posté le 11/12/08

"Où on va, papa ?", Jean-Louis FOURNIER

    J'avais lu quelques billets (que je mets en liens) au sujet de ce livre autobiographique où un père évoque sa vie avec ses deux enfants lourdement handicapés. Comme les citations y étaient nombreuses, le style m'a été immédiatement familier lorsque j'ai entamé cette courte lecture : fausse légèreté, formulations lapidaires et élégantes mêlant causticité, amertume et tendresse pour peindre les instantanés d'une drôle de vie.

   Loin des clichés, sans tabou, Jean-Louis Fournier dit les choses comme elles sont. La déception immense lorsqu'on constate le handicap des enfants, aussi immense que la joie de la naissance. La culpabilité de les avoir mis au monde, les regrets à jamais de tout ce qui ne pourra être partagé : la musique, la beauté des paysages... ou un match de foot. La jalousie vis-à-vis des autres parents qui se vantent de tout ce qu'accomplissent leurs petits prodiges.

   Et tant d'aperçus  cruellement lucides, sans pitié, d'un quotidien voué à une éternelle répétition avec parfois, quand même, quelques rires.

   Face au constat implacable de deux vies insupportables gagnées à la loterie génétique, l'auteur n'hésite pas à manier l'humour mais il est, la plupart du temps, noir.

   Autant d'honnêteté avec soi-même m'a impressionnée.

 

"Je n'ai pas été un très bon père. Souvent, je ne vous supportais pas, vous étiez difficiles à aimer. Avec vous, il fallait une patience d'ange, et je ne suis pas un ange."

 

" Quand on a un enfant handicapé, on ne le découvre pas toujours tout de suite. C'est comme une surprise.

  Il y a aussi ceux qui disent : "L'enfant handicapé est un cadeau du Ciel." Et ils ne le disent pas pour rire. Ce sont rarement des gens qui ont des enfants handicapés.

  Quand on reçoit ce cadeau, on a envie de dire au Ciel : "Oh ! fallait pas..."

 

"Où on va, papa ?", Jean-Louis FOURNIER

éditions Stock (155 p)

 

 Les avis de Joëlle, Cathulu , Ys, Lily , Sylire, Laure , MarcF ...

 


Commentaires

 

1. Sassenach  le 11-12-2008 à 12:24:27  (site)

C'est cette honnêteté qui m'a le plus plu : du coup, il en est encore plus humain !

2. Aifelle  le 11-12-2008 à 13:11:12  (site)

Il est dans ma LAL, j'attendrai le poche.

3. sylire  le 11-12-2008 à 13:13:54  (site)

D'accord avec ce qui vient d'être dit.. Pas de langue de bois chez Fournier et ça le rend terriblement humain.

4. keisha  le 11-12-2008 à 13:16:38  (site)

je dois le lire aussi. merci pour les passages : beau livre.

5. SD49  le 11-12-2008 à 13:58:31

dès que je le trouve à la bib je le prends. De lui j'ai deja lu Mon dernier cheveu noir, sur l'entrée dans la vieillesse j'avais bien aimé son style, mais rien à voir bien sur pour le sujet et sa légèreté avec son nouveau livre.

6. MarcF  le 11-12-2008 à 15:34:10  (site)

Je l'ai lu et commente aussi et je partage ton avis.

Marc

7. Youplala  le 11-12-2008 à 16:43:39  (site)

J'attends également qu'il soit dispo à la bibliothèque. :-)

En tant que tata d'une petite polyhandicapée (physiquement et mentalement), j'ai hâte de voir comment il a traité ces situations si difficiles à vivre avec humour et lucidité. :-)

8. brize  le 11-12-2008 à 18:53:36  (site)

@ Joëlle (Sassenach) et Sylire : Il est honnête et courageux aussi, parce qu'il livre son témoignage en se dévoilant vraiment, sans chercher à retoucher son image pour paraître plus à son avantage. Et oui, vous avez raison, il est humain (et pas un surhomme) et, de ce fait, ce qu'il dit nous atteint encore plus.

@ Aifelle et Youplala : C'est une amie qui me l'a prêté (ce qui m'a évité une réservation sans doute longue durée à la bibliothèque).
Youplala, dans ton cas, ce témoignage t'atteindra sûrement encore plus qu'un lecteur qui ne connaît pas personnellement ce genre de situation .

@ Keisha : Tu trouveras encore d'autres passages dans les articles que je mets en liens.

@ MarcF : Oups ! J'avais oublié de mettre un lien vers ton commentaire : c'est fait !

@ SD49 : C'est un auteur que, personnellement, je ne connaissais pas du tout.

édité le 11-12-2008 à 20:03:24

9. Leiloona  le 11-12-2008 à 21:39:19  (site)

Je me tâte encore ... Peut-être attendrais-je la sortie en poche.

10. Karine :)  le 12-12-2008 à 03:45:04  (site)

Je n'étais pas certaine mais plus ça va, plus je crois que je le lirai... je côtoie des enfants handicapés tous les jours au travail et je sens que ça pourrait me toucher.

11. brize  le 12-12-2008 à 18:05:48  (site)

@ Leiloona : Tu peux l'emprunter à la bibliothèque.
@ Karine : Oui, ça te toucherait sûrement.

12. Patachousse  le 12-12-2008 à 19:11:56  (site)

Je pense que je vais le lire très rapidement (sachant que je suis concernée cela m'intéresse encore plus...).
Sympa ton site.

13. brize  le 12-12-2008 à 19:50:38  (site)

Patachousse, si tu le souhaites, n'hésite pas à revenir nous parler de la manière dont tu auras "reçu" ce livre.

14. Patachousse  le 18-12-2008 à 20:28:45  (site)

Voilà, je viens de le lire hier soir en une seule fois...
Je ne vais pas faire de commentaire trop personnel.
Mais j'ai vraiment apprécier ce livre qui me touche plus particulièrement mais je pense que l'on a pas du tout le même jugement qu'une personne "normale" quand on a un handicap.
Cdt.

15. brize  le 18-12-2008 à 22:02:57  (site)

Je comprends bien ce que tu veux dire. Je pense aussi que celui qui n'est pas touché directement par le handicap, dans son corps où dans celui d'un proche, restera toujours un peu extérieur au récit de l'auteur, sans le vivre réellement, malgré tout le talent littéraire de celui qui raconte.

16. Georget  le 12-01-2009 à 16:42:04

Comme la vie est simple quand on n'a pas de problèmes de cet ordre...

édité le 12-01-2009 à 16:43:52

17. brize  le 12-01-2009 à 18:11:24  (site)

Avec ses enfants, Jean-Louis Fournier devait surmonter des obstacles quasi infranchissables pour faire des choses qui nous paraissent toutes simples. Dans ces conditions, oui, la vie de parent est quelque chose de très difficile, que ce livre nous permet d'appréhender, un peu seulement, car on n'est pas à la place de ce père, mais un peu quand même.

18. rennette  le 13-01-2009 à 09:18:29  (site)

indispensable cette honneté autrement c'est insupportable !!
ce qui ne veut pas dire que la situation est moins confortable mais on se débarasse ainsi des dommages collatéraux, du regard de l'autre,de se culpabiliser inutilement en perdrant ainsi son énergie bien nécessaire par ailleurs ... évidemment jamais de sa souffrance qui sort parfois, souvent...
je parle en connaissance de cause...

19. Brize  le 13-01-2009 à 11:52:47  (site)

Merci pour ton témoignage, Rennette.

20. la-ronde-des-post-it (laptitesardine)  le 25-05-2009 à 03:02:47  (site)

un coup de coeur pour moi ce livre, et pour Foiurnier en général!

 
 
 
posté le 10/12/08

"La vengeance du Comte Skarbek", SENTE et ROSINSKI

    En 1843, un mystérieux comte polonais du nom de Mieszko Skarbek, dont le visage est à moitié brûlé, débarque à Saint Malo, accompagné d'une servante africaine. Il se rend derechef à Paris, où il loue un hôtel particulier.

    Sur place, il contacte le banquier Ferrat auprès duquel il se renseigne au sujet de Daniel Northbrook, célèbre marchand d'art. Celui-ci détient toutes les toiles laissées par le peintre Louis Paulus, disparu onze ans auparavant.

    Sur de nombreuses toiles, c'est une certaine Magdalène qui est représentée. Le comte Skarbek demande à la rencontrer. Et lorsqu'il se retrouve en tête à tête avec elle, c'est pour la peindre afin qu'elle reconnaisse en lui le fameux Louis Paulus, revenu pour se venger des injustices qu'il a subies...

 

    Si vous avez aimé (comme moi) le comte de Monte Cristo (roman auquel, vous le constaterez, il est fait explicitement référence), nul doute que vous retrouverez, dans le scénario de cette bande dessinée écrit par Sente, le plaisir d'une histoire de vengeance bien menée, truffée de chausse-trappes et qui, au fil de ses rebondissements, saura retenir votre attention jusqu'au bout, parce qu'alors même que vous croirez avoir tout compris... vous vous tromperez encore !

    Mais surtout, et c'est la raison pour laquelle je tenais à vous présenter ce diptyque, c'est le graphisme qui est extraordinaire dans ces albums. Chaque planche révèle son lot de dessins de tailles et de thèmes divers (scènes de ville, intérieurs, marines etc.) qui sont autant de tableaux en réduction où l'on peut apprécier la patte du dessinateur-peintre, Rosinski.

 

    Dans ces deux albums, Rosinski (le dessinateur de la série "Thorgal", que je suis depuis sa naissance, en 1984) s'affirme en effet en pleine possession d'un style vers lequel il s'acheminait depuis quelques années. C'est sur de grandes planches que, tel un peintre, il compose ses illustrations, réduites ensuite au format requis. Gouache, pastel, fusain, toutes les techniques lui permettent d'exprimer aussi bien l'intimité d'un lieu que la beauté, tourmentée ou paisible, d'un paysage, en utilisant une large palette de couleurs.

    J'ai relu ces deux albums (acquis lors de leur parution, en 2004 et 2005), avant de vous en parler et, comme l'histoire m'était familière, j'ai tourné les pages lentement, prenant le temps d'apprécier la beauté de toutes ces petites toiles miniatures parsemées sur les pages.

    Une aventure rondement menée + un graphisme de haute volée : aucune hésitation à avoir, vous devez découvrir "La vengeance du Comte Skarbek" !

 

"La vengeance du comte Skarbek" (2 volumes), SENTE et ROSINSKI

 (éditions Dargaud) - Bande Dessinée pour adultes -

 


Commentaires

 

1. Sassenach  le 10-12-2008 à 11:01:43  (site)

Hé, super, ma biblio les a et comme ce n'est pas des nouveautés, je devrais arriver à mettre la main dessus Clin doeil

2. keisha  le 10-12-2008 à 14:19:30  (site)

Ah la référence au comte de monte cristo : cela suffit ! Si je le vois ...

3. Yv  le 10-12-2008 à 14:58:12  (site)

J'ai fait acheter cette bd à ma bibliothèque, il ya maintenant plusieurs mois et ne regrette aucunemant cettte idée que je leur ai soumise. très beaux dessins et histoire effectivement proche de Monte Cristo, donc, forcément captivante

4. Karine :)  le 11-12-2008 à 03:11:11  (site)

Moi aussi, la référence au comte de Monte Cristo me suffit! J'adore les dessins, en plus!!!

5. brize  le 11-12-2008 à 12:02:45  (site)

@ Joëlle, Keisha et Karine : J'espère que vous serez conquises à votre tour !
@ Yv : Excellente suggestion d'achats pour ta bibliothèque !

6. Florinette  le 11-12-2008 à 14:56:59  (site)

Waouh quel magnifique graphisme, je vais voir si je peux trouver ces albums à la biblio !!

7. brize  le 11-12-2008 à 18:42:43  (site)

Ah oui, je trouve ce graphisme superbe et ça fait un moment que j'avais l'intention de faire ce billet pour présenter ces albums à ceux et celles qui ne les connaîtraient pas. J'espère que tu pourras les trouver à la bibliothèque (sinon, tu peux faire comme Yv et suggérer l'achat !).

8. Laetitia la liseuse  le 12-12-2008 à 22:06:37  (site)

Oh je ne connaissais pas. je suis bluffée par le graphisme. Il faudra que j'y jette un coup d'oeil. et puis 2 tomes, c'est un dyptique ou il est prévu une suite ?

9. brize  le 13-12-2008 à 09:02:33  (site)

C'est un diptyque et si le graphisme te plaît autant qu'à moi, tu vas apprécier !

10. chjiffonnette  le 14-12-2008 à 11:15:01  (site)

J'adore Rosinski! Et je n'ai ps encore lu cette BD!

11. brize  le 15-12-2008 à 08:17:33  (site)

Elle devrait te plaire !

12. myloubook  le 10-01-2009 à 20:10:54  (site)

Je l'avais offert à mon ami qui avait beaucoup aimé... tu me donnes envie de le sortir de son étagère !!Sourire

13. brize  le 11-01-2009 à 10:59:44  (site)

Oui, il FAUT sortir ces BD de l'étagère (où elles se morfondent en attendant désespérément leur nouvelle lectrice !) !

14. pincureuil  le 28-02-2010 à 11:52:34  (site)

J'avais beaucoup aimé aussi, les dessins sont magnifiques! Je l'avais offert à mon mari, mais vite lu avant lui :-)

 
 
 
posté le 09/12/08

Hors-série du magazine Beaux Arts : Qu'est-ce que le manga ?

     J'ai appris tout-à-fait par hasard que le magazine Beaux Arts venait de sortir un hors-série consacré au manga et, comme je ne doute pas que l'information intéressera un certain nombre d'entre vous (amateurs ou simplement curieux de découvrir ce domaine), je la relaie ici.

    Ne vous fiez pas à cette couverture que je trouve réductrice (voire rédhibitoire pour ceux qui se considèrent allergiques au genre), le numéro (bon, je viens seulement de l'acheter, donc ma présentation sera sommaire) brasse large.

    En introduction, des articles sur le phénomène manga en général et sa place dans la culture japonaise et maintenant internationale.

     Dans la foulée, trois histoires complètes (dont une de Jiro Taniguchi, je sais que certains blogueurs l'apprécient beaucoup).

    Arrive ensuite le principal, à savoir l'étude détaillée des "Sept tribus du manga", les mangakas ayant été répartis par familles (Les précurseurs, Les nouveaux samouraïs, Les enfants terribles, Les éternels adolescents, Les parents terribles, Les tontons flingueurs, Les contemplatifs) au sein desquelles une double page (analyse - illustration en face) leur est individuellement consacrée.

    Et, pour finir, on nous propose des pistes de lecture avec "La mangathèque idéale".

    Bonne lecture !

(154 pages - prix du numéro : 7,50 €)

 


Commentaires

 

1. saxaoul  le 09-12-2008 à 20:47:46  (site)

Il est fort probable que je me laisse tenter par ce numéro !

2. Laetitia la liseuse  le 09-12-2008 à 21:07:33  (site)

c'est pas nono le petit robot en couverture ?

3. Alwenn  le 09-12-2008 à 21:14:30  (site)

Moi qui commence tout juste dans la manga, ça m'intéresse !

(Laetitia : Nono le petit Robot c'était dans Ulysse 31 ! Là c'en est un autre, mais dont le nom m'échappe... Brize saura peut-être !)

4. brize  le 09-12-2008 à 21:17:54  (site)

C'est Astroboy, du mangaka Osamu Tezuka (bon, je fais la fière... mais je viens d'aller demander à ma fille !!!)

5. Caro[line]  le 09-12-2008 à 23:11:41  (site)

Tiens, je vais peut-être aller faire un tour à la maison de la presse qui se trouve en bas de chez moi... merci de l'info !

Et Astro Boy est un manga très célèbre, me semble-t-il !!!

6. brize  le 10-12-2008 à 08:16:11  (site)

@ Saxaoul : Oui, il a l'air pas mal !
@ Caro[line] : C'est exactement ce que ma fille a dit à l'inculte que je suis en la matière (j'assume !) : Astroboy est un manga très célèbre, raison pour laquelle il figure en couverture.

7. Sassenach  le 10-12-2008 à 10:59:03  (site)

Intéressant comme magazine ! Surtout pour l'histoire inédite de Taniguchi et pour la mangathèque idéale Sourire

8. brize  le 11-12-2008 à 12:05:10  (site)

A priori, c'est un bon point de situation sur le manga à l'heure actuelle, de quoi mettre à jour notre culture BD Sourire1 !

 
 
 
posté le 08/12/08

BONUS au Défi Blog-o-trésors : les livres qui ont marqué mon adolescence (de la petite à la grande)

    Pour qu'il n'y ait pas de confusion et aussi parce que je ne voudrais pas qu'on m'accuse de tricher en ajoutant directement cette liste à la suite de celle que j'ai concoctée ici pour le défi lecture blog-o-trésors, voici donc, en exclu d'exclu, the bonus :

 les livres qui ont marqué mon adolescence

(en gros, de la petite à la grande),

livres que je n'ai pas mentionnés pour le défi car, vous comprenez, mon adolescence, maintenant, elle est un peu loin (mais je me sens légèrement frustrée de ne pas les avoir évoqués, même si c'était délibéré) !

 

  Louisa May Alcott : Les quatre filles du docteur March

 (lu et relu, ce qui est plus qu'exceptionnel en ce qui me concerne, vu toutes les adaptations cinématographiques et pas qu'une fois et je pleure systématiquement au même passage et j'aurais bien aimé être Jo et pourquoi Laurie n'a-t-il pas... bon j'arrête !)

 

                       

 Jack London : Mickaël chien de cirque (qui m'a définitivement ôté le goût des spectacles de cirque avec animaux !)

- L'appel de la forêt

- Croc-Blanc

 

 

 Mary O'Hara : L'herbe verte du Wyoming - Le ranch de Flicka - Mon amie Flicka - Le fils de Flicka

 (si on ajoute à ces romans la série L'étalon noir, en collection verte, on comprend que j'aie toujours rêvé de merveilleuses cavalcades dans la nature ; malheureusement, lorsque j'ai eu l'occasion de pratiquer un peu l'équitation, j'étais déjà trop âgée pour ne pas avoir peur et je n'y ai donc trouvé aucun plaisir !)

 

 Victor Hugo : Les Misérables (en édition abrégée de la collection verte - l'intégrale, je me la suis fait offrir en trois tomes en livre de poche alors que j'avais... onze ans (j'ai vérifié la date sur les exemplaires) : évidemment, je ne les ai jamais lus... qui a dit que les achats compulsifs ne commençaient pas très jeune ?! La même année, j'avais cassé ma tirelire pour acheter, toujours en livre de poche, Les Contemplations et Les Châtiments : toquée de Victor Hugo, moi ?!!!)

 

 

 Serge Dalens : Le bracelet de vermeil - Le prince Eric - La mort d'Eric

 (collection Safari Signe de Piste - c'étaient des livres appartenant à ma mère et je les ai adorés - la collection Signe de Piste a ressurgi plus tard et ces livres ont été réédités mais elle a ensuite à nouveau disparu)

 

 

 

 

Jules Verne : Le tour du monde en 80 jours - De la terre à la lune - Voyage au centre de la terre - L'île mystérieuse - Michel Strogoff

(je n'ai pas vraiment de préféré : c'est un souvenir-plaisir global !)

 

 

                                  

- Alexandre Dumas : Les trois mousquetaires - Le comte de Monte-cristo

- Paul Féval : Le Bossu

- Théophile Gautier : Le capitaine Fracasse (avec tout ça, vous aurez compris que j'aimais les romans de cape et d'épée !)

- Edmond Rostand : Cyrano de Bergerac

 

 

- Charlotte Brontë : Jane Eyre

- Daphné du Maurier : Rebecca

 

 

 

    Beaucoup de classiques, dans cette liste mais, en dehors de la collection verte et de quelques autres (dont les livres étaient agréables à lire mais n'avaient rien de très marquant), la littérature jeunesse n'était pas alors aussi fournie qu'à l'heure actuelle où elle me semble regorger de romans et de séries passionnants ("A la croisée des mondes", Harry Potter, "Le clan des Otori", pour ne citer qu'eux, et parce que je les ai lus et aimés) et c'est tant mieux !

 

    Et vous, vos lectures adolescentes vous ont-elles laissé quelques souvenirs marquants ?

 


Commentaires

 

1. Alwenn  le 08-12-2008 à 14:28:24  (site)

Aaah... Là j'ai plein de lectures en commun avec toi ! Je ne les cite pas toutes car crois-moi, il y en a un paquet dans les livres que tu donnes ! (Ah, les Mary O'Hara ! C'étaient les livres de mon père chez ma grand-mère, je les ai tous lus ! Et les filles du docteur March ! Et les Jack London ! *nostalgie*...) Le Club des cinq m'a énormément marquée aussi ! Les Alice aussi ! Et en plus classique, je garde un souvenir ému des soeurs Brontë mais aussi des "Pays lointains" de Julien Green, ainsi que de Moïra.

2. keisha  le 08-12-2008 à 15:02:06  (site)

J'ai lu (et relu) la filleule du docteur march, collection rouge et or ! Et le comte de Monte Cristo, version abrégée bibliothèque verte. J'ai gardé tous mes livres des bibliothèques roses, vertes et autres. Collector maintenant !

3. Ys  le 08-12-2008 à 16:51:11  (site)

On a dû être ados grosso modo à la même période : pas de littérature jeunesse en dehors de la bibliothèque rose et verte. Alors moi aussi, c'était le Club des 5, et Oui-Oui avant ça, Fantômette puis les Alice (de Caroline Quine si ma mémoire est bonne), Michel, Les 6 Compagnons...puis vers la 5è ou 4è, j'ai dû embrayer sur les Agatha Christie et puis des choses plus classiques pour le collège. Et voilà où j'en suis arrivée...

4. levraoueg  le 08-12-2008 à 20:22:17  (site)

Euh... là je n'ai pas lu grand chose mais je n'en suis pas fière...

