posté le 31/01/11

Looking for podcasts/ Auf der Suche von Radio zum Mitnehmen

     Dans le cadre d’un projet dont je voulais vous parler (raison pour laquelle j’avais mis ma photo sur mon blog, puisque vous l’auriez retrouvée ici) mais qui, pour le moment, ne s’est pas encore concrétisé (en gros : on attend le client... mais il devrait arriver très prochainement puisque j'accueille ma première visiteuse dans dix jours !), je procède à un rafraîchissement de mes connaissances en anglais/allemand en écoutant des émissions radio que je télécharge.

 

   En me baladant sur internet, j’en ai trouvé un certain nombre (thèmes souhaités : infos, littérature) sur Deutsche Welle, WDR 5 et 2, B5, NPR et NDR pour les radios allemandes (choix facilité par l’accès à un portail ici) et sur la BBC (notamment le BBC World Book Club, très intéressant : environ une heure d’interview d’un auteur par une journaliste et des auditeurs, autour d’une œuvre déjà parue depuis un moment, comme « We need to talk about Kevin », de Lionel Shriver ou « The Reader », de Bernard Schlinck, auteur allemand parlant d'ailleurs parfaitement anglais) pour la langue anglaise.

 

   Auriez-vous des suggestions à me faire (en particulier pour les radios américaines, où je n’ai pas trouvé grand-chose pour le moment, alors que je ne veux pas me limiter à l'accent BBC !) ?

                                    

 


Commentaires

 

1. Sandrine(SD49)  le 31-01-2011 à 10:37:32  (site)

ouahhhh ! Versailles team ça jette !!!! Bravo ;-))

2. niki  le 31-01-2011 à 11:08:49  (site)

je viendrais bien à versailles, rien que pour rencontrer ce "versailles team" bien sympathique Roi

3. *Valérie*  le 31-01-2011 à 12:40:42  (site)

Je vais regarder si je trouve. Merci pour ton lien en tout cas car j'ai bien envie d'écouter Shriver parler de son roman.

4. Aifelle  le 31-01-2011 à 17:00:41  (site)

Je ne pratique pas l'anglais, mais je crois avoir compris l'esprit de ce que tu comptes faire.

5. viirginie  le 31-01-2011 à 17:16:31

Tu as tous les podcats des universités américaines, à dénicher sur I-Tunes, le podcast du New Yorker (des nouvelles, des entretiens). Certaines maisons d'éditions ou des quotidiens comme le NYT (book review podcast) ont aussi des podcasts consacrés aux livres et à la littérature. Une découverte te mènera à une autre et tu n'auras plus que l'embarras du choix !

6. brize  le 31-01-2011 à 20:10:45  (site)

@ SD49 : Oui, ça l’fait, n’est-ce pas ! Et en plus, il y a des tas de flyers en cours d’impression.

@ Niki : Le sourire n’était pas forcé, tu l’as bien compris !

@ Valérie : Tu verras, toutes les émissions (les plus anciennes sont plus courtes) sont téléchargeables : c’est très intéressant !
Et si tu as des tuyaux à me donner, n’hésite pas.

@ Aifelle : Regarde en haut de la page à droite : tu peux passer en version française en cliquant sur le drapeau bleu-blanc-rouge.

@ Virginie : Merci pour ces pistes : je vais aller farfouiller sur l’I-Tunes store et du côté des universités US.

7. Pincureuil  le 01-02-2011 à 09:12:58  (site)

Sympa comme idée, le "Greeter" !

8. dasola  le 01-02-2011 à 18:05:10  (site)

Bonsoir Brize, concernant les émissions de radios américaines, je pense qu'il y a peu d'émissions dignes de ce nom mais surtout beaucoup de pub. C'est insupportable. Et bravo à la "Versailles team". Bonne soirée.

9. Nymphette  le 02-02-2011 à 17:19:44  (site)

Tiens tiens! Justement, j'ai quelque chose qui me trotte en tête et qui pourrait coller avec ton idée! J'en parle bientôt sur mon blog! Bon courage pour ton projet (je vais de ce pas voir de quoi il s'agit précisément!)

10. brize  le 03-02-2011 à 13:48:54  (site)

@ Pincureuil : Oui, j’ai hâte que ça se concrétise !

@ Dasola : Ah, ça sent le vécu, tes remarques sur la radio US !

@ Nymphette : Tiens, tiens ! Je suis curieuse de savoir ce qui te trotte dans la tête !

11. myloubook  le 06-02-2011 à 23:24:35  (site)

Malheureusement je n'écoute pas trop la radio et ne peux pas t'aider mais je vais demander à Mr Lou au cas où il aurait d'autres idées. J'écoute plutôt des radios musicales, notament Radio Paradise, radio américaine indépendante. On parle un peu sur cette radio et les choix musicaux sont variés, on ne sait jamais, ça peut peut-être t'intéresser ?
merci pour le lien vers le programe littéraire de la BBC, je vais y aller!

12. Nymphette  le 10-02-2011 à 21:47:00  (site)

Coucou, me revoilà! J'ai trouvé un site qui organise des rencontres d'anglophones vivant à Pars sur plein de thèmes différents, une bonne occasion de progresser et d'échanger avec eux sur ce qui plait aux étrangers à Paris! J'ai testé et j'approuve!!! Si cela t'intéresse, envoie moi un petit mail!

13. wonderful  le 13-03-2011 à 12:04:41  (site)

Question bête: tu as visité I-tune? les émissions de radio sont gratuites... tu as toutes le smatinales des US et d'ailleurs...

14. wonderful  le 13-03-2011 à 12:06:47  (site)

Tu ouvres ton itunes (si tu n'as pas, c'est grtos) et tu vas dans l'itune store et tu mets tes paramètres de recherche... Et zou, tu en auras tellement que tu ne sauras que choisir.

15. brize  le 13-03-2011 à 12:10:30  (site)

@ Wonderful : Oui, j'ai I Tunes... mais je crois que je ne m'en sers pas assez pour la recherche : je vais prospecter à nouveau !

édité le 13-03-2011 à 12:10:45

 
 
 
posté le 27/01/11

"Le Signal", Ron CARLSON

    Mack a trente ans. Il sort de prison. Un séjour mérité, pour lui, car afin de garder le ranch après la mort de son père, il a fini par faire tout et n’importe quoi. Et il y a perdu Vonnie, qui a divorcé et vit maintenant avec Kent, un avocat fortuné.

   Elle a pourtant accepté sa proposition : partir randonner et pêcher ensemble, comme ils l’ont fait chaque année depuis dix ans, dans cette région sauvage des montagnes du Wyoming qu’ils aiment tant.

   Mais Vonnie ignore que Mack a accepté la mission confiée par un de ses peu recommandables anciens commanditaires : retrouver un objet égaré dans la zone qu’ils vont parcourir, en le localisant grâce au signal qu’il émet.

 

   Si vous avez envie d’une randonnée dans un territoire où la civilisation réussit à se faire oublier, où vous croiserez des troupeaux de cerfs et admirerez les paysages boisés ou montagnards que vous traverserez (sans craindre la rudesse des lieux… puisque vous serez bien au chaud chez vous) et tout cela sans vous ennuyer une seconde parce que le couple que vous accompagnez vous intéresse au plus haut point, alors « Le Signal » est pour vous !

   Ne vous fiez pas, cependant, au racoleur bandeau de couverture : point de « suspense insoutenable », ici. De toute façon, si on était dans un polar ou un thriller, le roman serait paru dans la collection ad hoc chez Gallmeister (avec une couverture noire). Mais il y a une tension narrative, ça, c’est indéniable, liée à la relation entre Mack et Vonnie (quelque chose pourrait-il renaître entre eux ?, se demande le lecteur, enfin au moins du côté de Vonnie, parce que pour Mack, rien n’a changé malgré ce que furent un temps les apparences…) et du suspense effectivement, mais seulement dans le dernier tiers du récit, où tout s’accélère soudain suite à de mauvaises rencontres.

   Jusque là, on randonne et on découvre non seulement l’environnement, grâce au talent de paysagiste de Ron Carlson mais un homme, Mack. Son histoire nous est progressivement exposée, au fil des souvenirs qui remontent à la surface durant la randonnée, avec beaucoup de sensibilité et de réalisme. J’ai, en particulier, apprécié tout ce qui touchait à la relation de Mack avec son père, un homme intelligent et bon parti avant que son fils ait eu le temps d’apprendre tout ce qu’il lui fallait pour vivre.

 

   Roman attachant et prenant, « Le Signal » fut une excellente découverte !

 

« Le Signal », Ron CARLSON

Editions Gallmeister – collection Nature Writing (223 p)

Paru en novembre 2010

 

L'avis de : Aifelle, Véronique (qui le fait voyager) , Keisha, Midola

 

Critiques et infos sur Babelio.com
 


Commentaires

 

1. Allie  le 27-01-2011 à 14:28:49  (site)

Il me tente beaucoup! J'aime l'atmosphère que tu décris. Je compte bien le lire!

2. freude  le 27-01-2011 à 15:34:56  (site)

Je ne sais plus chez qui je l'ai déjà noté, mais ton billet valide ! Bonne journée Brize.

3. Aifelle  le 27-01-2011 à 16:02:53  (site)

Je suis complètement d'accord avec ce que tu écris, la relation Vonnie-Mack est vraiment centrale et prenante. La nature sauvage en plus, c'est un très bon roman.

4. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 27-01-2011 à 18:20:29  (site)

c'est pour ce titre que j'avais tenté ma chance aussi, mais je n'ai pas été retenue...
pas grave, je pense que je vais me le procurer car j'ai vraiment très très envie de le lire!!

5. La Pyrénéenne  le 27-01-2011 à 18:51:44  (site)

Heureuse de te retrouver, Brize! Comme tu fais un lien vers mon billet , je suppose que tu sais déjà ce que j'en ai pensé, moi...
Pour celles que ça intéresse, je le le fais voyager ...

6. In Cold Blog  le 27-01-2011 à 21:29:23  (site)

Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux bandeaux (qui, il ne faut pas l'oublier, sont publicitaires !). J'ai pris l'habitude de complètement les ignorer quand j'achète un bouquin, et des les retirer aussitôt arrivé à la maison... pour les glisser dans le bouquin une fois ma lecture terminée !
En ce qui concerne ce roman, ça m'a plutôt été bénéfique ; comme ça j'ai pu apprécier pleinement le duo Mack/Vonnie à sa juste (grande) valeur .
(Content de voir de retour)

7. Sassenach  le 28-01-2011 à 08:51:29  (site)

Je viens juste de le noter chez Midola (l'encre n'est même pas encore sèche ! mdr !) ... grands espaces, randonnée, un peu de suspense : c'est dans mes goûts, ça Clin doeil

8. Pincureuil  le 28-01-2011 à 09:06:57  (site)

Effectivement, on en lit beaucoup de bien; et cette couverture rouge est très attirante !

9. keisha  le 28-01-2011 à 11:52:49

Nous étions synchros, dis donc! Ton billet est parfait, complet, alléchant...Si certains résistent, que faire? ^_^

10. dasola  le 28-01-2011 à 11:55:33  (site)

Bonjour Brize, après Aifelle, je constate que ce roman plaît bien. Je le note même si dans la série "Nature writing" je n'ai pas du tout aimé "Sukkwan Island". Je me méfie donc un peu. Bonne journée.

11. kathel  le 28-01-2011 à 12:37:04  (site)

Je ne suis pas sûre d'aimer, mais me fiant à vos avis, je l'ai tout de même noté !
Je suis contente de te retrouver, moi aussi !

12. niki  le 28-01-2011 à 12:52:09  (site)

je note, tu en parles tellement bien que cela m'intéresse

13. Ys  le 28-01-2011 à 16:51:20  (site)

J'ai lu plusieurs billets qui m'ont tous confirmé que ce livre n'est vraiment pas pour moi.

14. Midola  le 28-01-2011 à 19:34:56  (site)

Un roman très prenant avec des personnages attachants.

15. emmyne  le 28-01-2011 à 21:37:57  (site)

Je m'en doutais qu'il était pour moi ce livre Sourire
( bon retour chère Brize )

16. Karine:)  le 29-01-2011 à 04:16:25  (site)

Je n'arrive pas à me passionner pour le Nature Writing. Pourtant, je suis une miss plein air dans la vie. Mais lire les descriptions de grands espaces, ça me laisse généralement plutôt indifférente. Bizarre bizarre.

17. brize  le 29-01-2011 à 18:53:48  (site)

@ Allie et Freude : J’espère qu’il vous plaira !

@ Aifelle : Oui, j’ai eu grand plaisir à le lire !

@ La Sardine : Ah, dommage ! La Pyrénéenne le fait voyager, tu peux éventuellement le lui demander.

@ La Pyrénéenne : Oui, j’ai vu que nous n’étions pas en phase, sur ce coup-là. Tu es restée extérieure, et quand ça arrive, on n’y peut rien, c’est que le livre n’était pas pour nous.


@ In Cold Blog : Je trouve que les éditeurs ne se rendent pas service, avec ce type d’annonces qui ne correspondent pas à la réalité et peuvent décevoir le lecteur.
(de retour, oui, mais j’ai un peu de mal à lire, en ce moment : ce billet-ci était prêt avant…)

@ Sassenach : Tout à fait : je pense qu’il te plaira autant qu’à moi !

@ Pincureuil : C’est vrai, j’aime bien les couvertures de chez Gallmeister, moi aussi.

@ Keisha : S’ils résistent, c’est qu’ils pressentent que le livre n’est pas pour eux et c’est vrai qu’il ne peut pas plaire à tout le monde.

@ Dasola : Ah, mais l’histoire n’est pas du tout du même genre, donc tu n’y retrouveras pas ce qui a pu te rebuter dans “Sukkwan Island”, je te le garantis.


@ Kathel : Je pense que tu aimeras (et comme je le disais à ICB, je suis de retour, mais j’ai un peu de mal à lire, en ce moment).

@ Niki : Je crois qu’il te plairait !

@ Ys : Trop “Nature Writing” pour toi, c’est un fait !

@ Midola : J’ai ajouté un lien vers ton billet.

@ Emmyne : Tu as vu qu’un nouveau roman de Ron Rash était sorti (avec une très bonne presse) ? (un retour en douceur, il faut retrouver le goût de lire, ce billet était déjà prêt depuis un moment…)

@ Karine : Contrairement à nous autres citadins, tu n’as pas besoin de Nature Writing, aucun manque de ce côté-là, c’est peut-être pourquoi ce n’est pas un plus pour toi.

18. emmyne  le 29-01-2011 à 22:17:32  (site)

Oui, j'ai vu, il me tente bien aussi celui-là...un petit chipotage nous deux pour reprendre le rythme ??? ( ben ça, si c'est pas top comme prétexte pour s"offrir le roman o)

19. brize  le 30-01-2011 à 20:11:10  (site)

@ Emmyne : J'allais te répondre que ce n'était pas possible car je préfère ne pas l'acheter : j'ai lu une critique à son sujet certes élogieuse, mais je ne suis pas certaine que le thème me plaira vraiment.
Mais finalement le chipotage commun serait jouable : à ma grande surprise, la médiathèque à laquelle je suis abonnée a déjà acquis le roman, donc je viens de le réserver. Si tu patientes un peu, je te fais signe dès que je pourrai l'emprunter Sourire1 !

édité le 30-01-2011 à 20:13:04

20. Titine75  le 01-02-2011 à 12:10:34  (site)

Il est très tentant ce livre, en général les livres de chez Gallmeister sont de qualité.

21. emmyne  le 01-02-2011 à 21:59:18  (site)

Je patiente, je patiente vu que je n'ai pas encore le livre...mais là, obligée o))

22. choco (et son grenier)  le 06-02-2011 à 16:39:55  (site)

Moi je vais faire partie des futures conquises je crois Rire
ça sera ma prochaine lecture !

 
 
 
posté le 17/01/11

Elle ne lira plus mon blog...

     C’était une des lectrices les plus assidues de mon blog, maman. Et je peux vous dire qu’elle ne ratait pas les commentaires ! D’ailleurs, je ne vous préciserai pas à quelle occasion, elle avait trouvé qu’il y avait un gars aux propos bien agressifs : c’est qu’elle était toute prête à sortir ses griffes pour défendre sa fille, même si la fille en question n’est plus une gamine (mais on est toujours un peu une gamine pour sa maman, c’est ça aussi qui est bien).

     Il y a eu des hauts et des bas dans notre relation : les mères et les filles, ce n’est pas forcément facile, comme toutes les histoires d’amour. Il y eut des périodes où je lui disais tout, d’autres où d’anciens griefs refaisaient surface, jusqu’à ce que, il y a maintenant de nombreuses années et parce que j’avais grandi et mûri sans doute (il n’est jamais trop tard), ce soit à nouveau et cette fois définitivement apaisé entre nous, avec la confiance partagée et les confidences (dans la cuisine, souvent, lors de mes passages chez elle, à Hossegor : c’est fou ce que les cuisines sont propices au bavardage !).

     J’ai cru qu’elle vivrait toujours (ça suffisait que mon père soit parti beaucoup trop tôt), qu’elle serait une centenaire bon pied, bon œil, elle avait l’air partie pour.

     Et puis non. La mécanique s’est enrayée d’un seul coup, en trois mois tout s’est précipité.

 

     Elle ne lira plus mon blog.

     Mais moi, je penserai toujours à elle en y postant mes billets.

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 12/01/11

"Le Monde selon Arnold", Giles MILTON

    Qu'est-il arrivé à Arnold Trevellyan, commissaire-priseur et accessoirement grand spécialiste en champignons menant jusque là une vie sans histoire, pour qu'il se retrouve régnant sur une île d'un atoll perdu dans le Pacifique, en compagnie de la belle Lola ?

   C'est ce que le narrateur, journaliste de son état, reconstitue peu à peu grâce en écoutant les cassettes audios envoyées par Arnold à un ami commun.

 

   Tout a commencé lorsque Arnold, poussé par sa femme Flora, a pris un congé sabbatique pour s'installer en France, dans un petit pavillon (une « folie » du XVIIIème siècle) perdu au fin fond du Morvan. Quelques phénomènes étranges d’apparitions ou de disparitions d'objets furent alors le prélude à un enchaînement d'événements qui allait conduire Arnold à d'incroyables découvertes, au fil desquelles sa conception des enjeux géopolitiques contemporains se trouverait profondément mise à mal (et son mariage aussi)...

