posté le 05/11/08

"La meilleure part des hommes", Tristan GARCIA (autopsie d'une déception)

Des années 80 à nos jours, le roman s'intéresse à trois personnages. Dominique Rossi, journaliste engagé fondateur de l'association militante homosexuelle "Stand". William Miller, jeune homme qui fut son amant cinq ans durant et ne cessa ensuite de défrayer la chronique. Et enfin Jean-Michel Leibowitz, figure célèbre d'intellectuel de son époque.

 Leur évolution ainsi que celle, tumultueuse, des relations qu'ils entretiennent entre eux, est vue par l'intermédiaire de la narratrice, Elizabeth Levallois, journaliste à Libération, collègue de Rossi, amie de William et maîtresse de Leibowitz.


  Je suis entrée dans ce livre avec un a priori très favorable.

  Il était encensé par la critique. Il me permettait de varier mes lectures. Et je crois que j'attendais une rencontre forte, comme le fut naguère ma découverte du film "Les Nuits fauves" (paru en 1992), que Cyril Collard, qui y tient le rôle principal, réalisa peu de temps avant de mourir du SIDA.

  Les quatre premiers chapitres sont consacrés à une présentation des principaux protagonistes mais on a l'impression de feuilleter un album photos, il n'y a rien d’intime, simplement un bref aperçu extérieur.

  J'ai trouvé l'écriture désagréable, syncopée, hachée, avec un  langage parlé qui ne s’assume pas vraiment, une hésitation permanente entre ce qu’on dit et ce qui est ; sans doute est-ce volontaire, mais cela aboutit à une absence de fluidité du propos dont je n'ai pas perçu l'intérêt.

   La suite ne m'a malheureusement pas permis de revenir sur cette première impression décevante.

  La trame du livre est relativement simple puisqu'elle correspond aux péripéties, dans leur déroulement chronologique, balisant les relations des trois hommes entre eux : alliances nouées, ruptures et affrontements plus ou moins violents subséquents, réconciliation pragmatique face à l’ennemi. Le tout sur fond d'années SIDA, puisque c'est le thème dominant du roman, avec l'opposition de l'ancienne génération (Dominique), qui prône les moyens de protection contre le virus et de la nouvelle (William), qui revendique haut et fort le fait homosexuel comme la liberté de n'obéir à aucune contrainte, y compris d'ordre sanitaire. William voit en effet dans le mouvement homosexuel une forme de révolte contre la bourgeoisie et du coup considère que la lutte contre le sida est une récupération des homos par la société qui en profite pour leur imposer des lois, comme l’utilisation du préservatif.

  Willam commet un livre qui n’est autre qu’un salmigondis de considérations et imprécations diverses… mais contribue à l'ériger au rang d'icône homosexuelle.

  Son opposition à Dominique devient une haine sans merci et il est prêt à tout, y compris aux manoeuvres les plus abjectes, pour démolir son ancien amant...

  Quant à Leibowitz, il peine à s'accorder aux mutations de son époque.


  A aucun moment je n'ai trouvé cette narration intéressante. J'ai vu des personnages qui, plus ou moins, gesticulent (comme William lorsqu'il se présente à plusieurs reprises à l’ANPE, où il se donne en spectacle).

J'ai entendu dire (émission "Le masque et la plume" sur France Inter) qu’ils représentaient des figures de leur époque mais que ce n’était pas grave si on ne les « remettait » pas, dans 30 ans plus personne ne les remettrait non plus alors que le livre continuerait son parcours ; donc ils devraient exister en tant que tels, sauf que là ce n'est pas du tout ce que j'ai ressenti.

La narratrice (Liz) n’a aucune consistance. Mais les autres protagonistes non plus, qui n'ont de matière que celle de leurs discours et de leurs postures, politiques ou militantes : il n’y a rien sur le fond de leur personnalité. On a d'ailleurs peine à comprendre ce que Liz aime tant en William, qui paraît totalement caractériel et dénué de sentiments.

Renseignements pris sur internet (c'est bien la première fois que je procède ainsi, mais là, je voulais en avoir le cœur net), l'auteur se serait effectivement inspiré de trois personnages connus : le philosophe Alain Finkielkraut (pour Leibowitz), le journaliste Didier Lestrade (Rossi) et l'écrivain Guillaume Dustan (Miller).

  Mais ça ne m'a pas amenée à apprécier davantage (rétrospectivement) le livre pour autant.

  Ce roman ne serait-il tout simplement vanté que parce que l’intelligentsia parisienne y voit un reflet de ses propres vingt dernières années et se complaît dans le nombrilisme ?

Pourtant, ce thème de l’intelligentsia en lui-même ne me gêne pas (cf "Les enfants de l’empereur", de Claire Messud) sauf qu'ici je suis restée tout à fait extérieure à ce qui se passait.

 

  Dans cet ouvrage, unanimement salué par la critique, mais pour moi sans envergure, chronique documentaire sur les affrontements des années SIDA et de celles qui ont suivi, je n’ai vu qu’une série de portraits anecdotiques grinçants, de joutes oratoires sensées ou totalement verbeuses et ineptes (les propos vomis par William) ponctuant le déroulement d’une histoire saccadée, portée par l’air du temps, sans que rien ne m'y semble sérieusement analysé.

 

  La question homosexuelle m'a donné l'impression d'avoir été utilisée au profit d’une ambition personnelle, celle d’un auteur se disant qu’il pourrait en faire un roman (cf ce qu'il déclare dans la critique de Télérama, dont je ne me souvenais pas mais que j'ai relue ensuite, à savoir avoir voulu faire "un exercice de style"). Il manque, paradoxalement car il en est pourtant beaucoup question, de la chair à cette œuvre , de l’humanité, la chaleur que le romancier est censé insuffler à ses créations.

   C'est, à mon avis, son défaut majeur et à mes yeux rédhibitoire.

 

"La meilleure part des hommes", Tristan GARCIA

éditions Gallimard (306 p)

 

Comme vous avez pu le constater, ma critique est sévère (en partie parce que ma déception a été de taille).

Mais ce n'est que mon avis et je ne détiens pas, tant s'en faut, "la" vérité.

Aussi et parce que mon billet est, j’en ai conscience, polémique, j'invite les blogueurs de la blogosphère littéraire qui me sont connus à se faire, s'ils le souhaitent, leur propre opinion : ce roman peut donc devenir un livre voyageur qui vous parviendra si vous êtes intéressé !

P.S : et ce n'est pas la peine de dire que j'en fais un livre voyageur pour m'en débarrasser, c'est même pas (tout à fait) vrai, d'abord !!!

 


Commentaires

 

1. jdhelene  le 05-11-2008 à 11:43:11

ouah, c'est clair et net, mais longuement argumenté ! et comme ma libraire n'a pas aimé non plus, je passe !

2. fashion victim  le 05-11-2008 à 11:56:04

Tu n'es pas la seule à ne pas avoir aimé, j'ai déjà entendu (mais où ?) une mauvaise critique. Typiquement le genre de roman qui ne m'intéresse pas a priori, je passe donc. Sourire)

3. amandameyre  le 05-11-2008 à 12:36:36

je pense que je le recevrais ds une sélection ELLE, sauf s'il est exclu par le jury... donc attendons (d'ailleurs, j'ai reçu un livre encensé partout et je me suis ennuyée tellement fermement que je m'attends à tout Sourire

4. Karine :)  le 05-11-2008 à 12:45:00  (site)

D'abord, juste le fait du thème ne convient pas du tout à l'hypocondriaque je que je suis. En plus, si les personnages ne sont pas attachants ... je passe joyeusement mon tour!!

5. Alwenn  le 05-11-2008 à 15:02:59  (site)

Je passe aussi sur celui-là. Ce n'est de toute façon pas le genre de livre vers lequel je serais allée spontanément. Et oui, ça arrive de ne pas accrocher...

6. Tamara  le 06-11-2008 à 10:52:06  (site)

Eh bien, quel billet ! Tout cela pour un livre que tu n'as pas aimé, bravo de l'avoir aussi bien explicité ! ;-)

7. Florinette  le 06-11-2008 à 11:38:30  (site)

Ma libraire me l'a également déconseillé, elle l'a abandonné, et j'en comprends maintenant les raisons !

8. brize  le 06-11-2008 à 12:54:59  (site)

@ JDHélène et Florinette : Des libraires elles aussi déçues... ça n'est pas bon pour les ventes, mais pour les lectrices, c'est agréable qu'elles aient leur franc parler !
@ Fashion : Maintenant que je l'ai lu, je me dis qu'effectivement je risque de ne pas être la seule à être déçue...
@ Amanda : Oui, la critique unanime, ça ne veut pas dire à tous les coups qu'on va être d'accord, même quand on part avec, de ce fait, un a priori positif, ce qui est pourtant bon pour le livre.
@ Karine : Alors là, pour ne pas être attachants, je ne les ai pas trouvés attachants du tout !
@ Alwenn : Là, ça n'a pas accroché et je ne me suis obligée à en finir la lecture que pour avoir tous les éléments utiles afin d' en parler.
@ Tamara : Je ne ressens pas toujours la nécessité d'expliciter mes déceptions. Mais, sur ce coup-là, j'ai voulu le faire, sans doute parce que ça m'a agacée qu'on s'extasie autant sur une œuvre qui, à mon avis, ne mérite pas de faire l'unanimité, tant ses qualités ne m'ont pas paru flagrantes.

9. Aifelle  le 07-11-2008 à 16:53:14  (site)

Ce livre ne me tentait pas, voilà qui m'en détourne définitivement.

10. brize  le 08-11-2008 à 09:50:02  (site)

Ben... je ne voulais pas dissuader tout le monde, simplement expliquer ce que j'avais ressenti (en même temps, je reconnais qu'après avoir lu un tel commentaire... on risque d'avoir un peu moins envie de lire le livre !) !
D'autant qu'il y a sûrement des lecteurs qui auront aimé. Alors, s'ils passent ici, qu'ils n'hésitent pas à s'exprimer : ça permettra d'équilibrer les points de vue sur ce roman.

11. sentinelle  le 09-11-2008 à 00:10:55

Le thème à priori ne me tentait pas du tout. Après ton commentaire, encore moins lol

12. brize  le 09-11-2008 à 09:46:22  (site)

Aïe, encore une lectrice détournée du livre (en même temps, je ne me sens pas vraiment coupable, puisqu'il ne t'attirait pas smiley_id119173 !) !

13. La nymphette  le 12-11-2008 à 11:58:00  (site)

C'est d'abord le style qui m'a rebuté dans cet opus. Haché, dans un français courant très limite. Pourtant, le sujet me tient à coeur (les années 70-80, la génération SIDA etc) mais a été tellement mieux traité ailleurs ("Nés en 68", "Le premier jour du reste de ta vie", et le merveilleux roman que je lis en ce moment : "Jours de Juin")

14. brize  le 12-11-2008 à 19:28:46  (site)

Je constate que toutes les deux nous n'avons pas apprécié, entre autres, l'écriture de ce roman. Je ne connais pas "Jours de juin" et j'irai voir ce que tu en diras sur ton blog Sourire1 !

 
 
 
posté le 03/11/08

"Oh, boy !", Marie-Aude MURAIL

Les enfants Morlevent sont orphelins depuis quelques heures et redoutent plus que tout d’être séparés.

 Ils sont trois : Siméon, adolescent maigrichon de 14 ans, surdoué déjà en terminale ; Morgane, 8 ans, oreilles décollées, un an d’avance et première de sa classe ; et Venise, craquant bout-de-chou de 5 ans aux cheveux blonds et yeux bleus.

L’assistante sociale et la juge des tutelles entrent en jeu et trouvent une parenté aux orphelins, Josiane et Barhélémy, enfants d’un précédent mariage de leur père.

Mais Josiane, en mal d’enfants, n’est intéressée que par l'adorable Venise.Quant à Barthélémy, beau jeune homme égoïste et très efféminé, il  n’est pas du tout prêt à assumer le rôle de grand frère qu’on voudrait lui donner.

La fratrie va avoir fort à faire pour rester unie et respecter ainsi son jurement : « Les Morlevent ou la mort ! » ! 

 

    Encore un très bon roman de Marie-Aude Murail (dont la lecture m’avait été recommandée, après mon coup de cœur pour « Simple »), mais j’émets malgré tout une réserve. L’auteur a en effet voulu brasser un grand nombre de thèmes délicats et/ou douloureux et elle n’y va pas avec le dos de la cuillère, si bien qu’à mon avis, au final, il y a une sensation de "trop, c'est trop !". Allez (parce que ça ne révèlera rien), rien qu’en retirant  le thème de la femme battue, le roman aurait pu être un tout petit peu plus léger (c'est relatif !) et il me semble qu'il y aurait gagné en vraisemblance.

    Ce reproche excepté, "Oh boy !" est, je le répète, un excellent roman, que j’ai pris grand plaisir à lire (avec la boîte de kleenex à portée de main, pour ne rien vous cacher !). Les personnages sont intéressants, à la fois dans ce qu’ils sont et surtout dans ce que, pour certains d’entre eux, ils deviennent au fil de l’histoire. Une fois de plus, on retrouve ce qui fait la force de l’auteur : un naturel à tout casser où l’humain apparaît avec ses failles (de la faiblesse à la noirceur en passant par la méchanceté quotidienne) mais aussi ses forces (la tendresse, l’amour), un lot de situations explosives, de l’humour et de l’émotion, un sacré sens de la narration et du dialogue : le talent, quoi ! 

 

« Oh, boy ! » Marie-Aude MURAIL

Editions L’école des loisirs, collection Médium (207 p) 

 

Ayu aussi a aimé !

 


Commentaires

 

1. Leiloona  le 03-11-2008 à 18:53:14  (site)

France 2 a diffusé cette semaine une adaptation de ce roman. Clin doeil

2. Karine :)  le 04-11-2008 à 05:42:36  (site)

En lisant ton billet, j'ai un peu peur que ça fasse "accumulation de malheurs"... je crois que j'opterai pour autre chose afin de découvrir l'auteure.

3. brize  le 04-11-2008 à 09:52:38  (site)

@ Leiloona : Zut, ça m'a échappé, car je n'étais pas chez moi ! J'aurais été curieuse de voir ce que ça pouvait donner !
@ Karine : Oui, ça m'a bien donné cette impression. Pour découvrir l'auteur, je ne peux que te recommander "Simple", que j'ai aimé sans réserve !

4. Florinette  le 04-11-2008 à 16:10:58  (site)

Ça fait un petit moment qu'il figure dans ma LAL et je l'avais complètement oublié. Merci de me le rappeler ! ;-)

5. songes-litteraires  le 04-11-2008 à 21:13:30

Ce comentaire me donne très très envie de le lire :-) et la couverture est plutôt drôle! En tout cas si je le lis je reviendrais donner mon avis cette fois-ci!! A bientôt!

6. brize  le 05-11-2008 à 13:44:50  (site)

@ Florinette : Ravie de te rendre service Clin doeil1 !
@ Songes Littéraires : La couverture est une allusion à Venise et ses poupées Barbie (tu verras, c'est marrant !) et bien sûr, ton commentaire ultérieur sera le bienvenu Sourire1 !

7. saxaoul  le 18-11-2008 à 17:33:17  (site)

J'ai bien aimé ce livre que j'ai lu il y a quelques temps déjà. Marie-Aude Murail est une référence en litté jeunesse même si ses romans ne sont pas tous égaux... Par exemple, on ne peut pas comparer "Simple", qui est vraiment excellent, à "Maïté coiffure", qui est beaucoup plus léger voire superficiel.

8. brize  le 18-11-2008 à 18:32:02  (site)

Pour le moment, je n'ai lu que "Simple" et "Oh, boy", de Marie-Aude Murail, et c'est "Simple" qui reste mon préféré. Mais je pense que je lirai d'autres romans de cet auteur.

9. la-ronde-des-post-it (lasardine)  le 04-02-2010 à 09:50:55  (site)

le talent oui!! Sourire
je n'ai pas ressenti ce "trop c'est trop" mais je vois ce que tu veux dire... effectivement ^^
mais ça reste un très beau coup de coeur pour moi!!

 
 
 
posté le 27/10/08

"Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates", Mary Ann SHAFFER et Annie BARROWS

   Angleterre – Guernesey , de janvier à septembre 1946

  Juliet Ashton, 32 ans, fait la tournée de promotion du livre rassemblant les chroniques humoristiques qu’elle a publiées pendant la guerre dans le journal le Spectator, « Izzy Bickerstaff s’en va-t-en guerre », en même temps qu’elle essaie de trouver le sujet d’un nouvel ouvrage, comme elle l'écrit à son éditeur et ami, Sidney.

