VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 06-03-2009 à 19:11:06

"Un pays à l'aube", Dennis LEHANE

Présentation de l'éditeur :

   L'Amérique se remet difficilement des soubresauts de la Première Guerre mondiale. De retour d'Europe, les soldats entendent retrouver leurs emplois, souvent occupés par des Noirs en leur absence. L'économie est ébralnée, le pays s'est endetté et l'inflation fait des ravages. La vie devient de plus en plus difficile pour les classes pauvres, en particulier dans les villes. C'est sur ce terreau que fleurissent les luttes syndicales, que prospèrent les groupes anarchistes et bolcheviques, et aussi les premiers mouvements de défense de la cause noire.

   En septembre 1918, Luther, Laurence, jeune ouvrier noir de l'Ohio, est amené par un étonnant concours de circonstances à disputer une partie de base-ball face à Babe Ruth, étoile montante de ce sport. Une expérience amère qu'il n'oubliera jamais.

   Au même moment, l'agent Danny Coughlin, issu d'une famille irlandaise et fils aîné d'un légendaire capitaine de la police de Boston, pratique la boxe avec talent. Il est également chargé d'une mission spéciale par son parrain, le retors lieutenant McKenna, qui l'infiltre dans les milieux syndicaux et anarchistes pour repérer les "fauteurs de troubles" puis les expulser du territoire américain.

   A priori, Luther et Danny n'ont rien en commun. Le destin va pourtant les réunir à Boston en 1919, l'année de tous les dangers. Tandis que Luther fuit son passé, Danny cherche désespérément le sens de sa vie présente, en rupture avec le clan familial. Dans une ville marquée par une série de traumatismes, une ville où gronde la révolte, la grève des forces de police va mettre le feu aux poudres...

 

   Je n'étais pas conquise d'avance en abordant ce roman, déçue parce que Dennis Lehane ne nous avait pas concocté un autre roman noir comme "Shutter Island" ou "Mystic River" ou bien la suite des aventures du couple de détectives Patrick McKenzie - Angela Gennaro. Je savais qu'avec "Un pays à l'aube" il s'agissait d'un roman plutôt historico-social. Il ne me restait plus qu'à aller voir par moi-même et l'occasion s'est présentée lorsque j'ai aperçu le roman parmi les "nouveautés" de la bibliothèque.

 

   "Un pays à l'aube" est ancré dans la ville de prédilection de l'auteur, Boston : elle est dépeinte avec précision et on la parcourt comme si on y était, avec ses différents quartiers (les plus pauvres surtout) et ses populations originaires de divers pays (Italie, notamment). Quant à la période de l'histoire américaine choisie par l'auteur (que je ne connaissais pratiquement pas), elle est vécue au travers de deux personnages clés et tout paraît bien moins froid et tenu à distance que dans le récit d'un livre d'histoire. Le racisme au quotidien, monstrueux, on en fait l'expérience en direct et on ressent, comme Luther, l'impression d'être pris dans un étau, d'être écrasé par le poids d'une insurmontable fatalité qui vous condamne au malheur. Je ne me rendais pas compte qu'en 1918 on pouvait encore en être là (au moins pour une partie des Blancs, pas tous, heureusement) à traiter les Noirs comme des sous-hommes, voire des animaux. Et le fait que des milliers d'hommes reviennent de la guerre et veuillent récupérer un emploi, au détriment des Noirs qui l'occupent, n'arrange rien.

   L'histoire de Luther, un homme au cœur pur mais dont le comportement n'est pas angélique, s'inscrit dans ce contexte. Et quand, en plus, on met en face de lui une brute épaisse comme Mac Kenna, qui hélas appartient aux forces de l'ordre, la vie est encore plus difficile.

   Ce qui m'a aussi frappée, dans ce roman, ce sont bien sûr les conditions de vie de la population ouvrière, femmes et enfants compris. Le Nouveau Monde était synonyme de travail, mais dans des conditions aussi déplorables que dans l'Ancien avec un nombre d'heures hallucinant et un salaire ne permettant pas de vivre décemment si bien qu'il fallait cumuler plusieurs emplois (à l'usine puis comme domestique, par exemple).