 

   Une couverture irrésistible et une histoire a priori plus qu'originale : il n'en fallait pas davantage pour me donner envie de plonger dans ce roman.

   J'ai apprécié sa construction, qui permet de retracer progressivement le parcours du héros en remontant le temps grâce à l'écoute des cassettes qu'il envoie et de laisser conjointement se dérouler en contrepoint discret une autre histoire, présente, celle du journaliste captivé par ces aventures. Les découvertes d'Arnold m'ont paru très dépaysantes et l'écouter les raconter ne manquait pas d'un certain charme, l'étrange le disputant à l'exotisme, le tout sur un ton léger où l'humour n'est pas absent. Comme les auditeurs de ses cassettes, je ne pouvais m'empêcher de douter de la véracité de ses assertions, mais Arnold s'y entend pour apporter les preuves de ce qu'il avance, aussi surprenant voire extraordinaire que cela soit.

   Mon intérêt initial s'est cependant un peu perdu en cours de route, la langueur de l'île où s'est retiré Arnold m'ayant semblé contaminer le récit et l'analyse psychologique des divers personnages ne me convainquant pas car elle manquait, pour moi, de profondeur et donc de vraisemblance. J'ai malgré tout poursuivi ma lecture sans déplaisir car l'histoire m'intriguait et j'étais curieuse de voir où l'auteur nous mènerait, mais le dénouement.... aïe, difficile d'en parler car je ne veux rien dévoiler, disons seulement qu'il m'a déçue car il ne m'a pas surprise.

 

   « Le Monde selon Arnold » est un roman sortant des sentiers battus, un divertissement sympathique bien imaginé mais dont le fond m'a, de bout en bout, laissée dubitative (et l'impression persiste car ma lecture remonte déjà à un mois).


« Le Monde selon Arnold », Giles MILTON

éditions Buchet Chastel (333 p)

Paru en octobre 2010

 

D'autres que moi ont beaucoup aimé et je vous invite donc à lire leurs avis ici, , ou encore : de quoi nuancer mon appréciation plutôt tiède et vous inciter à vous faire éventuellement votre propre opinion.

 


Commentaires

 

1. Sassenach  le 12-01-2011 à 13:21:49  (site)

J'avais lu son précédent roman et j'avais bien aimé. Du coup, j'ai quand même noté celui-ci, même si l'idée de départ m'intéresse peut-être un peu moins !

2. La Pyrénéenne  le 12-01-2011 à 14:01:12  (site)

La couverture est sympa c'est vrai mais ça ne suffit pas !

3. Kathel  le 12-01-2011 à 15:02:52  (site)

Merci de ne pas allonger ma LAL aujourd'hui ! Rire1

4. Aifelle  le 12-01-2011 à 17:02:40  (site)

De toute façon je n'étais déjà pas très attirée, je passe sans regret.

5. *Valérie*  le 12-01-2011 à 18:46:59  (site)

Tu as raison pour la couverture irrésistible. Pour le reste, dommage!

6. niki  le 13-01-2011 à 10:15:17  (site)

je note tout de même cet auteur, on ne sait jamais

7. niki  le 13-01-2011 à 10:17:46  (site)

post-scriptum =
si je ne l'ai déjà fait (j'ai la mémoire qui flanche ... air connu), je te souhaite une super belle année, pleine de lectures et de tout ce que tu souhaites smiley_id239904

8. clara brest  le 13-01-2011 à 10:25:26  (site)

je l'avais noté... si je le vois à la biblio, pourquoi pas.

9. brize  le 13-01-2011 à 10:39:02  (site)

@ Sassenach et Clara : Si vous souhaitez que je vous l’envoie, n’hésitez pas à me le demander : il peut voyager.

@ La Pyrénéenne, Kathel, Valérie : Si malgré tout vous vouliez tenter l’aventure, ce livre peut voyager vers vous.

@ Aifelle : Je n’insiste pas !

@ Niki : Bonne année à toi aussi !

édité le 13-01-2011 à 10:39:30

10. bene  le 14-01-2011 à 08:40:57  (site)

Il me tentait mais pas plus que ça. Ton avis me fait encore douter!

11. Karine:)  le 15-01-2011 à 13:49:01  (site)

Dommage... c'est vrai qu'elle était vraiment cute, cette couverture.

12. A_girl_from_earth  le 15-01-2011 à 14:05:11  (site)

Je trouve la couverture très attrayante aussi mais l'histoire, c'est le genre dont j'attends des avis d'autres lecteurs avant de me lancer, et là je vois que j'ai bien fait...Clin doeil

13. brize  le 15-01-2011 à 14:17:57  (site)

@ Bene et A Girl From Earth : Même proposition qu’à vos consœurs ci-dessus : si vous voulez tenter malgré tout, ce livre peut voyager vers vous, faites-moi signe.

@ Karine : Oui, la couverture est très chouette : elle me rappelle toutes ces couvertures anglo-saxonnes dont je ne vois pas l’équivalent ici.

 
 
 
posté le 07/01/11

"Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants", Mathias ENARD

    En mai 1506, le sculpteur Michel-Ange, déjà célèbre notamment pour son David, quitte furtivement l’Italie où il attend en vain le paiement d’une commande en cours du pape Jules II, pour répondre à l’invitation du sultan de Constantinople : il doit présenter un projet de pont unissant au sein de la cité les deux rives du Bosphore en franchissant la Corne d’Or, celui de Leonard de Vinci n’ayant pas été retenu.

   Sur place, il découvre la ville et ses habitants, accompagné du poète Mesihi, et s’attelle à la tâche qui lui a été confiée.

 

   Cet épisode de la vie de Michel-Ange est avéré, comme le précise l’auteur dans une Note en fin d’ouvrage. Il y cite ses quelques références et sources et les éléments concrets dont il a finalement disposé, le tout représentant un matériau pour le moins réduit. « Pour le reste, on n’en sait rien » conclut-il. Mais dans ce « rien », l’auteur s’est faufilé pour esquisser avec talent, au fil d’images ou de courtes scènes, le récit d’une parenthèse hors du pays natal, dans un ailleurs fascinant que l’artiste saisit par le truchement de sa sensibilité puisque la barrière de la langue limite ses communications avec son guide. Ce séjour de Michel-Ange, ponctué de quelques incidents, est en outre narré de façon suffisamment dynamique pour retenir facilement l’attention, d’autant que le roman est très court.

 

   Si j’ai été gênée par ma méconnaissance du contexte historique et n’ai donc pas pu apprécier à leur juste valeur les références à l’arrière-plan religieux, cela ne m’a pas empêchée de goûter cette évocation d’un homme et de son temps. De l’homme je retiendrai qu’il ne se lavait pas ( ! ), qu’il était plutôt laid et peu disert, mais s’exerçait sans cesse à son art, couvrant des pages entières de dessins des diverses parties du corps humain, quand il ne consignait pas sur des carnets des listes hétérogènes de choses vues. J’ai été intéressée par sa manière de s’ouvrir aux lieux pour être en mesure d’y insérer une architecture leur répondant mais moins réceptive, en revanche, à tout ce qui concernait son rapport à son propre corps et à celui des autres, car je me demandais sur quoi l’auteur s’était appuyé pour les dépeindre ainsi (et l'insertion régulière des passages relatifs au danseur ou à la danseuse, tout comme l'histoire qui s'y joue, ne m'ont pas convaincue). Quant à son temps, ce que j’en ai aperçu m’a donné envie d’en savoir davantage (mais plutôt à travers des romans, dit la paresseuse qui n’a pas envie de lire des livres d’histoire, alors si vous avez des pistes, n’hésitez pas à me les communiquer).

 

   « Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants » (citation de Kipling), dont j’ai savouré l’écriture et la justesse des notations, est un carnet de croquis réussi transportant le lecteur auprès d’un artiste de génie, auquel il emprunte son regard.

 

« Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants », Mathias ENARD

Editions Actes Sud (154 p)

Paru en août 2010

Prix Goncourt des Lycéens 2010

 

D'autres avis récapitulés chez BoB.

 


Commentaires

 

1. sylire  le 07-01-2011 à 21:30:02  (site)

Lecture prévue... un de ses jours ! Je n'étais pas tentée au début mais les billets des uns et des autres m'ont convaicue.

2. leiloona  le 07-01-2011 à 22:03:43  (site)

Je l'ai acheté avant Noël, mais je n'ai pas eu le temps de le lire ... j'espère aimer ce livre qui a eu le prix goncourt des lycéens. Généralement j'aime, mais bon ...

3. emmyne  le 07-01-2011 à 22:13:25  (site)

Comme toi, j'ai beaucoup aimé l'évocation et l'écriture. Ta formule " carnet de croquis " est très juste.

4. Bouh  le 08-01-2011 à 00:20:29  (site)

Je suis amoureuse de ce titre que je trouve extraordinairement beau. Il m'évoque le rêve. Je ne sais pas si je lirai un jour ce livre, malgré les bonnes critiques, mais quel titre !

5. mango  le 08-01-2011 à 09:28:41  (site)

Des romans sur ce temps-là, j'aimerais bien en connaître aussi! L'homme lui- même ne sort pas vraiment grandi de cette évocation mais son travail et l'ampleur de ses projets oui! J'ai plutôt bien aimé ce livre aussi!

6. sylvielectures  le 08-01-2011 à 09:52:29  (site)

J'ai envie de le lire depuis qu'il est sorti. J'avais aimé zone, et même si je sais que ce titre est de facture très différente, j'en suis curieuse.

7. Karine:)  le 08-01-2011 à 13:26:37  (site)

J'ai pour ma part beaucoup aimé. Ce roman m'a donné des envies de visiter Istambul, c'est fou!

8. Kathel  le 08-01-2011 à 16:06:12  (site)

Je n'ai jamais rien lu de cet auteur, mais comme il vient bientôt dans ma région pour des rencontres, je pense y remédier rapidement !

9. Midola  le 09-01-2011 à 10:54:04  (site)

Je me suis un peu ennuyée à la lecture de ce roman...

10. *Valérie*  le 09-01-2011 à 15:53:01  (site)

J'ai été déçue par ce titre: j'aurais aimé que l'auteur me fasse sentir les odeur de Constantinople et ce ne fut pas le cas.

11. choco (et son grenier)  le 10-01-2011 à 17:09:08  (site)

Toujours pas tentée par ce roman...
mais j'en profite pour te souhaite une très bonne année ! Sourire

12. freude  le 10-01-2011 à 17:56:42  (site)

Celui-làc'est sûr, je le lirais un jour !

13. Titine75  le 11-01-2011 à 10:55:37  (site)

J'ai adoré ce roman de Mathias Enard, je trouve l'idée et la langue sublimes. J'ai d'autant plus apprécié que j'adore passionnément Michel-Ange. Ce livre a été un régal pour moi.

14. brize  le 12-01-2011 à 12:25:55  (site)

@ Sylire : ça vaut le coup d’essayer.

@ Leiloona : j’attends donc ton billet !

@ Emmyne : c’est vraiment l’impression que j’ai eue.

@ Bouh : oui, très belle citation !

@ Mango : pour le moment, pas de suggestion dans les commentaires…

@ Sylvie : ta comparaison des deux œuvres sera, en plus de ton avis sur la dernière, intéressante.

@ Karine : y’a plus qu’à programmer un petit voyage !

@ Kathel : ”Zone” ne m’avait pas tentée : celui-ci est plus accessible.

@ Midola : Je peux le comprendre : c’est une lecture agréable mais pas palpitante.

@ Valérie : C’est vrai, il ne fait pas trop dans l’odorant, mais il est au diapason de l’artiste qu’il évoque et de son ressenti.

@ Choco : si le thème ne t’attire pas, tu as raison de ne pas insister (et bonne année à toi aussi !)

@ Freude : Noté et renoté, donc !

@ Titine75 : Il y a eu des lecteurs enthousiastes, je l’ai effectivement constaté.

15. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 13-01-2011 à 17:42:24  (site)

c'est bizarre, un coup je me dis que je vais aimer, que j'ai très envie de le lire et tout et tout, et puis le lendemain je me dis que non non, ça ne va pas me plaire ^^
je vais attendre encore un peu! Rire

16. dasola  le 14-01-2011 à 14:55:18  (site)

Bonjour Brize, à force de lire des billets favorables sur ce roman, je vais bien arriver à le lire surtout qu'ayant reçu le prix Goncourt des lycéens, c'est un gage de qualité. Bonne journée.

 
 
 
posté le 03/01/11

"Ecorces de sang", Tana FRENCH

Présentation de l’éditeur :

Trois enfants ne ressortent pas des bois où ils ont passé l’après-midi. La police retrouve un seul garçon. Il ne se rappelle rien : les deux autres ne réapparaîtront jamais. Vingt ans plus tard, Rob, l’unique rescapé, est devenu inspecteur de police. Quand une fillette est tuée dans ces mêmes bois, il est chargé de l’enquête et doit affronter les secrets d’un passé qui le hante.

 

   Voilà un roman à la présentation alléchante au sujet duquel j'avais lu de nombreux billets dithyrambiques, raison pour laquelle je l'avais offert à mon amateur de polars maison (technique déjà éprouvée pour ne pas me constituer de PAL ) il y a bien un an, lequel l'avait apprécié aussi. Bref, c'est sur lui que mon choix s'est porté pour mon escapade de fin d'année dans le sud-ouest (chez Igor ).

   Première impression très positive : je suis emballée par le style, avec cette description criante de vérité d'un été vibrant de soleil. Et je me dis que si l'histoire est aussi bonne que prévu, je vais me régaler.

   C'était compter sans le rythme... Quand j'ai vu que, une fois la situation initiale posée, on suivait l'enquête quasiment en temps réel avec les enquêteurs (Rob et sa coéquipière Cassie), j'ai eu comme une vague appréhension : aïe, on va entrer dans le détail, pourvu que ça ne me paraisse pas trop long. Mais pourquoi pas, après tout, c'est le lot de pas mal de polars, on partage le quotidien des enquêteurs et du coup on s'y croit, l'auteur joue la carte du vraisemblable-authentique.

   Mais le résultat ici est qu'on finit, au bout d’un certain temps, par piétiner avec eux puisque ils enchaînent fausse piste sur fausse piste et moi, le piétinement, c'est pas trop mon truc : du piétinement à l'ennui latent il n'y a qu'un pas, vite franchi.

   Néanmoins, je continuais à y croire, tâchais de freiner mon impatience naturelle en me distrayant avec la description des personnalités respectives du couple d'enquêteurs et de leur relation amicale. S’ajoutait à cela l’intérêt présenté par les réminiscences progressives du narrateur au sujet du drame vécu enfant, qui m’amenaient à penser que celui-ci allait enfin s’éclairer d’un jour nouveau.

   Enfin, dans le dernier quart du bouquin (il était temps !), ça s'accélère. Et tout ça grâce à quoi ? Un indice que l'auteur nous a fourni dans les débuts du récit, un truc qui crève les yeux (la preuve : même moi je l'avais repéré, l'indice, et j'avais tiqué en me disant que celui de nos deux enquêteurs aux yeux duquel il se présentait ne le relevait pas, non mais quoi, quand on conduit une enquête, on ne laisse pas filer une piste aussi évidente !), mais entre les yeux et le cerveau de l'enquêteur il a fallu pas loin de 300 pages pour que le chemin se fasse. Malgré tout, j'étais contente de voir s'amorcer la résolution de l'énigme en cours et, bien sûr, je continuais à attendre avec une curiosité au moins aussi forte celle de l'énigme passée (même si certaines insinuations de Rob m'avaient inquiétée car elles laissaient entendre que des pans d'ombre allaient subsister). Et celle-là, je l' ai attendue, je ne vous mens pas, jusqu'à la dernière page incluse et j'ai refermé le livre furax parce que l'auteur n'avait pas daigné la fournir mais avait noyé le poisson avec un vague truc fantastico-nébuleux absolument sans queue ni tête !

   Bilan : 566 pages pour un polar à l'intrigue certes intéressante mais bien trop lent à mon goût, car il n'y a de réel suspense qu'à la fin, le reste du temps ça traîne en longueur faute de péripéties venant relancer l'intrigue.

 

   Je profite de ce billet que j’ai failli sous-titrer « Où je commence l’année en râlant », pour vous souhaiter (puisque ce damné blog-it express refuse de fonctionner depuis quelques jours et ne m’a pas permis de le faire) une bonne année 2011 , avec des tas de belles lectures !

 

   Et je vous invite bien sûr à nuancer mon avis de lectrice déçue en (re)lisant celui des nombreuses lectrices conquises : Cuné , Kathel , Tamara , Cathulu entre autres...

 

« Écorces de sang », Tana FRENCH

Éditions Points (566 p – je sais, je l’ai déjà dit !) - 2009

Paru initialement aux éditions Michel Lafon (2008) sous le titre « La Mort dans les bois »

 


Commentaires

 

1. choco (et son grenier)  le 03-01-2011 à 12:45:36  (site)

Tu commences l'année en ralant... voilà qui ne m'étonne pas de toi ^^ ^^ ^^

En tout cas, je te la souhaite bien bonne, Madame Brize Sourire

2. La Pyrénéenne  le 03-01-2011 à 12:55:33  (site)

Très bonne année à toi aussi ! Mon blog-it ne fonctionne plus normalement non plus , je te rassure !!!

3. Aifelle  le 03-01-2011 à 13:01:04  (site)

Dans l'ordre : très bonne année Brize. On en est toutes au même point avec le blog-it. Et flûte, il est sur ma LAL celui-là, faut-il que je le maintienne ? Ma première lecture de l'année est aussi une déception, je râle comme toi.

4. Karine:)  le 03-01-2011 à 13:06:47  (site)

D'abord, bonne année!
J'ai lu ce livre il y a un moment et si j'avais aimé (j'aime ces atmosphères lentes et lourdes), j'étais aussi un brin (ok, un gros brin) frustrée par le truc qui n'est pas résolu. N'empêche que je relirai l'auteur.

5. Sandrine(SD49)  le 03-01-2011 à 13:23:49  (site)

Je te la souhaite excellente cette année 2011, avec de belles lectures et de belles rencontres ;-))

6. freude  le 03-01-2011 à 13:31:30  (site)

Moi qui pensais avoir mis une pépité dans ma PAL avec ce bouquin, tu me déprimes un peu, mais bon on verra.
En tout cas, très bonne année 2011 à toi et aux tiens !

