VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 26-08-2008 à 08:15:35

"La Théorie du panda", Pascal GARNIER

   Un homme arrive dans une petite ville bretonne (loin de la mer). Il prend une chambre à l’hôtel, puis cherche un restaurant où dîner.

   Le lendemain et les jours suivants, il reste dans cette ville. Il fait davantage connaissance de José, le patron du bistrot-restaurant, dont la femme est à l’hôpital et les enfants chez la grand-mère. Gabriel, puisque c’est ainsi, nous l’apprenons, que le héros se nomme, fait à manger pour eux deux. Plus tard, il cuisinera aussi pour Madeleine la séduisante réceptionniste de l’hôtel, qui l’avait invité à sortir avec elle.

  On ne sait de Gabriel, peu à peu, que des bribes d’information données sous forme de retours en arrière, passages en italique dans le texte, en même temps que, progressivement, il côtoie d’autres personnages dans la ville. Il ne se livre pas, mais il est là lorsqu’on a besoin de lui et sa présence est appréciée, tout comme son talent culinaire. Il peut aussi sortir une liasse de billets pour acheter un cadeau à des enfants qu’il n’a jamais vus.

  Les jours se suivent comme les anecdotes quotidiennes ponctuant sa vie et l’inscrivant davantage dans ce lieu, auprès de gens qui s'attachent à lui.

  Une question demeure : qui est Gabriel ?

 

  Avec ces quelques lignes, vous voilà bien en peine pour vous faire une idée de ce livre, non ?

  Pourtant, je me suis bornée à en raconter, de manière objective, les débuts.

  Sauf que je ne l’ai pas fait avec la plume de l’auteur, Pascal Garnier.

 

 Extraits (pour illustrer mes propos) :

 

 « Il est assis, seul au bout d’un banc. C’est un quai de gare désert où s’enchevêtrent des poutrelles métalliques sur fond d’incertitude. »

« Quelques boutiques éteintes sur le boulevard, pareilles à des aquariums vides. »

« Il pleut depuis tôt ce matin, une pluie fine qui s’harmonise parfaitement à la ville, lui donne une certaine élégance, un verni de respectabilité. »

« A la table d’à côté, deux jeunes hommes empesés dans des costumes de mauvaise coupe discutaient affaire avec le sérieux des enfants qui jouent aux grandes personnes ».

« Gabriel déchire des lambeaux de barbe à papa et les laisse fondre lentement dans sa bouche. On ne devrait se nourrir que de nuages… »

« C’est une petite rue, de celles dont on ne retient pas le nom, une rue qui ne fait que passer. » 

 

   Et cette écriture, voyez-vous, ça change tout, ça vous transforme une histoire qui a l’air à la fois banale et  quand même un peu mystérieuse en une immersion dans une atmosphère qui vous capte et vous retient (en dehors du fait qu’on tourne les pages pour savoir qui au juste est Gabriel et reconstituer le puzzle de son passé).

  L’auteur peint des choses toutes simples, des scénettes du quotidien, mais avec, à chaque fois, ces sentiments qu’on dit ou qu’on ne dit pas, ces tensions sous jacentes qui affleurent soudain, cette manière qu’ont les gens, dans leurs gestes anodins, de se chercher pour se trouver ou non. Pas de dissection psychologique mais du concret qui en dit beaucoup, comme cette habitude que Gabriel a de cuisiner pour les autres, ces autres dont, souvent, trop souvent, la vie est parsemée de drames qui les arrachent à eux-mêmes et dont l’évocation ponctue le roman. 

  Le passé de Gabriel, le lecteur va l’apprendre au fur et à mesure.

  Qui il est, vraiment, il ne le saura que tout à la fin.

 

   Un roman déroutant : on croit l’avoir cerné quand, au dernier moment, il vous surprend là où vous ne l’attendiez pas.

   Et du coup, tout ce que vous aviez pu en penser, tout ce que vous venez d’en dire, devrait être revu et corrigé.

