VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 07-05-2008 à 15:58:44

"Dans le café de la jeunesse perdue"

  De Patrick Modiano, j’avais lu il y a bien longtemps « La ronde de nuit ». Je me souviens que le livre m’avait plu, mais à part ça…

Depuis, entre Modiano et moi, plus rien !

Lorsque « Dans le café de la jeunesse perdue » est paru, il a suscité des éloges dithyrambiques dans la presse… mais un peu moins chez mes copines lectrices. « Ouh la la ! C’est vraiment sinistre ! », « Si t’as pas le moral, je te le déconseille ! ».

Alors, c’est pas que j’avais pas le moral, mais, vous comprenez, j’étais un peu réticente !

 

Et finalement, il y a peu, je me suis décidée à y entrer, dans ce fameux café !

Pour, dès les premières pages du roman, être prise sous le charme d’une voix (même si, en réalité, il y a plusieurs voix dans ce roman, où les narrateurs et donc les points de vue se succèdent, au fil des chapitres). J’ai aimé ce phrasé, cette manière d’évoquer en demi-teintes des faits et des gens, d’esquisser des portraits d’individus ou de lieux, d’un trait de crayon aux contours plus ou moins distincts.

Bien sûr, il y a une histoire (vous savez, ce fameux fil narratif dont je supporte mal l’absence !). Le personnage central est Louki, alias Jacqueline Delanque (reconnaissez-le, ça sonne rudement moins bien que « Louki » !). Qui est-elle ? Que fait-elle dans ce café, le Condé ? Le roman-enquête le révèle, pourtant Louki conservera sa part d’inconnaissable.

Sans doute parce qu’il est aussi difficile de cerner un être que de cartographier une ville. Pour y parvenir, certains des protagonistes du roman développent d’ailleurs des théories, passerelles entre l’imaginaire et le concret, celle des « points fixes », pour ancrer les gens dans le réel ou celle des « zones neutres » pour mieux appréhender l’espace parisien.

 

Roman déambulatoire (qui, par moments, m’a rappelé « Un homme qui dort », de Georges Pérec), « Dans le café de la jeunesse perdue » emmène le lecteur sur des chemins de mémoire, au fil d’un style hypnotique.

J’ai fermé le livre à regret.

 

"Dans le café de la jeunesse perdue", Patrick MODIANO

éditions Gallimard

 

Commentaires

brize le 01-12-2008 à 18:28:21
@ Songes Littéraires : Je suis contente de partager ce ressenti de lecture avec toi !
songes-litteraires le 30-11-2008 à 23:20:00
Je viens de le lire et comme toi je le referme à regret. Une ambiance bien particulière qui nous entraîne au fil du récit! Rien qu' avec des mots on s'y sent transportés!
Khéops le 09-05-2008 à 12:36:30
Je l'ai lu il y a peu et mon ressenti est tout à fait identique au tien. J'ai beaucoup aimé ce livre, j'adore le style de Patrick Modiano. J'avais lu auparavant "Un pedigree" et je trouve ce dernier opus encore meilleur.

Très bonne lecture, à recommander !