5. erzébeth  le 08-12-2008 à 20:40:30

Fichtre, une demoiselle de onze ans qui s'offre du Victor Hugo, je trouve ça délicieux !
"L'étalon noir", mon dieu, j'avais ça dans ma bibliothèque, je m'en souviens très bien ! (mais l'ai-je lu ? là, j'ai un doute)
Après, je suis malheureusement comme Levraoueg, j'ai l'impression d'être passée à côté de beaucoup de choses... dont Jules Verne !

6. brize  le 08-12-2008 à 21:45:53  (site)

@ Alwenn : Chouette ! C'est aussi ce que j'espérais en ajoutant ce bonus ! Je ne connais pas "Pays lointains" et "Moïra" seulement de nom. Je note !
@ Keisha : Je n'ai pas lu les suites des "Quatre filles du docteur March", car j'ai découvert leur existence quand je n'avais plus trop l'âge de les lire ! Pour les Dumas, je les ai lus en version intégrale (même si, pour "Les trois mousquetaires", je les avais lus une première fois dans la version abrégée de la collection verte). J'ai comme toi la chance d'avoir pu conserver (chez ma mère) tous mes livres jeunesse, que mes filles ont lus à leur tour.
@ Ys : Oui, c'était une littérature jeunesse sympathique mais qui ne m'a pas marquée comme les livres que j'ai mentionnés, même si j'en garde un très bon souvenir aussi.
@ Levraoueg : Tu en as sûrement lu d'autres, tout aussi intéressants. Et puis, un certain nombre de ces titres peuvent être lus à tout âge !
@ Erzébeth : J'étais moi-même surprise quand j'ai revu la date dans les livres (j'avais d'abord dit à ma fille que je les avais achetés à l'âge de 13 ans). Pour ce qui concerne les livres que tu n'as pas lus, comme je le disais à Levraoueg, il y en a certains qui peuvent plaire à n'importe quel âge, donc rien n'est perdu !

7. pralinerie  le 08-12-2008 à 22:57:54  (site)

Les misérables, je les ai lus en CM2. Vers 10-11 ans. Je me rappelle la tête de maman quand je rentrais de la bibliothèque avec ces vieux bouquins de la taille d'un dictionnaire. Je les dévorais (sauf le livre sur l'argot que j'ai commencé puis sauté pour revenir au cœur de l'action). C'est à partir de ce moment que je me suis enfilé des tas de classiques. Mais je lisais aussi des Alice en même temps !

8. kp78  le 09-12-2008 à 08:02:06

Ah !! Nostalgie quand tu nous tiens. Dans ma prime jeunesse, j'étais fan d'Alice. Je crois que j'ai tout lu sur cette détective de choc à qui je voulais ressembler. Sinon je piochais beaucoup dans la bilio de mon père et du coup je ne lisais que des science fiction des éditions fleuve noir. Car il n'avait que cela ! Après je me suis naturellement tournée vers Dune et Fondations qui ont marqué mon adolescence. Sinon, j'aimais bien me plonger dans les romans d'aventures du genre la tulipe noire, Ivanhoë, les 3 pousquetaires, Jacquou le croquant.. Vers 15 ans, j'ai englouti tous les Zola. La destinée tragique des classes laborieuses attisait en moi mes instincts de révolte (sans doute).
J'ajouterai que les signes de pistes ont été réedités. C'est l'éditeur Carnet de Bord (site carnet2bord) qui l'a fait. Il y a une boutique sur le bv St Germain. Sinon il ya des ventes privées dans le cercle des familles de scout. Mon fils en a lu et a trouvé cela très bien. Malheureusement ils sont chers ces bouquins (autour de 15 euros) et on ne les trouve jamais en biblio !!

9. Sassenach  le 09-12-2008 à 11:39:25  (site)

Certaines de mes lectures d'adolescence feront carrément partie de ma liste pour le défi tellement elles m'ont marquée Clin doeil

10. brize  le 09-12-2008 à 20:46:28  (site)

@ Praline : Eh bien, toi, au moins, tu as lu "Les Misérables" en version intégrale, chapeau Roi !!!
@ KP78 : Merci pour ce petit compte-rendu très vivant ( "La destinée tragique des classes laborieuses attisait en moi des instincts de révolte (sans doute).", en particulier, m'a beaucoup plu !) et pour l'info concernant les Signes de Piste Sourire1 !
@ Joëlle (Sassenach) : Je te comprends car j'ai bien failli y inscrire "Les quatre filles du docteur March" !

11. Karine :)  le 11-12-2008 à 03:33:04  (site)

Pour mes lectures d'ado, les 4 filles du Dr. March en font définitivement partie, de même que Gone With The Wind (LE livre d'adolescence pour moi), la série Anne, Rébecca, Wuthering Heights, et... la série Sweet Valley High (j'arrive même à ne plus en avoir honte!!!)!

12. brize  le 11-12-2008 à 18:59:19  (site)

Alors là, la série "Anne" et "Sweet Valley High", connais pas !

 
 
 
posté le 08/12/08

Défi de lecture "BLOG-O-TRESORS" : ma LISTE !

     Si les challenges de lecture fleurissent dans la blogosphère, je les considère normalement avec une méfiance instinctive : j'ai déjà du mal à trouver des livres qui me conviennent, alors si, en plus, je dois m'imposer des contraintes, le plaisir risque de ne plus être du tout au rendez-vous !

    Néanmoins, lorsque Levraoueg avait proposé son "Challenge du 1% de la rentrée littéraire 2008", j'avais manifesté mon intérêt en trichant demandant à être inscrite comme "challengeuse a posteriori" (= on verrait bien, je ne m'engageais à rien). Résultat, j'ai d'ores et déjà bouclé ce challenge.

   

Et début novembre, c'est Grominou qui a lancé le challenge à mon avis (et au sien !) le moins contraignant du monde :

le Défi Blog-o-trésors

   En gros (pour le détail, voir ici), chaque participant lui remet la liste de 10 livres (dans tous les genres, séries exceptées ou alors le livre qui en fait partie doit pouvoir se lire de manière indépendante) qu'il a adorés ou qui ont compté pour lui, avant le 31 décembre 2008. Ensuite, Grominou établit une méga-liste à l'intérieur de laquelle chaque challenger devra choisir 4 ouvrages à lire d'ici fin 2009. Et il me semble qu'il sera difficile de ne pas trouver au moins 4 titres tentants au sein d'une telle liste !

 

      Cela fait un moment déjà que j'ai décidé de participer à ce challenge et établi le brouillon de ma liste.

    Elle a été régulièrement remaniée (ce qui, plus ou moins, a fini par la ramener à son état initial !), mais la voici donc enfin, cette liste de 10 livres qui, pour des raisons diverses, m'ont marquée, récemment (voire très récemment) ou bien il y a longtemps (voire très longtemps !).

  1. Christian CHARRIERE : La forêt d'Iscambe (j'en parle ici)

  2. Gabriel GARCIA MARQUEZ : Cent ans de solitude

  3. Franck HERBERT : Dune  (initialement publié en un seul volume)

  4. John IRVING : L'œuvre de Dieu, la part du diable

  5. Barbara KINGSOLVER : Un été prodigue

  6. Carson Mac CULLERS : Le coeur est un chasseur solitaire

  7. Robert MERLE : Un animal doué de raison

  8. QUINO : Mafalda (bande dessinée - n'importe quel volume... ou l'intégrale, qui existe en un seul !)

  9. Zadie SMITH : De la beauté

  10. Juli ZEH : La fille sans qualités (j'en parle ici)

    Alors, il reste encore des listes à paraître ?!!!

 


Commentaires

 

1. Alwenn  le 08-12-2008 à 13:12:51  (site)

Je n'en ai lu aucun (j'ai honte !). Mais la méga liste finale de Grominou va me permettre de lire certains trésors à côtés desquels je suis malheureusement passée... De Marquez, je n'ai lu que L'amour au temps du choléra, que j'avais beaucoup aimé. Cent ans de solitude, c'est LE classique qu'il faudra bien que je lise un jour ! Clin doeil

2. keisha  le 08-12-2008 à 14:58:53  (site)

Avec ce challenge on va faire exploser nos listes à lire ! Soyons lucides ...

3. levraoueg  le 08-12-2008 à 20:18:20  (site)

J'adore voir les listes de chacun ! Dans la tienne j'en ai lus 3, ou presque 4, car j'ai picoré dans Mafalda. Les 3 autres : Irving, Mc Culler et Garcia Marquez (mon préféré). Je trouve que Julie Zeh est vite entrée dans ton top ten, dis donc !

4. erzébeth  le 08-12-2008 à 20:36:35

Jolie liste ! J'approuve 1 000 fois pour Carson McCullers, qui a failli faire partie de mes trésors aussi...! Après, il est très très bien de ta part de me rappeler que je n'ai toujours pas lu Irving, et que cette situation ne peut pas s'éterniser, nom d'une lectrice ! ;-)

5. brize  le 08-12-2008 à 21:41:14  (site)

@ Alwenn : Pas de honte à avoir : tu n'as pas lu ceux-là, mais tu en as lu d'autres ! Et c'est vrai que "Cent ans de solitude" est le roman de référence de Gabriel Garcia Marquez.
@ Keisha : Disons que ça va nous donner des tas de pistes de lectures. Mais, pour ce qui me concerne, plus j'ai le choix, mieux c'est !
@ Levraoueg : Ce n'est pas vraiment un top ten, ce sont 10 livres qui m'ont marquée. J'ai pu ajouter "La fille sans qualités" et "La forêt d'Iscambe" parce que j'avais vu sur d'autres listes des titres auxquels je tenais ("La chartreuse de Parme", "Les liaisons dangereuses", "Shutter Island" et certains titres que j'ai mentionnés dans mon bonus).
@ Erzébeth : Ah oui, Irving, c'est quelque chose ! Le premier que j'avais lu et beaucoup aimé, c'est "L'hôtel New Hampshire". Après, il y a eu "Le monde selon Garp", beaucoup aimé aussi. "L'oeuvre de Dieu, la part du diable" est une lecture (relativement) plus récente, qui m'a elle aussi conquise.

6. Laetitia la liseuse  le 08-12-2008 à 23:06:49  (site)

J'ai beaucoup entendu parler de la forêt d'Iscambe et en bien. Comme Alwenn, ce sont toutes des lectures pour le moment inconnues.

7. Sassenach  le 09-12-2008 à 11:37:19  (site)

Oui, il reste la mienne ... j'ai un peu de mal à choisir des titres mais je vois que tu as mis une BD ! Chouette, parce qu'il est incontestable que certains albums de BD m'ont marquée !

8. Youplala  le 09-12-2008 à 16:41:24  (site)

Merci d'avoir mis McCullers sur ta liste, je l'avais oubliée! :-)

9. brize  le 09-12-2008 à 20:29:49  (site)

@ Laetitia : "Pour le moment"... car, qui sait, tu choisiras peut-être un de ces titres dans le cadre de ton défi Blog-o-trésors !
@ Joëlle (Sassenach) : Oui, c'est possible, Grominou l'a confirmé dans les commentaires. Sinon, j'attends ta liste avec impatience (et curiosité, bien sûr !) !
@ Youplala : voilà qui confirme nos goûts littéraires communs !

10. manu--  le 09-12-2008 à 21:51:09  (site)

Belle liste !
Cent ans de solitude et le John Irving sont aussi parmi mes préférés.
J'ai beaucoup aimé "sourire de loups" de Zadie Smith mais je n'ai pas lu celui-ci.

11. brize  le 10-12-2008 à 08:24:52  (site)

"De la beauté" a été mon coup de coeur 2007 mais je n'ai à l'époque pas rédigé ne serait-ce qu'un mini commentaire que j'aurais pu faire figurer dans mes "notes de lecture d'avant blog" lorsque j'ai ouvert celui-ci . Jusqu'à présent , donc, je n'avais pas pu mettre ce livre à l'honneur (à part dans les images de mon "Florilège", à droite) : je me rattrape avec cette liste !
En tout cas, je suis contente que tu connaisses Zadie Smith (c'est le seul livre que j'aie lu d'elle), dont je n'avais, personnellement, pas entendu parler dans les blogs.

12. manu--  le 10-12-2008 à 17:05:46  (site)

J'en ai parfois entendu parler, rarement en bien ! J'ai "L'homme à l'autographe" dans ma PAL. Et je lirai "De la beauté" quand il sortira en poche !

13. Tamara  le 10-12-2008 à 17:58:21  (site)

AH !!! Mafalda, c'est une vraie bonne idée ! ;-)

14. brize  le 10-12-2008 à 18:33:50  (site)

@ Manu : Peut-être qu'il n'y a que moi qui aie aimé "De la beauté" (quand même, ça m'étonnerait... il y avait au moins le critique de Télérama pour en faire, à l'époque, une présentation très élogieuse, donc on est deux !), mais ce n'est pas grave, puisque c'est ma liste Rire !
@ Tamara : N'est-ce pas Clin doeil1 !

15. kesalul  le 10-12-2008 à 21:37:26  (site)

Dans ta liste je n'ai lu que Cent ans de solitude et l'oeuvre de Dieu, la part du diable. Et je les ai aimés tout deux aussi...

16. brize  le 11-12-2008 à 12:06:11  (site)

C'est bon signe pour les autres Sourire1 !

17. La nymphette  le 13-12-2008 à 17:46:24

J'ai le roman de Merle dans ma PAL (après avoir lu "Derrière la vitre" j'ai souhaité continuerà lire cet auteur) contente de découvrir qu'il fait partie de tes romans préférés. A part ça, toi et les animaux, il n'y aurait pas comme un truc....?

18. brize  le 13-12-2008 à 22:15:08  (site)

La Nymphette, ta remarque sur moi et les animaux m'a fait rigoler !
Parce que, dans ma famille, je n'ai pas la réputation de m'intéresser particulièrement aux animaux (d'ailleurs, j'ai peur des chiens, du moins les gros ou les féroces !). En réalité, les animaux domestiques ne m'attirent pas tellement, contrairement à ceux qui vivent en liberté dans la nature, une nature à laquelle je n'oublie pas, même si je suis citadine, que j'appartiens, comme tout être vivant sur terre (ouh la la, je suis bien sérieuse-donneuse-de-leçons, là ! mais tant pis, c'est juste ce que je pense, sincèrement).
Ce sentiment de lien profond à la nature (qui me paraît évident, mais je m'aperçois que ce n'est pas le cas pour tout le monde), c'est bien sûr à l'éducation que j'ai reçue (avec un certain mode de vie) que je le dois, mais aussi à de belles lectures qui m'ont fait rêver et ont développé ma sensibilité via l'imaginaire. Et je sais que je ne suis pas la seule lectrice à avoir connu cela smiley_id117725.

19. pincureuil  le 28-02-2010 à 11:57:48  (site)

Ouh là, je n'en n'ai lu aucun - seulement "une prière pour Owen" d'Irving, pas mal mais sans que j'aie envie de renouveler l'expérience avec cet auteur, et un très mauvais souvenir de Zadie Smith avec l'homme à l'autographe....abandonné au bout de 20 pages!

 
 
 
posté le 06/12/08

"Chaos calme", Sandro VERONESI

   La femme de Pietro, Lara, est morte brutalement. Pietro ne souffre pas. Du moins pas encore. Et il semble en être de même pour leur fille âgée de dix ans, Claudia. Mais peut-être est-ce parce que son père campe désormais devant son école, dans sa voiture, toute la journée ?

   On vient lui rendre visite : des gens du travail, de la famille... Chacun en profite pour s'épancher et déverser sur lui ses propres malheurs...


 

   Un début sur les chapeaux de roue, car le livre ouvre sur une belle scène de surf de Pietro avec son frère, Carlo, suivie par un très dynamique sauvetage en mer de deux femmes qui se noient.

   La suite est une pause. Pietro s'extrait du temps, comme quelqu'un qui sortirait du lit de la rivière et regarderait les autres continuer à nager. Pourtant, l'extérieur cherche à le toucher, malgré tout. Les suppositions que distille sa belle-sœur le conduisent à douter provisoirement de Lara (là, il y a la lecture d'un mail à sa femme que j'ai trouvée prodigieusement longue et horripilante, d'ailleurs j'ai zappé la fin), mais il dissipe ce doute à sa façon, de manière radicale (vous verrez).

   Le lecteur se situe exactement au cœur des pensées du narrateur, dont il suit le fil ininterrompu (sauf lorsque d'autres individus viennent converser avec lui), avec ses circonvolutions permanentes autour de ce qui fut et de ce qui est maintenant et cette nouvelle façon de goûter aux instants vécus, qui transparaît par exemple dans l'observation contemplative d'une salle de gym où s'entraînent de jeunes athlètes.

   Le roman respire au gré des humeurs de Pietro, de ses remarques clairvoyantes, piquantes ou acerbes : il ne se complaît pas dans une forme de mélancolie, son esprit dérouté (il attend et redoute le moment où sa fille, soudain, va encaisser le choc et constate que lui, jusqu'à présent, ne souffre toujours pas, comme s'il ne s'était pas encore vraiment rendu compte de la mort de sa femme) reste résolument actif.


   Cependant, après avoir tout juste dépassé la moitié du livre, j'ai bien été obligée de constater que, même si j'appréciais le style, certains passages mordants ou très enlevés, au fond, je m'ennuyais un peu (sinon, pourquoi ai-je considéré avec une certaine inquiétude toute cette seconde partie qui me restait à lire ?).

Néanmoins, comme il s'agissait d'un vague ennui pas rédhibitoire, comme je me disais qu'il allait sûrement se passer des choses déterminantes (le calme allait peut-être céder la place au chaos) et aussi parce que j'avais lu des critiques élogieuses (même si certaines d'entre elles faisaient bien allusion à des longueurs) et que je ne voulais pas regretter d'abandonner une lecture dont on m'aurait dit ensuite que j'avais raté des éléments essentiels, j'ai poursuivi.


   Jusqu'à la page 386 (sur 505) !

   Et là, j'en ai eu vraiment assez. Assez que mon narrateur continue à rester sur "Pause", qu'il se passe surtout des choses autour de lui et pas vraiment avec lui (encore que, dans le chapitre auquel je me suis arrêtée, on ne peut pas dire qu'il reste inactif ...).

   J'ai donc abandonnéma lecture, vaguement feuilleté la suite pour voir s'il arrivait quelque chose digne de me faire revenir sur ma décision... et seul l'épilogue a retenu mon attention.


   Au final, un roman qui m'a paru brillant par moments, dans son style comme dans son approche des êtres et des situations, parsemé d'instants et d'attitudes saisis sur le vif avec beaucoup de brio, mais dont j'ai regretté le manque de tension narrative, une succession de tableaux ou scènes sans lien suffisant entre eux ne parvenant pas à capter durablement mon intérêt.


   A tenter, ne serait-ce que parce qu'un certain nombre de lecteurs, pas seulement dans la blogosphère, le considèrent comme un chef d'œuvre ! 

 

"Chaos calme", Sandro VERONESI

éditions Bernard Grasset

 

Bellesahi  a elle aussi abandonné sa lecture parce qu'elle s'ennuyait.

Les avis de Florinette ("un livre inattendu, magnifique sur le sens de la vie"), Amanda ("Un roman à lire avec plaisir, malgré les longueurs"), Kathel ("Une lecture pas désagréable, au final, mais je ne me précipiterai pas forcément sur d’autres romans de l’auteur."), Sentinelle, Antigone. 

 


Commentaires

 

1. Jules  le 06-12-2008 à 14:55:41  (site)

Heureusement que pour moi ce sera unemprunt`à la bibli et non un achat puisque je n'achète que le format poche en général!!

2. Aifelle  le 06-12-2008 à 16:43:02  (site)

Décidément il ne me tente pas, même en poche. Je crois que le film tiré du livre sort en Italie.

3. manu--  le 06-12-2008 à 17:25:51  (site)

Ca tombe bien, il ne m'attirait pas du tout !!!

Par contre, la réflexion de ta bibliothécaire, ça m'aurait bien vexée aussi ! Cela dit, ils doivent penser ça de moi aussi ici, vu le peu de livres que j'emprunte :-D

4. sentinelle  le 06-12-2008 à 17:26:21

Ce Sandra Veronesi ne m'avais pas non plus complètement convaincue... comme toi, je ressentais un vague ennuie. Bref, ce ne sera pas non plus un roman mémorable en ce qui me concerne Clin doeil

5. chris89  le 06-12-2008 à 17:40:34  (site)

bon voilà tout est dit !!!alors je passe .
Sympa dans ta biblio ...

6. kathel  le 06-12-2008 à 18:17:28  (site)

Merci pour ton lien. Je l'ai fini parce que c'était les vacances et j'en avais le temps, mais je n'ai pas été particulièrement emballée...
Tu as eu raison de ne pas insister (et n'écoute pas ta bibliothécaire !)

7. Karine :)  le 06-12-2008 à 18:31:27  (site)

Je l'ai noté à sa sortie mais je crois que ça pourra attendre un moment... les longueurs me font un peu peur...

8. brize  le 06-12-2008 à 20:26:23  (site)

@ Jules : C'était (comme pour la majorité de mes lectures) un emprunt à la bibliothèque !
@ Aifelle : Initialement, il ne me tentait pas non plus, mais quand j'ai vu à quel point il pouvait plaire, il a fallu que j'aille me rendre compte par moi-même, ce que je ne regrette pas.
J'ai moi aussi entendu dire qu'un film avait été adapté à partir du livre, mais je ne sais pas exactement où ça en est.
@ Manu : En fait, l'abandon éventuel de livres est un sujet un peu sensible pour moi, parce que pendant une très longue période (= plusieurs années), tout me tombait des mains, excepté les romans policiers. Alors, quand je sens que je n'accroche pas à un roman, j'ai le spectre de cette période qui vient me narguer en me faisant craindre que ça recommence !
@ Chris89 : Je ne sais pas si "tout" est dit... mais au moins tout ce que j'avais à dire !
Cette bibliothécaire est plutôt sympathique et elle n'avait pas tort sur le fond (j'aurais bien du mal à accrocher à un roman comme celui de de Roblès, parce qu'il y a, apparemment, des ruptures dans la narration, si bien qu'un épisode s'arrête là pour ne trouver sa suite que bien des pages plus tard et je crois que ça m'agacerait qu'on me fasse attendre si longtemps, je ne suis pas très patiente !), mais sur la forme, elle a été un peu maladroite !
@ Kathel : Je ne t'avais pas sentie, dans ton billet, totalement convaincue. De mon côté, j'aurais pu faire l'effort de poursuivre, mais je n'en avais pas envie car je m'étais déjà un peu forcée et je n'aime pas ça quand je lis.
@ Karine : Lis le quand tu auras l'état d'esprit ad hoc (ou en alternance avec une lecture plus prenante, peut-être).

