VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 15-12-2010 à 21:20:20

"La couleur des sentiments", Kathryn STOCKETT

    A Jackson, Mississipi, en 1962, il ne fait toujours pas bon être noir, car le racisme reste profondément ancré dans les mœurs. Ainsi, dans les familles où Aibileen et Minny exercent leurs fonctions de bonnes, il est hors de question qu’elles utilisent les mêmes toilettes que leurs maîtres blancs ! Chacune des deux réagit à des incidents de ce genre en fonction de son tempérament. Minny, une forte tête, doit brider son franc-parler mais elle a du mal à conserver sa place dans les maisons où elle sert. Quant à Aibileen, elle prend sur elle, faisant passer avant le reste son amour des enfants. Elle aime s’en occuper tant qu’ils sont tout jeunes et pas encore marqués par les préjugés de leurs parents adultes, contre lesquels elle essaie de les prémunir.

   Et puis, de l’autre côté de la barrière, il y a Skeeter, jeune fille de ces bonnes familles où la domesticité est noire et qui fréquente les maisons où travaillent Aibileen et Minny. Elle fait partie de ces dames qui se retrouvent régulièrement chez l’une ou l’autre pour y prendre le thé, jouer au bridge ou préparer les futures manifestations de la Ligue à laquelle elles appartiennent. Skeeter a fini ses études et vit toujours chez ses parents, sur leur plantation. Mais elle rêve d’écrire et commence par une petite chronique de vie pratique dans le journal local, pour laquelle il lui faut avoir recours aux judicieux conseils d’Aibileen. Elle pose aussi sa candidature de rédactrice auprès d’une maison d’édition new-yorkaise et, parce qu’on lui demande alors d’écrire « sur ce qui la dérange », décide d’évoquer la vie menée par les bonnes noires de sa ville. Elle-même, en effet, a un souvenir fort de sa nounou noire, Constantine : elle l’adorait et n’a jamais compris pour quelle raison, à son retour d’université, Constantine n’était plus là, ayant subitement quitté le service de ses parents.

   Skeeter entreprend donc, dans le plus grand secret, de trouver des bonnes acceptant d’offrir leur témoignage dans le cadre d’un livre qui les rassemblerait. Et c’est par le biais d’Aibileen qu’elle compte y parvenir…

 

   L’auteur est partie d’une idée originale : laisser la parole aux Noires qui travaillent comme bonnes chez les Blancs et racontent en détail les petites choses, tendres parfois lorsqu’il s’agit des enfants, beaucoup moins quand il s’agit des adultes, qui tissent leur vie. Tour à tour, elle fait donc parler Aibileen et Minny, avant de céder la place à Miss Skeeter et, à chaque fois, elle adapte son écriture à la narratrice, si bien que leurs voix sonnent plutôt vrai, au moins autant que leurs personnages… dont je n’ai jamais pu oublier qu’ils en étaient, des personnages, c’est là le problème, mais j’y reviendrai dans ma conclusion.

    J’ai trouvé que Skeeter, pour une future journaliste, manquait singulièrement d’ouverture sur le monde (on le constate lors de son entretien téléphonique avec la rédactrice de la maison d’édition new-yorkaise), de clairvoyance aussi (elle ne paraît pas se douter de la situation difficile dans laquelle elle peut mettre les Noires qu’elle veut interviewer). Mais il est vrai qu’elle a vécu dans un milieu protégé et le roman la voit, justement, ouvrir les yeux. Il reste que, et là c’est plus ennuyeux, je n’ai pas réussi à croire réellement à la vraisemblance de sa démarche. Que des Noires acceptent de se laisser interviewer par une Blanche avec leurs propos retranscrits dans un livre, même sous pseudonyme, déjà, vu le contexte, ça me paraissait tiré par les cheveux Mais que Skeeter aille régulièrement chez Aibileen, en plein quartier noir, plusieurs mois d’affilée et après avoir sollicité des dizaines de bonnes, sans que jamais personne vende la mèche, pour moi, c’était littéralement impossible.

   Ceci mis à part, la lecture du roman fut agréable : bien mené sans être palpitant, il campe assez justement les relations existant entre deux mondes se côtoyant leur vie durant mais sans jamais franchir une barrière rédhibitoire, celle de la race. Elle exacerbe les tensions déjà potentielles dans les relations maîtres/domestiques, lesquelles rappellent aussi le temps de l’esclavage, où les Noirs occupaient déjà des fonctions de ce type. Pour autant, le quotidien des femmes de la bourgeoisie locale, qui tient une bonne place dans le roman, n’est guère passionnant, tout comme la petite vie étriquée et les amours peu convaincantes de Skeeter.