   Peut-être. Ou peut-être pas…

 

   Un petit livre plutôt vite lu... mais sûrement pas vite oublié !

 

  L’avis de Florinette, chez laquelle j’avais repéré ce titre (avec en plus tous les liens vers les autres commentaires… que je n’ai pas le courage de reprendre !).

 

« La Théorie du panda », Pascal GARNIER

Editions Zulma (175 p)

 

Commentaires

brize le 04-10-2008 à 18:47:47
Et j'ai hâte de lire ton commentaire (en particulier parce que tu pourras éventuellement comparer ces oeuvres entre elles) !
Yv le 04-10-2008 à 18:19:48
Bonjour, j'ai lu et adoré du même auteur Comment va la douleur , L'A 26 et Les hauts du bas. J'ai hate d'essayer sa théorie du panda.
brize le 02-09-2008 à 13:12:12
J'ai été trop déconcertée/perturbée par la fin pour dire que je l'ai beaucoup aimé... mais il ne m'a pas laissée indifférente !
-Fleur- le 01-09-2008 à 19:31:13
Lu aussi et beaucoup aimé
brize le 28-08-2008 à 12:13:04
Pour ce qui est de l'aspect "psychologie dite entre les lignes", pas de problème : il y a matière à réflexion pour le lecteur !
sybilline le 27-08-2008 à 12:38:21
Encore un auteur que je ne connais absolument pas. Ce qui m'attire dans ce roman, c'est ce côté psychologie jamais exprimée mais dite entre les lignes...
brize le 27-08-2008 à 08:49:45
@ SD49 : J'attendais avec impatience ton second commentaire ! Je pense avoir lu le livre dans le même état d'esprit que toi... et j'ai trouvé la fin d'autant plus "dérangeante", comme tu le dis si bien !

@ Kathel : Je viens de relire ton billet sur "Comment va la douleur" : ce serait sûrement intéressant pour toi de comparer les deux livres.

@ Karine : Sinon, tu vas devoir revenir nous voir en France : on t'attend !

@ Lucile, Solen et Ys : Ce n'est sans doute pas un livre incontournable mais il est ... particulier !

@ Sue : pas de problème (mais je suppose qu'il s'agit d'un blog à accès restreint, car vous n'en donnez pas l'adresse ?) !
Sue le 26-08-2008 à 23:32:49
Un petit intermède pour vous dire que j'ai déposé votre lien sur monblog avec le plaisir de pouvoir revenir chez vous vous lire et partager sur notre passion commune. Si vous y voyez un inconvénient, m'en faire part. Merci
YS le 26-08-2008 à 21:40:47
J'avais emprunté ce livre à la bibliothèque pour mes vacances et je l'ai rendu sans le lire ; aurais-je eu tort...
Solen le 26-08-2008 à 19:33:09
9a me donne envie... ton commentaire et cette écriture.
SD49 le 26-08-2008 à 16:42:07
Oh la la je viens de le finir, quelle fin surprenante et dérangeante !!!!

Je pense effectivement qu'il restera dans ma mémoire
Karine (mon coin lecture) le 26-08-2008 à 13:18:10
Je suis très tentée par celui-là aussi mais on dirait que cette maison d'édition est introuvable au Québec... ou bien c'est moi qui est les deux yeux dans le même trou!!! (Ca se pourrait aussi, mettons!)
Lucile le 26-08-2008 à 12:41:16
Je l'avais aussi noté chez Florinette celui-ci... Tu en remets une couche, là! ;-)
kathel le 26-08-2008 à 11:17:12
J'ai bien aimé "Comment va la douleur ?" je continuerai volontiers par celui-ci à l'occasion...
SD49 le 26-08-2008 à 08:45:13
C'est marrant je suis en train de le lire et j'ai presque fini, je le trouve très agréable ce livre et je me demande bien ce qu'on va découvrir sur le passé de Gabriel