dernier ouvrage "Cadre noir" n'exploite pas le même découpage et j'avoue que si je suis potentiellement intéressée j'ai peur d'être déçue de relire les mêmes ficelles.

10. Shana  le 10-03-2010 à 15:18:57

Une lecture que je note dès maintenant, de même que ton blog aux découvertes littéraires fort enrichissantes !

Au plaisir,
Shana

11. freude  le 10-03-2010 à 16:33:26  (site)

Merci de ne pas trop en dévoiler pour les futurs lecteurs ! Il est dans ma PAL !

12. kathel  le 10-03-2010 à 17:47:33  (site)

"C’est le genre de thriller où, à mon avis, moins on en sait au départ, meilleure en est la lecture !"
Je n'en lis pas plus alors, il est dans ma PAL ! Rire1

13. brize  le 10-03-2010 à 18:11:25  (site)

@ La Sardine : A bientôt, donc !

@ Sylire : Il se laisse lire, mais je le trouve trop appuyé. Mais, bon, ça marche, c’est sans doute le principal !

@ La Pyrénéenne : Personnellement, je ne le trouve pas indispensable. Je l’ai lu par curiosité (à force d’en entendre parler, je voulais me faire mon opinion) et il était toujours disponible à la bibliothèque.

@ SD 49 : De mémoire, certains billets en révélaient trop, à mon goût, raison pour laquelle je n’ai pas cherché à ajouter des liens à la fin du mien.

@ Aifelle : Je ne sais pas pour son nouveau roman, mais celui-ci, comme je le disais à Sylire, m’a semblé trop appuyé. Mais c’est un thriller psychologique qui produit son petit effet, donc le contrat est rempli.

@ Pragmatisme : Bonne découverte, alors !

@ Amanda Meyre : J’attends donc ton billet !

@ Manu : Oui, on en a entendu beaucoup parler. Trop, peut-être, au moins pour moi, car j’avais l’impression qu’on m’en avait trop révélé et qu’il n’y aurait plus de surprise, si bien que je n’étais guère pressée de le lire.

@ Petite Fleur :
ATTENTION SPOILERS

Je ne l’ai pas perçu comme toi. La première partie m’a paru invraisemblable : ça sentait la machination à plein nez. Pendant la deuxième partie, j’ai trouvé ça plutôt pesant, de revenir sur tout ce qu’on avait déjà vu pour qu’on nous explique point par point comment l’héroïne avait été manipulée et je me suis efforcée de lire tout ça rapidement car je trouvais que c’était répétitif. J’ai davantage apprécié la suite.
Pour son nouveau roman, comme toi, le peu que j’aie aperçu (mais je fais attention et j’essaie de survoler les billets, de peur d’en apprendre trop) m’a donné l’impression qu’il y avait un fonctionnement similaire : quelque chose nous est montré dans un premier temps puis, dans un deuxième temps, on revient dessus pour nous exposer les coulisses.

@ Shana : Bienvenue « Sur mes brizées », où je suis ravie que tu aies pu noter quelques idées de lectures !

@ Freude : Pour certains thrillers, il me semble vraiment essentiel d’en savoir le moins possible. Bonne (future) lecture !

@ Kathel : Bonne(s) surprise(s) !

14. Sassenach  le 10-03-2010 à 18:13:05  (site)

Je survole ton billet car il est dans ma PAL et je devrais le lire dans le mois qui arrive Sourire

15. Cécile de Quoide9  le 10-03-2010 à 23:09:20  (site)

Il y a une vague Pierre Lemaitre en c moment sur internet et ce que je lis à son sujet me fait envie

16. fersenette  le 11-03-2010 à 10:53:23  (site)

j'ai le souvenir d'un récit stressant, mais donc d'un rythme qui pousse à la dernière page.

17. Diddy  le 11-03-2010 à 18:48:17  (site)

Il est dans ma pal, il faut vraiment que je m'y mette!

18. brize  le 11-03-2010 à 21:30:00  (site)

@ Sassenach : Bonne lecture, alors, et au plaisir de lire ton billet !

@ Cécile de Quoi de 9 : J’ai mis du temps à me décider, peut-être parce que, justement, j’en entendais trop parler ! Mais « Robe de marié » me faisait régulièrement de l’œil (je sais, c’est facile !) à la bibliothèque, donc j’ai fini par l’emprunter.

@ Fersenette : J’ai trouvé que c’était davantage rythmé dans la seconde moitié du roman mais, dans l’ensemble, ça se lit très bien.

@ Diddy : Il se lit très rapidement, donc pas de problème !

19. Mona  le 12-03-2010 à 22:35:30  (site)

Je suis curieuse de lire ce livre. Ton commentaire me donne vraiment envie de le mettre sur ma liste "à lire" !

20. brize  le 13-03-2010 à 08:22:44  (site)

smiley_id117731 "Sur mes brizées", Mona, et longue vie à ton tout jeune blog que je viens d'aller découvrir. Comme tu as l'air de bien aimer les romans policiers, celui-ci peut effectivement te plaire !

21. Stephie  le 13-03-2010 à 11:13:29  (site)

Je m'étais régalée à cette lecture ! Quelle pression !

22. brize  le 19-03-2010 à 08:02:59  (site)

Stephie, oui, l'auteur s'y entend pour la faire monter, la pression !

23. MéLi-MéLO (des BlaBlas)  le 16-04-2010 à 20:04:22  (site)

Je découvre ton blog qui est très agréable à parcourir Sourire

 
 
 
posté le 07/03/10

"Dark Tiger", William G. TAPPLY

    Stoney Calhoun, le mystérieux héros amnésique de "Dérive sanglante" et "Casco Bay", va devoir pendant quelque temps délaisser la boutique d’accessoires de pêche qu’il tient avec la belle Kate Balaban .

L’Homme au costume, celui qui vient régulièrement lui rendre visite depuis maintenant sept ans qu’il a quitté l’hôpital militaire où il était soigné après avoir été victime d’un accident ayant effacé sa mémoire, cet homme qui semble tout connaître de son passé, le contraint en effet à accepter une mission d’infiltration qui, d’après lui, est tout à fait dans ses cordes. Stoney Calhoun va devoir occuper les fonctions de guide au sein d’un hôtel de luxe, situé au bord d’une chaîne de lacs en pleine nature, où quelques privilégiés viennent s’adonner aux joies de la pêche à la mouche. A charge pour lui de découvrir pourquoi l’un d’entre eux, qui n’était autre qu’un agent gouvernemental, a été assassiné.

 

   J’ai commencé "Dark Tiger" avec beaucoup de plaisir, celui de retrouver des lieux et des personnages que j’avais appréciés dans les deux tomes précédents.

   Mais si le plaisir a persisté au cours de ma lecture, une lecture facile où j’ai tourné les pages parce que l’histoire m’intriguait, il manque à ce nouvel opus un ingrédient qui contribuait pour beaucoup au charme des précédents, celui du mystère relatif au personnage de Stoney.

   Car là où le lecteur, comme le héros, s’interrogeait, au fil de micro révélations sur le comportement et les aptitudes de Stoney Calhoun, "Dark Tiger", dans les débuts du livre, apporte une réponse claire. Dès lors et même si certaine vision récurrente d’une femme emprisonnée est bien évoquée, on en sait trop et trop peu, puisqu’au cours du roman l’auteur n’ira pas au-delà de cette affirmation initiale, n’apportant rien de plus sur les circonstances ayant provoqué l’amnésie et sur le passé de Calhoun.

   Enlevez ce mystère (ou négligez de l’entretenir) et le roman vous apparaît dans sa linéarité, celle d’une histoire émaillée de quelques incidents notables, heureusement, mais dont l’intrigue manque de complexité. Et alors que je pensais que l’auteur allait jouer sur un autre tableau (on sortait du cadre habituel, au propre comme au figuré, puisqu’il ne s’agissait plus de l’aide locale et de circonstance apportée par Stoney Calhoun au shérif) et en profiter pour se lancer dans une narration au rythme plus enlevé, flirtant avec le roman d’espionnage, il n’en a rien été (j’ai notamment attendu en vain une scène spectaculaire où le héros mettrait en œuvre dans des circonstances dramatiques certaine aptitude pratique qu’il avait décelée en lui).

   Ajoutez à cela des personnages à peine esquissés, une Kate absente (et un héros un peu trop obsédé par l’idée qu’il l’a fâchée en la quittant momentanément sans lui en donner la raison) et vous obtenez un polar agréable parce qu’il éveille notre curiosité (que cachent les meurtres du départ et les suivants ?) et nous dépayse (on a beau ne pas être fana de pêche, on y ferait bien un séjour, dans ce lodge grande classe avec une salle à manger dont la baie vitrée, immense, donne sur le lac et quelques balades en canoë ne nous déplairaient pas non plus et la nourriture servie (que l'auteur se plaît à nous détailler à plusieurs reprises) a l’air pas mal aussi), mais sans plus. Dommage, parce qu’il y avait moyen, à mon avis, d’utiliser les secrets persistants relatifs au héros pour tirer un nouveau fil et tisser quelques mailles dont le lecteur aurait volontiers été le captif.

   Ce roman est le dernier opus des aventures de Stoney Calhoun, au sujet duquel l’auteur, mort l’année dernière, ne nous révèlera malheureusement plus rien.

 

"Dark Tiger", William G.TAPPLY

Editions Gallmeister (250 p)

Vient de paraître

 

L'avis de Cathulu .

 


Commentaires

 

1. Stephie  le 07-03-2010 à 11:50:34  (site)

Cela donne envie de découvrir l'auteur en tout cas Clin doeil

2. Aifelle  le 07-03-2010 à 13:00:02  (site)

Ton billet dégage la même impression que celui de Cathulu. Je verrai bien, parce qu'ayant lu les deux premiers, inutile de te dire qu'il n'est pas question que je ne lise pas le troisième ! Et puis Stoney, c'est Stoney ..

3. In Cold Blog  le 07-03-2010 à 17:54:10  (site)

J'ai posé la question chez Cathulu mais n'ai pas (encore) eu de réponse : vaut-il mieux voir lu les deux précédents opus avant d'attaquer celui-ci ?

4. brize  le 07-03-2010 à 18:02:10  (site)

@ Stephie : Un auteur à découvrir sans aucun doute si l’idée de lire un roman policier en ambiance non pas citadine mais « nature » te séduit. Mais c’est (beaucoup) mieux de commencer par le commencement, avec le premier, « Dérive sanglante ».

@ Aifelle : Je te comprends, car personne n’aurait pu m’en dissuader non plus !

@ In Cold Blog : OUI et trois fois OUI ! Lis les dans l’ordre, sinon tu y perdras le plaisir de la découverte des personnages et ce serait bien dommage.

5. cathulu  le 07-03-2010 à 20:44:07

Tu as tout à fait raison, il donne envie d'aller découvrir ce fameux lodge même si on en connaît rien à la pêche ! Quant au mystère non résolu, chacun reste libre de compléter les pointillés à sa guise...

6. freude  le 09-03-2010 à 08:22:48  (site)

Tout le monde semble un peu "déçu" par ce troisième et dernier tome. Mais bon je note l'auteur et les trois titres !

7. brize  le 09-03-2010 à 21:24:18  (site)

@ Cathulu : Et de toute façon, on n’a pas le choix…

@ Freude : Oui, pour le moment, ce dernier tome a un peu moins plu, mais il faudra voir avec les prochains lecteurs.
En tout cas, si tu es tentée, n’hésite pas à découvrir déjà « Dérive sanglante », le premier des trois.

8. Choco (et son grenier)  le 11-03-2010 à 23:11:00  (site)

Mince, je viens de lire ta réponse à ICB et je suis bien embetee...
Je vais recevoir le roman pour un partenariat et me voila obligée de lire les 2 autres avant ! J'espère juste que je trouverais le temps...

9. brize  le 12-03-2010 à 19:34:00  (site)

@ Choco : Aïe ! Il faudrait au moins que tu lises le premier ("Dérive sanglante") avant, comme cela tu aurais découvert les personnages "normalement". Après, si tu passes directement au numéro 3, ça me paraît moins ennuyeux.

10. Aurore sur son étagère  le 12-03-2010 à 21:02:56  (site)

J'étais très contente de retrouver Stoney et sa petite vie, mais comme toi, je suis un peu déçue par ce dernier opus...

11. Karine:)  le 27-03-2010 à 02:09:26  (site)

Bon, on va commencer par les deux premiers. Et je lis ton billet en diagonale pour ne rien savoir! Il parait qu'il a du potentiel, de Stoney!

12. brize  le 31-03-2010 à 21:44:27  (site)

@ Aurore : Pour le moment, la plupart des lecteurs sont un peu déçus.