9. SD49  le 06-12-2008 à 20:56:32

je te comprends vraiment, la lecture est un GRAND plaisir alors si le plaisir n'est pas là je ne finis pas le livre, cela m'arrive quand meme assez régulièrement

10. levraoueg  le 06-12-2008 à 22:11:19  (site)

C'est bizarre moi tu m'as donné envie de le lire ! Mais en même temps, y' a pas urgence, alors j'attendrai le poche. Sinon il faut quand même reconnaître à la bibliothécaire, qu'au moins elle essaie de parler un peu aux lecteurs ce qui déjà bien. Je fréquente un réseau de bibliothèques depuis un an, et personne ne m'a jamais adressé la parole, à part pour m'inscrire et un jour pour me demander un euro (qu'en plus j'ai refusé de payer parce que l'erreur venait d'eux). Bref, un échange des plus agréables...

11. Leiloona  le 07-12-2008 à 10:39:42  (site)

Bon, j'attendrai la version poche, et à ce moment là je lirai les premières lignes, histoire de voir si le livre me plaît.
Bon dimanche ! Sourire

12. amandameyre  le 07-12-2008 à 11:14:56  (site)

elle est tarte ta bibliothécaire, je trouve. Ce n'est pas parce que tu n'as pas terminé le Veronesi que tu n'apprécierais pas le Robles... et puis qu'est ce que ça veut dire "bon lecteur" ? rien.

13. lafianceedusoleil  le 07-12-2008 à 14:39:33  (site)

Salut Brize,
souhaite que tu as bien débuté la journée.
Bon dimanche à toi.
Bisou

14. brize  le 07-12-2008 à 19:23:35  (site)

@ SD49 : C'est aussi comme cela que je l'entends et ne pas achever un livre ne me paraît pas être un crime mais un droit du lecteur (merci monsieur Pennac de l'avoir si bien rappelé !), ce avec quoi je sais que tout le monde n'est pas d'accord (mais les obligations de persévérance qu'un lecteur s'applique à lui-même ne regardent que lui et ne doivent pas être un critère pour juger l'autre).
@ Levraoueg : Mais non, ce n'est pas bizarre... ça prouve que j'ai suffisamment mis en avant les qualités que je lui trouve et je me réjouis que tu aies envie de le lire !
Oui, c'est bien de s'enquérir de ce que les lecteurs ont pensé d'un livre mais il faut aussi être suffisamment ouvert pour être prêt à accepter la réponse, quelle qu'elle soit... surtout si elle déçoit parce qu'elle n'est pas conforme à ce qu'on attendait.
@ Leiloona : Les premières pages ne suffiront pas... parce que le début n'est pas représentatif du rythme de l'ensemble du roman. Donc il faudra en lire davantage. On verra ça quand il sortira en poche !
@ Amanda : Même nous, on est incapables d'être certains qu'un livre nous plaira avant d'essayer de le lire... alors, effectivement, quelqu'un d'autre ! Quant à l'expression "bon lecteur", je l'avais jusque là entendue à propos de jeunes lecteurs, au sujet desquels on s'interrogeait pour savoir s'ils seraient ou non capables de lire un gros roman (du style Harry Potter) ! Le "bon lecteur" adulte... drôle de notion : évaluation/jugement, alors que, on y revient, la lecture me semble avant tout une affaire de plaisir.

15. Florinette  le 08-12-2008 à 12:12:15  (site)

C'est bizarre, car je ne me souviens pas de ces longueurs, je suis restée vraiment captivée par l'histoire et l'attente de l'auteur que je comprenais, car c'est ce qui peut arriver après un deuil...ce livre m'a beaucoup touchée, mais, d'un autre côté, je comprends tout à fait ton abandon !

16. brize  le 08-12-2008 à 21:51:33  (site)

Florinette, la "longueur" la plus frappante, c'était ce fameux mail reçu par sa femme (j'ai une amie qui a abandonné le roman à ce moment-là). Pour le reste, je me rends de plus en plus compte que la notion de rythme dans un roman et, partant, celle de "longueurs", est beaucoup plus subjective que je ne le croyais.
Et je suis toujours frappée de voir de quelles manières diverses nous percevons nos lectures, on s'en rend vraiment compte en fréquentant les blogs, où c'est écrit noir sur blanc (enfin, sur vert, en ce qui me concerne !) !

17. Sassenach  le 09-12-2008 à 11:35:30  (site)

Bon, allez, toi aussi tu t'es un peu ennuyé alors je raye de ma LAL (j'avais déjà mis des ??? à cause de plusieurs avis mitigés !)

18. brize  le 09-12-2008 à 12:19:29  (site)

Pitié, Joelle, ne me fais pas porter cette responsabilité Calimero: tous ceux qui ont aimé ce roman vont me maudire ! Non, je persiste : tu dois aller te faire ton opinion Sourire!

19. céline de enlivrezvous  le 10-01-2009 à 00:09:32  (site)

Toutes mes collègues en librairie crient au chez d'œuvre ! Il va falloir que je le lise pour me faire une idée...

 
 
 
posté le 04/12/08

"Le Pays sans Adultes", Ondine KHAYAT

    Slimane a onze ans. Il raconte ce qu'est son quotidien : le collège et le retour à la maison... la peur au ventre. Parce qu'il y a le Démon, dont on ne peut jamais savoir comment il va se comporter et s'il va se mettre à frapper. Sur Slimane, sur Maxence, son frère de treize ans et sur sa mère, bien sûr, qui croit, elle, que tout peut finir par rentrer dans l'ordre, malgré ce sang qui coule. Le Démon, c'est comme cela qu'ils appellent leur père, Maxence et lui. Un père au chômage et qui passe son temps à boire devant la télé ou au bar du coin.

    Heureusement qu'il est là, Maxence. Avec lui, Slimane apprend à se construire, à regarder le monde et aussi à s'en évader pour partir vers des contrées lointaines ou rêver du Pays sans Adultes.

    Quand le Démon retrouve soudain du travail, une vraie vie familiale semble progressivement s'installer...

 

    "Le Pays sans Adultes" fait partie des livres vers lesquels je ne me tourne pas spontanément. Lorsque je lis tous ces billets au sujet de romans racontant des drames familiaux, je passe mon chemin et je me dis (ça vaut ce que ça vaut) que j'ai bien assez d'imagination pour me représenter le calvaire enduré par les victimes sans avoir besoin de lire un livre sur le sujet.

    Lorsque chez-les-filles.com et les éditions Anne Carrière , que je remercie,  m'ont proposé de recevoir ce livre pour le chroniquer, je n'ai donc accepté que pour deux raisons. La première était la qualité d'écriture qui apparaissait au travers de la présentation, une écriture poétique qui m'a d'ailleurs amenée à penser que le roman allait peut-être bifurquer vers un récit de type onirique, un voyage vers un "Pays sans Adultes" imaginaire (ce en quoi je me trompais). La seconde raison était qu'une nouvelle expérience de lecture partagée (puisque ce roman serait envoyé à de nombreux blogueurs), faisant suite notamment à celle du "Chemin des sortilèges", vécue récemment, me tentait.

    Néanmoins, alors que le livre m'est arrivé très rapidement, il a fait l'objet d'une prudente dépose sur une étagère, où je l'ai observé du coin de l'œil pendant quelques jours, hésitant à franchir le pas de la lecture, de peur de ce que j'allais devoir rencontrer.

 

    Puis j'ai commencé à lire.

    Et l'écriture telle que je l'avais perçue était bien au rendez-vous. Lumineuse et aussi baignée de poésie, où les métaphores fleurissent qui sinon embellissent du moins aident à supporter ce qui est vécu. Une écriture portant l'analyse si clairvoyante d'un enfant observant et analysant le monde qui l'entoure, ce monde dans lequel il est contraint de vivre et que ses interrogations enfantines, jouant parfois sur les mots, perce si bien à jour :

"Souvent, je regarde les informations à la télévision pour ne plus entendre les cris de mes parents qui se disputent, et je vois bien que quelque chose ne tourne pas rond. Les adultes passent leur temps à nous dire de faire ci, ou ça, d'être comme ci, ou comme ça, mais quand on voit dans quel état ils ont mis la planète, on se dit qu'ils feraient mieux de se taire et que ce sont les enfants qui devraient être au pouvoir. Moi, si j'étais au pouvoir, aucun mari n'aurait le droit de battre sa femme. Et aucune femme ne pourrait rouspéter bêtement après son mari. D'ailleurs, si j'étais au pouvoir, le mariage, ça n'existerait plus. Les mamans et les papas ne vivraient pas ensemble, ou alors seulement après avoir passé des tests. Un genre de permis de vivre ensemble. Un permis à points, comme pour les automobiles. Si vous perdez trop de points, c'est fini, vous ne pouvez plus vivre ensemble. Il faut repasser l'examen pour avoir un nouveau permis. Dans les films, les gens ont l'air amoureux, ils vivent ensemble dans des beaux appartements et ils portent des vêtements chic, mais on nous montre uniquement les bons côtés. Dans la vraie vie, les gens font leurs courses au supermarché du coin, et ils se disputent pour tout, même pour choisir un paquet de pâtes. Dans la vraie vie, les gens vivent dans des appartements trop petits, et parfois même, ils sont renvoyés de leur travail. Alors, ils restent dans le salon, assis devant la tél, "emberlifagotés" dans leur tristesse. Ils se mettent à crier les uns sur les autres, et leurs enfants grandissent avec des ronces dans le cœur. Les mauvaises herbes, si vous ne les arrachez pas tout de suite, elles finissent par tout recouvrir : les terres vierges et les fleurs sauvages. Moi, ce que je crois, c'est qu'aucun enfant ne peut survivre à la sécheresse."

    Toute la suite du roman, malgré la tragédie et quelles que soient les difficultés à vivre, à survivre devrais-je dire, sera portée par ce style.

 

    L'auteur pose, avec une infinie délicatesse, le regard et les mots d'un enfant sur un monde insupportable. Telle une funambule, elle réussit ce miracle d'équilibre qui consiste à évoquer, sur le fil tendu de son récit, le plus grave sans jamais tomber dans le lourd. Elle donne ainsi à voir et, surtout, à ressentir, une vie qui pourrait être en train de se briser et nous bouleverse.

    "Le Pays sans Adultes" est un roman poignant, douloureux mais aussi baigné d'espoir. Un roman sensible et beau.

 

"Le Pays sans Adultes", Ondine KHAYAT

éditions Anne Carrière (335 p)

 

Les avis de Cathulu, BlueGrey, Praline...

 


Commentaires

 

1. Leiloona  le 04-12-2008 à 09:00:20  (site)

"Telle une funambule, elle réussit ce miracle d'équilibre qui consiste à évoquer sur le fil tendu de son récit le plus grave sans jamais tomber dans le lourd."

Superbe phrase qui donne envie de découvrir ce livre !

2. keisha  le 04-12-2008 à 09:29:18  (site)

Snif ! chez les filles ne me l'a pas proposé alors qu'il a l'air bien mieux que le chemin des sortilèges. Patience !

3. BlueGrey  le 04-12-2008 à 09:53:36  (site)

C'est un récit difficile et pourtant beau, grâce à la voix si particulière de Slimane, ses mots d'enfant, son langage si imagé et poétique... Oui, vraiment, un beau récit, très touchant...

4. saxaoul  le 04-12-2008 à 10:04:50  (site)

J'ai beaucoup apprécié ce livre, notamment en raison de son écriture. Mon billet est en préparation pour demain !

5. Alwenn  le 04-12-2008 à 11:19:33  (site)

Bon, ça y est, c'est officiel, je regrette d'avoir refusé la proposition de Chez les filles... le thème me faisait trop peur, mais vos avis enchantés me laisse à penser que j'aurais dû... bon, ben tant pis !

6. aifelle  le 04-12-2008 à 14:22:14  (site)

Je viens de le recevoir, je reviendrai à ton billet plus tard.

7. Florinette  le 04-12-2008 à 15:15:14  (site)

À chaque fois que je vois le titre de ce livre, je pense systématiquement au livre de Philippe Claudel "Le monde sans les enfants" qui n'a rien à voir avec celui-ci que j'ai noté hier suite au billet de Cécile ! ;-)

8. Laetitia la liseuse  le 04-12-2008 à 20:40:34  (site)

Ah ben voilà ! ce récit compense ta dernière déception !

9. pralinerie  le 04-12-2008 à 21:28:31  (site)

Aussi enchantée que moi par l'écriture à ce que je lis Sourire

10. maijo  le 04-12-2008 à 22:59:21  (site)

Comme toi, j'ai posé le mien sur l'étagère. Mais les billets enthousiastes que je lis me motivent à le tirer vite de là.

11. cathulu  le 05-12-2008 à 07:01:09

Un très joli billet pour ce très joli livre !

12. brize  le 05-12-2008 à 08:20:51  (site)

@ Leiloona : J'étais contente de ma petite phrase... et ça m'a fait plaisir que tu la remarques ! En plus, le but est atteint puisqu'elle te donne envie de lire ce livre !
@ Keisha : chez-les-filles.com étale ses propositions dans le temps, on l'a constaté, donc tu peux encore être contactée pour ce livre : comme tu le dis, «Patience ! Enveloppe ».
@ BlueGrey , Saxaoul et Praline : sans cette qualité d'écriture, je n'aurais pas « reçu » ce livre de la même façon (d'ailleurs, je ne peux même pas imaginer une autre écriture, parce que ce serait un autre livre, tout simplement).
@ Alwenn : Tu sais, j'ai hésité moi aussi, exactement pour les mêmes raisons que toi, alors je comprends que tu aies refusé, comme j'ai failli le faire (et puis, à défaut de partir pour le Pays sans Adultes, tu as eu la plaisir de partir pour le Pays Darcyesque smiley_id118658!!!).
@ Aifelle : Bonne lecture et à bientôt !
@ Florinette : Je ne connais pas ce titre de Philippe Claudel (et en plus je n'ai rien lu de cet auteur, je l'avoue), mais la similitude de construction est amusante.
@ Laetitia : tout-à-fait !
@ Maijo : oui, crois-moi, tu peux passer au stade : je le prends sur l'étagère et je le lis !
@ Cathulu : merci pour ce joli compliment Sourire1!

13. Karine :)  le 05-12-2008 à 19:12:10  (site)

On me l'a proposé celui-là, et j'ai accepté, au vu de plusieurs commentaires positifs... j'ai bien hâte de le recevoir donc!!

14. brize  le 05-12-2008 à 22:06:18  (site)

Tu as bien fait d'accepter (avec un peu moins d'états d'âme que quand tu es dans les premières sollicitées : je me souviens avoir cherché sur internet si je trouvais des commentaires, histoire de ne pas devoir m'imposer une lecture qui risquait de me déplaire... et je n'ai rien trouvé, car aucun billet n'était paru à ce moment-là).

15. sybilline  le 06-12-2008 à 00:04:22  (site)

En général, les livres offerts par Chez-les-filles donnent lieu à des avis fort partagés.
Mais celui-ci me tente vraiment. Pourvuqu'elles me le proposent Clin doeil)

16. popeline  le 06-12-2008 à 19:07:33  (site)

Bonsoir,

La manière dont tu présentes ce livre nous donne vraiment envie de plonger dans cette tragédie, tristement banale si j'ose dire...

Il est vrai que même sans lire une multitude de livres portant sur des sujets similaires, on peut se faire une idée du calvaire enduré.

Je me suis toujours sentie concernée par ces histoires familiales, déjà de par mon vécu mais je ne souhaite pas m'étaler...

J'ai encore à l'heure actuelle un regard d'enfant sur certains évènements, je m'efforce de garder cette simplicité et cette forme de lucidité sur le monde qui m'entoure.

C'est cette clairvoyance qui me permet de voir ce que les adultes ne voient pas ou plutôt, ne voient plus par aveuglement...

Bien entendu, je suis une "grande" lol, mais je garde ce coeur d'enfant et cette sensibilité.

Il est toujours cruel pour un gamin, de voir ses parents se déchirer.
Il vit cette souffrance au quotidien et que de culpabilité pour lui !

Un enfant qui subit les violences verbales ou physiques, pense automatiquement être responsable de ce qui arrive.

Ben oui, il se demande pourquoi papa et maman se disputent, alors qu'ils devraient être heureux d'avoir un enfant et ils devraient aussi s'aimer...et l'aimer, parce que lui, il ne se sent pas entouré d'amour mais plutôt d'indifférence...

Je te souhaite une bonne soirée,

édité le 06-12-2008 à 19:08:36

17. brize  le 06-12-2008 à 19:39:47  (site)

Popeline, ton commentaire rappelle ce qui est souvent constaté, à savoir le sentiment de culpabilité de l'enfant qui subit des violences et a l'impression qu'il est peut-être coupable d'il ne sait trop quoi et mérite donc ce qui lui arrive.
En fait, cet aspect-là (ta remarque m'a amenée à m'en rendre compte) n'apparaît pas du tout dans le roman d'Ondine Khayat. Est-ce parce que les deux enfants ont complètement mis à distance leur père, qu'ils appellent "le Démon", si bien qu'il leur est devenu étranger ? Est-ce lié à l'intelligence avec laquelle Maxence, plus âgé, analyse la situation ? En tout cas, à aucun moment n'est exprimée une manifestation de culpabilité de la part des deux garçons.
Merci de ton passage et à bientôt !

18. Thaïs  le 06-12-2008 à 21:35:06  (site)

c'est le premier que je refuse. Je n'avais pas envie de cela en ce moment ! je reste toujours partagée suite à ce que je lis ici ou là.

19. brize  le 06-12-2008 à 21:47:24  (site)

Thaïs, tu as eu raison de refuser, si tu sentais que tu n'avais pas envie de lire ce genre d'histoire (et je peux te dire que, même après avoir accepté, je craignais de le regretter). Certes, nos commentaires sont positifs, mais il n'empêche que ce livre est dur et qu'il fait partie de la catégorie de ceux que, d'habitude, j'évite.

20. Sassenach  le 09-12-2008 à 11:33:51  (site)

Je survole ton billet vu que je ne vais pas tarder à le lire mais tu as l'air d'avoir apprécié !

21. pom'  le 09-12-2008 à 12:43:28  (site)

je ne suis pas trop tournée vers les tragédies mais là pourquoi pas, je note.

22. Cécile de Quoide9  le 18-12-2008 à 16:36:39  (site)

Encore un avis positif. J'ai hate de le lire et d'oublier l'affreux "chemin des sortilèges" de Nathalie Rheims... Décidément, les livres proposés par "Chez les filles" se suivent et ne se ressemblent pas ! :o)

23. brize  le 18-12-2008 à 22:15:51  (site)

J'aime bien ton "affreux Chemin des sortilèges" : on sent le cri du coeur, le vécu, quoi ! Il n'ya a plus qu'à espérer que tu apprécieras davantage ce "Pays sans Adultes" Sourire !

24. Cécile de Quoide9  le 05-01-2009 à 10:25:55  (site)

Le mot "délicatesse" que tu utilises résume assez ce que je pense du livre qui est effectivement fort bien écrit et où les métaphores lumineuses abondent. Je regrette toutefois le côté très superficiel du livre... mais bon, bilan globalement très positif quand même...

Désolée de ne pas laisser plus de commentaires sur ton blog mais il se trouve que nos univers littéraires sont assez différents et bien souvent je ne connais même pas les auteur(e)s dont tu parles ! Ce qui limite évidemment mon inspiration !!!

Excellente année 200Qd9 à toi, pleine de livres passionnants et de brizées vagabondes...

25. brize  le 05-01-2009 à 12:02:25  (site)

Bonne année à toi aussi, Cécile (et pour les livres, on s'est au moins retrouvées sur "Fume et tue", d'Antoine Laurain !), avec plein de choses neuves à découvrir, bien sûr Sourire !

 
 
 
posté le 02/12/08

"Sur la plage de Chesil", Ian Mc EWAN

Angleterre 1962.

Florence et Edward, âgés d'à peine plus de vingt ans, viennent de se marier. C'est le soir. Ils dînent dans la suite de leur hôtel, qui donne sur la plage de Chesil.

Au fil de cette nuit de noces, décisive pour l'avenir de leur couple, les retours en arrière évoquent la jeunesse de chacun, comment ils se sont rencontrés, la naissance de leur amour, leurs projets d'avenir... et l'appréhension que ressent Florence pour tout ce qui ressort aux relations physiques intimes.

 

    Est-ce parce que je trouvais l'histoire trop éloignée de mes préoccupations et pas traitée de telle sorte qu'elle réussisse à m'accrocher malgré tout,  mais "Sur la plage de Chesil" ne m'a pas beaucoup émue.

    J'ai lu ce court roman en appréciant la qualité de l'écriture et de l'analyse des personnages, la peinture minutieuse et réaliste de leurs jeunes vies et de leurs aspirations, la description des paysages tout comme celle de l'arrière-plan social de l'époque . Et je me suis, simultanément, interrogée sur la manière dont cette nuit de noces allait bien pouvoir se dérouler, avec quand même un certain intérêt, mais sans plus.

    La dernière partie, plus dynamique, a davantage retenu mon attention, tout comme l'épilogue, qui donne au roman une portée lui permettant de dépasser l'anecdote, déjà emblématique.

    Mais, au final, "Sur la plage de Chesil" m'apparaît comme une lecture à laquelle je ne me suis tenue, je pense, que parce qu'elle fut de courte durée et qui ne me marquera pas.


