VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 14-12-2008 à 17:07:43

Belles rencontres (non imaginaires !) à SEVRES

                                                            

   Les quelques heures que j'ai passées samedi 13 décembre après-midi à Sèvres (92) aux

5èmes Rencontres de l'Imaginaire 

ont démarré fort. Avec un grand monsieur de la littérature de science-fiction française, Philippe Curval (né en 1929), qui était d'ailleurs l'invité d'honneur de cette manifestation.

   Pendant une heure, au fil de réponses données à quelques questions de l'interviewer, qui orientaient la conférence, Philippe Curval a évoqué une partie de son œuvre qu'il a située dans l'histoire de la SF française. Panorama riche et passionnant, cette conférence donnait notamment un éclairage intéressant et pertinent sur les difficultés qu'eut la SF française à survivre, lorsque la manne américaine déferla, après-guerre, sur des éditeurs comblés qui, du coup, ne se préoccupaient guère d'auteurs français débutants qu'il aurait été bienvenu d'accompagner.

Curval a, chemin faisant, rappelé l'aspect littérature expérimentale qu'il voyait dans la SF, dont il aurait souhaité, sans y être parvenu, faire un mouvement littéraire à part entière. Ainsi, il a construit son roman "Les fleurs de Vénus" (1960) en empruntant à Raymond Roussel un procédé d'inversion de phrases et de mots utilisé pour faire naître des idées tout à fait nouvelles.

D'une manière plus générale, P. Curval considère la SF comme une littérature spéculative permettant d'appréhender les incidences que les nouvelles découvertes scientifiques et technologiques ont sur nous. En même temps, il fait la part belle à son aspect ethnologique, expliquant par exemple que l'utilisation des extraterrestres dans la SF permet d'évoquer une certaine vision de nous-mêmes, car "on voit bien que c'est dans le choc des cultures que réside l'avenir".

Par le biais de la SF, il a abordé aussi, dans son œuvre, des questions d'actualité, comme la construction de l'Europe avec "L'homme à rebours", puis "Cette chère humanité" et enfin "Lothar Blues", paru cette année.

   Je n'ai pas vu l'heure passer : Philippe Curval est non seulement un grand écrivain mais sa culture littéraire est impressionnante, aussi bien en littérature générale qu'en science-fiction (il a d'ailleurs été critique dans ce domaine au Monde et l'est encore au Magazine Littéraire) et enfin, c'est un orateur-conteur talentueux (et ce n'est pas donné à tous les écrivains !).

               

   Pendant les deux heures qui ont suivi, j'ai grenouillé dans l'espace dédié aux livres et aux auteurs et illustrateurs en dédicace.

   Je n'ai pas pu m'empêcher d'aller discuter un peu avec P. Curval pour lui demander quels étaient, d'après lui, les auteurs qui avaient marqué la SF de ces vingt dernières années (afin d'essayer de combler mes lacunes en la matière, car je ne me suis plus intéressée à la science-fiction pendant un sacré bout de temps !). J'ai donc noté (ou plutôt il a noté, à l'arrière du marque-page "5èmes Rencontres de l'Imaginaire", que je venais de récupérer) : Greg Egan ("La cité des permutants"), Ian M. Banks, Stephen Baxter ("Evolution") et les nouvelles parues aux éditions du Bélial.

  

Puis je suis allée trouver Pierre Bordage, auquel j'ai dit tout le bien que je pensais de "Porteurs d'âmes", avant de glisser un mot (soft, quand même !) au sujet de "Graines d'immortels", dont il m'a expliqué qu'il s'agissait d'une commande, dans un contexte spécifique...(je ne pense pas l'avoir traumatisé avec mon avis très réservé sur ce livre !).

 

   En face de Pierre Bordage, il y avait une certaine Marianne Leconte. Je n'avais pas entendu parler du roman (jeunesse) qu'elle présentait, mais elle, j'en étais sûre, je la connaissais de nom. Pas d'autre solution que d'aller l'interroger pour résoudre ce mystère et ce fut très vite fait. Elle est l'auteur d'une anthologie, parue en 1976, "Femmes au futur" , qui m'avait marquée et que je possède encore (mais pas stockée chez moi), dont je lui ai dit combien je l'avais appréciée. Elle m'a dit que je n'étais pas la seule à être venue lui parler de cette anthologie pourtant ancienne mais qui a fait date. Ce fut un court moment très chaleureux que je n'oublierai pas.                                                                          

  

J'ai poursuivi mes pérégrinations en faisant halte chez "L'Olibrius Céleste" ,

petite maison d'édition découverte sur la toile il y a déjà quelque temps. Je n'ai pas acheté "Cavatines", de Laure Eslère... toujours à cause de cette fichue couverture  que je n'aime vraiment pas (elle me fait penser à un roman de la collection Harlequin), alors que les extraits du livre, lus en ligne lors de sa parution, me donnent à penser que ce roman pourrait me plaire, même si ce n'est pas le type d'histoire (il y est question d'anges et de démons) que je lis habituellement. Heureusement, la question de la couverture va être réglée, car une nouvelle édition va paraître l'année prochaine , avec une couverture différente (a priori, je ne suis pas la seule à faire un blocage) !