@ Karine : Ouais, il a du potentiel, le gars ! A découvrir, en commençant par le premier opus, c'est mieux.

13. mic  le 10-04-2010 à 13:00:19  (site)

Bonjour Brize,

C'est dans le cadre d'un partenariat que j'ai découvert "Dark Tiger" de William G. Tapply, le héros m'a paru intéressant à suivre, au milieu de ces grands espaces magnifiques, ça change des polars urbains sanglants! Finalement, on n'apprend pas grand-chose sur son passé à la toute fin du livre et Calhoun ne semble d'aillerurs pas très curieux, sur ce qu'il était auparavant, étonnant ! Maintenant, j'ai très envie de découvrir les deux premiers tomes, et de retrouver ce héros bien sympathique. Un auteur de plus,que je ne connaissais pas et qui m'a procuré grâce à "Dark Tiger" de bons moments de lecture. Au plaisir de te lire à nouveau cher Brize, bonne continuation, et à bientôt j'espère. Amitités, MIC.

 
 
 
posté le 04/03/10

"Le koala tueur", Kenneth COOK

    Apparemment, dans les bars du bush australien, il s’en raconte pas mal, des histoires incroyables !

   Mais Kenneth Cook affirme que toutes celles qu’il rapporte dans ce premier d’une série de trois recueils de nouvelles (ici au nombre de quinze) sont véridiques et non pas issues des affabulations avinées de quelques redoutables poivrots en quête d’auditoire.

   La preuve en est qu’il les a lui-même vécues, ces histoires pas ordinaires mettant quasiment toutes en scène (à trois exceptions près) des animaux du bush : un koala bien teigneux, des alligators qui ne le sont pas moins (même en plein cœur de leurs bruyantes amours), des serpents en tout genre (beurk !) etc. De quoi dissuader les plus courageux d’entre nous de se risquer dans ces contrées désertiques comme le fait notre vaillant mais pourtant pas du genre svelte et sportif narrateur.

   Le comique de situations règne en maître dans ces récits hauts en couleurs qui m’ont parfois bien fait rire et très souvent sourire (seule la soûlographique nouvelle "Cent canettes"... m’a saoulée). Quant à l’auteur, il se dépeint lui-même en prototype de l’antihéros (rien à voir avec Crocodile Dundee), le tout dans un humour sans effets de manche (mais les faits en eux-mêmes constituent déjà une bonne base !) avec, toujours, la petite remarque à froid jetée mine de rien qui ponctue ses aventures et ne leur en donne que plus de piquant.

   Un très bon divertissement (comprendre : un recueil dans lequel je m’étais dit que j’allais picorer tranquillement, pour ne pas risquer de me lasser… mais il y a eu un effet sachet-plein-de-noisettes-enrobées-de-chocolat et j’ai tout dévoré en un rien de temps !) !


"Le koala tueur et autres histoires du bush", Kenneth COOK

Editions Autrement (155 p)

Paru en 2009

 

Aperçu chez Keisha , Choco , Cathulu 

(et BoB recense aujourd'hui tous les billets parus !)

 


Commentaires

 

1. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 04-03-2010 à 08:59:41  (site)

en voilà un titre qu'il est original!!! Rire

j'adore l'effet sachet-plein-de-noisettes-enrobées-de-chocolat!!!!

2. Aifelle  le 04-03-2010 à 09:33:07  (site)

Il commence à bien circuler sur la blogosphère celui-là .. vu qu'il fait rire tout le monde, je le surligne bien sûr.

3. cathulu  le 04-03-2010 à 09:33:59

J'adore ta conclusion, c'est tout à fait ça!Sourire

4. L'or des chambres  le 04-03-2010 à 10:23:57  (site)

Pour les gourmandes l'effet "sachet-plein-de-noisettes-enrobées-de-chocolat" est irrésistible...
Un livre dont j'entends beaucoup parler en ce moment, je me demande si je ne vais pas me laisser tenter. Un peu d'humour, ça serait pas de refus...
A bientôt

5. Ys  le 04-03-2010 à 10:53:14  (site)

J'ai lu pour l'instant les deux premières nouvelles sans être vraiment convaincue... je vais poursuivre mais bon, je ne suis pas sûre que l'humour australien soit dans mes cordes...

6. keisha  le 04-03-2010 à 11:34:41  (site)

Tu l'as lu trop vite? No problemo, vient de paraitre "La vengeance du wombat"!!!

7. kathel  le 04-03-2010 à 11:56:44  (site)

J'ai réussi (facilement) à convaincre "Mr Kathel" que cela devrait l'amuser ! Je n'aurais plus qu'à le lui emprunter quand il aura fini !

8. brize  le 04-03-2010 à 13:28:38  (site)

@ La Sardine : Oui, et ça donne bien l’esprit du livre ! Sérieux s’abstenir !

@ Aifelle : Pas tout le monde :Ys a commencé et n’est pas convaincue, voir son commentaire plus bas et j’avais vu aussi qu’Yv n’avait guère aimé. Mais c’est normal, en matière d’humour, nous sommes rarement tous d’accord.

@ Cathulu : Ben oui, j’ai essayé d’être raisonnable… mais j’ai fait ma goinfre !

@ L’or des chambres : Eh oui, je suis une gourmande (et je ne sais pas si j’assume !) ! C’est vrai qu’il n’y en a pas tant que ça, des livres qui nous font rire !

@ Ys : Yv non plus n’avait pas trop aimé et il y en aura d’autres : dès qu’il est question d’humour, impossible de plaire à tout le monde, je l’avais déjà constaté (avec « Swap », par exemple, dans un autre genre, bien sûr).

@ Keisha : Il sera bientôt disponible à ma bibliothèque (commande en cours) !

@ Kathel : Le coup de « ça te plairait sûrement », je l’ai déjà pratiqué pour les polars que je souhaitais lire plus tard ! On est trop fortes !

9. tulisquoi  le 04-03-2010 à 13:52:23  (site)

Je n'ai pas lu celui-ci et tu me donnes bien envie de l'avoir maintenant.
Sinon, dans le même genre, il y a "Le Festival de la couille" de Chuck Palahniuk (l'auteur de Fight Club). 23 petites histoires "vraies" complètement déjantées ! J'avais beaucoup aimé aussi.

10. cathe (routes de l'imaginaire)  le 04-03-2010 à 14:30:26  (site)

Tout à fait d'accord avec toi ! Et là je viens de lire son dernier, tout à fait de la même veine :-)

édité le 04-03-2010 à 14:31:25

11. Sassenach  le 04-03-2010 à 17:41:08  (site)

L'Australie se prête bien à tous les excès ... je crois que sur les 10 animaux les plus venimeux du monde, ils en récoltent 8 ou 9 Clin doeil Autant dire qu'il peut en arriver des choses ... mdr ! Et j'ai noté ce titre depuis déjà un bon moment mais c'est ballot, ma biblio ne l'a pas encore acheté Sourire

12. amandameyre  le 04-03-2010 à 18:37:12  (site)

Après les wombats vengeurs tu me donnes envie d'aller picorer avec les koalas...Clin doeil

13. Petite Fleur  le 04-03-2010 à 20:00:34  (site)

Eh eh, exactement le même effet sur moi ! Je ne suis pas très nouvelles, mais là j'avais passé un vrai bon moment.

14. Aurore sur son etagere  le 04-03-2010 à 20:23:53  (site)

J'adore ton effet sachet-plein-de-noisettes... !!! Trop drôle!! Et puis zut, ça m'énerve, je déteste les nouvelles et ce livre me fait craquer, un peu plus à chaque billet que je lis...!!

15. brize  le 05-03-2010 à 17:40:41  (site)

@ Tulisquoi : Le livre dont tu parles, je l’ai aperçu en librairie (difficile de ne pas le noter, avec un titre pareil) mais justement, je me demandais bien de quoi il pouvait y être question !

@ Cathe : Encore un bon petit moment en perspective, alors !

@ Sassenach : Eh bien, je ne savais pas que l’Australie était aussi bien positionnée côté animaux venimeux !
Il faut leur demander de l’acheter, à ta bibliothèque : voilà un livre qui sortirait sûrement très régulièrement (c’est bon pour les statistiques) !

@ Amanda : Aucune hésitation à avoir !

@ Petite Fleur : Oui, même les réfractaires aux nouvelles devraient y trouver leur compte.

@ Aurore : Le format de ces nouvelles est très court et leur lecture facile : ça peut faire une pause entre deux lectures plus exigeantes (ou bien tu peux en lire une le soir avant de t’endormir… sauf si tu as peur de rêver de serpents, par exemple !).

16. leiloona  le 05-03-2010 à 21:58:10  (site)

Je retiens l'effet sachet de noisettes / chocolat ! Rire

17. Choco (et son grenier)  le 05-03-2010 à 22:16:32  (site)

je l'ai dévoré sans picorer et j'ai tout autant appréciée !

18. Cathe (les routes de l'imaginaire)  le 06-03-2010 à 18:38:27

Tiens je vois que nous sommes tout à fait voisines puisque j'habite à Marly ;-)

19. brize  le 06-03-2010 à 19:07:02  (site)

@ Leiloona : ça m'était déjà arrivé, avec les nouvelles de Gaëlle Pingault (http://brize.vefblog.net/On_nest_jamais_prepare_a_ca_Galle_PINGAULT)

@ Choco : Je pense que j'apprécierai la suite !

@ Cathe : Super ! J'espère que nous aurons l'occasion de nous rencontrer (mais on peut la provoquer !).

20. Mango  le 06-03-2010 à 23:59:06  (site)

Tiens, ce livre pourrait bien me plaire! J'aime les histoires d'animaux! Sourire

21. Stephie  le 07-03-2010 à 11:49:52  (site)

Apparemment ce bouquin fait rire tout le monde. Je vais m'y mettre aussi alors... avec ou sans chocolat ?

22. Le blog de philo  le 07-03-2010 à 12:25:57

Le visuel du livre me plait, le titre est original, je ne connais pas cet auteur et en plus je suis trèèès gourmande... Je le note celui-ci.

23. keisha  le 07-03-2010 à 14:51:38

Pour en savoir plus sur l'australie et ses habitants à zéro, deux, quatre, ou plus pattes, tout en t'amusant bien, lire le livre de Bryson Nos voisins du dessous...

24. brize  le 07-03-2010 à 18:13:55  (site)

@ Mango : Alors, il a des chances de te plaire !

@ Stephie : Pas besoin de chocolat, les nouvelles font office de, j’ai testé !

@ Philo : Si tu es gourmande d’histoires, dans leur genre, plutôt savoureuses, ça peut coller !

@ Keisha : J’avais adoré “American Rigolos” et “Nos voisins du dessous” me tente aussi, même s’il me paraît différent dans sa forme, puisque c’est une chronique de voyage.

édité le 07-03-2010 à 18:14:25

25. manu--  le 07-03-2010 à 22:03:09  (site)

Noté et renoté ! Je dois le lire :-D

26. tulisquoi  le 08-03-2010 à 19:47:46  (site)

Pour le festival de la couille, j'ai une note ici : http://tulisquoi.over-blog.com/article-le-festival-de-la-couille-de-chuck-palahniuk-38744413.html
Palahniuk est l'auteur de Fight Club pour le plus connu. C'est livre sont toujours complètement déjantés. Moi j'adore le style. D'ailleurs j'en lis un autre en ce moment même.
Avec ce recueil de nouvelles, il a voulu démontrer que ses histoires qui pouvaient parfois sembler farfelues, ne sont pas si loin de la réalité (américaine en tout cas)

27. dasola  le 10-03-2010 à 08:11:50  (site)

Bonjour, si tu as aimé le koala tueur, je ne saurais te conseiller le deuxième recueil aussi hilarant: la vengeance du wombat. Je sais que le regretté K C en a écrit d'autres (j'espère qu'elles paraîtront par la suite) (billet du 21/02/09). Bonne journée.

28. brize  le 10-03-2010 à 21:36:35  (site)

@ Manu : Amuse-toi bien !

@ Tulisquoi : Merci pour ces précisions !

@ Dasola : Ma bibliothèque a commandé ce second tome que je me réjouis d’avance de lire ! A bientôt, Dasola !

29. Cécile de Quoide9  le 10-03-2010 à 23:10:20  (site)

Celui-ci me fait TROP envie (ah que les blogs sont cruels !)

30. sylvielectures  le 12-03-2010 à 08:52:30  (site)

c'est un auteur que j'ai envie de découvrir à travers la série de nouvelles qui paraissent chez autrement. un peu d'humour, c'est tentant.

31. brize  le 13-03-2010 à 14:10:41  (site)

@ Cécile : Heureusement que les bibliothèques nous permettent de satisfaire facilement toutes nos envies (parce que si on devait acheter tous les livres qu'on lit...) !

