VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 05-01-2010 à 08:49:26

"L'annonce", Marie-Hèlène LAFON

     Annette à 37 ans et vit chichement dans le Nord, avec son fils Eric, onze ans, né d’une union désastreuse qui pèse encore sur elle. Pour son fils, il lui faut s'arracher à cette existence. 

   Paul a quarante-six ans et habite avec ses deux oncles octogénaires et sa sœur dans une ferme à Fridières, dans le Cantal, où il s' embourbe dans sa routine quotidienne.

   La petite annonce passée par Paul, "pour tenir tête à ce vertige de solitude qui brûlait les hommes de ce pays", va rassembler cet homme et cette femme, tentant de redonner un peu d’élan à leurs vies.

 

   Séduite, dans les premières pages, par le style (voir extrait), j’ai regretté ensuite, par moments, son aspect trop visblement travaillé avec, à mon sens, quelques abus de l’adjectif épithète presque toujours richement placé en amont du nom et la reprise d’un procédé de juxtaposition de mots ou groupes de mots accolés accumulés sans lien ni virgules, souvent par trois. Mais j’ai globalement apprécié sa musique ample et profonde, son rythme au plus proche de la rumeur du monde (rural, essentiellement) et des petites gens.

   "L’annonce" est le roman de deux solitudes qui, soudain, se rapprochent pour faire front , se raccrochent in extremis à la vie, celle qui réussit à certains et en laisse d’autres sur son rivage. A l’arrière-plan, mais pesant par leur muette résistance, Nicole, exclue elle aussi (sans mari, sans enfant) et les deux oncles, emblématiques figures d’une campagne digne et resserrée sur elle-même.

   La partie n’était pas gagnée pour le nouveau couple mais elle est menée avec persévérance. Au milieu, Eric, un jeune garçon déjà malmené par la vie, se fraie son bonhomme de chemin : c’est pour lui qu’Annette se bat, il est la lueur d’espoir au bout de cette galerie d’une vie pleine de peine.

   Habile couturière, M.H Lafon joint les pièces du présent (début de la vie commune d’Annette et Paul) et du passé (retours en arrière sur les voies qu’ils ont prises, volontairement ou malgré eux, du fait des circonstances ou de leur inadéquation, pour Annette, à la vie moderne exigeant toujours plus de pugnacité quand elle-même, discrète et douce, se donne essentiellement aux siens), sans que jamais soit visible le fil les reliant.

   Malgré sa brièveté, "L’annonce", portrait teinté d’amertume de deux êtres que le bonheur n’a jamais atteints, m’a lassée à mi-chemin, car il n’y a guère de tension narrative (tout au plus se demande-t-on vaguement si Paul et Annette vont réussir à rester ensemble) et je n’aurais pas été frustrée en le laissant en plan. Je l’ai poursuivi et achevé cependant (un peu comme on finit un travail commencé).

   Un roman écrit et parfaitement maîtrisé, mais face auquel je reste un peu réservée, faute d'implication personnelle dans ce récit.

 

Extrait :

   La nuit de Fridières ne tombait pas, elle montait à l’assaut, elle prenait les maisons les bêtes et les gens, elle suintait de partout à la fois, s’insinuait, noyait d’encre les contours des choses, des corps, avalait les arbres, les pierres, effaçait les chemins, gommait, broyait. Les phares des voitures et le réverbère de la commune la trouaient à peine, l’effleuraient seulement, en vain. Elle était grasse de présences aveugles qui se signalaient par force craquements, crissements, feulements, la n nuit avait des mains et un souffle, elle faisait battre le volent disjoint et la porte mal fermée, elle avait un regard sans fond qui vous prenait dans son étau par les fenêtres, et ne vous lâchait pas, vous les humains réfugiés blottis dans les pièces éclairées des maisons dérisoires.

 

"L’annonce", Marie-Hélène LAFON

Editions Buchet Chastel (196 p)

 

D'autres avis chez Cathulu , Cuné Aurore , Albertine , Keisha , PetiteFleur , Yohan ...

 

Commentaires

brize le 28-01-2010 à 11:21:31
@ Livr-esse : oui, je vois ce que tu veux dire, ce côté un peu paumés à côté de leurs vies et cherchant à en faire malgré tout quelque chose...
livr-esse le 24-01-2010 à 22:10:34
Il y a un côté touchant dans ce roman qui m'a bcp plu.
brize le 07-01-2010 à 18:36:40
@ Leiloona : J'étais dans le même cas et lorsque j'ai pu l'emprunter à la bibliothèque, je n'ai pas hésité.
leiloona le 07-01-2010 à 10:43:23
Un livre que j'avais noté et voulais découvrir à sa sortie. Finalement je l'ai laissé de côté, mais il m'intrigue toujours. Je verrai s'il croise ma route. Clin doeil
brize le 06-01-2010 à 13:58:57
@ Petite Fleur : Oups ! J’avais omis ton billet, que j’ai ajouté en lien !

Il m’a manqué quelque chose pour que je sois davantage embarquée dans ce roman : j’ai toujours conservé une distance de spectatrice.


@ Aifelle : J’ai l’impression qu’il te plaira.


@ Keisha : Une découverte pour moi aussi et c’est vrai que l’auteur rend parfaitement cette ambiance rurale.


@ Yohan : Je ne sais pas encore ce qui me restera de cette lecture : parfois, ce serait bien, un an après, de faire le point pour voir si nos enthousiasmes initiaux perdurent et nos réserves de même…


@ Chiffonnette : Je ne pense pas que tu as fait un billet, puisque je ne l’ai pas trouvé sur ton blog.

Moi non plus, je ne compte par poursuivre avec cet auteur, même si la découverte est intéressante.
chiffonnette le 05-01-2010 à 22:29:06
Il m'a fallu du temps pour entrer dedans, mais le charme a fait effet, insidieusement. C'est un roman qui mine de rien m'a marqué, mais qui ne m'a pas donné envie de découvrir d'autres oeuvres de l'auteur!
Yohan (livres-et-cin) le 05-01-2010 à 12:23:52
Même réticence que toi concernant l'emploi des adjectifs au début du roman. Cela m'a pêché de plonger dans l'intrigue, car je pensais toujours à ce rythme ternaire qui me sautait aux yeux. Par la suite, j'ai trouvé que la solitude et la mélancolie des deux amants étaient très justes, avec une description sensible du milieu rural. Au final, une lecture dont je garde un bon souvenir.
keisha le 05-01-2010 à 12:02:14
Pour moi une découverte de l'auteur; et puis l'ambiance des "petites gens" est bien rendue;
Aifelle le 05-01-2010 à 10:46:58
J'avais beaucoup aimé "le soir du chien" et je compte bien lire celui-ci.
Petite Fleur le 05-01-2010 à 10:37:35
Bah voilà, j'ai eu exactement la même impression que toi : je suis restée en retrait et pas très impliquée. Le style est original mais m'a moi aussi un peu lassée par moment. Il a fallu que je me motive pour le finir. C'est dommage car la trame est assez sympa et on sent une plume particulière et bien maîtrisée chez M-H L.