VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 04-12-2008 à 08:15:51

"Le Pays sans Adultes", Ondine KHAYAT

    Slimane a onze ans. Il raconte ce qu'est son quotidien : le collège et le retour à la maison... la peur au ventre. Parce qu'il y a le Démon, dont on ne peut jamais savoir comment il va se comporter et s'il va se mettre à frapper. Sur Slimane, sur Maxence, son frère de treize ans et sur sa mère, bien sûr, qui croit, elle, que tout peut finir par rentrer dans l'ordre, malgré ce sang qui coule. Le Démon, c'est comme cela qu'ils appellent leur père, Maxence et lui. Un père au chômage et qui passe son temps à boire devant la télé ou au bar du coin.

    Heureusement qu'il est là, Maxence. Avec lui, Slimane apprend à se construire, à regarder le monde et aussi à s'en évader pour partir vers des contrées lointaines ou rêver du Pays sans Adultes.

    Quand le Démon retrouve soudain du travail, une vraie vie familiale semble progressivement s'installer...

 

    "Le Pays sans Adultes" fait partie des livres vers lesquels je ne me tourne pas spontanément. Lorsque je lis tous ces billets au sujet de romans racontant des drames familiaux, je passe mon chemin et je me dis (ça vaut ce que ça vaut) que j'ai bien assez d'imagination pour me représenter le calvaire enduré par les victimes sans avoir besoin de lire un livre sur le sujet.

    Lorsque chez-les-filles.com et les éditions Anne Carrière , que je remercie,  m'ont proposé de recevoir ce livre pour le chroniquer, je n'ai donc accepté que pour deux raisons. La première était la qualité d'écriture qui apparaissait au travers de la présentation, une écriture poétique qui m'a d'ailleurs amenée à penser que le roman allait peut-être bifurquer vers un récit de type onirique, un voyage vers un "Pays sans Adultes" imaginaire (ce en quoi je me trompais). La seconde raison était qu'une nouvelle expérience de lecture partagée (puisque ce roman serait envoyé à de nombreux blogueurs), faisant suite notamment à celle du "Chemin des sortilèges", vécue récemment, me tentait.

    Néanmoins, alors que le livre m'est arrivé très rapidement, il a fait l'objet d'une prudente dépose sur une étagère, où je l'ai observé du coin de l'œil pendant quelques jours, hésitant à franchir le pas de la lecture, de peur de ce que j'allais devoir rencontrer.

 

    Puis j'ai commencé à lire.

    Et l'écriture telle que je l'avais perçue était bien au rendez-vous. Lumineuse et aussi baignée de poésie, où les métaphores fleurissent qui sinon embellissent du moins aident à supporter ce qui est vécu. Une écriture portant l'analyse si clairvoyante d'un enfant observant et analysant le monde qui l'entoure, ce monde dans lequel il est contraint de vivre et que ses interrogations enfantines, jouant parfois sur les mots, perce si bien à jour :

"Souvent, je regarde les informations à la télévision pour ne plus entendre les cris de mes parents qui se disputent, et je vois bien que quelque chose ne tourne pas rond. Les adultes passent leur temps à nous dire de faire ci, ou ça, d'être comme ci, ou comme ça, mais quand on voit dans quel état ils ont mis la planète, on se dit qu'ils feraient mieux de se taire et que ce sont les enfants qui devraient être au pouvoir. Moi, si j'étais au pouvoir, aucun mari n'aurait le droit de battre sa femme. Et aucune femme ne pourrait rouspéter bêtement après son mari. D'ailleurs, si j'étais au pouvoir, le mariage, ça n'existerait plus. Les mamans et les papas ne vivraient pas ensemble, ou alors seulement après avoir passé des tests. Un genre de permis de vivre ensemble. Un permis à points, comme pour les automobiles. Si vous perdez trop de points, c'est fini, vous ne pouvez plus vivre ensemble. Il faut repasser l'examen pour avoir un nouveau permis. Dans les films, les gens ont l'air amoureux, ils vivent ensemble dans des beaux appartements et ils portent des vêtements chic, mais on nous montre uniquement les bons côtés. Dans la vraie vie, les gens font leurs courses au supermarché du coin, et ils se disputent pour tout, même pour choisir un paquet de pâtes. Dans la vraie vie, les gens vivent dans des appartements trop petits, et parfois même, ils sont renvoyés de leur travail. Alors, ils restent dans le salon, assis devant la tél, "emberlifagotés" dans leur tristesse. Ils se mettent à crier les uns sur les autres, et leurs enfants grandissent avec des ronces dans le cœur. Les mauvaises herbes, si vous ne les arrachez pas tout de suite, elles finissent par tout recouvrir : les terres vierges et les fleurs sauvages. Moi, ce que je crois, c'est qu'aucun enfant ne peut survivre à la sécheresse."

    Toute la suite du roman, malgré la tragédie et quelles que soient les difficultés à vivre, à survivre devrais-je dire, sera portée par ce style.