  Elle reçoit une lettre d’un habitant de Guernesey, Dawsey Adams, qui a trouvé son adresse dans un livre lui ayant naguère appartenu et lui demande des renseignements sur les librairies londoniennes.

  Juliet entame avec lui une correspondance qui s’étend ensuite aux membres du cercle de lecture qu’ils ont, dans des circonstances peu ordinaires, fondé sur l’île. Les relations qui se nouent entre la jeune femme et ces habitants de Guernesey deviennent de plus en plus chaleureuses…

 

 

    Les romans épistolaires sont rares et pourtant quel bonheur quand ils sont, comme celui-ci, réussis !

   D’emblée, le lecteur perçoit au travers du ton vif et enjoué de ses lettres la personnalité de Juliet et son rayonnement. Il découvre sa meilleure amie, Sophie, qu’elle connaît depuis l’adolescence, tout comme le frère de celle-ci, Sidney, qui est maintenant son éditeur.

   Juliet est une jeune femme séduisante et la question de ses amours passées et surtout présentes occupera donc une certaine place dans le roman, mais pas la principale. Pour autant, cela donne à l’ensemble, en filigrane, un aspect comédie romantique pas déplaisant du tout et original, parce que notre héroïne, très déterminée, ne s’en laisse pas conter !

   En dehors de Juliet, le roman présente de nombreuses personnalités intéressantes, en particulier celles des membres du cercle de lecture, du discret Dawsey à l’exubérante et extravagante Isolda, en passant par la bienveillante Amelia et bien d’autres encore.

   Et puis il y a une absente, Elizabeth, déportée pendant la guerre et dont tout le monde, en particulier sa petite fille Kit, attend le retour. Juliet découvre cette belle figure fougueuse et généreuse en même temps qu’elle prend conscience des conditions de vie méconnues des îliens pendant l’Occupation. Cette découverte ancre le roman dans l’Histoire et lui confère en outre un intérêt documentaire indéniable. Surtout, derrière l’humanité et la chaleur des personnages et le piquant voire la cocasserie de certaines anecdotes, la barbarie de la seconde guerre mondiale et la rudesse souvent oubliée du quotidien d’après-guerre représentent une toile de fond contrastée contribuant à l’authenticité du récit.

 

   « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures » est un roman réunissant tout ce qui fait le succès du genre : personnages forts auxquels le lecteur s’attache, intrigue amoureuse, histoires d’amitiés présentes et passées, le tout prenant place dans un récit rythmé où l’humour côtoie l’émotion née de situations ou révélations  bouleversantes et enfin puissance du paysage historique et géographique (Londres ou la Normandie en ruines, les beautés de Guernesey). Et comme il est (aussi !) question d’un cercle littéraire, le lecteur ne manquera pas d’apprécier les commentaires et réactions de ses membres face aux écrits qu’ils découvrent.

   Ce roman possède donc toutes les qualités requises pour vous faire succomber à son charme et passer un très agréable moment de lecture. Gageons qu’il devrait sans aucun doute séduire un large public (dès qu’il ne sera plus publié seulement chez France Loisirs, en « Avant première », comme c’est le cas actuellement) ! 

 

« Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates », Mary Ann SHAFFER et Annie BARROWS

Editions France Loisirs (387 p)

 

Clarabel, Joelle, Fashion, Tamara, Uncoindeblog , Karine, Caro[line] : elles ont toutes beaucoup aimé et m'ont donné envie de me plonger à mon tour dans cette correspondance !

Et le cercle des lecteurs conquis s'agrandit avec Manu, KeishaSerialecteur, Chiffonnette, Yspaddaden, Lucile ...

 


Commentaires

 

1. Leiloona  le 27-10-2008 à 09:09:22  (site)

J'attends qu'il sorte chez un autre éditeur ...
Première fois que je regrette de ne pas être inscrite chez FL ... wow

2. maijo  le 27-10-2008 à 09:37:17

Je l'ai noté il y a quelque temps: vu l'enthousiasme qu'il suscine, j'ai envie de me faire ma propre impression.

3. caverne-aux-gifs02  le 27-10-2008 à 10:01:08  (site)

coucou si tu veut des gifs , tubes , ou fond ecrans voici mon blog http://caverne-aux-gifs02.vefblog.net/
prend se que tu veut tu est le bien venu
votre blog est vraiment bien bonne contination

a tout suite a bientot

amitié jerome

4. kathel  le 27-10-2008 à 10:05:02  (site)

Il se passera peut-être un bon moment avant que je ne le lise, mais en tout cas, il est bel et bien noté et je ne le raterai pas !

5. Karine :)  le 27-10-2008 à 11:59:56  (site)

Ca a été un coup de coeur pour moi... j'adore les romans épistolaire et celui-ci tient bien ses promesses, selon moi!

6. Solen  le 27-10-2008 à 12:10:08

J'adore le titreet ton article me donne TRES envie!

7. brize  le 27-10-2008 à 20:47:10  (site)

@ Leiloona : Je n'y suis pas inscrite... mais j'ai trouvé une voisine qui l'est, elle !
@ Maijo : C'était aussi mon cas ! Résultat : j'ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman, en compagnie duquel j’ai passé un très agréable moment. J’ai dit dans mon billet tout le bien que j’en pensais, mais je ne l’ai pas signalé comme étant un coup de cœur. Peut-être parce qu’il est de facture classique … ou parce que j’avais lu des éloges tellement dithyrambiques que j’attendais encore mieux, alors que c’est déjà très bien !
@ Jerome : Bonne continuation à toi aussi !
@ Kathel : Dès que j'aurai connaissance de sa parution chez un éditeur "normal", je le signalerai dans la colonne de droite du blog.
@ Karine : Oui, c'est un très bon roman épistolaire !
@ Solen : A mon avis, c'est un roman distrayant et intelligent qui devrait conquérir un vaste lectorat.

8. levraoueg  le 27-10-2008 à 22:33:56  (site)

Comme les autres ça me fait très envie, mais non seulement je ne suis pas membre de FL, mais en plus je trouve leurs livres moches (et c'est important !). Donc je vais attendre, mais au point avec un titre pareil, on ne peut pas passer à côté...

9. brize  le 28-10-2008 à 13:38:56  (site)

C'est vrai qu'une fois la jaquette (que j'aime beaucoup) ôtée, on a une couverture unie en toile rouge pas terrible. Mais je vais m'efforcer de conserver la jaquette en bon état et le fait que le livre soit doté d'une reliure rigide m'arrange : il va circuler dans une bibliothèque tournante et au moins je le récupèrerai en bon état !

10. SD49  le 28-10-2008 à 19:21:09

je viens de le conseiller à une amie qui est chez FL peut etre aura t elle la bonne idée de l'acheter et de me le prêter !!!!

11. brize  le 28-10-2008 à 19:37:53  (site)

Hé, Hé ! Excellente suggestion !!! En plus, comme c'est une amie, tu as agis pour son bien, après tout !

12. levraoueg  le 28-10-2008 à 20:44:23  (site)

Grande nouvelle : ça y est, tu as lu 1% des nouveautés 2008 !!!

13. manu--  le 28-10-2008 à 21:42:15  (site)

Je viens de le terminer et j'ai adoré.

14. brize  le 28-10-2008 à 22:45:24  (site)

@ Levraoueg : Super !
@ Manu : Le cercle des amateurs d'épluchures de patates s'agrandit !!!

15. keisha  le 30-10-2008 à 06:55:00  (site)

Ayant lu trop de bonnes critiques, je l'ai commandé, je l'attends !

16. myloubook  le 01-11-2008 à 00:25:55  (site)

toi aussi tu as succombé !!Sourire je crois que je vais vraiment songer sérieusement à le lire maintenant !

17. brize  le 03-11-2008 à 18:19:27  (site)

@ Keisha ; C'est aussi en lisant les commentaires que j'ai décidé d'en avoir le coeur net et d'aller fourrer mon nez dans ce livre !
@ Lou : Quand j'ai commencé à le lire, je me disais : "Et si ça se trouve, il ne va même pas me plaire, à moi, ce livre !". Et quand j'ai tourné la dernière page, je me suis dit : "Zut, c'est déjà fini !"
Ce n'est pas un roman qui va révolutionner le genre mais il a, à mon avis, une saveur très plaisante.

18. liliba  le 03-11-2008 à 19:58:06  (site)

Trop bien, et j'adore le titre, je l'ai noté dès que j'ai lu ton billet, mais par contre, mon ordi a un problème avec ton blog, ça fait tout sauter quand je t'écris des comms, ou alors il faut que j'écrive hyper lentement, je ne sais pas pourquoi...

19. brize  le 04-11-2008 à 09:50:07  (site)

Liliba, le titre anglais te plairait encore davantage et il est plus explicite: "The Guernsey Literaray and Potato Peel Pie Society" !
Désolée que ton ordi et mon blog aient des problèmes de compatibilité : surtout, que cela ne te fasse pas fuir !

20. keisha  le 06-11-2008 à 08:36:50  (site)

Je l'ai commencé (in english, yes) et je fais durer un peu le plaisir car il est trop court !

21. brize  le 06-11-2008 à 08:53:32  (site)

Bonne lecture, Keisha ... et tu as raison de prendre ton temps, parce que, c'est vrai, la fin du livre arrive un peu trop vite !

22. Sassenach  le 14-11-2008 à 09:54:26  (site)

J'ai adoré ... ce sera sûrement un de mes coups de coeur de l'année Sourire Mais avec de tels personnages, difficile de ne pas succomber au charme de ce livre !

23. brize  le 14-11-2008 à 19:15:20  (site)

@ Sassenach (alias Joëlle) : Tu es une des premières blogueuses à nous en avoir parlé et j'ai noté, dans ton billet, que tu avais mis ce roman en relation avec ta visite du musée (situé à Jersey) dédié à la vie des îles anglo-normandes pendant l'occupation : la visite en août et le roman en septembre, sacrée coïncidence !

24. Armande  le 26-11-2008 à 09:33:44  (site)

Tu fais partie des privilégiées qui l'ont lu ! Grr... Je n'appartiens pas au cercle de celles qui l'ont eu entre les mains. Dommage...

25. brize  le 26-11-2008 à 18:01:08  (site)

Pour le lire, il a quand même fallu que j'aille sonner chez une voisine que je connaissais à peine mais, comme je savais qu'elle avait été professeur de français (maintenant à la retraite), je me disais qu'elle pouvait éventuellement être abonnée à France Loisirs. Bingo, elle l'était et a accepté de bon coeur que j'achète le livre par son intermédiaire !
Maintenant, il tourne dans un cercle de lecture et j'attends les réactions !

26. SD49  le 31-05-2009 à 09:51:34

Ca y est j'ai enfin trouvé quelqu'un qui me l'a prêté, et j'ai beaucoup aimé, Une sacrée galerie de personnages,et une belle histoire.
Je me demande quand même quel gout peut avoir une tourte aux épluchures de patates !!!!!!!!!

édité le 31-05-2009 à 09:52:50

27. la-ronde-des-post-it (fabi)  le 24-06-2009 à 08:12:43  (site)

après avoir lu tant de billets enthousiastes j'ai voulu faire ma curieuse et je l'ai acheté ce WE. Il est en haut de ma PAL...

 
 
 
posté le 25/10/08

"Jeux de dupes", Nicci FRENCH

    Le Dr Samantha Laschen, spécialiste des traitements post-traumatiques et mère d’une petite fille de 5 ans, Elsie, vient de quitter l’effervescence de Londres pour s’installer dans une maison tranquille sur le littoral, près de Stamford.

   C’est le moment que choisit la police pour lui demander d’héberger la jeune Finn Mackenzie, dont les parents viennent d’être sauvagement assassinés et qui a échappé au massacre. Pendant que l’enquête piétine, Finn, d’abord murée dans son mutisme, s’apprivoise peu à peu …

 

     Voilà un thriller avec lequel il faut être très patient !

    Malgré ses indéniables qualités d’écriture ( qui nous valent des personnages et  des paysages bien campés), son atmosphère intéressante (mais pas captivante), j’ai en effet failli l’abandonner quand, au bout de 170 pages (sur 439), j’ai dû admettre qu’il ne se passait toujours rien d’extraordinaire ! Néanmoins, comme on m’avait recommandé cet auteur et que j’étais poussée (une fois de plus) par la curiosité, j’ai poursuivi.

    Bien m’en a pris car enfin, vers la page 250, il se passe quelque chose (bon, d’accord, il était temps ! mais on pourrait dire aussi que tout ce qu’il y avait avant était nécessaire à la suite… si ce n’est que ça fait quand même une sacrée plage d’exposition !) et le thriller démarre. Du coup, j’ai dévoré la seconde partie du roman. 

 

    Cette (grosse) réserve mise à part (mais je fais partie des lecteurs qui, quand ils lisent un thriller, veulent du palpitant, sinon j’aurais opté pour un policier plus psychologique, comme ceux d’Elizabeth George ou P.D. James… enfin, je dis ça, mais je n’ai lu aucun de leurs romans, c’est juste que je m’imagine qu’ils doivent aller à ce rythme), voilà un roman bien ficelé et finalement plein de surprises (ce que le titre français laisse malheureusement entendre, à la différence du titre anglais « The Safe House ») , avec une héroïne qui m’a plu, le tout dans une région côtière d’Angleterre dans laquelle le livre sait nous projeter.

    En outre, je lui dois la découverte de cet auteur bicéphale qu’est Nicci French, puisque c’est en réalité un couple d’écrivains qui se cache derrière ce pseudonyme.  

 

« Jeux de dupes », Nicci FRENCH

Collection Pocket Thriller

 


Commentaires

 

1. Ys  le 25-10-2008 à 09:55:48  (site)

Effectivement, 250 pages avant que l'action commence, c'est un peu long..., limite ennuyeux, non...

2. Laetitia la liseuse  le 25-10-2008 à 09:56:24  (site)

De ces deux auteurs, j'ai lu "sourire en coin". c'est sympa à lire mais l'héroïne m'a souvent fait bondir. Je pense en relire un. Peut-être celui-là !

3. SD49  le 25-10-2008 à 12:27:44

et si je commence à la page 250 je vais comprendre quand meme ??? LOL !

4. amandameyre  le 25-10-2008 à 13:07:54  (site)

et ds les 250 premières pages, il y a de la psychologie qd même ?!

5. choupynette  le 25-10-2008 à 18:45:28  (site)

Autant j'ai absolument adoré Sourire en coin, autant je me suis ennuyée ferme avec un autre roman (dont j'ai oublié le titre, c'est dire!) de Nicci French...je crois que chez ces auteurs, il y a a prendre et à laisser!

6. Le blog de philo  le 26-10-2008 à 00:23:58  (site)

Rien à voir, mais si ça te dit un tag musical t'attend sur mon blog

7. brize  le 26-10-2008 à 09:32:54  (site)

@ Ys : Limite, en effet, parce que j'étais dans un état d'esprit d'attente d'événements (puisque je lisais un thriller) donc, au bout d'un moment, Sam et sa fille, Sam et son amant tempétueux, le lent réveil de Finn... tout cela avait beau être intéressant et bien raconté, je voulais de l'action !!!
@ Amanda : Oui, il y a de la psychologie et une bonne étude des personnages mis en scène.
@ Laetitia et Choupynette : J'en relirai sans doute un autre de l'auteur ; j'étais tentée par "Sourire en coin", dont vous avez parlé, mais en lisant la quatrième de couverture, j'ai eu l'impression que c'était encore plus ou moins une affaire de jeu de dupes, alors je ne sais pas...
@ SD49 : Pas sûr... mais tu peux toujours essayer !!!

8. Alwenn  le 26-10-2008 à 20:58:58  (site)

Je vais passer mon tour sur celui-là. En revanche, je ne savais pas que c'était écrit à "quatre" mains ! C'est un exercice difficile. D'où peut-être parfois cette impression que certains lecteurs (d'après les commentaires laissés puisque je n'ai jamais rien lu d'eux) pensent qu'il y a "à prendre et à laisser"...

9. Florinette  le 27-10-2008 à 12:18:20  (site)

J'en ai un de cette auteure dans ma PAL et j'espère qu'il n'y aura pas autant de longueurs...

10. anjelica  le 27-10-2008 à 14:01:56  (site)

Comme Choupynette, j'ai lu et aimé 'Sourire en coin' mais je n'ai rien lu d'autres de ces auteurs.