@ Sylvie : A tenter, c'est sûr !

édité le 13-03-2010 à 14:11:01

 
 
 
posté le 01/03/10

"Inavouable", Sandra BROWN

     A Blewer, Texas, il ne se passe pas grand-chose. Suffisamment toutefois pour occuper à plein temps un shérif et, à soixante-douze ans, Ezzy Hardge regrette d’être obligé de prendre sa retraite. Un regret d’autant plus douloureux qu’il est obsédé par une affaire vieille de vingt ans et qu’il n’a pas pu résoudre : le meurtre de la jeune Patricia McCorkle. Les assassins étaient-ils les deux frères Herbold ? Il n’a jamais pu le prouver. L’un d’eux, Cecil, en liberté conditionnelle, semble rangé, tandis que l’autre, Carl, vient justement de s’évader de prison.

   Aux alentours de Blewer, Delray Corbett s’occupe seul de son ranch, où il vit en compagnie de sa belle-fille, Anna, une jeune veuve sourde et muette et de son petit-fils, David. Delray fut le beau-père des enfants terribles qu’étaient Carl et Cecil, quand leur mère se remaria avec lui.

   Est-ce un hasard si c’est au lendemain de l’évasion de Carl qu’un certain Jack Sawyer, cow-boy nomade, vient lui proposer ses services pour être employé au ranch ?

 

   Alors qu’une chaleur infernale pèse sur ses habitants, la petite ville de Blewer s’angoisse à l’idée que la cavale de Carl Herbold puisse le ramener vers les lieux de sa jeunesse…

 

   Voilà un roman dans lequel on entre immédiatement et pourtant, après un prologue musclé, on n’est pas dans l’action endiablée, les chapitres courts à la James Patterson ou les meurtres et autres à tous les coins de page ! Non, pas du tout (même si des meurtres et des violences, il y en a). Là, au contraire, on prend le temps de faire la connaissance des gens, de s’installer chez eux et de partager leur vie, leurs habitudes, leurs pensées. Mais sans une once d’ennui, parce qu’il y a toujours un élément venant amorcer ou relancer notre intérêt/inquiétude et nous pousser à tourner les pages pour savoir ce qui va bien pouvoir leur arriver, à tous ces gens (enfin, certains, en particulier) et comment leurs histoires individuelles vont se trouver mêler et le beau Jack, là, il a l’air d’être un gars bien mais quel(s) secret(s) cache-t-il et comment tout cela va-t-il finir ?

   Un rythme qui ne faiblit pas, autour de personnages finement décrits, intéressants voire attachants (Anna et son fils) et liés par des sentiments forts, font d’"Inavouable" (dans sa catégorie, pas celle des grands romans policiers mais des bons romans à suspense) un thriller prenant, le genre de livre à saisir quand on a l’impression que tous les autres vont vous tomber des mains !

 

(du même auteur, il y a déjà quelques années, j’avais dévoré "Confession exclusive" et, plus tard, "Faux semblants", deux romans que j'avais déjà mentionnés ici)

 

"Inavouable", Sandra BROWN

Le Livre de Poche (537 p)

 


Commentaires

 

1. Sassenach  le 01-03-2010 à 16:55:52  (site)

Il me semble que j'ai au moins un titre d'elle dans ma PAL mais lequel ? Sûrement un de ses plus anciens ... il faut que je vérifie et que je rajoute ce titre-là sur ma LAL si je ne l'ai pas !

2. Aifelle  le 01-03-2010 à 18:31:29  (site)

Je ne connais pas l'auteur, pourquoi pas. Je note pour un jour de disette (ha ha ha).

3. kp78  le 02-03-2010 à 10:46:10

J'avais bien aimé ce roman qui prend le temps de poser les personnages et l'intrigue sans lasser. Le suspens est bien entretenu. Je note les deux autres titres pour les lire à l'occasion.

4. brize  le 04-03-2010 à 08:37:01  (site)

@ Sassenach : Si jamais c’est « L’alibi impossible » que tu as dans ta PAL, je serai plus réservée car j’ai tenté deux fois de le lire, mais sans accrocher.

@ Aifelle : Pas pour tout de suite, alors !

@ KP 78 : Oui, c’est frappant, chez elle, cette capacité à maintenir en permanence notre intérêt mais sans donner dans la surenchère, comme on le voit régulièrement dans les polars.

 
 
 
posté le 26/02/10

"On a de la chance de vivre aujourd'hui", Kate ATKINSON

     J’ai mis un certain temps avant de me décider à rédiger ce billet. La lecture de ce recueil de nouvelles m’avait en effet laissé un sentiment mitigé où l’enthousiasme côtoyait sinon la déception du moins une certaine réserve, si bien que je me sentais incapable d’émettre un avis d’ensemble.

   J'ai donc repris, presque deux mois après, les différentes nouvelles qui le composent, sans les relire cependant mais en les feuilletant, pour constater que je pouvais les répartir en deux catégories : celles qui m’avaient séduite, voire emballée et celles qui ne m’avaient pas convaincue, par lesquelles je vais commencer.

   Genèse (où le titre est à prendre dans son acception originelle) m’a semblé trop démonstratif pour me satisfaire, tout comme La Guerre contre les femmes. Cette nouvelle-ci est habilement construite en un crescendo efficace, avec un postulat intéressant et un aperçu de la psychologie des personnages pertinent, mais je n’ai pas réussi à croire au contexte dépeint.

   Le Jour de Lucy, pour sa part, m’a laissée indifférente (d’ailleurs, en reprenant le recueil, je me suis aperçue que je n’en avais aucun souvenir). Quant à L’Amour à mort, où une histoire s’enchâsse dans une autre, je me suis dit une fois arrivée à la fin « tout ça pour ça ».

 

   Les autres nouvelles du recueil m’ont, en revanche, beaucoup plu.

   Affaires de cœur cache parfaitement son jeu en contant sur un ton un peu décalé une romance que la chute contraindra le lecteur à revoir et corriger : excellent !

   Dans On a de la chance de vivre aujourd’hui, comme dans Genèse, l’auteur veut illustrer l’erreur de notre rupture avec la nature. Mais sa fable surréaliste narrant un subit retour à leur essence des choses qui nous entourent m’a, cette fois, infiniment séduite.

   La Lumière du Monde est une nouvelle étonnante où le destin d’une femme d’âge mûr bascule soudain d’une façon fort improbable... Beaucoup d’humour (parfois caustique) et de tendresse aussi.

   Je ne suis pas une Joan présente deux visages de la féminité, la vie ordinaire d’une Joan s’entrechoquant avec celle qui se rêve, le lyrique se heurtant au prosaïque, sur fond d'ironie nimbée de mystère.

 

   Au final, des nouvelles surprenantes (quel que soit l’impact qu’elles aient eu sur moi et il peut varier en fonction du lecteur) et invitant, pour certaines, à la réflexion, dont le style s'avère impeccable : caméléon s’adaptant aux diverses nuances de ton des histoires et d’humeur de leurs protagonistes, de l’humour le plus corrosif à la poésie, il fait mouche à tous les coups.

 

Extraits :

 "Les membres du groupe de lecture dressèrent la tête comme des suricates au bruit de la porte d’entrée qui s’ouvrait et se refermait en claquant, suivi de près par Simon qui entra en trombe dans le salon comme s’il faisait partie d’un commando d’intervention spéciale. Il tressaillit devant le spectacle inattendu d’une pièce remplie de femmes d’âge mûr (des vieilles peaux). Il n’aurait pas eu l’air plus horrifié s’il était tombé sur un sabbat de sorcières nues en train de sacrifier une chèvre sur la moquette. Simon avait beau avoir vingt et un ans, il ne donnait aucun signe d’avoir grandi."

(La Lumière du Monde)

 

 "Ses enfants seraient-ils jamais heureux ? Sans doute pas. Quasiment personne ne l’était. Des petits moments, c’est tout ce qu’on pouvait espérer, une révélation ici et là, une bouffée de joie éphémère de temps à autre. Le lever du soleil, le retour du printemps, un bébé qui se réveille en vous souriant. Des petites lumières dans l’obscurité."

(Le Jour de Lucy)

 

 "Quelquefois je danse dans ma chambre au sol et aux murs tendus de tapis de soie d’Ispahan et de Tabriz. La pièce embaume l’essence de rose et le bois de santal et je danse devant l’immense miroir doré qui repose contre un mur, parfois avec un voile, parfois avec des castagnettes, parfois nue. Je danse uniquement pour mon plaisir, jamais pour mon amant. Pas l’ancien amant aux boucles brunes, mais un nouveau, venu des antipodes et à la force insouciante. Je change d’amant chaque jour."

(Je ne suis pas une Joan)

 

"On a de la chance de vivre aujourd’hui", Kate ATKINSON

Editions de Fallois (150 p)

Paru en novembre 2009

 

Repéré chez Cathulu et Cuné.

 


Commentaires

 

1. keisha  le 26-02-2010 à 09:17:18

le voili voila ce billet, tu t'en es tirée!!!
j'adore la couverture...
Quant au koala, n'aie pas honte, ça fait tellement de bien de rire. Tu sais qu'un autre vient de sortir, intitulé La vengeance du wombat. Préviens ta fille.

2. tulisquoi  le 26-02-2010 à 10:54:45  (site)

Bon après le dernier Atkinson lu, qui ne m'avait déjà pas convaincu, je vais donc attendre un peu avant de lire celui-ci. En version poche ça sera bien Clin doeil

3. brize  le 26-02-2010 à 11:22:43  (site)

@ Keisha : Oui, ça a été un peu fastidieux … !
Moi aussi, j’adore cette couverture !
Pour le koala, c’est ma fille qui avait honte, moi pas ! Quant aux deuxième tome de nouvelles du sieur Cook, je sais que ma bibliothèque l’a déjà commandé (t’as vu comme je suis bien renseignée !).

@ Tulisquoi : Tu as raison, pour ce qui te concerne, pas d’urgence !

4. kathel  le 26-02-2010 à 11:30:04  (site)

Bon, pas d'urgence de mon côté non plus !
Tiens, moi aussi, j'ai Robe de marié dans ma PAL... Sandrine m'oblige à le lire... si, si, c'est pour le challenge Caprice !

5. Aifelle  le 26-02-2010 à 19:47:16  (site)

Je suis une inconditionnelle de Kate Atkinson, donc tu aurais pu en dire tout le mal que tu voulais, je le lirai quand même !

6. pincureuil  le 27-02-2010 à 09:49:13  (site)

J'avais beaucoup aimé "la souris bleue" mais m'étais un peu ennuyée avec d'autres Atkinson...mais en format nouvelles, ça peut être pas mal!

7. Mango  le 27-02-2010 à 10:40:39  (site)

Je suis le perroquet d'Aifelle! je dis exactement pareil!!!

8. manu--  le 27-02-2010 à 11:07:41  (site)

C'est la raison pour laquelle je suis moins friande des nouvelles que des romans ! Difficile de maintenir la qualité !

9. freude  le 27-02-2010 à 11:29:20  (site)

Moi j'aime bien Kate Atkinson, mais les nouvelles pas trop... Robe de marié est aussi dans ma PAL et je suis de plus plus curieuse par rapport à cette histoire de Koala... Il va falloir que je jette un coup d'oeil en bibli...où je viens d'emprunter les tomes 2 et 3 de Rosalie !

10. Choco (et son grenier)  le 27-02-2010 à 13:09:35  (site)

OUais ben je vais passer sur les nouvelles...
Par contre, je vois que le koala continue d'avoir ses adeptes et c'est tant mieux !! Sourire

11. Restling  le 27-02-2010 à 21:30:49  (site)

Malgré ton avis en demi-teinte, j'ai très envie de lire ce recueil de nouvelles. J'ai beaucoup aimé tout ce que j'ai lu de Kate Atkinson pour l'instant.

12. Akina  le 28-02-2010 à 14:09:03

Je trouve Atkinson bien meilleure en romans qu'en nouvelles ...

13. Sandrine(SD49)  le 28-02-2010 à 14:25:43  (site)

Katell est une chipie qui vient se plaindre ici ce que je lui ai choisi pour le challenge caprice, j'ai pourtant été très sympa avec ce choix ;-))))) j'espère qu'il va vous plaire à toutes les deux !

Pour Shutter island, j'hésite : le livre ou le film ?????

édité le 28-02-2010 à 14:26:52

14. ulaz  le 01-03-2010 à 12:05:44  (site)

Au fil de tes billets, je vois que tu affectionnes particulièrement cette auteure... Et apparemment d'autres blogueuses aussi.

Je note ce recueil de nouvelles, appréciant ce genre.