 

    L'auteur pose, avec une infinie délicatesse, le regard et les mots d'un enfant sur un monde insupportable. Telle une funambule, elle réussit ce miracle d'équilibre qui consiste à évoquer, sur le fil tendu de son récit, le plus grave sans jamais tomber dans le lourd. Elle donne ainsi à voir et, surtout, à ressentir, une vie qui pourrait être en train de se briser et nous bouleverse.

    "Le Pays sans Adultes" est un roman poignant, douloureux mais aussi baigné d'espoir. Un roman sensible et beau.

 

"Le Pays sans Adultes", Ondine KHAYAT

éditions Anne Carrière (335 p)

 

Les avis de Cathulu, BlueGrey, Praline...

 

Commentaires

brize le 05-01-2009 à 12:02:25
Bonne année à toi aussi, Cécile (et pour les livres, on s'est au moins retrouvées sur "Fume et tue", d'Antoine Laurain !), avec plein de choses neuves à découvrir, bien sûr Sourire !
Cécile de Quoide9 le 05-01-2009 à 10:25:55
Le mot "délicatesse" que tu utilises résume assez ce que je pense du livre qui est effectivement fort bien écrit et où les métaphores lumineuses abondent. Je regrette toutefois le côté très superficiel du livre... mais bon, bilan globalement très positif quand même...


Désolée de ne pas laisser plus de commentaires sur ton blog mais il se trouve que nos univers littéraires sont assez différents et bien souvent je ne connais même pas les auteur(e)s dont tu parles ! Ce qui limite évidemment mon inspiration !!!


Excellente année 200Qd9 à toi, pleine de livres passionnants et de brizées vagabondes...
brize le 18-12-2008 à 22:15:51
J'aime bien ton "affreux Chemin des sortilèges" : on sent le cri du coeur, le vécu, quoi ! Il n'ya a plus qu'à espérer que tu apprécieras davantage ce "Pays sans Adultes" Sourire !
Cécile de Quoide9 le 18-12-2008 à 16:36:39
Encore un avis positif. J'ai hate de le lire et d'oublier l'affreux "chemin des sortilèges" de Nathalie Rheims... Décidément, les livres proposés par "Chez les filles" se suivent et ne se ressemblent pas ! :o)
pom' le 09-12-2008 à 12:43:28
je ne suis pas trop tournée vers les tragédies mais là pourquoi pas, je note.
Sassenach le 09-12-2008 à 11:33:51
Je survole ton billet vu que je ne vais pas tarder à le lire mais tu as l'air d'avoir apprécié !
brize le 06-12-2008 à 21:47:24
Thaïs, tu as eu raison de refuser, si tu sentais que tu n'avais pas envie de lire ce genre d'histoire (et je peux te dire que, même après avoir accepté, je craignais de le regretter). Certes, nos commentaires sont positifs, mais il n'empêche que ce livre est dur et qu'il fait partie de la catégorie de ceux que, d'habitude, j'évite.
Thaïs le 06-12-2008 à 21:35:06
c'est le premier que je refuse. Je n'avais pas envie de cela en ce moment ! je reste toujours partagée suite à ce que je lis ici ou là.
brize le 06-12-2008 à 19:39:47
Popeline, ton commentaire rappelle ce qui est souvent constaté, à savoir le sentiment de culpabilité de l'enfant qui subit des violences et a l'impression qu'il est peut-être coupable d'il ne sait trop quoi et mérite donc ce qui lui arrive.

En fait, cet aspect-là (ta remarque m'a amenée à m'en rendre compte) n'apparaît pas du tout dans le roman d'Ondine Khayat. Est-ce parce que les deux enfants ont complètement mis à distance leur père, qu'ils appellent "le Démon", si bien qu'il leur est devenu étranger ? Est-ce lié à l'intelligence avec laquelle Maxence, plus âgé, analyse la situation ? En tout cas, à aucun moment n'est exprimée une manifestation de culpabilité de la part des deux garçons.

Merci de ton passage et à bientôt !
popeline le 06-12-2008 à 19:07:33
Bonsoir,


La manière dont tu présentes ce livre nous donne vraiment envie de plonger dans cette tragédie, tristement banale si j'ose dire...


Il est vrai que même sans lire une multitude de livres portant sur des sujets similaires, on peut se faire une idée du calvaire enduré.


Je me suis toujours sentie concernée par ces histoires familiales, déjà de par mon vécu mais je ne souhaite pas m'étaler...


J'ai encore à l'heure actuelle un regard d'enfant sur certains évènements, je m'efforce de garder cette simplicité et cette forme de lucidité sur le monde qui m'entoure.


C'est cette clairvoyance qui me permet de voir ce que les adultes ne voient pas ou plutôt, ne voient plus par aveuglement...


Bien entendu, je suis une "grande" lol, mais je garde ce coeur d'enfant et cette sensibilité.


Il est toujours cruel pour un gamin, de voir ses parents se déchirer.