11. brize  le 27-10-2008 à 20:55:56  (site)

@ Alwenn : Je ne sais pas trop... Il faudrait peut-être aussi regarder les dates de parution des romans (je ne sais plus où j'ai lu un commentaire à ce sujet) : il me semble que "Jeux de dupes" est dans les premiers (si l'ordre de parution en France est conforme à celui des livres dans leur langue d'origine), alors est-ce que les auteurs s'améliorent au fil du temps, en affinant leur pratique ? A vérifier !
@ Florinette : Je serai curieuse de savoir ce que tu en auras pensé !
@ Angelica : Encore un commentaire élogieux sur "Sourire en coin" !

12. pom'  le 29-10-2008 à 18:05:49  (site)

je n'ai aucune patience quand je lis un thriller, j'attends de ces lectures du tonus et Nicci French en manque , j'ai aimé au début mais le dernier lu( je ne me rapelle plus lequel) m'a ennuyé.

13. brize  le 03-11-2008 à 18:20:49  (site)

Comme toi, j'attends pas mal de rythme lorsque je lis un thriller et j'en fais un critère pour juger les ouvrages du genre.

14. liliba  le 03-11-2008 à 20:00:03  (site)

E; George et PD James, j'adore ! Et j'ai lu un bouquin de Nicci French, que j'avais bien aimé, mais impossible de me souvenir du titre, et j'ai oublié de le noté dans mon super tableau de livres lus...

15. brize  le 04-11-2008 à 10:10:44  (site)

Si ça te revient plus tard, n'hésite pas à venir nous dire de quel livre il s'agit !

16. philippine  le 23-11-2008 à 10:33:49  (site)

Salut, j'aime beaucoup les Nicci French, je pense avoir lu tous leurs livres sauf celui-ci qui est dans ma pile de livres à lire ! Je te conseille Feu de glace, leur tout premier qui était absolument génial et également au pays des vivants !
bones lectures

17. brize  le 23-11-2008 à 10:37:42  (site)

Bonne journée, Philippine , et merci pour tes pistes de lectures Sourire1 !

 
 
 
posté le 23/10/08

"Best Love Rosie", Nuala O'FAOLAIN

  A cinquante-cinq ans, alors qu’elle a bourlingué dans le monde entier, Rosie éprouve le besoin de revenir dans son Irlande natale, parce que Min, la tante qui l’a élevée, semble avoir besoin d’elle.

  Mais le retour de Rosie dans la petite ville de Kilbride ne change rien à l’affaire : Min continue de traîner un peu trop au pub et passe le reste du temps au lit, murée dans un mutisme dont Rosie a bien du mal à la déloger. 

  Parce que, pour soigner la dépression de Min, Rosie furète dans des livres de développement personnel, elle a l’idée de concocter un ouvrage destiné aux plus de cinquante ans. Et pour savoir si un éditeur serait intéressé, elle contacte un ancien ami, Markey, qui a émigré aux Etats-Unis.

  Et lorsqu’il faut, finalement, qu’elle le rencontre, elle est dans l’obligation de laisser Min dans une maison de retraite le temps de son séjour à l’étranger.  Mais Min ne l’entend pas de cette oreille. Elle débarque aux Etats-Unis et, soudain, semble renaître…

 

     La première partie du roman m’a beaucoup plu. Certes, Rosie s’y interroge sur elle-même et les changements liés à son entrée dans l’âge mûr, mais elle n’est pas l’unique objet d’attention du récit. Min est un personnage haut en couleurs, dont le soudain changement d’existence est fascinant. Quant à l’histoire d’amitié de Rosie et Markey, elle est captivante.

La vie présente de ces principaux protagonistes est éclairée par des bribes du passé qui ressurgissent et permettent de mieux comprendre leurs attentes, leurs réactions.

La tonalité est alerte et l'humour régulièrement au rendez-vous, notamment avec la rédaction des "Pensées" destinées à être publiées !

 

      En revanche, la seconde partie , davantage focalisée sur Rosie, m’a paru moins dynamique et plus amère et je m’y suis un peu essoufflée. Certes, il y a la découverte, passionnante, de la maison d’enfance de Min, à Stoneytown . Mais la poursuite du parcours de Rosie (difficile d’en dire davantage sans raconter toute l’histoire, ce que je veux éviter) mène à davantage d’introspection (voire même de ressassement) et à la sensation que, quels que soient les résolutions prises et affichées et  l'appétit de vivre qui domine, la page des années-passions, où les hommes regardaient encore Rosie, semble décidément bien dure à tourner…

 

    Réflexion sur la solitude, l’amour et l’amitié, lorsqu’on atteint l’âge mûr avec ce qu’il peut impliquer de modifications dans sa vie, « Best love Rosie » est un livre fort, d’une très belle écriture et où l’on prend grand plaisir à s’immerger dans l’environnement irlandais, que ce soit celui d’une petite ville (avec les voisins et amis de Rosie, pas du tout « formatés » !) ou celui d’une presqu’île sauvage.

   Là où d’autres auraient joué la carte de la facilité (le roman aurait pu bifurquer vers la comédie romantique…), Nualo O’Faolain poursuit son chemin, son cheminement devrais-je dire, personnel. Le résultat est un livre chaleureux et âpre, tendre et sans concession, un beau roman .

 

« Best Love Rosie », Nualo O’FAOLAIN

Sabine Wespieser éditeur (529 p)

 

Kathel, Chiffonnette, Alice, Cuné, Keisha, Sentinelle, ont toutes été conquises !

 


Commentaires

 

1. Florinette  le 23-10-2008 à 11:22:54  (site)

Ah là là, celui-ci j'ai hâte de le lire ! J'ai découvert cette auteure avec son magnifique roman "Chimères" et quand je pense que celui-ci est le dernier qu'elle a écrit, ça me rend vraiment triste...

2. calepin  le 23-10-2008 à 11:47:15  (site)

Beaucoup de bonnes critiques pour ce roman... La tienne confirme ma décision de placer ce roman dans ma "liste à lire"...

3. kathel  le 23-10-2008 à 12:03:00  (site)

Tu parles fort bien de ce roman que j'ai beaucoup aimé ! Je comprends les raisons qui t'ont fait préférer la première partie. Je ne l'ai pas ressenti tout à fait ainsi et ai trouvé que la place donnée aux amis de Rosie dans la deuxième partie la rendait intéressante aussi.

édité le 23-10-2008 à 12:03:50
édité le 23-10-2008 à 12:04:05

4. maijo  le 23-10-2008 à 18:27:10  (site)

Je ne connais pas cette auteure, mais ton billet me donne envie d'aller voir de plus près.

5. brize  le 24-10-2008 à 08:17:13  (site)

@ Florinette : Je ne connaissais pas l'auteur mais, d'après ce qu'on m'a dit, "Best Love Rosie" s'apprécie encore davantage quand on connaît ses précédents romans, parce qu'on suit sa progression personnelle (il y aurait une large part autobiographique dans ses oeuvres).
@ Calepin et Maijo : Je ne sais pas si ce roman vous plaira, mais c'est une oeuvre de qualité.
@ Kathel : La seconde partie est intéressante aussi et je sais que je suis subjective dans mon appréciation, que ce qui surnage pour moi est l'effet de ma lecture, avec mon empathie pour le personnage, ce que j'ai projeté de personnel ... Je me situe vraiment, ici, dans le domaine du ressenti.

6. keisha  le 24-10-2008 à 12:10:38  (site)

Contente quetu l'aies aimé ! Sans doute la seconde partie a-t-elle plus de parties autobiographiques ; j'ai bien aimé ses réflexions sur l'âge mur, des femmes en particulier. jete mets en lien !

7. Karine :)  le 24-10-2008 à 19:06:34  (site)

C'Est l'un des romans récents que je veux absolument lire! Je compte bien me le faire offrir en cadeau de Noël!!

8. Chiffonnette  le 24-10-2008 à 20:13:34  (site)

Ravie que cette lecture t'aie plue!! Tu en parles très bien!

9. brize  le 25-10-2008 à 10:08:10  (site)

@ Keisha : Oui, c'est un thème qu'à ma connaissance on ne traite pas souvent dans la littérature et l'expérience vécue de l'auteur y apporte sûrement beaucoup.
@ Karine : Je me demande combien de livres tu vas mettre sur ta liste au Père Noël Sourire1?!!!
@ Chiffonnette : Merci ! C'est un roman que je suis contente d'avoir lu et qui fait partie de ceux qu'on n'oublie pas (contrairement à d'autres !).

10. manu--  le 25-10-2008 à 13:00:43  (site)

Je l'ai réservé à la bibliothèque !
J'avais envie de découvrir cet auteur, je pense que ce livre s'impose !

11. sentinelle  le 25-10-2008 à 17:28:34

J'ai bien aimé ce roman également, je fais donc partie de celles qui ont été totalement conquises Sourire

12. brize  le 25-10-2008 à 19:40:55  (site)

@ Manu : Donc on sait qu'il y aura à moyen terme un billet chez toi sur ce roman : on va le guetter !
@ Sentinelle : Je mettrai ton billet en lien (dans la série des lectrices "conquises" !) dès sa parution !

13. anjelica  le 27-10-2008 à 14:02:39  (site)

Je me le suis notée car cela me tente bien !

14. brize  le 27-10-2008 à 20:58:15  (site)

Ce roman suscite effectivement beaucoup de réactions très positives !

15. myloubook  le 01-11-2008 à 00:34:30  (site)

J'ai encore "Chicago May" à terminer pour les mêmes raisons : le début est passionnant puis le récit s'essouffle à mon avis.

16. brize  le 03-11-2008 à 18:24:19  (site)

Le thème de "Chicago May" ne m'attirait pas et cette impression d'essoufflement est peut-être liée au livre (une biographie assez longue, je crois). En ce qui concerne "Best Love Rosie", j'ai pour le moment l'impression que je suis la seule à l'avoir ressentie. Donc il ne faudrait pas que ça te retienne pour découvrir cette autre oeuvre de Nuala O'Faolain.

17. Choupynette  le 10-11-2008 à 18:03:34  (site)

Je viens de le commencer, on me l'a offert ! et j'aime bien le début, et le style de l'auteur.

18. brize  le 10-11-2008 à 18:16:20  (site)

Super cadeau, Choupynette ! Bonne lecture ! Je ne manquerai pas d'aller voir ton commentaire.

19. Armande  le 26-11-2008 à 09:31:15  (site)

De blog en blog, je retrouve ce livre ... Il faut impérativement que je me le procure !

20. brize  le 26-11-2008 à 18:05:28  (site)

Comme je le disais sur ton blog, tu peux aussi commencer avec "Chimères" (puisque tu as déjà lu "L'histoire de Chicago May") : il semble que cette lecture préalable permette de mieux apprécier "Best Love Rosie", qui se situe dans la continuation, en reflétant le parcours personnel de l'auteur.

 
 
 
posté le 21/10/08

"Le fait du prince", Amélie NOTHOMB

   Baptiste Bordave mène une existence sans grand intérêt jusqu’au jour où Olaf Sildur sonne chez lui, pour utiliser son téléphone. Mais à peine a-t-il composé le numéro qu’il s’écroule, mort.Baptiste décide alors de troquer son identité contre la sienne. Il rejoint le domicile d’Olaf, somptueuse villa versaillaise, où l’accueille fort aimablement l’épouse du défunt.

 

   Et voilà, c’est parti !

  Baptiste s’installe dans la demeure, baigne dans un confort ouatiné et propice à l’inaction, se fait dorloter par l’épouse d’Olaf. 

  Quant au lecteur, eh bien ma foi, il lit. Parce que c’est le dernier Nothomb (qu’on lui a prêté). Parce que c’est très court et que ça se lit vite. Par curiosité, en voulant savoir comment cela finira pour Baptiste l’imposteur, comment l’auteur retombera sur ses pieds. 

   Les faits racontés sont comme mis à distance. L’écriture est plutôt neutre, compte-rendu d’une histoire sombrant dans la routine,  même si, de temps en temps, quelques passages originaux ou amusants sortent du lot, rayons de soleil perçant la monotonie languissante de l’ensemble et rappelant que, quand elle s’en soucie, l’auteur a du talent.

   Mais ce style correspond à Baptiste, dont on peut se demander s’il est vraiment quelqu’un, lui qui se considère en gros comme une enveloppe jusque là vide, capable d’adopter la personnalité d’un quidam.

 

    D’aucuns diront qu’on est là dans une sorte de théâtre de l’absurde où les scènes quotidiennes se répètent, où le héros constamment en peignoir s’englue avec bonheur dans la dégustation oisive de ses viennoiseries matinales avant le champagne vespéral et où le champagne finit par se savourer tout au long de la journée. 

   D’autres ne verront dans ce roman qu’une paresseuse digression autour de ce fameux champagne, une histoire foncièrement creuse, une page vierge sur laquelle l’auteur écrit, au fil de la plume sans doute, en ignorant même où elle arrivera.

 

   Si ce n’était pas Nothomb qui l’avait écrit, un tel roman serait-il publié ? On est en droit de se poser la question ... 

 

   Amélie s’amuse : elle a réussi à faire une très grosse bulle de savon, elle continue à souffler, tout doucement, la bulle grossit encore. Puis elle la pose en équilibre sur sa paume et la regarde avec de grands yeux ébahis : « Chouette, un roman ! ». 

 

« Le fait du prince », Amélie NOTHOMB

Editions Albin Michel (169 p) 

 

Cuné a savouré ce "moment de plaisir brut, léger, pétillant, incongru et original".

Erzébeth aussi a aimé, qui l'a lu "un sourire aux lèvres".

Mais Monsieur Bellesahi, quant à lui, s'est "ennuyé à lire Le fait du prince".

 


Commentaires

 

1. Leiloona  le 21-10-2008 à 08:45:41  (site)

J'ai définitivement arrêté d'acheter Nothomb.
Livre court, police énorme pour combler le vide (les bulles de champagne symbolisent bien ce vide d'ailleurs). Je préfère de loin ses premiers livres.

2. maijo  le 21-10-2008 à 08:57:17  (site)

Voilà une auteure qui ne m'a jamais tentée. Je sais que ce n'est pas bien d'avoir des a priori comme ça, mais avec toutes les choses qui me tentent vraiment, ce serait bête de me forcer ;-)

3. LVE  le 21-10-2008 à 09:30:48  (site)

Oh bah tiens, j'vais faire dans l'autopromotion : http://lirevoirentendre.blogspot.com/2008/10/le-fait-du-prince-de-amlie-nothomb.html

4. Solen  le 21-10-2008 à 10:15:46

Autant, j'ai lu tout le reste de Nothomb, mais là, je ne suis vraiment pas tentée.
Sinon, de Gaudé, cours réserver "la mort du roi Tsongor", vraiment!!!

5. Aliénor  le 21-10-2008 à 10:41:20  (site)

Pour ma part je n'ai jamais eu envie de lire Nothomb. Je crois que c'est à cause d'elle; elle m'agace terriblement.

6. pom'  le 21-10-2008 à 12:50:55  (site)

avec Amelie, tout dépend de ce qu'on veut y voir, , c'est vrai que chacun l'interprète différement, au fond ces histoires sont assez neutres, simples, sans fin; elle veut peut etre laisser le choix aux lecteurs et tout le monde n'apprécie pas voulant etre guidé jusqu'au bout.

7. Alwenn  le 21-10-2008 à 16:59:16  (site)

Je n'ai jamais lu Nothomb et ça ne me tente pas, et ton billet ne va pas m'y pousser, c'est sûr ! Mais c'est peut-être salvateur... J'ai tant d'autres choses à lire... ^^

8. brize  le 21-10-2008 à 21:50:12  (site)

@ Leiloona : C'est vrai qu'imprimé "normalement", le roman prendrait beaucoup moins de pages !
Sinon, je ne peux pas apprécier l'évolution de l'auteur, que je n'ai lue qu'occasionnellement, quand le thème m'attirait (ou, ici, quand le livre m'était offert sur un plateau !).
@ Maijo et Alwenn : Il y a tellement d'auteurs dignes d'être lus que nous ne connaissons pas : il faut bien faire des choix !
@ LVE : Tu as bien fait !
@ Solen : Mais si ça se trouve, tu l'apprécierais, ce roman !
@ Aliénor : Je n'ai dû l'apercevoir qu'une fois à la télévision et en fait je crois que d'une manière générale je me moque un peu de la personne des auteurs... sans doute parce que j'ai peur d'être déçue lorsque j'ai apprécié leur oeuvre !
Dans le cas d'Amélie Nothomb, en tout cas, l'effet "stratégie marketing" du personnage, voulu ou non, ne la sert pas toujours, la preuve !
@ Pom' : Je ne le perçois pas ainsi. Personnellement, je ne ressens pas le besoin d'être guidée dans ma lecture, au contraire, qu'il y ait une part d'interprétation laissée à mon imagination ne me déplaît pas. D'ailleurs, cette interprétation n'est-elle pas la caractéristique de toute lecture ?
En ce qui concerne "Le fait du prince", ce qui m'a gênée, c'est l'impression que l'auteur se moquait du monde (en l'occurence de son lecteur), du genre : tiens, je vais essayer ça, de toute façon, ça prendra bien ! Il me semble qu'Amélie Nothomb s'amuse bien, mais elle me donne l'impression qu'elle n'exploite pas les pistes qu'elle ouvre, que ça pourrait être brillant alors que là, c'est clinquant. Mais ce n'est qu'une impression très subjective, comme d'hab !