7. keisha  le 03-01-2011 à 13:35:05

Bonne année à toi, et sans déceptions! Grr...
Bon, j'aurais réagi comme toi, on lit ce genre de livre pour que ça marche, non mais!

8. Petite Fleur  le 03-01-2011 à 14:45:14  (site)

J'avais noté quelques bizarreries dans l'écriture, des coquilles assez nombreuses dans l'édition et j'avais été déçue par la fin qui laisse le lecteur en plan sur ce qui s'est passé pour Rob. Pour le reste, j'avais apprécié.

9. Petite Fleur  le 03-01-2011 à 14:45:41  (site)

Ah oui, et bonne année bien sûr :-)

10. Kathel  le 03-01-2011 à 15:08:11  (site)

Bonne année, Brize, pleine de belles découvertes et de beaux coups de g... aussi ! Clin doeil1 Il en faut, mais pas trop, je l'admets !
pour répondre à Aifelle, même si j'avais bien aimé ce livre sur le moment, il est tout à fait contournable, car il ne m'en reste pas grand chose un an après !

11. cathulu  le 03-01-2011 à 18:00:26

Bonne année à toi aussi ! Il va effectivement que blogitexpress se réveille car c'est partout le même problème on dirait !

12. emmyne  le 03-01-2011 à 20:50:29  (site)

J'allais écrire que j'avais bien apprécié ce polar mais je me rends compte qu'il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable...
Belle année à toi BrizeSourire

13. manu--  le 04-01-2011 à 09:18:21  (site)

Bonne année Brize !
Mince, il est dans ma PAL celui-ci ! Bah, je vais essayer d'oublier ce que tu en dis avant de le lire ;-)

14. In Cold Blog  le 04-01-2011 à 10:27:25  (site)

Côté lecture, l'année commence un peu froidement. J'espère que ce n'est ponctuel et que tu passeras une très belle année côté lectures (mais pas que ;o) )

15. Sassenach  le 04-01-2011 à 10:45:31  (site)

Je l'ai noté mais vu ton avis mitigé, ce ne sera qu'un emprunt à la biblio ... comme ça, si je m'ennuie, je pourrai éventuellement l'abandonner Clin doeil

16. Sassenach  le 04-01-2011 à 10:46:26  (site)

Oups, cliqué trop töt ... je te souhaite une excellent année, qu'elle soit douce et belle et remplie de belles lectures Clin doeil

17. *Valérie*  le 04-01-2011 à 12:35:01  (site)

Flute, je n'ai jamais lu cette auteure mais j'ai acheté son dernier aux USA (conseillée par les libraires). J'espère ne pas être aussi déçue.

18. Ys  le 04-01-2011 à 22:52:02  (site)

Même technique que moi : je l'ai à la maison ce livre, mais pas dans ma PAL ! Mais alors 566 pages de piétinement, ça ne me tente pas bien non plus, pourtant, Mr Ys avait aimé, j'en ai même un autre (pas un autre Mr Ys, hein...), la suite peut-être bien...
Bonne année à toi aussi, parait que ça se souhaite ;-)

19. LVE  le 05-01-2011 à 08:19:19  (site)

C'est bien aussi de pouvoir faire des cocottes en papier de 200 pages... ça fait gagner du temps Sourire)

20. brize  le 07-01-2011 à 18:42:31  (site)

@ Choco : Damned, tu avais deviné la râleuse qui sommeille en moi (et elle se réveille très vite, il faut bien le dire) !

@ La Pyrénéenne : Ce n’est pas la première fois qu’il nous fait le coup, ce blog-it !

@ Aifelle : Je rejoins l’avis de Kathel et tu as pu constater dans les commentaires qu’elle n’est pas la seule à l’avoir oublié depuis. Si je compare par exemple ce roman aux « Lieux sombres », il n’y a pas photo : les deux ne luttent pas dans la même catégorie. Mais beaucoup ont aimé, cependant.

@ Karine : J’avoue qu’a priori je n’ai pas l’intention de relire l’auteur, suite à cette première expérience.

@ SD49 : Oui, de chouettes rencontres bloguesques cette année aussi, ce serait cool !

@ Freude : La majorité des avis sont très positifs, donc tu as de fortes chances d’aimer toi aussi !

@ Keisha : Ben oui ! Surtout qu’en général, je ne m’aperçois de rien alors là, j’ai trouvé ça un peu gros !

@ Petite Fleur : Il y a de bons côtés dans le livre mais pour moi la balance a penché vers le négatif.

@ Kathel : Oui, je préfère m’enthousiasmer pour une lecture qu’être agacée parce que j’ai l’impression qu’elle m’a fait perdre mon temps (même dans le cadre d’une lecture de simple divertissement).

@ Cathulu : Le blog-it avait dû décider que lui aussi pouvait se mettre en vacances !

@ Emmyne : Apparemment, tu n’es pas la seule à constater que tu l’as plutôt vite oublié : il n’y a pas à dire, pour nos lectures l’épreuve du temps est révélatrice.

@ Manu : Oui, oublie, oublie ! Et j’espère que tu prendras plaisir à ta lecture.

@ Sassenach : Un emprunt à la biblio, ce sera très bien (et puis, tu sais à quoi ne pas t’attendre, donc tu seras moins déçue que moi, je pense).

@ Valérie : C’est un auteur qui marche bien, donc tu as toutes les chances que ce soit OK pour toi !

@ Ys : J’adore ça, que nous ayons les mêmes techniques anti PAL ! (et tu m’as fait rire avec la précision concernant ta formulation prêtant à confusion !)

@ LVE : Mais je ne sais même pas les faire, les cocottes en papier (personne ne m’a jamais appris, c’est pô juste !) !

21. Pralinerie  le 10-01-2011 à 03:07:56  (site)

Bonne année Sourire

22. Titine75  le 11-01-2011 à 10:56:02  (site)

Excellente année 2011 à toi !

23. Nanne  le 29-01-2011 à 18:31:07  (site)

J'ai ce roman dans ma PAL depuis déjà quelque temps, mais j'ai commencé par son 2ème roman, "Comme deux gouttes d'eau" que j'ai beaucoup aimé ... Ce que tu dis de celui-ci m'inciterais presque à l'ouvrir pour savoir si j'ai le même ressenti que toi sur l'atmosphère ! En retard, mais de tout cœur, une belle année 2011 malgré tout ...

 
 
 
posté le 28/12/10

"Enfance", Nathalie SARRAUTE

     De Nathalie Sarraute j’avais lu (en 1980… c’est marqué sur mon exemplaire, pas moyen de tricher !) « Portrait d’un inconnu », dans le prolongement d’études sur le Nouveau Roman et, si je n'étais pas revenue depuis vers cet auteur, j’en gardais un excellent souvenir. C’est la raison pour laquelle j’ai facilement cédé aux instances de ma fille cadette, qui avait étudié l’œuvre en classe l’année dernière, et me suis décidée à lire « Enfance » (de facture plus classique que ses autres oeuvres, elle ne vous déroutera pas si vous souhaitez découvrir l'auteur pas son intermédiaire).

      A 83 ans (elle devait mourir à l’âge de 99 ans), Nathalie Sarraute se décide à laisser venir au jour, ou plutôt aux mots, des bribes, des fragments de ce temps révolu mais dont subsistent des traces. En préambule, elle s’interroge sur l’acte d’écrire lui-même, sur cette émergence des choses voulant être écrites et sortir des limbes, comme si elles avaient une vie, une consistance propres.

   De son enfance elle a gardé des images, des séquences, qu’elle ordonne chronologiquement mais sans chercher à forcément les relier entre elles. Elles sont à prendre telles quelles, des instantanés à rebours, des ambiances, des ressentis du moment, des bonheurs très forts aux blessures fulgurantes ou sourdes, ce qui l’a marquée (et ce qui l’a construite ?), des choses qui s’expliquent, d’autres non. Régulièrement, une voix off s’immisce pour dialoguer avec elle-même, double critique de l’auteur, profitant du recul pour s’interroger avec lucidité et parfois une pointe d’ironie (tiens, voilà des « beaux » souvenirs, ceux tels qu’on les attend !) sur la nature de ces bribes émergentes, leur conformité à la « vérité » historique, leur teneur aussi (pourquoi ceux-ci et pas ceux-là ? et là, pourquoi ne te souviens-tu pas ?).

   En contrepoint se dessine une enfance entre Russie et France, où le lien à la mère souffre d’une situation incompréhensible pour une enfant (la mère s’éloigne et laisse sa fille à la charge de son père et de sa nouvelle épouse) et où le bonheur de s’instruire permet de surmonter un quotidien parfois morose.

   Sur ce vécu, Nathalie Sarraute appose des mots, des expressions, choisis avec le soin de l'artiste composant sa palette de couleurs. La qualité de son écriture subjugue, et le pouvoir qu’elle a de donner à voir les images ou les scènes qui traversent sa mémoire. Projeté à ses côtés, le lecteur regarde, entend, comme elle il comprend ou non, mais il vit, intensément et il apprend en même temps que l'enfant la force des mots lorsqu’ils sont projetés sur les choses ou les gens, et sur soi en particulier.

 

   « Enfance » fait partie de ces rares livres que j’ai lus en me disant qu’ils étaient parfaits.

 

« Enfance », Nathalie SARRAUTE

Editions Folio (277 p)

 


Commentaires

 

1. Petite Fleur  le 28-12-2010 à 12:33:17  (site)

Lu étant jeune, je l'ai remis dans ma PAL. Je ne me souvenais plus de ce qu'il racontait exactement, juste que je l'avais beaucoup apprécié et d'une ambiance particulièrement bien décrite, entre la France et la Russie, un peu cotonneuse, comme dans un rêve, mais parcourue de points d'encrage que sont les souvenirs. C'était pour moi un des chefs d'oeuvre de l'auteur, sans commune mesure avec d'autres de ses romans.

2. Stephie  le 28-12-2010 à 12:58:19  (site)

C'est le seul de l'auteur avec lequel j'ai réussi à accrocher !

3. Aifelle  le 28-12-2010 à 13:06:55  (site)

Il me tente depuis longtemps celui-là, mais je crois que la dame m'intimide.

4. keisha  le 28-12-2010 à 15:29:29  (site)

Tu es dure! La tarte complète ET le mot parfait... On a compris, il faut le lire... ^_^

5. niki  le 28-12-2010 à 15:30:17  (site)

alors là, je suis totalement tentée, je note
Clin doeil1

passe une agréable fin d'année
Surprise

6. Sylde  le 28-12-2010 à 16:52:31  (site)

Je partage tout à fait ce que tu dis dans ton article. Enfance est dans mes" préférences" pour cette année 2010

7. clara brest  le 29-12-2010 à 08:41:15  (site)

Ne pas le noter serait un crime!!!!

8. kp 78  le 29-12-2010 à 14:20:37

Alors là, la tarte complète, je ne peux que le lire ! A vrai dire, je l'avais déjà mis de côté après qu'on en ait parlé. Il est officiellement dans ma pal.
Bonne fin d'année.

9. Violette doucettement  le 29-12-2010 à 18:54:50  (site)

"parfait"? whaouhhh :-)
Je l'ai lu étudiante, j'aimerais le relire mais il m'avait déjà fait une vive impression à l'époque...

10. brize  le 31-12-2010 à 12:50:52  (site)

@ Petite Fleur : Oui, il mérite sûrement que tu le relises !

@ Stephie : Cela ne me surprend pas.

@ Aifelle : Celui-ci, je suis certaine qu'il te plairait !

@ Keihsa : Oui, sur ce coup-là, c'est la totale !

@ Niki : Bonne fin d'année à toi aussi !

@ Sylde : Avec lui, j'achève l'année en beauté !

@ Clara Brest : Je ne te le fais pas dire!

@ KP78 : Je suis sûre qu'il te plaira.
Bonne fin d'année à toi aussi !

@ Violette : C'est vrai, j'y suis allée franco, là ! (et bienvenue « Sur mes brizées » !).

édité le 31-12-2010 à 12:51:25

11. *Valérie*  le 31-12-2010 à 14:55:49  (site)

Je ne supporte pas d'entendre Claude Sarraute parler de sa mère. A l'en croire, elle avait tous les défauts cette dame. Elle avait en tout cas le talent de savoir écrire.

12. L'or des chambres  le 01-01-2011 à 23:43:53  (site)

Je te souhaite une très bonne année Brize !

13. cathulu  le 02-01-2011 à 12:20:58

Que 2011 te soit douce !

14. sylire  le 03-01-2011 à 10:46:43  (site)

C'est une lecture prévue depuis un bon moment déjà. Je n'ai renotée, du coup !

15. KUTIK  le 03-01-2011 à 16:29:37

J'ai lu ce livre il y a fort longtemps mais tu me donnes envie de le relire. Bravo pour l'écriture de cette chronique qui brille par la qualité des mots choisis, la construction des phrases, la classe !

16. brize  le 07-01-2011 à 19:08:34  (site)

@ Valérie : Je ne connais pas du tout leur histoire familiale, à la mère et la fille. Mais le talent de la mère est indéniable.

@ Sylire : Et tu as bien fait !

@ Kutik : Merci pour ce beau compliment !

 
 
 
posté le 22/12/10

Exposition "Monuments, stars du 7ème art", à la Conciergerie

  Si vous ne l’avez pas déjà repérée, voilà une exposition tout à fait digne d’intérêt !

  Elle se tient dans le cadre magnifique de la Conciergerie (dont vous pouvez poursuivre la visite dans la foulée) et illustre avec bonheur la manière dont nos monuments français (châteaux, comme ceux de Versailles, de Pierrefonds, du Haut-Koenigsbourg, pour ne citer qu'eux et cités médiévales, notamment) peuvent servir de cadre aux fictions cinématographiques.

 

  Sont convoqués à l’appui de la démonstration des films d’hier et d'aujourd'hui.  La scénographie, construite à partir de panneaux en pin qui rappellent ceux des décors, fait la part belle aux affiches de films, aux photos, gravures et maquettes, avec au passage quelques projections d’extraits de films sur grand écran.

 

   De temps en temps, des costumes ou des éléments de décor, voire deux décors repris tels quels (cf photos ci-contre et ci-dessous, que je dois à miss Ariane car bien sûr j’avais omis d’emporter mon appareil m’imaginant que les prises de vue seraient interdites !) : celui dont la fenêtre ouvre sur un paysage nous a particulièrement plu (et on pouvait voir l'envers de ce décor, avec la grande toile figurant le jardin aperçu par la fenêtre).

 

   A noter pour les plus jeunes (ou les moins jeunes, qui ont aussi le droit de s’amuser), la possibilité de s’intégrer à un décor en se positionnant devant un fond bleu ou bien en montant dans une voiture immobile avec un paysage qui file à l’arrière : dans les deux cas on voit ce que ça donne à l’écran et c’est très réussi.

 

  Bonne visite !

 

« Monuments, stars du 7ème art », à la Conciergerie

Jusqu’au 13 février 2011

entrée : 8,50 € - tarif réduit 6 € (18-25 ans) - gratuit pour les moins de 18 ans

autres détails pratiques ici 

 

 


Commentaires

 

1. Meria  le 22-12-2010 à 20:18:59  (site)

J'ai noté cette expo sur mes tablettes. En revanche je n'avais pas vu qu'elle fermait ses portes mi-février

2. Aifelle  le 23-12-2010 à 06:34:18  (site)

Je n'ai pas entendu parler de cette expo, çà pourrait être l'occasion de découvrir enfin la Conciergerie.

3. brize  le 24-12-2010 à 09:36:27  (site)

@ Meria : ça te laisse encore un peu de temps Sourire1 !

@ Aifelle : oui, ce serait une bonne occasion : l'expo et la visite te plairont, c'est sûr.

4. cathulu  le 24-12-2010 à 13:26:32

joyeux Noël, Brize !

5. Florinette  le 24-12-2010 à 14:13:14  (site)

Joyeux Noël Brize et passe de belles fêtes de fin d'année, à bientôt !

6. mango  le 25-12-2010 à 15:44:21  (site)

Joyeux Noël, Brize, et bonnes fêtes de fin d'année!

7. L'or des chambres  le 25-12-2010 à 18:33:54  (site)

Joyeux Noël et belles fêtes de fin d'année Brize !!!

8. liliba  le 27-12-2010 à 15:11:25  (site)

ça doit être très chouette ! mais pas de voyage parisien prévu pour l'instant... Bises et bonne fin d'année !

9. dasola  le 29-12-2010 à 12:38:28  (site)

Bonjour,
Je n'avais pas fait attention qu'il y avait une expo à la Conciergerie. Je la note surtout que je trouve le leu très intéressant à visiter. Et il y a toujours beaucoup de monde. Bonne journée.

 
 
 
posté le 15/12/10

"La couleur des sentiments", Kathryn STOCKETT

    A Jackson, Mississipi, en 1962, il ne fait toujours pas bon être noir, car le racisme reste profondément ancré dans les mœurs. Ainsi, dans les familles où Aibileen et Minny exercent leurs fonctions de bonnes, il est hors de question qu’elles utilisent les mêmes toilettes que leurs maîtres blancs ! Chacune des deux réagit à des incidents de ce genre en fonction de son tempérament. Minny, une forte tête, doit brider son franc-parler mais elle a du mal à conserver sa place dans les maisons où elle sert. Quant à Aibileen, elle prend sur elle, faisant passer avant le reste son amour des enfants. Elle aime s’en occuper tant qu’ils sont tout jeunes et pas encore marqués par les préjugés de leurs parents adultes, contre lesquels elle essaie de les prémunir.

   Et puis, de l’autre côté de la barrière, il y a Skeeter, jeune fille de ces bonnes familles où la domesticité est noire et qui fréquente les maisons où travaillent Aibileen et Minny. Elle fait partie de ces dames qui se retrouvent régulièrement chez l’une ou l’autre pour y prendre le thé, jouer au bridge ou préparer les futures manifestations de la Ligue à laquelle elles appartiennent. Skeeter a fini ses études et vit toujours chez ses parents, sur leur plantation. Mais elle rêve d’écrire et commence par une petite chronique de vie pratique dans le journal local, pour laquelle il lui faut avoir recours aux judicieux conseils d’Aibileen. Elle pose aussi sa candidature de rédactrice auprès d’une maison d’édition new-yorkaise et, parce qu’on lui demande alors d’écrire « sur ce qui la dérange », décide d’évoquer la vie menée par les bonnes noires de sa ville. Elle-même, en effet, a un souvenir fort de sa nounou noire, Constantine : elle l’adorait et n’a jamais compris pour quelle raison, à son retour d’université, Constantine n’était plus là, ayant subitement quitté le service de ses parents.