Toujours au stand de l'Olibrius Céleste, il y avait des petites cartes évoquant le roman "Les enfants de l'Ô", qui ne m'était pas non plus inconnu. Et pour cause : il s'agit d'un roman en ligne que j'avais feuilleté et qui avait tout pour me plaire (saga familiale SF avec primauté donnée à la psychologie des personnages), sauf que, le lire sur écran... je n'en avais vraiment pas le courage !

Or voilà qui tombe bien, l'auteur, Vanessa du Frat, avec laquelle j'ai entamé la discussion, m'apprend qu'elle édite elle-même son roman l'année prochaine : affaire à suivre !

 

Suite et fin de mes déambulations avec arrêt au stand de Griffe d'encre, où j'ai fait la connaissance de Mennoly, membre de l'équipe éditoriale, avec laquelle j'ai papoté au sujet des parutions récentes ou non de cette sympathique maison d'édition, apprenant ainsi que l'auteur de "La vieille Anglaise et le continent", Jeanne A Debats serait en dédicace à la librairie Scylla samedi prochain... Bref, encore un moment bien agréable.

 

   A 18 H, j'ai quitté les lieux, retrouvé la pluie, aperçu le bus 171 qui arrivait et piqué un cent mètres pour rejoindre l'abribus en même temps que lui, histoire de ne pas poireauter 10 minutes dans le froid humide. J'ai eu le bus (de justesse) : il devait être dit que rien ne viendrait perturber une après-midi comme je les aime !  

 

Commentaires

brize le 19-12-2008 à 13:04:15
ça ne saurait tarder Idee !!!
BiblioMan(u) le 19-12-2008 à 11:52:41
En voilà des rencontres qui font envie. D'autant plus si la qualité est au rendez-vous. Vivement la téléportation Rire1
brize le 16-12-2008 à 21:46:03
Oui, Isil, ça m'intéresse et je te remercie d'avance Sourire1 !
Isill le 16-12-2008 à 20:01:06
Je viens de retrouver le bulletin municipal dans lequel il y a une petite interview de Curval. Si ça t'intéresse, je la scannerai pour te l'envoyer.
Brize le 15-12-2008 à 22:04:04
Merci, Joëlle Sourire1, et c'est vrai que je garderai un très bon souvenir de cette chouette après-midi !

Quant à "Porteurs d'âmes", j'ai vraiment beaucoup aimé et c'était agréable de pouvoir le dire à l'auteur !
Sassenach le 15-12-2008 à 13:32:06
Un beau compte-rendu pour une belle journée Sourire Et moi aussi, j'ai dit à Bordage combien j'avais aimé Porteurs d'âmes (quand il est venu dans mon coin bien sûr !)
brize le 15-12-2008 à 08:24:33
@ Isil : Normal, que tu ne m'aies pas vue... j'étais TROP rapide smiley_id118699 !


@ Fashion : Oui, l'année prochaine, il devrait y avoir une mini-rencontre de blogueuses parisiennes au sein des 6èmes Rencontres de l'Imaginaire : je battrai le rappel plus tôt smiley_id118693 !

Fana pour le prêt de "Cavatines" Sourire1 !
fashion victim le 14-12-2008 à 22:47:29
Chiffonnette y était aussi, elle ne tarit pas d'éloge sur Mauméjean... Sourire) ça avait l'air très intéressant, ma foi! (l'année prochaine, si la gastro ne m'éreinte pas, j'y ferai un tour!) Quant à Cavatines, il est dans ma PAL (je l'ai acheté à Epinal) : je te le prêterai dès que je l'aurai lu!
Isil le 14-12-2008 à 18:58:39
J'y étais! Je n'ai pas pu assister à la conférence de Philippe Curval. Dommage, ça avait l'air intéressant. Je n'ai même pas réussi à le rencontrer au SEL et là ça craint vraiment!

J'y suis repassée vers 18 heures et je n'ai vu personne courir sous la pluie :-)