"Sur la plage de Chesil", Ian Mc EWAN

éditions Gallimard (149 p)

 

BelleSahi a trouvé ce livre "pas mal du tout", Amanda a aimé, Levraoueg évoque un "roman brillant" et Lau un "roman intense".

Additif du 3/12 : L'avis de Sybilline (pour laquelle ce roman a été "une grosse déception").

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 02-12-2008 à 11:17:10  (site)

C'est un roman qui ne m'attire pas et ton billet ne va pas me faire changer d'avis.

2. saxaoul  le 02-12-2008 à 11:58:36  (site)

C'est un roman que j'avais déjà noté mais je ne l'achèterai pas, je l'emprunterai en bibliothèque si je le trouve.

3. Jules  le 02-12-2008 à 11:58:43  (site)

Il faut se remettre dans le contexte de cette époque où tu "n'essayais" pas ton vis-à-vis avant le mariage! C'est triste en bout de ligne...

4. brize  le 02-12-2008 à 12:14:49  (site)

@ Aifelle : Initialement, il ne m'attirait pas non plus, mais les commentaires favorables lus à son sujet ont eu raison de ma réticence. Et puis, je voulais donner une nouvelle chance à Ian Mc Ewan, après le flop qu'avait fait auprès de moi la lecture (inachevée) de "Samedi" : j'avais d'abord été emballée par l'écriture et l'analyse du personnage principal, puis j'avais attendu (en vain) qu'il se passe quelque chose (la 4ème de couverture annonçant une espèce de thriller, carrément !), pour finalement sauter des (tas de) pages afin d'arriver à la dernière partie où, effectivement, ça bouge.
Il faut croire que Ian Mc Ewan et moi, nous ne sommes pas faits l'un pour l'autre pffff_2 !
@ Saxaoul : Dans mon cas, c'est (comme la plupart du temps) un emprunt à la bibliothèque.
@ Jules : ATTENTION SPOILERS C'est ce que j'ai fait et je suis d'accord avec toi, ce qui se passe est triste. Mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser que, malgré l'époque à laquelle ça se déroulait, il y avait moyen de mieux se tirer de cette situation (ce que le narrateur reconnaît à la fin) et, de ce fait, j'avais du mal à y croire...

5. sentinelle  le 02-12-2008 à 16:56:19

Ce roman, malgré toutes les bonnes critiques, ne m'attire pas du tout. Peut-être est-il trop éloigné de moi ? En tout cas, j'ai l'impression que je m'y ennuyerais, donc je passe.

6. Leiloona  le 02-12-2008 à 19:26:38  (site)

Je tenterai peut-être de le lire quand il sortira en poche. Il semble posséder tout de même certaines qualités. Chinois1

7. levraoueg  le 02-12-2008 à 19:42:57  (site)

C'est triste tout ce déchaînement de commentaires négatifs ! Moi ça m'a bien plu... surtout que McEwan n'est pas du genre à apporter une explication et une seule. il donne des pistes tout au plus et donne ainsi toute sa place au lecteur. Et puis comme tout le monde le dit c'est très court, alors on ne risque pas grand chose à essayer...

8. brize  le 02-12-2008 à 20:14:00  (site)

@ Sentinelle : Je m'y suis effectivement un peu ennuyée, mais c'est très personnel...
@ Leillona : Les lecteurs que j'ai mis en liens ont aimé et je n'ai pas trouvé d'avis défavorable au sujet de ce roman, donc ce serait vraiment dommage que tu n'essaies pas de le lire.
@ Levraoueg, je ne trouve pas qu'il y ait un "déchaînement de commentaires négatifs" : j'ai expliqué que je n'avais pas accroché, Aifelle et Sentinelle ne sont pas attirées par ce titre, Jules a rappelé la nécessité de situer l'histoire dans son contexte et Saxaoul et Leiloona veulent le lire. Et tu as entièrement raison, compte tenu de sa brièveté, il ne faut pas hésiter à découvrir ce roman : il ne m'a pas touchée, ce que je regrette car je préfère rédiger un billet élogieux et partager un plaisir de lecture avec d'autres blogueuses plutôt que d'écrire un petit commentaire lapidaire pour dire, en gros, que l'alchimie livre-lecteur, cette fois-ci, n'a pas fonctionné !

9. sybilline  le 02-12-2008 à 22:33:13  (site)

Nous sommes bien d'accord, Brize, ce petit roman s'oublie aussitôt lu, et son thème ne présente pas grand intérêt...
Son seul mérite est d'être court!

10. brize  le 03-12-2008 à 09:32:07  (site)

Avis très personnel, car si ce roman ne nous a pas touchées, il a su parler à d'autres lecteurs Sourire1 !

11. Sassenach  le 03-12-2008 à 17:18:13  (site)

Je ne suis pas une grande fan de cet auteur et pourtant, j'ai lu certains de ses romans les plus appréciés ! Alors, vu que celui-ci reçoit quand même des avis mitigés, je passe !

12. brize  le 03-12-2008 à 18:13:19  (site)

Joëlle (Sassenach), jusqu'à ce que Sybilline publie son billet, hier soir, je n'avais repéré aucun avis défavorable au sujet de ce livre chez les blogueurs (même si je n'ai pas mis l'intégralité des liens à la fin de mon article). Donc ça vaudrait quand même le coup que tu tentes cette lecture, d'autant que tu as l'air d'apprécier l'auteur.

13. manu--  le 03-12-2008 à 20:08:05  (site)

Ce livre me tente. J'espère qu'il me plaira plus qu'à toi :-)

14. chiffonnette  le 03-12-2008 à 20:13:14

Et bien je vais être obligée de le lire pour me faire une idée! Je trouve le thème intéressant.

15. keisha  le 03-12-2008 à 20:40:29  (site)

Ah ce livre me tente quand même ; les avis sont divers, mais Expiation était si bien !

16. ninalivre  le 03-12-2008 à 23:16:57  (site)

Je me souviens plus de mon pseudo j'espère que ça va marcher !! il paraît que cet auteur est à lire (dit dans l'émission la grande librairie) et bien comme quoi les critiques n'ont pas toujours raison !! je vais essayer de lire un livre de cet auteur quand même. j'espère que tu vas bien et à bientôt

17. brize  le 04-12-2008 à 08:31:39  (site)

@ Manu, Chiffonnette et Keisha : s'il vous tente, il ne faut pas hésiter : il me semble en effet que, lorsqu'un livre nous attire, il y a davantage de chances qu'il nous plaise, sans doute parce que nous pressentons qu'il va nous correspondre.
Cela explique d'ailleurs pourquoi, dans nos blogs, il n'y a pas tant que ça de billets très négatifs concernant ce que nous lisons : avant de lire, nous sélectionnons ce qui, pensons nous, va nous convenir (et heureusement, parce que la lecture doit avant tout être un plaisir, non ?!).
@ NInalivre : Essaie quand même de découvrir Ian Mc Ewan, au travers de ce roman ou d'un autre. A bientôt Sourire1 !

18. Karine :)  le 05-12-2008 à 19:33:51  (site)

Moi aussi, je vais être obligée de le lire pour me faire une idée! Mais je peux attendre en poche, par contre!!!

19. brize  le 05-12-2008 à 22:07:44  (site)

Et oui, tu n'as pas le choix, Karine ! En revanche, tu as effectivement un peu de temps devant toi, avant la sortie en poche !

20. isa1  le 15-12-2008 à 15:51:04

Je découvre avec plaisir ton blog.
Perso, je suis complètement entrée ds le bouquin et j'ai adoré. mais les goûts et les couleurs ....

21. Brize  le 15-12-2008 à 17:22:20  (site)

Bienvenue "Sur mes brizées", Isa1 ! "Sur la plage de Chésil" séduit un grand nombre de lecteurs... et la manière dont nous "recevons" ou non un livre m'intrigue toujours autant, car c'est décidément bien mystérieux, ce qui se passe entre le lecteur et le livre : on peut trouver toutes les qualités objectives que l'on veut à un roman, quand ça ne "prend" pas sur nous, ça ne prend pas, il n'y a rien à y faire, que constater smiley_id118686 !

22. dasola  le 20-01-2009 à 17:15:45  (site)

Bonjour, pour moi aussi, ce livre a été une déception par rapport à Expiation, Samedi ou Délire d'amour. Je n'ai même pas compris pourquoi, il avait écrit Sur la plage et pourquoi cette histoire? Les personnages ne sont pas attachant. Leur avenir m'indiffère. J'attends le prochain Mc Ewan. Bonne fin d'après-midi.

23. brize  le 20-01-2009 à 20:15:28  (site)

Dasola, j'imagine bien à quel point, alors que tu apprécies d'ordinaire les livres de l'auteur, tu as dû être déçue de ne pas entrer dans cette histoire (mais, d'une fois sur l'autre, je l'ai déjà constaté, un auteur que nous aimons peut nous surprendre, dans le mauvais sens du terme ...) !

24. Titine75  le 08-01-2010 à 14:47:18  (site)

Ton commentaire n'est pas totalement négatif quand même. Mais ce n'est pas celui que j'ai le plus aimé. Je préfère "Expiation" et "Samedi".

25. brize  le 09-01-2010 à 18:16:18  (site)

A tout prendre et malgré mon semi-abandon à mi-chemin, j'ai préféré "Samedi" à celui-ci.

 
 
 
posté le 30/11/08

"Gemma Bovery", Posy SIMMONDS

    Dans sa  boulangerie (en Normandie), Raymond Joubert laisse ses pensées vagabonder vers Gemma Bovery, une jeune femme anglaise morte trois semaines plus tôt ; il finit par constater :

"Si je me sens contraint d'écrire aujourd'hui sur la récente tragédie survenue dans notre petite ville, c'est pour tenter de comprendre ce qui s'est passé, pour découvrir les faits et, de là, l'étendue (ou les limites) de ma culpabilité. Car, c'est la difficulté, dans cette affaire regrettable, j'ignore à quel point je suis à blâmer."

   En proie à ce doute, le boulanger n'hésite pas à dérober à Charles, le mari de Gemma, les journaux intimes de sa femme que celui-ci vient de découvrir mais n'ose parcourir.

   Et c'est ainsi que le lecteur, par l'intermédiaire de ces écrits, entremêlés aux propres souvenirs du narrateur-boulanger, découvre ce que fut le parcours de Gemma : de ses premières amours contrariées en Angleterre à son refuge dans le mariage, puis en France, terre idyllique ou plutôt idéalisée (et loin des enfants de son mari !), un cheminement au travers de désirs et de déceptions successifs mais avec, toujours, la volonté d'aller de l'avant...

   Emma Bovary n'est pas loin, bien sûr, mais très largement revisitée par la plume de l'anglaise Posy Simmonds, qui en profite pour épingler au passage, avec humour, quelques travers des mœurs de notre époque (comme le goût pour le retour à une vie plus "authentique" !). Le trait est vif et fin, comme la plume !

   J'ai savouré cette lecture, aussi bien les passages rédigés que les parties en bande dessinée, entre lesquels le lecteur circule sans ressentir aucune rupture, tant ils se répondent et se complètent admirablement.

   J'avais tout d'abord déclaré ne pas connaître cette BD, parue en 2001 : en réalité, je me souviens maintenant l'avoir aperçue mais la couverture ne m'avait pas trop plu, si bien que je n'avais même pas ouvert et feuilleté cet album (on ne se refait pas : quand une couverture ne me branche pas, normalement je ne passe pas outre !), à tort,  puisque finalement j'ai apprécié ce graphisme expressif et son noir et blanc très fouillé.

   A noter que Posy Simmonds vient de publier "Tamara Drewe", adaptation (sans doute là aussi très libre) d'un roman de Thomas Hardy, "Loin de la foule déchaînée" (que je ne connais que de nom) : emballée par "Gemma Bovery", j'ai d'ores et déjà noté "Tamara Drewe" sur ma LAPN (Liste Au Père Noël) !

   Un grand merci à Keisha, et à Sentinelle, qui l'a immédiatement relayée : elles m'ont toutes les deux donné envie de lire cette BD, pardon, ce roman graphique (appellation ici totalement justifiée) enlevé et piquant que j'ai adoré et que je n'aurais sans doute pas découvert sans elles !

"Gemma Bovery", Posy SIMMONDS

éditions Denoël (106 p)

 


Commentaires

 

1. manu--  le 30-11-2008 à 11:23:15  (site)

Tout le monde se ligue pour donner envie de lire ce roman graphique ! Je vais voir s'ils l'ont à la bibliothèque car vous m'avez toutes les trois donné très envie de le lire !

2. Aifelle  le 30-11-2008 à 11:23:50  (site)

Pourquoi pas, et puis je ne suis qu'à une vingtaine de kilomètres du village de Mme Bovary, je ne serai pas dépaysée.

3. Alwenn  le 30-11-2008 à 11:39:57  (site)

Pourquoi pas ? j'ai peur d'avoir un peu de mal avec le concept, et surtout, ce "détournement" de Flaubert, mais il faut rester ouvert !

4. Leiloona  le 30-11-2008 à 11:51:30  (site)

Faut voir ... pour l'instant en voyant la photo des deux planches, ce roman graphique ne me branche pas plus que ça ...

édité le 30-11-2008 à 11:51:57

5. SD49  le 30-11-2008 à 12:25:27

je crois que je ferai la curieuse quand je le trouverai à la bibiliothèque, ça m'a l'air original

6. keisha  le 30-11-2008 à 14:51:13  (site)

Posy Simmonds : le retour !
Ayant demandé à la bibli d'acheter Tamara Drewe à ma place (cahier de voeux des lecteurs) hier le livre était là ! J'en suis aux trois quarts, il y a de la couleur et pas d'écriture manuscrite, donc plus facile à lire.
Je suis contente que tu aies apprécié ta relecture d'Emma Bovary, c'est tellement bien fait et drôle, n'est ce pas ?

7. Karine :)  le 30-11-2008 à 14:52:45  (site)

La couverture n'est définitivement pas attirante! Et ma lecture de Mme Bovary obligée à 13-14 ans demeure un de mes plus pénibles souvenirs de lecture... peut-être que ça réussira à me réconcilier et à me donner le goût de réessayer!

8. sentinelle  le 30-11-2008 à 20:32:12

Je suis bien contente qu'il t'ait plu :-)

9. brize  le 30-11-2008 à 21:07:56  (site)

@ Manu, Aifelle et SD 49 : Si vous le trouvez, comme moi, en bibliothèque, ce serait dommage de ne pas tester !
@ Alwenn : Tu verras bien... et je pense que tu aimeras ou non, mais en appréciant l'ouvrage en tant que tel, sans le juger à l'aune de Flaubert, car ce n'est pas comparable, bien sûr.
@ Leiloona : Dans ce cas, il vaut sans doute mieux ne pas te forcer pffff_2! Hier, je manifestais mon enthousiasme au sujet de cette BD auprès d'une amie de passage chez moi, en la lui montrant, mais elle ne l'a pas trouvée attractive du tout Mauvais, déplorant en particulier qu'il y ait trop de texte, alors que je trouvais que c'était une de ses qualités ! Sa réaction m'a permis de me rendre compte que, comme pour le reste des livres dont nous parlons, cette BD ne ferait pas l'unanimité !
@ Keisha : S'il te plaît, fais-nous vite un billet sur "Tamara Drewe", que je voie si ça vaut le coup ou non que je maintienne cette BD sur ma Liste Au Père Noël ! Mais pas de texte en plus des planches... dommage, parce que, justement, j'aimais bien ce mélange texte + dessins dans "Gemma Bovery" !
Effectivement, tu fais bien de le souligner, il y a beaucoup d'humour dans Gemma Bovery", Ta question m'a permis de me rendre compte que mon billet ne le manifestait peut-être pas assez. Du coup j'ai ajouté un "avec humour" par ci et un "enlevé et piquant" par là, pour être plus explicite !
@ Karine : Je vois qu'on pense la même chose de la couverture ! Quant à te dire que la lecture de cet album te donnera envie de refaire un tour du côté de chez la vraie Emma Bovary... j'en doute un peu, car je pense que la lecture de la BD est un peu plus "fun" !
@ Sentinelle : Ah oui, pour m'avoir plu, il m'a plu !

10. Michel_serialecteur  le 30-11-2008 à 21:19:30  (site)

Une découverte que ce livre. C'est extraordinaire.
Je te signales qu'un second volume vient de sortir... tout aussi passionnant

11. keisha  le 01-12-2008 à 06:57:27  (site)

Fini ! Mon blog est très BD en ce moment...
Rassure toi, il y a du texte, je voulais juste dire que c'est du texte imprimé (je ne sais plus le terme) et pas comme si c'était à la main. Donc plus lisible. Mais toujours le mélange dessin texte qui en fait l'originalité.
J'ai essayé de convaincre la bibliothécaire de le lire, mais non, elle ne lit pas de BD. Snif!

12. chris89  le 01-12-2008 à 07:51:21  (site)

Très tentant ce livre, je suis trop rare lecteur de BD, alors ce mélange BD-ROMAN aura bien sa place sur ma LAPN comme tu dis si bien Mdr Clin doeil1

13. brize  le 01-12-2008 à 18:36:04  (site)

@ Michel: Oui, "Tamara Drewe", que j'évoque à la fin de mon billet Clin doeil1 !
@ Bon, "Tamara Drewe" t'a plu, c'est super ! Et pour ta bibliothécaire, eh oui, il existe des irréductibles totalement réfractaires aux BD, même si ça nous désole smiley_id118874, c'est ainsi !
@ Chris 89 : Vive la LAPN Papa noel !

14. Florinette  le 02-12-2008 à 11:58:48  (site)

Cette BD, je l'ai noté également et dès que j'ai un moment j'irais voir si je peux la trouver à la biblio !

15. brize  le 02-12-2008 à 12:05:27  (site)

J'espère qu'elle te plaira, Florinette Sourire1 !

16. Sassenach  le 03-12-2008 à 17:16:43  (site)

Moi non plus, je n'avais pas été attirée par la couverture quand je l'avais vu à la biblio et depuis, j'ai lu de bons avis. Forcément, je n'ai pas réussi à remettre la main dessus ... pfff !

17. brize  le 03-12-2008 à 18:20:15  (site)

S'il est à la bibliothèque, tu vas bien finir par mettre la main dessus !
De mon côté j'ai tellement apprécié cet album que je m'étais dit que je l'achèterais un jour... mais quand même, il est cher (22 €) et figure-toi que je viens, par hasard, de le trouver d'occasion (état parfait) à 10 € smiley_id118697 !

 
 
 
posté le 27/11/08

"La fille sans qualités", Juli ZEH

Bonn ( Allemagne) été 2002

Ada, jeune fille surdouée de 14 ans, vient d'intégrer la classe de seconde du lycée Ersnt Bloch, après une expérience malheureuse dans son établissement précédent.

Taciturne, elle ne se lie pas aux autres, jusqu'à ce qu'un regrettable incident l'amène à faire connaissance d'Olav, membre d'un groupe de heavy metal.

Smutek, ancien réfugié polonais, marié à une belle jeune femme issue comme lui de Pologne, fait ses premiers pas de professeur d'allemand et de sport dans le lycée d'Ada et se lie d'amitié à Höfling, le professeur d'histoire. Il repère rapidement les capacités en course à pied de la jeune fille et rêve de la faire participer à un championnat.

Alors que la relation d'Ada avec Olav tourne court, un nouveau venu intervient , Alev, âgé de 18 ans, brillant intellectuellement et qui exerce sur la lycéenne une forte attirance . Lorsqu' il décide d'utiliser la jeune fille dans le cadre d' un jeu (au sens mathématique de la "théorie des jeux"), la relation de celle-ci avec le monde réel va devenir beaucoup plus étroite. Parce qu'un jeu implique des joueurs. Or Alev, unilatéralement, a décidé que Smutek allait participer à ce drôle de jeu...

 

    Lorsqu'on parle de crise des valeurs, de perte des repères dans la société actuelle, de la mort des religions, il semble qu'on finisse par brasser des idées reçues, auxquelles on ne prête plus qu'une oreille distraite.

    Mais sur ces idées devenues presque banales, Juli Zeh met des mots. Et, surtout, des personnages. Enfin, davantage que des personnages, des êtres de chair et de sang avec lesquels j'ai passé plusieurs jours, à Bonn, cette ex-capitale de l'Allemagne d'avant la réunification, une ville où le quartier des anciennes ambassades rappelle ce qu'elle fut, une ville qu'un climat chaotique voit passer de la chaleur la plus oppressante au froid le plus glacial. Une ville dont la présence s'impose autant que celle des divers protagonistes parce qu'elle semble respirer ou étouffer au gré des humeurs de chacun.

    Le lecteur, lui aussi, malmené par les événements dont il est le témoin, étouffe souvent ou se retrouve glacé d'effroi, en voyant à quel point Ada vit, volontairement, à côté des choses, en marge. Une adolescente, fille d'une mère divorcée et désorientée, qui est capable de raisonnement bien au-dessus de la moyenne mais n'en conçoit aucune joie, au contraire. Revenue de tout, blasée ? Non, c'est bien plus (bien pire ?) que cela. Une adolescente qui a compris (parce que, si on ne l'a pas compris, d'après elle,c'est qu'on manque de clairvoyance, c'est tout), qu'il n'y a ni bien, ni mal, seulement la séparation entre les deux que l'homme a décidé de dresser. "[...] nous séparons le bien du mal alors que nous savons parfaitement qu'ils forment un tout." et, plus loin : "En principe, Ada n'avait rien contre les considérations morales ; aussi longtemps qu'on n'avait rien trouvé de plus neuf et de meilleur, la morale remplissait une fonction régulatrice indispensable au sein de la grande communauté."

    Alors, s'il n'y a ni bien, ni mal, si tout est équi-valent, on peut tout faire, sans s'impliquer vraiment, en restant en dehors, en regardant. Sans faire mal, puisque ce mal est une vue des esprits qui ont besoin d'être rassurés.