9. sybilline  le 22-10-2008 à 10:01:46  (site)

Voilà une chose que je ne lirai certainement jamais! Déjà que Nothomb m'exaspère en temps normal, alors ici...

10. Florinette  le 22-10-2008 à 12:16:10  (site)

Je n'ai pas dépassé "Stupeurs et tremblements", mais j'ai très envie de découvrir "Ni Eve, ni Adam" avant de lire celui-ci ! ;-)

11. SD49  le 22-10-2008 à 14:09:29

pas du tout envie de le lire !

12. brize  le 22-10-2008 à 18:39:51  (site)

@ Sybilline : Allons, allons... un peu de champagne te permettrait peut-être de la voir autrement, qui sait Rire ?!!!
@ Florinette : J'ai bien aimé "Ni d'Eve, ni d'Adam".
@ SD 49 : On n'insistera pas Sparadrap !

13. Karine :)  le 24-10-2008 à 19:08:53  (site)

Plus je lis de billets... plus je me dis que je ne le lirai pas!! J'aimais bien la couverture, par exemple...

14. brize  le 25-10-2008 à 17:02:22  (site)

Moi aussi... mais je ne trouve pas que le livre soit à sa hauteur !

15. liliba  le 03-11-2008 à 20:01:56  (site)

J'ai beaucouap aimé ses premiers livres, mais les derniers, boooof... Je ne crois pas que je lirai celui-ci...

16. brize  le 04-11-2008 à 10:09:33  (site)

C'est vite lu, donc tu peux quand même essayer...

 
 
 
posté le 20/10/08

"Extras", Scott WESTERFELD

    Suite (pouvant être lue indépendamment) de la série "Uglies", dont le dernier tome, "Specials", est présenté ici.

 

   L’action se situe trois ans après le Déferlement d’Intelligence suscité par l’intervention de Tally Youngblood (devenue depuis une figure de légende), dans une ville où l’accès aux biens dépend du degré de notoriété.

   Ainsi la jeune Aya (15 ans), pour quitter la chambre qui lui est attribuée et accéder, comme son frère, Hiro, à un confortable appartement, rêve-t-elle de devenir célèbre. Pour le moment, son rang facial, qu’elle peut apercevoir sur son écran oculaire, est extrêmement bas : c’est une anonyme, une de ces Extras qui pullulent parmi les Uglies.

   Afin de devenir célèbre, Aya a choisi, parmi les diverses possibilités qui s’offraient à elle, d’être une « claqueuse » d’informations stupéfiantes sur son site. Son aérocam, Moggle (dûment améliorée par Ren, l’ami de son frère) lui permet d’enregistrer tout ce qu’elle voit pour le diffuser ensuite.

   Ce soir, elle a décidé de retrouver une bande de filles casse-cou qu’elle a aperçues filant sur un train magnétique lancé à toute vitesse : de quoi faire un reportage incroyable, qui devrait faire bondir son rang facial.

   Mais, en pistant puis en infiltrant les « Rusées »,  c’est une histoire encore plus démentielle qu’Aya va finalement découvrir…

 

   A ma grande surprise, ce livre s’est avéré meilleur que je l’aurais cru, même si son dernier tiers a fait baisser la cote que je lui avais donnée initialement.

   Je partais en effet avec un a priori plutôt défavorable. L’épilogue de « Specials » m’avait beaucoup plu et je ne voyais pas trop l’intérêt d’ajouter un volume à cette bonne trilogie. J’avais feuilleté « Extras » en librairie et constaté que Tally Youngblood n’apparaîtrait qu’aux deux tiers du roman. Bref, je craignais que la lecture de ce nouvel opus, entreprise uniquement par curiosité, ne tourne rapidement à l’ennui !

   Eh bien non ! Au contraire, je me suis tout de suite intéressée à cette nouvelle héroïne, Aya, qui apparaît dans un contexte très différent de celui de Tally dans « Uglies ».

 

   Aya habite une chambre dégageant la tristesse, à l’intérieur d’une tour dortoir où elle m’a paru très seule (les cours étant, si j’ai bien compris, suivis via l’ordinateur). Est-ce le reflet de l’individualisme qui règne dans cette nouvelle société d’après le « déferlement de l’intelligence », mais Aya ne cherche pas à intégrer une bande (elle ne rejoint celle des Rusées que par intérêt personnel), tout ce qui l’intéresse, c’est la notoriété qui lui permettra de sortir de l’ombre où elle considère qu’elle végète.

   L’exploitation du thème de la célébrité, qui ne me disait pas  plus que ça , m’a paru tout compte fait très pertinente, à la fois ludique et intelligente et davantage d’actualité que celle de la beauté à tout prix.

  Le personnage d’Aya est intéressant, dans la mesure où son comportement invite à s’interroger sur les conséquences de cette quête effrénée de reconnaissance qu’est la notoriété sur le psychisme de l’individu : Aya voit tout au travers de ce qu’elle peut "claquer"  sur les écrans. Plus rien d’autre ne semble avoir d’importance à ses yeux. Du coup, son aérocam devient vitale, Aya se sent perdue sans elle, c’est à la fois comme un animal familier et un double narcissique prolongateur d’ego.

 

   Bien sûr, j’ai noté des thèmes récurrents : le mensonge, voire la trahison ; le goût pour les sports extrêmes et les cascades en planches magnétiques ; une bande de filles qui n’ont pas froid aux yeux ; la découverte de la nature sauvage comme une révélation.

   En revanche, celui de la « Sincérité Radicale », incarnée par Frizz Miruno, le petit ami d’Aya, est nouveau. Frizz a volontairement subi une opération afin de ne pouvoir dire que la vérité, ce qui lui donne l’art de pointer du doigt les ambiguïtés du comportement d’Aya , provoque des situations pour le moins intéressantes et suscite une interrogation pertinente sur le thème classique de « la vérité est-elle toujours bonne à dire ».

 

   La narration est bien rythmée et l’intervention de Tally ne modifie pas le cours du récit dont Aya demeure l’héroïne, intriguée par cette énigmatique Special, véritable légende vivante . J’ai trouvé cependant que le roman s’essoufflait un peu dans son dernier tiers, même s’il est riche en péripéties. Notons aussi que le lecteur qui a aimé Tally n’appréciera peut-être guère de la voir présentée ici de l’extérieur, au point qu’elle lui paraît même à lui singulièrement étrangère.

   Enfin, le dénouement n’a bien sûr pas l’envergure de celui de la trilogie initiale. Par ailleurs, il ne m’a pas satisfaite car il est livré tel quel or je le trouve sujet à controverse .

 

    Malgré mes réserves, liées en particulier à la connaissance de la série , on a quand même affaire à un roman jeunesse rondement mené, à partir d’une intéressante thématique d’actualité, qui pose des questions pertinentes autour d’une héroïne bien pensée (mais qui doit encore gagner en maturité !). Certes, ce roman n’est ni indispensable ni parfait, mais il n’est déjà pas mal ! 

   A noter enfin qu’« Extras » peut être lu indépendamment des tomes précédents (pour les lecteurs que ce thème de la notoriété intéresserait davantage que celui de la beauté), car les rappels nécessaires à la compréhension du roman sont effectués par l’auteur  et l’histoire est achevée à la fin du volume.

 

« Extras », Scott WESTERFELD

Editions Pocket Jeunesse (432 p)

 

Merci à Fashion pour le prêt !

Les billets d’Emmyne et Ayu.

 


Commentaires

 

1. maijo  le 20-10-2008 à 11:13:37  (site)

Comme toi, après la lecture de Specials, je me sens assez peu tentée de persévérer, car je trouve qu'il clôt bien l'histoire. Mais je verrai lorsque ma bibli se le procurera si je saute le pas ou non.

2. Emmyne  le 20-10-2008 à 13:05:24  (site)

Nous avons le même sentiment : agréablement surprise par la première partie, puis finalement déçue par ce qui le rattache à la trilogie. Quoi qu'il en soit, je ne regrette pas cette lecture, et je lirai " secrets " évidemment.

3. Karine :)  le 20-10-2008 à 13:21:00  (site)

J'ai beaucoup aimé la trilogie mais celui-ci ne me tente pas particulièrement... Au mieux, je vais attendre que le tome 5 sorte et je verrai bien si je m'y plonge (quoi, j'avais dit un non catégorique suite à ma lecture de la trilogie?? moi??)

4. brize  le 20-10-2008 à 20:23:15  (site)

@ Maijo : Mon petit doigt me dit que tu vas très prochainement sauter le pas Clin doeil1 !
@ Emmyne : Entièrement d'accord avec toi : je suis malgré tout contente d'avoir lu "Extras"... et je suis bien curieuse de savoir en quoi consistent ces "Secrets" dont la parution est prévue en novembre !
@ Karine : C'est pas grave, le coup du non catégorique... y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis Rire1 !

5. Solen  le 21-10-2008 à 10:16:31

Je ne lis rien de ton article, je ne savais pas qu'il était sorti... Je lirai cet article après avoir lu ce nouveau volume !

6. brize  le 25-10-2008 à 16:58:30  (site)

Bonne lecture, alors !

7. Sassenach  le 14-11-2008 à 09:52:57  (site)

J'ai lu et bien aimé les 3 autres livres et j'attends celui-ci : ma biblio l'a en commande pour l'instant !

8. brize  le 14-11-2008 à 19:16:56  (site)

Affaire à suivre, donc Clin doeil1 !

 
 
 
posté le 17/10/08

"A Mélie, sans mélo", Barbara CONSTANTINE

  Mélie, c’est une vieille dame. Enfin, pas vieille du tout, dans sa tête ! Et surtout hyper contente de recevoir, pendant toutes les vacances d’été, sa petite fille Clara (en CM2) !

  Alors, vous pensez bien, les résultats des analyses qu’elle a reçus, elle ne les a même pas regardés et elle n’a pas laissé le docteur lui en toucher un mot au téléphone. L’important, c’est de profiter de sa petite fille.

  Clara s’est aperçue avec horreur que sa playstation était en panne, mais Mélie trouve sans cesse de quoi l’occuper.

  Ecouter la Traviata, dehors, en grignotant et en guettant la poussée des bambous. Observer une araignée tisser sa toile. Aller pêcher sans canne à pêche, une sacrée technique, ça ! Fournir régulièrement à Marcel, isolé dans sa maison de retraite, des engins à réparer, histoire qu’il vienne leur rendre visite !

 Vivre quoi, parce que la vie, il n’y a rien de tel ! Et surtout, parce qu’il s’agit qu’elle ait des souvenirs, la petite Clara, des tas de souvenirs comme sa grand-mère, Mélie !


    Autour de ces deux personnages principaux, d’autres vont graviter : Antoine, le copain de Clara, Fanette, sa maman, Lionel, son parrain bohème avec ses autres filleuls, Gérard le médecin de Mélie, et quelques uns encore. 

    Au gré d’une chronique de vacances, brossée en chapitres courts et dynamiques qui font la part belle aux dialogues, des souvenirs se réveillent, plus vifs que jamais, des histoires d’amours se trament et irriguent le roman, sans doute parce que celui-ci est avant tout un roman d’amour, tout simplement.

    Le style est familier et pétillant. L’arrière-plan parfois pas rigolo (la vieillesse et ses vicissitudes, ce qui aurait pu advenir mais ne s'est pas produit...) mais jamais traité comme triste, plutôt sur le ton de la dérision, de l’art d’assumer gentiment la fatalité. Pas de place pour l’apitoiement : le mélo, à Mélie, c’est effectivement pas son truc !

 

     Un petit livre généreux, où l’humour et l’émotion font bon ménage, qui évoque le goût des confitures de fraises de grand-mère, mais aussi celui des groseilles pas toujours bien mûres cueillies dans son jardin, l’odeur de la terre mouillée après la pluie, la campagne si belle (et si dure !) à vélo, le rire et la clairvoyance des enfants, la tendresse inaltérable des aînés et leurs secrets enfouis.

    Et un livre dont la lecture nous ressource.

    Merci, Barbara ! 

 

 P.S : en plus, il est très beau, ce livre, avec son format original et sa couverture pimpante ! 

 

« A Mélie, sans mélo », Barbara CONSTANTINE

Editions Calmann-lévy ( 244 p)

 

Nina en fait une présentation très originale !

Cathulu, Keltia, Clarabel, Caroline Grey, Fashion, Chiffonnette, ont lu et aimé.

 


Commentaires

 

1. cathulu  le 17-10-2008 à 13:07:18

Oui, vraiment, c'est un livre qui fait du bien ! Sourire

2. Argantel  le 17-10-2008 à 13:59:05  (site)

J'ai adoré "Allumer le chat" et j'ai l'impression que celui-là est aussi bien. Il est dans ma LAL et je sais par avance que je me régalerai ! :-)

3. sybilline  le 17-10-2008 à 17:30:40  (site)

Je ne voudrais pas faire les casse-joies, mais, sans avoir lu ce livre, j'ai l'impression que tant de légèreté et d'amours servent à masquer la grave maladie de Mélie..

4. Karine:)  le 17-10-2008 à 19:08:28  (site)

Le livre me tente, le thème me tente... mais ya les fameux examens et j'aurais vraiment peur que cette ombre gâche ma lecture... Bref, plus ça va, plus ça me tente mais je ne sais toujours pas!

5. Brize  le 17-10-2008 à 19:46:23  (site)

@ Cathulu : Les lectures de ce genre sont rares et on les appréciesmiley_id176236 !
@ Sybilline et Karine : Rassurez-vous, si on vous affirme, Cathulu et moi, que le livre fait du bien et ne verse pas dans le mélo, c'est parce que c'est VRAI ! Donc vous pouvez y aller : il n'y a pas de piège Sourire1 !
@ Argantel : J'ai découvert Barbara Constantine avec ce roman, mais je vais sûrement continuer avec "Allumer le chat" !

6. solen  le 18-10-2008 à 09:19:59  (site)

Mmmh, ça me tente, j'ai l'impression que ça peut être un peu de soleil...

7. insatiable lectrice  le 18-10-2008 à 12:24:53

J'ai cru un moment que c'était un livre jeunesse...

8. manu--  le 18-10-2008 à 20:31:17  (site)

Comme Karine, le thème de la maladie me faisait un peu peur, mais vu que tout le monde a l'air unanime, je finirai peut-être par me laisser tenter.

9. brize  le 20-10-2008 à 11:51:27  (site)

@ Solen et Manu : Oui, il y a du soleil dans ce livre smiley_id118694 , dont vous ne risquez pas de sortir avec le moral à zéro !
@ Insatiable lectrice: Sans être un roman jeunesse, il pourrait être lu par des adolescents..

10. Chiffonnette  le 22-10-2008 à 13:26:39  (site)

J'ai de plus en plus envie de le lire!

11. C. Sauvage  le 24-10-2008 à 12:05:23  (site)


Une chronique qui fait du bien aussi. Que du bonheur pour Barbara...

12. brize  le 25-10-2008 à 17:01:05  (site)

@ Chiffonnette : Si tu penses que ce roman peut te plaire, cède à la tentation !
@ C. Sauvage : Juste retour des choses Sourire1 !

13. Ninabrigitte  le 01-11-2008 à 09:45:11  (site)

Je ne sais pas si c'est le bon pseudo, pas évident de se souvenir avec déjà tous les mots de passe que l'on nous demande !!
J'aime beaucoup ton article je vais te mettre en lien sur mon blog à bientôt et bon week-end (sous la pluie !)

14. SD49  le 15-11-2008 à 19:33:58

TRES TRES BIEN !!! que dire de plus ? j'ai vraimpent beaucoup beaucoup aimé ce livre. Merci du conseil. Je vais m'empresser de la passer à ma fille ado

15. brize  le 15-11-2008 à 19:53:37  (site)

Et moi je suis TRES contente qu'il t'ait plu !
Je l'ai mis en circulation dans mon cercle de lecture et, après ma petite présentation, tout le monde avait envie de le lire ! J'espère qu'il leur plaira autant qu'à toi.