15. brize  le 01-03-2010 à 13:51:59  (site)

@ Kathel : J’avais vu ça chez Sandrine et je lui avais d’ailleurs fait remarquer qu’elle n’avait pas fait sa capricieuse car un thriller, ça se lit tout seul !

@ Aifelle et Mango : Bien dit ! (mais vous avez vu, je n’en ai pas dit trop de mal !)

@: Pincureuil Je pense qu’il y en a qui te plairaient beaucoup, comme à moi. Quant à Kate Atkinson, si tu as aimé « La souris bleue », les romans qui sont dans la même veine (« Les choses s’arrangent … » , « A quand les bonnes nouvelles ? ») devraient aussi te plaire.

@ Manu : J’y reprends doucement goût, aux nouvelles, grâce à la science-fiction (« Axiomatique », de Greg Egan) et c’est d’ailleurs en SF que j’avais, autrefois, lu des tas de nouvelles, dans une série d’anthologies thématiques, « Histoires de… « (mutants, robots etc.).

@ Freude : ça y est, j’ai lu « Robe de marié » et « Le koala tueur » ! Il me reste à découvrir la miss Rosalie.

@ Choco : Ce fut une lecture réjouissante !

@ Restling : Dans ce cas, aucune hésitation à avoir : ton avis risque fort de rejoindre ceux, enthousiastes, de Cuné et Cathulu.

@ Akina : De cet auteur, je n’ai lu qu’un roman et un recueil de nouvelles, donc je ne peux me prononcer (et bienvenue « Sur mes brizées » !).

@ Sandrine : De toute façon, même si tu avais été capricieuse, Kathel n’aurait pas pu se plaindre !
J’ai fini « Robe de marié » et j’en parlerai bientôt.
Pour « Shutter Island », comme Dennis Lehane est un auteur que j’aime beaucoup, je ne peux que te recommander de commencer par le roman, mais ce n’est que mon avis. De toute façon, quel que soit ton choix, il te conduira à renoncer au plaisir de la découverte de l’intrigue dans un cas ou dans l’autre (dommage qu’il n’y ait pas un procédé d’oubli temporaire, permettant d’apprécier les deux, le livre et le film, indépendamment, en repartant à chaque fois à zéro)…

@ Ulaz : Kate Atkinson et moi, c’est plutôt l’histoire d’une rencontre initialement ratée car je n’avais pas réussi à accrocher à son premier roman paru en français (« Dans les coulisses du musée », je crois) et j’ai laissé passer tous les suivants en me disant que cet auteur n’était pas pour moi.
Il a fallu quelques blogueuses convaincantes pour me persuader de découvrir, l’année dernière, « A quand les bonnes nouvelles ? », que j’ai adoré. Mais je pense que cet auteur ne me convient que dans cette veine-là, à mon avis différente, et qu’elle a abordée avec « La souris bleue ».

édité le 01-03-2010 à 14:07:51

16. Sassenach  le 01-03-2010 à 16:54:15  (site)

J'ai toujours du mal à rédiger des billets sur les recueils de nouvelles car elles sont souvent inégales ! Mais j'aime beaucoup Kate Atkinson, alors je note celui-ci !

17. Stephie  le 02-03-2010 à 10:12:22  (site)

J'avais découvert cette auteur il y a des années. Je retenterais bien l'aventure.

18. Titine75  le 02-03-2010 à 14:41:23  (site)

J'avais très envie de lire ce livre et malgré tes réserves je trouve que ton avis reste fort positif. C'est toujours le défaut des recueil de nouvelles, il y en a toujours qui nous plaisent moins.

19. brize  le 06-03-2010 à 19:14:38  (site)

@ Sassenach : Je pense que tu y trouveras ton bonheur !

@ Stéphie : Il faudrait que tu essaies « A quand les bonnes nouvelles ? » : j’ai adoré ! Mais ça me paraît un peu différent de ses premiers romans (changement avec « La souris bleue », le premier d’un nouveau genre, celui avec lequel il faudrait que tu essaies, en fait, mais je ne l’ai pas lu ; j’ai seulement constaté que c’est là qu’y apparaissent pour la première fois certains personnages récurrents qu’on retrouve dans « A quand les bonnes nouvelles ? « ).

@ Tititne 75 : En fait, si on regarde bien, ça fait 50/50 : il y a autant de nouvelles qui m’ont plu que de nouvelles pour lesquelles je suis réservée.

20. sybilline  le 07-03-2010 à 13:14:17  (site)

J'hésite, j'hésite... Il est vrai qu'un recueil de nouvelles est rarement égal, et ton analyse reste malgré tout non négative dans l'ensemble.

21. brize  le 07-03-2010 à 13:33:50  (site)

Sybilline, comme je le disais à Titine 78, pour moi ça fait 50/50, mais Cathulu et Cuné ont aimé à 100%, alors, difficile de faire un pronostic pour toi, c'est vrai.

22. Theoma  le 08-03-2010 à 09:11:34  (site)

J'ai bcp aimé ! Réjouissant !

23. brize  le 10-03-2010 à 21:38:55  (site)

Je lirai ton billet avec intérêt !

 
 
 
posté le 23/02/10

"Ici et maintenant", Robert COHEN

    A trente-six ans, Samuel Karnish n’est guère satisfait de sa vie et il a de bonnes raisons pour cela. Secrétaire de rédaction, il est régulièrement muté d’un secteur à l’autre au sein du journal où il travaille et a fini par atterrir au service Sciences, alors qu’il n’est pas de formation scientifique. Quant aux articles basés sur des "réflexions" personnelles qu’il vient de présenter à son patron, après les avoir très longuement travaillés, ils ont été recalés. Sa vie sentimentale, instable, n’est pas non plus un sujet de contentement.

   Mais alors qu’il se rend, en avion, au troisième mariage de son meilleur ami, Warren, Samuel fait par hasard la connaissance du couple hassidique Aaron et Magda Brenner.

   De retour à New-York, il se surprend à rechercher à nouveau leur compagnie en même temps qu’il entreprend d’amorcer dans sa vie des changements jugés nécessaires :

"Les parties les plus importantes de la vie se jouent au mental, après tout. Et j’étais prêt pour un nouveau départ. Il était temps de laisser mes échecs passés derrière moi, de me débarrasser de mes vieilles habitudes et de me plonger dans l’ici et maintenant."

 

   "Ici et maintenant" est un roman séduisant. Fin, souvent drôle, il met en scène un héros sincère et plutôt caustique vis-à-vis de lui-même, ce qui le rend fort sympathique. Ses tribulations professionnelles ou personnelles, au quotidien, sont prétextes à de fréquentes interrogations sur ce qu’il est et comment il l’est devenu. Elles se succèdent sans lasser non seulement parce qu’elles sont portées par une narration enlevée mais parce que ce questionnement dépasse l’individu concerné, chacun pouvant s’y reconnaître peu ou prou, même si le catalyseur s’avère la rencontre de Samuel, à moitié juif ainsi qu’il se qualifie, avec le milieu hassidique.

    Par ailleurs, le cadre du roman, fouillé plus que ne le serait un simple décor, apparaît lui aussi intéressant puisqu’il s’agit de la ville de New York (bien avant le 11 septembre, car le roman, traduit en français seulement en 2009, a été publié aux Etats Unis en 1996), avec un éclairage particulier sur Brooklyn et sa population .

    Immergée avec bonheur dans la vie et l’environnement de Samuel Karnish, un homme qui connaît, malgré lui ou parce qu’il se laisse parfois un peu porter par les événements, quelques déboires, j’ai cependant regretté de voir le personnage de Magda, trop falot à mon goût, prendre au fil des pages de plus en plus d’importance mais sans parvenir à retenir mon attention. Mon engouement pour le roman en a diminué d’autant, au moins dans la dernière partie qui a fini par me lasser, car j’avais aussi l’impression que la quête de Samuel à la recherche de lui-même devenait de plus en plus, comment dire, filandreuse. Dommage, car c’était très bien parti avec ce roman que j'aurais aimé trouver brillant jusqu'au bout.

 

Extraits :

 

(le narrateur fait des mots croisés)

"J’en avais rempli à peu près la moitié, mais maintenant que je regardais mes réponses, elles me paraissaient suspectes, chaque lettre était semblable à un prisonnier mal nourri dans une prison lexicale, arbitrairement détenue dans sa cellule.

[…]

Je baissais les yeux sur mes mots croisés, toujours à moitié faits. Au bout d’un certain temps, on connaît toutes les astuces et pourtant on recommence. C’est comme une forme très élevée de zapping. On cherche une ouverture dans un champ plein de monde, on cherche quelque chose qui n’y est peut-être pas ; quelque chose d’inattendu, de surprenant. Quelque chose que l’on ne sait pas que l’on sait."

 

 

(il joue au softball)

"[…] j’étais quelqu’un d’autre ; vif, les membres légers, les mains parfaites, les réflexes rapides. Quand des smashes arrivaient le long de la ligne, je les voyais me fondre dessus comme dans un rêve, comme si c’était de la magie, le temps s’arrêtait jusqu’au moment où je tendais mon gant pour les rattraper. J’adorais ça. J’étais parfois tellement agile et tellement fougueux qu’en fait je m’adorais."

 

 

 

"Ici et maintenant", Robert COHEN 

Editions Joëlle Losfeld (412 p)

édition originale ("The Here and Now") 1996

traduit en français en 2009

 


Commentaires

 

1. keisha  le 23-02-2010 à 09:56:01  (site)

Ecoute, j'ai bien envie d'essayer cette lecture, les passages cités sont prometteurs quant au style.

2. Aifelle  le 23-02-2010 à 09:59:06  (site)

Comme Keisha, j'aurais bien envie d'essayer, pour Brooklyn et la rencontre avec le monde hassidique.

3. brize  le 23-02-2010 à 10:00:16  (site)

@ Keisha et Aifelle : Surtout, n'hésitez pas ! J'ai vraiment été, pendant une bonne partie de ma lecture, emballée par ce roman et cette dernière partie peut très bien passer pour vous, alors qu'elle m'a lassée.

édité le 23-02-2010 à 10:01:20

4. Restling  le 23-02-2010 à 13:43:33  (site)

Je suis tentée malgré ton bémol. Parfois, quand je suis déçue par la fin, si le roman m'a vraiment marquée, ça ne suffit pas à entamer la bonne impression.

5. Mango  le 23-02-2010 à 16:31:27  (site)

La façon dont tu parles du début de ce livre me séduit à mon tour! La façon de vivre des Hassidiques m'intéressent toujours beaucoup!

6. kathel  le 23-02-2010 à 17:29:54  (site)

"Brize ou l'art de donner envie de lire un roman qui ne l'a pas emballée" : moi aussi, j'ai envie de le noter maintenant !

7. brize  le 23-02-2010 à 18:54:09  (site)

@ Restling : Tu sais, j’ai failli ne pas le mettre, mon bémol, en me disant que ça venait peut-être de moi, que j’avais manqué de souffle sur cette lecture, je ne sais pas… Donc je ne peux que me réjouir que cette lecture te tente.

@ Mango : Comme je le disais à Aifelle et Keisha, dans ce cas, il ne faut pas hésiter, car il est tout à fait possible que tu ne réagisses pas de la même façon à la dernière partie du roman.

@ Kathel : Hé, hé ! Je suis ravie de ta remarque ! Ce roman a failli m’emballer, il s’en est fallu de très peu (en réalité, il m’a emballée pendant une bonne partie de sa lecture) et comme je pense qu’il peut réussir un sans faute auprès d’autres lecteurs, je ne voulais surtout pas que mon billet soit rédhibitoire ! Et tu en as tiré la meilleure conclusion qui soit : il faut aller te faire ton opinion.

8. freude  le 24-02-2010 à 10:02:39  (site)

C'est un bilet en demi-teinte, mais c'est vrai qu'il donne quand même envie !

9. manu--  le 24-02-2010 à 17:38:11  (site)

Dommage que ce livre ne tienne pas ses promesses car il avait plusieurs atouts pour me plaire ;-)

10. Kutik  le 25-02-2010 à 14:34:56

Veine. Le livre est à la bibliothèque car tu donnes vraiment envie de le lire. Je ne sais pas si je tiendrai la distance, en ce moment ma préférence va vers les formats courts.

11. brize  le 26-02-2010 à 08:21:27  (site)

@ Freude : Je m’en réjouis car je pense que ça vaut le coup de tenter pour se faire sa propre opinion.

@ Manu : Pas envie d’essayer malgré tout ? Ce n’est que mon avis et cette dernière partie peut te paraître plus digeste qu’à moi.