 

   « La couleur des sentiments » est un bon roman, que j’ai lu sans déplaisir mais sans passion, comme j’aurais regardé un téléfilm réussi. Là où d’autres, sur le même thème, m’avaient semblé trancher dans le vif du réel, j’ai eu jusqu’au bout l’impression d’une histoire et de personnages où je devinais l’artifice, plaqués a posteriori sur une toile de fond passionnante, dommage.

 

 

« La couleur des sentiments », Kathryn Stockett

Editions Jacqueline Chambon (526 p)

Paru en septembre 2010

 

D’autres avis chez BoB , dont je vous recommande la lecture pour nuancer le mien : tous sont en effet enthousiastes, ce qui n’est pas étonnant car ce roman a déjà séduit de nombreux lecteurs aux Etats-Unis, où c’est un best-seller.

 

Commentaires

bene le 14-01-2011 à 08:41:53
Pour moi, une découverte excellente!Clin doeil
pom' le 10-01-2011 à 08:40:28
j'avais deja noté ce livre puis oublié, merci de rafraichir ma mémoire
Karine:) le 27-12-2010 à 15:02:13
Un des premiers avis moins positifs. Je veux quand même le lire, ce livre, mais je suis contente de voir des avis plus contrastés... ça me donne encore plus envie de me faire m apropre opinion.
Nymphette le 26-12-2010 à 19:43:24
Je comprends ton avis. Certaines situations sont un peu caricaturales et tirées par les cheveux. Mais j'ai été charmée par l'ensemble et j'ai eu à plusieurs reprises les larmes au yeux, ce qui a contrebalancé les défauts! La lecture en v.o m'a vraiment plongée au coeur du Mississipi!
Stephie le 24-12-2010 à 14:23:52
Je ne l'ai même pas terminé. J'ai trouvé que c'était du déjà vu.
MamzelleMelo le 23-12-2010 à 10:14:52
C'est bien de lire un commentaire un peu pondéré. Je l'ai demandé au Papa Nowel mais j'ai subitement un peu moins envie de le lire.
brize le 22-12-2010 à 18:47:03
@ Sylire : On a beaucoup parlé de ce roman et il rencontre suffisamment de succès pour que tu le notes.


@ Stephie : Initialement, j’avais noté dans mon billet que j’aurais pu arrêter ma lecture en cours de route (mais je trouvais que j’étais déjà assez critique !), donc je te comprends parfaitement.


@ Mango : Oui, le thème a déjà été traité et je n’ai pas été impressionnée par la manière dont il est abordé ici.


@ Anjelica : Je viens de lire ton billet et j’y retrouve effectivement ce sentiment de gêne, de pas-vraiment-conforme-à-la-réalité que j’ai ressenti à la lecture.
anjelica le 22-12-2010 à 13:44:08
j'aime beaucoup ton analyse qui rejoint mon ressenti sur beaucoup de points.

Moi aussi, je l'ai lu avec plaisir mais sans passion...Bof1
mango le 20-12-2010 à 10:58:11
Après passage chez Keisha, je vais plutôt m'en tenir à ton avis: ce thème ne me tente pas plus que ça, ayant déjà lu pas mal de romans sur le sujet!
Stephie le 19-12-2010 à 08:19:06
Et bien, moi je ne l'ai pas terminé car j'ai trouvé que rien n'était original. C'est du déjà vu, déjà raconté, déjà filmé. J'ai craqué à plus de la moitié du roman.
sylire le 17-12-2010 à 22:36:00
Oui, ton billet refroidit un peu effectivement. Mais je retiens le titre tout de même.
brize le 17-12-2010 à 21:28:20
@ Ys : A mon avis, il y a du contraste dans l’air… Affaire à suivre !


@ Aifelle et Kathel : J’avais un a priori très favorable, avec tous les avis que j’avais lus, et j’ai constaté dès le démarrage de ma lecture que ça risquait de ne pas passer aussi bien que chez les autres lectrices…


@ Clara Brest : Très bien, la bibli : au moins, on lit sans risque ! Je dis cela parce que j’avais très envie de l’acheter, ce roman, et je me félicite d’avoir préféré me débrouiller pour l’emprunter en bibliothèque car ce n’est pas un livre que j’aurais gardé.


@ La Pyrénéenne : Je te dirais bien de le lire en bibliothèque, mais j’ai cru comprendre qu’il n’y en avait guère, dans tes contrées montagnardes.

Au demeurant, statistiquement parlant, ce roman a beaucoup de chances de te plaire.