16. SD49  le 15-11-2008 à 22:52:30

est ce que KP78 l'a lu ???? quand ce sera le cas je pourrai lui en parler

17. brize  le 16-11-2008 à 09:43:41  (site)

Pas encore ! Elle te tiendra au courant !

18. céline de enlivrezvous  le 23-11-2008 à 11:16:36  (site)

Je note ce titre, j'ai beaucoup aimé "Allumer le chat", ce cette auteur. Beaucoup d'humour et de tendresse en effet !

19. brize  le 24-11-2008 à 13:42:27  (site)

Je n'ai pas encore lu "Allumer le chat", mais c'est prévu !

20. So  le 25-02-2009 à 15:15:38  (site)

encore un titre à ajouter à ma LAL!!

21. brize  le 26-02-2009 à 20:47:41  (site)

So, il n'y a pas à hésiter, si tu à envie d'une lecture de ce genre smiley_id172963.

22. tulisquoi  le 07-02-2010 à 23:35:48  (site)

Au travers de ta description, je retrouve le même type d'univers que celui de Tom, petit Tom. J'ai hâte de me replonger là-dedans.

23. L'or des chambres  le 18-02-2010 à 22:33:17  (site)

Moi aussi j'ai beaucoup aimée ce livre. Il a été un de mes coups de coeur de l'année 2008. Bonne soirée !

 
 
 
posté le 15/10/08

"Véro en mai", Yvan POMMAUX - Pascale BOUCHIE

    Yvan Pommaux, vous connaissez ?

   Vous savez bien, l’auteur de la série (jeunesse) des bandes dessinées « Marion Duval », qui paraissaient en feuilletons dans Astrapi avant d’être ensuite publiées chez Bayard Jeunesse ! C’est vrai qu’avec des filles abonnées successivement à ce magazine, je pouvais difficilement ne pas connaître (et je peux vous dire que je ne mettais pas longtemps à réclamer le dernier numéro arrivé pour connaître la suite !).

   Il y a aussi la bande dessinée « Angelot du lac » et des albums, notamment « L’île du Monstril », les histoires de Lola, la petite souris curieuse (cf « Où vont les trucs des pissenlits quand le vent les emporte ? »), celles de John Chatterton, le chat détective etc.

   Plus récemment, un album cartonné intitulé « Avant la télé » annonçait dans sa forme « Véro en mai », paru cette année à l’occasion des 40 ans de Mai 68.

 

   L’idée de l’auteur a été de montrer ce qu’a pu représenter Mai 68 vu par les yeux d’une petite fille âgée de 9 ans. La petite fille en question, Véro, est dotée d’un frère de 16 ans, Vincent, ce qui permet de donner aussi le point de vue d’un adolescent.

   Yvan Pommaux indique qu’il s’est aidé, pour brosser ce chatoyant album , des souvenirs et documents de gens âgés à l’époque de 8 à 37 ans (lui-même avait 22 ans).

   Le résultat est une série de planches très joliment colorées où les scénettes du quotidien permettant d’évoquer, souvent avec une pointe de malice, les habitudes, la mode et la culture de l’époque alternent avec les  images d’une actualité que Véro essaie (tout comme le jeune lecteur ciblé) de comprendre. 

  

Mais quel que soit son âge, le lecteur prendra plaisir à parcourir cet ouvrage, illustration plaisante et très vivante (on participe aux réactions de la famille de Véro par rapport aux événements décrits !) d’un passé encore récent.

 

   Un bel album, à découvrir ! 

 

 

(ci-contre : une des premières planches de l'album, évoquant 1959, l'année de naissance de Véro) 

 

« Véro en mai », Yvan POMMAUX – Pascale BOUCHIE

Editions L’école des loisirs 

 


Commentaires

 

1. Emeraude92190  le 15-10-2008 à 09:04:52

Je n'ai fait que le feuilleter, mais c'est vrai qu'il est très bien !

2. SD49  le 15-10-2008 à 12:00:58

cool ! il est disponible dans ma bib et j'y vais cet après midi, pourvu que personne ne le prenne d'ici là !

3. brize  le 15-10-2008 à 12:23:09  (site)

@ Emeraude 92190 : Je l'avais moi aussi feuilleté, il y a quelque temps déjà, en librairie et l'autre jour il figurait sur un petit présentoir "Coup de coeur des bibliothécaires" près du comptoir de prêt : je n'ai pas laissé passer l'occasion !
@ SD 49 : Je fais exactement comme toi : chaque fois qu'un titre repéré sur un blog me tente, je file sur le site de la bibliothèque pour voir s'ils l'ont au catalogue !!!

édité le 15-10-2008 à 12:23:33

4. SD49  le 15-10-2008 à 20:32:11

J'avais bien aimé Marion Duval, et j'ai bien aimé cet album également, cela rappelle des souvenirs surtout au niveau mode de vie parce que j'étais un peu jeune pour les évènement politiques de Mai 68 (4 ans et demi) ma fille de 17 ans s'est aussi plongée dedans

5. kathel  le 15-10-2008 à 22:27:22  (site)

J'aime beaucoup les dessins d'Yvan Pommaux, John Chatterton entre autres, et cet album semble très bien fait...

6. Brize  le 16-10-2008 à 20:24:13  (site)

@ SD 49 : C'est toujours très agréable de partager nos lectures avec nos grandes filles !
@ Kathel : Si tu aimes Yvan Pommaux, cet album devrait te plaire.

7. Ys  le 17-10-2008 à 22:47:08  (site)

J'aime beaucoup la nostalgie de "Avant la télé". Je ne connais pas celui-là mais je note de l'acheter pour la bib car les gens aiment beaucoup cet auteur, les grands comme les petits.

8. brize  le 27-10-2008 à 21:01:05  (site)

Je suis ravie de t'avoir incitée à l'acheter pour la bibliothèque Sourire1 !

 
 
 
posté le 13/10/08

"Mari et femme", Régis DE SA MOREIRA

    Un beau matin, le narrateur (un homme) se réveille et se retrouve, abasourdi, dans le corps de sa femme.

   Quant à sa femme, c’est dans son corps à lui qu’elle commence cette même journée ! 

   Le point de départ est déjà stimulant pour l’imagination...

   Si on ajoute que ce renversement des rôles intervient chez un jeune couple en train de se séparer, où le mari est un écrivain homme au foyer qui n’arrive plus à écrire pendant que la femme s’occupe de l’édition de best-sellers, il y a de quoi pimenter l’affaire ! 

 

   Et effectivement, c’est pimenté !

   Aucun des deux n’apprécie en effet de devoir vivre dans un corps radicalement étranger dont les habitudes, tant vestimentaires qu’alimentaires, vont à l’encontre des siennes, mais aussi d’adopter un mode de vie totalement inhabituel.

   Cela donne des situations tantôt cocasses, tantôt tendues, à la limite du dérapage, quand elles ne dérapent pas complètement.

   L’antagonisme des deux victimes n’arrange rien à l’affaire car dans un premier temps ce changement de corps exacerbe le conflit plutôt qu’il ne les amène à mieux se comprendre.

 

    Le roman est  rédigé sur le style du tutoiement. Un exemple pour vous permettre de voir ce que ça peut donner : « Ta femme se retourne, la cafetière dans ta main » ! On frôle le dédoublement de personnalité !

   Le narrateur raconte ce qui lui arrive, s’adressant à lui-même en même temps qu’il interpelle le lecteur, procédé stylistique qu'on peut interpréter comme une volonté de mettre à distance les événements mais qui rapproche aussi le lecteur, voire facilite son identification au personnage mis en scène.

   Lequel lecteur tourne rapidement les pages du roman, ne cessant de se demander comment diable la situation va évoluer et si oui ou non chacun va retrouver son corps.

 

    Au fil du suspense inhérent à cette situation, le livre invite chacun à s’interroger sur ce qui fonde ou forge nos différences sexuelles, physiologiquement ou sociologiquement : apprendre à connaître l’autre de l’intérieur représente, pour ce faire, une expérience incroyable, dérangeante mais surtout passionnante.

    Quelle que soit l'issue du roman, elle devra, pour le narrateur, passer par la découverte de sa femme et la modification du regard qu'il portait sur elle. C'est cela, à mon avis, le petit plus qui permet à ce très court roman, au-delà de l’aspect plaisant de son postulat initial et des péripéties tragicomiques qui en découlent, de nous toucher davantage qu'il n'y paraît.

 

    A découvrir ! 

 

  Ce livre a déjà fait l’objet de pas mal de billets. Parmi eux, ceux de : Amanda, Cuné, Caro[line],  Emeraude, Lily, Antigone , Laure, Joëlle ...

 

"Mari et femme", Régis DE SA MOREIRA

éditions au Diable vauvert (182 p)

 


Commentaires

 

1. levraoueg  le 13-10-2008 à 08:59:59  (site)

Et de 3 ! Tu as donc déjà fait presque la moitié de ton challenge du 1%...
Mais là je vais passer mon tour, parce que ce sujet me rappelle une est très mauvelle comédie des années 80 dont j'ai tout oublié sauf que c'était bête et vulgaire.

2. amanda meyre  le 13-10-2008 à 09:00:24  (site)

je garde un très bon souvenir de ce livre, je m'étais régalée à le lire Sourire

3. maijo  le 13-10-2008 à 09:24:35  (site)

Ah, celui-là, il est sur le haut de ma PAL, ça ne devrait pas tarder.

4. Laetitia la liseuse  le 13-10-2008 à 10:43:31  (site)

Une drôle d'expérience ! Si j'en ai l'occasion, je le lirais.

5. Yv  le 13-10-2008 à 14:35:41  (site)

A l'occasion , pourquoi pas, ça a l'air schyzophrénique cette histoire

6. Jules  le 13-10-2008 à 15:02:18  (site)

Tiens, tu viens de me rappeler que je DOIS le réserver à la biblio!!

7. manu--  le 13-10-2008 à 19:56:39  (site)

Il me tente de plus en plus cet écrivain mais pas sûr que je commencerai pas ce livre. J'ai aussi beaucoup entendu parler d'un livre intitulé "Le libraire", si ma mémoire ne me joue pas des tours.

8. brize  le 13-10-2008 à 21:20:01  (site)

@ Levraoueg : Eh oui, mine de rien (et surtout, sans le faire exprès !), j'avance dans mon challenge a posteriori !!!
@ Amanda : Ton billet m'avait donné très envie de lire ce livre !
@ Maijo : Je ne raterai pas ton billet !
@ Laetitia et Yv : C'est TRES vite lu, donc ça vaut le coup d'aller se faire sa propre opinion.
@ Jules : Même pas eu besoin de le réserver : il me tendait gentiment les bras sur le présentoir, lors de mon dernier passage à la bibliothèque !
@ Manu : Je n'ai pas lu "Le libraire", mais je me souviens qu'il en est question dans les commentaires de certains des billets que j'ai mis en liens.

9. Leiloona  le 14-10-2008 à 10:21:57  (site)

Je lirai d'abord "le libraire" et je continuerai avec celui-ci si le style de l'auteur me plaît.

10. SD49  le 14-10-2008 à 15:01:29

je n'ai que moyennement aimé le libraire mais j'essaierai bien celui-ci quand même

11. brize  le 14-10-2008 à 21:37:04  (site)

@ Leiloona et SD 49 : N'ayant pas lu "Le libraire", je ne peux pas comparer les deux romans. Cependant, d'un ouvrage à l'autre, l'auteur peut varier : ce qui veut dire, Leiloona, que tu pourrais aimer "Le libraire" et pas "Mari et femme" et pour toi, SD49, qu'il y a quand même une chance que tu apprécies "Mari et femme" !

12. Karine :)  le 16-10-2008 à 13:06:04  (site)

Il me tente bien, celui-là! Mais bon, il ne m'a pas encore tendu les bras! Je vais attendre sagement qu'il le fasse!!!

13. brize  le 16-10-2008 à 13:08:35  (site)

Tu as raison : c'est une technique qui marche très bien !!!

14. solen  le 18-10-2008 à 09:23:48  (site)

Le libraire et pas de temps à perdre m'avaient bien plu. C'est bizarre, je l'oublie cet auteur. De toutes manières "au diable vauvert" propose toujours de chouettes découvertes.

15. brize  le 27-10-2008 à 21:02:26  (site)

Un auteur que tu oublies... bon, on verra si avec celui-ci il parviendra à t'impressionner plus durablement !

16. Sassenach  le 14-11-2008 à 09:51:43  (site)

C'était un livre vite lu, amusant mais en même temps qui pousse à la réflexion sur les autres, leurs besoins et leurs sentiments ... j'ai trouvé l'ensemble très réussi Sourire

17. brize  le 14-11-2008 à 19:18:55  (site)

Oui, et l'exercice n'était pas facile (voire même périlleux) !

18. Gwé(naëlle)  le 13-06-2010 à 12:55:29  (site)

Je n'en avais jamais entendu parler. Si je le trouve, je le lirai...

 
 
 
posté le 10/10/08

"L'Oeil de Caine", Patrick BAUWEN

  « L’œil de Caine », c’est le nom d’une incroyable émission réunissant dix candidats, cinq hommes et cinq femmes, enfermés ensemble pendant dix jours.

  Dix candidats soigneusement sélectionnés parce qu’ils ont chacun un secret et auxquels on offre vingt mille dollars pour se prêter au jeu.

  Dix candidats qu’on emmène discrètement dans un vieux bus , alors que la foule survoltée les guette dans leurs limousines-leurres, jusqu’à un magnifique hôtel de Las Vegas où ils seront filmés en permanence.

  Mais le trajet ne se passe pas du tout comme prévu et le point d’arrivée n’a rien à voir avec Las Vegas.

  C’est Seth qui a manigancé tout cela.

  Sur les ordres de la Voix…  

 

   Après un petit prologue (comme souvent dans les polars), on découvre le concept de l’émission et le personnage de Seth, dont on devine rapidement qu’il va tout faire déraper.

    Evidemment (et malheureusement pour moi car j'ai tendance à fuir les romans centrés sur un personnage de ce type !), c’est un psychopathe (les écrivains seraient-ils donc incapables dorénavant d’imaginer un thriller sans ?) et les protagonistes (comme le lecteur !) vont en baver !

    La phase d’exposition achevée, j’ai trouvé que l’histoire prenait un peu trop son temps au moment de l’arrivée… ailleurs qu’à Las Vegas (je me refuse à en dire plus !). Ensuite, ça avance à un bon rythme et j’ai lu le livre rapidement, mais sans y être cramponnée, car le côté jeu de massacre sadique m’a déplu et j’ai regretté l’aspect itératif du scénario.

    En revanche, j’ai été bluffée par le dénouement, à double détente, même s’il est, à mon avis, tiré par les cheveux.

    Pour le reste, le décor est toujours bien planté et les personnages dessinés habilement en quelques traits efficaces. Une chose est certaine : si ce roman est le premier de Patrick Bauwen, il ne présente aucune des maladresses qu’on peut rencontrer dans certains ouvrages de la même catégorie et  l’auteur n’a déjà absolument rien à envier aux écrivains plus aguerris !

 

    Au final, un roman que j’ai trouvé parfaitement maîtrisé, pour lequel je n’ai pas de réserves objectives à formuler mais dont l’histoire ne correspond pas à mes goûts, si bien que je ne peux pas me montrer enthousiaste.

 

   Ce roman a obtenu le Prix des lecteurs du Livre de Poche 2008 (catégorie polar).

 

Emeraude n'y va pas par quatre chemins : elle a trouvé ce polar "vraiment très mauvais" !

 

« L’œil de Caine », Patrick BAUWEN

Editions Le Livre de Poche (476 p)

 


Commentaires

 

1. Tamara  le 10-10-2008 à 12:48:58  (site)

Tu es moins dure qu'Emeraude dans ta critique... De toutes façons, je le lirai puisqu'il est dans ma PAL !

2. fashion victim  le 10-10-2008 à 13:09:04

Emeraude a carrément détesté et elle en a fait une critique assassine. De toute façon, ma PAL est trop impressionnante... Sourire

3. cathulu  le 10-10-2008 à 13:10:11

Chic, on passe ! Sourire

4. Karine :)  le 10-10-2008 à 14:40:17  (site)

Il est dans ma pile... j'arrive de chez Emeraude et j'espérais être un peu recrinquée à l'idée de le lire... mais bon, pas nécessairement!!! Je sens qu'il va attendre un bon bout de temps!

5. sybilline  le 10-10-2008 à 16:51:53  (site)

Psychopathe sadique, voilà des termes qui me donnent plutôt envie de faire un grand détour pour éviter un tel livre Sourire)

6. Laetitia la liseuse  le 10-10-2008 à 17:30:10  (site)

Même si je ne suis pas friande de téléréalité, je pense que cette histoire pourrait me plaire. ça m'a l'air de foutre les choquottes, non ?

