VEF Blog

Titre du blog : Sur mes brizées
Auteur : Brize
Date de création : 23-04-2008
 
posté le 23-02-2010 à 09:31:50

"Ici et maintenant", Robert COHEN

    A trente-six ans, Samuel Karnish n’est guère satisfait de sa vie et il a de bonnes raisons pour cela. Secrétaire de rédaction, il est régulièrement muté d’un secteur à l’autre au sein du journal où il travaille et a fini par atterrir au service Sciences, alors qu’il n’est pas de formation scientifique. Quant aux articles basés sur des "réflexions" personnelles qu’il vient de présenter à son patron, après les avoir très longuement travaillés, ils ont été recalés. Sa vie sentimentale, instable, n’est pas non plus un sujet de contentement.

   Mais alors qu’il se rend, en avion, au troisième mariage de son meilleur ami, Warren, Samuel fait par hasard la connaissance du couple hassidique Aaron et Magda Brenner.

   De retour à New-York, il se surprend à rechercher à nouveau leur compagnie en même temps qu’il entreprend d’amorcer dans sa vie des changements jugés nécessaires :

"Les parties les plus importantes de la vie se jouent au mental, après tout. Et j’étais prêt pour un nouveau départ. Il était temps de laisser mes échecs passés derrière moi, de me débarrasser de mes vieilles habitudes et de me plonger dans l’ici et maintenant."

 

   "Ici et maintenant" est un roman séduisant. Fin, souvent drôle, il met en scène un héros sincère et plutôt caustique vis-à-vis de lui-même, ce qui le rend fort sympathique. Ses tribulations professionnelles ou personnelles, au quotidien, sont prétextes à de fréquentes interrogations sur ce qu’il est et comment il l’est devenu. Elles se succèdent sans lasser non seulement parce qu’elles sont portées par une narration enlevée mais parce que ce questionnement dépasse l’individu concerné, chacun pouvant s’y reconnaître peu ou prou, même si le catalyseur s’avère la rencontre de Samuel, à moitié juif ainsi qu’il se qualifie, avec le milieu hassidique.

    Par ailleurs, le cadre du roman, fouillé plus que ne le serait un simple décor, apparaît lui aussi intéressant puisqu’il s’agit de la ville de New York (bien avant le 11 septembre, car le roman, traduit en français seulement en 2009, a été publié aux Etats Unis en 1996), avec un éclairage particulier sur Brooklyn et sa population .

    Immergée avec bonheur dans la vie et l’environnement de Samuel Karnish, un homme qui connaît, malgré lui ou parce qu’il se laisse parfois un peu porter par les événements, quelques déboires, j’ai cependant regretté de voir le personnage de Magda, trop falot à mon goût, prendre au fil des pages de plus en plus d’importance mais sans parvenir à retenir mon attention. Mon engouement pour le roman en a diminué d’autant, au moins dans la dernière partie qui a fini par me lasser, car j’avais aussi l’impression que la quête de Samuel à la recherche de lui-même devenait de plus en plus, comment dire, filandreuse. Dommage, car c’était très bien parti avec ce roman que j'aurais aimé trouver brillant jusqu'au bout.

 

Extraits :

 

(le narrateur fait des mots croisés)

"J’en avais rempli à peu près la moitié, mais maintenant que je regardais mes réponses, elles me paraissaient suspectes, chaque lettre était semblable à un prisonnier mal nourri dans une prison lexicale, arbitrairement détenue dans sa cellule.

[…]

Je baissais les yeux sur mes mots croisés, toujours à moitié faits. Au bout d’un certain temps, on connaît toutes les astuces et pourtant on recommence. C’est comme une forme très élevée de zapping. On cherche une ouverture dans un champ plein de monde, on cherche quelque chose qui n’y est peut-être pas ; quelque chose d’inattendu, de surprenant. Quelque chose que l’on ne sait pas que l’on sait."

