VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 22-01-2010 à 10:31:22

"Jack London", de Jennifer LESIEUR

     Durant sa brève existence, Jack London (1876-1916) a la réputation d’avoir vécu de nombreuses vies : pilleur d’huîtres puis mousse, ouvrier à l’usine, vagabond, chercheur d’or au Klondike, coureur des mers du sud, propriétaire terrien, socialiste engagé, journaliste … et écrivain, bien sûr !

   Et si "Martin Eden" passe, à juste titre, pour autobiographique, j’étais sortie de cette lecture frustrée car elle ne donne qu’un aperçu partiel de cette existence aux multiples facettes.

   Décidée à en savoir davantage sur le personnage et son œuvre, je me suis donc plongée dans la biographie que Jennifer Lesieur lui a consacrée et qui a répondu à toutes mes interrogations.

 

   Commençons cependant par trois petites choses qui fâchent :

- la première est l’absence de photos (celle de la couverture excepté) : pas de ces (traditionnelles mais bienvenues) pages insérées au milieu de l’ouvrage avec des photos de l’auteur aux différents âges de sa vie, accompagné des visages de ceux qui l’ont connu et entouré et des lieux qu’il a fréquentés ; d’autant plus décevant que l’auteur insiste sur le côté « bel homme » de Jack London !

- la deuxième concerne les nombreuses coquilles figurant dans l’édition

- et la dernière est relative au style de l’auteur, mais uniquement sur un point particulier (je reconnais que je chipote un peu), qui m’a surprise : le passage intempestif du passé au présent de narration, qui crée des ruptures curieuses dans l’écriture, par ailleurs très fluide.

   Pour le reste, rien à dire, sinon que cette biographie présente toutes les qualités qu'on attend d’un exercice de ce genre.

 

   L’auteur réussit en effet à dresser un portrait de Jack London en tant qu’homme, avec son évolution personnelle dans son environnement social et affectif et en tant qu’écrivain, en le situant en permanence dans son temps, d’un point de vue aussi bien général (contexte socio-historique) que littéraire. Ainsi cette biographie s’inscrit-elle parfaitement dans l’histoire des Etats-Unis à ce moment-là, histoire qui s'avère davantage qu'une simple toile de fond quand on sait à quel point London était en prise directe avec son époque.

    Pour ce qui est de ses œuvres, elles sont toutes abordées très précisément avec, pour les plus importantes, une présentation détaillée agrémentée de citations. A chaque fois, l’auteur s’intéresse à ce que l’œuvre (nouvelle, roman, essai) représentait pour London et à la manière (conforme ou non à ses attentes) dont elle a été reçue par le public. Dans ce sens, cette biographie permettra au lecteur désireux de découvrir ou de mieux connaître Jack London de choisir en connaissance de cause ce qu’il voudra lire de lui (et, l’auteur ayant été prolifique, avec pas mal de littérature alimentaire, un tel guide est précieux).

 

   Jennifer Lesieur, et c’est là un autre point positif, ne verse jamais dans l’hagiographie : on la sent passionnée par son sujet mais elle ne cherche pas à ériger une statue à un écrivain dont elle sait percer à jour les motivations profondes et les cheminements. Elle n’hésite d’ailleurs pas, au besoin, à écorner le mythe. Ainsi n’occulte-t-elle pas le racisme de l’homme, qui pose la plupart du temps le Blanc en prototype le plus réussi de la race humaine (un aspect de l’individu pas franchement sympathique !).

Elle explique aussi que Jack London, s’il passa un an dans le Klondike, y fut moins un chercheur d’or qu’un habitué des bars : il prenait grand plaisir à y traîner pour écouter les histoires qui s’y racontaient et qui seraient autant de grains à moudre pour celles qu’il écrirait plus tard.

Elle évoque d'ailleurs le manque d’imagination dont l’auteur se plaignait :" Que je sois damné si une seule histoire me vient à l’esprit ! Il faut que je me démène comme un diable pour trouver un sujet. Une fois celui-ci trouvé, il m’est facile de le développer. En ce qui me concerne, l’expression est bien plus facile que l’invention." (il alla jusqu’à acheter des sujets à d’autres écrivains !) et nous le montre, à la fin de sa vie, comme un forçat de l’écriture (l’argent étant nécessaire à payer les très nombreuses dépenses liées au ranch qu’il s’est fait construire), usé par l’alcool et la maladie.

 

   Une biographie qui se lit comme un roman, celui d’un homme passionné dont la vie est riche en rebondissements de toutes sortes et que je recommande à tous ceux qui s’intéressent à l’individu aussi bien qu’à l’écrivain !


N.B. : Les œuvres de Jack London que j’ai déjà lues : L’Appel de la forêt, Michael chien de cirque, Jerry des îles, Croc-Blanc, Le Loup des mers, La Peste écarlate, L’Amour de la vie (nouvelles), Le Vagabond des étoiles, Martin Eden.

Celles que je lirai peut-être (repérées dans cette biographie) : Radieuse Aurore, Le Talon de fer, La Croisière du Snark, Par les tortues de Tasmanie ! (nouvelle).


"Jack London", de Jennifer LESIEUR

Editions Tallandier (413 p)

Paru en 2008.

 

Commentaires

brize le 07-02-2010 à 09:27:04
Oups ! J'ai corrigé tout de suite ce lapsus, AichaLL, que je te remercie de m'avoir signalé Sourire !