   Dans un tel environnement, les esprits s'échauffent vite. Et les menées des révolutionnaires venus d'Europe (anarchistes, bolcheviques... amalgamés sous l'appellation de "Rouges"), terroristes poseurs de bombes, conduisent d'abord à une opération sanglante de maintien de l'ordre puis à d'odieuses représailles sur des immigrants slaves complètement innocents : ces pages très dures m'ont rappelé à quel point, lorsque la pauvreté règne et que le climat social est délétère, les masses sont promptes à chercher un bouc émissaire...

   Et que dire de Danny, le policier, là-dedans ? Qu'il devra assumer ou dépasser ses propres ambiguités, au fil de ces mois décisifs pour lui, choisir qui il veut être finalement et s'il accepte de mettre ses actes en conformité avec ce qu'il ressent profondément au lieu de rester plus ou moins l'esclave des ambitions sociales dictées par son milieu d'origine. Son parcours et sa personnalité atypique m'ont plu, j'ai trouvé qu'il y avait là un beau portrait d'homme. Mais c'est Luther qui m'a le plus touchée, parce que le sort s'acharne contre lui. En ce qui concerne Nora, la jeune femme domestique de la famille Coughlin, dont aussi bien Danny que son frère Connor sont amoureux, j'ai trouvé son portrait un peu moins fouillé que celui des deux autres principaux protagonistes de l'histoire. Quant au père de Danny, Thomas Coughlin, véritable pater familias à domicile, face à une épouse inexistante, et capitaine de police charismatique à l'extérieur, le roman permettra de cerner au plus près le fond de sa personnalité.

 

   Habité par des personnages forts, le roman, dense et intéressant, se lit dans un état de tension permanente. Il comporte certaines scènes spectaculaires (le raz-de-marée provoqué par l'explosion d'une énorme citerne de l'usine de mélasse, des mouvements de foules déchaînées...) mais peut aussi se focaliser sur l'étude minutieuse des rapports de force socio-politiques lorsqu'il s'agit de lancer puis de venir à bout d'une grève.

   Œuvre de qualitéà dominante tragique, "Un pays à l'aube" (roman qui m'a plu, même si ça n'a pas été un coup de cœur) est avant tout le portrait percutant d'une ville, Boston et, en arrière-plan, d'un pays, les Etats-Unis, à un moment marquant de leur histoire, dont les hommes qui l'auront vécu ne pourront sortir indemnes.

   Si le thème vous tente (et si vous n'êtes pas réfractaire à l'idée de plonger dans un microcosme où l'humanité n'apparaît pas forcément sous son meilleur jour et où les plus faibles le restent souvent) n'hésitez pas !

 

"Un pays à l'aube", Dennis LEHANE

édtions Payot , collection Rivages/Thriller (760 p)

 

Commentaires

brize le 03-05-2009 à 21:52:23
@ Yohan : Je pense que je garderai un souvenir fort de cette lecture, atypique et dense. Mais je comprends qu'on puisse la trouver ennuyeuse (cf les abandons de lecture repérés sur quelques blogs) : comme tu le dis, il ne faut pas être réfractaire aux thèmes abordés et j'ajouterais que si j'ai bien aimé, comme toi, je n'ai pas été totalement conquise, preuve que le roman n'est pas exempt de défauts, sur lesquels on est plus ou moins prêt à passer.

(je n'ai pas vu de billet dans ton blog à son sujet)
Yohan le 03-05-2009 à 17:21:17
J'ai bien aimé ce roman de Lehane, surprenant car loin des policiers qu'il a pu écrire précédemment. Il se concentre sur l'aspect social et politique, souvent en arrière-fond de ses ouvrages précédents, et livre une fresque de l'histoire de Boston. Livre épais, parfois abscons (lors des parties de base-ball), il faut prendre le temps de s'y plonger, car il mérite vraiment d'etre lu. Mais il ne faut pas etre réfractaires aux tensions sociales et à une certaine violence !
brize le 08-03-2009 à 21:20:06
@ Choupynette : De rien !

