VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 13-11-2009 à 11:13:51

"Parquet flottant", Samuel CORTO

 Quatrième de couverture (extrait) :

« C’était à n’en plus douter un accomplissement personnel fort, une sorte de transe extatique : la magistrature m’ouvrait les bras. Des bras bruns, puissants, poilus, tentaculaires… »

Ainsi commence ce voyage où , tel un naufragé échoué en milieu hostile, Etienne Lanos, nommé substitut du procureur dans un tribunal de province, organise sa survie : approche pour le moins singulière des dossiers judiciaires, comportement déroutant pendant les audiences, érotomanie active, usage… stupéfiant de substances entreposées au palais de justice.

 

   Cette présentation de l’éditeur donne le ton du roman : mordant, féroce, où l’auteur manie le sarcasme à tout va, n’épargnant rien ni personne (ou presque) de la pointe de sa plume acérée et colorée et dans le genre, il a du style, c’est incontestable ! Grain de sable dans les rouages d’un organisme pour lequel il fait office de corps étranger, Etienne Lanos est lui-même un personnage de farce, oscillant entre ses critiques de fond du système et ses petites tentatives de résistance, car c’est un esprit libre penseur et frondeur, quand il n’est pas mû par ses pulsions sexuelles, qui s’épanouissent librement y compris pendant l’exercice de sa profession.

   Les critiques de fond sont nombreuses, concernant tant les procédures judiciaires que les manières de les appliquer et interrogeant la substance-même de la justice, dans son intérêt (absent, pour l’auteur) pour l’homme comparaissant devant elle. Le narrateur découvre un tribunal de province, personnels et procédures, tous plus ou moins sclérosés, figés dans une application rigide de la loi et des règlements, outils d’une justice davantage soucieuse d’afficher des résultats que de faire preuve d’humanité voire simplement de bon sens dans ses jugements, et aussi plus préoccupée de la victime que du présumé innocent.

   Bien évidemment, le lecteur ne tient pas compte de l’avertissement liminaire de l’auteur, qui lui rappelle que "toute ressemblance… "etc. et se doute, compte tenu du parcours professionnel du romancier évoqué sur la quatrième de couverture, proche de celui du narrateur, qu’il retrouve dans ce roman une transposition de son vécu, reconnaissant au travers des réflexions, accompagnées des cas concrets les illustrant, l’homme de terrain qui s’exprime.

   Ce sont ces critiques de fond qui m’ont poussée à poursuivre la lecture d’un roman que, sans cela, j’aurais abandonné car, si je reconnais du talent à l’auteur, j’ai trouvé le trait trop appuyé et la peinture trop caricaturale pour être séduite par les tribulations sans envergure d’un héros aux yeux duquel quasiment personne ne trouve grâce.

   Et, pour tout dire, ce roman m’a finalement laissée perplexe : il m’est extrêmement difficile d’admettre que les juges ne fassent pas preuve de cette humanité que l’auteur leur dénie dans l’exécution (au sens strict du terme) de leurs fonctions, qui ne consisteraient qu’à appliquer strictement des textes, sans prendre en considération les facteurs matériels ou humains influençant nos actes.

 

    En outre, il est certain que cette lecture a pâti du contraste violent qu’elle présentait avec celle effectuée récemment de "Notre affaire à tous" (pas de billet à ce jour), de l'ex-juge Eva Joly, femme convaincante et convaincue, éprise de justice et animée d’une foi constante dans la valeur de ses actes et les possibilités d’action du pouvoir judiciaire, malgré les difficultés qu’elle a rencontrées. Elle évoque notamment son expérience de substitut du procureur à Orléans, fonction qu’elle a occupée pendant deux ans et qui ne lui inspire pas, loin de là, des réflexions aussi négatives que celles figurant dans "Parquet flottant".

 

"Parquet flottant", Samuel CORTO

Editions Denoël (189 p)

 

L’avis des Inrockuptibles (n°716), qui m’avait donné envie de lire ce roman :

"Ce n’est peut-être pas le premier roman le plus marquant de cette rentrée d’un point de vue littéraire, mais "Parquet flottant" annonce la naissance d’un satiriste de talent. Avec cette plongée le plus souvent hilarante dans la vie quotidienne d’un procureur, Samuel Corto ex-magistrat de 46 ans, dresse un réquisitoire impertinent contre une société qui confond la justice avec la vengeance."

 

Et celui de Keisha ("Un livre tout à la fois drôle, instructif et dérangeant.").

 

Commentaires

brize le 15-11-2009 à 21:38:45
Restling, je crois que nos réactions ont été assez proches : intérêt pour l'aspect "choses vues" et difficulté à supporter le personnage principal.

En tout cas, je lirai ton billet avec intérêt !
Restling le 15-11-2009 à 21:34:38
Keisha a eu la gentillesse de me l'envoyer mais j'ai été un peu énervée par l'attitude du narrateur, trop caricaturale par moments.

Le reste du roman m'a bien plu surtout quand il explique le fonctionnement parfois effarant de notre système judiciaire.
brize le 15-11-2009 à 18:25:28
Manu, pour moi (mais c'est, comme mon appréciation de lecture, très personnel), ce serait mieux passé sous forme d'un essai, car l'aspect documentaire m'intéressait, mais comme le ton du livre m'agaçait, j'étais un peu tentée de jeter le bébé avec l'eau du bain, ce qui aurait été dommage.
manu-- le 15-11-2009 à 15:19:49
Quand on voit certains rendus d'audience, je ne serai pas étonnée qu'il soit dans le vrai. Cela dit, je serais plus intéressée par un essai que par un roman sur le sujet.
SD49 le 14-11-2009 à 22:25:17
je t'ai taguée !!!
brize le 14-11-2009 à 21:25:59
Diddy, c'est une lecture qui sort des sentiers battus et l'auteur manie le sarcasme en virtuose, je peux te le garantir !
Diddy le 14-11-2009 à 21:23:46
Et bien, je n'avais jamais entendu parlé de ce roman, mais ton commentaire me laisse perplexe!!!!

J'aime beaucoup les livres sarcastiques et un peu dérangeant, à voir donc!!!
brize le 14-11-2009 à 21:23:01
@ Keisha : Oui, il sait de quoi il parle... c'est bien ce qui m'inquiète !


@ Aifelle : C'est une lecture que je ne regrette pas, parce que les réflexions sur le système judiciaire sont intéressantes.
Aifelle le 14-11-2009 à 06:27:59
Il me semble que je l'ai entendu à la radio cet auteur. Même s'il a forcé le trait, j'ai envie de le lire, je pense qu'il est très proche de la réalité. Et c'est souvent hélas dans les métiers de relations que l'on trouve le moins d'humanité.
keisha le 13-11-2009 à 18:39:33
Il a sans doute forcé le trait et inventé certaines anecdotes. Mais il sait de quoi il parle, certaines parties sont documentaires plus que romanesques.

On verra son prochain roman.