   Skeeter entreprend donc, dans le plus grand secret, de trouver des bonnes acceptant d’offrir leur témoignage dans le cadre d’un livre qui les rassemblerait. Et c’est par le biais d’Aibileen qu’elle compte y parvenir…

 

   L’auteur est partie d’une idée originale : laisser la parole aux Noires qui travaillent comme bonnes chez les Blancs et racontent en détail les petites choses, tendres parfois lorsqu’il s’agit des enfants, beaucoup moins quand il s’agit des adultes, qui tissent leur vie. Tour à tour, elle fait donc parler Aibileen et Minny, avant de céder la place à Miss Skeeter et, à chaque fois, elle adapte son écriture à la narratrice, si bien que leurs voix sonnent plutôt vrai, au moins autant que leurs personnages… dont je n’ai jamais pu oublier qu’ils en étaient, des personnages, c’est là le problème, mais j’y reviendrai dans ma conclusion.

    J’ai trouvé que Skeeter, pour une future journaliste, manquait singulièrement d’ouverture sur le monde (on le constate lors de son entretien téléphonique avec la rédactrice de la maison d’édition new-yorkaise), de clairvoyance aussi (elle ne paraît pas se douter de la situation difficile dans laquelle elle peut mettre les Noires qu’elle veut interviewer). Mais il est vrai qu’elle a vécu dans un milieu protégé et le roman la voit, justement, ouvrir les yeux. Il reste que, et là c’est plus ennuyeux, je n’ai pas réussi à croire réellement à la vraisemblance de sa démarche. Que des Noires acceptent de se laisser interviewer par une Blanche avec leurs propos retranscrits dans un livre, même sous pseudonyme, déjà, vu le contexte, ça me paraissait tiré par les cheveux Mais que Skeeter aille régulièrement chez Aibileen, en plein quartier noir, plusieurs mois d’affilée et après avoir sollicité des dizaines de bonnes, sans que jamais personne vende la mèche, pour moi, c’était littéralement impossible.

   Ceci mis à part, la lecture du roman fut agréable : bien mené sans être palpitant, il campe assez justement les relations existant entre deux mondes se côtoyant leur vie durant mais sans jamais franchir une barrière rédhibitoire, celle de la race. Elle exacerbe les tensions déjà potentielles dans les relations maîtres/domestiques, lesquelles rappellent aussi le temps de l’esclavage, où les Noirs occupaient déjà des fonctions de ce type. Pour autant, le quotidien des femmes de la bourgeoisie locale, qui tient une bonne place dans le roman, n’est guère passionnant, tout comme la petite vie étriquée et les amours peu convaincantes de Skeeter.

 

   « La couleur des sentiments » est un bon roman, que j’ai lu sans déplaisir mais sans passion, comme j’aurais regardé un téléfilm réussi. Là où d’autres, sur le même thème, m’avaient semblé trancher dans le vif du réel, j’ai eu jusqu’au bout l’impression d’une histoire et de personnages où je devinais l’artifice, plaqués a posteriori sur une toile de fond passionnante, dommage.

 

 

« La couleur des sentiments », Kathryn Stockett

Editions Jacqueline Chambon (526 p)

Paru en septembre 2010

 

D’autres avis chez BoB , dont je vous recommande la lecture pour nuancer le mien : tous sont en effet enthousiastes, ce qui n’est pas étonnant car ce roman a déjà séduit de nombreux lecteurs aux Etats-Unis, où c’est un best-seller.

 


Commentaires

 

1. Ys  le 15-12-2010 à 23:26:12  (site)

Je suis en plein dans l'autobiographie de Malcolm X : j'espère que cette lecture ne sera pas préjudiciable à ce livre de Kathryn Stockett que j'envisage de lire sous peu...

2. Aifelle  le 16-12-2010 à 08:05:48  (site)

Je crois que tu es la première à avoir un avis nettement plus modéré sur ce livre. Tant mieux, je l'entamerai avec moins d'attente.

3. clara brest  le 16-12-2010 à 08:40:39  (site)

Je l'ai réservé à la biblio.... je l'attends !!!

4. La Pyrénéenne  le 16-12-2010 à 09:30:30  (site)

Je vais peut-être bien faire l'impasse sur celui-ci , je n'étais déjà pas super tentée mais tu m'as carrément refroidie ! ;-)

5. keisha  le 16-12-2010 à 09:40:16  (site)

Je l'ai lu (billet prêt, parution un jour...) et après un peu de gêne vis à vis de l'idée de Skeeter et du risque qu'elle fait courir aux autres, ma foi, ça a bien fonctionné. Comme je l'ai lu en VO (yes!) je t'assure que les voix des femmes ont des styles différents (j'ai eu du mal pour Aibileen et sa syntaxe). Pour des raisons perso, je me suis posé beaucoup de questions au cours de cette lecture, y compris au sujet des toilettes...

6. Sassenach  le 16-12-2010 à 10:16:12  (site)

Ouch, tu es dure avec ce roman Clin doeil Le fait que Skeeter se rende dans le quartier sans que personne ne vende la mèche me parait assez logique ... les Noirs et les Blancs ne se parlant pas vraiment et les autres Blancs n'ayant pas l'habitude de trainer dans ce quartier, comment les amies de Skeeter auraient-elles pu apprendre la chose ? C'est sûr que les Noirs devaient le savoir mais ils n'en parlaient qu'entre eux Clin doeil Donc, cela m'a paru assez crédible (j'aurais plus de réserve quant au fait qu'aucun Noir n'ait "attaqué" Skeeter pour lui dire qu'elle n'avait rien à faire là !).

7. In Cold Blog  le 16-12-2010 à 13:40:04  (site)

Deux parts de gâteau seulement ?! Je dois dire que tu refroidis mon simili empressement à le lire. Influencé par les éloges, je me suis même fendu de la VO... qui risque de patienter plus longtemps que prévu sur son étagère.

8. Florinette  le 16-12-2010 à 18:18:03  (site)

C'est bien dommage, l'histoire était pourtant bien tentante...bon fin de semaine Brize ! :-)

9. kathel  le 16-12-2010 à 19:47:22  (site)

Comme les copines, j'aurai ainsi moins d'attentes quand je le lirai... Clin doeil1

10. manu--  le 16-12-2010 à 21:30:35  (site)

Ouch il est dans ma PAL. J'espère être plus enthousiaste que toi. C'est quitte ou double. Soit j'adhère et je passe sur les défauts, soit non. Ce qui me fait peur, c'est qu'on a tendance à pointer les mêmes défauts Oula

11. sophie57  le 17-12-2010 à 18:12:06  (site)

non tu n'es pas la seule à avoir un avis mitigé sur ce livre, largement surestimé à mon avis(voir mon billet), mieux vaut l'emprunter pàlutôt que l'acheter si on veut se faire une idée..

12. brize  le 17-12-2010 à 21:28:20  (site)

@ Ys : A mon avis, il y a du contraste dans l’air… Affaire à suivre !

@ Aifelle et Kathel : J’avais un a priori très favorable, avec tous les avis que j’avais lus, et j’ai constaté dès le démarrage de ma lecture que ça risquait de ne pas passer aussi bien que chez les autres lectrices…

@ Clara Brest : Très bien, la bibli : au moins, on lit sans risque ! Je dis cela parce que j’avais très envie de l’acheter, ce roman, et je me félicite d’avoir préféré me débrouiller pour l’emprunter en bibliothèque car ce n’est pas un livre que j’aurais gardé.

@ La Pyrénéenne : Je te dirais bien de le lire en bibliothèque, mais j’ai cru comprendre qu’il n’y en avait guère, dans tes contrées montagnardes.
Au demeurant, statistiquement parlant, ce roman a beaucoup de chances de te plaire.

@ Keisha : Je pense que c’est bien traduit. Mais, pour reprendre ton expression, parfaitement adéquate, en ce qui me concerne ça n’a pas bien fonctionné… et j’en ai été la première surprise et déçue.

@ Sassenach : Mais c’est surtout à cela que je pensais : que personne n’ait vendu la mèche parmi les Noirs, qu’elle ne soit pas inquiétée en venant jouer les inquisitrices/perturbatrices dans la population (et que, finalement, ça ne filtre pas aux oreilles des Blancs, d’une manière ou d’une autre, car un tel secret me paraît énorme à garder si longtemps).

@ In Cold Blog : Oui et je peux te dire que ce ne sont pas deux parts qui ont failli être trois (comme pour « Un bûcher sous la neige ») : non, là, c’est 2, pas plus ! Mais la grande majorité des lecteurs est enthousiaste donc il y a quand même de fortes probabilités que le roman te plaise à toi aussi.

@ Florinette : Il vaut mieux que tu te fasses ta propre idée en lisant le roman. Bon dimanche à toi aussi !

@ Manu : Ben… va falloir tester ! J’espère qu’il te plaira et que tu feras partie des enthousiastes.

@ Sophie57 : Ton avis m’avait échappé (il ne figure pas dans le recensement de BoB, auquel je viens de communiquer le lien vers ton article). Je constate que toi aussi, tu n’as pas été enthousiasmée par ce roman : ça m’étonnait, aussi, de me retrouver seule sur ce coup-là !

13. sylire  le 17-12-2010 à 22:36:00  (site)

Oui, ton billet refroidit un peu effectivement. Mais je retiens le titre tout de même.

14. Stephie  le 19-12-2010 à 08:19:06  (site)

Et bien, moi je ne l'ai pas terminé car j'ai trouvé que rien n'était original. C'est du déjà vu, déjà raconté, déjà filmé. J'ai craqué à plus de la moitié du roman.

15. mango  le 20-12-2010 à 10:58:11  (site)

Après passage chez Keisha, je vais plutôt m'en tenir à ton avis: ce thème ne me tente pas plus que ça, ayant déjà lu pas mal de romans sur le sujet!

16. anjelica  le 22-12-2010 à 13:44:08  (site)

j'aime beaucoup ton analyse qui rejoint mon ressenti sur beaucoup de points.
Moi aussi, je l'ai lu avec plaisir mais sans passion...Bof1

17. brize  le 22-12-2010 à 18:47:03  (site)

@ Sylire : On a beaucoup parlé de ce roman et il rencontre suffisamment de succès pour que tu le notes.

@ Stephie : Initialement, j’avais noté dans mon billet que j’aurais pu arrêter ma lecture en cours de route (mais je trouvais que j’étais déjà assez critique !), donc je te comprends parfaitement.

@ Mango : Oui, le thème a déjà été traité et je n’ai pas été impressionnée par la manière dont il est abordé ici.

@ Anjelica : Je viens de lire ton billet et j’y retrouve effectivement ce sentiment de gêne, de pas-vraiment-conforme-à-la-réalité que j’ai ressenti à la lecture.

18. MamzelleMelo  le 23-12-2010 à 10:14:52  (site)

C'est bien de lire un commentaire un peu pondéré. Je l'ai demandé au Papa Nowel mais j'ai subitement un peu moins envie de le lire.

19. Stephie  le 24-12-2010 à 14:23:52  (site)

Je ne l'ai même pas terminé. J'ai trouvé que c'était du déjà vu.

20. Nymphette  le 26-12-2010 à 19:43:24  (site)

Je comprends ton avis. Certaines situations sont un peu caricaturales et tirées par les cheveux. Mais j'ai été charmée par l'ensemble et j'ai eu à plusieurs reprises les larmes au yeux, ce qui a contrebalancé les défauts! La lecture en v.o m'a vraiment plongée au coeur du Mississipi!

21. Karine:)  le 27-12-2010 à 15:02:13  (site)

Un des premiers avis moins positifs. Je veux quand même le lire, ce livre, mais je suis contente de voir des avis plus contrastés... ça me donne encore plus envie de me faire m apropre opinion.

22. pom'  le 10-01-2011 à 08:40:28  (site)

j'avais deja noté ce livre puis oublié, merci de rafraichir ma mémoire

23. bene  le 14-01-2011 à 08:41:53  (site)

Pour moi, une découverte excellente!Clin doeil

 
 
 
posté le 08/12/10

"Un bûcher sous la neige", Susan FLETCHER

    Ecosse, 17ème siècle

   Le révérend Charles Leslie a rejoint les environs de Glen Coe, pour enquêter au sujet du massacre du clan des MacIan, partisans de Jacques le catholique, en exil et qui aurait été perpétré par des soldats du controversé roi Guillaume d’Orange, le protestant au pouvoir. Une femme du nom de Corrag, accusée de sorcellerie, en a été le témoin. Charles Leslie décide donc de lui rendre visite dans le cachot où elle attend son châtiment : elle sera brûlée vive dès que la neige aura cessé et que pourra prendre feu le bûcher qu’on lui a préparé.

   C’est le point de départ d’une série de rencontres. Car avant d’évoquer ce qui s’est passé à Glen Coe, Corrag veut, quand sa mort approche, raconter ce que fut sa vie.

   Elle est fille et petite fille de celles qu’on nomme « sorcières » parce qu’elles connaissent l’usage des plantes qui soignent et sauvent mais méconnaissent les usages des hommes et vivent librement, ainsi qu’elles l’entendent. Sa mère, comme sa mère avant elle, a péri d’atroce façon et c’est pour échapper à ce sort que Corrag a obéi à son ultime vœu et s’est enfuie à cheval vers le nord-ouest. Une année durant, elle a parcouru le pays, avant d’arriver dans les Highlands et de s’installer, seule, dans une petite vallée reculée sur les terres du clan MacIan, dont elle va finir par faire la connaissance.

   Au fur et à mesure que le prêtre découvre l’histoire de cette jeune fille à la stature enfantine, petite créature crasseuse enchaînée mais dont l’éloquence l’entraîne bien loin des murs de sa cellule, ses yeux s’ouvrent et son jugement change, comme le montrent les lettres qu’il adresse régulièrement à sa chère épouse, Jane. Car Corrag, qui a dû fuir ses semblables, nourrit une relation forte à la nature et serait bien incapable de blesser bête ou homme. Et il est un homme aussi, dont elle ne peut prononcer le nom sans amour : Alasdair…

 

   On suit avec empathie Corrag, de son incroyable chevauchée sur la jument qu’elle aime tant jusqu’à son arrivée en Ecosse. Marquée par le destin, c’est une jeune fille sans haine pourtant, mais prudente et méfiante car les hommes rejettent ses semblables, comme on rejette ceux qui ne rentrent pas dans la norme. Elle tient davantage de la nymphe ou de l’elfe que de la sorcière et le lecteur partage avec elle les bonheurs quotidiens que lui offre sa vie plus que rustique en immersion au cœur de la nature. Et ce n’est pas une vie ennuyeuse car il y a toujours une chose ou une créature à observer, des plantes à cueillir, un ruisseau où s’abreuver, un ciel ou des montagnes à admirer. 

 

  « Un bûcher sous la neige » est un roman sur lequel souffle le vent froid des contrées sauvages des Highlands, que ne craint pas Corrag car elle est fille du froid. Il frémit aussi du bruit et de la fureur des hommes, prompts à se battre pour défendre une foi et un roi. Et il est touché par la grâce, celle que fait naître la beauté lorsqu’on sait la voir et l’amour de son prochain, aussi. Un beau roman, même si, dans son dernier tiers, je l'ai trouvé moins rythmé et les propos de la narratrice un peu répétitifs.

 

« Un bûcher sous la neige », Susan FLETCHER

Editions Plon, collection Feux croisés (390 p)

Paru en août 2010

 

  Elles publient leur billet (enthousiaste) aujourd’hui, raison pour laquelle j’ai décidé de publier le mien aussi, puisqu’il était prêt (ça s’appelle une « lecture commune » a posteriori  ) : Sassenach (pseudo mentionné dans le roman, ce qui m'a permis d'en découvrir la signification !) et La Pyrénéenne .

  Et bien d’autres avant elles avaient parlé, la plupart du temps de manière élogieuse, de ce roman : pour une fois, je n’ai pas le courage de partir à la pêche aux liens ... mais ça tombe bien,  BoB  s'en est chargé !

 


Commentaires

 

1. George  le 08-12-2010 à 20:05:41  (site)

c'est marrant, moi j'ai surtout beaucoup aimé le dernier tiers du roman !

2. Cécile de Lecture Emoi  le 08-12-2010 à 20:13:44  (site)

Je suis sur les toutes dernières pages.... Aussi, je te lis en survol, -la fin de ton billet(2 parts de tarte aux fraises ?), le 1er comm- et je serais du même avis que George : j'en apprécie davantage encore la fin ( cela m'a coûté une nuit dernière très écourtée !smiley_id118884
Billet à venir dans les 48 heures !

3. anjelica  le 08-12-2010 à 20:16:48  (site)

je l'ai noté, je pense qu'il devrait me plaire mais va savoir quand je le lirais, c'est une autre histoire ...

4. La pyrénéenne  le 08-12-2010 à 22:46:21  (site)

Comme Cécile : 2 parts de tarte seulement ???

5. mango  le 09-12-2010 à 04:43:47  (site)

Ce roman semble pouvoir me dépayser et me transporter ailleurs, ce que j'aime bien généralement!

6. Aifelle  le 09-12-2010 à 06:41:57  (site)

J'ai adoré d'un bout à l'autre. Je n'ai pas senti de ralentissement du rythme vers la fin, mais j'avais vraiment hâte de savoir ce qui s'était passé.

7. clara brest  le 09-12-2010 à 08:57:25  (site)

J'ai adoré de la première à la dernière ligne!

8. Sassenach  le 09-12-2010 à 09:29:06  (site)

Cela m'a fait bizarre de voir Sassenach dans le roman ... presque comme si c'était mon prénom cité !!! (voilà les dégâts du fait de bloguer ... on finit par confondre prénom et pseudo ! mdr !). Tu es moins enthousiaste que moi, particulièrement sur la fin alors que de mon côté, je l'ai dévorée, voulant savoir ce qu'il allait arriver à Corrag (bon, côté Glencoe, je connaissais l'histoire donc je n'ai pas été surprise !). Et vive les lectures communes non prévues ... à croire qu'on a des dons pour savoir ce que les autres lisent au même moment Clin doeil

9. zarline  le 09-12-2010 à 11:42:16  (site)

Je suis moi aussi étonnée par les 2 parts de tarte. Jusque là, je n'ai lu pratiquement que des avis enthousiaste. Bon, il reste dans ma LAL urgente et on verra bien...