@ Sentinelle : Dennis Lehane est un auteur qui gagne à être connu... mais ceux de ta PAL réclament ton attention, c'est certain !
sentinelle le 08-03-2009 à 11:03:55
Je n'ai pas encore lu Dennis Lehane mais tous les billets écrits à son propos sur les blogs me tentent ! Ma PAL étant ce qu'elle est, je le note même si ce ne sera pas pour tout de suite...
Choupynette le 08-03-2009 à 09:49:33
Ok! Merci pour le tuyau Clin doeil
brize le 07-03-2009 à 22:36:21
@ In Cold Blog : Enthousiaste n'est pas vraiment le terme adéquat (même si la lecture de mon billet t'a donné cette impression) : ce roman m'a intéressée, interpellée parce qu'il est fort et prenant, mais je n'ai pas été totalement conquise (c'est pourquoi j'ai dit que ce n'était pas été un coup de coeur) pour diverses raisons sur lesquelles je n'ai pas voulu m'attarder dans mon billet (mais je peux les préciser si besoin est).


@ Keisha : J'attendais que quelqu'un l'ait lu, mais personne ne l'a fait parmi les blogueurs que je lis, aussi quand l'occasion s'est présentée, je n'ai pas hésité : la curiosité a été la plus forte ! Mais je comprends qu'on hésite à franchir le pas, parce que ce roman est totalement atypique par rapport à ceux de Dennis Lehane (et n'a pas suscité autant d'engouement chez moi que les autres, mais sans doute est-il peu opportun de le comparer avec eux, parce qu'ils ne sont pas du même genre).


@ Ys : Je te comprends, parce que ce n'est pas du tout dans le style habituel de Lehane... et puis, il faut bien le reconnaître, c'est un peu un pavé, quand même. Mais, bon, je ne regrette pas de l'avoir lu, mais il faut dire que l'avoir vu sur le présentoir de la bibliothèque... je n'ai pas pu résister !


@ Choupynette : Pour découvrir Dennis Lehane, je te conseillerais plutôt "Shutter Island", qui est le roman policier qui m'a le plus bluffée. "Un pays à l'aube" est en effet complètement atypique par rapport à ce que l'auteur a écrit jusque là (mais si l'aspect historico-social te tente davantage que le roman policier, choisis-le).


@ Manu : Heureusement qu'il n'y a pas que des fans de Dennis Lehane : il en faut pour tous les goûts ! En revanche, comme ce roman-ci est très différent de ce qu'il a écrit jusqu'à présent, c'est peut-être une opportunité pour toi.


@ Karine : Oui, "Un pays à l'aube " est la traduction de "The Given Day" (cherchez l'erreur !) !
Karine :) le 07-03-2009 à 19:03:00
C'est la traduction du dernier livre de Lehane, ça??? Il est dans ma liste... j'attends une sortie paperback!!!
manu-- le 07-03-2009 à 13:00:49
Le sujet m'intéresse au plus haut point ! Mais pas le romancier ! (Comment je suis une extra-terrestre ? OUI :-D ) Mais je me laisserai peut-être tenter.
Choupynette le 07-03-2009 à 10:06:11
Je n'ai encore rien lu de Lehane. Tu me conseillerais de commencer par celui-ci? Ton billet me donne très envie!
Ys le 07-03-2009 à 09:40:23
mon com d'hier soir a l'air d'avoir disparu dans le cyber espace... bon je disais que ce Lehane-là ne m'emballais pas trop, malgré mon enthousisme de départ. Le sujet, la couverture (et la taille de la chose, dison le) ne me tentent pas vraiment.
keisha le 07-03-2009 à 08:36:08
Il était sur le présentoir à la bibli, j'ai feuilleté puis laissé. mais ton billet me donne envie d'essayer quand même.. merci d'avoir testé pour nous !
In Cold Blog le 06-03-2009 à 21:01:43
Tout comme Thom, tu es très enthousiaste.

J'ai hâte de m'y plonger à mon tour !