VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 10-05-2008 à 14:35:47

"Le dieu du carnage", de Yasmina REZA

Notes de lectures d'avant blog (voir avertissement liminaire ici).

 

Pièce de théâtre.

 

Deux couples se retrouvent parce que le fils de l’un (onze ans) a attaqué celui de l’autre avec un bâton. Résultats : bouche tuméfiée et deux incisives brisées.

 Toute la pièce (courte) se déroule dans le salon des parents de la victime, qui ont invité les parents de l’agresseur pour régler l’affaire à l’amiable .

La pièce est enlevée, avec un rythme qui va crescendo : à l’amabilité initiale, tout le monde voulant se montrer suffisamment policé pour surmonter sereinement le problème, succèdent des tensions voire de mini-explosions.

Quelques scènes spectaculaires (je n’en dirai pas plus !).

J’aimerais le voir jouer, car ça doit être vraiment pas mal si les acteurs sont bons (lorsque j’ai écrit cela, la pièce n’était pas encore sortie à Paris).

Finit un peu en queue de poisson.

 

N’a pas d’autre prétention que de vouloir illustrer, sans doute, le côté un peu factice de notre politesse : le « dieu du carnage » n’est jamais bien loin ! 

 

Pas mal, donc… mais je n’ai pas trouvé la pièce aussi bien que « Art », du même auteur (qui, lorsqu’elle est en plus interprétée par Arditi, Vaneck et Luccini,  est tout simplement géniale!).

 

"Le dieu du carnage", Yasmina REZA

éditions Albin Michel 
 

Commentaires

Aliénor le 23-06-2008 à 15:13:59
Tout à fait d'accord sur la fin en queue de poisson !
brize le 04-06-2008 à 19:03:36
Mais ses pièces de théâtre n'ont rien à voir avec "L'aube, le soir, la nuit" (je l'ai lu, donc je parle en connaissance de cause)!

Essaie au moins "Art": crois-moi, tu ne devrais pas le regretter (et puisque tu n'aimes pas l'auteur... essaie d'oublier que c'est elle qui a écrit la pièce huhu_1!)
céline de enlivrezvous le 04-06-2008 à 18:53:06
Je boycotte cette auteur depuis "L'aube, le soir ou la nuit". Par delà mes réticences que le personnages de Sarko, c'est une des lectures les plus pénibles que j'ai faite (ensuite viens Christine Angot, je crois) !