10. BlueGrey  le 09-12-2010 à 14:46:55  (site)

Je viens de le lire moi aussi ! Mais à l'inverse de toi, moi c'est le début du roman qui m'a un peu gêné : j'avais du mal à admettre qu'une jeune fille qui n'a pas reçu d'éducation, qui ne sait ni lire ni écrire, puisse aussi bien parler... Puis j'ai été totalement happée par son récit, et j'en ai oublié mes premières réticences !

11. *Valerie*  le 09-12-2010 à 15:42:59  (site)

Ah, c'est le premier avis un peu mitigé que je lis.

12. brize  le 09-12-2010 à 21:31:08  (site)

@ George, Aifelle et Blue Grey : Une fois que Corrag est parvenue à destination, j’ai trouvé que, en dehors de sa découverte des lieux et des gens, qui se fait tranquillement, il ne se passait plus grand-chose, même si ça s’accélère d’un seul coup, mais seulement tout à la fin.

@ Anjelica : Allez, tu trouveras bien un peu de temps pour ce roman : il est de saison !

@ Mango : Je suis certaine qu’il te plaira.

@ Clara Brest : Et nombreuses sont les lectrices dans ton cas !

@ Sassenach : Oui, quand j’ai vu vos billets, j’ai transféré mon document Word sur mon blog, ajouté l’image et le tour était joué : c’était sympa de se retrouver sur cette lecture (les grands esprits se rencontrent !) !

@ Cécile, La Pyrénéenne, Zarline : Il a frôlé les trois parts mais, si je voulais être honnête, il fallait que je tienne compte de ce que j’avais ressenti et j’ai bien vu que j’avais eu un coup de mou dans le dernier tiers (si ça se trouve, ça vient de moi, pas du roman), donc le 3 initial s’est converti en 2.
Mais il ne faut pas accorder à cette cotation (« cote d’amour » personnelle, dois-je le rappeler : ce n’est pas une « note » portée sur le roman !) plus d’importance qu’elle n’en a, d’autant qu’elle est relative : elle tient compte aussi des autres romans lus récemment et de la manière dont je positionne celui-ci par rapport à eux.

@ Valérie : Ce n’est qu’une réserve (voir ma réponse à Cécile et Cie juste au-dessus) et tu peux constater dans les commentaires qu’elle n’engage que moi.

édité le 09-12-2010 à 21:31:49

13. leiloona  le 10-12-2010 à 11:05:12  (site)

Voici un livre que j'aurais aimé découvrir dès sa sortie, mais je me suis laissé envahir par d'autres lectures. M'enfin, j'ai encore le temps de le lire ! Clin doeil

14. choupynettederestin  le 10-12-2010 à 15:54:30  (site)

Un roman que j'ai dévoré d'une traite. très beau portrait de femme, une histoire très bien contextualisée. Et un style enchanteur!

15. GeishaNellie  le 10-12-2010 à 18:39:39  (site)

Je le prends en note celui-ci, je suis sûre que cette « sorcière » a beaucoup à m'apprendre.

16. brize  le 12-12-2010 à 19:15:27  (site)

@ Leiloona : On voudrait bien pouvoir lire tout ce qui nous attire en même temps !

@ Choupynette de Restin : Corrag a l’art de nous emmener dans sa vallée perdue dans les Highlands : on s’y croirait !

@ GeishaNellie : Si tu aimes aussi les ambiances „Nature“, elle te plaira !

17. Stephie  le 19-12-2010 à 08:19:48  (site)

Encore un pour lequel j'espère pouvoir trouver du temps. Mais ce n'est pas gagné ;-)

18. liliba  le 27-12-2010 à 15:12:31  (site)

Un roman que j'ai dévoré... sans une once d'ennui !

 
 
 
posté le 04/12/10

"L'Enquête", Philippe CLAUDEL

   L’Enquêteur a été envoyé dans la Ville pour enquêter sur une série de suicides qui ont eu lieu dans l’Entreprise. Dès son arrivée, l’après-midi, tout va mal. Il se perd, met des heures à trouver, sous la neige, l’entrée de l’Entreprise, mais c’est pour se faire refouler aussitôt car il est trop tard pour entrer sans une Autorisation Exceptionnelle qu’il ne détient pas. Du coup, il repart en continuant à traîner sa valise, sous une pluie battante et finit par arriver, au milieu de la nuit, épuisé et trempé, à son Hôtel. Là on lui octroie une chambre impossible : un lit perdu dans une immensité, une fenêtre murée, une salle de bains microscopique.

   Et ce n’est que le début d’une visite où vont se succéder incidents et rencontres improbables, tous compliquant à loisir la vie de l’Enquêteur qui tourne littéralement au cauchemar : son état physique et moral se dégrade au fur et à mesure qu’il voit diminuer sa capacité à atteindre l’objectif qui lui était fixé…

 

   A chacun, sans doute, d’essayer les clés qui lui paraîtront les plus adéquates pour décrypter ce curieux récit métaphorique, voire allégorique. Pour ma part, ma curiosité initiale (titillée par l’objet de l’ « Enquête », d’actualité) a fini par céder la place à un certain agacement devant les obstacles auxquels le héros ne cesse de se heurter (à chaque fois, je me demandais ce qui allait encore lui tomber sur le dos …), au fil des rencontres avec des personnages (le Policier, le Guide, le Responsable…) qui, tous, lui ressemblent physiquement (il ne s'en rend pas compte mais le lecteur, si) et j’avais hâte d’arriver enfin au bout de ce parcours semé d’embûches réitérées pour voir où l’auteur voulait en venir. J’ai malgré tout résisté à la tentation de poursuivre en balayant le roman en diagonale et j’ai lu bien soigneusement (je ne voulais pas rater quelque chose qui aurait été important)… c’est court, heureusement.

   Le dénouement n’a pas, à mes yeux, racheté le reste : une suite de séquences sur laquelle chacun peut projeter ses propres angoisses, socio-politico-matérielles, existentielles ou métaphysiques, vous avez le choix, pour faire dire à ce roman ce qu’il vous paraît vouloir dire., pratique, non (mais vous me direz que c’est le propre de ce type de récit ?) ? En tout cas, alors que je me croyais plutôt sensible à la littérature de l’absurde car j’ai aimé Kafka, Beckett et Ionesco (mais peut-être, depuis, mes goûts ont-ils changé ?), là, passé l’engouement pour la plongée dans un univers et une atmosphère fantastico-oniriques (à plusieurs reprises, le narrateur se demande d’ailleurs s’il rêve ou s’il est mort) avec quelques scènes visuellement spectaculaires , je me suis plutôt ennuyée malgré quelques passages qui m’ont « parlé » et le style de l’auteur, qui décidément aime la redondance, m’a fatiguée.


« L’Enquête », Philippe CLAUDEL

Editions Stock (278 p)

Paru en septembre 2010


Les avis de : SBM , Tulisquoi , Sophielit , Daniel Fattore , Clara  ...

 


Commentaires

 

1. SBM  le 04-12-2010 à 15:17:21  (site)

Tu es un peu dure quand même... ça n'est pas l'oeuvre philosophique du siècle, c'est certain, mais j'ai trouvé que Claudel maniait bien l'absurde, qu'il faisait honneur aux maîtres. Ce que m'a en revanche plus déçue, c'est le style, bien éloigné de celui qui m'a éblouie dans "Les âmes grises".

2. *Valérie*  le 04-12-2010 à 16:48:09  (site)

J'hésitais mais le thème ne m'emballait pas. Ton avis confirme mon hésitation.

3. manu--  le 04-12-2010 à 17:08:15  (site)

Je n'ai pas aimé "Les âmes grises", donc tu penses bien que celui-ci ne me tente guère plus.

4. Aifelle  le 04-12-2010 à 17:44:57  (site)

Je ne lis pas grand chose de positif sur ce roman, je passe ..

5. clara brest  le 04-12-2010 à 19:00:25  (site)

J'ai été déçue...

6. mango  le 04-12-2010 à 19:33:36  (site)

Vu le peu d'enthousiasme que suscite ce livre, je préfère l'éviter!

7. saxaoul  le 04-12-2010 à 19:35:31  (site)

Avec Claudel, j'ai eu de bonnes et de moins bonnes surprises... Celui-ci ne me tente pas beaucoup : trop triste, trop noir !!!

8. Tulisquoi  le 04-12-2010 à 20:31:24  (site)

Je n'ai pas vue tant de redondances que ça dans ce livre. Mises à part celles qui, pour moi, semblait justifiées, comme autant de répétition de la bêtise de cette entreprise...
Mais de toute façon, on ne réagit jamais toutes (et tous) de la même façon à nos lectures... Et tant mieux, non ? Bonne soirée Brize Sourire

9. 3meraude  le 04-12-2010 à 21:11:24

J'avais, jusqu'à présent, adoré les livres de Philippe Claudel.
J'ai été plus que déçue par celui là.
L'impression de lire Kafka en moins bien.
L'impression de lire un roman pour ado. Un bon roman pour ado, certes, mais quand on n'est pas parti pour lire de la jeunesse, forcément, ça casse...
Et puis très vite, l'aspect "actualité" du roman s'en va au profit du n'importe quoi (premier sens du terme...) Bref, j'ai été très très déçue.

10. brize  le 05-12-2010 à 09:45:19  (site)

@ SBM : Allez, pour une fois que je ne coupe pas les cheveux en quatre et que je dis sans ambages (ou presque) ce que j’en ai pensé Rire !

@ Valérie : Si tu as l’occasion de l’emprunter comme moi en bibliothèque, tu peux toujours essayer.

@ Saxaoul : Le thème me tentait, mais j’ai été déçue par son traitement.

@ Tulisquoi : Je parlais du style (= de l’écriture, pas de l’histoire) lorsque j’ai évoqué les redondances : une manière d’apposer à la suite des mots ou des groupes de mots au sens très proche qui, à la longue, m’a agacée (peut-être parce que j’avais repéré le procédé, du coup je le remarquais systématiquement ; parfois on se braque sur certaines choses quand on lit, enfin c’est mon cas).

@ Emeraude : Pas vu de billet chez toi (je viens de vérifier). Mais je sais que je n’en fais pas toujours lorsque je n’aime pas, donc je me suis un peu forcée en me disant que je n’allais pas chercher à prouver quoi que ce soit par A + B, juste à dire ce que j’avais ressenti. Et je n’avais jamais éprouvé cela avec de la littérature de ce genre, au contraire, j’aimais bien être amenée à réfléchir de cette manière originale. Là, ça n’a pas marché du tout.

@ Manu : C’était le premier que je lisais de l’auteur…

@ Aifelle et Mango :
Et lorsque je l’ai rendu à la bibliothèque, la bibliothécaire m’a dit que je n’étais pas la seule à ne pas avoir été emballée…

@ Clara Brest : J’ai ajouté le lien vers ton billet, que j’ai raté lorsque j’ai fait ma recherche mais je me souviens très bien de l’avoir lu.

11. kp78  le 05-12-2010 à 10:45:03

J'avais vu une interview de Claudel sur ce livre et il ne m'avait pas convaincue. Tu confirmes ma première impression.

12. Le blog de philo  le 05-12-2010 à 11:02:59  (site)

J'ai vaillammnt résisté lorsque je l'ai vu la semaine dernière sur l'étagère de ma libraire. Je crois que je vais atendre sa sortie en format poche.

13. brize  le 05-12-2010 à 21:53:53  (site)

@ KP78 : Je reconnais que mon billet n’est guère incitatif…

@ Philo : Ou bien emprunte le en bibliothèque, pour voir.

14. DF  le 06-12-2010 à 10:46:39  (site)

Dommage! Perso, j'en garde un bon souvenir - et me réjouis de lire d'autres choses de cet auteur à une prochaine occasion.

15. Tamara  le 06-12-2010 à 16:23:24  (site)

J'espère que ça ne te découragera pas et que tu retenteras cet auteur que j'aime beaucoup (lis La Petite Fille de M. Linh par exemple...). Je n'ai pas encore lu celui-ci (si ça trouve, je ne vais pas aimer non plus !).

16. Cynthiaaa  le 06-12-2010 à 20:36:49

Deux titres lus de Claudel et pour le moment, je suis conquise ! Je vais bientôt découvrir "Le rapport de Brodeck" mais celui-ci me tente également malgré le fait que l'auteur ait changé de registre (j'aime les auteurs qui prennent des risques Clin doeil)

17. 3meraude  le 06-12-2010 à 21:01:38

En effet, je n'ai pas fait de billets ! j'ai été trop déçue... (Et puis depuis quelques mois je ne fais pas de billets sur tous les bouquins que je lis, mais celui là aurait pu être chroniqué dans la mesure où finalement, j'avais beaucoup de choses à dire, même si elles étaient négatives...)

18. A_girl_from_earth  le 06-12-2010 à 21:26:57  (site)

J'ai lu en diagonale car je suis assez fan de Claudel et j'ai cru comprendre que tu n'avais pas trop aimé. Comme je compte découvrir ce roman prochainement, je me réserve la surprise.Sourire

19. Cécile de Lecture Emoi  le 07-12-2010 à 10:01:48  (site)

Houla, coup de calcaire pour Brize !
Et tu ne m'encourages pas dans le traitement de ma PAL : les âmes grises stagnent sur mon étagère depuis 7 ans, et j'y ai rajouté par dessus le rapport de Brodeck et la petite-fille de Mr Linh (version espagnole, en plus !)
Mais apparemment, l'enquête n'est pas le meilleur (ouf pour moi !) Penses-tu te laisser tenter par un autre titre de Claudel ?

édité le 07-12-2010 à 10:02:12
édité le 07-12-2010 à 10:02:32

20. brize  le 08-12-2010 à 18:22:49  (site)

@ DF: Oui, j’ai vu que ce roman t’avait plu. J’aurais aimé qu’il en soit de même pour moi.

@ Tamara : Je finirai bien par lire “La petite fille de monsieur Linh”, depuis le temps que j’en entends dire du bien (mais, justement, j’ai un peu peur d’être déçue).

@ Cynthia : J’espère qu’il te plaira.

@ Emeraude : Ce n’est jamais agréable de faire un billet négatif, mais c’est vrai que d’autres lecteurs peuvent y voir un écho de leur propre déception.

@ a girl from earth : Tu as bien raison, je fais exactement pareil !

@ Cécile: Le « coup de calcaire » est sans doute à la mesure de ma déception Triste1.
Je crois que ce roman-ci ne fait pas l’unanimité, alors que d’autres de l’auteur ont trouvé un accueil plus favorable. Il y a donc quand même des chances que je lise à nouveau l’auteur !

21. sylire  le 09-12-2010 à 22:05:01  (site)

Tout le monde est déçu par ce Claudel. J'aime beaucoup cet auteur mais je ferai l'impasse.

22. brize  le 12-12-2010 à 19:16:41  (site)

@ Sylire : Non, pas tout le monde : il y a des lecteurs qui ont apprécié, donc si tu aimes l'auteur, ça vaut peut-être le coup de te faire ta propre opinion...

édité le 12-12-2010 à 19:17:42

23. liliba  le 27-12-2010 à 15:13:33  (site)

Je viens de le terminer et j'ai beaucoup aimé, même si ce roman m'a mise mal à l'aise, comme étouffée...

 
 
 
posté le 01/12/10

"Vivement l'avenir", Marie-Sabine ROGER

    Elle, c’est Alex, trente ans et une dégaine d’adolescent, la plupart s’y trompent d’ailleurs et ça l’arrange. Elle est de passage et vient de se faire embaucher pour quelques mois au poulailler industriel du coin. Et elle a trouvé une chambre chez l’habitant ou plutôt chez les habitants, Marlène et Bertrand, qui habitent dans une de ces zones en bordure d’agglomération tristes et sans caractère. Ex Miss Vendange 90, Marlène a la quarantaine difficile, avec ses rêves de vacances insatisfaits et tout ça à cause de Gérard, le frère de son mari, très lourdement handicapé, un empêcheur de tourner en rond que Marlène envisage même de perdre ! 

   Alex, elle, elle l’aime bien Roswell, comme elle l’a surnommé. Alors elle décide de l’emmener se promener au bord du canal, en le tirant sur une espèce de charriot de récupération.

   Au bord du canal il y a deux gars qui traînent souvent. Cédric regarde l’eau et déprime en pensant à son amie qui l’a quitté et à ses envies de changement qu’il n’arrive pas à concrétiser. Olivier, dit le Mérou, boit canette sur canette puis les jette dans le canal, parce que son grand œuvre, à lui, c’est d’en faire un barrage, de ses monceaux de canettes accumulés.

   Bien sûr, viendra le jour où ces quatre-là vont se croiser…

 

   Vous craignez un roman plombant ou au moins suintant de tristesse ? Eh bien, non ! Marie-Sabine Roger évite parfaitement cet écueil grâce à une écriture au plus près de ses personnages, qui file direct de leurs pensées à ses mots, des mots comme leurs maux de tous les jours, où l’humour est souvent la politesse d’un désespoir ou d’une désespérance qui ne voudront jamais dire leur nom. Et puis, ils sont trop jeunes ces héros, après tout, pour ne pas croire encore, heureusement, que quelque chose peut changer dans leur vie, que ça ne va pas durer ainsi éternellement, ces semaines qui n’en finissent pas à traîner de chez soi au boulot et du boulot au canal…

   Pour ceux qui les auraient lus, « Vivement l’avenir » pourrait être le fruit d’un croisement très réussi entre l’Anna Gavalda d’ « Ensemble, c’est tout » pour la chaleur humaine, la solidarité aussi et « Simple », de Marie-Aude Murail, pour les mêmes raisons avec en plus ce thème de la différence et la verdeur-gouaille du style.

Il est aussi une manière tonique et souriante de nous amener à penser à d’autres que nous mais si proches, plus humbles ou moins gâtés par la vie mais chez qui nous retrouvons l’écho de nos fuites ou de nos renoncements sans oublier celui de nos espoirs.

 

   Roman réaliste mais d’une écriture tellement piquante qu’elle tempère la tragédie possible du quotidien, « Vivement l’avenir » est un roman revigorant car le dénouement a fait avancer les choses, un peu (trop et de manière irréaliste, pour le coup, diront certains, mais j’ai aimé y croire), mais c’est déjà pas mal, ce pas vers un avenir, pour ceux qui paraissaient englués dans leur présent sans joie.