@ Kutik : Je ne suis pas la seule à avoir repéré ce roman (je l’avais vu en librairie), je vois que tes bibliothécaires l’avaient noté elles aussi !
J’ai trouvé que ce roman se lisait facilement et ce n’est pas sa longueur qui m’a gênée, c’est juste l’impression que ça s’embourbait un peu en cours de route : donc je pense que si ta perception est différente, tu devrais pouvoir tenir la distance.
Surtout, n’hésite pas à revenir nous dire ensuite ce que tu en auras pensé.

 
 
 
posté le 21/02/10

"Léna et les trois femmes", CHRISTIN et JUILLARD

 Avertissement : cet album fait suite au "Long voyage de Léna" ; si les deux histoires peuvent être lues indépendamment, je recommande cependant de commencer par la première (et dans ce cas, il vaut mieux ne pas lire ce billet) avant d’aborder ce volume, qui en donne la clé lorsqu’il en rappelle la teneur.

 

   Après la mission qu’elle a accomplie (voir « Le long voyage de Léna »), Léna a trouvé refuge en Australie, où elle vit en compagnie de Rob et de son fils Danny.

   Mais les services secrets français la contactent à nouveau, pour une mission d’infiltration spéciale, qui va l’amener à côtoyer trois femmes participant au combat mené par le Djihad islamique

 

   Pari risqué que de faire une BD centrée sur le thème de l’Islam radical. Mais le ton de Christin ou plutôt celui de son héroïne et narratrice, Léna, est cette fois encore suffisamment distancié pour que l’album réussisse à aborder sans faux pas un sujet aussi sensible.

   Léna n’est plus mue par une motivation personnelle, comme cela pouvait être le cas au cours de sa première mission (conçue au départ comme devant être la seule), mais par une préoccupation altruiste. Et elle met les pieds, en toute connaissance de cause, dans une organisation qui, par le biais de son regard, nous est présentée dans son fonctionnement technique et sa démarche spirituelle : convictions idéologiques mises en avant ainsi que leurs relais (chefs de guerre, chefs religieux, un psychiatre aussi). Il n’y a pas, et c’est la force du propos, de jugement proféré : c’est au lecteur d’observer, ainsi que Léna, et de tirer ses propres conclusions, à partir du cas concret qui lui est exposé.

   De même que dans "Le long voyage de Léna", le rythme est lent, avec des phases d’attente, comme si l'objectif visé justifiait le temps passé par les combattants à patienter avant l’action. Mais la tension est présente.

   Le personnage de Léna demeure une belle figure de femme hantée par son passé et capable de s’abstraire du monde extérieur, tendue vers le but fixé. On pourrait regretter que ceux de ses trois compagnes mentionnées dans le titre ne soient pas davantage fouillés, mais la vraisemblance du scénario ne permettait sans doute pas de le faire : ces femmes sont là pour exécuter une mission, elles sont fermement encadrées, Léna aussi, ce qui n’offre pas de place aux épanchements personnels ; on ne connaît donc d’elles que ce qui peut être discerné et deviné au travers de leurs propos et de leurs attitudes.

 

   "Léna et les trois femmes" est un album dont l’efficacité est réelle car il ne peut laisser son lecteur indifférent. Je ne sais pas s’il était nécessaire, comme l’ont jugé ses auteurs, de faire revenir Léna pour traiter son thème (mais c’est vrai aussi que tout passe par son point de vue…) : "Le long voyage de Léna" se suffisait en effet à lui-même et il n’y a plus, dans ce nouvel opus, cette énigme à résoudre que représentait l’étrange comportement de Léna si bien que la progression m’a semblé encore plus linéaire que dans le premier.

   Mais l’éclairage fourni sur les réseaux du terrorisme international (je pense à la préparation de Léna à sa mission) et certains de ses mécanismes est sans conteste intéressant et le suspense, malgré tout, présent. Quant au graphisme, une fois de plus, il est à la hauteur, le dessin de Juillard renforçant le caractère réaliste de l’ensemble.

 

Ci-dessus, planche originale de l'album, à l'encre de chine et à l'encre de couleur (photographiée dans cette exposition) - cliquer pour agrandir.

 

"Léna et les trois femmes", Pierre CHRISTIN et André JUILLARD

Editions Dargaud

Paru en octobre 2009

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 22-02-2010 à 09:14:15  (site)

Je pense qu'on peut aborder tous les thèmes en BD, c'est d'autant plus important que c'est une forme qui touche plus les jeunes. J'espère qu'il est à la bibliothèque.
C'est dommage pour "ce qui était perdu" j'avais été sensible à l'atmosphère de ce roman.

2. brize  le 22-02-2010 à 20:42:45  (site)

@ Aifelle : Oui, on peut aborder tous les thèmes en BD comme dans la création artistique en général, mais tout est dans la manière de le faire.
Au sujet de « Ce qui était perdu » :
Peut-être que je m’attendais à quelque chose proche du thriller, or ce n’en est pas un. D’emblée, j’ai été un peu déconcertée en constatant que la partie centrée sur la petite fille, Kate, prenait autant de place (100 pages, je crois). Mais j’en ai pris mon parti et j’ai apprécié le ton de la narration. Du coup, lorsqu’il y a, de manière abrupte, le saut temporel qui mène au moment présent, 19 années après sa disparition, j’ai été un peu déçue et je n’ai plus eu la patience de reprendre mes marques avec les nouveaux protagonistes.
J’ai jeté un œil à la fin et elle m’aurait un peu déçue, je pense.
Je crois aussi que ça ne devait pas être le bon moment pour ce roman car, depuis « Zola Jackson », tout me tombe des mains (le billet de demain concernera un livre lu avant)…

3. Sassenach  le 01-03-2010 à 16:52:38  (site)

Je note les deux albums (même si je n'ai pas lu ton deuxième billet vu que tu as mis un avertissement au départ). J'espère que je les trouverai à la biblio Sourire

 
 
 
posté le 20/02/10

"Le long voyage de Léna", CHRISTIN et JUILLARD

     Qui est Léna ? Est-ce son vrai nom d’ailleurs ? Peu importe car c’est celui qu’elle donne aux gens qu’elle rencontre à chaque étape de son long périple. Partie de Berlin, elle parcourt ensuite l’Europe centrale jusqu’au Moyen-Orient, utilisant les moyens de communication les plus discrets, même s’ils sont lents. A ses interlocuteurs, elle remet toujours quelque chose, des chocolats, du parfum… objets divers apparemment sans lien entre eux.

   Mais ce lien mystérieux existe, comme celui qui unit ces différentes personnes auxquelles Léna reste malgré tout foncièrement étrangère…

 

   "Le long voyage de Léna" est aussi un lent voyage en pays de mémoire car les pays traversés lui rappellent son passé, un passé évoqué seulement de manière très elliptique. Léna est une âme solitaire et triste, investie d’une mission dont on ne découvre que progressivement la nature, une jeune femme qui s’endort avec, à son chevet, la photo d’un homme en compagnie d’un jeune garçon.

   Il y a des dialogues, échanges de Léna avec les personnes qu’elle croise. Mais l’essentiel du texte, un texte dont la place est d’ailleurs importante, se présente sous la forme d’un monologue, avec cette impression de Léna se regardant faire, s’observant dans ce parcours aux confins d’elle-même et d’une vie dont elle ressent intensément le caractère précaire. Et si le voyage emprunte par moments des allures touristiques, au gré de pauses balnéaires, le lecteur n’est pas dupe et éprouve en permanence la tension sous-jacente, jusqu’à ce que la vérité lui soit enfin révélée.

 

   J’ai remis mes pas dans ceux de Léna, redécouvrant un album lu à sa sortie avant d’aborder "Léna et les trois femmes", deuxième volet imprévu (car le premier constitue une histoire autonome) sorti  fin 2009 et cette fois j’ai pris mon temps car je savais où le récit allait me mener.

   "Le long voyage de Léna", mélancolique et grave, dans tous les sens du terme, voit le destin de son héroïne inextricablement lié aux mutations géopolitiques de son époque qu’il interroge douloureusement.

   Christin signe ici un scénario original, donne à l’héroïne une voix bien à elle et à l’album une dimension psychologique qu’on ne retrouve pas si fréquemment dans le genre de la bande dessinée . L’histoire prend chair et âme grâce au dessin de Juillard, tout en finesse, aussi bien pour évoquer les paysages traversés que la femme à l’esprit tourmenté qui y chemine.

 

Ci-dessus, planche originale de l'album, à l'encre de chine et à l'encre de couleur (photographiée dans cette exposition) - cliquer pour agrandir.

 

"Le long voyage de Léna", Pierre CHRISTIN et André JUILLARD

Editions Dargaud

Paru en 2006

 


Commentaires

 

1. KUTIK  le 20-02-2010 à 19:51:24

J'ai lu Lena il y a deux jours. J'avais réservé l'album à la bibliothèque municipale ayant en fait commencé par le deuxième volume. J'ai aimé le personnage de Léna. A travers le scénario qui retrace comme tu l'écris les mutations géopolitiques actuelles, j'ai ressenti la précarité qui accompagne la condition humaine d'aujourd'hui.

2. liliba  le 21-02-2010 à 12:05:57  (site)

Pas très BD en général, mais ça pourrait me plaire...

3. Choco (et son grenier)  le 21-02-2010 à 14:41:35  (site)

Oui tiens, j'ai oublié de le lire cet labum là ! Sourire

4. brize  le 22-02-2010 à 20:53:22  (site)

@ Kutik : Léna est un personnage romanesque très réussi, je trouve, car les circonstances (et son tempérament) l’amènent à prendre position et à s’engager concrètement au lieu de rester spectateur et/ou victime.
Et bienvenue « Sur mes brizées » !

@ Liliba : Pourquoi pas !

@ Choco : Un oubli qui peut être vite réparé !

5. Mango  le 23-02-2010 à 16:24:49  (site)

C'est intéressant de montrer ainsi le travail de Juillard après nous avoir présenté son exposition! J'aime beaucoup les dessins de la planche que tu as réussi à photographier!

6. brize  le 23-02-2010 à 18:59:31  (site)

Mango, tu ne crois pas si bien dire lorsque tu écris "que tu as réussi à photographier" : il y avait beaucoup d'éclairages et donc plein de reflets dans les vitres protégeant les cadres dans lesquels sont exposées les planches, l'horreur pour les photographies et ce qui explique que j'aie dû prendre les photos de côté, d'où leur allure un peu penchée.

 
 
 
posté le 19/02/10

"Vive la République !", Marie-Aude MURAIL

    Septembre 2004 : Cécile, institutrice débutante, débarque dans l’école publique élémentaire Louis Guilloux, profondément heureuse de concrétiser enfin sa vocation mais aussi morte de trouille, car elle est d’une timidité maladive. Face à elle dix-huit bambins de CP. Et parmi eux, Toussaint et Fête des Morts, deux des douze enfants ivoiriens venus fort à propos gonfler les effectifs de l’école mais dont la situation est plus que précaire car leurs parents sont demandeurs d’asile.

   Les apprentissages de Cécile croisent les démêlés de notre famille ivoirienne sur fond d’école sournoisement menacée par le patron d’un Tchip Burger, lequel patron ignore qu’un de ses meilleurs employés, Eloi, auquel soit dit en passant Cécile trouve un certain charme, est un fervent militant antipub.

   Inutile de vous dire qu’avec tout ça, on n’a pas le temps de s’ennuyer !

 

  "Vive la République !"est le cinquième roman de Marie-Aude Murail  (après "Simple","Oh boy !","Miss Charity" et "Papa et maman sont dans un bateau") que je découvre, sur la recommandation expresse de ma fille cadette, et une fois de plus je suis bluffée par le talent de l’auteur !

   Riche idée que de prendre comme point de départ l’école qui, comme le fait remarquer le directeur, le beau et charismatique M.Montoriol, défenseur passionné de La Laïque, réussit encore à brasser des populations hétérogènes avant que la société ne les sépare. Du coup, le roman dépasse très largement les premiers pas d’une jeune institutrice pleine d’allant pour s'aventurer sur les terrains de la défense des sans-papiers, de la lutte contre la toute-puissance des marques et, au passage, la télé omniprésente/omnipotente et contre le pouvoir des grandes chaînes qui avalent et défigurent nos villes. Et tout ça en étant à fond dans une histoire enlevée comme pas deux, où il n’y a pas que des gentils mais, comme dans la vie, des gens sans scrupules aussi, des égoïstes ou des maladroits, des gens tout simplement et les histoires qui vont avec.

   Une lecture bonheur, où on rit pour s’émouvoir l’instant d’après et qui prend les adolescents pour ce qu’ils sont : capables d’analyser et de comprendre, à leur échelle, le monde qui les entoure.

  "Vive la République !" est un roman dont je suis sortie enthousiasmée !

   Vive Marie-Aude Murail !