C'est pourquoi Alev, lorsqu'il arrive avec sa théorie des jeux, issue du domaine mathématique et son "dilemme du prisonnier", ne peut trouver meilleure proie. Ada se reconnaît en effet comme une "fille sans qualités", en référence à "L'Homme sans qualités", de Robert Musil, que Smutek fait étudier à ses élèves. De même que lui, elle est quelqu'un sur qui rien n'a de prise ("Certitudes et doutes les traversaient au galop comme un terrain pierreux, en soulevant des nuages de poussière mais sans laisser de traces.") une personne de ce fait "inattaquable comme une décision prise en dernière instance".

Dans ces conditions, l'instinct du jeu (le"Spieltrieb" qui est le titre original du roman) qu'Alev met en avant pour la lancer dans une aventure déterminante pour elle, lui et Smutek, apparaît en effet comme la seule motivation qui reste pour agir quand on ne s'intéresse à rien, puisque ce jeu est à lui-même sa propre finalité, n'existant que pour satisfaire la pulsion qui incline vers lui.

Toutefois, si Ada se laisse assez facilement convaincre de "jouer", c'est surtout parce qu'elle éprouve pour Alev une irrésistible attirance...

 

    On aimerait tantôt se révolter, tantôt compatir. Mais Ada n'est pas une victime d'Alev le manipulateur. Et si le jeu s'avère sordide, si elle y participe de son plein gré, c'est toujours sans s'impliquer vraiment : elle affiche une force de caractère peu commune, même dans les moments où elle paraît le plus vulnérable . Alors, notre compassion lui importerait peu. Pourtant, c'est ce qu'Höfling éprouve pour elle, quand ce n'est pas la certitude qu'il aurait mieux valu qu'elle ne reste pas au monde, comme si elle était une sorte de monstrueuse anomalie : "Pauvre enfant. Ame singulière, perdue et inflammable. Si j'étais ton père, je t'aurais noyée dans la baignoire quand il était encore temps".

    Car Ada déconcerte, dérange. Cependant, l'auteur nous la présente de telle sorte qu'il m'a paru impossible de la condamner, comme si, justement, elle se situait au-delà du bien et du mal, descendante de Nietzsche, auquel il est fait explicitement référence.

    J'ai vécu ce livre en immersion, sinon en empathie avec Ada, du moins très proche d'elle, alors que je récuse son affirmation : "Je n'ai pas d'âme. J'ai des sentiments et une intelligence [...]". Mais Juli Zeh est capable de nous faire pénétrer au cœur des pensées et des réflexions du personnage qu'elle a créé, et de les faire nôtres, au moins le temps d'encaisser le récit. C'est la force, la puissance de ce livre qui m'a poussée dans mes retranchements et m'a donné à comprendre des concepts qui, en cours de philo, m'étaient restés extérieurs (peut-être parce que je me refusais à en accepter l'existence).

    L'histoire d'Ada m'a secouée, fait frémir par moments quand elle n'a pas suscité en moi un sentiment d'écœurement mêlé de dégoût. Si je n'ai pas remis en question mes convictions, je me suis interrogée sur ce qui les fondait, les justifiait, en constatant comment elles pouvaient, concrètement, être mises à mal.

 

    Il n'y a pas qu'Ada, dans ce livre, car tout son environnement, familial et scolaire, y est présent. L'histoire et la personnalité de Smutek, autant que celles de sa femme, ne peuvent elles aussi laisser indifférents. Quant à Höfling, dont la sagesse plane au-dessus des protagonistes, il est de ces figures qui, sans être dominantes dans un roman, y apposent leur empreinte.

 

   Au-delà de l'histoire qu'elle relate, Juli Zeh s'interroge au passage plus largement sur l'Allemagne ( "Il [Alev] avait gagné la partie un peu partout dans le monde, et l'expérience montrait que c'était plus facile dans ce pays que partout ailleurs : c'était une nation sans ancêtres, sans modèles, sans rois, sans dieux ni maîtres ; elle n'avait pas de convictions, ne désirait rien pour l'avenir et son passé ne lui avait même pas laissé de souvenirs utilisables") et sa jeunesse ("Ces jeunes gens n'avaient ni désir, ni convictions et encore moins d'idéal. [...] Cette jeunesse avait perdu tout intérêt pour les modèles identitaires habillés en prêt à penser, les figures héroïques et les ennemis héréditaires. Contrairement aux générations qui l'avaient précédée, elle ne formait pas vraiment une génération. Elle était là, tout simplement, tribu errant dans une époque intermédiaire. Au moins, pensa Smutek, au moins, ils ne marchent plus au pas. Ou pas encore.")

 

    Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce roman, mais je crains d'avoir déjà abusé de votre patience et, surtout, je tiens à en révéler le moins possible sur l'intrigue proprement dite, pour que vous conserviez le plaisir de la découverte.

 

    Je conclurai donc en vous disant que cette œuvre dense et magistrale, écrite dans un style superbe, a représenté pour moi une lecture prenante, stimulante intellectuellement, dérangeante et passionnante, comme je pense en avoir rarement vécu.

    Une lecture inoubliable.

 

"La fille sans qualités", Juli ZEH

Actes Sud, collection Babel (659 p)

 

Le billet de Sentinelle, qui avait attiré mon attention sur ce roman.

 


Commentaires

 

1. Ys  le 27-11-2008 à 09:32:36  (site)

Ce livre a l'air très intéressant, j'avais déjà lu le billet de Sentinelle. Penses-tu que je pourrais l'offrir à ma fille de 15 ans (celle que tu as vue au pique-nique)

2. sentinelle  le 27-11-2008 à 10:36:23

Et bien quel billet magistral ! Je suis vraiment contente qu'il t'ait plu, c'est toujours un plaisir de partager ses lectures :-)

3. keisha  le 27-11-2008 à 11:35:49  (site)

Deux avis enthousiastes ! Cela va être difficile de résister si je le vois. Merci pour ton avis !Rire1

4. BiblioMan(u)  le 27-11-2008 à 12:16:32  (site)

Je n'ai pas lu l'intégralité de ta chronique pour avoir le plaisir de la découverte, justement. C'est le prochain livre que je voulais lire, alors ton avis (et ta conclusion, surtout pour le moment) ne font qu'accentuer cette envie.

5. sybilline  le 27-11-2008 à 17:56:45  (site)

A te lire, c'est en effet un livre stimulant la pensée, mais, et je me trompe peut-être, n'ayant pas encore lu ce roman, il me semble que l'indifférenciation du bien et du mal rend cette jeune femme manipulable à l'envi; que ce livre présente donc une sorte de morale sur la morale

6. Yv  le 27-11-2008 à 18:46:08  (site)

Ouah, laors maintenant comment faire pour éviter ce livre après ce commentaire plus qu'enthousiaste. Je note pour me remettre de mauvaises lectures.

7. brize  le 27-11-2008 à 18:57:26  (site)

@ Ys : NON (c'est le cri du coeur !) ! Bien que l'héroïne soit jeune, c'est un roman adulte. Pas seulement parce que c'est (très) glauque (cf l'"écœurement mêlé de dégoût" que j'ai pu ressentir), parce qu'il y a du sexe (sans sentiment) avec au moins une scène qui peut choquer, mais aussi et surtout parce que ce n'est pas un roman qui aide à se construire : il n'y a pas de personnage représentant un réel contrepoids idéologique à la position qu'occupent Ada et Alev, si bien qu'un lecteur trop jeune peut se trouver perturbé par ce roman, qui demande à être pris avec le recul nécessaire et pas tel quel, brut de décoffrage, comme si ce que vivaient Alev et Ada ne pouvait qu'être la vie dans sa vérité. Et je pourrais encore argumenter dans ce sens... mais pas sans spoiler, donc j'arrête !
@ Sentinelle : Cette lecture a été une découverte passionnante (qui doute encore de l'utilité de nos blogs ?!) Sourire1 !
@ Keisha : Ce serait bien de ne pas résister... pour que nous puissions confronter nos avis !
@ BiblioMan(u) : Même si je blablate beaucoup (surtout pour ce billet, qui doit détenir la palme en la matière !), tu peux normalement lire tranquille : je veille de manière maniaque à en dire le moins possible sur l'histoire en elle-même, parce que j'ai personnellement horreur qu'on m'en raconte trop, ça me gâche le plaisir de la lecture.
Sinon, cède à ton envie : comme je le disais à Keisha, cela fera un avis de plus et c'est toujours intéressant de voir ce que plusieurs lecteurs ont pensé du même ouvrage (même si nos commentaires sont, précisément, limités par la nécessité de ne pas trop en dire sur l'histoire !).
@ Sybilline : J'avais un paragraphe, dans mon commentaire initial, évoquant un peu cet aspect des choses, dans la mesure où je m'interrogeais sur l'existence ou non de limites dans les actes individuels (jusqu'où cela peut mener...), dès lors qu'on s'affranchit de la distinction du bien et du mal. Je l'ai retiré parce qu'il m'était impossible de développer à ce propos sans trop en dire sur l'histoire et son dénouement.
Mais pour répondre plus précisément à ta question, une chose est sûre et tu le constateras si tu lis le roman, la romancière ne fait pas œuvre de moraliste car elle n'envisage pas les choses dans l'optique (pertinente) que tu suggères ...
@ Yv : C'est nettement moins horrible que le polar que tu viens de lire... mais c'est glauque quand même, tu sais ! Mais sinon, c'est une lecture qui, si tu la tentes, ne devrait pas te laisser indifférent et c'est très bien écrit.

8. manu--  le 27-11-2008 à 20:09:51  (site)

Je l'ai vu tout à l'heure en librairie et c'est une brique, dis donc. mais tu me convainc. Je le note dans ma liste d'envie cadeaux ;-)

9. Ys  le 27-11-2008 à 22:07:00

Ben merci...

10. brize  le 28-11-2008 à 08:16:42  (site)

@ Manu : Hé, Hé... c'est la bonne période, pour les envies de livres Papa noel !
@ Ys : Ben... c'était une réponse vive et sans détours Sourire1 !

11. amandameyre  le 28-11-2008 à 08:58:23  (site)

j'ai très envie d'essayer, je note..

12. Florinette  le 28-11-2008 à 11:58:59  (site)

Ça fait un petit moment que je tourne autour de ce livre, je ne sais pas si j'aimerais, mais tu m'as donné envie d'essayer ! ;-)

13. cathulu  le 28-11-2008 à 12:19:43

Il est dans ma PAL depuis sa sortie en poche mais, faute de temps... Sourire

14. Cuné  le 28-11-2008 à 15:58:57  (site)

Mazette, quel billet !!

15. chiffonnette  le 28-11-2008 à 18:13:51

Très beau billet Brize! Mais je ne sais pas si je suis convaincue! Le sujet me glace le sang!

16. brize  le 28-11-2008 à 18:31:31  (site)

@ Amanda et Florinette : ça vaut le coup d'essayer, quitte à laisser tomber si vous n'accrochez pas, vous le verrez assez vite.
@ Cathulu : c'est vrai qu'il a occupé quelques soirées de lecture !
@ Cuné : Oui... j'ai moi-même été impressionnée par sa longueur !!! Mais l'avantage d'un blog, c'est le zéro contrainte (excepté celles que l'on se fixe) : pour ma part j'ai opté pour le refus de l'auto-limitation en nombre de caractères, donc la longueur du billet dépend de ce que j'ai envie de dire ou non sur le livre, c'est tout.
Mais, bon, comme d'habitude, on peut lire l'essentiel du billet en ne parcourant que les passages en caractères gras !
@ Chiffonnette : Merci Sourire1 ! Le sujet est effrayant, en effet, je ne te dirai pas le contraire. C'est bien pourquoi cette lecture ne tentera pas tout le monde, je le comprends bien, d'autant plus que le livre est long (même si cette longueur ne m'a pas gênée).

17. levraoueg  le 28-11-2008 à 20:00:46  (site)

J'exagère un peu de venir mettre un commentaire alors que moi non plus je n'ai pas tout lu exprès, Je survole souvent les billets sur les livres qui me tentent pour ne pas en savoir trop. Mais je ne rate jamais la conclusion et la tienne est tellement enthousiaste, que ce livre va maintenant être difficile à éviter ...

18. brize  le 28-11-2008 à 20:37:50  (site)

Non, tu n'exagères pas du tout, Levraoueg ! J'avoue que je fais comme toi (j'ai toujours peur qu'on m'en dise trop sur l'histoire) et même si je m'efforce pour ma part d'en dévoiler le moins possible (y compris, mais oui, c'est faisable, je vous l'assure, dans un billet de cette longueur : vous verrez si vous revenez le lire après avoir lu le livre !), je comprends parfaitement ton attitude !
Et si je t'ai tentée, tant mieux, car je serais très contente de lire ton avis sur ce roman !

19. Leiloona  le 29-11-2008 à 17:58:50  (site)

Waw ! Un beau billet.
Je ne connais pas du tout ce livre et je ne l'ai jamais vu en librairie, mais je chercherai ce livre pour voir si les premières lignes me plaisent.

20. brize  le 29-11-2008 à 20:18:49  (site)

Merci, Leiloona !
Si tu lis le début du livre pour te faire une idée, je te conseille de sauter le préambule (5 pages dont les 2 premières très philosophiques), pour aller directement te rendre compte de ce que donne le début du premier chapitre, plus "parlant".

21. Karine :)  le 30-11-2008 à 14:48:57  (site)

Ton billet est tout simplement magnifique! j,avais déjà repéré ce livre chez Sentinelle mais maintenant, impossible de ne pas le noter! Même que je le mets sur ma liste de cadeaux de Noël. J'ai envie d'être déstabilisée, je crois.

22. brize  le 30-11-2008 à 21:10:57  (site)

Karine, tu sais, j'ai hésité à mettre ce billet en ligne tel quel, du fait de sa longueur, mais j'avais vraiment envie de partager ce que j'avais ressenti à cette lecture . Alors, chaque compliment reçu à son sujet me touche beaucoup parce qu'il me prouve que ce partage est effectif !
Sinon, je ne sais pas si ce roman te fera autant d'effet qu'à moi, mais je doute qu'il te laisse indifférente...

23. Pralinerie  le 30-11-2008 à 21:42:25

Ne te reproche pas la longueur de ce billet ! Il est très agréable à lire et donne envie d'en savoir plus sur ce livre. Tu laisses des points de suspension qui ne donnent à la curieuse (que je suis) qu'une seule envie : se faire son propre avis sur ce livre.

24. brize  le 01-12-2008 à 18:31:05  (site)

Praline, je suis ravie d'avoir excité ta curiosité... c'était bien le but !

25. BiblioMan(u)  le 10-12-2008 à 13:51:20  (site)

arghhhh....Je disais que c'était le prochain que j'allais lire, et une fois n'est pas coutume, je me suis fait happer par d'autres lectures. C'est que c'est dur de bosser au milieu des livres. Mais je vais faire comme beaucoup, je vais le mettre sur une liste d'un événement à venir où l'on se fait des cadeaux en veux-tu en voilà...Ah oui, aussi, j'ai lu une chronique de son dernier livre qui celui-là a l'air également très très intéressant.

26. brize  le 10-12-2008 à 18:36:43  (site)

Mais de quel événement peux-tu donc bien parler... je m'interroge Papa noel !
Sinon, je viens de lire le dernier livre de Juli Zeh, "L'Ultime Question", auquel tu fais allusion, mais j'ai été un peu déçue (billet à venir).

 
 
 
posté le 23/11/08

"La Princesse des glaces", Camilla Läckberg

   Suède, de nos jours.

  Erica Falk, jeune écrivain trentenaire, réside pour quelque temps à Fjällbacka, dans la demeure de ses parents décédés depuis peu, pour y trier leurs affaires.

  C'est elle qu'un voisin vient chercher pour lui montrer ce qu'il vient de découvrir, alors qu'il allait simplement vérifier que tout allait bien dans la maison d'Alexandra Vijkner : le cadavre de celle-ci, gelé, dans la baignoire, les veines des deux poignets tranchés.

  L'hypothèse initiale du suicide est rapidement battue en brêche et Erica se trouve entraînée dans la quête de ce que fut exactement la vie de la belle et riche A (son amie d'enfance qui s'était détournée d'elle, sans qu'elle en ait jamais compris la raison) et des raisons qui ont pu conduire à son meurtre.

  A cette occasion, elle renoue avec Patrick Hedström , lui aussi ancien camarade de classe, et maintenant policier de son état, chargé de l'affaire...

 

   Les avis au sujet de ce livre ont fleuri dans la blogosphère !

  Le premier que j'avais lu était très défavorable si bien que j'avais décidé que ce roman ne ferait pas partie de mes lectures. Puis d'autres commentaires sont arrivés et j'ai constaté que, finalement, les avis étaient partagés. J'ai découvert aussi qu'il y avait un aspect "chick litt" dans le roman et, ma foi, je n'avais rien contre.

   Il n'en fallait pas plus à la curieuse que je suis pour décider d'aller me faire ma propre opinion !

 

   Je me suis aisément embarquée dans cette histoire, même si, au départ, la platitude de l'écriture m'a surprise (et je passe sous silence quelques bizarreries de style sans doute dues à la traduction, il y aurait des progrès à faire de ce côté-là !). Mais, bon, quand le récit tient la route, je peux m' accomoder d'une écriture sans relief. La narration est rythmée. Je ne me suis pas ennuyée à suivre le déroulement de l'enquête (sur le thème classique de la vie plus mystérieuse qu'il n'y paraissait de la victime du meurtre), avec son lot de secrets qui finiront par être dévoilés, même s'il m'a semblé distinguer un petit fléchissement aux 3/4 de l'ouvrage. Arrivée à cent pages de la fin, je croyais d'ailleurs avoir tout deviné... mais ce n'était pas le cas : il m'en restait encore à apprendre !

Quant à l'évolution de la vie personnelle d'Erica en contrepoint, elle n'était pas désagréable du tout. A noter, d'ailleurs, que l'auteur s'intéresse aussi au pendant masculin d'Erica, Patrick : elle décrit ses affres au moment de choisir sa tenue pour le rendez-vous du soir, ses inquiétudes quant à son poids, ses rêveries amoureuses... et les aveux que lui extorque sa sympathique collègue au sujet de sa vie sentimentale. Comme quoi, la chick litt, ça peut aussi concerner les mâles !

 

   On profite un peu du dépaysement lié au cadre, avec ce petit village en bord de mer très calme en hiver (et où il fait quand même moins 15 degrés !). L'aperçu de la bourgeoisie locale ne va pas jusqu'à évoquer Simenon ou Chabrol (comme le prétend la quatrième de couverture, que j'ai parcourue ensuite... je n'ai d'ailleurs pas vu non plus le rapport avec les "Desperate Housewives" utilisées comme argument de vente, puisque Erica est célibataire, plus jeune etc.!), c'est moins affiné (si j'en crois, pour Simenon, les adaptations cinématographiques, car je n'ai rien lu de lui).

 

   Bref, je dirais qu'on a affaire à un roman qui m'a rappelé Mary Higgins Clark dans ses bons jours (c'est-à-dire à l'époque où je la lisais encore, quand il me semblait que les personnages étaient autre chose que des stéréotypes), version suédoise, croisée avec de la chick litt. (version pas bête), ce qui permet d'alléger la tonalité d'ensemble. Un polar de bonne tenue, donc, mais qui reste dans sa catégorie, standard (même si la couverture évoque plutôt le registre haut de gamme).

   J'ai apprécié cette lecture, agréable, et je serais curieuse de connaître la suite des aventures d'Erica Falk, dont j'ai appris que 4 autres tomes étaient déjà sortis en Suède.

 

"La Princesse des glaces", Camilla Läckberg

Actes Sud, collection actes noirs (382 p)

 

Les avis (parmi d'autres, car je n'essaierai pas d'être exhaustive) :  Alwenn et Leiloona ont été déçues et pas emballées du tout ; Amanda (qui a récapitulé les avis "pour", les "contre" et les "mitigés") n'a pas aimé ; Cathulu et Michel ont apprécié.

"La Princesse des glaces" a obtenu le Prix Polar International 2008.

 


Commentaires

 

1. ninitokio  le 23-11-2008 à 09:59:16  (site)

ma mère ador ses livre

2. Leiloona  le 23-11-2008 à 10:50:46  (site)

Oh ? Déjà 4 autres tomes parus ?
Je lirai le deuxième en poche quand il sortira (j'ai donc le temps ... hihi )

3. amandameyre  le 23-11-2008 à 13:05:53

pas aimé du tout, mais pas du tout Clin doeil)

4. Alwenn  le 23-11-2008 à 19:19:44  (site)

C'est vrai que je n'ai pas accroché. Mais quand hier je parlais de moment opportun pour lire un livre, je crois que j'ai lu celui-là au mauvais moment : je sortais à peine de ma lecture de Stieg Larsson, et bien sûr, ce livre-là n'a rien à voir... d'où peut-être ma déception... Du coup je l'ai trouvé trèèèèès lent.

5. Aifelle  le 24-11-2008 à 07:06:29  (site)

Après Millenium, j'hésite à me lancer dans une autre série de polars suédois, j'ai peur d'être déçue.

6. brize  le 24-11-2008 à 08:24:26  (site)

@ Ninitokio : J'en conclus qu'elle les lit en anglais ou en allemand (puisque "La Princesse des glaces" est pour le moment le seul roman de Camilla Läckberg traduit en français) ... tiens, il faudrait que j'essaie, si j'en trouve d'occasion !
@ Leiloona : Là, c'est sûr, tu as le temps !!!
@ Amanda : Hé, hé, hé... c'est bien ce que j'avais cru comprendre Rire !
@ Alwenn et Aifelle : Une chose est certaine, il ne faut pas comparer "Millenium" et "La Princesse des glaces"... parce qu'ils ne sont pas comparables, même si leurs auteurs sont tous deux suédois.
Pour ce qui est du rythme d'un livre, dont je croyais jusqu'à récemment encore qu'il pouvait être apprécié de manière "objective", je m'aperçois que, finalement, il n'est pas toujours perçu de la même façon ... Pour "La Princesse des glaces", je n'ai pas trouvé que c'était lent, sauf, comme je le signale, environ aux 3/4 du livre, où il m'a semblé que ça n'avançait pas assez.