Et la vie de Jack London est bien tumultueuse et riche : sa biographie a de quoi satisfaire un esprit curieux, c'est sûr !
AichaLL le 07-02-2010 à 03:49:20
"cette autobiographie présente toutes les qualités qu'on attend d’un exercice de ce genre."


Vous voulez dire "biographie", non ?


Je ne connaissais pas cet homme mais sa vie à l'air bien tumutieuse/riche, vu comment vous le décrivait...

Et comme je suis curieuse... ; )




brize le 30-01-2010 à 20:33:13
Oui, Nanne, c'est une belle biographie, où on sent l'admiration pour l'homme et l'écrivain, mais sans complaisance.

Dans l'ouvrage, Jennifer Lesieur évoque précisément la manière dont Jack London a procédé pour écrire ce "Peuple d'en bas" que tu as dans ta PAL, et c'est très intéressant.
Nanne le 30-01-2010 à 20:28:46
Une belle biographie qui met l'accent sur l'homme avec ses défauts et ses qualités, on dirait ! J'ai dans ma PAL deux romans de Jack London, "Le peuple d'en bas", chronique du Londres ouvrier et "Martin Eden", autobiographique et très partiale ! Mais c'est un auteur qui mérite d'être redécouvert pour l'ensemble de son œuvre ...
brize le 24-01-2010 à 18:22:27
@ La Sardine : Je ne lis pas souvent de biographies, mais celle-ci, je trouve qu’elle vaut le coup.


@ Ys : La biographie de Churchill doit être passionnante !


@ Sassenach : Oui, je n’ai pas compris pourquoi il n’y en avait pas (une question de coût ?)


@ Mango : Bonne (future) lecture, alors ! J’espère que tu y prendras autant plaisir que moi.
Mango le 24-01-2010 à 09:05:09
J'avais hâte d'avoir ton point de vue sur ce livre!

Malgré les défauts que tu signales (l'absence d'images sera pour moi le plus gênant, m'étant résignée aux autres hélas!), je vais me précipiter pour le lire à mon tour! Je t'ai déjà

dit, je crois, mon admiration pour cet écrivain et pour Martin Eden en particulier!

Si j'avais le livre chez moi, en ce moment, je le commencerais tout de suite et ne le lâcherais plus! Sourire
Sassenach le 22-01-2010 à 14:44:54
Je ne connais pas bien l'oeuvre de Jack London mais sa vie me fascine car il a vraiment fait des choses très différentes. Mais c'est dommage qu'il n'y ait pas de photos ... j'aime m'y reporter quand je lis ce genre de livre !
la-ronde-des-post-it (lasardine) le 22-01-2010 à 14:31:38
j'ai oublié "me plairait" dans ma première phrase Clin doeil
Ys le 22-01-2010 à 14:23:44
Cette bio fait partie de celles qui me tentent. Je viens d'attaquer celle de Churchill, ça n'est pas une mince affaire, lui aussi a vécu dix vies en une, et plus longtemps que London !
la-ronde-des-post-it (lasardine) le 22-01-2010 à 13:26:12
je ne sais pas trop si lire des biographies, mais si celle ci se lit comme un roman, pourquoi pas?

je note dans un p'tit coin Clin doeil

en tous cas, tu en parles très bien Sourire
brize le 22-01-2010 à 13:06:32
@ Titine : Bonne idée !


@ Bladelor et Kathel : Il y a de nombreuses coquilles (du coup, vu votre réaction, je viens d’enlever le très du très nombreuses que j’avais initialement noté), mais comme on en trouve (hélas !) dans d’autres livres ou romans, ce qui n’empêche en rien leur lecture, disons seulement qu’au passage, ça agace. J’ai ôté le incompréhensible… que j’avais mis entre parenthèses après cette remarque, car j’ai craint que vous ayez compris que ça rendait le texte incompréhensible, alors que je me disais seulement que je trouvais incompréhensible qu’une maison d’éditions sérieuse laisse passer autant d’erreurs dans la version définitive du texte.

Bref, ce serait dommage de vous arrêter à ce défaut mineur mais que je n’ai cependant pas voulu passer sous silence.


@ Bladelor : Sur Vefblog, tu peux « éditer » ton commentaire pour le rectifier ensuite, une fois que tu l’as envoyé : pratique, car souvent on fait des fautes de frappe qu’on ne remarque qu’une fois le texte affiché correctement à l’écran.
kathel le 22-01-2010 à 12:42:26
Comme Bladelor, les défauts que tu as noté me semblent rédhibitoires... Je ferais mieux de relire Martin Eden, tiens ! Sourire1
bladelor le 22-01-2010 à 11:07:25
Et bien moi j'en ai fait de belles de coquilles dans mon commentaire, désolée pour les horribles fautes, je devrais me relire AVANT de poster ! ;-)
bladelor le 22-01-2010 à 11:06:25
C'est tous de même un peu gênant ces trois défauts que tu cites, on peut attendre, il me semble, un peu plus de soin de ce genre d'ouvrages. Je ne supporte pas les coquilles dans un livre. Quant aux photos, effectivement c'est sympas dans avoir dans une bio, surtout qu'il était beau ce cher Jack !!!


J'aimerais bien lire une bio de cet auteur que j'adore, mais au vu des défauts que tu cites ce ne sera pas celle-là !!
Titine75 le 22-01-2010 à 11:03:06
Je le note pour l'offrir à mon homme qui est un admirateur de Jack London...mais je le lirai sûrement puisque j'ai adoré "Martin Eden"!