"Vive la République !", Marie-Aude MURAIL

Pocket jeunesse (321 p)

Paru en 2005

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 19-02-2010 à 13:58:59  (site)

M.A. Murail est en tête de liste des auteurs qu'il faut ABSOLUMENT que je découvre. Quant à Ricky, j'avais trouvé cette histoire parfaitement ridicule et pas adhéré du tout.

2. Theoma  le 19-02-2010 à 15:38:57

Comme tu le dis si parfaitement : VIVE MURAIL !!!

3. Mango  le 19-02-2010 à 16:23:45  (site)

Elle est vraiment vraiment douée! J'en suis complètement fana!
Le seul ennui , c'est que je trouve ses livres difficiles à trouver! ou alors c'est qu'ils se vendent comme des petits pains!

4. bladelor  le 19-02-2010 à 22:03:19  (site)

Bon, faut vraiment que je lise cet auteur avec tout le bien qu'on en dit...

5. KP78  le 20-02-2010 à 09:41:56

J'avais lu la série de "Golem" et j'avais beaucoup apprécié. De l'humour et des réflexions sur notre société (là aussi télé, immigration et consommation). Les bonnes questions et des réponses pour nos ados. Un auteur à ne pas négliger.

6. Alwenn  le 20-02-2010 à 12:35:07

Oh ! ça me rappelle des souvenirs ! Je l'avais lu il y a bien 4 ou 5 ans, sur une plage, en Crète, et j'avais été aussi emballée que tu l'es aujourd'hui. Je l'avais mis entre les mains de ma maman, qui avait aussi beaucoup aimé !

7. brize  le 20-02-2010 à 13:28:03  (site)

@ Aifelle : C’est du roman jeunesse, donc il faut que ça te tente, quand même. Mais puisque tu ne connais pas du tout l’auteur, je te recommande « Miss Charity » qui, lui, transcende le genre.
Pour « Ricky », je n’ai pas trouvé l’histoire ridicule (mais tu connais mon goût pour la SF, alors, les créatures étranges, ça me branche bien !), mais j’ai surtout trouvé qu’elle ne menait nulle part, ce qui m’a déçue car il me semblait qu’il y avait du potentiel pour aboutir à… je ne sais pas, moi, quelque chose en tout cas !

@ Théoma : C’est un auteur pour laquelle j’ai une grande admiration (en plus, des blogueuses qui l’ont reçue dans leur collège m’ont dit qu’elle était très sympa !).

@ Mango : Je crois aussi que, en rayon jeunesse, les libraires sont en flux tendu, avec tout ce qui sort régulièrement. Ou alors, il faut aller dans une librairie spécialisée.

@ Bladelor : Un auteur incontournable en littérature jeunesse, c’est certain : je l’avais découvert avec « Simple », un coup de cœur !

@ KP78 : Je n’ai pas lu « Golem », qui est une série qu’elle a écrite avec son frère et sa sœur, procédé pour le moins original !

@ Alwenn : ça me fait bien plaisir de constater que nous partageons le même emballement ! Et c’est fou comme l’auteur arrive à « passer » aussi bien auprès de différentes générations de lecteurs !

8. liliba  le 21-02-2010 à 12:06:46  (site)

Miss Charity est dans ma PAL et les enfants ont déjà lu pas mal de bouquins d'elle, je note aussi celui-ci.

9. val-m-les-livres  le 22-02-2010 à 21:05:40  (site)

Je viens de lire Baby Sitter blues (dans la série des Emilien) et j'ai beaucoup aimé. Et je bassine mes collègues pour leur prêter Miss Charity. Même celles réfractaires au lectures jeunesse me lancent des sourires de ravissement après la lecture. Oh oui, vive Marie-Aide Murail!

10. freude  le 24-02-2010 à 10:04:10  (site)

Moi aussi avec la lecture de Miss Charity et Papa et maman sont dans un bateau je suis fan de Murail ! Je note le titre !

11. Sassenach  le 01-03-2010 à 16:50:34  (site)

J'ai Miss Charity dans ma PAL pour découvrir cette auteure ... je ne crois pas en avoir déjà lu un d'elle !

 
 
 
posté le 17/02/10

Exposition André Juillard à Versailles

 

   Comme prévu, quelques mots (et des images, surtout) au sujet de l’exposition consacrée au dessinateur de bande dessinée André Juillard qui se tient actuellement et jusqu’à vendredi inclus à la mairie de Versailles.

   L’exposition, sans scénographie particulière, bénéficie du cadre, à savoir la Salle des fêtes de la mairie. Elle aborde l’œuvre de l’artiste en braquant le projecteur sur trois de ses aspects : Blake et Mortimer, la BD historique et enfin les albums plus contemporains, le tout présenté essentiellement au travers de très nombreuses planches originales à l'encre de chine et à l'encre de couleur, conservées par l'auteur. 

 

   La « reprise », en 1999, de la série « Blake et Mortimer », s'effectue en imitant le style originel de Jacobs, comme l’avaient déjà fait Jean Van Hamme et Ted Benoit. « La machination Voronov », parue en 2000, fut le premier résultat de ce travail.

 

   Mais André Juillard s’est fait connaître auparavant dans le domaine de la BD historique, où sa fameuse « ligne claire » est très appréciée. Les quinze courts récits ayant pour héros « Masquerouge » annonçaient la série « Les sept vies de l’Epervier », sept albums parus de 1983 à 1991. Ils seront suivis quatre ans plus tard de la série « Plume aux vents », quatre volumes qui voient le retour de la belle Ariane de Troïl. Ce sont deux séries que j’avais lues avec beaucoup de plaisir !

 

   1993 est une date à noter car André Juillard compose le premier album où il est seul maître à bord, avec « Le cahier bleu » dont il est à la fois le scénariste et le dessinateur. Dans une veine contemporaine et intime qu’on ne lui connaissait pas, il réussit brillamment puisque cet album (qui sera suivi en 1998 de « Après la pluie ») est couronné de nombreux prix, dont  le prix Alph’Art du meilleur album français au festival d’Angoulême en 1995 puis le Grand Prix du festival d’Angoulême en 1996.

 

    En 2006, il poursuit dans cette optique contemporaine avec Christin comme scénariste, en publiant « Le long voyage de Léna », initialement un one-shot, mais suivi en 2009 de « Léna et les trois femmes » (je vous parlerai prochainement de ces deux albums).

 

   Ce que, personnellement, j’ai découvert dans cette exposition, c’est le goût affirmé d’André Juillard pour le croquis, les crayonnés, l’esquisse, un goût qui ne trouve que peu à s’exprimer au travers du cadre de la BD classique, dont il reconnaît cependant avoir du mal à se passer. A ceux que cet aspect de son œuvre intéresserait, je ne saurais trop recommander l’ouvrage « Entracte » que j’ai feuilleté sur le comptoir de vente et qui est magnifique (éditions Galerie Daniel Maghen – 2006) (je n’ai pas craqué, mais j’ai failli).

 

   J’espère que ce petit aperçu vous aura donné envie d’aller découvrir ou redécouvrir ce dessinateur de bande dessinée… ou, pour être plus exacte, cet artiste !                                                                  cliquez sur les dessins pour les agrandir

 


Commentaires

 

1. Choco (et son grenier)  le 17-02-2010 à 15:21:54  (site)

Auteur apprécié mais pas sufisamment pour être attirée par cette expo, bien trop loin de chez moi par ailleurs !
Mais merci pour ce billet qui change !
Chouette mise en scène des photos !

2. Mango  le 18-02-2010 à 10:15:56  (site)

Tu as bien raison de parler d'artiste: ses dessins sont très réussis!

3. pincureuil  le 18-02-2010 à 11:15:48  (site)

J'ai bien aimé, il y a pas mal de temps, les 7 vies de l'Epervier et le voyage de Lena, ça me donne envie d'en essayer d'autres!

4. brize  le 19-02-2010 à 14:31:43  (site)

@ Choco : Merci ! Et c’est surtout un billet pour donner envie de découvrir ou retrouver ce dessinateur à travers ses albums.

@ Mango : Tu verrais le recueil « Entracte », il y en a des tas d’autres !

@ Pincureuil : La suite des « Sept vies de l’Epervier », à savoir « Plume aux vents », devrait te plaire aussi !
De mon côté, je vais pouvoir emprunter « Lena et les sept femmes », dont j’avais raté la sortie.

5. liliba  le 21-02-2010 à 12:07:30  (site)

Trop loin pour moi, bien dommage !

 
 
 
posté le 15/02/10

"Zola Jackson", Gilles LEROY

     Nouvelle-Orléans, 28 août 2005

   Un ouragan est attendu. Un de plus, pense Zola Jackson, qui ne va pas se laisser effrayer aussi facilement. Pas question qu’elle quitte sa maison, dans le quartier modeste où elle vit seule avec sa chienne Lady, pour fuir. Elle est solide, sa maison. C’est Aaron, son mari, qui l’avait construite. Alors elle résistera bien, une fois de plus.

   Mais résistera-t-elle au torrent des eaux qui viendront ensuite s’acharner sur la ville et ceux des ’habitants ne l’ayant pas quittée, les eaux du lac Pontchartrain dont les ultimes digues menacent de céder ?

   Et en même temps que les eaux montent et que la vie devient de plus en plus incertaine, les souvenirs de Zola affluent…

 

   "Zola Jackson", c’est le récit à la première personne d’une femme âgée soudain confrontée aux éléments et, progressivement, à elle-même. Deux histoires s'y croisent. D’une part celle de l’ouragan Katrina et, au-delà, de la ville dévastée avec, en leitmotivs, cette promesse sombrement trahie des barrages qui devaient tenir et cette arrivée en vain attendue des secours officiels (l’armée). Et d’autre part l’histoire personnelle de Zola, reconstituée par le lecteur au fur et à mesure que des éléments clés lui en sont révélés par la narratrice.

   La langue est riche (fugacement, j’ai pensé à Saint John Perse), multiple aussi dans ses registres, à l’image de la personnalité de Zola, une femme de caractère, réaliste et intransigeante, une institutrice qui a voulu tant de choses pour son fils Caryl, beau et tellement doué.

   L’eau monte, les souvenirs, dûment datés, remontent comme surgis des eaux boueuses et tourmentées qui balayent la ville, emportant s’imagine Zola les cadavres déterrés du cimetière, car les digues cèdent et les barrages de la mémoire, qui font obstacle aux aveux les plus durs, aussi.

   Tendu vers un futur proche incertain (Zola survivra-t-elle ?), centré sur un personnage au cœur d’un drame qui le dépasse, point de convergence du collectif et de l’individuel, "Zola Jackson" est un beau roman, fort et émouvant. Impressionnant.

 

"Zola Jackson", Gilles LEROY

Editions Mercure de France (140 p)

Paru en 2010

 

Extrait :

"Caryl a éclaté de rire. Quand il rit, mon fils, l’espace se modifie, l’air vibre, la lumière s’irise et les contours cèdent : comme si la face du monde même s’était mise à sourire, tout s’évase et s’illumine, la cuisine devient un palais, la courette un jardin de maître et mon cœur une étoile en suspens".

 

Les billets d' Amanda et de Cathulu m'avaient donné envie de lire ce roman pour lequel ma sœur a eu un coup de cœur, ce qui a achevé de me décider. J'ai ainsi découvert l'auteur, ce que je n'avais pas fait avec son précédent ouvrage, "Alabama Song", dont le thème ne me tentait pas.

Un roman lu et apprécié aussi par Stephie et Uncoindeblog.

 


Commentaires

 

1. In Cold Blog  le 15-02-2010 à 09:33:55  (site)

Que des bons échos sur ce roman, pour le moment.
Cf. ton Blog-It : si ça peut te rassurer, c'est toujours comme ça au Loir dans la Théière. Enfin, à chaque fois que j'y suis allé, c'était blindé de chez blindé. Du coup, ce qui s'annonce comme un endroit cosy et chaleureux devient rapidement bruyant. Dommage. La rançon du succès sans doute.

2. Liyah  le 15-02-2010 à 09:48:35  (site)

J'avais tenter la lecture D'alabama song de cet auteur et j'avais eu beaucoup de mal a accrocher ! Mais l'histoire de celui-ci me plait bien, je le note tout de meme dans ma LAL!

3. kathel  le 15-02-2010 à 11:01:36  (site)

Tous les avis que j'ai lu sur ce roman me confirme qu'il faut le noter, mais... pour plus tard !

4. tulisquoi  le 15-02-2010 à 11:31:35  (site)

Pas intéressée du tout au début, je commence à me laisser tenter tout doucement. Mais comme Kathel je pense, pour plus tard !

