VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 29-01-2009 à 11:49:44

"La cité des permutants", Greg EGAN

 Présentation de l'éditeur : 

 

   En ce milieu du XXIème siècle, les milliardaires qui ont eu le malheur de perdre leur corps ont trouvé moyen de continuer à exister grâce à des Copies informatiques de leurs esprits. Simulations d'eux-mêmes, ils vivent désormais dans des simulations de notre univers.

   Paul Durham, conduisant des expériences avec plusieurs de ses propres copies, fait une découverte de dimension historique. Tout système suffisamment complexe peut exister sans support informatique : il trouve dans la trame de l'Univers l'assise nécessaire et peut s'étendre sans limite. Plus besoin de réseaux et d'ordinateurs ; plus besoin, même, de réalité. Durham entreprend alors de créer une cité virtuelle parfaite, Permutation City, où des humains pourront continuer à vivre au-delà de leur mort physique. Eternellement. Il intéresse à son projet quelques milliardaires soucieux de se mettre à l'abri des aléas du monde charnel, en leur proposant un pari pascalien : si ça marche vous serez immortels, si ça ne marche pas vous n'aurez perdu que de l'argent.

   Durham est-il un chercheur, un illuminé ou encore un escroc ? Et l'amour a-t-il encore une place entre deux simulations dans un univers virtuel ?

 

A travers une intrigue digne d'un thriller métaphysique, Greg Egan réussit à faire passer et comprendre tous les concepts de la réalité virtuelle.

 

   "La cité des permutants" (paru en France en 1996) a la réputation d'être une œuvre majeure de la science-fiction actuelle, en même temps qu'un roman ardu... ce que j'ai pu constater !

   Mathématicien de formation et informaticien de métier, l'auteur, Greg Egan, assoit effectivement son roman sur un certain nombre de théories scientifiques (dans le domaine, notamment, de la biochimie moléculaire sans oublier, aussi, la "théorie de la poussière"), dont l'exposé, pourtant rapide, m'est, soyons honnête, souvent un peu passé au-dessus, même si j'en comprenais le sens global. Cela ne m'a pas empêchée de poursuivre mon incursion dans d'improbables et fascinantes contrées.

      Pourtant, je n'irai pas jusqu'à dire que, dans "La cité des permutants", le fil narratif est très bien tendu et le roman brillant par sa construction. La progression est relativement linéaire et assez lente et elle s'effectue par le biais d'une focalisation successive sur divers personnages suivis d'abord individuellement, jusqu'à ce que le récit les amène à se croiser (ou non, d'ailleurs !). Rien d'original là-dedans et si l'on y ajoute son abord par moments difficile, force est de constater que ce roman était perfectible.

   Mais sa séduisante originalité réside dans le fond, la matière sur laquelle le romancier a travaillé.

   Qui ou que sommes-nous, qu'est-ce-qui nous définit comme personnes ? Un réseau de perceptions connecté à un environnement réel est-il indispensable dès lors que notre moi intime a été dupliqué au sein d'un programme informatique qui le reproduit dans son intégralité et sur lequel, qui plus est, nous pouvons jouer à l'infini en en modifiant tous les paramètres ? Et si cette nouvelle vie, virtuelle, pouvait être vécue sans limitation dans le temps, souhaiterions-nous la vivre et, si oui, qu'en ferions-nous ?

   Partant du postulat que la réalité virtuelle est envisageable, Greg Egan décline les possibilités qui s'offrent à lui de manière subtile, au point que le lecteur (comme certains personnages) est parfois pris de vertige en appréhendant le redoutable jeu de miroirs dans lequel l'image (ou le mirage ?) du réel se perd à l'infini. Parce qu'à l'intérieur de la Cité des Permutants, il y a aussi un autre monde qui a été créé, à partir d'un autre type de réalité, celle du Cosmoplexe, dont l'expansion s'est effectuée avec, à la base, seulement quelques cellules viables livrées à leur propre évolution. Si bien qu'à la fin du roman, deux réalités virtuelles coexistent, densifient le postulat initial et provoquent un rebondissement ultime percutant pour la narration.


   J'ai beaucoup apprécié cette plongée dans des univers virtuels où l'esprit (ou l'âme ?) continue à exister sans dimension charnelle et où les bénéficiaires de cette "immortalité" réagissent de manière très personnelle à leur nouvel environnement, où l'on s'interroge, incidemment, sur sur ce qui fonde notre rapport à nous-même et aux autres et sur l'intérêt que nous prêtons à notre passage individuel sur terre (un passage qui n'en serait alors plus un, puisqu'il n'aurait jamais de fin).

   Un roman complexe et troublant, parsemé d'images belles et incroyables (Maria manipulant directement les cellules du Cosmoplexe, une Copie décidant d'escalader à l'infini la façade d'un immeuble, les paysages des mondes virtuels...), dont je recommande la lecture aux amateurs de SF.


"La cité des permutants", Greg EGAN

éditions Robert Laffont, collection Ailleurs et Demain (329 p)

et aussi au Livre de Poche SF

 

Commentaires

brize le 05-02-2009 à 12:18:13
C'est vrai que par moments c'est assez... hard Oula !
BiblioMan(u) le 05-02-2009 à 10:31:29
J'ai essayé de lire plusieurs fois du Greg Egan mais j'avoue que le courant Hard SF auquel il appartient me laisse toujours perplexe et que, parfois, j'y comprend goutte !
brize le 01-02-2009 à 13:20:14
Tu as bien raison, Isil : faut pas abuser des bonnes choses !
Isil le 01-02-2009 à 13:07:41
J'ai envie de lire cet auteur mais je vais attendre d'avoir fini la trilogie martienne de Robinson qui dans le genre aride se pose là aussi. Deux en même temps, je n'y survivrais pas.
brize le 30-01-2009 à 22:05:48
@ Liliba : C'est vrai que c'est un peu space !!!

@ Karine : Oui, pour un novice en SF, ça risque d'être un peu raide !

@ Pom' et Chiff : Pour des amatrices de SF comme vous, la découverte d'Egan serait intéressante (et "La cité des permutants" est un des ouvrages que P. Curval m'avait recommandés quand je lui avais demandé quelles étaient les oeuvres marquantes en SF de ces vingt dernières années).
chiff le 30-01-2009 à 21:27:18
Sans doute complexe, mais alléchant. Je n'ai encore rien lu d'Egan!
Karine :) le 30-01-2009 à 19:31:52
Ca semble un peu compliqué pour moi... je crois que je suis trop novice en matière de SF! Ca semble bien particulier comme lecture!
liliba le 30-01-2009 à 18:13:02
bouh, trop space pour moi !
pom' le 30-01-2009 à 12:49:02
voila un livre qui devrait me plaire