Il vit cette souffrance au quotidien et que de culpabilité pour lui !


Un enfant qui subit les violences verbales ou physiques, pense automatiquement être responsable de ce qui arrive.


Ben oui, il se demande pourquoi papa et maman se disputent, alors qu'ils devraient être heureux d'avoir un enfant et ils devraient aussi s'aimer...et l'aimer, parce que lui, il ne se sent pas entouré d'amour mais plutôt d'indifférence...


Je te souhaite une bonne soirée,
sybilline le 06-12-2008 à 00:04:22
En général, les livres offerts par Chez-les-filles donnent lieu à des avis fort partagés.

Mais celui-ci me tente vraiment. Pourvuqu'elles me le proposent Clin doeil)
brize le 05-12-2008 à 22:06:18
Tu as bien fait d'accepter (avec un peu moins d'états d'âme que quand tu es dans les premières sollicitées : je me souviens avoir cherché sur internet si je trouvais des commentaires, histoire de ne pas devoir m'imposer une lecture qui risquait de me déplaire... et je n'ai rien trouvé, car aucun billet n'était paru à ce moment-là).
Karine :) le 05-12-2008 à 19:12:10
On me l'a proposé celui-là, et j'ai accepté, au vu de plusieurs commentaires positifs... j'ai bien hâte de le recevoir donc!!
brize le 05-12-2008 à 08:20:51
@ Leiloona : J'étais contente de ma petite phrase... et ça m'a fait plaisir que tu la remarques ! En plus, le but est atteint puisqu'elle te donne envie de lire ce livre !

@ Keisha : chez-les-filles.com étale ses propositions dans le temps, on l'a constaté, donc tu peux encore être contactée pour ce livre : comme tu le dis, «Patience ! Enveloppe ».

@ BlueGrey , Saxaoul et Praline : sans cette qualité d'écriture, je n'aurais pas « reçu » ce livre de la même façon (d'ailleurs, je ne peux même pas imaginer une autre écriture, parce que ce serait un autre livre, tout simplement).

@ Alwenn : Tu sais, j'ai hésité moi aussi, exactement pour les mêmes raisons que toi, alors je comprends que tu aies refusé, comme j'ai failli le faire (et puis, à défaut de partir pour le Pays sans Adultes, tu as eu la plaisir de partir pour le Pays Darcyesque smiley_id118658!!!).

@ Aifelle : Bonne lecture et à bientôt !

@ Florinette : Je ne connais pas ce titre de Philippe Claudel (et en plus je n'ai rien lu de cet auteur, je l'avoue), mais la similitude de construction est amusante.

@ Laetitia : tout-à-fait !

@ Maijo : oui, crois-moi, tu peux passer au stade : je le prends sur l'étagère et je le lis !

@ Cathulu : merci pour ce joli compliment Sourire1!
cathulu le 05-12-2008 à 07:01:09
Un très joli billet pour ce très joli livre !
maijo le 04-12-2008 à 22:59:21
Comme toi, j'ai posé le mien sur l'étagère. Mais les billets enthousiastes que je lis me motivent à le tirer vite de là.
pralinerie le 04-12-2008 à 21:28:31
Aussi enchantée que moi par l'écriture à ce que je lis Sourire
Laetitia la liseuse le 04-12-2008 à 20:40:34
Ah ben voilà ! ce récit compense ta dernière déception !
Florinette le 04-12-2008 à 15:15:14
À chaque fois que je vois le titre de ce livre, je pense systématiquement au livre de Philippe Claudel "Le monde sans les enfants" qui n'a rien à voir avec celui-ci que j'ai noté hier suite au billet de Cécile ! ;-)
aifelle le 04-12-2008 à 14:22:14
Je viens de le recevoir, je reviendrai à ton billet plus tard.
Alwenn le 04-12-2008 à 11:19:33
Bon, ça y est, c'est officiel, je regrette d'avoir refusé la proposition de Chez les filles... le thème me faisait trop peur, mais vos avis enchantés me laisse à penser que j'aurais dû... bon, ben tant pis !
saxaoul le 04-12-2008 à 10:04:50
J'ai beaucoup apprécié ce livre, notamment en raison de son écriture. Mon billet est en préparation pour demain !
BlueGrey le 04-12-2008 à 09:53:36
C'est un récit difficile et pourtant beau, grâce à la voix si particulière de Slimane, ses mots d'enfant, son langage si imagé et poétique... Oui, vraiment, un beau récit, très touchant...
keisha le 04-12-2008 à 09:29:18
Snif ! chez les filles ne me l'a pas proposé alors qu'il a l'air bien mieux que le chemin des sortilèges. Patience !
Leiloona le 04-12-2008 à 09:00:20
"Telle une funambule, elle réussit ce miracle d'équilibre qui consiste à évoquer sur le fil tendu de son récit le plus grave sans jamais tomber dans le lourd."


Superbe phrase qui donne envie de découvrir ce livre !