 

Extraits :

 

(du côté d’Alex)

  " Mon rêve, ce n’était pas de faire de la fumigation d’œufs de poule au formol, pour enlever les bactéries. Ni de me lever à cinq heures et d’aller au boulot en logeant la départementale dans des relents d’essence et des nappes de brouillard. Ni de louer ici, chez Marlène et Bertrand, dans ce trou du cul du monde avec vue sur la zone.

   Vous connaissez quelqu’un dont le rêve soit ça ? Vivre sa vie les deux pieds dans la merde, dans cette odeur pourrie des poulaillers industriels ?

   Dans les maternités, d’après moi, il n’y a que des princesses et des princes charmants, dans les petits berceaux en plastique. Pas un seul nouveau-né qui soit découragé, déçu, triste ou blasé. Pas un seul qui arrive en se disant : Plus tard je bosserai en usine pour un salaire de misère. J’aurai une vie de chiotte et ce sera super. Tra-la-lère."

 

(du côté de Cédric)

  " Je n’aime pas trop les expansifs.

   C’est pour ça que je le respecte à ce point, le Mérou : quand tu te tais, il n’essaie pas de t’extorquer ta vie pour savoir les quoi ou les qu’est-ce. Il fait pas psy seconde langue.

   Si je me mets à soupirer, c’est pas le genre à dire :

- Ho, Cédric ? T’es pas bien ? Tu veux pas qu’on en parle ?

   Et si je me foutais à chialer – supposons- , il ne ferait aucun commentaire.

   Au pire, il me tendrait son mouchoir, mais j’éviterais de le prendre.

   Je veux bien crever de chagrin, mais pas d’un microbe à la con."

 

« Vivement l’avenir », de Marie-Sabine ROGER

Editions du Rouergue (302 p)

Paru en août 2010

 

Autre livre de l'auteur sur ce blog :

 

 

 

 

 

 

 

 

Les avis de : Antigone , Clara , Cuné , Cathulu , SD49 , Petite Fleur , aproposdelivres , Theoma , Saxaoul , La Sardine ...

 


Commentaires

 

1. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 01-12-2010 à 08:56:36  (site)

j'ai beaucoup aimé et j'y ai aussi trouvé un p'tit côté "Ensemble c'est tout"!
ce roman est super pour chasser la grisaille!!

2. Aifelle  le 01-12-2010 à 10:51:24  (site)

A réserver donc pour une lecture détente. J'avais bien aimé "la tête en friche", je devrais trouver celui-ci à la bibliothèque.

3. Sandrine(SD49)  le 01-12-2010 à 11:11:58  (site)

Tout à fait d'accord pour la fin irréaliste, mais bon ... une chouette lecture ;-))

4. Petite Fleur  le 01-12-2010 à 11:14:22  (site)

J'avais beaucoup aimé encore une fois la plume de Marie-Sabine Roger (même si je préfère tout de même "La tête en friche" qui a un côté un peu plus joyeux). On ne sombre pas dans la tristesse, malgré le gris ambiant de l'histoire. Et la scène de la petite souris après la dent de lait... :-)

5. clara brest  le 01-12-2010 à 11:39:51

J'ai aimé ces personnages avec leurs espoirs , leurs envies et leur désillusions.Et la verve de Marie-Sabine Roger fait mouche !

6. Cécile de Lecture Emoi  le 01-12-2010 à 12:09:09

Encore un que je veux lire !!! Je le sens bien dans les périodes "j'ai besoin de baume au coeur".

Et puis trois parts de tarte aux fraises de Brize, cela ne se refuse pas, n'est-ce-pas ?

7. saxaoul  le 01-12-2010 à 13:47:56  (site)

Un livre qui fait du bien au moral, tout comme ceux de Maud Lethielleux ou de Barbara Constantine.

8. Pincureuil  le 01-12-2010 à 14:41:56  (site)

Je suis justement à la recherche de ce type de lectures "revigorantes" ! Je note !

9. cathulu  le 01-12-2010 à 18:25:57

Ce livre est une mine potentielle de citations!Sourire

10. Karine:)  le 01-12-2010 à 19:30:28  (site)

J'avais peur que ce soit un peu plombant, en effet... mais bon, si tu dis que non, pourquoi pas. Quand il croisera mon chemin, ceci dit!

11. brize  le 01-12-2010 à 19:34:30  (site)

@ La Sardine : Oui, même si la tonalité est plus sombre (j’ai ajouté ton lien, que j’avais oublié ; au fait, ton blog est bien répertorié dans le moteur de recherche de Calepin, sur « Romans et lectures » ?).

@ Aifelle : Pas si détente que ça, la lecture, malgré tout, car l’auteur pointe avec beaucoup de lucidité un désenchantement ordinaire (mais réel) et s’il n’y avait pas l’humour, on verserait vite dans une tristesse accablante.

@ SD49 : Je craignais le dénouement, mais heureusement que l’auteur a choisi celui-ci, qui laisse perdurer l’espoir.

@ Petite Fleur : « La tête en friche » est plus joyeux, sans conteste. Dans celui-ci, l’auteur n’hésite pas à être réaliste et heureusement qu’elle manie l’humour à la perfection, parce que la réalité de ses personnages n’est pas gaie du tout (et pour les dents… c’est plutôt la description de la technique d’arrachage qui m’a frappée : j’en avais entendu parler, mais là, c’était précis !).

@ Clara Brest : Oui, elle est douée, Madame Roger !

@ Cécile et Pincureuil: Le « baume au cœur » ou le revigorant ne sont pas immédiats et heureusement qu’il y a l’humour, parce qu’on ne leur envie pas vraiment leur existence, à nos héros…
@ Cécile : C’est vrai que les 3 parts de tartes, je ne les donne pas facilement ! Il y en a pas mal ces temps-ci, parce que j’ai eu de bonnes pioches… mais ça ne va pas durer (dans les prochains billets, il y a déjà au moins deux cas où je me suis moins régalée, dommage).

@ Saxaoul : Je n’ai lu que « A Mélie sans mélo », de Barbara Constantine et « Vivement l’avenir » a un fond plus sombre, malgré l’humour et le dénouement.

@ Cathulu : Oui, l’auteur a l’art de la formule qui fait mouche !

@ Karine : ça pourrait TRES facilement l’être, s’il n’y avait pas la verve de l’auteur : elle réussit à rester en équilibre, sans sombrer dans le pathos et pourtant le contexte n’a rien de folichon.

12. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 01-12-2010 à 20:27:59  (site)

merci!!

sinon, je ne sais pas... que dois-je faire??

13. brize  le 01-12-2010 à 20:39:07  (site)

@ La Sardine : Dans mes "liens" sur le côté droit du blog, tu trouveras le blog "Romans et lectures" de Calepin. Sur ce blog, en haut à droite, il y a un lien vers le moteur de recherche dans les blogs de lecture que Calepin a créé et dont je me sers lorsque je veux retrouver les billets sur tel ou tel livre. Ton blog est peut-être déjà recensé et j'ai juste raté ton billet, c'est possible : le mieux est que tu vérifies et si jamais il ne l'est pas, tu contactes Calepin pour lui demnander de l'enregistrer.

14. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 01-12-2010 à 21:16:55  (site)

d'accord, je vais regarder ça! merci beaucoup Brize Sourire

15. Tamara  le 02-12-2010 à 12:25:53  (site)

Je n'ai jamais lu cet auteur, mais son humour pourrait me plaire, je pense !

16. leiloona  le 03-12-2010 à 16:31:33  (site)

Ce sera mon prochain achat !Sourire

17. brize  le 12-12-2010 à 19:19:50  (site)

@ La Sardine : De rien !

@ Tamara : Si les extraits te plaisent, alors oui !

@ Leiloona : Bon choix !

18. céline de enlivrezvous  le 11-01-2011 à 15:35:00  (site)

Ta note enjouée me tente, d'autant que j'avais apprécié "La Tête en friche" !

 
 
 
posté le 29/11/10

Quand la réalité rejoint la (science) fiction...

    Il y a peu de temps, j’ai lu « Le Monde Vert », de Brian Aldiss, un roman de SF qui dépeignait une Terre totalement parasitée par les plantes, dont le règne avait quasiment supplanté toutes les autres formes de vie.

   Or voilà que je lis dans les pages du magazine « Le Mensuel » de novembre (qui rassemble les meilleurs articles parus dans Le Monde durant le mois précédent) un article de Gaëlle Dupont, envoyée spéciale aux Etats-Unis, publié le 19 octobre 2010 et intitulé « La mauvaise graine de Monsanto » (1). Elle y évoque l’agriculture intensive et mécanisée du Mid-South américain, mais c’est pour préciser tout de suite après :

 

  « […] depuis quelque temps, les fermiers les plus modernes du monde doivent revenir à des outils d’un autre âge, la houe et la pelle, pour déloger la mauvaise herbe qui envahit leurs champs. L’amarante de Palmer est surnommée pigweed (« l’herbe à cochon »), entre autres vocables si grossiers que les agriculteurs n’osent pas les répéter. Ce n’est pas une petite herbe folle mais « un monstre »,dit Claude Kennedy, directeur de la station agricole expérimentale du bourg de Marianna : « Elle est de plus en plus agressive et prend des formes si étranges que parfois elle me fait presque peur .» La plante peut pousser de 5 cm par jour et atteindre plus de 2m de haut. Avec ses branches tourbillonnantes, elle rappelle les arbres torturés qui peuplent les films du maître du fantastique, Tim Burton. Il arrive que ses racines cassent les moissonneuses.

  Elle est le rejeton non désiré d’un mariage qui fut longtemps sans nuage entre les agriculteurs américains et les semences OGM Roundup Ready, la technologie phare de Monsanto. »

 

   Oui, parfois, la réalité rejoint la (science) fiction… mais dans certains cas, on préfèrerait que non !

 

(1) vous pouvez lire l'article in extenso ici .

 


Commentaires

 

1. cathulu  le 29-11-2010 à 21:03:54

C'était à prévoir effectivement !

Merci pour l'info !

2. michel_serialecteur  le 29-11-2010 à 21:22:55

Très bon magazine, je n'en manque pas un
Si la nature se venge, c'est normal, non ?

3. Aifelle  le 30-11-2010 à 07:05:44  (site)

Cà devait bien arriver, vont-ils comprendre pour autant ?

4. Gwe(naelle)  le 30-11-2010 à 09:05:16  (site)

En ce moment, je trouve que la réalité, dans des domaines très divers, flirte un peu trop avec la fiction, voire, comme tu le dis, la science fiction...

5. niki  le 30-11-2010 à 10:12:05  (site)

info très intéressante, qui confirme tout le mal que l'on dit des OGM
merci de l'avoir diffusée

6. choupynettederestin  le 30-11-2010 à 11:28:25  (site)

a jouer aux apprentis sorciers....
en parlant de roman de SF, The day of the triffids est excellent.

7. brize  le 30-11-2010 à 14:40:11  (site)

@ Cathulu et Niki : C’est le rapprochement avec ma lecture récente qui m’a amenée à faire ce billet car je n’ai pas l’habitude d’aborder ces sujets sur mon blog, bien qu’ils m’intéressent/me préoccupent vivement, comme beaucoup d’entre nous.

@ Michel : Pas étonnant, en tout cas, et d’autant plus dommage qu’il existe une agriculture respectueuse de l’environnement parce qu’en harmonie avec lui (cf Pierre Rabhi et l’agroécologie).
Et pour "Le Mensue", je n'en rate pas un non plus. Le problème, c'est que je suis incapable de m'en défaire ensuite : j'ai envie de les conserver (d'autant plus qu'ils ont une très belle mise en page + iconographie), mais ils ne vont pas tarder à prendre de la place, cette place qui me fait déjà cruellement défaut dans mes bibliothèques (vivement que je retourne vivre en province, pour être un peu plus grandement logée !).

@ Aifelle : Il faudrait bien, pourtant…

@ Gwenaëlle : Je n’ai rien contre le progrès, mais raisonné s’entend.

@ Choupynette : C’est exactement ça.
Je connais le roman que tu évoques de nom, mais je ne l’ai pas lu.

8. zarline  le 30-11-2010 à 16:44:11  (site)

La lecture du Monde selon Monsanto m'avait vraiment marquée. Je connaissais déjà les problèmes rencontrés avec les cultures Roundup Ready mais j'avais trouvé les informations de Marie-Monique Robin vraiment intéressantes. Je te le conseille si tu veux pousser plus loin.

9. brize  le 02-12-2010 à 21:13:16  (site)

@ Zarline : Il me semble l'avoir déjà aperçu en bibliothèque : il faudra que je l'emprunte.

10. GeishaNellie  le 10-12-2010 à 18:42:23  (site)

Ah wow ! Je crois que l'on se dirige vers pas mal de difficultés là !

11. La Nymphette  le 14-12-2010 à 14:04:24  (site)

Et à mon avis, on n'a pas idée de ce qui va nous tomber sur le museau!

 
 
 
posté le 28/11/10

"Frida", un film de Julie Taymor

     C’est la lecture récente de « Un autre monde », de Barbara Kingsolver, qui m’a donné envie de voir un film que j’avais boudé, « Frida », consacré à la vie de la célèbre peintre mexicaine Frida Kahlo (1907-1954). Et malgré une ou deux réserves, mon impression d’ensemble est excellente.

   J’ai été gênée non par le fait que les acteurs s’expriment en américain (c’est un film américain) mais par le fait qu’ils aient tous un accent mexicain ! Passe encore pour Salma Hayek, puisqu’elle est mexicaine, mais les autres aussi, même lorsque leur langue maternelle est l’américain. Ça donne l’impression bizarre d’avoir voulu faire couleur locale, mais sans authenticité et cela déteint par exemple sur le personnage de Diego Rivera, pourtant bien choisi et interprété. Je n’en dirai pas autant de Trotski, joué par l’acteur de loin le moins convaincant du film !

 

   Ceci dit, Salma Hayek, dont la ressemblance avec le modèle a été accentuée, est extraordinaire : tout, chez elle, est Frida, personnalité incroyablement vivante qui ne s’est jamais posée comme victime, alors qu’un terrible accident (qu’on ne peut voir, dans le film, sans en être bouleversé) a eu des conséquences dramatiques et durables sur son état physique.

   J’ai beaucoup aimé, aussi, les passages où la réalisatrice a recours à des techniques d’animation pour évoquer par exemple la découverte de l’Amérique par le couple Rivera/Kahlo ou pour relier les tableaux de Frida à sa vie et à son imaginaire.

 

   Tourné sur les lieux-mêmes où vécut l’artiste, avec des couleurs et une musique superbes, « Frida » est une biographie filmée réussie bien que partielle (2 H pour une vie), parfois émouvante et toujours intéressante.

 

« Frida », un film de Julie Taymor (2002)

 


Commentaires

 

1. Reka  le 28-11-2010 à 19:45:16  (site)

J'ai vu ce film il y a plus de trois ans, je me souviens avoir eu de grandes difficultés à l'apprécier. Je crois avoir relevé un souci éthique qui brusquait mes valeurs personnelles...
En tout cas, je n'ai pas aimé :/

2. Ys  le 28-11-2010 à 21:02:18  (site)

L'actrice est celle qui joue dans la pitoyable adaptation de "Demande à la poussière", et effectivement, elle joue une Mexicaine, avec l'accent et c'est très bien. Elle est la seule qui ne se sort pas trop mal de ce film, et encore, je ne l'ai pas trouvée inoubliable.

3. La Pyrénéenne  le 28-11-2010 à 21:07:13  (site)

Je l'ai vu en DVD il y a déjà un moment et j'avais beaucoup aimé , d'autant plus que je ne connaissais quasiment rien d'elle avant !
J'en avais fait un billet, rangé dans la catégorie DVD ... et je ne dis pas ça pour que tu fasses un lien mais plutôt si mon avis sur le sujet t'intéresse ! :-D

4. Aifelle  le 29-11-2010 à 06:51:48  (site)

Je ne l'ai pas vu à sa sortie et je ne suis pas sûre d'avoir envie de le voir maintenant. Je préfèrerais lire une biographie.

5. Sassenach  le 29-11-2010 à 08:59:58  (site)

J'ai vu ce film il y a quelques années et j'avais bien aimé Sourire Par contre, je ne suis vraiment pas tentée par le livre de Kingsolver !

6. La Pyrénéenne  le 29-11-2010 à 10:19:50  (site)

J'ai satisfait ta curiosité d'hier ! smiley_id2007637Clin doeil

7. zarline  le 29-11-2010 à 14:46:39  (site)

Je me suis faite la même réflexion que toi. Après Un autre monde, j'ai envie de continuer ma route avec ces personnages si attachants (dans le livre du moins) et je pensais aller louer le DVD à l'occasion.

8. niki  le 29-11-2010 à 14:58:50  (site)

beaucoup apprécié le film, il est vrai que je suis une grande admiratrice de frida kahlo

9. brize  le 29-11-2010 à 18:12:09  (site)

@ Reka : Tu es trop vague concernant ton « souci éthique », du coup je ne sais pas trop quoi te répondre, car j’ai peur de tomber à côté de la plaque (= j’ai bien une idée, mais je ne suis pas sûre que ce soit cela qui t’ait choquée).

@ Ys : Là, elle est très bien et quand je regarde sa filmographie je me demande si ce n’est pas le seul rôle qui soit à sauver (ou alors je n’ai pas bien fait attention et j’ai raté d’autres films de qualité…).

@ La Pyrénéenne : J’ai lu ton article et nous nous rejoignons exactement pour dire que l’actrice est Frida !

@ Aifelle : Oui, si elle est bien rédigée, une biographie doit être passionnante et bien plus complète.

@ Sassenach : Nobody’s perfect Rire !

@ La Pyrénéenne : Est-ce que j’ai droit à d’autres vœux Magicien ?

@ Zarline : J’ai eu de la chance car le film passait sur une des chaînes auxquelles je suis abonnée.

@ Niki : Frida Kahlo est une artiste que j’ai découverte il n’y a pas si longtemps que cela. Je ne sais pas si j’aime ce qu’elle fait mais en tout cas cela ne me laisse pas indifférente.

10. Kathel  le 29-11-2010 à 20:05:04  (site)

J'ai lu une biographie de Frida Kahlo il y a une quinzaine d'années (pour le prix des lectrices de Elle) et c'était vraiment passionnant ! Par contre, il faut que je recherche l'auteur... Recherche faite... Je ne vois pas !