7. brize  le 11-10-2008 à 09:30:14  (site)

@ Tamara et Karine : Il peut aussi disparaître de la PAL car ce n'est pas un incontournable.
@ Fashion et Cathulu : Oui, il peut laisser la place à des polars plus marquants.
@ Sybilline : Je te comprends !
@ Laetitia : Tu me fais rire avec tes chocottes ! A mon avis, avec ce que tu lis, tu n'auras même pas peur !!! Quant à savoir si le livre te plaira... Il a plu à mon lecteur-testeur maison et je partais donc avec un a priori favorable mais je constate qu'en matière de polars, comme pour le reste des romans, il y en a pour tous les goûts et c'est difficile de savoir à l'avance ce qui plaira ou non ! Mais, puisque je sais que tu as lu des livres de Franck Thilliez, je te dirai que j'ai préféré "La mémoire fantôme" (de F. Thilliez) à "L'oeil de Caine" : avec ça, je ne sais pas si tu es plus avancée !

8. Hydromielle  le 11-10-2008 à 13:46:51  (site)

Ca a un faux air de "secret story", des secrets, une voix....

9. choupynette  le 12-10-2008 à 14:43:45  (site)

j'ai été membre du jury catégorie polar, et franchement celui-ci ne m'a pas beaucoup plus plu que les autres! seuls deux ont trouvé grâce à mes yeux: Sur ma peau de Gillian quelquechose (désolée, 'jai oublié son nom) et La 37ème heure de Jodi Compton

10. atelierdepucca  le 12-10-2008 à 15:14:36  (site)

Bonjour je viens te souhaiter une



à bientot

Pucca

11. Michel Serialecteur  le 12-10-2008 à 15:29:22  (site)

Comme je l'écrivais chez Emeraude, de toute façon cette maison d'édition a un beau passé, mais son présent est bien triste !

12. crapouillaud  le 12-10-2008 à 21:47:46  (site)

Bonjour Brize!
Je n'avais jamais entendu parler de ce roman et je dois dire qu'après avoir lu ta critique, ça ne m'a pas donné envie de le découvrir: des histoires de télé-réalité on en voit suffisament pour les retrouver dans nos livres!
Merci beaucoup pour tes commentaires sur mon blog!
A très bientôt j'espère.

13. chris89  le 13-10-2008 à 09:50:27  (site)

Ce livre c’est aussi une réflexion sur notre monde hyper médiatisé, il a le mérite de faire passer l'envie de participer aux jeux de télé réalité. Il fait passer un bon moment et c'est ce que l'on demande à un polar. Il est vrai que la sélection était plutôt légère, ce livre et Sur ma peau de Gillian Flynn étaient probablement les meilleurs.

14. brize  le 13-10-2008 à 19:28:00  (site)

@ Hydromielle : Ah, les sources d'inspiration de l'écrivain... !!!
@ Choupynette : J'ai vu (dans le dossier remis lors de la soirée du Prix des lecteurs du Livre de Poche) la liste de ceux qui avaient été sélectionnés... et je ne connaissais aucun des auteurs, même pas de nom !
@ Pucca : A bientôt !
@ Michel : Je me rends effectivement compte que quand un titre m'intéresse, en poche, il est souvent en 10/18.
@ Crapouillaud : Ah bon... je ne t'ai pas donné envie de lire ce livre Clin doeil1 ?!
@ Chris 89 : Oui, mais c'est vrai que j'aurais tendance à le classer dans les polars de catégorie B, ceux qui peuvent effectivement faire passer un bon moment, mais sans le "plus" qu'on trouve chez d'autres (au niveau de l'écriture, des personnages, de la présentation de l'environnement etc.).

15. Sassenach  le 14-11-2008 à 09:48:58  (site)

Je suis quand même tentée ... mais il est difficile pour moi de résister à un polar Sourire

16. brize  le 14-11-2008 à 19:29:09  (site)

Laisse-toi tenter : si les informations que j'ai données ne te rebutent pas... ça pourrait être bon !

17. kp78  le 15-08-2010 à 10:46:20

Un livre divertissant pour les vacances et bien ficelé. Il ne me laissera pas un souvenir impérissable car ce n'est pas le genre de roman qui me marque. La fin est surprenante et je suis encore en train de me demander comment cela a pu se faire. Heureusement qu'on ne va pas aussi loin dans la télé réalité (rassurez-moi !).

 
 
 
posté le 07/10/08

"On s'y fera", Zoya PIRZAD

   Téhéran, de nos jours.

  Arezou, 41 ans, tient une agence immobilière avec son amie Shirine. Divorcée, elle vit avec sa fille, Ayeh, âgée de 19 ans qu’elle élève seule.

   Entre les soucis liés à la gestion de l’agence, les exigences de sa fille en matière de train de vie et l’omniprésence de sa mère, Arezou n’a pas un quotidien facile !

   Et quand, grâce à Shirine, elle finit par faire la connaissance d’un homme comme Zardjou, tout ne va pas aller qu’en s’arrangeant !

 

    Voilà un livre auquel j'ai eu du mal à me faire !

    Au point que, si je ne m'étais pas engagée à en rédiger une critique pour le Livre de Poche (qui me l’a offert), je crois bien que j'en aurais arrêté la lecture au bout d'une cinquantaine de pages, car je n'accrochais pas (il m’a fallu environ 100 pages pour commencer à me sentir un peu concernée, voire par moments touchée par l'histoire). 

 

    Le roman nous projette directement dans la vie quotidienne de l’héroïne et se compose essentiellement de dialogues.

    Pourquoi pas ? me direz-vous. Effectivement, je n’ai a priori rien contre (je m’étais même dit, en feuilletant le livre, qu’avec autant de dialogues, ça allait me plaire).

    Mais, dans ce cas de figure, les dialogues n’ont eu pour effet que de me laisser à l’extérieur des scènes représentées : je voyais les faits et gestes, somme toute banals, des personnages mais je ne cernais ceux-ci que difficilement. J’aurais souhaité les connaître plus intimement  (et même le blog d’Ayeh, plus tard, n’a pas vraiment satisfait ce besoin car ce personnage a continué à m’apparaître trop superficiel).

    Faute de parvenir à la comprendre, il m’a ainsi été très difficile de supporter que l’héroïne, Arezou, dont le comportement est pourtant très moderne (elle assume la responsabilité d’une agence immobilière et s’occupe de sa grande fille) doive endurer les caprices et l’égoïsme forcené de sa mère et de sa fille (qui, notamment, osent encore lui reprocher un divorce a priori justifié, parce qu’il a perturbé leurs petites vies !).

 

    Pour ce qui est du cadre, j’ai trouvé que le roman manquait des descriptions qui m’auraient permis de  mieux voir la ville, que je ne connais pas.

    Quant au contexte sociopolitique que de non-dits. Il y a bien, occasionnellement, un rappel de ce qui se passe en Iran, avec la brève irruption de la « Police des mœurs » dans un café, la séparation hommes/femmes dans les bus et une vague rencontre qu’Arezou (qui normalement ne prend jamais le bus) y fait avec des femmes aux prises avec le problème du défaut de contraception ; il y a aussi le cas, rapidement évoqué, du frère de Tamineh, tragiquement ancré dans la réalité iranienne… Pour le reste, si le lecteur espérait un tableau fouillé de la vie actuelle en Iran, ce n'est pas dans ce livre qu'il le trouvera.

 

    Bref, un roman aux dialogues très vivants mais qui ne m’a pas convaincue parce que le fil narratif m’a semblé ténu, les personnages trop sommairement esquissés, voire caricaturaux et l'environnement insuffisamment représenté.  

 

« On s’y fera », Zoya PIRZAD

Editions du Livre de Poche (316 p)

 

Les avis divergent : Clarabel a aimé ("une lecture grisante, tendre et désespérante") tout comme Fashion ;  Cathulu n'a pas réussi à s'y faire, Tamara non plus ...

Et encore d'autres avis (j'arrête de les classer !), ceux de : Anne, Sassenach, Malice, Uncoindeblog, Sylire , Lucile , Lou ...

 


Commentaires

 

1. Leiloona  le 07-10-2008 à 19:51:54  (site)

Aie, que des dialogues ? Je passe mon tour ... je risque de m'ennuyer.Hein

édité le 07-10-2008 à 19:52:24

2. Tamara  le 07-10-2008 à 20:42:56  (site)

Tiens, on a posté nos billets le même jour... et quasiment le même avis !!! (je file mettre un lien vers chez toi)

3. Lucile  le 08-10-2008 à 12:45:41  (site)

Arf, zut! Je le commence juste! J'ai simplement parcouru ton billet, mais comme Tamara, j'ai l'impression que tu n'as pas des masses accroché... Bon, je verrai bien ce que j'en pense! ;-)

4. Le blog de philo  le 08-10-2008 à 17:37:02

celui-ci, je pase mon tour.

5. sentinelle  le 08-10-2008 à 19:02:18

Très bon commentaire pour soulager les LAL et PAL Rire

6. choupynette  le 08-10-2008 à 19:45:13  (site)

j'ai lu beaucop de critiques identique sà la tienne, et donc j'ai évité ce roman qui me tentait pourtant..

7. Yv  le 08-10-2008 à 20:54:33  (site)

J'avais bien aimé son recueil de nouvelles, mais là a priori, c'est moins bon. Tant pis.

8. brize  le 09-10-2008 à 09:12:52  (site)

Ce n'est que mon avis, argumenté certes, mais là où je n'ai pas été séduite, d'autres le seront peut-être (cela a déjà été le cas).
Il y aura d'autres billets, avec sûrement des appréciations différentes : parce que s'il paraît au Livre de Poche, c'est que le livre a eu du succès dans son édition initiale !
D'ailleurs, j'avais notamment accepté la proposition du Livre de Poche parce que j'avais envie de me faire ma propre opinion, ayant vu les avis opposés de Clarabel et Cathulu.

édité le 09-10-2008 à 09:16:36

9. Naina  le 09-10-2008 à 19:58:43  (site)

Je ne sais pas si tu as l'habitude de lire des livres (fiction ou non) sur l'Iran mais la réalité est beaucoup plus nuancée que ce que beaucoup pensent. Je te conseille le livre de Delphine Minoui, "Les Pintades à Téhéran".

Pour revenir à ce roman, je pense que l'héroïne appartient à la classe aisée donc elle peut travailler, ne pas trop subir les foudres du régime et de ses dérives mais en même temps devoir se soumettre aux ordres de la famille en ce qui concerne la vie privée.

10. brize  le 09-10-2008 à 20:19:55  (site)

Naina, à part la bande dessinée "Persépolis", je ne connaissais pas grand chose de l'Iran et l'envie d'en savoir davantage est une des raisons qui m'a poussée à lire ce livre.
En fait, je ne demandais qu'à comprendre Arezou, mais j'ai trouvé que le roman ne m'y aidait pas : manquant de repères par rapport à cette situation (pour moi, vois-tu, le fait qu'Arezou ait réussi à imposer son divorce en disait déjà long sur son émancipation, ce en quoi visiblement je me trompais), une plongée dans les pensées de l'héroïne m'aurait permis de mieux appréhender ses propres contradictions.

11. Lucile  le 13-10-2008 à 15:55:17  (site)

Bon, après lecture, sans être aussi déçue que toi (sur le contexte du pays notamment) je suis quand même plutôt d'accord avec ce que tu en dis : mauvaise pioche!

12. Lucile  le 13-10-2008 à 15:56:22  (site)

Oups, mon com' était pour On s'y fera!

13. brize  le 13-10-2008 à 19:20:14  (site)

Oui, j'ai lu ton commentaire et j'ai ajouté un lien vers lui.

14. myloubook  le 15-10-2008 à 11:09:23  (site)

J'ai à un peu près le même avis que toi...
Au passage j'attends avec impatience ton avis sur "Best Love Rosie".

15. brize  le 15-10-2008 à 12:26:33  (site)

Lou, je suis allée découvrir ton avis et j'ai ajouté un lien vers lui.
Pour "Best love Rosie", j'en suis à la fin du premier tiers et j'apprécie beaucoup cette lecture.

 
 
 
posté le 05/10/08

"Les enfants de l'empereur", Claire MESSUD

New-York, de mars à novembre 2001.

Danielle Minkoff achève un court séjour professionnel (elle produit des émissions de télévision) en Australie, où elle rencontre l’énigmatique et séduisant Ludovic Seeley  qui va venir habiter, comme elle, à New-York, pour y lancer un journal révolutionnaire, le Monitor.

Pendant ce temps, son amie Marina, la ravissante fille du célèbre intellectuel Murray Thwaite, a trouvé provisoirement refuge dans la résidence secondaire de ses parents, à Stockbridge, après sa séparation d’avec Val, avec lequel elle vivait depuis plusieurs années. Elle s’efforce en vain de s’atteler à la rédaction de l’ouvrage sociologique qu’elle a en chantier depuis trop longtemps, relatif à la mode enfantine. Lasse de sa solitude, elle invite leur ami commun Julius, journaliste pigiste homosexuel, à l’y rejoindre.

De son côté, son jeune cousin Frederick (dit Bootie) Tubb, qu’elle connaît à peine, n’en peut plus de sa vie étriquée à Watertown et envisage de venir se former sous la coupe de son oncle, Murray Thwaite, auquel il voue une admiration sans borne… 

 

    Trois trentenaires sont donc les principaux protagonistes de ce roman, qui accorde cependant aussi une place importante aux personnages de Bootie et de Murray .

    Ils ont plus ou moins de mal à se positionner professionnellement et/ou affectivement. Danielle est autonome professionnellement (même si, lorsqu’il s’agit du domaine de la télévision, rien n’est jamais acquis) ; Julius a un emploi précaire (voire intérimaire) et Marina, sans emploi, a dû retourner vivre chez ses parents. Quant à leur vie amoureuse, elle est, au moins au début du roman, inexistante.

    Le roman raconte donc quelques mois de ces trajectoires new-yorkaises, qui se croisent et interagissent partiellement les unes sur les autres (Julius, avec son aventure sentimentale, fait cavalier seul pendant la majeure partie du roman) : Danielle présente Marina à Ludovic Seeley, qui l'embauche, Bootie débarque chez les Thwaite etc., autant d’événements décisifs générateurs de bouleversements dans la vie des uns et des autres.

 

    Claire Messud (auteur américain, ce que son nom n'indique pas vraiment !) est à l’aise aussi bien dans la description de ce qui se voit que de ce qui ne se voit pas. Elle nous offre ainsi des vues cinématographiques de l’environnement de ses héros, de la ville de province typique, Watertown, à son opposée, New-York , du studio miteux au magnifique appartement et sait aussi nous plonger dans l'intimité de ses personnages, lorsqu’elle décide de se focaliser sur l’un d’eux. Le rythme de la narration est enlevé et je ne me suis pas ennuyée un seul instant à suivre ces péripéties new-yorkaises, que l’irruption du 11 septembre va résolument infléchir. 

 

    Enfin, au travers de ses personnages, ce roman incite à s'interroger sur le poids de l'existence, son but, son authenticité , le désir d'en faire quelque chose de grand. En ce sens, il est difficile de ne pas se retrouver, peu ou prou, dans les questionnements ou angoisses de l'un ou de l'autre, parce qu'ils reflètent nos inquiétudes fondamentales.

   

    Claire Messud réussit à nous emmener à New-York vivre des mois décisifs en compagnie de personnages intéressants et attachants, en même temps qu’elle nous invite, indirectement, à nous poser quelques questions sur nos vies.

     Un roman comme je les aime, bien écrit, dynamique et intelligent, où les histoires mêlées se projettent sur la nôtre, où le truchement divertissant de la fiction permet aussi de toucher à l’essentiel. 

 

"Les enfants de l'empereur", Claire MESSUD

éditions Gallimard (595p)

 

L'avis enthousiaste de Clochette (qui m'avait donné envie de lire ce livre) et celui (beaucoup moins enthousiaste !) de Cuné... ce qui prouve une fois de plus qu'un roman peut être lu de manière très différente. Alors, irez-vous juger par vous-même ?

 


Commentaires

 

1. kathel  le 05-10-2008 à 11:59:31  (site)

Je note, je note... Il a l'air d'avoir tout pour me plaire !

2. Karine :)  le 05-10-2008 à 14:20:19  (site)

Le résumé me tentait beaucoup, puis j'ai vu le billet de Cuné qui m'a fait renoncer... et du coup je ne sais plus! En plus, vu qu'elle est américaine, le prix va être moins pire que ce que j'aurais pu penser!! Donc, pourquoi pas me faire ma propre opinion!