@ Keisha : Je pense que c’est bien traduit. Mais, pour reprendre ton expression, parfaitement adéquate, en ce qui me concerne ça n’a pas bien fonctionné… et j’en ai été la première surprise et déçue.


@ Sassenach : Mais c’est surtout à cela que je pensais : que personne n’ait vendu la mèche parmi les Noirs, qu’elle ne soit pas inquiétée en venant jouer les inquisitrices/perturbatrices dans la population (et que, finalement, ça ne filtre pas aux oreilles des Blancs, d’une manière ou d’une autre, car un tel secret me paraît énorme à garder si longtemps).


@ In Cold Blog : Oui et je peux te dire que ce ne sont pas deux parts qui ont failli être trois (comme pour « Un bûcher sous la neige ») : non, là, c’est 2, pas plus ! Mais la grande majorité des lecteurs est enthousiaste donc il y a quand même de fortes probabilités que le roman te plaise à toi aussi.


@ Florinette : Il vaut mieux que tu te fasses ta propre idée en lisant le roman. Bon dimanche à toi aussi !


@ Manu : Ben… va falloir tester ! J’espère qu’il te plaira et que tu feras partie des enthousiastes.


@ Sophie57 : Ton avis m’avait échappé (il ne figure pas dans le recensement de BoB, auquel je viens de communiquer le lien vers ton article). Je constate que toi aussi, tu n’as pas été enthousiasmée par ce roman : ça m’étonnait, aussi, de me retrouver seule sur ce coup-là !
sophie57 le 17-12-2010 à 18:12:06
non tu n'es pas la seule à avoir un avis mitigé sur ce livre, largement surestimé à mon avis(voir mon billet), mieux vaut l'emprunter pàlutôt que l'acheter si on veut se faire une idée..
manu-- le 16-12-2010 à 21:30:35
Ouch il est dans ma PAL. J'espère être plus enthousiaste que toi. C'est quitte ou double. Soit j'adhère et je passe sur les défauts, soit non. Ce qui me fait peur, c'est qu'on a tendance à pointer les mêmes défauts Oula
kathel le 16-12-2010 à 19:47:22
Comme les copines, j'aurai ainsi moins d'attentes quand je le lirai... Clin doeil1
Florinette le 16-12-2010 à 18:18:03
C'est bien dommage, l'histoire était pourtant bien tentante...bon fin de semaine Brize ! :-)
In Cold Blog le 16-12-2010 à 13:40:04
Deux parts de gâteau seulement ?! Je dois dire que tu refroidis mon simili empressement à le lire. Influencé par les éloges, je me suis même fendu de la VO... qui risque de patienter plus longtemps que prévu sur son étagère.
Sassenach le 16-12-2010 à 10:16:12
Ouch, tu es dure avec ce roman Clin doeil Le fait que Skeeter se rende dans le quartier sans que personne ne vende la mèche me parait assez logique ... les Noirs et les Blancs ne se parlant pas vraiment et les autres Blancs n'ayant pas l'habitude de trainer dans ce quartier, comment les amies de Skeeter auraient-elles pu apprendre la chose ? C'est sûr que les Noirs devaient le savoir mais ils n'en parlaient qu'entre eux Clin doeil Donc, cela m'a paru assez crédible (j'aurais plus de réserve quant au fait qu'aucun Noir n'ait "attaqué" Skeeter pour lui dire qu'elle n'avait rien à faire là !).
keisha le 16-12-2010 à 09:40:16
Je l'ai lu (billet prêt, parution un jour...) et après un peu de gêne vis à vis de l'idée de Skeeter et du risque qu'elle fait courir aux autres, ma foi, ça a bien fonctionné. Comme je l'ai lu en VO (yes!) je t'assure que les voix des femmes ont des styles différents (j'ai eu du mal pour Aibileen et sa syntaxe). Pour des raisons perso, je me suis posé beaucoup de questions au cours de cette lecture, y compris au sujet des toilettes...
La Pyrénéenne le 16-12-2010 à 09:30:30
Je vais peut-être bien faire l'impasse sur celui-ci , je n'étais déjà pas super tentée mais tu m'as carrément refroidie ! ;-)
clara brest le 16-12-2010 à 08:40:39
Je l'ai réservé à la biblio.... je l'attends !!!
Aifelle le 16-12-2010 à 08:05:48
Je crois que tu es la première à avoir un avis nettement plus modéré sur ce livre. Tant mieux, je l'entamerai avec moins d'attente.
Ys le 15-12-2010 à 23:26:12
Je suis en plein dans l'autobiographie de Malcolm X : j'espère que cette lecture ne sera pas préjudiciable à ce livre de Kathryn Stockett que j'envisage de lire sous peu...