11. brize  le 30-11-2010 à 10:56:18  (site)

@ Kathel : Dommage ! La référence m'aurait intéressée. Si jamais tu la retrouves un jour, n'hésite pas à venir donner l'info.

12. sylvielectures  le 02-12-2010 à 14:50:07  (site)

Je te conseille Diego et Frida, un très beau texte de Le Clezio.
J'ai lu ce livre il y a plusieurs années mais j'en garde un beau souvenir.
j'ai vu le film dont tu parles il y a longtemps, j'avais bien aimé.

édité le 02-12-2010 à 14:50:55

13. dasola  le 02-12-2010 à 18:02:12  (site)

Bonsoir Brize, pour une fois, le fait que les acteurs jouent en anglais avec un accent mexicain ne m'avait pas gênée. J'ai beaucoup apprécié ce film sur une femme dont je ne connaissais pas l'oeuvre. Quelle vie de souffrance physique elle a eu. Salma Hayek est en effet très, très bien. Bonne soirée.

14. GeishaNellie  le 10-12-2010 à 18:43:48  (site)

Il faut que je le revois ce film là. Je l'ai vu il y a un bon bout de temps, mais grâce à mon voyage au Mexique j'ai beaucoup appris sur Frida et j'aimerais comparé mes nouvelles connaissances à cette adaptation.

 
 
 
posté le 25/11/10

"La ballade de Lila K", Blandine LE CALLET

     Des hommes en noir, armés et casqués, font irruption et l’arrachent à sa mère, à laquelle on enfile une camisole de force et dont les yeux lui lancent désespérément un dernier regard d’amour. Tel est l’unique souvenir conservé par Lila de celle qui lui manque tant et qu’elle ne cessera de vouloir à tout prix retrouver.

   Après, ce fut le Centre. Où il fallut tout apprendre : à marcher, à se nourrir, à supporter la lumière et le contact. Plus tard aussi, quand elle eut une dizaine d’années, vint Monsieur Kauffmann, qui lui fit découvrir la musique, les mots des poètes et les livres disparus. Et vint aussi le temps où il fallut se préparer à quitter le Centre…

   Dehors, il y a la ville et, à l’extérieur, la Zone. Des hélicoptères de surveillance patrouillent régulièrement. Les livres, dangereux car porteurs potentiels de germes dangereux pour la santé, ont été quasiment tous remplacés par les grammabooks. Votre concierge peut être une chimère et, dans la chambre de votre bébé comme dans celles du Centre et partout autour de vous, les caméras ouvrent l’œil en permanence, pour assurer votre sécurité, bien sûr.

   Bienvenue en 2107.

 

 

   Dès le départ, j’ai été scotchée au récit (à la première personne) de Lila, embarquée avec elle au Centre, participant à cette réadaptation imposée, accrochée au fil de sa voix plus vivante que tout le reste de son corps, de son énergie à dire non à ce qui l’entoure, à se débattre pour exister comme elle le veut, jusqu’à ce que son intelligence la pousse à comprendre qu’il lui faut changer et s’adapter pour vivre. Il se dégage une force incroyable de cet enfant puis de cette jeune fille, à laquelle fait écho une narration tendue et vibrante qui vous happe car on se demande bien sûr ce qui est arrivé au juste à Lila avant qu’elle débarque au Centre et comment elle va pouvoir (s’)en sortir. Aucun pathos au demeurant : Lila est une battante, certes terrorisée à l’idée de côtoyer ses semblables mais portant sur son environnement un regard lucide. Et comme elle n’a pas sa langue dans sa poche, on ne risque pas de déprimer ou de s’ennuyer quand on l’écoute raconter ce qu’elle a vécu et toutes les pensées qui lui passaient par la tête.

   Le parcours de Lila est aussi l’occasion pour l’auteur d’esquisser les contours d’une société du futur où la sécurité de tous passe par le contrôle omniprésent, voire la censure, Lila pourra le constater lorsqu’elle travaillera à la Grande Bibliothèque.

 

   « La ballade de Lila K » conte avec brio l’histoire passionnante d’un individu qui doit se trouver et trouver sa place dans une collectivité régie par des codes drastiques (prolongements des nôtres ?) et dont l’affirmation identitaire passe par la réappropriation de son passé avec la quête de sa mère : un roman psychologique donc, avant d’être un roman d’anticipation (1) , que j’ai dévoré !

 

(1) Constat qui s’est effectué, mais c’est très personnel, au prix d’une certaine déception/frustration dans le dernier tiers : j’étais persuadée (je prenais mes désirs pour des réalités, mais qui peut empêcher le lecteur de s’approprier le livre… voire de le réinventer ?) que l’auteur allait profiter de l’histoire individuelle de Lila pour élargir son propos, en s’intéressant davantage à la société qu’elle dépeignait jusque là uniquement comme une toile de fond (prometteuse). Cela n’a pas été le cas (l’auteur explique, je l’ai entendue ensuite dans une interview, qu’elle ne souhaitait pas prendre cette direction) mais, du coup, j’ai trouvé le roman moins innovant que je l’escomptais, il m’a semblé que j’avais finalement lu une histoire certes superbement racontée mais déjà connue, sauf qu’elle avait été relookée sur le mode anticipation, ce qui en accentue peut-être un peu la résonance, mais pas plus.

 

« La ballade de Lila K », Blandine LE CALLET

Editions Stock (394 p)

Paru en septembre 2010

 

Les avis de : Keisha , Clara , Sophielit , Sandrine , aproposdelivres , la Pyrénéenne ...

 


Commentaires

 

1. Sandrine(SD49)  le 25-11-2010 à 13:00:51  (site)

pas de déception du tout de mon côté, j'étais "à fond" dedans ;-))

2. *Valérie*  le 25-11-2010 à 14:27:34  (site)

Il me fait de l'oeil celui-là!

3. emmyne  le 25-11-2010 à 14:58:56  (site)

Je découvre ce roman grâce à toi...ou à cause de toi ??? o)

4. La Pyrénéenne  le 25-11-2010 à 16:04:21  (site)

J'ai adoré .... vraiment ! Je pense que Lila K restera dans mon petit panthéon personnel de personnages de romans .

5. MamzelleMelo  le 25-11-2010 à 16:09:27  (site)

Je l'ai acheté récemment et avec un tel article j'ai encore plus hâte de m'y mettre !

6. Sassenach  le 25-11-2010 à 16:45:11  (site)

Il a aussi beaucoup plu aux participantes du club lecture mais pour l'instant, je n'ai pas encore réussi à mettre la main dessus ... peut-être lors de la prochaine rencontre le 8 décembre Sourire

7. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 25-11-2010 à 16:52:43  (site)

il est sur ma LAL!!!!

8. zarline  le 25-11-2010 à 17:04:59  (site)

Initialement, je n'étais pas vraiment tentée par ce livre, même si j'ai bien aimé Une pièce montée. Mais les avis positifs qui se multiplient commencent à me faire changer d'avis. Par contre, ton dernier paragraphe me déçoit un peu car c'est vraiment ce côté anticipation qui me tente.

9. keisha  le 25-11-2010 à 17:44:52

En effet, c'est tellement prenant qu'on aimerait en savoir plus sur ce monde, mais bon, le choix de l'auteur...

10. Kathel  le 25-11-2010 à 17:55:50  (site)

Ton billet, que j'ai survolé, s'ajoute aux autres avis positifs, ceux de Véronique, de Keisha... Tant mieux, ce livre est dans ma PAL !

11. brize  le 25-11-2010 à 18:49:36  (site)

@ Sandrine : J’étais « à fond » aussi… mais avec une attente.

@ Valérie : Je l’avais repéré dès sa sortie !

@ Emmyne : Tu verras : tu me remercieras !

@ La Pyrénéenne : J’ai ajouté le lien vers ton billet (en plus, je l’avais mis de côté dans mon GR et je suis revenue le lire comme prévu !), que j’avais oublié en route.

@ MamzelleMelo: Bonne (future) lecture !

@ Sassenach : On se l’arrache, à ce que je vois !

@ La Sardine : Il faudrait qu’il passe de la LAL à la PAL !

@ Zarline : Le livre te satisfera peut-être malgré tout de ce côté-là, mais moi j’attendais davantage alors que c’est vraiment centré sur le personnage de Lila K et son évolution personnelle. Ce qui ne m’a pas empêchée d’aimer (mais c’est mieux d’être prévenue avant, je trouve, comme cela on a moins d’attente pour l’aspect anticipation).

@ Keisha : Oui, c’est exactement cela : l’auteur ne voyait pas les choses comme j’aurais souhaité qu’elle le fasse (elle a le droit !).

@ Kathel : Je suis quasiment sûre qu’il te plaira !

édité le 25-11-2010 à 18:50:30

12. Cécile de Lecture Emoi  le 26-11-2010 à 00:53:48

Après la Pyrénéenne, tu enfonces le clou : il devient une lecture indispensable dans les prochaines semaines !

13. sylire  le 26-11-2010 à 22:09:55  (site)

Je suis très tentée. J'avais aimé son précédent et je l'ai entendue parler de celui-ci à la grande librairie. Très convaincante !

14. Pincureuil  le 27-11-2010 à 09:11:42  (site)

La tarte n'est donc pas totalement complète...mais tu donnes très envie de le lire !

15. brize  le 28-11-2010 à 11:36:51  (site)

@ Cécile : Si on a été convaincantes, c’est parfait !

@ Sylire : J’avais moi aussi aimé le précédent et je trouve celui-ci meilleur.

@ Pincureuil : Ah, mais c’est que, la tarte, elle est TRES rarement complète !
D’ailleurs, il y a peut-être des romans sur lesquels je reviendrai d’ici un an pour leur donner une part supplémentaire, si je constate a posteriori qu’ils ont finalement été marquants (pas toujours évident à déterminer sur le coup, on peut se tromper dans un sens comme dans l’autre). Mais ce ne sera pas le cas pour celui-ci : pour tout te dire, il a failli n’avoir que deux parts en raison du (1), mais j’ai trouvé que ça n’aurait pas été lui rendre justice, compte tenu du plaisir pris à sa lecture !

16. Hathaway  le 30-11-2010 à 08:33:46  (site)

J'ai aimé Une pièce montée et j'ai reçu celui-ci dans mon dernier swap, je pense qu'il est le prochain que je lirai ! Il me tarde vraiment !

17. GeishaNellie  le 10-12-2010 à 18:45:50  (site)

Me rappelle tellement d'autres livres que même s'il est tentant, je vais m'abstenir. J'ai peur d'être déçue.

18. brize  le 12-12-2010 à 19:34:05  (site)

@ Hathaway : Oui, je me souviens avoir aperçu ce roman dans ton billet de déballage de colis-swap ! Bonne future lecture !

@ GeishaNellie : Je ne sais pas à quels autres romans il te fait penser (ça m’intrigue un peu, d’ailleurs), mais si tu ne le « sens » pas, tu as sans doute raison de ne pas forcer.

19. liliba  le 27-12-2010 à 15:14:25  (site)

Ah je veux absolument le lire !

20. pragmatisme  le 19-02-2011 à 22:04:19

j'ai bien aimé ce roman futuriste. Quelle vie pour Lila qui après le placard connait le pensionnat et l'hôpital psychiatrique,La liberté n'existe pas dans ce monde sécuritaire. Je ne regrette pas de l'avoir lu

 
 
 
posté le 22/11/10

"Corpus delicti - Un procès", Juli ZEH

    Mia Holl, jeune et brillante biologiste jusque là sans problème, vient d’attirer l’attention des services du tribunal d’instance. Elle est accusée de « Non-respect des déclarations obligatoires |…]. N’a pas transmis ce mois-ci les rapports concernant le sommeil et l’alimentation. Effondrement brutal des performances sportives. N’a effectué chez elle ni mesure de la pression artérielle, ni analyse d’urine ». Or nous sommes dans une société du milieu du XXIème siècle où la (bonne) santé est devenue une obligation légale et le devoir de tous. Gage de réussite, la Méthode s’applique donc invariablement et le contrôle individuel en fait partie. C’est ainsi que Mia se retrouve convoquée pour venir s’expliquer devant la cour.

   Mais Mia traverse une période douloureuse : elle ne sort pas de chez elle, où elle entretient de longues conversations avec cette Fiancée Idéale que son frère lui a léguée avant de mourir, accusé d’un crime qu’il assurait ne pas avoir commis, quand son ADN avait permis de l’identifier comme coupable.

   Alors qu’elle voudrait simplement qu’on la laisse tranquille, le temps de revenir à elle, Mia va être brutalement confrontée aux forces vives de la Méthode, qui lui opposent les diktats de la norme à laquelle elle doit se conformer. Face à une juge dont l’amabilité tourne vite à l’agacement, à un avocat qui a l’art d’envenimer maladroitement les choses et à un journaliste intransigeant mais fascinant, elle se heurte à un système apparemment impitoyable… mais pas forcément infaillible.

 

   « Corpus delicti » dissèque avec brio les mécanismes d’un totalitarisme qui a pris la forme de la Santé avant tout. Et le « procès » évoqué par le titre n’est pas seulement celui d’un individu opposé au Pouvoir, qu’il met en cause même involontairement, mais celui d’un système, la Méthode, et à travers lui de tous les systèmes visant le bien-être général au détriment de la liberté individuelle.

   Si les personnages servent les desseins de l’auteur, ils n’en demeurent pas moins des personnalités à part entière, Mia surtout, jeune femme attachante que le lecteur observe s’engluer dans une situation devenant inextricable, comme l’insecte pris dans la toile d’une araignée. Son intelligence et sa rationalité ne lui suffisent en effet pas toujours lorsqu’il s’agit de deviner la rouerie des partisans de la Méthode. Mais son manque de clairvoyance s’explique aussi par l’état de confusion dans lequel l’ont laissée le procès puis la disparition de son frère et dont témoigne l’étrange figure de la Fiancée Idéale. Entraînée dans les engrenages d’un système qui la dépasse, elle devient ainsi l’instrument tour à tour des partisans ou des détracteurs de la Méthode.

 

   Porté par une écriture de qualité et une réflexion exigeante, « Corpus delicti » est un roman d’anticipation politico-philosophique prenant, où la logique d’un système poussée à son paroxysme bascule dans l’absurde. Un réquisitoire implacable et convaincant !

 

« Corpus delicti – Un procès », Juli ZEH (240 p)

(paru en Allemagne en 2009)

Editions Actes Sud (septembre 2010)

 

Autres livres de Juli ZEH sur ce blog :

  

 

 

 

 

 

 

 

Les avis de  : Cuné , Fashion , SeriaLecteur , Chiffonnette .

 


Commentaires

 

1. keisha  le 22-11-2010 à 13:45:51

Déjà repéré plusieurs fois, celui là! Et sa couverture aussi...

2. zarline  le 22-11-2010 à 15:47:25  (site)

Ah ben pour ma part, je ne me serais pas arrêtée sur cette couverture très science fiction mais le sujet et ton billet me font changer d'avis. Je vais aller voir ça de plus près.

3. Ouliloula  le 22-11-2010 à 16:16:08  (site)

Il est dans ma PAL depuis un petit mois... convaincue que je suis par la couverture (je suis fan) mais également par le thème...

Il me tarde de le lire (dans mes priorités en décembre!)

Très belle chronique!

4. Kathel  le 22-11-2010 à 18:25:55  (site)

Je l'avais repéré, ainsi que "La balade Lila K" que j'ai trouvé d'occasion la semaine dernière... mais je veux absolument découvrir Juli Zeh un jour ou l'autre aussi ! Nous avons les mêmes tentations, on dirait ! Clin doeil1

5. La Pyrénéenne  le 22-11-2010 à 19:41:23  (site)

J'y retrouve quelques similitudes avec la ballade de lila K que j'ai adoré ... et je suis assez tentée ! ;-)

édité le 22-11-2010 à 19:41:43

6. michel_serialecteur  le 22-11-2010 à 21:03:16  (site)

Merci pour le lien

Ravi qu'il t'ai plu, à lire avec méthode donc (sic)

7. kp78  le 23-11-2010 à 07:28:45

Sujet original ! Ce livre est bien tentant !

8. Sassenach  le 23-11-2010 à 09:29:25  (site)

L'histoire m'a l'air intéressante mais j'ai peur du côté "polico-philosophique" !!!

9. Titine75  le 23-11-2010 à 11:47:50  (site)

Je l'ai terminé il y a peu de temps et j'ai beaucoup apprécié ce roman d'anticipation. J'ai juste une petite réserve, les démonstrations et explications sont un peu longues. Ce sont des passages très intéressants mais je trouve que cela fait perdre du romanesque à l'histoire.

10. brize  le 23-11-2010 à 21:36:51  (site)

@ Keisha : Je l’avais repéré dès qu’il a été annoncé, parce que, depuis „La fille sans qualités“, je guette les romans de Juli Zeh (qui ne sont pas tous traduits, je l’ai constaté quand je suis allée cet été en Allemagne, mais je n’ai pas le courage de me lancer dans la lecture en v.o.).

@ Zarline : C’est pour cela que je l’ai qualifié d‘“anticipation“, parce qu’il n’y a pas de SF au sens où elle peut rebuter certains, avec machines, extraterrestres etc. C’est plutôt un roman où la prospective permet de se poser de bonnes questions sur ce que nous voulons faire de nos sociétés et de nos vies.

@ Ouliloula : Merci ! J’espère qu’il te plaira (et bienvenue „Sur mes brizées“ !) !

@ Kathel : Ah oui, on a eu exactement les mêmes envies de lectures !

@ La Pyrénéenne : Je comprends ce que tu veux dire, avec ce dénominateur commun que représente la préoccupation sanitaire, mais tu constateras, si tu lis aussi celui-ci, que les deux sont en réalité très différents : chez Juli Zeh, Mia représente malgré tout un personnage emblématique, ce qui n’est pas le cas pour Lila K, dont l’aventure individuelle, même si elle se déroule dans un environnement spécifique, reste une histoire personnelle.

@ SeriaLecteur : C’est pas faux !

@ KP78 : Il te plairait, je pense.

@ Sassenach : Il y a des passages assez denses, très intéressants et qui, pour ma part, mériteraient une relecture tranquille pour mieux les apprécier, maintenant que je ne suis plus pressée (stressée) par la découverte de la suite de l’histoire (si le roman sort en poche, je l’achèterai, puisque je l’avais emprunté à la bibliothèque, car je serai contente de le relire).