3. sentinelle  le 05-10-2008 à 19:09:01

Je note également !

4. Laila  le 06-10-2008 à 15:54:02  (site)

Oui, je crois bien que je vais me le procurer !!! Sourire

5. Aliénor  le 07-10-2008 à 15:26:02  (site)

Je ne l'ai pas lu mais il est dans ma PAL qui grossit de plus en plus.

6. brize  le 07-10-2008 à 20:07:02  (site)

@ Kathel, Sentinelle, Laila : C'est un roman que j'ai aimé, je ne peux qu'espérer qu'il en sera de même pour vous !
@ Karine : Le roman m'attirait ; je crois bien que j'avais lu l'avis de Cuné... mais il n'avait pas réussi à me faire renoncer à mon envie de lire ce livre !
@ Aliénor : S'il est déjà dans la PAL, tu tiens le bon bout !

7. manu--  le 07-10-2008 à 21:15:39  (site)

Ton commentaire donne irrémédiablement envie de lire ce livre. L'histoire m'intéresse et en plus elle se déroule à New-York. Tout pour me plaire. Allez hop, sur la LAL.

édité le 07-10-2008 à 21:16:07

8. Florinette  le 08-10-2008 à 15:11:37  (site)

Après lecture, j'ai effectivement très envie de juger par moi-même ! ;-)

9. litteraturepassion  le 12-10-2008 à 22:09:17

Merci pour le lien ! Je suis contente que ce livre t'ait plu !

10. brize  le 27-10-2008 à 21:03:38  (site)

@ Manu et Florinette : Je serai curieuse de lire vos avis respectifs !

 
 
 
posté le 02/10/08

J'aime vos blogs !

      Me voilà (très agréablement !) taguée par Levraoueg, qui m'a choisie pour me décerner, ainsi qu'à 6 autres lauréats, le prix "J'aime ton blog"!

      A charge pour moi d'attribuer à mon tour le prix :

à sept autres blogs que je souhaite vous faire découvrir. Les heureux tagués seront prévenus sur leur blog et invités à passer le relais, en n'omettant pas de faire figurer dans leur article l'illustration ci-dessus !

 

      Je décerne donc ce prix à 7 blogueuses dont j'apprécie beaucoup les blogs (mais elles ne sont pas les seules, je vous rassure !) :

 

      Sentinelle,  Kathel,  Liliba, LouChiffonnette, AmandaLucile,   Alwenn

 


Commentaires

 

1. kathel  le 02-10-2008 à 12:01:53  (site)

Merci, Brize, moi aussi j'aime beaucoup ton blog et tes commentaires de lecture ! Je ne sais pas encore si je vais réussir à choisir parmi tous les blogs que je visite régulièrement...

2. Lucile  le 02-10-2008 à 12:33:32  (site)

Rhô! Bah alors ça c'est gentil!! Sourire
Et puis c'est un tag pas trop compliqué (cela dit, le choix n'est sans doute pas évident à faire!). J'essaie de m'y atteler très vite!

3. brize  le 02-10-2008 à 12:41:09  (site)

@ Kathel : Aucune obligation, bien sûr, comme d'habitude pour les tags Sourire1 ! De toute manière, ton prix te reste acquis Roi !
@ Lucile : Oui, ce tag n'est certes pas la mer à boire (pas pu m'empêcher !), mais il faut choisir... et tout choix implique des renoncements ( = séquence : smiley_id118871 !) !

4. sybilline  le 02-10-2008 à 17:29:44  (site)

Youpee, tu as été élue! Parce que j'aime énormémement ton blog avec ta présentation festive et tes commentaires si justes!

5. sentinelle  le 02-10-2008 à 18:53:32

Merci beaucoup Brize, d'autant plus que c'est totalement réciproque ! Euh par contre, je ne suis pas très à l'aise quant à choisir les heureux élus sur mon blog... je me demande si je ne vais pas faire l'impasse. Quoi qu'il en soit, encore merci :-)

6. brize  le 02-10-2008 à 18:59:18  (site)

@ Sybilline : Merci Sourire !
@ Sentinelle : Comme je le disais plus haut à Kathel, tu n'es bien sûr pas obligée de faire suivre : l'essentiel est que tu resteras titulaire de ce merveilleux prix smiley_id176236 !

7. myloubook  le 02-10-2008 à 19:24:19  (site)

Je suis touchée Brize, merci beaucoup pour ce tag un peu particulier Sourire ça tombe bien, parce que j'aime beaucoup tes notes aussi, que j'avais repérées à l'origine parce que tu publiais pas mal de notes sur la littérature anglo-saxonne (ce qui n'est pas pour me déplaire !)

Au fait, j'adore ce smiley qui danse !! Qu'est-ce qu'on ne va pas inventer, je vous jure ! Clin doeil (petite diversion après un moment d'intense émotion Sourire)

8. amanda meyre  le 02-10-2008 à 20:15:52  (site)

oh que c'est gentil Brize Sourire ça me touche bcp, Vraiment Sourire
je ne passerais pas le relais ds la mesure où j'ai déjà repondu à ce genre de tag il y a qq mois... c'était avant l'ouverture de ton blog, ton apparition au début discrète... et ton blog est ds mon google reader depuis ses débuts, justement.
Juste une chose que je regrette : que nous ne nous soyons seulement croisées à Boosk & the city et que nous ne nous soyons pas revues depuis Clin doeil

9. brize  le 02-10-2008 à 20:16:51  (site)

Je vois qu'il n'y a pas que moi qui aime les smileys smiley_id172963 , Lou, et je suis ravie que ton prix te plaise !
Quant à la littérature anglo-saxonne, même si j'essaie de diversifier mes lectures, je reconnais qu'elle continue globalement à avoir ma préférence !

10. brize  le 02-10-2008 à 20:41:12  (site)

Amanda (tu transmettras à Perrette, bien sûr Clin doeil1!), je me réjouis que ton prix te plaise, c'était le but smiley_id176237!
Et je souhaite moi aussi que nos chemins ne tardent pas à se croiser à nouveau smiley_id118694!

11. liliba  le 02-10-2008 à 21:19:47  (site)

Merci Brize, je suis très touchée ! J'aime moi aussi beaucoup ton blog, même si je ne viens pas trop régulièrement (surtout en ce moment, où le temps file encore plus vite que d'habitude).
A bientôt !
Liliba

12. Karine :)  le 03-10-2008 à 03:16:27  (site)

Tu triiiiches, ça fait huit!!! *dit la fille qui a fini par s'arrêter à 11*!!!

Difficile de faire des choix, n'est-ce pas!! Mais j'aime aussi beaucoup plusieurs blogs que tu cites!

13. brize  le 03-10-2008 à 08:09:10  (site)

@ Liliba : De rien Sourire1 !
@ Karine : Eh oui, tu as raison, il y a 8 noms wow ... et je ne m'en suis rendu compte que dans la soirée... : alors je n'allais quand même pas retirer le prix à une de mes lauréates (d'autant que là, on repartait dans la séquence diabolique des choix Fou, l'horreur, quoi !) !

14. pom'  le 03-10-2008 à 08:31:08

je viens de te primer, bises

15. brize  le 03-10-2008 à 12:40:48  (site)

SUPER smiley_id118661! MERCI, Pom' !

16. Alwenn  le 04-10-2008 à 21:45:07  (site)

Ayé ! J'ai fait ton tag ! Merci Brize ! Moi aussi j'aime beaucoup ton blog !

17. kathel  le 05-10-2008 à 11:58:43  (site)

J'ai oublié de te dire que je l'ai fait aussi ! A bientôt...smiley_id176236

 
 
 
posté le 30/09/08

COUP DE COEUR pour "Simple", de Marie-Aude MURAIL !

Quatrième de couverture :

  « Simple dit « oh, oh, vilain mot » quand Kléber, son frère, jure et peste. Il dit « j’aime personne, ici » quand il n’aime personne, ici. Il sait compter à toute vitesse : 7, 9, 12, B, mille, cent. Il joue avec des Playmobil, et les beaud’hommes cachés dans les téphélones, les réveils et les feux rouges. Il a trois ans et vingt-deux ans. Vingt-deux ans d’âge civil. Trois d’âge mental. Kléber, lui, est en terminale, il est très courageux et très très fatigué de s’occuper de Simple

  Simple a aussi un autre ami que son frère. C’est Monsieur Pinpin, un lapin en peluche. Monsieur Pinpin est son allié, à la vie à la mort. Il va tuer Malicroix, l’institution pour débiles où le père de Simple a voulu l’enfermer, où Simple a failli mourir de chagrin. Monsieur Pinpin, dans ces cas-là, il pète la gueule.

  Rien n’est simple, non, dans la vie de Simple et Kléber. Mais le jour où Kléber a l’idée d’habiter en colocation avec des étudiants, trois garçons et une fille, pour sauver Simple de Malicroix, alors là, tout devient compliqué. »

 

 

    C’est le billet d’Ayu qui m’a donné envie de lire ce livre !

    Mais, quand même, je ne m’attendais pas à ce qu’il me plaise autant !!!

    A peine l’avais-je commencé que j’ai ri, pour être, un peu plus loin, émue et cet aller-retour entre les deux n’a pas cessé durant toute ma lecture (rapide, car j’ai dévoré ce petit roman).

 

    Quel livre sensible et intelligent ! Certes, il y a des bons sentiments. Mais l’auteur ne nous épargne pas  les réactions négatives que suscitent la présence incongrue de Simple voire les dangers qu’il peut faire courir. Vraisemblable ou non, l’histoire de ce petit frère qui veut protéger le (théoriquement) plus grand a l’insigne mérite de nous conduire à porter sur les handicapés comme Simple un regard non pas apitoyé ou compatissant mais simplement affectueux : Simple est attendrissant, avec ses mots d’enfants, ses façons de dire tout haut ce que les autres tairaient et ses échappées en tête à tête avec Monsieur Pinpin, son insolent et intrépide lapin en peluche, qui s’anime et lui parle.

 

     Et puis, quelle finesse chez l’auteur pour décrire les troubles et atermoiements de la jeunesse, les palpitations du cœur et celles des sens perturbant la vie quotidienne !

    Parce qu’il n’y a pas que l’histoire de Simple ici. Il y a aussi celle de son frère, Kléber, qui lui est indissociablement liée, Kléber qui à 17 ans s’intéresse aux filles et souhaiterait même s’y intéresser de très près.

A ce sujet, j’ai beaucoup aimé le passage où il reprend « Le Rouge et le Noir » pour voir comment Julien Sorel a réussi à « tomber » Madame de Rênal !

    Il y a Enzo, aussi, amoureux d’Aria, qui est avec Emmanuel.

    Et Corentin, pas très bien dans sa peau, oscillant entre trop de bouffe et trop de cigarettes.

 

     Simple semble faire son trou dans cette colocation, mais la situation pourra-t-elle réellement perdurer, alors que Kléber est obligé de le laisser à l’appartement quand il part en cours ?

 

     Un roman jeunesse (mais pour ados/adultes) émouvant et drôle, que j’ai adoré et que je vous recommande vivement !

 

 

Un coup de coeur aussi pour Emjy !

 

« Simple », Marie-Aude MURAIL

Editions L’école des loisirs, collection Médium (206 p)

 


Commentaires

 

1. SD49  le 30-09-2008 à 09:02:00

je confirme, je l'ai lu il y a deja un moment conseillée par ma fille.
Très bon roman.

2. Leiloona  le 30-09-2008 à 11:00:57  (site)

Je ne connais pas ce roman de M-A Murail, mais à chaque fois que je lis un livre de cet auteur, je suis conquise.

édité le 30-09-2008 à 11:01:07

3. Tamara  le 30-09-2008 à 11:36:19  (site)

Ca me tente, tiens ! Même si je ne suis jamais très portée pour les romans "jeunesse" (à tort, je sais bien !)

4. Mc  le 30-09-2008 à 12:45:46  (site)

Livre FORMIDABLE en effet, et je suis heureuse de voir que les enfants ne sont pas les seuls à l'aimer.

Dans la même veine, je vous conseille Maïté coiffure, la fille du dr beaudouin ou oh boy, qui sont à mon avis encore plus réussis parce qu'ils parlent de choses moins évidentes.

Ravie de découvrir ton blog au passage, à une prochaine fois Sourire

5. SD49  le 01-10-2008 à 08:00:43

Tout à fait d'accord pour les autres titres cités

6. brize  le 01-10-2008 à 08:28:17  (site)

@ Mc : Bienvenue Sur mes brizées et merci pour tes pistes de lectures !
@ Tamara : Personnellement, je ne m'intéresse aux romans jeunesse que depuis que mon entourage proche a l'âge de les lire, donc je te comprends ! Mais n'hésite pas à faire une exception pour "Simple" !
@ Leiloona : Ce titre ne devrait pas te décevoir !
@ SD49 : Jusqu'à présent, je ne connaissais M.A Murail que de nom, mais cette première lecture me donne envie de découvrir d'autres oeuvres d'elle, comme tu l'as déjà fait.

7. levraoueg  le 01-10-2008 à 23:31:23  (site)

Brize, j'ai une mauvais nouvelle pour toi : je t'ai taguée ! Tu trouveras toutes les explications chez moi. Et j'espère que tu ne vas pas me répondre comme ton personnage : "J'aime personne, ici"...

8. brize  le 02-10-2008 à 09:07:51  (site)

Non, je réponds "Oh, Oh, gentil tag !" Sourire1

9. Karine :)  le 03-10-2008 à 03:17:26  (site)

Si c'est un gros coup de coeur à ce point... je note! Très tentée je suis!!

10. brize  le 03-10-2008 à 08:10:43  (site)

Et à la tentation je t'invite à céder !

11. Keltia  le 03-10-2008 à 19:31:13  (site)

J'aime toujours les livres de Marie-Aude Murail même si je n'en ai plus lus depuis quelques années. Elle a une manière bien à elle de traiter l'univers des enfants et ados: tout en sensibilité et en humour aussi.

12. brize  le 03-10-2008 à 20:23:31  (site)

C'est bien ce que j'ai pu constater à l'occasion de cette découverte !

 
 
 
posté le 28/09/08

"Graine d'immortels", Pierre BORDAGE

Quatrième de couverture (extrait) :

"Mark SIdzik, du comité  international d’éthique et de recherche, ne sait pas trop ce qu’il doit penser du coup de fil de Jean Hébert. Ce biogénéticien, aussi talentueux que marginal, insiste pour qu’il vienne le rejoindre en Inde de toute urgence, où il prétend avoir quelque chose de précieux à lui remettre. Lorsque, accompagné de son meilleur ami, le chasseur de scoops Fred Cailloux, Mark accède à la demande du vieil homme, c’est pour le trouver assassiné, lui et les cent autres personnes qui vivaient dans son ashram. Sur quoi avait-il mis la main ? Qu’est-ce qui peut justifier un tel massacre ?"

 

 

    Un seul mot pour qualifier ce livre : DE-CE-VANT !

   Le titre annonce un thriller basé sur le thème de l’immortalité (via les progrès de la génétique), or ce concept n’est évoqué que dans les dernières pages du roman et le héros de l’histoire (bien plus naïf que le lecteur, averti) n’a même aucune idée de la question, puisque lui court après des DVD contenant le fruit de recherches scientifiques sur un virus pouvant détruire le soja, arme potentielle permettant de provoquer des catastrophes économiques !

    Le livre n’est d’ailleurs qu’une course-poursuite du héros et de son acolyte (tous deux assez bien esquissés) après ces fichus DVD, qui sont aussi convoités par deux horribles méchants (un blond albinos et un métis, tueurs à gages implacables), une superbe Indienne (dont on n’arrive pas à savoir si c’est une gentille ou une méchante), plus quelques autres participants occasionnels au marathon !

    Les péripéties sont aussi basiques que celles d’un thriller de série B mais dans une ambiance plutôt violente où les massacres sont monnaie courante.

    Seul point positif (à mon avis) pour ce roman qui se laisse lire, sans plus (et heureusement que c’est court) : il se déroule en Inde et ce que l’auteur montre du pays est extrêmement précis, vivant (et terrible) ; j’ai vraiment eu l’impression qu’il connaissait l’Inde intimement, pour s’y être rendu et pas seulement par le biais de recherches documentaires (et si ce n'est pas le cas, alors, pour cet aspect-là, il est très fort !).

 

     Mais quand même, après avoir lu « Porteurs d’âmes », j’attendais mieux de Pierre Bordage ! 

 

« Graine d’immortels », Pierre BORDAGE

Editions J’ai Lu (277 p)

 


Commentaires

 

1. Karine :)  le 28-09-2008 à 17:10:17  (site)

Bon... à ne pas lire alors! Ma liste te remercie!