7. Florinette  le 24-11-2008 à 14:27:26  (site)

J'hésite toujours avec ce roman...à moins qu'il ne se trouve à la bilbio...je le laisse dans mon carnet et je verrais bien.

8. Sassenach  le 24-11-2008 à 16:02:52  (site)

Les avis sont quand même assez mitigés ! Je ne sais pas trop s'il me tente bien finalement ... vu que je galère déjà assez avec Millénium ! mdr !

9. sentinelle  le 25-11-2008 à 11:44:17

A louer à la bibliothèque si je tombe un jour par hasard dessus, sans plus ;-)

10. brize  le 25-11-2008 à 18:14:20  (site)

@ Sassenach/Joëlle : Tu ne galèrerais peut-être pas avec celui-ci, beaucoup moins long... (et, je me répète, à part que c'est aussi un polar suédois, rien à voir avec "Millenium")
@ Florinette et Sentinelle : Je l'ai moi-même emprunté à la bibliothèque, où je l'avais réservé.

11. manu--  le 25-11-2008 à 20:40:13  (site)

Je ne sais plus trop avec ce roman. un jour, je lis un commentaire plutôt favorable et je me dis, ah oui, il me tente. Le lendemain, c'est un commentaire négatif et je le raye de la liste ! Je tourne chèvre et je ne sais plus ! Peut-être que le jour où il sortira en poche ...

12. brize  le 25-11-2008 à 20:54:37  (site)

Je ne sais pas si et quand il sortira en poche, mais ce que j'ai appris aujourd'hui, en tombant (carrément !) sur la traductrice du livre (enfin, elle n'est pas seule traductrice, ils sont deux sur ce coup-là) à la FNAC des Halles (je l'ai entendue converser avec les vendeurs et je me suis rapprochée... jusqu'à entamer la conversation avec elle, lorsqu'elle en a eu fini avec eux), que le deuxième tome des aventures d'Erica Falk, dont la traduction est donc achevée, devrait sortir aux alentours de février 2009.
J'ai fait remarquer à la traductrice que le style de l'auteur n'était pas terrible et elle m'a répondu (en substance): "Et encore, on l'a arrangé !". J'en ai profité pour embrayer (vous vous en souvenez peut-être, j'ai déjà évoqué mon tact légendaire !) sur les quelques bizarreries d'écriture que j'avais remarquées mais là, j'ai bien compris qu'il y avait une certaine pression quant au rythme exigé pour la production de la traduction...
Sinon, toujours d'après cette traductrice, le style et les histoires sont de mieux en mieux par rapport à cette "Princesse des glaces" : c'était le coup d'essai de l'auteur, qui depuis se serait fort améliorée.
Affaire à suivre, donc !

13. SD49  le 26-11-2008 à 08:13:24

ca n'a quand meme pas l'air si mal que ça, je me laisserai tenter si je le vois à la bib

14. brize  le 26-11-2008 à 17:53:51  (site)

"Pas si mal que ça" : c'est exactement comme cela que je qualifierais ce livre Sourire1 !

15. Popeline  le 26-11-2008 à 21:10:43

Bonsoir Brize,

Ton blog est vraiment très intéressant et riche en informations diverses !

J'ai fait un bac littéraire en 1996, j'aimais déjà beaucoup lire à l'époque...

"La princesse des glaces" me semble être un bon ouvrage, avec une histoire assez énigmatique dans son ensemble... en effet, le suspens demeure au moins jusqu'au 3/4 du livre et même au-delà, d'après tes dires.

Je note tout de même les "défauts" que tu évoques par/r à la platitude dans l'écriture.
Je pense également que cela ait un lien avec la traduction:-)
Cela ne m'étonne guère !

Bonne soirée,
Sabrina

16. pom'  le 27-11-2008 à 07:14:18  (site)

je n'arrive pas à me décider, ce livre a des avis différents, ce que tu en dis me redonne envie de le lire.

17. brize  le 27-11-2008 à 19:21:48  (site)

@ Popeline/Sabrina : Merci de ton passage... en espérant qu'il t'aura fourni quelques pistes de lectures Sourire1 !
@ Pom' : Compte tenu de ta rapidité de lecture, aucune hésitation à avoir : lis-le... c'est le seul moyen d'en avoir le coeur net !

18. Karine :)  le 30-11-2008 à 14:50:32  (site)

Bon, j'avais décidé de ne pas lire ce livre, vu les avis mitigés mais là, je ne sais plus (je suis horriblement influençable, je sais). Je le mets dans ma liste "peut-être en poche" alors!

19. brize  le 30-11-2008 à 21:15:26  (site)

Moi aussi, parfois, d'un avis à l'autre, je ne sais plus trop si j'ai ou non envie de lire le livre dont il est question !
Pour celui-ci, il n'a rien d'un incontournable-monument-de-la-littérature-contemporaine... donc, quand bien même tu ne le lirais finalement jamais, il n'y aurait rien à regretter !

20. kesalul  le 10-12-2008 à 12:31:06  (site)

Je l'ai il y a un mois ou deux, et j'ai pas vraiment accroché. Et la traduction... une catasrophe!!

21. brize  le 12-12-2008 à 07:54:51  (site)

Oui, ce livre ne fait pas l'unanimité ! Quant à la traduction, je l'ai trouvée globalement correcte, mais il y a quelques passages qui dérapent étrangement et auraient dû être repérés si le roman avait fait l'objet d'une relecture digne de ce nom.

 
 
 
posté le 21/11/08

"Soie", Alessandro BARICCO

   C'est l'histoire d'Hervé Joncour, dans les années 1860. Il habite à Lavilledieu, une petite ville du sud de la France. Chaque année, il effectue un long périple pour acheter des vers à soie, en Syrie et en Egypte tout d'abord, puis au Japon.

  La vie d'Hervé Joncour s'égrène au fil de ces voyages incroyablement longs dont il trouve toujours moyen de rentrer "à temps pour la grand messe" , retrouvant ainsi Hélène, sa femme. Régularité, répétition semblent rythmer le cours de ses jours.

Mais une rencontre va en perturber l'écoulement paisible ...

 

  Un récit comme un long poème. La plume d'Alessandro Baricco esquisse les scènes. Le lecteur, tranquille captif, voit la vie d'Hervé Joncour se tisser sous ses yeux. Lisse. Pas si lisse, finalement...

  Et la chute, qui m'a surprise, donne un éclairage nouveau à un personnage jusque là aperçu en filigrane.

                                      Un roman très court, faussement simple, d'une grand beauté.

 

  Et pour compléter cette présentation, un extrait de celle qu'en fait l'auteur en personne :

"On pourrait dire que c'est une histoire d'amour. Mais si c'était seulement ça, ça ne vaudrait pas la peine de la raconter. Il y a aussi dans cette histoire des désirs et des souffrances, de celles qu'on connaît parfaitement, mais le vrai nom pour les dire, on ne le trouve jamais. Et de toutes façons, ce n'est pas amour."

 

A lire si vous ne l'avez déjà fait !

 

"Soie", Alessandro BARRICO

Albin Michel (121 p)

et aussi dans la collection Folio

 

Les billets de Karine :), Papillon, Lilly, Céline...

 


Commentaires

 

1. Aifelle  le 21-11-2008 à 10:06:02  (site)

J'avais adoré ce livre, après quelques années je m'en souviens encore.

2. Sassenach  le 21-11-2008 à 10:17:40  (site)

Je l'ai lu il y a quelques années et je n'en garde pas un grand souvenir ... en fait, hormis le fait qu'il vivait dans un coin de France que je connais bien (vu que j'en suis originaire !), je ne me rappelle de rien Sourire

3. brize  le 21-11-2008 à 12:39:11  (site)

@ Sassenach/Joëlle et Aifelle : Joëlle, tu m'as bien fait rire avec ton commentaire de celle-qui-finalement-ne-se-souvient-de-rien !
Et quand maintenant je le relis juste après le tien, Aifelle, le contraste est saisissant !
Alors, s'en souviendra, s'en souviendra pas... ???
Il me semble qu'il me restera le souvenir d'une écriture comme une musique et d'interrogations sous-jacentes sur ce que nous sommes, comment nous vivons... Mais je vous confirme ou non tout ça dans quelques années !

édité le 21-11-2008 à 12:39:47

4. sybilline  le 21-11-2008 à 19:01:48  (site)

Ce livre étonnant et d'une musicalité rare a fait la juste réputation de Baricco . Je te conseille vivement "Océan mer", à mon sens, son plus beau livre

5. brize  le 22-11-2008 à 11:54:43  (site)

J'avais noté "Océan mer"chez toi, Sybilline. Je l'ai même emprunté cet été, mais je sentais que je n'étais pas dans la disposition d'esprit ad hoc pour le lire. Mais cette rencontre n'est que reportée !
Pour "Soie", j'en avais entendu parler aussi sur les blogs, mais il a fallu que je le voie dans la bibliothèque d'une amie et qu'elle me le prête (alors que je pouvais l'emprunter sans problème à la bibliothèque) pour que je me décide à le lire : ce devait être le bon moment...

6. manu--  le 23-11-2008 à 08:31:17  (site)

Encore un auteur que je n'ai pas lu ! Je l'avais noté il y a des années et hop, passé à la trappe sous une foule d'autres auteurs à lire. Il y en a trop, je ne m'en sors plus ;-)

7. brize  le 23-11-2008 à 10:32:08  (site)

Eh oui, Manu : que d'auteurs, que de livres , comment veut-on que nous autres, pauvres lecteurs assaillis par tant de sollicitations, on arrive à s'en sortir ou, plutôt, à tout lire smiley_id118686 ?!!!

8. chiffonnette  le 24-11-2008 à 20:51:03  (site)

Ce roman (nouvelle?) est une petite merveille. J'avais été transportée par le style fluide de Barrico, et par ces personnages. Un très, très bon souvenir!

9. fashion victim  le 25-11-2008 à 14:15:11

Ben moi je n'ai pas aimé... Sourire

10. brize  le 25-11-2008 à 18:07:22  (site)

Décidément, "Soie" suscite des avis très contrastés (et ça m'amuse beaucoup, surtout quand ils se suivent, comme plus haut déjà avec Aifelle et Joëlle !) !

11. anjelica  le 28-11-2008 à 07:06:45  (site)

je l'ai reçu dans le cadre d'un swap. il m'attend donc dans ma pal !

12. brize  le 28-11-2008 à 08:09:21  (site)

Bonne lecture, Anjelica Sourire1 !

13. BlueGrey  le 03-12-2008 à 10:23:25  (site)

Halala ! Qu'est-ce que je l'ai aimé ce livre-là ! Une merveille d'épure et de délicatesse !
Par contre, du même auteur, je n'ai aimé ni "Océan mer" que j'ai trouvé surécrit, ni "Sans sang", confus et vain...

14. brize  le 03-12-2008 à 18:26:43  (site)

BlueGrey, je suis allée lire tes billets sur ton blog au sujet de ces deux autres romans et j'ai aussi lu les billets d'autres blogueurs que tu mets en liens : que d'avis contrastés Oula ! Du coup, c'est difficile de savoir a priori si on aimera ou pas !

15. BlueGrey  le 04-12-2008 à 09:54:58  (site)

En effet les avis sur ces livres sont très divergents... Le mieux, c'est de se faire sa propre opinion ! ;-)

 
 
 
posté le 19/11/08

"Les Maîtres de Glenmarkie", Jean-Pierre OHL

   L'Ecosse et ses îles, années 50.

  Prenez une jeune fille sur une île d'Ecosse, Mary Guthrie, fille du bedeau. Un prêtre fasciné par les genoux... ce qui causera sa perte. Le prêtre, qui n'en est maintenant plus un, est doté du drôle de nom d' Ebenezer Krook. Après quelques péripéties alcoolisées, il atterrit dans une petite librairie où il va finir par découvrir ceux qu'il a fuis jusque là : les livres. Ah oui, ce libraire débutant possède aussi une bague étrange, reliée à la noble famille des Lockhart de Glenmarkie. Et c'est précisément à un des ancêtres de cette vieille lignée, un écrivain excentrique, que Mary décide de se consacrer, dans le cadre de ses études de lettres.

  Voilà donc notre jeune demoiselle partie pour un vieux manoir peuplé de personnages plus ou moins surprenants. Sa quête littéraire doit passer par la découverte du contenu des trente-deux tiroirs d'un secrétaire dont les possibilités de combinaisons d'ouverture dépassent le milliard, un secrétaire auquel elle n'est pas la seule à s'intéresser, puisqu'il recèlerait les secrets d'un trésor disparu ...

 

   "Les Maîtres de Glenmarkie" est un roman plein de qualités et j'aurais aimé vous en parler avec le même enthousiasme que Lou. Mais je suis bien obligée de reconnaître que je l'ai lu certes sans déplaisir, mais pas avec le bonheur que j'en attendais. Je reviendrai plus loin sur ce qui ressort davantage de mon ressenti de lectrice que d'une appréciation objective. Parlons plutôt des qualités du livre, parce qu'elles sont indéniables.

   L'intrigue , qui permet d'apprécier les paysages d' Ecosse, est complexe et ne se dévoile que peu à peu, si bien qu'au début on se demande même où l'auteur veut en venir : ici, rien n'est cousu de fil blanc !

   Les personnages sont pittoresques, du flatulent Père Morton à la tante de Mary à Edimbourg, Catriona, qui ponctue son observation du voisinage à la longue-vue de commentaires acerbes, aux étranges jumeaux Lockhart, en passant par le libraire Arthur Walpole, chez lequel les livres n'ont droit de cité qu'au-delà de cinquante ans d'âge.

    La place qu'occupe la littérature dans ce roman, dont je souligne qu'il est très bien écrit, ne peut d'ailleurs que séduire les lecteurs que nous sommes.

 

   Alors, me direz-vous, puisqu'il y a tant de points positifs dans ce roman, pourquoi n'ai-je pas davantage goûté sa lecture ?

   Première et principale raison , parce que cette intrigue retorse et extravagante ne me parlait pas : impossible d'accrocher à l'histoire et, partant de là, au roman dans son ensemble ! De ce fait, je suis demeurée imperméable au suspense et il n'y a guère que dans le dernier quart de l'ouvrage, alors que tout se met en place pour le dénouement et qu'il est, aussi, question de la guerre d'Espagne (là, ça m'a intéressée), que j'ai lu avec un peu plus de cœur.

   Seconde raison (c'est tout ce que j'ai pu trouver pour m'expliquer pourquoi le livre ne m'avait pas davantage séduite), le couple héros. Si Ebenezer gagne en densité au fur et à mesure de l'histoire, il m'a, au départ, plutôt déconcertée voire déplu. La figure de son père ("Martin Eden") m'a paru, elle, beaucoup plus captivante mais elle n'occupe pas une place prépondérante. Quant à Mary, je n'y ai pas non plus vu une figure romanesque attachante et le couple qu'il lui arrive, quasi aléatoirement, de former avec Ebenezer, n'a guère suscité en moi que de l'étonnement.

   Je préciserai, in fine, que, bien que ma culture en matière de littérature victorienne ne soit pas très étendue, je ne pense pas que cela ait joué dans ma perception du roman : en effet, le plaisir de la lecture ne me semble pas devoir dépendre de la capacité à décrypter les allusions et références qu'y a glissées l'auteur, même si je reconnais que leur compréhension peut l'aviver.

 

   Il me restera de cette lecture des bonheurs partiels (voire de petits éblouissements) parce que j'y ai préféré les parties au tout. Parmi eux, l'évocation de la première tentative d'écriture de Mary, toute jeune (une variation infinie sur une histoire de chien), Ebenezer sauvé des eaux, la contemplation du paysage cher à Walter Scott...

 

   Je vous recommande vivement de compléter ma présentation en parcourant le billet de Lou, hommage vibrant et cultivé à ce roman, qu'elle a aimé sans aucune réserve, comme cela pourrait aussi être le cas pour vous !

 

"Les Maîtres de Glenmarkie", Jean-Pierre OHL

éditions Gallimard (361 p)

 


Commentaires

 

1. chris89  le 19-11-2008 à 09:14:08  (site)

Les petits éblouissements et la première partie de ta critique pour le noter et la seconde partie pour attendre un peu !

2. Sassenach  le 19-11-2008 à 10:23:37  (site)

Ah, je l'avais noté chez Lou mais là, du coup, j'hésite un peu ! Si les personnages ne sont pas attachants, cela risque d'être aussi un problème pour moi Sourire Bon il est à la biblio donc je ne risque pas grand chose d'essayer Sourire

3. brize  le 19-11-2008 à 12:12:31  (site)

@ Chris89 et Sassenach : Oui, ça vaut le coup de le noter pour aller se faire sa propre opinion (d'autant que, pour ce qui est des personnages qu'on juge attachants ou non, il en est un peu comme des personnes dans la vraie vie : on n'a pas toujours les mêmes perceptions !).

4. keisha  le 19-11-2008 à 14:36:40  (site)

Ah, j'avais lu son premier roman , là aussi bien dickensien et victorien, et je serai ravie de lire celui ci.
Il a remporté le pris Roblès . J'assistais à la remise du prix et je certifie que ce type est fort sympathique, en plus !

5. Florinette  le 19-11-2008 à 19:29:19  (site)

"Intrigue retorse et extravagante", du coup j'hésite également...je vais le laisser sur ma LAL et si je le trouve à la biblio, pourquoi pas...

6. brize  le 19-11-2008 à 21:07:29  (site)

@ Keisha : Je pense que le roman a des chances de correspondre à tes goûts !
@ Florinette : Sincèrement, ce roman a de sérieux atouts pour plaire : ensuite c'est une question de réceptivité personnelle à l'histoire, aux personnages...
Et quant au fait que je juge l'intrigue "retorse et extravagante, je crois que, quand on aime, c'est justement ça qui fait son charme !

7. Laetitia la liseuse  le 20-11-2008 à 10:13:31  (site)

Je l'avais noté dans ma rubrique "les sorties du mois" et puis il s'est un peu noyé parmis le flots des parutions. Comme j'ai trop de livres à lire en priorité, je vais plutôt attendre sa sortie poche. Mais c'est que je fais des progrés dis donc smiley_id119154 sympa ta collec' de smileys

8. brize  le 20-11-2008 à 20:22:26  (site)

Bravo pour les progrès clap clap_2 (eh oui, ils sont sympas, ces smileys !) !

9. choupynette  le 20-11-2008 à 21:22:22  (site)

j'ai lu le billet de Lou moi aussi, et ce roman est donc dans ma pal..

10. manu--  le 20-11-2008 à 22:28:58  (site)

Je l'avais déjà relevé chez Lou. Je vais essayer de le trouver à la biblio. Malgré tes réserves, je suis tentée.

11. brize  le 21-11-2008 à 12:44:25  (site)

@ Choupynette et Manu : Mon but n'était surtout pas de dissuader quiconque de lire ce roman, parce que j'ai regretté d'être un peu passée à côté (mais c'est comme ça, on ne peut pas inventer ce qu'on n'a pas ressenti) : je serais étonnée qu'il ne suscite pas quelques autres coups de coeur coeur_1 !

12. Clarabel  le 26-11-2008 à 18:05:45  (site)

Celui-ci, je vais le lire un jour prochain (quand j'aurais survécu à mes montagnes de livres qui cherchent à me prendre dans les glaces de leurs sommets enneigés)... essentiellement parce que j'avais lu le premier roman de JP Ohl, "Monsieur Dick".

13. brize  le 26-11-2008 à 18:14:33  (site)

Clarabel, "Les Maîtres de Glenmarkie" me paraissent tout à fait dans la lignée de ce précédent roman (si j'en crois ce que j'ai lu à son sujet), donc tu ne devrais pas être déçue !

14. Ys  le 01-05-2009 à 10:15:57  (site)

C'est vrai qu'on n'a pas affaire à des personnages très attachants, mais ils sont complxes, c'est encore mieux, je trouve !

15. Cuné  le 06-12-2009 à 18:13:56  (site)

Ah oui, dis-donc, me souvenais plus de ce billet... Toujours pas lu pour ma part mais comme je le disais chez Kathel, peu vibré avec son premier alors pas très pressée Sourire

16. brize  le 06-12-2009 à 19:42:38  (site)

@ Cuné : Pour le moment, c'est vrai qu'on lit peu voire pas d'avis mitigés, mais ça peut tenir (comme d'habitude) à la fois à la sélection en amont (on essaie de choisir les livres dont on pense qu'ils nous plairont) et aussi au fait que les abandons de lecture ne sont pas toujours signalés.
Mais quand même, j'aimerais bien savoir ce que tu en penseras !

édité le 06-12-2009 à 19:42:59

 
 
 
posté le 17/11/08

"Fume et tue", Antoine Laurain

   Le narrateur, Fabrice Valentine, cinquante ans, est chasseur de têtes dans le très prestigieux cabinet HBC.

  C'est aussi un très grand fumeur... qui a commis quatre meurtres, comme il nous en informe dès le premier paragraphe du roman.

  Retour en arrière sur un enchaînement de circonstances qu'il se plaît à définir comme "une histoire de cigarettes"...

 

  Quelques mois après avoir lu de très nombreux commentaires élogieux sur ce livre (lu notamment dans le cadre du Prix Landerneau), après avoir rencontré l'auteur (sympathique trentenaire... fumeur, est-il besoin de le préciser !) au pique-nique de la blogoboule, voilà que j'ai enfin l'occasion d'avoir "Fume et tue" entre les mains !

  Je trouve toujours la couverture aussi moche (remarque que je n'avais pu m'empêcher de formuler, avec le tact qu'on me connaît, auprès de l'auteur, en lui précisant que c'est typiquement le genre de couverture qui m'amenait à ne pas ouvrir le livre !) et le thème aussi peu porteur en ce qui me concerne (la cigarette et moi, ça fait deux !). Je feuillette... Quand même, il est beaucoup question de cigarettes... trop pour moi ?