 

 

(il joue au softball)

"[…] j’étais quelqu’un d’autre ; vif, les membres légers, les mains parfaites, les réflexes rapides. Quand des smashes arrivaient le long de la ligne, je les voyais me fondre dessus comme dans un rêve, comme si c’était de la magie, le temps s’arrêtait jusqu’au moment où je tendais mon gant pour les rattraper. J’adorais ça. J’étais parfois tellement agile et tellement fougueux qu’en fait je m’adorais."

 

 

 

"Ici et maintenant", Robert COHEN 

Editions Joëlle Losfeld (412 p)

édition originale ("The Here and Now") 1996

traduit en français en 2009

 

Commentaires

brize le 26-02-2010 à 08:21:27
@ Freude : Je m’en réjouis car je pense que ça vaut le coup de tenter pour se faire sa propre opinion.


@ Manu : Pas envie d’essayer malgré tout ? Ce n’est que mon avis et cette dernière partie peut te paraître plus digeste qu’à moi.


@ Kutik : Je ne suis pas la seule à avoir repéré ce roman (je l’avais vu en librairie), je vois que tes bibliothécaires l’avaient noté elles aussi !

J’ai trouvé que ce roman se lisait facilement et ce n’est pas sa longueur qui m’a gênée, c’est juste l’impression que ça s’embourbait un peu en cours de route : donc je pense que si ta perception est différente, tu devrais pouvoir tenir la distance.

Surtout, n’hésite pas à revenir nous dire ensuite ce que tu en auras pensé.
Kutik le 25-02-2010 à 14:34:56
Veine. Le livre est à la bibliothèque car tu donnes vraiment envie de le lire. Je ne sais pas si je tiendrai la distance, en ce moment ma préférence va vers les formats courts.
manu-- le 24-02-2010 à 17:38:11
Dommage que ce livre ne tienne pas ses promesses car il avait plusieurs atouts pour me plaire ;-)
freude le 24-02-2010 à 10:02:39
C'est un bilet en demi-teinte, mais c'est vrai qu'il donne quand même envie !
brize le 23-02-2010 à 18:54:09
@ Restling : Tu sais, j’ai failli ne pas le mettre, mon bémol, en me disant que ça venait peut-être de moi, que j’avais manqué de souffle sur cette lecture, je ne sais pas… Donc je ne peux que me réjouir que cette lecture te tente.


@ Mango : Comme je le disais à Aifelle et Keisha, dans ce cas, il ne faut pas hésiter, car il est tout à fait possible que tu ne réagisses pas de la même façon à la dernière partie du roman.


@ Kathel : Hé, hé ! Je suis ravie de ta remarque ! Ce roman a failli m’emballer, il s’en est fallu de très peu (en réalité, il m’a emballée pendant une bonne partie de sa lecture) et comme je pense qu’il peut réussir un sans faute auprès d’autres lecteurs, je ne voulais surtout pas que mon billet soit rédhibitoire ! Et tu en as tiré la meilleure conclusion qui soit : il faut aller te faire ton opinion.
kathel le 23-02-2010 à 17:29:54
"Brize ou l'art de donner envie de lire un roman qui ne l'a pas emballée" : moi aussi, j'ai envie de le noter maintenant !
Mango le 23-02-2010 à 16:31:27
La façon dont tu parles du début de ce livre me séduit à mon tour! La façon de vivre des Hassidiques m'intéressent toujours beaucoup!
Restling le 23-02-2010 à 13:43:33
Je suis tentée malgré ton bémol. Parfois, quand je suis déçue par la fin, si le roman m'a vraiment marquée, ça ne suffit pas à entamer la bonne impression.
brize le 23-02-2010 à 10:00:16
@ Keisha et Aifelle : Surtout, n'hésitez pas ! J'ai vraiment été, pendant une bonne partie de ma lecture, emballée par ce roman et cette dernière partie peut très bien passer pour vous, alors qu'elle m'a lassée.
Aifelle le 23-02-2010 à 09:59:06
Comme Keisha, j'aurais bien envie d'essayer, pour Brooklyn et la rencontre avec le monde hassidique.
keisha le 23-02-2010 à 09:56:01
Ecoute, j'ai bien envie d'essayer cette lecture, les passages cités sont prometteurs quant au style.