2. Ys  le 28-09-2008 à 21:34:28  (site)

Le roman de Bodage que je préfère c'est "Les fables de l'Humpur" : absolument magnifique !

3. sybilline  le 28-09-2008 à 23:11:48  (site)

Mon portefeuille te remercie chaleureusement!

4. brize  le 29-09-2008 à 13:27:05  (site)

@ Karine et Sybilline : De rien (à charge de revanche smiley_id258194 !) !
@ Ys : Merci pour l'info, je note le titre !

5. Isil  le 29-09-2008 à 14:32:03  (site)

J'ai beaucoup aimé "Les guerriers du silence". Je ne continuerai donc pas avec celui-ci.

6. sentinelle  le 29-09-2008 à 18:33:46

Tous les Bordages ne se valent pas donc (moi qui avais beaucoup aimé Porteurs d'âmes, merci de l'info Clin doeil

7. pom'  le 01-10-2008 à 13:31:11  (site)

j'ai beaucoup aimé ces SF mais le dernier que j'ai emprunté à la biblio(je ne me rapelle plus le titre) m'a bien déçu, tout ces écrtis ont pas la même qualité du coup a présent j'hesite

8. brize  le 01-10-2008 à 13:40:14  (site)

@ Isil, Sentinelle et Pom' : L'auteur est effectivement du genre prolifique, donc c'est à nous, lecteurs, de nous méfier (mais ce n'est pas toujours évident de se faire une idée comme ça !) !

9. Keltia  le 03-10-2008 à 19:34:50  (site)

Moi c'est "Atlantis" mon préféré de Bordage (mais j'étais déjà fan du jeu!).

Étonnant de la part de Bordage un roman si décevant. Je verrai si je décide de quand même tenter l'aventure ;-)

10. brize  le 03-10-2008 à 20:21:44  (site)

Je note le titre. Et pour "Graine d'immortels", ton avis serait peut-être différent du mien : de toute façon, il n'y a qu'en le lisant que tu pourras te faire ta propre opinion Sourire1 !

 
 
 
posté le 26/09/08

"Qui es-tu Alaska ?", John GREEN

Quatrième de couverture (extrait) :

« Miles Halter a seize ans et n’a pas l’impression d’avoir vécu. Assoiffé d’expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin en Alabama, au pensionnat de Culver Creek.

Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C’est là aussi qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy Alaska Young. » 

 

Le roman raconte donc la vie de Miles dans son internat. Le livre est scindé en deux parties : « Avant », « Après ». Chaque chapitre est précédé d’un décompte « x (nombre de jours) avant » ou « après ». Entre les deux, un mystérieux événement. 

 

    Voilà un ouvrage dont j’ai achevé la lecture en me sentant assez déconcertée. Je l’avais noté à partir de commentaires aperçus et aussi parce que le titre et la couverture m’intriguaient : j’avais imaginé un scénario avec énigme et rebondissements, or on est loin de ça.

    Paradoxalement, j’étais aussi préparée au risque d’ennui éventuel pendant les cent premières pages, noté par certains lecteurs, donc je lisais en attendant que « ça démarre ».

Mauvaise attente : j’étais à côté de la plaque dans mon approche du livre.

 

    Il y a certes un événement intervenant au milieu du livre. Malgré tout, à mon avis, le roman constitue un flux : le parcours « après » représente la poursuite du cheminement du narrateur et de ses condisciples à la découverte d’eux-mêmes. Ils ont bien une énigme à résoudre, mais pour le lecteur la solution paraît rapidement évidente. Surtout, au-delà de cette énigme, c’est leur rapport au monde qui se trouve modifié entre l’avant et l’après.

 

     Roman d’internat lycéen, où les outrances de la nature (températures caniculaires, pluies diluviennes…) s’accordent à celles des protagonistes (que de cigarettes et d’alcool ! un peu de sexe aussi, juste assez pour réserver ce roman aux grands ados), « Qui es-tu Alaska ? » se veut aussi l’ébauche d’une quête existentielle.

     En ce sens, la place du professeur d’histoire des religions, le Vieux, vieillard cacochyme et autoritaire dont la vie ne tient qu’à un souffle, est essentielle. Son enseignement magistral des diverses religions (on est loin du « Cercle des poètes disparus » avec son charismatique enseignant !) impose aux jeunes gens, notamment par l’intermédiaire des sujets de dissertation, une réflexion sur un certain nombre d’interrogations vitales et ne peut que les obliger à grandir.

 

    Je serais bien incapable de dire si ce roman répond aux aspirations des lecteurs concernés (a priori, ceux qui, comme les jeunes gens du livre, sont en première), s’il leur parle. Autant il y a des romans adolescents qui me semblent  transcender le genre et s’adresser à un public ado/adulte, autant « Qui es-tu Alaska ? », dont je reconnais la qualité d’écriture et de narration et l’intérêt des questions traitées par le biais de la fiction, m’a paru bien éloigné sinon sur le fond du moins sur la forme (la vie en internat et ses péripéties) de ce qui peut ou pouvait me concerner car je ne suis même pas en mesure d’ affirmer qu’il m’aurait convenu lorsque j’avais l’âge ad hoc…

 

    Pour ne pas vous laisser sur cette note dubitative, je vous renvoie vers les billets de Clochette , Leiloona et  Clarabel, qui ont vraiment apprécié ce livre. A noter, chez Clarabel, des commentaires d’adolescents qui ont beaucoup aimé le roman (mais attention aux spoilers : ils disent en quoi consiste le fameux événement !).

 

"Qui es-tu Alaska ?", John GREEN

éditions Gallimard Scripto (365 p)

 


Commentaires

 

1. Karine :)  le 26-09-2008 à 15:23:23  (site)

Malgré ton avis mitigé, je garde ce livre en note... j'aime bien tout ce qui se passe dans un milieu scolaire assez clos, en général. Quant à l'événement, je n'ai pas vu de spoilers et quand même, je m'en doute!!!

2. Leiloona  le 26-09-2008 à 22:50:05  (site)

Arff mince ...

Effectivement, si tu attendais des énigmes, tu as dû être déçue.Hein

édité le 26-09-2008 à 22:50:53

3. brize  le 27-09-2008 à 08:39:41  (site)

@ Karine : Euh... moi, je ne m'en doutais pas (ça n'a pas l'air, mais je suis très bon public !) !
@ Leiloona : Oui, mais au-delà de cette attente (mal fondée) déçue, c'est le livre qui ne m'a pas séduite, ce qui est plus ennuyeux.

4. Tamara  le 29-09-2008 à 18:05:59  (site)

Le prénom du héros me plaît bien, tiens ! Mais pour le bouquin, je passe...

5. brize  le 29-09-2008 à 18:34:36  (site)

Doit-on en déduire que si un jour Bébé Books avait une petite soeur... ?!!!

6. Alwenn  le 04-10-2008 à 21:52:01  (site)

Il me faisait de l'oeil celui-là, et les commentaires étaient jusque là assez élogieux. Mais il me rappelle L'affaire Anastasia Cayne, que je n'avais que finalement pas trop aimé. J'ai tant à lire en ce moment que je vais peut-être le laisser de côté pour l'instant...

7. brize  le 27-10-2008 à 21:05:35  (site)

C'est un livre que j'aurais du mal à recommander, pourtant il pourrait te plaire, comme il a plu à d'autres lecteurs.

 
 
 
posté le 24/09/08

Remise du Prix des Lecteurs du Livre de Poche

Hier soir, j’ai eu le plaisir d’assister à la remise du Prix des Lecteurs du Livre de Poche. 

 

    Les lauréats étaient :

 

- dans la catégorie polar (inaugurée cette année) : Patrick BAUWEN  pour "L'Œil de Caine"

- dans la catégorie littérature : Ketil BJORNSTAD pour "La Société des Jeunes Pianistes"

 

    Le Prix des Libraires a par ailleurs été remis à : Tatiana de ROSNAY pour "Elle s'appelait Sarah"

 

   On notera, parmi les diverses interventions :

- celle de la représentante de l’éditeur initial de Ketil Bjonrnstad (absent excusé) :

elle a, dans un premier temps, annoncé que la suite du roman serait publiée l’année prochaine (information intéressante), en précisant dans un second temps (information DESASTREUSE pour qui n’a pas lu le livre, ce qui est mon cas) que les lecteurs devaient être impatients de connaître la suite de l’histoire, compte tenu de … (et là, pas de points de suspension : elle a carrément RACONTE  LA  FIN  DU  LIVRE !!!  je la baptise de ce fait Reine des Spoilers !!!).

- celle de Patrick Bauwen (médecin urgentiste de son état, accessoirement beau et bronzé) : il a notamment tenu à remercier tout particulièrement ses lecteurs dont les mails l'encouragent, lorsqu’il effectue son dur et solitaire travail d’écriture (j’ai trouvé ses propos chaleureux et sincères). 

 

     Ensuite, place aux réjouissances  !

    Dans la foule, j’ai cherché à retrouver les blogueuses et pour ce faire j’ai levé le nez afin de repérer une silhouette élancée dominant le tumulte, celle de Tamara, à laquelle Bébé Books avait gentiment donné, pour la circonstance, une autorisation de sortie !

    Autour d’elle Laetitia, Uncoindeblog et Emeraude.

    Il y avait aussi un spécimen masculin dont le visage ne m’était pas inconnu.

J’entends qu’on me souffle : « C’est un des auteurs chouchous de Caro[line] ! ».

Et moi de m’exclamer : « Ah, c’est [censuré, pour ne vexer aucun des chouchous !]… X..! »

Manque de pot, je m’étais trompée d’auteur chouchou !!!

Le X en question était en réalité Y… et a semblé apprécier plutôt modérément ce quiproquo !

Aussi je profite de ce billet pour lancer un appel (désespéré) à Caro|line], groupie littéraire à ses heures :

 « [Caro]line, je t’en supplie : NE ME BANNIS PAS DE TON BLOG ! Je n’ai pas fait exprès de confondre tes chouchous, tu comprends, je vois leurs photos régulièrement sur ton blog, mais je n’ai lu aucun de leurs livres, alors je m’emmêle les pinceaux… ! »  (ouh la la, j’arrête car je sens que je suis en train d’aggraver mon cas par une défense hyper maladroite !!!

D’ailleurs, lorsque j’ai argué du fait qu’Antoine Laurain, lui , au moins, je l’aurais reconnu parce que je l’avais vu au "Pique-nique de la blogoboule", d’aucune m’a fait comprendre que « Celui-ci n’avait pas encore reçu la distinction officielle de "chouchou" » : et là, j’ai mesuré à quel point mon cas était grave ! 

 

    Trêve de billevesées !

    Pour faire diversion, j’ai envisagé de me trouver mal afin que le médecin-urgentiste-auteur-primé s’intéresse (personnellement) à mon cas. Mais, outre le fait que le procédé m’a semblé manquer singulièrement d’originalité, je me suis dit qu’il y avait décidément trop de monde pour que nous puissions derechef nouer une conversation plus privée et j’ai sagement renoncé à ce projet !

   

 

    Avant de regagner ma royale cité de banlieue (dans le non moins royal RER C), j’ai reçu une jolie petite pochette contenant les trois ouvrages primés , ce dont je me réjouis car je n’en ai lu aucun et ce qu’apprécieront aussi les cercles de lectures que je f’réquente !

 


Commentaires

 

1. uncoindeblog  le 24-09-2008 à 14:00:28  (site)

Et dire que je ne t'ai même pas vu avec un verre à la main pour excuser ton erreur, pfffttt.

2. sentinelle  le 24-09-2008 à 14:19:44

C'est toujours tellement sympathique de rencontrer les blogueurs, tu en as de la chance Brize Sourire

3. Leiloona  le 24-09-2008 à 14:52:51  (site)

Je n'entends que du bien de "Elle s'appelait Sarah".

édité le 24-09-2008 à 14:53:02

4. Caro[line]  le 24-09-2008 à 15:25:56  (site)

Naaan ! Je ne vais pas te bannir... mais quand même... quelle gaffe énorme ! Surtout connaissant la susceptibilité de Y ! ;-)))

Pour te rattraper, je te propose de lire un des romans de Y justement. :-D

5. insatiable.lectrice  le 24-09-2008 à 15:56:26  (site)

Il y a des jours (et des soirs) où on regrette de ne pas habiter Paris ou la banlieue!

6. amanda meyre  le 24-09-2008 à 16:16:32  (site)

si j'étais venue, pour me trouver, il aurait fallu que tu cherches au dessous de la masse... trop de monde pour moi, et surtout, trop peu de temps en ce moment.... mais dommage que l'on se soit ratées Sourire

7. Tamara  le 24-09-2008 à 17:04:40  (site)

Très bon aperçu de la soirée ! L'Auteur récompensé pour son polar était tout de même TROP bronzé pour un urgentiste, c'est louche ! ;-))

8. brize  le 25-09-2008 à 08:55:12  (site)

@ Uncoindeblog : C'est parce que je n'ai pas besoin de boire d'alcool pour dire des bêtises : l'odeur me suffit !
@ Sentinelle : Bien d'accord avec toi !
@ Leillona : Oui, c'est un livre qui rencontre beaucoup de succès.
@ Caro[line] : Ouf ! Je ne suis pas bannie ! Quant à lire un ouvrage de Y... un jour, sans doute Sourire1 !
@ Insatiable Lectrice : Il faut bien que ça comporte quelques avantages !
@ Amanda : J'espère qu'on se reverra à une autre occasion !
@ Tamara : Aperçu très subjectif, je le reconnais ! Quant à l'auteur, il était très bronzé parce qu'il revenait de 15 jours de vacances dans des îles lointaines (ne me demandez pas comment je suis au courant, Hé, Hé !)

9. Karine :)  le 25-09-2008 à 12:28:24  (site)

Ce devait être vraiment une soirée intéressante! Et bonne nouvelle j'ai deux des livres primés sur trois (polar et littérature) qui attendent sagement dans ma pile... je n'aurais jamais acheté le polar si je ne l'avais pas gagné à Books and the city... mais du coup je suis bien contente!

10. Laetitia la liseuse  le 25-09-2008 à 19:17:42  (site)

Cette soirée devait être super chouette. Rencontre d'auteurs et de bloggueurs, c'est vraiment le top ! Je lirais bien le polar tiens ! Je note

édité le 25-09-2008 à 19:18:33

11. brize  le 26-09-2008 à 09:16:00  (site)

@ Karine : C'est super que tu aies deux des livres primés !
@ Laetitia : Le polar me tente aussi mais j'hésite : bien envie de ne pas lire la 4ème de couverture pour avoir la surprise... sauf que je n'ai plus qu'à espérer que ce ne soit pas trop gore ! (ah oui, c'est vrai, j'avais trouvé une solution : utiliser mon mari comme lecteur-testeur !) !

édité le 26-09-2008 à 09:16:27

12. myloubook  le 27-09-2008 à 11:26:02  (site)

J'étais à cette soirée aussi mais je ne suis pas restée longtemps (et je n'ai pas eu de pochette Langue) ! J'ai discuté quelques minutes avec Tamara (que je n'avais pas vue depuis un an environ Sourire) puis Malice m'a présenté un éditeur... une rencontre très sympa mais du coup je ne t'ai pas rencontrée... mais j'espère que l'occasion se représentera !

13. songes-litteraires  le 27-09-2008 à 15:44:07  (site)

J' aperçois la couverture d' elle s' appelait sarah, je vais le découvrir bientôt aussi, vu qu je l' ai acheté il y a quelques jours.
LEs avis élogieux et ce petit visage d' ange m' ont convaincu de l' acheter, j' espère que ça me plaira. Et j' attend de lire ta critique!

14. brize  le 27-09-2008 à 19:20:27  (site)

@ Lou : C'est vraiment dommage que tu n'aies pas eu la pochette... et qu'on ne se soit pas rencontrées (mais pour ça, j'espère que ce n'est que partie remise !) !
@ Songes-Littéraires : Je le lirai sûrement (même si je l'ai laissé passer plus d'une fois dans un de mes cercles de lecture , car il ne me disait rien), mais je ne sais pas quand Sourire1 !

15. ninabrigitte  le 16-10-2008 à 21:20:15  (site)

Et bien je note tout ça, je vois que tu as eu la chance d'assister à la remise de ce Prix littéraire, Ah Paris c'est bien pour ça quand même... Et j'ai bien ri en lisant ton article !! A bientôt

16. Brize  le 17-10-2008 à 13:45:09  (site)

Faire rire à mes dépens m'a toujours plu Rire !

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article