VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 24-09-2010 à 20:13:51

"Le cuisinier", Martin SUTER

    S’il était resté au Sri Lanka, Maravan aurait sûrement été un grand chef cuisinier. Il en prenait le chemin, en tout cas, lui qui avait tout appris auprès de sa tante Nangay. Mais la guerre en a décidé autrement. Il a dû fuir son pays et rejoindre les tamouls exilés, comme lui, en Suisse. A Zurich, il est l’homme à tout faire du restaurant de luxe Huwyler, fréquenté par le gratin des hommes d’affaires en tous genres. Côté salle, la belle et inaccessible Andrea assure le service.

   Et parce que Maravan, pour la séduire, lui a concocté un dîner pour le moins spécial, Andrea lui propose de se lancer avec elle dans une entreprise de restauration à domicile très particulière, dont le nom annonce la couleur : « Love Food »…

 

   Avec « Le cuisinier », Martin Suter nous fait partager le quotidien d’un réfugié tamoul dont la personnalité, sensible et réservée, tenace aussi, ne peut manquer de lui attacher la sympathie du lecteur. Maravan survit tant bien que mal dans un pays à la culture radicalement différente du sien, ne s’intègre guère à la communauté tamoule locale et doit en permanence veiller, au prix d'un soutien forcé aux Tigres tamouls, sur les membres de sa famille restés au pays, dont la situation le préoccupe fortement. J’ai apprécié cette peinture réaliste et subtile d’un individu pour lequel rien n’est jamais gagné, à laquelle l’auteur adjoint, à coups d’incises, celle de quelques riches hommes d’affaires ou industriels sans scrupules. Deux univers à l’opposé l’un de l’autre, mais qui finiront pas se croiser d’une manière inattendue, rencontre improbable dont je vous laisse découvrir les conséquences, surprenantes (comme surprenait aussi, in fine, « Le dernier des Weynfeldt »).

 

   Très rythmé dans sa première partie, le roman accuse quelques lenteurs au milieu, s’étendant parfois par trop sur le détail des recettes de cuisine, souvent moléculaire, mises en œuvre par Maravan (reprises in extenso en appendice), mais se rachète sur la fin.

   Au travers d’une histoire particulière, et même si les silhouettes de l’ « autre » milieu, celui des nantis et des combinards, m’ont paru un peu artificielles, Martin Suter réussit à stigmatiser les dérives d’un pays centré sur son bien-être, à l’image de notre société occidentale, sans égard pour les laissés-pour-compte.

   Intéressant et pertinent.

 

« Le cuisinier », Martin SUTER

Christian Bourgeois éditeur (317 p)

Paru en mai 2010

 

Commentaires

brize le 03-10-2010 à 17:32:05
@ Kathel : Ce n’est guère qu’un aspect, mineur, du roman. Mais, bon, si tu n’es pas trop convaincue, tu peux attendre le poche (ou le lire en bibliothèque, comme moi).


@ Kutik : Merci ! Je n’ai pas trouvé cet article évident à rédiger, d’ailleurs j’ai laissé passer un peu de temps après ma lecture, pour que mes impressions se décantent.
KUTIK le 26-09-2010 à 10:52:50
Bravo pour ta critique, tu t'en sors bien, elle n'était pas du tout évidente à faire. Le résumé est clair, concis. Le dernier paragraphe de ta chronique montre clairement les enjeux du livre.
kathel le 25-09-2010 à 14:48:18
Je ne suis pas trop tentée par la cuisine moléculaire... et cela peut être un frein pour m'empêcher d'ouvrir ce roman trop vite ! Pour moi, ce sera en poche, même si j'aime beaucoup cet auteur !