VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 29-08-2010 à 19:20:43

"Le dernier des Weynfeldt", Martin SUTER

     Dernier descendant de la riche lignée suisse des Weynfeldt, Adrian, cinquante-quatre ans, mène une existence particulièrement aisée et régulière. Son métier d’expert en art, s’il ne lui est pas indispensable, l’occupe, autant que la fréquentation de ses cercles d’amis, la plupart davantage intéressés par ses largesses que par lui.
   Dans cette vie dont l’immuable ordonnancement semble le rassurer, Adrian a la surprise de voir un soir débarquer Lorena, belle jeune femme qui lui rappelle Daphné, son amour de jeunesse. Ex-mannequin sans le sou, Lorena, le lendemain de la nuit qu’elle passe chez Adrian, tente de se suicider. Et si, grâce à Adrian, elle renonce à sa tentative de se précipiter du haut du balcon, c’est pour que son hôte lui promette de, désormais, veiller sur elle.
   Séduit, Adrian est prêt à tout pour Lorena. Cette attraction s’exerce sur lui au moment-même où il doit négocier la vente du fameux tableau de Vallotton, «Femme nue devant une salamandre », dont le propriétaire, Baier, a bien du mal à se séparer…

   « Le dernier des Weynfeldt », c’est d’abord la peinture psychologique, fouillée, d’un homme hors du commun, Adrian. Sa bonté paraît souvent bien proche de la naïveté, tant le lecteur a l’impression que ses proches abusent de sa générosité, trop heureux qu’il est de pouvoir partager les biens dont sa naissance l’a si largement pourvu. Mais, au-delà de la façon dont Adrian structure son existence et ses relations, on pressent autre chose, une forme de désarroi mélancolique sous-jacent qui ne demande qu’à refaire surface. Cette étude de caractère s’intègre avec bonheur à une trame romanesque qui, sans être foncièrement originale (une jeune femme tentée de profiter de l’attrait qu’elle exerce sur un homme riche), bénéficie de facteurs la renouvelant : le personnage d’Adrian est en effet suffisamment atypique (comme Lorena le constatera) pour que le lecteur ne devine pas forcément comment il va réagir aux événements se produisant autour de lui ; la thématique artistique (vrai et faux tableau) pimente l’intrigue, dont elle constitue un facteur déterminant et lui donne aussi une autre dimension en posant la question de l’authenticité, qu’on peut éventuellement étendre aux individus.
   J’ai lu « Le dernier des Weynfeldt » avec plaisir, découvrant un auteur et une écriture, de qualité, au travers d’une histoire qui a suscité en moi intérêt et curiosité (et même si le dénouement, qui m’a plu sur le fond, a soulevé en moi quelques réserves d’ordre technique quant à sa vraisemblance). Il n’est donc pas du tout exclu que je m’aventure dans d’autres romans de Martin Suter !

 

« Le dernier des Weynfeldt », Martin SUTER
titre original, « Der letzte Weynfeldt » - paru en Suisse en 2008
Editions Christian Bourgeois (340 p) pour la traduction française (2008)
Disponible aussi en poche, aux éditions Points.

 

D'autres avis chez BoB.

 

Commentaires

Nanne le 11-09-2010 à 18:14:10
On m'a fortement conseillé ce roman pour commencer à lire Martin Suter que je ne connais que de réputation (positive) ! Et ton billet me donne envie de me lancer dans l'aventure du "Dernier des Weynfeldt", surtout que l'on y parle d'art, et j'aime particulièrement les livres sur ce thème ...
brize le 03-09-2010 à 20:25:28
@ Kathel : Oui, ces deux là, je les ai repérés !


@ Keisha et Aifelle : Un auteur à découvrir (rien à faire, il en reste toujours) !


@a-girl-from-earth : Ah, on le connaît tous, ce coup de l’envie… qui disparaît ensuite ! Aussi, quand j’ai envie de m’acheter un livre broché, je fais en sorte de pouvoir le lire dans la foulée, quand cette fameuse envie de le lire est toujours là (pour les poches, si ça traîne, c’est moins grave, le prix n’est pas le même). Et quand je lis les billets de blogs avec des PAL à trois chiffres, ça m’effraie tellement que je suis encore plus vigilante qu’avant côté achats : j’ai trop peur d’être contaminée par ce virus palesque !


@ Pincureuil : Oui, il y a une atmosphère bien spécifique et j’ai trouvé ce roman très fin.


@ Harfang : Je suis justement en train de lire « Le cuisinier » !
harfang le 03-09-2010 à 08:55:09
ahlala voila un de mes auteurs préférés (voir article dans mon blog)

En particulier La face cachée de la lune et Small world. Son dernier est dans ma pile de livres à lire et j'attends de finir La voix du couteau (découvert ici) pour le commencer. C'est vraiment un auteur ewtra en particulier ses premiers romans qui étaient je trouvent plus forts.
Pincureuil le 31-08-2010 à 14:40:39
C'est aussi le seul Suter que j'ai lu et il m'avait donné envie de découvrir ses autres romans. Il a su traiter de manière originale une histoire au départ plutôt courante...
Aifelle le 31-08-2010 à 06:50:59
Je n'ai jamais lu Martin Sutter. J'y pense régulièrement et puis .. j'oublie.
A_girl_from_earth le 30-08-2010 à 23:55:07
J'ai cet auteur dans ma PAL depuis quelques années, il faudrait que je l'en ressorte! A un moment ça me disait vraiment de le lire mais l'envie est passée.Sourire
keisha le 30-08-2010 à 08:34:20
Jamais lu mais encore une fois les blogs sont positifs pour cet auteur! A noter pour un passage en bibli!
kathel le 29-08-2010 à 21:38:18
Un auteur que j'aime bien, et puis on n'a pas tant que ça l'occasion de lire les auteurs suisses ! Je te recommande aussi "Le diable de Milan" et "Un ami parfait".