5. sentinelle  le 15-02-2010 à 12:44:30

Ce roman me tente beaucoup, d'autant plus que j'avais beaucoup aimé son roman précédent. J'ai hâte de revenir à la plume de Gilles Leroy Clin doeil

6. Aurore sur son etagere  le 15-02-2010 à 13:03:46  (site)

J'ai eu de très bons retour sur ce roman alors même qu'il ne me tentait pas du tout (les romans catastrophes naturelles je m'en méfie), mais bon, à force ça intrigue, alors...

7. brize  le 15-02-2010 à 13:07:45  (site)

@ In Cold Blog : Je pense ne pas trop m’avancer en disant que ce roman te plairait, ne serait-ce que par la qualité de son écriture (et sa construction aussi).
Pour « Le Loir … », tu as raison, ça doit être la rançon du succès, mais ça finit par être dissuasif car difficile de prendre son temps lorsque d’autres convoitent ta place !

@ Liyah : Eh oui, ça compte, l’histoire, et quand elle ne nous accroche pas, difficile de rester dans un roman. Pour celui-ci, en tout cas, elle m’attirait, comme c’est ton cas, donc c’est déjà bon signe !

@ Kathel : Il y aura sûrement d’autres billets qui te permettront de ne pas l’oublier !

@ Tulisquoi : Mon vague intérêt initial s’est rapidement renforcé. De ton côté, tu verras bien, au fil des billets à venir.

@ Sentinelle : Une belle découverte pour moi, la plume de Gilles Leroy, je comprends que tu aies envie de le lire à nouveau.

@ Aurore : Evidemment, il y a l’aspect “catastrophe naturelle” (on est en plein dedans), mais ce court roman réussit à l’aborder et à le transcender en même temps, du fait qu’il se focalise sur un destin individuel. Je te le recommande car je pense vraiment qu’il te plairait.

8. amandameyre  le 15-02-2010 à 14:56:05  (site)

Je suis bien contente que tu l'aies aimé Sourire

et pour ce salon de thé, ce n'est pas celui où nous sommes allées ensemble ?

9. Floaimelesmots  le 15-02-2010 à 17:55:26  (site)

Noté !

10. brize  le 15-02-2010 à 21:02:23  (site)

@ Amanda : C'est un roman qui m'a beaucoup plu (et ce n'est pas si fréquent que ça) !
Et non, le salon de thé en question se trouve à Paris (si tu veux, je peux faire ma prochaine tentative avec toi !) !

@ Flo : OK !

11. Aifelle  le 16-02-2010 à 06:44:37  (site)

Comme toi, son précédent roman ne me tentait pas, mais celui-ci au contraire me donne envie de le lire. De plus je l'ai entendu à la radio une heure parler de son roman, le compléter, c'était passionnant.
Pour le Loir, j'y suis allée pendant des années chaque fois que je me rendais à Paris, c'était très chouette. Et puis un été, changement de propriétaire a produit une telle chute de qualité et d'amabilité que je n'y ai plus jamais remis les pieds (c'était il y a une bonne quinzaine d'années).

12. Sur la route du cinéma  le 16-02-2010 à 10:51:50

C'est très beau ici, je reviendrai sur ces Brizées...

13. brize  le 16-02-2010 à 18:19:00  (site)

@ Aifelle : Ah, j’aurais bien aimé entendre cette interview. Si c’est une émission qu’on peut réécouter sur internet, n’hésite pas à me le dire.
Quant au Loir, je te dirai ce que j’en pense… dès que je l’aurai testé !

@ Sur la route… : Merci, Pascale ! Et bienvenue « Sur mes brizées » smiley_id172963 !

14. Mango  le 16-02-2010 à 22:16:44  (site)

Quelle histoire triste et tragique! En théorie, j 'ai décidé de ne plus lire d'histoires sur les catastrophes climatiques mais bon, la théorie et moi!...et si tout le monde s'accorde à trouver bien ce livre alors, il arrivera un jour chez moi aussi, je le sens!

15. Leiloona  le 17-02-2010 à 10:00:28  (site)

Que d'éloges pour ce roman ! Je le lirai, j'en ai vraiment envie !

16. brize  le 17-02-2010 à 10:47:31  (site)

@ Mango : Et moi, j'en suis certaine ! Et ce sera tant mieux car ce serait dommage de passer à côté.

@ Leiloona : Autant il y a des romans dont je me dis qu'ils ne plairont pas forcément, autant, pour celui-ci, je n'aurais aucune hésitation à le recommander (bon, pas à n'importe quel lecteur, quand même Sourire1).

17. Sassenach  le 17-02-2010 à 13:07:02  (site)

J'avais lu Alabama Song de cet auteur et cela ne m'avait pas laissé un souvenir inoubliable mais ce titre me tente beaucoup plus ! Et il me semble que les avis sont plus positifs dans l'ensemble Sourire

18. Choco (et son grenier)  le 17-02-2010 à 15:19:01  (site)

Tous les commentaires élogieux sur ce titre me l'ont déjà fait noté ! Reste plus qu'à caser ma lecture quelque part !

19. Aifelle  le 17-02-2010 à 18:14:59  (site)

Malheureusement, çà fait plus d'un mois que je l'ai entendu, je ne sais plus quelle était l'émission, ni si c'était sur France Culture ou France Inter. Si çà me revient, je te dirai.

20. horsdutemps  le 18-02-2010 à 13:30:40  (site)

très bel extrait!

édité le 18-02-2010 à 13:31:16

21. brize  le 19-02-2010 à 11:39:55  (site)

@ Sassenach : Pour le moment, tous ceux que j’ai vus sont positifs !

@ Choco : Il n’est pas très long, donc il ne devrait pas être difficile à caser.

@ Aifelle : Merci pour ton mail !

@ Horsdutemps : Il donne une idée du style du roman, même s’il n’est pas que de cet ordre, la voix de Zola épousant ce qu’elle ressent.

22. sybilline  le 20-02-2010 à 11:44:34  (site)

Ton article est magnifique et tu me permets ainsi d'aller à la rencontre d 'un auteur dont je ne connais encore rien.
Merci

23. brize  le 20-02-2010 à 12:38:20  (site)

Sybilline, je suis heureuse que le style du billet t'ait plu. Quand je l'ai rédigé, je me sentais encore portée par la plume de l'auteur.
Je n'ai pas souhaité en dire davantage sur la vie de Zola Jackson car j'ai apprécié de pouvoir, fragment après fragment, reconstruire le puzzle. Et je pense que c'est comme cela que l'auteur voyait les choses.
Enfin, sache que je suis intimement persuadée que ce roman te plaira.

24. kp78  le 08-04-2010 à 18:31:00

Très beau roman. On l'aime cette femme avec ses doutes, ses erreurs et son amour immodéré pour son fils. Terriblement humaine.

 
 
 
posté le 14/02/10

"La fille de Shangai", Chaiko et Ysabelle Cheng

    Min arrive à Paris dans le cadre d’une mission professionnelle. Elle doit y séjourner deux mois et cela tombe bien, car elle vient de rompre avec l’homme qui partageait sa vie à Shangai et souhaite prendre ses distances.

  Elle fait la connaissance de Philippe…

 

   L’histoire est très simple : ce que vit Min, pendant son séjour à Paris, avec, progressivement, les souvenirs d’un passé proche exposés au lecteur de manière à ce qu’il apprenne ce qui s’est passé avec l’homme qu’elle aimait à Shangai. 

   Elle est amenée de façon réaliste, quelques notations économiques concernant la société dans laquelle travaille Min l’insérant dans un contexte crédible. D’autres indications relatives à la culture chinoise (l’attitude par rapport à la femme et au couple dans la modernité, en particulier) assoient ce sentiment de vraisemblance. L’histoire évite aussi l’impression de cliché ou de bluette, ce qui n’était pas gagné d’avance.

   Le récit est porté par une héroïne fort séduisante, que son comportement, marqué par la sincérité de ses mouvements et de ses décisions, rend très sympathique, si bien que le lecteur n’a aucune difficulté à l’accompagner durant cette période déterminante de sa vie sentimentale.

   Dans un graphisme fluide, les visages et les personnages se détachent, colorés et lumineux, sur un environnement d’arrière-plan en aquarelles suggérées et comme un peu délavées mais qui s’impose cependant. Cette manière de présenter et de raconter donne à l’album un charme indéniable, une beauté sans ostentation, toute en nuances.

   Un album que j’ai trouvé, dans son genre, réussi.


"La fille de Shangai", Chaiko et Ysabelle Cheng

Editions Paquet & Blue Lotus Prod 2009

 


Commentaires

 

1. Sassenach  le 14-02-2010 à 12:47:19  (site)

Je l'ai noté lors de mon club lecture spécial BD car j'avais lu et aimé son autre album (Fragments of love ou un titre dans ces eaux-là !). L'histoire était peut-être peu approfondie mais les dessins étaient superbes !

2. Lael  le 14-02-2010 à 14:20:57  (site)

je fais confiance à ton avis qui m'a réellement convaincu!! en plus je cherche un peu des albums manga: BD de ce genre, je note!! Merci

3. Aifelle  le 14-02-2010 à 16:24:15  (site)

J'aime assez le côté "délavé" des dessins. Je vais regarder s'il est à la bibliothèque.

4. brize  le 14-02-2010 à 18:49:37  (site)

@ Sassenach et Aifelle : J'avais eu l'oeil attiré par cet album en librairie il y a quelque temps car le graphisme me semblait intéressant. Du coup, j'étais toute contente l'autre jour de découvrir que la bibliothèque l'avait acheté !

@ Lael : c'est une BD d'auteurs asiatiques mais pas un manga, du moins tel qu'on l'entend habituellement (mais ne me demande pas de donner une définition du manga, je serais d'autant plus embêtée pour te répondre que, pour ma part, j'ai un peu tendance à tout regrouper simplement sous l'appellation générique de bande dessinée).

5. Michel   le 14-02-2010 à 21:53:04  (site)

Je le note tant le dessin semble intéressant et ton commentaire incitatif
Clin doeil1

6. brize  le 15-02-2010 à 13:44:50  (site)

Allons, Michel, avoue : c'est plutôt parce que tu trouves l'héroïne très jolie, non Fillette ?!
(c'est vrai, quoi, ça compte aussi, le look des personnages principaux... si j'en crois mon engouement personnel pour Thorgal, XIII, Largo Winch smiley_id119173 !)

7. manu--  le 16-02-2010 à 20:35:14  (site)

Très tentant. Et c'est vrai que les dessins sont superbes !

8. Mango  le 16-02-2010 à 22:20:02  (site)

Noté! Sourire

9. brize  le 17-02-2010 à 10:48:42  (site)

@ Manu : Si les dessins te tentent, ça vaut le coup d'aller y voir de plus près !

@ Mango : Encore un style différent, c'est excellent pour ton entreprise de découverte !

10. Choco (et son grenier)  le 17-02-2010 à 15:17:03  (site)

Je crois que je m'étais arrêtée devant cet album mais je ne sais plus pourquoi, je n'ai pas eu envie de le lire...

11. brize  le 19-02-2010 à 11:50:30  (site)

Choco, c'est une histoire-tranche de vie et ce n'est pas toujours ce qu'on recherche dans les BD, ça dépend des moments.

12. La Nymphette  le 23-02-2010 à 07:00:11  (site)

Je dois dire que le dessins me tente bien, il me fait "un peu" penser à Taniguchi en plus glamour! Si je la croise, je l'achèterai!

13. Choco (et son grenier)  le 23-02-2010 à 12:40:03

Ben si les tranches d evie, j'aime bien ! mais je crois que c'est plutot le dessin ou même cette couverture qui ne m''attirait pas trop...

14. brize  le 23-02-2010 à 12:50:10  (site)

@ La Nymphette : Si tu aimes le graphisme, c'est déjà pratiquement gagné !

@ Choco : Je peux vraiment comprendre, car ce graphisme est particulier (et le graphisme, c'est comme le style dans les romans : dès lors qu'il est original, on accroche ou pas, c'est une affaire de goût, de sensibilité).

15. Sassenach  le 17-12-2010 à 18:51:10  (site)

C'est marrant parce que c'est moi qui avait inauguré les comms sur ce billet Clin doeil J'ai trouvé l'album très réussi au niveau graphisme mais contrairement à toi, j'ai quand même eu une impression de bluette Clin doeil

 
 
 
posté le 12/02/10

Tag "Images"

    

  Taguée par Mango, je m’exécute (une fois n’est pas coutume  !) et j’applique donc la consigne :

« Il s'agit d'aller dans le dossier "images" de votre ordinateur, d'ouvrir le premier fichier et de mettre sur votre blog la première photo en la commentant. »

  Résultat (et le hasard fait bien les choses car je suis certaine, Mango, que ce musée-ci te plaît, en tant qu’ancien hôtel particulier) : une photo prise au musée Jacquemart André à Paris, à l’occasion de ma récente visite de l’exposition consacrée aux maîtres flamands du XIVème au XVIIIème siècle.