  Pour essayer d'en avoir le coeur net, je commence à lire et, là, petit coup de coeur pour un humour décoiffant, tout à fait ce que j'aime ! Bon, c'est décidé : je le lis !

 

  Après un démarrage sur les chapeaux de roue, où les traits d'humour s'abattent à chaque page sur le lecteur ravi, le narrateur revient sur sa jeunesse.

  Là aussi, le récit (d'apprentissage !) est balisé par les étapes de son histoire d'amour avec la cigarette : première bouffée, première fois où il a avalé la fumée...

  J'ai, malgré le style toujours aussi incisif, commencé à craindre de me lasser de l'omniprésence de la cigarette (le passage sur les fumeurs faisant la queue pour acheter leurs précieux paquets était, à mon sens, de trop : j'avais atteint ma dose limite et il me semblait que l'auteur tendait à abuser du biais du roman pour donner libre cours à ses humeurs sur le sujet, avec la liberté du fumeur entravée par une loi "scélérate" etc. ) mais heureusement l'intérêt de la narration a repris le dessus.

  Bien sûr, en filigrane, demeure la quête du "plaisir" lié à la cigarette (don de celle que l'auteur n'hésite pas à appeler "la fée Nicotine"), mais ce motif sous-jacent (et, pour le héros, fondamental) est largement éclipsé par un autre plaisir : celui du lecteur qui découvre comment, de fil en aiguille, le héros est amené à commettre ses fameux quatre crimes !

 

  Je ne saurais donc que vous recommander de vous plonger à votre tour dans ce roman original, rythmé comme un roman noir, où l'humour, noir aussi, se déguste comme un bon café, fort (désolée, je ne peux pas comparer avec le plaisir lié à la cigarette !) ! Vous y apprendrez, entre autres, comment un papy raconte à ses petits-enfants de quelle manière il a, lorsqu'il était espion, procédé à moult assassinats. Vous y découvrirez l'univers des chasseurs de têtes, ferez l'expérience d'une Soirée Entreprise dans une piscine et ne manquerez pas de goûter (comme moi !) aux charmes peu discrets de l'art contemporain !

  A découvrir, donc... que vous soyez fumeur ou non : vous ne le regretterez pas !

 

"Fume et tue", Antoine LAURAIN

éditions Le Passage (280 p)

 

Et comme je n'ai pas le courage de recenser les multiples liens vers les blogueurs ayant commenté ce livre, je vous renvoie au billet de Joelle qui, elle, l'a fait !

 


Commentaires

 

1. calepin  le 17-11-2008 à 10:25:31  (site)

Un roman réussissant à balayer aussi facilement autant d'a priori négatifs ne peut pas être mauvais ! Clin doeil

2. Ys  le 17-11-2008 à 10:57:37  (site)

moi aussi, je l'ai trouvé tout à fait sympathique cet auteur, mais n'ai pas encore mis la main sur ce livre... et puis en plus, moi et les Marlboro, ça le fait ! donc....

3. Caro[line]  le 17-11-2008 à 13:54:36  (site)

En tant qu'anti-cigarette, je confirme : même les non-fumeurs aimeront ce roman ! Et je connais aussi une fumeuse qui l'ai aimé. C'est pour tout le monde donc ! ;-)

En tout cas, je suis ravie que tu aies aimé ce roman. :-)

4. chris89  le 17-11-2008 à 14:44:48  (site)

La quête du "plaisir" lié à la cigarette.Aie !! Il y bien longtemps que j'ai arrêté de fumé, Depuis je lis et cours, c’est tellement mieux. Je le note quand même.

5. brize  le 17-11-2008 à 20:25:54  (site)

@ Calepin : Je reconnais que ce n'était pas gagné d'avance pour ce livre, mais les avis très positifs que j'avais lus m'avaient amenée à au moins m'y intéresser, en surmontant ma réticence initiale ! Et, au final, il m'a convaincue !
@ Ys : Oui, là, tu seras dans ton élément !
@ Caro[line] : Et moi je suis ravie que tu nous aies permis de faire la connaissance de l'auteur (dommage, je n'avais pas lu son livre avant, sinon j'aurais été très heureuse d'en parler avec lui) !
@ chris89 : Bon... sauf s'il y a risque de rechute (mais comme tu dis que ça fait bien longtemps que tu as arrêté, ça ne doit pas être le cas, je pense), au moins, tu comprendras parfaitement ce qu'évoque l'auteur lorsqu'il parle du plaisir lié à la cigarette, pour l'avoir vécu.

édité le 17-11-2008 à 20:27:04

6. Karine :)  le 18-11-2008 à 01:26:55  (site)

La couverture m'aurait découragée mais vu les billets positifs, je suis tentée depuis un bon moment!!

7. Sassenach  le 18-11-2008 à 10:45:40  (site)

C'est sûr que la couverture n'est pas trop "accrocheuse" (pour ne pas dire carrément rébarbative !) mais le contenu est vraiment excellent Sourire Même quand on ne fume pas Clin doeil

8. SD49  le 18-11-2008 à 11:24:59

je ne garde pas beaucoup de souvenirs de ce livre néanmoins pas désagréable à lire.

9. Leiloona  le 18-11-2008 à 14:58:21  (site)

Malgré ce joli billet, je n'ai toujours pas envie de le lire.
Peut-être est-ce à cause de mon passé de fumeuse ...
Puis je trouve le titre et la couverture très racoleurs ...

10. brize  le 18-11-2008 à 18:45:18  (site)

@ Karine : Cède donc à la tentation... Diable !
@ Sassenach (Joëlle) : La couverture est (très !) loin d'avoir fait l'unanimité !!!
@ SD49 : Ah... cette fameuse épreuve du temps, à laquelle nous pouvons ensuite, a posteriori, réévaluer les romans que nous avons lus ! Je verrai donc d'ici quelques mois !
@ Leiloona : Bon... j'aurai pourtant essayé Sourire1 !

11. levraoueg  le 18-11-2008 à 20:49:05  (site)

Bon ben moi je cumule tous les vices : la lecture, le café, la cigarette... Mais ce roman, non vraiment il ne me tente pas. Mais ce qui me fait rire c'est qu'il soit arrivé entre tes mains, comme ça, comme par magie, et surtout "à l'insu de ton plein gré" !

12. brize  le 18-11-2008 à 21:20:42  (site)

C'est pourtant vrai, Levraoueg, puisque (je ne voulais pas le dire, mais là, tu m'y obliges !)... je suis tombée nez à nez avec lui en farfouillant dans un bac de bouquins d'occasion, où, par définition, je ne cherchais absolument rien (puisqu'il est bien connu que, si on cherche un livre en particulier dans les livres d'occasion, il y a de fortes chances qu'on ne le trouve pas ! ) ! Alors, c'est pas du "à l'insu de mon plein gré", ça Rire !!!

13. Alwenn  le 19-11-2008 à 18:19:54  (site)

Je note ! Tu en parles très bien et tu me donnes envie de le lire... peut-être aussi parce que je suis (malheureusement) fumeuse...

14. brize  le 19-11-2008 à 21:12:57  (site)

Alwenn... toi... fumeuse !!!
Et moi qui te croyais parfaite bouh_2 !!!
Blague à part, ça me plairait bien d'avoir l'avis d'une fumeuse sur ce roman !

15. Alwenn  le 20-11-2008 à 11:18:32  (site)

ah, ah, ah ! Et non, nul n'est parfait, et surtout pas moi ! La cigarette est l'un de mes vices favoris... (j'ai honte quand je l'écris, mais bon, faut bien que j'assume... ^^)

16. manu--  le 20-11-2008 à 22:33:12  (site)

On parle des fumeurs et des non fumeurs ! Et les anciens fumeurs alors???
J'ai aussi peur qu'on parle un peu trop de cigarettes dans ce roman. Peut-être que si il m'arrive entre les mains, je le lirai.

17. brize  le 21-11-2008 à 12:49:27  (site)

Si, si, Manu, le "cas" (!) des anciens fumeurs a été évoqué plus haut avec Chris 89 Sourire1 ! Il est effectivement beaucoup question de cigarettes dans le roman, donc je ne sais pas si ça te conviendrait. Comme tu le dis, tu verras bien si le hasard fait qu'il croise un jour ton chemin !

18. manu--  le 21-11-2008 à 15:45:20  (site)

oups j'avais loupé son commentaire :-/ . Mea culpa ;-)

19. doriane99  le 16-11-2009 à 11:35:32  (site)

J'ai beaucoup aimé cet humour noir. Merci pour le prêt.

20. Petite Fleur  le 10-12-2009 à 14:21:19  (site)

Merci pour le prêt. Une lecture bien agréable où j'ai passé un bon moment.

 
 
 
posté le 15/11/08

"Dérive sanglante", William G. TAPPLY

   Dans une petite ville du Maine, aux Etats-Unis, Stoney Calhoun, la quarantaine, est employé dans le magasin de vente d'articles de pêche de la belle Kate, tout comme le jeune Lyle, qui arrondit ainsi ses fins de mois d'étudiant. Tous trois louent aussi leurs services de guides pour la pêche auprès des particuliers qui en font la demande.

   Parce que, ce jour-là et alors que c'était son tour de servir de guide, Stoney n'avait pas envie d'escorter un certain Green, homme riche et imbu de sa personne, pour une partie de pêche, c'est Lyle qui a récupèré le client.

Mais vingt-quatre heures après, il n'est toujours pas revenu...

 

   Voilà un polar de facture classique des éditions Gallmeister, que je découvre et qui ont comme particularité de se consacrer à la "littérature du Grand Dehors" des Etats-Unis (Nature Writing). Ici, c'est le Maine dont on découvre les paysages au fil de l'intrigue.

   Malgré mon peu d'intérêt pour la pêche, j'ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman, bien rythmé, en particulier parce qu'il change des histoires de psychopathes et autres horreurs à répétition (ne vous fiez pas au titre français qui semble annoncer le pire, le titre anglais "Bitch Creek", nom donné à une rivière, est plus représentatif).

   Et puis, notre héros, Stoney Calhoun, est loin d'être un banal employé, tel que je le définis dans ma présentation.

   Très rapidement, on apprend qu'il s'agit d'un homme mystérieux, surgi cinq ans auparavant dans la région. Il sortait de dix-huit mois de soins dans un hôpital... et il est incapable de se souvenir de ce qui lui est arrivé auparavant, y compris de l'accident qui l'a conduit à perdre la mémoire ! Seuls des flashs font par moments irruption dans son esprit, mais parfois la réalité semble pour lui se confondre avec le rêve. Surtout, il se découvre d'étonnantes capacités...

   En dehors de ce personnage à l'envergure romanesque indéniable, le lecteur fait la connaissance de l'énergique et séduisante Kate, d'un sympathique shérif et d'autres habitants de la région. Sans oublier Ralph, le chien de Stoney, qui a oublié d'être bête !

 

   Au final, un agréable moment de lecture que j'aimerais poursuivre avec la découverte de la suite des aventures de Calhoun, "Casco Bay"... mais il va falloir pour cela que j'attende que la bibliothèque l'ait acheté !

 

"Dérive sanglante", William G.Tapply

éditions Gallmeister (268 p)

 

C'est chez Cathulu que j'ai, tout récemment, repéré ce titre !

Cuné, Amanda, Biblio(manu), Laure , Serialecteur l'ont lu et ont aimé.

 


Commentaires

 

1. johnnydu51  le 15-11-2008 à 08:14:32  (site)

je passe chez toi pour te souhaiter un bon week-end

2. keisha  le 15-11-2008 à 10:14:47  (site)

Tu fais bien de préciser l'absence de psychopathes, pourquoi vouloir à tout prix des titres accrocheurs en français, cela me fait plutôt fuir...
Bref, ton article donne envie de lire ce livre , qui a l'air plaisant et original.

3. manu--  le 15-11-2008 à 10:39:25  (site)

En effet, comme dit Keisha, tu donnes envie de lire un roman qui a priori ne m'aurait pas intéressé ! Je note, en espérant qu'ils l'ont à la bibliothèque !

4. Aifelle  le 15-11-2008 à 13:23:46  (site)

Je l'ai aussi repéré chez Cathulu et noté, çà m'intéresse ce personnage amnésique.

5. Karine :)  le 15-11-2008 à 23:45:43  (site)

Sans vos billets, jamais je n'aurais eu l'idée de lire ce livre! Bien entendu, maintenant, il est bien noté... même si la pêche et moi, ça fait deux!!

6. brize  le 16-11-2008 à 09:58:06  (site)

@ Johnny : Bon week-end à toi aussi !
@ Keisha : Oui, je ne comprends pas qu'on induise le lecteur en erreur en faisant de la surenchère dans le titre, sans respecter au moins l'esprit du titre original. Quant à ce roman, c'est une bonne lecture détente et dépaysante.
@ Manu et Karine : Il est un peu question de pêche et de mouches mais la dose est tout à fait supportable... et inévitable, puisque c'est le contexte (et ça ne nous a pas empêchées d'aimer le film "Et au milieu coule une rivière", non ?! ... et inutile de me répondre que c'était à cause des acteurs ! Et le paysage, vous en faites quoi ?!) !
@ Aifelle : Le personnage amnésique, il n'y pas à dire, ça a quelque chose de fascinant (Ludlum, entre autres, l'avait bien compris avec "La mémoire dans la peau", dont la BD XIII a d'ailleurs repris l'idée de départ) !

édité le 16-11-2008 à 09:58:44

7. michel_serialecteur  le 16-11-2008 à 21:12:59

Il ne me manque que le temps pour lire le second... et comme beaucoup j'ai adoré ce premier volume

8. brize  le 17-11-2008 à 08:50:46  (site)

J'ai ajouté un lien vers ton billet Sourire1 !

9. cathulu  le 17-11-2008 à 19:03:36

Ralph est encore mieux que ça !Sourire

10. brize  le 18-11-2008 à 09:06:01  (site)

@ Cathulu : Ah tu l'aimes bien, Ralph (les vaches vont être jalouses Clin doeil1 !) ! J'ai même vu que tu lui avais écrit une lettre (que j'ai préféré ne pas lire pour le moment, afin de ne rien savoir sur "Casco Bay", car j'espère bien le lire un jour) !

11. Sassenach  le 18-11-2008 à 10:43:18  (site)

Il est dans ma LAL depuis un petit moment ... j'adore cette nouvelle maison d'édition !

12. brize  le 18-11-2008 à 18:51:32  (site)

C'est vrai qu'ils proposent des titres tentants et surtout j'aime bien le fait qu'il s'agisse de Nature Writing... ça nous aère smiley_id118694 !

13. BiblioMan(u)  le 19-11-2008 à 13:33:37  (site)

Si tu as apprécié "Dérive sanglante", "Casco Bay" devrait te ravir également. Je l'ai préféré en tout cas pour ce...ah, non, j'ai peur d'être trop bavard, je te laisse de découvrir ce que ce...(je me baillone!)Clin doeil1

14. brize  le 19-11-2008 à 21:16:13  (site)

Avec tous tes points de suspension qui meurent d'envie d'en dire davantage, j'ai eu bien du mal à ne même pas jeter un regard sur le billet que tu as écrit sur "Casco Bay" sur ton blog : mais j'ai résisté car je veux la surprise Surprise !

15. kathel  le 20-11-2008 à 20:23:40  (site)

Les avis semblent très positifs sur ce roman... Déjà noté, je ne l'oublierai pas, avec sa couverture plutôt originale...

16. brize  le 20-11-2008 à 20:29:40  (site)

C'est un peu la marque de fabrique des éditions Gallmeister, cette couverture : et quand on ouvre le livre, on retrouve la photo en grand à l'intérieur.

 
 
 
posté le 12/11/08

"Les Constellations du hasard", Valérie BORONAD

   Le narrateur, "jeune écrivain plein de ressources", comme il se décrit lui-même, décide de partir à New-York à la recherche de Paul Auster, auquel il a l'intention de faire lire son manuscrit. Malheureusement, une fois sur place, il perd celui-ci et le peu d'argent qu'il détenait. Pour s'en sortir, il est donc obligé de se plier aux exigences du vieil homme, Alejandro, chez lequel il loue une chambre : écrire, sous sa dictée, les textes poétiques que celui-ci a composés.

  Mais avant de commencer, le vieillard lui raconte ce que fut sa vie...

 

  A titre de préambule, je rassure tout de suite ceux qui, parmi vous, ne connaîtraient pas Paul Auster. Je n’ai en effet lu qu’un seul livre de lui et il y a trop longtemps pour que je m’en souvienne bien. Cela ne m’a absolument pas gênée pour apprécier le roman ; les allusions à l'œuvre de l'auteur m'ont paru très compréhensibles et si j'en ai raté, ben... ce n'est pas grave, puisque je ne m'en suis pas rendu compte !


  "Les Constellations du hasard" est un roman qui coule agréablement avec un fil narratif suffisamment tendu (le narrateur continue à essayer de rencontrer Paul Auster, pour lui présenter le nouveau roman qu'il est en train d'écrire) pour dépasser la simple mise en images d'une réflexion sur l'écriture, les livres, la poésie.

  Certes, j'ai trouvé peu vraisemblable la perte, par le narrateur, de son manuscrit + la clé de sauvegarde USB + le billet d'avion, tout ça dans la même sacoche avec laquelle il se promène gentiment dans New York ! Mais, de toute façon, le récit tient plutôt du conte, avec le personnage d'Alejandro, qui semble tout droit sorti d'un roman (!). 

  Les relations entre le héros et Alejandro sont décrites de manière piquante (chacun des deux ayant un caractère affirmé) et m'ont bien plu (en particulier les leçons de natation qui vont de pair, selon Alejandro, avec l'apprentissage du métier d'écrivain, tel qu'il l'entend !).

  J'ai trouvé à la limite du trop long le (pourtant beau) passage décrivant la poésie d'Alejandro (sans doute parce que, plutôt que de la voir ainsi décrite, j'aurais préféré la lire, cette extraordinaire poésie !).

  Je préciserai aussi que le roman est traversé par deux histoires d'amour (que je vous laisse découvrir).

  Pour le reste, j'ai aimé l'écriture, de qualité, avec de très belles métaphores et la fin du roman ne m'a pas déçue, avec tous ces petits clins d'œil du hasard.


  Un court roman qui se lit avec bonheur et a obtenu récemment le Prix Carrefour du premier roman 2008 .

 

"Les Constellations du hasard", Valérie BORONAD

éditions Belfond (184 p)


Florinette a "adoré cette lecture".

 


Commentaires

 

1. Lucile  le 12-11-2008 à 21:05:26  (site)

Ah! J'ai vraiment très envie de lire ce livre (d'autant que cet auteur habite tout près de chez moi, et que j'en entends donc parler depuis quelques mois!). Je pense que je vais commencer par lire les deux Paul Auster que j'ai dans ma PAL avant de m'attaquer à celui-là, ça ne peut pas faire de mal! ;-)

2. Caro[line]  le 12-11-2008 à 23:38:23  (site)

Ah ! Je suis ravie de découvrir ton avis sur ce roman car j'ai envie de le lire et tu me confortes de cette idée. :-)

3. chris89  le 13-11-2008 à 10:23:19  (site)

Oui ! Les constellations du hasard est un très bon et beau premier roman, avec des personnages attachant et de belles phases. Je l’ai défendu (je faisais parti du jury) un seul tour a été nécessaire pour la designer lauréate. Alors hasard ou destinée ?

4. brize  le 13-11-2008 à 18:57:32  (site)

@ Lucile : Alors, tu vas même pouvoir lui demander de dédicacer ton livre, à Valérie Boronad, si c'est ta voisine:smiley_id118672 !
@ Caro[line] : Oui, je n'ai pas regretté ma lecture !
@ Chris89 : J'adore ta formule finale !

5. Karine :)  le 14-11-2008 à 03:28:46  (site)

Je l'ai noté il y a un moment déjà... j'hésitais vu que je n'ai pas tout lu Auster mais tu m'encourages!

6. Sassenach  le 14-11-2008 à 09:57:17  (site)

Il me tente bien, celui-là ... et je l'ai noté chez Florinette Sourire

7. Florinette  le 14-11-2008 à 19:46:05  (site)

Oh oui alors, qu'est-ce que j'ai aimé ce livre et comme toi les métaphores et ces petits clins d'oeil du hasard fort prisés par PA ! ;-)

8. brize  le 14-11-2008 à 22:05:34  (site)

@ Karine : Parce que si tu attends d'avoir lu un certain nombre de romans de Paul Auster... ben la pauvre Valérie Boronad, c'est elle qui va devoir attendre Sourire1!
@ Sassenach : C'est un premier roman : il faut lui donner sa chance !
@ Florinette : Bon, d'accord, je reconnais que j'ignorais que Paul Auster goûtait les clins d'oeil du hasard ... étant donné ma connaissance plus que limitée de cet auteur Clin doeil1 !

9. manu--  le 15-11-2008 à 10:36:57  (site)

Ce livre me tente aussi beaucoup mais à l'inverse de toi, j'adore PA et je me demandais si le fait d'en avoir lu beaucoup ne risquait pas de gâcher la lecture ou de risquer une comparaison qui risquait de nuire à là la romancière. Mais comme Florinette a adoré et qu'elle est fan de PA, mes craintes ne semblent pas justifiées.

10. brize  le 16-11-2008 à 09:43:01  (site)

Et ce sera intéressant d'avoir l'avis d'une autre lectrice qui connaît bien Paul Auster !

11. sybilline  le 19-11-2008 à 14:43:09  (site)

Ton excellent billet m'a convaincue qu'il me fallait ce roman là.
Dire que je n'en avais jamais entendu parler (le billet de Florinette a dû me passer sous le nez...)!

12. brize  le 19-11-2008 à 21:20:29  (site)

Merci, Sybilline Sourire1 !
Et pour ce qui est des billets qui nous échappent, ça m'arrive à moi aussi car ce n'est pas évident de surveiller tout ce qui se publie sur les blogs que nous connaissonssmiley_id258191 !