@ Titine75 : C’est aussi ce qui lui donne cette densité particulière, je trouve.

11. Bibliomanu  le 24-11-2010 à 09:35:27  (site)

Je rattrape mon retard de lecture sur ton blog... J'ai "la fille sans qualités" dans mes étagères (on me l'a chaudement recommandé). Pour "corpus delicti", j'ai entendu du bon et du moins bon mais je crois que je vais faire comme avant : me fier à l'histoire si elle semble me plaire et tant pis si ça ne fonctionne pas. Pour celui-ci, la quatrième de couverture m'a tout de suite donné envie de le lire. On verra bien.

12. manu--  le 24-11-2010 à 17:19:40  (site)

Je suis davantage tentée par "La fille sans qualité", noté depuis que tu en as vanté les mérites !

13. Gwe(naelle)  le 24-11-2010 à 20:40:13  (site)

J'ai déjà feuilleté ses livres précédents et n'ai pas trop accroché à son style mais voilà, avec un tel billet, maintenant, je doute et j'ai envie de retourner y jeter un œil... ;-)

14. brize  le 24-11-2010 à 21:18:16  (site)

@ BiblioManu : Tu peux lire en priorité « La fille sans qualités » : ce roman m’avait bluffée et, des trois que j’ai lus de l’auteur, c’est celui que je place en tête.

@ Manu : Même avec le recul, « La fille sans qualités » continue à me faire autant d’impression que lorsque je l’avais découvert : durablement marquant, je le constate !

@ Gwenaëlle : Aïe, c’est ennuyeux si tu n’aimes pas son style (que, pour ma part, j’apprécie beaucoup), car on le retrouve bien dans cet opus-ci.

15. GeishaNellie  le 10-12-2010 à 18:47:57  (site)

Je le prends en note ! J'adore la couverture et en plus, j'aime bien l'idée du totalitarisme par la santé.

16. brize  le 12-12-2010 à 19:34:58  (site)

@ GeishaNellie : oui, l'idée est bien vue, et la couverture de même !

17. céline de enlivrezvous  le 11-01-2011 à 15:36:37  (site)

Je note aussi, "La fille sans qualité" m'avait glacée mais beaucoup plu !

 
 
 
posté le 19/11/10

Challenge "A lire et à manger", avec "La délicatesse", de David Foenkinos

    Il y a (déjà !) un an, je m’inscrivais à l’appétissant challenge « A lire et à manger » lancé par Chiffonnette.

   Dans la foulée, je lisais « La délicatesse », de David Foenkinos et je tombais, page 102, sur le petit chapitre 56 inséré au moment où Nathalie et Markus sont au restaurant et rédigé comme suit :

 

Ingrédients nécessaires pour le risotto aux asperges

 

200 g de riz arborio (ou riz rond)

500 g d’asperges

100 g de pignons de pin

1 oignon

20 cl de vin blanc sec

10 cl de crème liquide

80 g de parmesan râpé

huile de noisette

sel

poivre

 

 

Pour les tuiles au parmesan

 

80 g de parmesan râpé

50 g de pignons de pin

2 cuillères à soupe de farine

quelques gouttes d’eau

 

   Ni une, ni deux, mon choix était arrêté : c’est cette recette que je ferais (bon, pour les tuiles, je me suis dit qu’on verrait ça une autre fois !).

   Depuis… eh bien, du temps a passé, avec lui la saison des asperges (heureusement qu’on peut les trouver surgelées), mais je n’ai pas changé d’avis et y’avait donc plus qu’à, d’autant que la date fatidique de clôture du challenge, à savoir le 15 décembre, approchait à grands pas (je dis ça mine de rien, des fois qu'il y aurait des retardataires comme moi , mais vu l'état de certain de mes challenges, vaut mieux que je ne la ramène pas trop)  !

 

   Mission accomplie hier soir !

   Je confesse que c’est la première fois que je faisais un « vrai » risotto, avec le riz spécifique cuit dans les règles de l’art et tout et tout (d’habitude, mes risottos me servent à recycler des restes de plat en sauce, agrémentés de parmesan bien sûr + éventuellement des ingrédients supplémentaires qui peuvent me passer par la tête, dès lors qu’ils se marient bien avec la base, et j’utilise du riz normal).

   Pour les amateurs, sachez qu'en cherchant sur internet "risotto aux asperges", j'ai trouvé la recette (images à l'appui de sa réalisation) correspondant aux ingrédients (exactement la même liste)  ici (y compris comment faire les tuiles, pour les plus courageux). Je l'ai suivie de loin : j'ai utilisé du bouillon de volaille plutôt que l'eau de cuisson de mes asperges vertes pour que le risotto ne devienne pas verdâtre et j'ai oublié la crème (que j’avais pourtant sortie), mais franchement ça n’en avait pas besoin. 

   . 

    A l'arrivée, le résultat était (sans me vanter ... et ce n'était qu'un risotto !) délicieux !

 

   Bon appétit !

 

 


Commentaires

 

1. KUTIK  le 19-11-2010 à 09:30:07

Tu n'as pas voulu essayer une recette du livre de Martin Suter ? Il faut dire que c'est de la cuisine moléculaire qui demande un appareillage spécifique ! En tout cas bravo mais tu es une cuisinière émérite de toutes façons.

2. Petite Fleur  le 19-11-2010 à 09:45:59  (site)

Pas une fana des asperges, mais en risotto ça peut très bien passer ! Je note et je demanderai à ma moitié de faire ça. Bah oui, c'est lui qui cuisine :-)

3. emmyne  le 19-11-2010 à 09:47:05  (site)

Mais si, mais si, tu peux te vanter, parce que je note la recette ( pour l'ado qui adore le risotto, évidemment Sourire)

4. Gwe(naelle)  le 19-11-2010 à 10:30:23  (site)

Et, tu nous invites quand pour une dégustation? ;-)

5. Acr0  le 19-11-2010 à 12:40:54  (site)

Ah c'est super ! BRAVO !
J'aurai bien voulu participer au challenge, mais je n'ai rien trouvé dans ma MEL (pal/lal) qui puisse aller :/

6. pincureuil  le 19-11-2010 à 13:42:22  (site)

Je la note, cette recette, moi qui adore les risottos (d'ailleurs, ce livre me fait de l'oeil aussi)...

7. mango  le 19-11-2010 à 14:37:17

C'est une très bonne idée ce risotto! Tu me donnes une idée pour un prochain repas, moi qui ai toujours tendance à cuisiner toujours les mêmes plats!

8. niki  le 19-11-2010 à 14:51:55  (site)

j'en salive tant je trouve cela joli
smiley_id239911

9. manu--  le 20-11-2010 à 19:33:20  (site)

Miam un bon risotto ! J'ai faim !

10. Lounima  le 22-11-2010 à 00:54:56  (site)

Voilà qui m'a l'air bien appétissant !! ;-)

11. kp78  le 22-11-2010 à 09:11:36

Voilà qui donne envie de cuisiner ! Je vais ressortir mes ustensiles de cuisine cette semaine.

12. Tamara  le 22-11-2010 à 16:57:16  (site)

Je n'ai jamais fait de risotto (et j'ai dû en manger 3 dans ma vie !) mais ça m'a l'air dans mes cordes, un jour où je cuisinerai... :-) (version sans crème, ça m'ira très bien, en plus !)

13. brize  le 23-11-2010 à 21:14:42  (site)

@ Kutik : Ouh la la ! Les recettes de Martin Suter, là, faudrait que je sois réellement une cuisinière émérite, pour ne serait-ce que les tenter Rire1 !

@ Petite Fleur : Cool, la moitié qui cuisine !

@ Emmyne : Pas folle, l’ado : elle sait ce qui est bon Fillette !

@ Gwenaëlle : No problemo ! Si tu passes visiter le château, fais-moi signe pour venir goûter le risotto !

@ Acr0 : C’est vrai que j’ai eu de la chance en tombant sur cette recette !

@ Pincureuil : Le livre est encore meilleur que le risotto, c’est pas peu dire !

14. brize  le 23-11-2010 à 21:18:36  (site)

@ Mango : Ne t’inquiète pas, tu n’es pas la seule !

@ Niki : Au cas où tu ne l’aurais pas deviné : vert + orange = mes couleurs préférées !

@ Manu : Alors, y’a plus qu’à tester : direction, la cuisine !

@ Lounima : Et ça l’était !

@ KP78 : Te connaissant, je me dis que tu ne les as jamais tout à fait rangés !

@ Tamara : Oui, avec le bouillon + le parmesan, pas besoin de crème, c’est déjà bien assez savoureux (je n’ai pas dit « gras » !) comme ça !

 
 
 
posté le 17/11/10

"Reckless" (tome 1), Cornelia FUNKE (avis adulte + avis ado)

    Agé de douze ans, Jacob Reckless découvrit dans le bureau à l’abandon de son père, disparu depuis quelques années, un miroir permettant l’accès à un autre monde, où les hommes côtoient des créatures fantastiques. Il s’y échappa régulièrement, y passant de plus en plus de temps, mais veillant toujours à ce que son jeune frère, Will, ne le surprenne pas. Sur place, il se fit une alliée précieuse, Fox la renarde.

   Douze ans plus tard, il se retrouve dans ce monde féerique et doit tout faire pour que Will, qui l’y a inopinément rejoint, échappe au sort funeste qui l’attend : blessé lors d’un combat avec les Goyls, ces redoutables hommes-pierre en guerre contre les humains, il est en train de se transformer lentement en l’un d’eux, puisque sa peau, progressivement, prend l’aspect de la pierre. C’est le moment que choisit Clara, l’amie de Will, pour passer à son tour de l’autre côté du miroir.

   La quête acharnée de Jacob pour trouver un remède au mal qui ronge Will en brisant le sortilège va les plonger tous les quatre dans une série d’aventures périlleuses…

 

 

Mon avis :

   Avec « Reckless », j’ai eu le plaisir de pénétrer dans un univers qui m’a rappelé celui des contes de mon enfance, auxquels le roman se réfère à plusieurs reprises, mais en en proposant parfois une version plus âpre car revue et corrigée par Cornelia Funke. Cette incursion dans le merveilleux s’est faite au côté de personnages suffisamment caractérisés pour être crédibles, par leur attachement surtout (Jacob protège son frère, Fox veille sur Jacob, Clara aime Will…) qui, en plus de motiver leurs actions, les rend justement attachants. Quant à l’histoire elle-même, la trame en est simple mais les péripéties s’enchaînent sans temps mort, toutes liées à la volonté de Jacob de sauver Will et j’ai lu le roman, rythmé par des chapitres courts, très rapidement. Surtout, j’ai goûté les surprises nées de l’environnement, fidèle à l’imaginaire classique des contes mais parfois très innovant : lieux originaux (l’île des fées gardée par des licornes pas très aimables, le palais souterrain des Goyls à l’architecture aérienne…), créatures étranges (nains, sorcières etc mais, en première ligne, les Goyls, incroyables êtres proches de l’homme mais à la peau de pierre, cette pierre à laquelle ils se sentent intimement liés), objets magiques, recours aux sortilèges et aux métamorphoses.

 

         Joliment illustré par l’auteur elle-même, « Reckless », roman (jeunesse) d’un genre pour moi inhabituel, fut une lecture que je qualifierais volontiers de rafraîchissante bien que le récit soit sombre : elle m’a en effet projetée dans le pays des contes, délaissé depuis fort longtemps, et ces retrouvailles m’ont enchantée.

 

(à noter que ce premier tome peut se lire sans avoir besoin d'attendre la suite car il y a déjà une fin, même si elle est provisoire...)


   Je cède maintenant la parole à Ariane : contrairement à moi, non seulement elle fait partie du public visé (elle aura bientôt 16 ans) mais en plus elle ne découvre ni l’auteur, ni le genre.


L’avis d’Ariane :

   Ayant lu « Cœur d'Encre » lorsque j'avais une dizaine d'années et ayant décrété alors qu'il était mon roman favori, je gardais de très bons souvenirs des œuvres de Cornelia Funke (« Le Prince des Voleurs », notamment, m'avait fascinée.)

   Je me lançai donc dans la lecture de « Reckless » avec un excellent a priori, ce qui ne fit au final qu'accentuer ma déception. En effet, si l'objet en lui-même est très beau (magnifiques illustrations à chaque début de chapitre), le contenu ne m'a pas semblé au niveau.

   Beaucoup de clichés, tout d'abord : le miroir qui permet de pénétrer dans l'autre monde nous rappellera l'armoire magique du second tome de « Narnia », le père disparu, le caractère des différentes « races » (nains avares et râleurs, fées dangereuses, etc.), la malédiction à briser avant un certain délai... Pour ceux qui auront lu « Cœur d'Encre », Fox ne sera pas sans leur rappeler Gwin, la martre de Doigt de Poussière. De même, la relation entre Clara et Will semble calquée sur celle de deux personnages de « Cœur d'Encre ».

   L'intrigue en elle-même manque de rebondissements. Pas de grandes surprises ou de retournements de situation extravagants. L'ensemble apparaît donc comme plutôt plat, et l'intérêt principal est la découverte du monde dans lequel on est plongés.

   Malgré la reprise de codes « classiques » du fantasy, Cornelia Funke a inventé des lieux intéressants. Cependant, on ne fait que les effleurer et l'on s'en éloigne quelques pages après. Le Tailleur, personnage dont il est question durant un chapitre, est aussi très réussi, nous évoquant une sorte de « Edward aux mains d'argent » maléfique.

   La véritable création de l'auteur reste néanmoins les « Goyls », créatures de pierre maudites et rejetées par les humains. Ils constituent le cœur du livre. 

 

   Si mon ressenti est plutôt négatif, je dois tout de même préciser que cette lecture avait été précédée peu de temps auparavant par celle du « Chagrin du roi mort », de Mourlevat, roman fantastique qui m'avait subjuguée. Cela n'a donc pas joué en faveur de « Reckless », que RTL  jeunesse (sur la quatrième de couverture) considère comme une sorte de conte, mais qui est bien loin de la poésie présente dans l'œuvre de Mourlevat. J'ai donc comparé les deux romans malgré moi, et la barre était placée très haut...
   Enfin, pour ceux qui voudraient lire du fantastique/fantasy jeunesse, je conseille donc plutôt « Cœur d'Encre », « Narnia », « Ewilan », « Artemis Fowl » ou les œuvres de Jean-Claude Mourlevat.

 

« Reckless - tome 1 : Le sortilège de pierre », Cornelia FUNKE

Editions Gallimard Jeunesse (328 p)

 

Les avis de : Bladelor , SBM , Ulaz ...

 


Commentaires

 

1. Sandrine(SD49)  le 17-11-2010 à 08:21:11  (site)

Très sympa cette idée du double avis, bravo !

2. SBM  le 17-11-2010 à 08:37:09  (site)

@Ariane : plutôt plat ? mince, j'y ai trouvé beaucoup d'imagination pour ma part, à partir d'un matériau ancien. Et j'échange volontiers 10 Bottero contre ce livre.

3. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 17-11-2010 à 09:23:03  (site)

merci pour ce bel avis commun, très sympa! Sourire

je pense que je vais passer mon tour, je n'avais pas du tout accroché à "Coeur d'encre"... plus tard peut être!

4. Thalie2  le 17-11-2010 à 09:34:02  (site)

Il est dans ma PAL. Je vais essayer de ne pas le lire avec des a priori mais en général les avis des ados sont loin d'être inintéressants surtout pour moi qui , grâce à mon métier, ai les même lectures qu'eux LOL. A suivre donc...
Je trouve génial votre idée de commenter à deux.

5. Sassenach  le 17-11-2010 à 11:11:52  (site)

Je ne connais cette auteure que via Coeur d'encre et en plus, même pas avec le livre mais avec le film qui en a été tiré ! Et comme le film ne m'a pas totalement emballée, je n'ai pas été tentée de me jeter sur le roman !

6. brize  le 18-11-2010 à 20:44:12  (site)

@ SBM de la part d’Ariane : Je ne nie pas le fait qu’il y ait beaucoup d’imagination, simplement, je ne trouve pas que celle-ci déteigne sur l’intrigue. Elle m’a semblé ne concerner que les lieux et les personnages. L’histoire en elle-même n’est pas particulièrement originale…(je préfère Bottero smiley_id1464855 ! )

@ SD49, La Sardine et Thalie2 : C’est BoB qui nous en avait donné l’idée, à l’occasion d’un partenariat auquel nous avions participé, sur « Etranger à Berlin ».

@ La Sardine : D’après Ariane, « Cœur d’encre » est mieux, donc si tu n’a pas accroché, celui-ci me paraît avoir peu de chance de te plaire.
@ Thalie2 : J’espère qu’il te plaira !


@ Sassenach : Si j’en crois ma spécialiste maison, le film était loin de rendre justice à la qualité du roman (et je veux d’autant mieux la croire que, de mon côté, j’avais trouvé très en dessous du roman l’adaptation du premier tome de la trilogie des « Royaumes du Nord » de Pullman, pour citer un autre exemple d’adaptation de roman jeunesse décevante pour les lecteurs fans).

édité le 18-11-2010 à 20:51:08

7. Karine:)  le 30-11-2010 à 20:41:26  (site)

J'aime beaucoup ce double avis. Très intéressant! Ce qui risque de me plaire à moi est exactement ce qui n'a pas plu à la demoiselle: j'aime qu'on reprenne certains éléments et qu'on les recycle, surtout quand il est question de contes. Et j'aurais identifié le miroir à Alice! C'est vraiment intéressant (je sais j'ai dit ce mot 2 fois... shame on me) de voir comment les références diffèrent. Et bon, faut que je lise Coeur d'encre.

8. brize  le 12-12-2010 à 19:37:52  (site)

@ Karine : si l'on en croit miss Ariane (et je dois reconnaître qu'elle est de bon conseil, j'en ai fait l'expérience récemment en lisant enfin "Le combat d'hiver", de Mourlevat, qu'elle voulait que je lise depuis... mettons deux ans !), cette trilogie "Coeur d'encre" est hautement recommandable !

9. Emily alias Well-read-kid  le 05-02-2011 à 21:21:32

Ce fut pour moi une très bonne surprise. j'ai découvert un texte presque poétique, avec des personnages attachants et un monde qui m'a rappelé mes lectures d'enfance. Aucune fausse note !

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article