  Et puisque je suis dans ma série des « une fois n’est pas coutume », je tague à mon tour Mathilde et Tulisquoi (mais bien évidemment, aucune obligation, manquerait plus que ça  !).

 


Commentaires

 

1. Nanne  le 12-02-2010 à 20:29:04  (site)

Quel endroit magnifique ! Et en plus, tu as eu cette chance de visiter l'exposition sur les peintres Flamands ... J'en rêve ! Il ne me reste plus qu'à aller à Paris pour voir cette expo sublime ...

2. brize  le 12-02-2010 à 20:38:29  (site)

Nanne, l'exposition est terminée ! Il y en a une autre actuellement, en plus des salles "normailes", intéressantes en elles mêmes.
Et je te recommande aussi le musée Nissim de Camondo, ancien hôtel particulier lui aussi, que j'aime énormément.

3. Diddy  le 12-02-2010 à 21:21:32  (site)

J'ai également eu ce petit tag, je l'ai trouvé très chouette à faire et assez facile en plus!

4. Mango  le 13-02-2010 à 07:15:29  (site)

Superbe photo! On s'y croirait!! Cette vue plongeante est magnifique! Que de beaux hôtels particuliers et de musées pas toujours très connus , on peut visiter à Paris, Versailles etc. On est vraiment gâté!

5. Aifelle  le 13-02-2010 à 11:06:21  (site)

Elle est drôlement bien prise ta photo, ce lieu est magnifique (tu as essayé le resto ?). Quel décor !

6. tulisquoi  le 13-02-2010 à 14:33:41  (site)

Oh mon 1er tag. Merci à toi Brize. Je vais aller de ce pas farfouiller dans le dossier image de mon ordi Sourire

7. brize  le 13-02-2010 à 19:16:37  (site)

@ Diddy : Oui, avec celui-ci, pas de prise de tête !

@ Mango : Eh oui, il y a beaucoup à voir et j’essaie d’en profiter car mon séjour en région parisienne est provisoire (enfin, un provisoire de quelques années).

@ Aifelle : Merci ! Le jour où j’ai visité l’expo, j’étais avec deux amies et ensuite on a déjeuné sur place : pas donné, mais ça valait le coup pour le cadre (et en plus ce qu’on avait dans l’assiette s’est avéré très bon).

@ Tulisquoi : Hé, hé ! j’avais bien vu que ce serait ton premier tag !

8. pincureuil  le 13-02-2010 à 21:16:31  (site)

Super! Ce sera pour le billet de demain!

9. brize  le 13-02-2010 à 21:20:14  (site)

J'irai voir ça !

10. fersenette  le 13-02-2010 à 23:48:20  (site)

Honte sur moi, je prends le bus devant chaque jour de labeur et je n'y suis encore jamais allée ... enfin pour le musée, parce qu'au restaurant .... miam miam... quelques visites au compteur !

11. brize  le 14-02-2010 à 09:16:10  (site)

Allez, Fersenette, un petit effort : il faut le visiter, ce musée (peut-être entre deux expos, tu auras moins de monde, comme ça) !

12. Midola  le 14-02-2010 à 11:39:51  (site)

C'est vraiment un magnifique Hôtel particulier très intéressant à visiter et revisiter !

13. Reka  le 15-02-2010 à 09:59:25  (site)

Vertigineux. Magnifique.
Il m'amuse ce tag.
Et à supposer -je prends un cas concret au hasard : le mien - que dans le dossier images il y ait plein de sous dossiers et pas un seul fichier image, on fait comment? ;-)

14. brize  le 15-02-2010 à 13:15:27  (site)

@ Midola : Entièrement d’accord avec toi !

@ Reka : Merci !
Pour le dossier images, tu peux toujours prendre le premier fichier dans le premier sous-dossier !

15. Choco (et son grenier)  le 17-02-2010 à 15:14:31  (site)

Sympathique tag !
mais je serais bien embêtée si on me désignait... je suis sure que je tomberais sur une photo perso, de famille... hihi

16. brize  le 19-02-2010 à 14:18:12  (site)

Choco, dans ce cas, tu triches, ça ne m'aurait pas gênée de le faire, c'est qu'un tag !

 
 
 
posté le 12/02/10

"Les feuilles mortes", Thomas H. COOK

Wesley, bourgade américaine tranquille.

Eric Moore y tient une boutique de photographe et vit paisiblement, auprès de sa femme Meredith, professeur, et de leur fils, Keith, adolescent de quinze ans sans problème bien que solitaire.

Mais tout bascule le matin où les parents d’Amy, une petite fille de 8 ans, découvrent que leur enfant a disparu de sa chambre.

Car le dernier à l’avoir vu n’est autre que Keith, le baby-sitter chargé de veiller sur elle la nuit précédente…

 

   "Les feuilles mortes" est construit sur un retour en arrière, chronologie détaillée des faits entre le déclenchement du drame et un dénouement qui fait peser sur le récit une sourde menace car le narrateur, Eric, ne cache pas que les événements à venir auront des conséquences funestes sur sa famille.

   Parce qu’il est photographe, c’est sur des photographies qu’il s’appuie pour déclarer que « Les photos de famille mentent ». Les photos de sa propre famille, par exemple. Aussi bien sa famille passée, lorsqu’il était enfant, que sa famille adulte, où il était devenu père.

   Au moment du drame qu’il évoque, en effet, en parallèle à ce qui advient dans le présent, des pans de son passé familial ressurgissent et se dévoilent sous un jour nouveau, détruisant les certitudes avec lesquelles il avait jusque là vécu. De là à conclure que la tromperie peut faire partie intégrante de sa vie, il n’y a qu’un pas, franchi d’autant plus vite que son épouse, Mérédith, ne perd pas une occasion de lui rappeler qu’il a tendance à ne jamais regarder les choses en face.

   Insidieusement, les soupçons pénètrent donc l’esprit d’Eric et pas seulement à l’égard de son fils puisque, comme par ricochet, d’autres personnes de son entourage vont être touchées. Ils sont basés sur des indices ténus, interprétés à la lumière de ce qu’il connaît. Parce que vivre à côté des gens et les aimer ne veut pas dire les comprendre ni même savoir qui ils sont au juste.

   De cela, chacun a bien conscience mais imagine-t-on, d’habitude, jusqu’où cette conviction peut nous mener ? Et que dire du cas particulier d’un adolescent qui nous déroute par son comportement ? L’aime-t-on vraiment pour ce qu’il est ou parce qu’il faut l’aimer ? Obligé de fouiller douloureusement en lui-même, Eric aperçoit ou croit apercevoir des bribes de réponse, des vérités occultées…

   Le narrateur (et avec lui, le lecteur), s’acharne ainsi à soulever le voile des apparences et, avant même de voir, pense deviner ce qu’il va trouver derrière. Progressivement, toutes ses certitudes vacillent, en même temps qu’il plonge résolument dans les eaux saumâtres du doute.

   Thriller psychologique centré sur une famille, focalisé sur un point de vue unique, celui du père, seul face à ses questionnements malgré la présence de sa femme, "Les feuilles mortes" décortique des vies ordinaires dont on sait déjà qu’elles seront marquées à jamais. La tension monte crescendo, le lecteur sent le destin inexorablement en marche au fur et à mesure qu’approche le dénouement, à la fois redouté et impatiemment attendu.

    Captivant !

 

"Les feuilles mortes", Thomas H. COOK

Editions Gallimard, collection Série Noire (275 p)

Paru en 2008

 

D'autres avis chez : Joëlle , Manu , Choco .

 


Commentaires

 

1. floaimelesmots  le 12-02-2010 à 15:08:56  (site)

noté dans ma LAL depuis un bon moment. A voir à la biblio !

2. Ys  le 12-02-2010 à 15:22:00  (site)

J'ai écarté ce livre-là alors que tout le monde en disant du bien uniquement à cause de la couverture... je ne sens pas ce truc-là... Puis j'ai récemment entendu parler de son dernier livre paru dans la même collection ("Les liens du sang") et ça m'a donné bigrement envie de le lire. Je l'ai à la bib pour les prochaines nouveautés, mais une blogueuse m'a dit qu'il valait mieux lire "Les feuilles mortes" parce que c'était mieux... du coup, je me dis que j'ai peut-être été abusée par une couverture...

3. Sassenach  le 12-02-2010 à 15:46:23  (site)

Encore une de conquise Clin doeil J'ai trouvé qu'il se lisait trop vite, ce roman, tellement on est plongé dans la vie de cette famille et de cette bourgade !

4. kathel  le 12-02-2010 à 20:24:26  (site)

J'ai beaucoup aimé Les rues de feu, alors je me délecte à l'avance du jour où je pourrai lire celui-ci...

5. brize  le 12-02-2010 à 20:58:34  (site)

@ Flo : Pas de problème, je pense, pour le trouver en bibliothèque, comme je l’ai fait.

@ Ys : Ah, les couvertures ! Quand elles ne nous attirent pas, il n’y pas à dire, ça coince !
Et pour ce qui concerne le choix entre « Les liens du sang » et celui-ci, je me suis retrouvée exactement dans ce cas de figure car j’ai eu les deux à ma disposition à la bibliothèque. Du coup, les deux bouquins en main, direction la bibliothécaire au poste de prêt, qui m’a adressée à sa collègue fan de polars, laquelle avait lu les deux et m’a sans hésitation conseillé « Les feuilles mortes », comme la blogueuse que tu connais.

@ Joelle : Oui, il se lit vite, mais je ne l’ai pas trouvé trop court. Plus long, ça aurait été trop long, pour moi, car l’auteur prend déjà le temps de tout détailler (d’ailleurs, Manu a trouvé le temps un peu long pendant sa lecture).

@ Kathel : C’est un roman que j’ai trouvé très bien fait, avec une approche psychologique percutante.

6. Mango  le 13-02-2010 à 07:21:21  (site)

Je vais ce matin à la bibli , s'il est libre,l es yeux fermés, je le prends!

7. Aifelle  le 13-02-2010 à 08:21:55  (site)

"Captivant" suffit à me le faire noter. Comme il est paru en 2008, je pense le trouver facilement à la bibliothèque.

8. brize  le 13-02-2010 à 21:24:29  (site)

@ Mango et Aifelle : Je croise les doigts pour que vous le trouviez à votre tour "captivant" Sourire1 !

9. Aurore sur son etagere  le 14-02-2010 à 13:19:24  (site)

Tiens je note! Un série noire que je n'ai pas vu passer (mais qu'est ce que je faisais alors?!)

10. val-m-les-livres  le 14-02-2010 à 21:01:12  (site)

je ne lis pas ton billet car je le commence dans la semaine. Mais je reviens le lire après.

11. manu--  le 16-02-2010 à 20:37:44  (site)

Bon, je dois être la voix discordante alors :-) J'avoue que je n'ai pas été autant conquise et que j'ai trouvé ça moyen (et j'ai l'impression que c'est même pire dans mon souvenir qu'en refermant le roman)

12. brize  le 17-02-2010 à 10:56:06  (site)

@ Aurore : Il m’avait échappé aussi mais à l’occasion d’une rencontre lecteurs/bibliothécaires, une dame avec laquelle j’ai sympathisé et qui lit énormément me l’a chaudement recommandé. Et comme c’est quelqu’un qui a des opinions assez tranchées, j’étais très curieuse de voir de quoi il retournait !

@ Val-M-Les-Livres : Verdict imminent, donc !

@ Manu : Ne t’inquiète pas, ce roman ne fera sûrement pas l’unanimité (c’est plus que rare) mais, pour le moment, il n’y a pas eu tant que ça de billets à son sujet.
J’avais bien vu, dans ton billet, que tu t’y étais un peu ennuyée. De mon côté, j’ai hésité pour finalement ne pas noter mon seul bémol, qui concerne la fin du roman (la partie technique de l’enquête) mais ne remet pas en cause l’appréciation portée sur l’ensemble.

13. Choco (et son grenier)  le 17-02-2010 à 15:11:46  (site)

Merci pour le lien !
Je garde un bon souvenir de ce roman. L'aspect psychologique m'avait vraiment beaucoup plu et on ressent fortement les doutes et les questionnements du père.
Seul reproche : je dirais qu'il était un peu court !
Il faut que je lise son suivant !

14. brize  le 19-02-2010 à 11:52:09  (site)

Choco, je ne l'ai pas trouvé trop court : le rythme est assez lent, du fait que l'auteur, justement, s'attache à fouiller l'aspect psychologique et si le roman avait été plus long j'aurais pu m'y ennuyer.

15. liliba  le 21-02-2010 à 12:08:42  (site)

Chaque visite chez toi augmente mes listes de façon vertigineuse...

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article