13. Julien(lecturesdejulien)  le 29-11-2008 à 12:27:32  (site)

J'ai récemment rencontré l'auteur et acheté son livre (après une certaine hésitation, je me méfiais un peu), mais a priori, il semble emballer les blogueurs.
Comme j'adore Paul Auster, cela a suffit pour attiser ma curiosité. Ce livre est dans ma PAL mais ton billet vient de lui faire gagner de nombreuses places
Ton blog est très bien fait par ailleurs.

édité le 29-11-2008 à 12:28:19

14. brize  le 29-11-2008 à 20:21:28  (site)

Bienvenue "Sur mes brizées", Julien ! J'ai moi aussi découvert ton blog avec plaisir et je te souhaite une (future) bonne lecture de ces "Constellations du hasard" Sourire1 !

 
 
 
posté le 10/11/08

"Le chemin des sortilèges", Nathalie RHEIMS

   Dix ans après qu'il se soit retiré du monde, suite à un accident cérébral, Roland, l'homme avec lequel on découvre au fil du récit qu'elle a entretenu durant toute sa jeunesse une relation privilégiée, sous la forme d'un entretien hebdomadaire d'une heure dans son cabinet de psychanalyste, celui qui aimait sa mère mais était marié avec deux enfants, invite la narratrice à le rejoindre dans la demeure où maintenant il séjourne. Une femme y apparaît quotidiennement pour y effectuer les tâches ménagères, mais refuse de montrer son visage. La narratrice trouve chaque jour dans sa chambre un nouveau conte de fées et sa lecture l'entraîne à chaque fois sur le chemin de sortilèges insoupçonnés, un chemin qu'elle devra parcourir, jusqu'à son ultime étape...

 

  Le thème me tentait, raison pour laquelle j'ai accepté la (sympathique) proposition de chez-les-filles.com et des éditions Léo Scheer de découvrir ce roman.

  Hélas, la magie n'a pas opéré sur moi !

  Je n'ai pas réussi à entrer dans cette histoire, peut-être parce que je la trouvais trop marquée psychanalytiquement pour parvenir à y adhérer. Du coup, je me demandais, en lisant, quelle clé permettrait in fine de comprendre toutes les métaphores plus ou moins explicites glissées dans les épisodes vécus par la narratrice, qu'ils soient du domaine du réel ou du rêve, quel serait l'aboutissement de cette "Psychanalyse des contes de fées" version Rheims ; je ne croyais pas à ce qui se passait, je flairais quelque chose de l'ordre d'une supercherie, sous couvert de symbolique et j'avais hâte d'arriver au terme de cette quête (à mon sens fastidieuse) de l'héroïne (d'ailleurs, je reconnais que , sur la fin, j'ai lu le roman plutôt en diagonale).

  J'aurais néanmoins pu être charmée, au sens littéral, par l'écriture, ce qui aurait éventuellement suffi à mon bonheur . Mais cela n'a pas été le cas : l'écriture est fluide mais ne m'a pas séduite plus que ça.

 

  Au final, je peux simplement dire que ce livre ne me convenait pas si bien que je l'ai survolé, mais si le thème vous tente, n'hésitez pas : ce récit semble susceptible de capter, voire même d'envoûter... le charme agit ou non selon les lecteurs !

 

  Ainsi a-t-il opéré sur Leil, Clarabel, Yv, Karine,Stéphanie Fantasio, Lily, Sylire, Saxaoul .

  Mais Alwenn n'y a, comme moi, pas succombé,Calepin, Crapouillaud, Fashion, Joelle , Liliba , Roxane et Lou non plus.

 

"Le chemin des sortilèges", Nathalie RHEIMS

Editions Léo Scheer (180 p)

 


Commentaires

 

1. maijo  le 10-11-2008 à 16:31:17  (site)

Habituellement, lorsque je vois des avis contraires je suis plutôt curieuse, mais là je n'y arrive vraiment pas. J'avais refusé cette fois, et je ne regrette pas.

2. Yv  le 10-11-2008 à 17:41:30  (site)

C'est vrai que j'ai plutôt bein accroché à cette histoire originale, bien écrite, simplement.

3. La liseuse  le 10-11-2008 à 18:50:07  (site)

Les avis sont vraiment très partagé. Je passe mon tour même si le sujet m'intéresse. Ma lecture du moment est du genre décevante et je ne veux renouveler l'expérience si tôt.

4. Leiloona  le 10-11-2008 à 22:25:28  (site)

Je crois que c'est surtout cette quête identitaire qui m'a charmée. Clin doeil

5. Alwenn  le 10-11-2008 à 22:31:56  (site)

J'ai exactement le même sentiment que toi : moi aussi, le thème m'avait paru prometteur, mais je n'ai vraiment pas accroché. Aucune adhésion non plus. C'est vrai que les avis sont bien partagés tout de même...

6. Aifelle  le 11-11-2008 à 07:30:06  (site)

C'est amusant de voir la diversité des avis sur ce livre. Peu importe, je le lirai un jour !

7. brize  le 11-11-2008 à 10:33:37  (site)

@ Maijo : De mon côté, c'est pour "La fausse veuve" que je n'avais pas regretté d'avoir décliné la proposition de chez-les-filles.com !
@ Yv et Leiloona : J'aurais bien aimé être charmée moi aussi... c'est très mystérieux, la manière dont les livres nous touchent ou non .
@ La liseuse : Oui, quand on sort d'un livre qui nous a déçu, on n'a pas envie de prendre des risques pour le prochain !
@ Alwenn : Tant mieux pour l'auteur ! De mon côté, je vais faire circuler le livre dans une bibliothèque tournante : ce sera intéressant de recueillir les divers avis .
@ Aifelle : Il est très vite lu, donc ça vaut le coup de tenter l'expérience.

8. pom'  le 11-11-2008 à 10:39:13  (site)

le résumé avait retenu mon attention, je verrai maintenant si je le lirai ou pas mais comme tu dis , le charme peut opérer.

9. lily et ses livres  le 11-11-2008 à 13:59:17

Je rajoute ton lien également...
Etrange ce livre tout de même. Il charme ou ennuie selon les cas ...

10. Florinette  le 11-11-2008 à 15:37:34  (site)

J'ai lu plusieurs avis sur ce livre et le tien confirme ce que je ressens déjà, ce livre n'est pas pour moi, même si j'aime le côté fantastique !

11. calepin  le 11-11-2008 à 20:56:08  (site)

Après une série d'avis plutôt positifs pour ce roman sur les blogs, je commançais à me demander si je n'étais pas passer à côté de quelque chose... Ton avis, ainsi que ceux de Fashion et Crapouillaud semblent me prouver le contraire... cela me rassure un peu...

12. brize  le 11-11-2008 à 21:49:33  (site)

@ Pom' : Comme je le disais à Aifelle, il est court, donc tu seras rapidement fixée si tu décides finalement de le lire.
@ Lily : C'est vrai... Mais, malgré tout, ce n'est pas la première fois qu'un livre suscite des avis divergents.
@ Florinette : Tu sais, tu peux quand même essayer, compte tenu de la brièveté du récit (enfin, je dis ça, mais si j'avais lu tous ces avis et qu'on me proposait le livre maintenant... je crois bien que je déclinerais la proposition !!!).
@ Calepin : On peut passer à côté de quelque chose que l'auteur s'efforçait d'émettre... mais qu'y pouvons-nous et est-ce de notre faute ? Il y a tellement de paramètres qui entrent en jeu dans la "réception" d'un livre... Et le lecteur peut simplement témoigner de ce qu'il a reçu ou non (même s'il est tout seul dans son cas). Au pire, même s'il avait la certitude d'avoir raté une rencontre réussie pour tous les autres , le seul fait d'en avoir conscience n'y changerait (à mon sens) rien et je ne suis pas persuadée qu'une relecture dans ces conditions l'amènerait à changer d'avis.

13. keisha  le 12-11-2008 à 16:48:25  (site)

Comme Maijo, j'ai passé mon tour ; mais c'est intéressant de lire les avis qui diffèrent bien !
Espérons que la prochaine fois on proposera un livre plus dans mes goûts.

14. brize  le 12-11-2008 à 18:52:32  (site)

Pour ce qui est des avis qui diffèrent, on ne pourra pas faire pire que dans l'émission "Le masque et la plume" (France Inter, le dimanche soir), où on se demande parfois s'ils parlent du même livre, entre le premier critique qui parle d'un "chef d'oeuvre" et le suivant qui déclare que ce livre "relève du n'importe quoi" (bon, je caricature... mais on n'en est parfois pas loin ... et c'est aussi pourquoi l'émission a un côté très tonique pas déplaisant du tout !) !

15. Lucile  le 12-11-2008 à 21:06:57  (site)

Comme Maijo j'ai refusé ce coup-ci et ne le regrette pas.

16. brize  le 13-11-2008 à 08:04:41  (site)

Il y aura d'autres propositions, plus à ton (notre !) goût !

17. Sassenach  le 14-11-2008 à 08:49:52

C'est exactement ça : une clé de décodage n'aurait pas été de trop ! mdr !

18. brize  le 14-11-2008 à 12:49:00  (site)

@Sassenach (alias Joëlle) : Le billet posté sur ton blog m'a aussi appris que le livre avait une part autobiographique, ce qui a répondu à la question que je me posais en le lisant (et je rejoins ton avis à ce sujet).

19. Roxane-Devorelivre  le 17-11-2008 à 15:57:36

Rire
Le charme n'a pas opéré sur moi non plus, bien que le dernier roman envoyé par Chez-les-Filles (De Niro's Game) m'avait vraiment beaucoup plu...
J'attends le prochain, du coup !
Blog très sympa, au fait Rire
A bientot,
Roxane

20. brize  le 18-11-2008 à 08:45:15  (site)

Bienvenue Sur mes brizées, Roxane... et au Club de Celles-qui-n'ont-pas-été-ensorcelées Magicien !

21. SD49  le 18-01-2009 à 12:18:28

le charme n'a pas du tout opéré sur moi non plus, je l ai egalement fini en diagonale, je suis assez déçue

22. brize  le 18-01-2009 à 14:01:19  (site)

SD 49, je crains que cela ne te console guère, mais sache néanmoins que tu viens de faire ton entrée dans le fameux club de Celles-qui-n'ont-pas-été-ensorcelées Mexicain !

 
 
 
posté le 08/11/08

"Kafka sur le rivage", Haruki MURAKAMI

   Un jeune homme de 15 ans décide de quitter le domicile où il vit avec son père, chacun ignorant plus ou moins l’autre. Il a préparé sa fugue de longue date, conseillé en cela par « le garçon nommé Corbeau », qui s’adresse régulièrement à lui . Il change de nom et adopte celui de Kafka. Dans la ville où il arrive, il entame pendant quelques jours une vie routinière, consacrée en particulier à la lecture dans une très ancienne bibliothèque. Jusqu’à ce qu’un événement vienne bouleverser cet ordre des choses précaire et lui rappeler la prédiction qui pèse sur sa destinée…

  En 1944, dans une province japonaise, un curieux incident s’est déroulé, qui a été classé secret défense. Une dizaine d’enfants, emmenés par leur institutrice en randonnée dans la montagne, se sont en effet évanouis et n'ont repris connaissance (tous, sauf l’un d’eux) que deux heures plus tard. Ils n’auraient apparemment eu aucune séquelle de cet incident.

  Nakata, l’enfant qui était resté dans le coma, n'est revenu à lui que deux mois plus tard. Mais tout ce qu’il savait jusque là s’était effacé de son esprit. Et il n’a plus été en mesure d’y imprimer quoi que ce soit, lecture, écriture etc. Il a maintenant une soixantaine d’années, bénéficie d’une pension et arrondit ses fins de mois en retrouvant les chats égarés. Il y parvient sans trop de difficultés, parce qu’il connaît le langage des chats (mais ça, il ne l’a dit à personne).

  Un terrible accident va le contraindre à quitter la ville où il coulait des jours paisibles.

 

   Ainsi commence cet étrange roman.

   On suit parallèlement, un chapitre après l'autre, l'odyssée de Kafka et celle de Nakata, deux chemins dont on se demande où ils vont les conduire, deux personnages auxquels on s'attache (avec, pour ce qui me concerne, une préférence pour Nakata, dont le compagnon de route, Hoshino, m'a aussi beaucoup plu, avec sa manière de grandir au fil du parcours).

 

   Embarquer dans « Kafka sur le rivage », c'est savoir renoncer à ses habitudes et ses certitudes. Ici, rien ne se passe comme on l'aurait attendu.

   Le monde réel est bien présent dans des notations très concrètes dont je me suis au début inquiétée de l’intérêt qu’elles avaient pour le récit : des précisions sur tout ce que mange le jeune héros, sur les parties (intimes !) de son corps objets de sa toilette… à ce compte-là, je voyais pourquoi j'avais affaire à un pavé ! Heureusement, les péripéties sont rapidement arrivées et ma crainte du « remplissage » était tout compte fait infondée. Mais ce goût pour le détail matériel demeure tout au long du roman qui ne jette d'ailleurs aucun voile pudique sur le sexe, lorsqu'il en est question.

   Pourtant, ce monde réel jouxte et rejoint sans cesse celui du rêve, voire des limbes. Qu'est-ce qui est métaphore et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Une pluie de poissons, une autre de sangsues, s'abattent soudain. Une jeune fille fantôme apparaît, quand la femme qu'elle est devenue vit encore. Un homme cruel coupe la tête des chats et dévore leur coeur . Un crime est perpétré dans d'étranges conditions. Un vieillard avance sans savoir où il va, mu par une force mystérieuse qui le porte d'étape en étape. Un jeune homme, Hoshino, le prend en amitié et découvre progressivement qu'il y a autre chose dans la vie que son métier de chauffeur routier, la musique, par exemple. Une pierre s'avère plus ou moins lourde selon qu'elle ouvre ou non la porte d'un autre monde. Dans une ténébreuse forêt, deux soldats de la dernière guerre mondiale montent la garde.

 

   « Kafka sur le rivage » est un roman où l'on doit apprendre à vivre sans y être guidé, un roman où l'on se perd pour mieux retrouver sa place au sein de l'univers, un lieu énigmatique où il faut accepter de voir ses interrogations pas obligatoirement résolues. Un long moment magique où le lecteur se fond dans un univers mouvant, à cheval entre la vie et la mort, où il reçoit des leçons philosophiques qu'il ne comprend pas toujours, parce qu'il n'est pas question, ici, de rationalité mais de perception globale d'un réel déroutant dans les dédales duquel j'ai aimé abandonner mes repères.

   C’est un livre marquant, de ceux qu’on n’oublie pas et que je relirai, sans doute (alors que je ne relis quasiment pas, voire jamais), au moins partiellement, parce qu’il y a des passages sur lesquels je serai heureuse de revenir alors que je ne m’y suis pas appesantie, pressée que j’étais de découvrir la suite de l’histoire.

  Ce roman envoûtant, qui ne ressemble à rien de ce que j’ai pu lire auparavant, représente une aventure de lecture dont seul le lecteur qui la tente pourra découvrir si elle le séduit ou non.

 

"Kafka sur le rivage", Haruka MURAKAMI

éditions 10/18 (637 p)

 

C'est le billet de Karine, puis celui de Papillon qui m'avaient donné envie de tenter l'aventure !

 


Commentaires

 

1. SD49  le 08-11-2008 à 09:40:37

depuis le temps qu'il est dans ma LAL celui la il va vraiment falloir que je me decide à le lire

2. SBM  le 08-11-2008 à 10:13:35  (site)

J'ai adoré ce livre !

3. Aifelle  le 08-11-2008 à 10:26:46  (site)

Il est aussi en bonne place dans ma LAL.

4. Leiloona  le 08-11-2008 à 11:29:53  (site)

Depuis le temps qu'il est dans ma pile, je devrais peut-être m'y mettre ! smiley_id68887

5. Yv  le 08-11-2008 à 21:39:40  (site)

Ouah, tout cela ne peut que nous motiver à cette lecture qui a l'air passionnante. Je n'ai plus qu'à trouver ce livre !

6. sybilline  le 08-11-2008 à 22:22:48  (site)

Ca m'a l'air vraiment fort déroutant, en effet! Peut-être même un peu trop pour moi, à lire l'énumération que tu as soulignée en rouge...

7. sentinelle  le 09-11-2008 à 00:09:29

J'ai beaucoup aimé ce roman, mon préféré sur les trois romans au total que j'ai déjà lus de cet auteur.

8. songes-litteraires  le 09-11-2008 à 09:46:05  (site)

Celui-ci m' a l air bien intéréssant, mais j' ai déjà au sud de la frontière, à l' ouest du soleil dans ma Pal. Je vais le lire très bientôt, mais je garde celui-ci en mémoire!

9. brize  le 09-11-2008 à 10:01:21  (site)

@ SD49, Aifelle et Leiloona : ça vaut effectivement le coup de tenter l'expérience !
@ SBM, Sentinelle et Songes littéraires : J'ai parcouru des billets sur les autres livres de l'auteur et pour le moment je n'ai pas trop envie de les découvrir car j'ai l'impression que c'est "Kafka sur le rivage" qui me convient le plus.
@ Sybilline : Dans mon billet, j'ai écrit en rouge tout ce qui n'est pas de l'ordre du commentaire mais relève du récit, parce que je souhaitais que le lecteur appréhende un peu ce qu'il allait pouvoir rencontrer dans le roman et voie si c'était ou non susceptible de lui plaire. Si tu as des doutes, ils sont fondés, car c'est un roman trop particulier pour que chacun y trouve son compte.
@ Yv : Tu n'auras pas de problème à le trouver, il est connu !

10. kathel  le 09-11-2008 à 15:39:10  (site)

"Kafka sur le rivage" est un de mes coups de coeur de l'année dernière... (d'avant-blog, donc ! Clin doeil1)

11. manu--  le 10-11-2008 à 10:34:11  (site)

Il est dans ma PAL. Je suis une fan de Haruki Murakami et je suis contente de voir qu'il t'a plu. Si tu veux découvrir d'autres livres de cet auteur, je te conseille "La ballade de l'impossible" et "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil". C'est un merveilleux conteur !

12. brize  le 10-11-2008 à 11:50:49  (site)

@ Kathel : Ton commentaire m'a fait découvrir que ton blog était né cette année : il m'est si vite devenu familier que j'avais l'impression de le connaître depuis bien plus longtemps que ça !
@ Manu : Je n'avais jusque là pas entendu parler de "La ballade de l'impossible". Mais je ne pense pas lire autre chose de Murakami avant un moment : j'ai trop peur d'être déçue après "Kafka sur le rivage", parce que j'ai l'impression que c'est le roman qu'ont préféré ceux qui ont lu plusieurs des oeuvres de l'auteur.

13. pom'  le 11-11-2008 à 10:41:21  (site)

c'est en effet une aventure de lecture, j'ai été envouté par le papi Nakata et lui envie son don de parler au chat, mon intellect en serai surement que plus brillant lol

14. brize  le 11-11-2008 à 14:16:16  (site)

Ah oui, ce Nakata, quel sacré bonhomme !
Je ne savais pas que tu avais lu "Kafka sur le rivage" et je me réjouis d'apprendre que tu avais aimé cet incroyable roman.

15. Florinette  le 11-11-2008 à 15:35:04  (site)

J'ai adoré ce livre que je garde bien précieusement, car comme toi et pour les mêmes raisons, je le relirai. Murakami est un magicien qui jongle avec virtuosité entre le réel et l'imaginaire ce qui rend ce roman envoûtant !!

16. brize  le 12-11-2008 à 18:54:43  (site)

C'est un livre que je ne regrette pas d'avoir acheté. Au départ, j'hésitais et je voulais l'emprunter à la bibliothèque, mais la bibliothécaire m'a certifié qu'il allait me plaire... et elle ne s'est pas trompée !

17. Karine :)  le 14-11-2008 à 04:20:06  (site)

Comme tu le sais, j'ai vraiment aimé ce livre... j'ai en fait été très agréablement surprise quand je l'ai lu... il faut se laisser porter!

18. brize  le 14-11-2008 à 08:28:19  (site)

C'est tout à fait ça ...

19. Sassenach  le 14-11-2008 à 09:56:25  (site)

De mon coté, je l'ai lu en août et je n'en garde que de vagues souvenirs ! Je ne fais pas partie de ceux que ce livre marquera Sourire

20. brize  le 14-11-2008 à 12:51:19  (site)

Ce roman est très particulier et je suis bien persuadée qu'on peut y être plus ou moins (voire totalement) hermétique... comme je le suis moi-même à des tas d'autres livres qui trouvent pourtant leur public !

21. céline de enlivrezvous  le 19-11-2008 à 23:30:38  (site)

J'ai été passionnée au début... Puis déçue ! Trop de redondances à mon goût. Reste un très beau style et une imagination hors du commun ! Si tu aimes les romans qui flirtent avec l'onirique, essaie "La dame n°13" de Somoza... A bientôt !

22. brize  le 20-11-2008 à 12:13:58  (site)

Oui, le roman peut paraître long et la quête des deux protagonistes semble, par moments, piétiner un peu. Mais ça ne m'a pas gênée... j'étais bien embarquée dans l'aventure !
Merci pour la piste de lecture !

23. SD49  le 23-11-2008 à 19:25:42

moi aussi j'étais passionée au début puis j'ai trouvé ça un peu long, il m'en reste une impression mitigée

24. brize  le 23-11-2008 à 19:48:00  (site)

Hmm... cette "impression mitigée" peut se comprendre. Ce n'est pas que je cherche à être consensuelle, mais je vois bien qu'il y a pas mal de points sur lesquels on peut achopper, dans ce roman : la relative lenteur de la progression, le fait que l'auteur ne réponde pas à toutes les interrogations que le lecteur se pose (sans doute parce que, pour certaines d'entre elles, il en est incapable, à mon avis !), la fin qui n'est pas hors du commun...
Autant d'éléments qui ne m'ont pas empêchée de goûter cette lecture, mais ils seront jugés plus ou moins gênants voire rédhibitoires, selon les lecteurs.

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article